Navigation – Plan du site
Comptes rendus

À propos de La démocratie espagnole

Serge Buj
Référence(s) :

Hubert Peres, Christophe Roux (dir.), La démocratie espagnole, Institutions et vie politique, Rennes, PUR, col. Didact/sciences politiques, 2016, 308 p.

Notes de l’auteur

Il est toujours difficile de rendre compte d’un ouvrage à plusieurs mains, sinon pour souligner de temps à autre le manque de cohérence des propos tenus. Il reste cependant que ce type d’ouvrages donne une image assez efficace de l’état de la pensée sur une question ou un domaine particulier. L’ouvrage dont nous allons rendre compte fait partie de ces ouvrages-témoins riches en données et en réflexions. Il l’est d’autant plus que sa publication dans l’excellente collection didactique des Presses universitaires de Rennes en fait un outil précieux de compréhension de l’Espagne politique contemporaine pour des publics étudiants. Notre lecture est plus un commentaire suivi au fil des pages et un essai d’ouverture de dialogue à distance avec les auteurs qu’une lecture critique au sens strict du terme.

Texte intégral

1L’ouvrage se compose de quinze chapitres signés par dix-huit auteurs différents. Il est assorti d’une bibliographie conséquente et d’un index des noms propres qui contribuent à lui donner cette couleur d’ouvrage didactique qu’il revendique.

2Les auteurs représentent un panel assez large d’universitaires espagnols (9), français (6) et États-uniens (3). Cette diversité toute relative est réduite quand on s’intéresse aux spécialités de chacun. Les intervenants dans leur grande majorité sont spécialistes en sciences politiques, un seul, Stéphane Michonneau, actuellement professeur à l’Université Lille-iii, est historien de l’Espagne et un autre, Jordi Caïs, est sociologue et enseigne à l’UAB. Nous savons que la mise en route d’un ouvrage collectif et le choix des auteurs est un phénomène relativement contingent qui dépend souvent des réseaux et des liens qui peuvent unir certains universitaires, mais il est remarquable, à ce stade, que des approches plus larges aient été ignorées. Ceci n’enlève rien à la qualité des propositions, mais ne rend pas compte réellement de l’état de la pensée sur la vie politique et institutionnelle de ce pays. La question posée est celle des points de vue, des connaissances historiques et archivistiques mises en jeu comme des « blancs » éventuels que ce manque de variété d’approches provoque.

3Le titre de l’ouvrage est en soi problématique. Il postule l’existence d’une entité immanente nationale avec majuscule (la Démocratie espagnole) qui serait à la fois une sorte d’équivalent singulier et de parent proche d’autres Démocraties : la française, la britannique, l’allemande, l’italienne, etc. On comprend l’embarras mais il est difficile, nous pouvons le concéder, de ne retenir que la forme de l’État (république ou monarchie) pour signifier un système qui s’appuie sur le suffrage universel, la représentation et l’empire de la loi. Il fallait donc trouver autre chose. Mais l’habitus français admettra bien volontiers une sorte d’équivalence entre république et démocratie et plus difficilement une équivalence symétrique entre monarchie et démocratie en n’envisageant jamais le critère de répartition des compétences entre le pouvoir législatif et l’exécutif.

  • 1 Real Decreto 2635/1976, de 24 de noviembre, por el que se somete a Referéndum de la Nación el Proye (...)
  • 2  Ley Orgánica 5/1985, de 19 de junio, del Régimen Electoral General.

4Enfin, ce sont les circonstances de la publication de l’ouvrage qui posent un réel problème. Depuis bientôt un an le pays est en proie à une impasse institutionnelle qui se traduit par la difficulté de trouver une majorité parlementaire qui accorderait sa confiance à un gouvernement quelle que soit sa couleur. Le système électoral espagnol, inspiré en partie par le système allemand (en partie seulement puisqu’il ne prévoit pas de sièges dits « de mandat direct »), a été modelé par la loi électorale de 1976 soumise à référendum1 et réaffirmé en 1985 par une loi organique spécifique2. Son but était de dégager, par une prime donnée au parti arrivé en tête et une claire surreprésentation des zones rurales, une majorité et une minorité et de consacrer ainsi un système d’alternance qui, jusqu’ici, a fonctionné à peu près sans accrocs. La perte de confiance des citoyens envers le système a grippé les rouages bien huilés de cette machine en créant deux scissions majeures dans les blocs électoraux, celle de Ciudadanos au centre-droit et celle de Podemos à gauche. Les espaces des anciens partis dominants s’étant réduit, les alternances devenaient impossibles sans pactes électoraux ni alliances programmatiques. L’ouvrage perd donc une partie de sa substance car il ne pouvait envisager cette situation inédite. Or la culture de la coalition a toujours été absente de la vie politique de l’Espagne d’après Franco. Et les habitudes se perdent difficilement.

En Espagne, la démocratie est-elle une conquête récente ?

5On passera rapidement sur l’esquisse du temps long qui est proposée par les deux éditeurs de l’ouvrage dans sa présentation, laissant entendre qu’avant le milieu des années 70 il n’y a eu de passé démocratique en Espagne qu’au cours de « la brève expérience de la Deuxième République précédant la guerre civile ». Cette même idée est reprise au début de l’introduction sous une forme légèrement différente : « En Espagne, la démocratie est une conquête récente mais l’État est une construction ancienne » (p. 15).

6Déjà en 1994, dans une tribune publiée par El País3, le sociologue Emilio Lamo de Espinosa critiquait vivement cette approche en ne comprenant pas pourquoi certains s’obstinaient à oublier non seulement que la première constitution de l’Espagne datait de 1812, mais également à passer sous silence la longue période de la restauration (1873-1923) :

Me resulta difícil negar el carácter democrático de ese periodo de la historia de España, a pesar de sus insuficiencias. La normalidad electoral, la alternancia de los partidos, la pronta entrada en el Parlamento de diputados socialistas, la libertad de prensa, de expresión e incluso de asociación, la relativa independencia de la judicatura, todo ello muestra un Estado y una sociedad democráticos sin comparación con el imperio austro-húngaro, Alemania o Italia en la misma época. 

7Cette « construction ancienne » de l’État est également discutable. Si l’État moderne espagnol se construit au milieu du xixe siècle (élargissement de ses compétences, mise en place d’une administration et d’une fonction publique, définition d’un domaine public), on ne peut pas dire que les constructions antérieures, d’ancien régime, aient été plus ou moins anciennes que d’autres, sauf à remonter à l’administration romaine de la péninsule, ce qui ne rend pas cet ensemble plus original que celui qui prévalut dans tous les territoires colonisés par Rome.

  • 4 Pour les plus récentes expressions de cette critique de la Transition je citerai à titre d’exemples (...)

8On pourrait de la même façon critiquer la présentation qui est faite de la perception de la transition démocratique, « célébrée il n’y a pas si longtemps » et « désormais perçue, en ce début de xxie siècle, comme l’un des cas symptomatiques d’une Europe en crise ». Naturellement ce raccourci est fondé sur deux présupposés. Le premier consisterait à laisser croire que la transition s’est développée dans une sorte de consensus général, alors qu’une perception critique (qui ne veut pas dire négative) de cette transition a toujours existé et s’est toujours exprimée4. Le second consiste à laisser croire que les marqueurs de la crise – chômage record, politique d’austérité socialement très douloureuse – n’apparaissent qu’aux alentours de 2010 alors que, de façon endémique, ils sont plus anciens comme est plus ancienne la crise européenne. Dans ce dernier cas, c’est oublier le volet social et économique du Pacte de la Moncloa de 1977 qui sacrifia largement les salaires et l’emploi dans une époque de très forte inflation ou encore les longues périodes de chômage de masse, par exemple sous administration socialiste au cours des années 91-94.

Courbe du chômage 1990-2015, Source : INE

9Après ces quelques objections sur le fond, les auteurs se livrent à un vaste tour d’horizon des sources secondaires, travail qui est tout à leur mérite, même si , encore une fois, la masse d’articles et d’ouvrages sur la question espagnole produits en France ou dans l’aire anglo-saxonne ne peut être toute citée. On regrettera le traitement lapidaire accordé à un certain nombre de publications universitaires françaises.

10Enfin, une place essentielle est accordée à l’œuvre du sociologue Juan José Linz, dont le moins qu’on puisse dire c’est que sa réputation de « transitologue » repose sur une surévaluation de sa technique sociologique et de son appréhension des phénomènes de masse (opinion et croyance, mouvements sociaux). Il est, dans la veine anglo-saxonne, le défenseur de l’idée du rôle décisif des élites libérales et de leurs conseils dans tout processus de transition. Une analyse critique, avec le recul du temps, aurait permis certainement de donner la vraie mesure de la qualité de sa recherche tant du point de vue descriptif que prescriptif.

Nation(s) et État asymétrique

11Les questions abordées sont diverses et dans un ensemble qui semble plutôt correspondre à une addition de compétences. Le cœur même du propos de l’ouvrage est proposé dans les pages de présentation (méthodes et références), dans les pages d’introduction (définition du cadre historique d’ensemble) et dans la partie confiée à Stéphane Michonneau qui aborde la question « déroutante » du modèle d’État espagnol, cet ensemble pluriculturel et plurinational qui a tenté de se refléter dans une structure unique à défaut d’être unitaire. Le chapitre écrit par l’historien Stéphane Michonneau a le mérite de placer l’histoire de l’État espagnol sur l’échelle du temps long et de montrer comment l’approche du rejet d’un État unitaire, au moins aussi ancien que l’État bourbonien, peut être fondé sur une illusion, celle de l’existence d’un modèle universel d’État-Nation datant du xixe siècle qui, en vérité, ne vaut et n’a valu que dans quelques cas exceptionnels. Tous les États ou presque ont résulté de traités internationaux, de conquêtes ou de convergences d’intérêts mais pas essentiellement de « la volonté de vivre ensemble » des peuples. C’est là que se pose toute la question controversée des modèles.

12Le grand mérite de l’article de Stéphane Michonneau repose sur son sens de la problématisation et sur la richesse de ses abondantes références. Les espaces de discussion sont ouverts. Nous n’en aborderons qu’un seul.

  • 5 Francisco Pi Y Margall, Las nacionalidades, Madrid, Cuadernos para el Dialogo, 1967.

13Il affirme page 29 que les projets nationalistes alternatifs de la fin des années 1890 ne sont pas « des phénomènes sécessionnistes ». On voudra bien lui en donner crédit si l’on excepte quelques références (Arana, Almirall) et si l’on ne s’en tient pas à une sémantique biaisée (sécessionnisme, séparatisme, nationalisme, indépendantisme, etc.). Il affirme également que ces projets confluaient tous vers la conception d’une Espagne union de nations (le modèle austro-hongrois), « idée [héritée] d’un puissant courant fédéraliste né en Catalogne à l’intérieur du républicanisme ». Or la conception fédéraliste que développe Pi i Margall correspond assez bien à une projection universelle de la fédération, et non pas strictement espagnole. Il suffit de se livrer à une lecture attentive de Las nacionalidades5, en particulier du chapitre xii du tome premier pour y entendre un discours fortement universaliste, dépassant largement la question des frontières. Dans un registre bien différent, le discours nationaliste politico-religieux de Josep Torras i Bages considère la nation comme « une unité sociale naturelle » à l’instar de la famille, dans le droit fil de la pensée institutionnelle catholique, reléguant l’existence des États à un pur effet des circonstances : 

  • 6 Josep Torras I Bages, La tradició catalana, Barcelone, Ed. 62, 1981, p. 37.

Els Estats es fan i desfan segons les circumstàncies … i, en desferse, reapareixen les antigues nacions, les unitats socials naturals formades…en els eternals consells de la Providència divina6.

14Enfin, il reste aussi un élément à débattre, c’est celui du modèle même auquel peut être assimilé l’État des autonomies et à l’image que chacun peut en proposer :

A partir de 1993, les partis majoritaires qui avaient besoin du soutien des partis nationalistes basque et catalan passèrent une série d’accords bilatéraux qui contribua à déséquilibrer l’État des Autonomies puisque dans son fonctionnement pratique, la régulation du système dépend de plus en plus du résultat des élections générales et non pas des mécanismes institutionnels stables. (p. 34). 

15L’auteur part du présupposé selon lequel la dévolution de compétences dans l’État des autonomies (ou dynamique de décentralisation) aurait dû être assimilable à celle qui prévaut dans les États fédéraux, autrement dit que tous les États fédérés devaient disposer des mêmes compétences, en les appliquant de manière diverse dans les limites du cadre constitutionnel, comme c’est le cas en Allemagne ou aux États-Unis. Or l’État des autonomies n’est pas et n’a jamais été un État fédéral (même s’il emprunte quelques traits à ce modèle) mais un État dans lequel la distribution de compétences reste ouverte, ce qu’affirment les articles 148-2 et 150-2 de la Constitution :

Transcurridos cinco años, y mediante la reforma de sus Estatutos, las Comunidades Autónomas podrán ampliar sucesivamente sus competencias dentro del marco establecido en el artículo 149. (CE-148-2)

El Estado podrá transferir o delegar en las Comunidades Autónomas, mediante ley orgánica, facultades correspondientes a materia de titularidad estatal que por su propia naturaleza sean susceptibles de transferencia o delegación. La ley preverá en cada caso la correspondiente transferencia de medios financieros, así como las formas de control que se reserve el Estado. (CE-150-2)

16Il ne s’agit donc pas d’une dérive déstabilisatrice liée aux opportunités politiques mais bien de l’application d’un critère constitutionnel « ouvert » en matière de transfert de compétences. Par conséquent, il y a eu élargissement des compétences de toutes les Communautés (processus de décentralisation autoritaire classique pratiqué aussi bien par les gouvernements de droite que par ceux du psoe) dans certains cas, et élargissement des compétences de certaines communautés selon leur demande dans d’autres. C’est le sens de l’usage du verbe poder dans les deux cas. Même si les transferts du premier type ont été de loin les plus fréquents, ceux du second, résultant en effet d’accords bilatéraux, illustrent cependant de façon originale la construction d’un État asymétrique, fondé sur ce que les constitutionnalistes appellent « el hecho diferencial » qui éloigne radicalement le modèle espagnol du modèle fédéral.

Niveaux de compétence et hiérarchie institutionnelle

17Les objections que nous soulevions à la lecture des parties introductives de cet ouvrage sont en très grande partie levées par les articles qui entrent dans le détail de l’analyse des faits. C’est le cas de l’article signé par Richard Gunther et José Ramón Montero, Le cadre institutionnel national (p. 53-63).

18Leur analyse se développe autour du concept général d’institution, analyse fondée sur la typologie proposée par Arend Lijphart7 qui distingue entre les systèmes démocratiques « majoritaires » et les systèmes « consensuels » ou « consociatifs ». Il s’agit là d’une classification extrêmement générale qui n’évoque que les systèmes démocratiques et représente une partie de la réflexion générale sur les institutions politiques, engagée par Maurice Hauriou en son temps dans son ouvrage Principes de Droit Public et Constitutionnel, pensée relayée en Espagne par Pablo Lucas Verdú8. Pour les auteurs, l’Espagne présente des traits significatifs des deux types : le premier encourageant la mise en place d’exécutifs le plus souvent monocolores, le second ayant permis le passage vers un État « profondément décentralisé ». L’effondrement du premier type s’est produit à l’occasion des élections législatives du 20 décembre 2015, rupture confirmée en juin 2016 et dont les enquêtes d’opinion récentes ne font que refléter la tendance profonde9. On pourrait penser que cette situation ne sera pas inéluctable dans les années à venir et qu’un « remplacement » des forces et partis alternant depuis la transition est à l’œuvre, mais là n’est pas leur propos.

19L’article est assez descriptif des institutions politiques, aussi bien « l’institution-personne » du roi que celles de la représentation populaire, les Cortes. Le Sénat n’est pas une chambre de représentation territoriale des communautés autonomes, il est plutôt à l’image du Sénat des États-Unis dans sa forme et du Sénat français dans ses compétences, deux caractéristiques que les auteurs qualifient de « peu cohérentes », puisqu’elles éloignent du modèle fédéral d’une part et que, d’autre part, elles confirment la sous-représentation des communautés les plus densément peuplées comme la Catalogne, citée en exemple. Les propositions de réforme de la chambre haute ne datent d’ailleurs pas du début des années 2000 mais bien du début des années 90.

  • 10 «La moción de censura deberá ser propuesta al menos por la décima parte de los Diputados, y habrá d (...)

20La présentation qui est faite de l’exécutif, renforcé par la faible possibilité dont disposent les parlementaires pour déposer une motion de censure, qui, selon l’article 113-2 de la constitution doit proposer une alternative de gouvernement10, est précise et claire. Ils insistent également sur le degré assez élevé d’indépendance du pouvoir judiciaire (du moins dans les textes) et des institutions qui supervisent l’activité générale de l’État et de l’administration (Tribunal constitutionnel, Cour des comptes, Commission électorale centrale) dont la constitution et le renouvellement résultent de pactes consensuels créant ainsi un équilibre fragile entre caractéristiques majoritaires et caractéristiques consensuelles, équilibre que les auteurs jugent en péril, les caractéristiques majoritaires étant devenues « davantage prédominantes au fil du temps », dérive que la nouvelle donne politique pourrait modifier.

  • 11 R. Gunther, J-B. Harguindeguy, J.R. Montero et R. Pasquier, L’Etat des autonomies : dynamiques inst (...)

21Dans l’article à quatre mains consacré aux dynamiques institutionnelles et politiques de l’État des autonomies11, il est à nouveau indiqué qu’il s’agit d’un modèle d’État sui generis, unitaire-fédéral. L’originalité de cet article repose sur son choix de traiter, après quelques généralités, du niveau de compétence communal. Il s’agit là d’un échelon rarement considéré lorsqu’on lit ce qui est écrit à propos des institutions de l’Espagne.

  • 12 Source INE : [http://www.ine.es/revistas/cifraine/0509.pdf]
  • 13 Ce que prévoit l’article 148-2 de la Constitution :
    «Artículo 148.
    Las Comunidades Autónomas podrán a (...)

22On peut remarquer au passage que le nombre de communes en Espagne est extrêmement réduit si on le compare à la France (8117 communes contre un peu plus de 35 000 pour une superficie comparable) et que 0,7 % de ces communes concentrent plus de 100 000 habitants. Ce dernier pourcentage ne rend pas bien compte de la grande concentration de la population dans les zones urbaines (57 villes de plus de 100 000 habitants). Les 46 815 916 habitants recensés en 2011 vivent dans une proportion de 40 % dans ces zones, 58 % vivant dans quatre communautés autonomes seulement (Andalousie, Catalogne, Madrid et Valence)12. Même si tel n’est pas l’objet de l’article qui s’attache à décrire le maillage institutionnel complexe des communautés de communes et des pouvoirs locaux (mancomunidades, consorcios et comarcas), il n’en reste pas moins que ces critères quantitatifs déterminent à bien des égards les évolutions coopératives de ces institutions. D’autant que l’auteur souligne la variété de ces institutions non seulement en tant que telles mais aussi en fonction des législations régionales qui diffèrent13. Élément essentiel puisque les législations les plus fortement différenciées sont à l’œuvre surtout dans les communautés autonomes les plus peuplées.

  • 14 [http://elpais.com/diario/2011/08/19/espana/1313704812_850215.html]

23Comme le soulignent les auteurs, partant d’un idéal implicite d’équilibre des compétences et des ressources, « le niveau communal apparaît […] comme le grand perdant de la décentralisation » (p. 83). Mais les raisons de fond de ce déséquilibre se trouvent certainement dans le sous-chapitre suivant qui présente les provinces (nées du partage territorial imaginé en 1833 par un ministre modéré, Javier de Burgos selon le modèle du maillage départemental français) comme « l’échelon de trop ». Il est clair que la construction des différentes strates décisionnelles de l’État espagnol à partir de 1978 reflète encore la volonté consensuelle des choix constitutionnels. Presque quarante ans plus tard, les niveaux de compétence de l’Espagne ultra-centralisée de l’époque franquiste continuent à exister et se superposent aux niveaux de compétence nés de la création des Communautés autonomes. Peut-on penser qu’ils sont destinés à dépérir ? Il ne manque pas de projets politiques allant dans ce sens. Le socialiste Alfredo Pérez Rubalcaba, alors qu’il était candidat au poste de chef du gouvernement en 2011, estimait qu’il fallait revoir profondément leur rôle, avançant l’idée que ce niveau institutionnel était archaïque et superfétatoire, privilégiant les trois niveaux existant : l’État, les Communautés autonomes et les communes. Avec un langage différent, la droite accédant alors au pouvoir parlait pour sa part de « refonte » de la hiérarchie institutionnelle14.

Partis politiques et « saine » alternance

24L’analyse du système des partis débute par l’examen de l’une des particularités espagnoles : l’existence de partis régionaux, classée en trois catégories : nationalistes, « fortement autonomistes » et régionalistes, représentés dans les parlements régionaux et aux Cortes. Il n’en demeure pas moins que l’analyse de ces structures, qui peuvent dominer la vie politique de leur région ou être au bord de l’invisibilité, reste complexe, surtout dans cette dernière période qui a vu, par exemple, la coalition ciu disparaître en Catalogne, chacun des deux partenaires reprenant sa liberté, ou le Bloque nacional galego perdre graduellement sa forte présence dans le parlement de Galice (6 élus depuis septembre 2016 contre 18 ou 17 au cours des deux législatures 1997-2005). On regrettera que les rapports (souvent complexes) entre partis nationaux et certaines fédérations régionales n’aient pas été envisagés, en particulier dans le cas du psoe et de ses fédérations basque et catalane (pse-ee et psc) ou dans celui d’Izquierda Unida (Ezker Anitza-iu et icv) .

  • 15 Richard Gunther et José Ramón Montero, Partis, système de partis et élections, p. 103-134.

25Ce long article, précis et documenté, n’aborde que la question des partis dans le cadre régional, l’analyse des partis à l’échelle nationale étant concentrée dans un deuxième article, signé cette fois par les seuls Richard Gunther et José Ramon Montero15.

26L’incipit mériterait à nouveau d’être nuancé puisqu’encore une fois la période dite de la restauration (1876-1923) est oubliée : « La stabilisation électorale et partisane observée depuis la transition démocratique constitue un développement inédit dans l’histoire de l’Espagne. » Cette situation n’est pas inédite puisqu’elle a même laissé dans le langage politique un néologisme encore couramment employé aujourd’hui pour stigmatiser une alternance sans alternative, ce que l’on appelait « el turnismo ».

27D’autre part, traiter des partis sous le seul angle de leurs résultats électoraux et de leur poids parlementaire peut sembler frustrant même si ces éléments sont indispensables dans la compréhension des ensembles partisans. D’autant plus que les auteurs reviennent sur le système de représentation (formule D’Hondt de représentation proportionnelle) qui favorise par son système de découpage de circonscriptions et de scrutins pas liste bloquée la surreprésentation des partis dominants et des provinces rurales. Fragmentation politique, représentation parlementaire déséquilibrée, volatilité électorale, polarisation, tous ces thèmes sont traités avec rigueur attestant que l’année 1982 a été celle de la mise en place du « turno » et 2015 probablement l’année de l’achèvement de ce cycle. On peut regretter que cette présentation claire et riche en données n’aborde pas la question des programmes et des supposés idéologiques des partis en présence, se contentant de mettre en valeur la « modération » du système, la « saine » alternance entre la droite et la gauche (rhabillées en centre-droit et centre-gauche).

  • 16 Dans sa préface à l’édition française de 40 preguntas fundamentales sobre la guerra civil, Arnaud I (...)

28La modération de la vie politique de ces quarante dernières années est évaluée de façon positive et on comprend les limites de cette évaluation quand on lit, à propos du système des partis de l’époque de la iie République (appelée « seconde » non sans arrière-pensée), que le comportement des leaders politiques était alors « dogmatique, radical et occasionnellement sectaire et rempli de rancœur… » (p. 113). On y lit en filigrane la prise à leur compte par les auteurs d’une thèse bien connue qui tente de justifier les causes du soulèvement militaire de 1936 par la faillite du système des partis16 sans examiner aucune autre cause, qu’elle soit économique ou sociale par exemple, ni même évoquer les contextes politiques internationaux. En toute logique, l’étonnement des auteurs devant « l’abandon de la modération dans l’interaction entre élites de la part du pp depuis 2000… » confirme leur parti-pris et par la même occasion l’absence d’assise globale de leur point de vue à ce stade de son développement (p. 114).

29Cependant, la séquence où les auteurs examinent successivement l’histoire des grandes formations qui ont animé la vie politique espagnole intègre les facteurs négligés jusqu’alors pour nous proposer quatre bons portraits des parcours respectifs de l’ucd, d’ap-pp, du psoe et du pce. Le sous-chapitre consacré aux nouvelles formations surgies à la fin des années 2000 (Podemos et Ciudadanos) manque encore de recul, tant du point de vue de l’analyse de leur influence, de leur présence politique dans le pays comme de leurs stratégies respectives. La rapidité des évolutions récentes était assez difficilement compatible avec les délais qu’impose une publication de ce type.

  • 17 Miguel Jerez Mir, José Real-Dato et Juan Rodríguez Teruel, Les élites politiques en Espagne, p. 135 (...)
  • 18 Si on examine le statut professionnel des différents chefs de gouvernement de la transition, Adolfo (...)

30L’analyse de type sociologique des élites menée par trois auteurs dans l’article suivant17 recoupe en bonne partie ce que les articles précédents avaient développé. Nous retrouvons l’idée selon laquelle l’une des caractéristiques essentielles de l’Espagne des deux siècles précédents a été son instabilité institutionnelle. Selon les auteurs, elle a provoqué un phénomène de « discontinuité » portant préjudice aux « performances » de ces élites même si, enfin, la période de la restauration est évoquée comme la période de leur renouvellement (plus de juristes et d’enseignants, moins d’aristocrates et de propriétaires terriens). Or, pour qui s’est intéressé à la longue période franquiste, il est clair que cette domination des juristes (souvent enseignants universitaires) dans les sphères exécutives, par exemple, a aussi été le fait du régime, et la marque forte du personnel politique de la transition et des décennies suivantes18.

31Les auteurs concentrent leur analyse sur les seuls élus parlementaires ou membres des exécutifs successifs. Ce choix est pertinent, puisqu’il s’intéresse à un ensemble homogène caractéristique d’un système parlementaire dans lequel l’élu professionnalisé domine. Le point intéressant de cette analyse très précise consiste à établir un concept productif d’élite multi-niveaux qui propose une vision plus complexe des porosités éventuelles entre l’élite des élus nationaux et celle des élus régionaux (p. 136). Cependant les auteurs concentrent leur analyse sur la première insistant sur le rôle des partis dans sa constitution. Paradoxalement, ils soulignent une certaine continuité dans le recrutement des personnels avec « les régimes antérieurs » (« hommes d’âge mûr », « juristes et personnels de l’Administration », p. 138) tout en évoquant « une transformation profonde » de cette élite, qui se résume à l’entrée des femmes à des hautes fonctions politiques, à une toute relative diversification des formations universitaires relevées et à une élévation constante de l’âge moyen. Restent cependant dans l’ombre les liens qu’entretiennent ces élus avec les élites industrielles ou les grands patrons de la banque ou de la presse.

  • 19 Mariano Torcal Liorente, Citoyens et électeurs en Espagne : un bilan (1986-2013), p. 151-168.

32L’article de Mariano Torcal Loriente19 s’intéresse aux « citoyens et électeurs ». Il propose un bilan sur une période assez longue (1986-2013) dont on ne voit pas très bien pourquoi elle commence à cette date, 1986, et non pas plus tôt. Le titre est assez trompeur également car le « et » qui lie citoyens et électeurs semble dissocier ces deux faces d’entités individuelles alors que le rapport entre citoyenneté et exercice du droit de vote n’est à aucun moment explicité. On peut penser que ce flou est tout simplement la conséquence de la difficulté de traduction du terme « ciudadano » qui, en langue espagnole, est beaucoup plus banalisé, et ne fait pas référence à un passé historique implicite mais plutôt à une sorte de modernité participative qui englobe tous les actes de la vie publique.

33Autre interrogation que le lecteur peut formuler : pourquoi exclure des scrutins régionaux analysés ceux qui se sont déroulés en Andalousie, Catalogne, Galice, Pays basque au seul prétexte que ces élections se font à des dates différentes que les autres ? Ce parti-pris fausse lourdement les indices de participation évoqués puisque les populations de ces régions représentent 46 % de la population totale de l’Espagne et que leur vote rend beaucoup mieux compte de la complexité des choix électoraux en apportant une forte variable régionale.

Citoyens critiques et nouvelles formes de participation

  • 20 Pablo Luca Verdú, Sobre el concepto de institución política, Revista de Estudios políticos, n° 108, (...)
  • 21 Il s’agit là d’un rappel théoriquement très productif de la notion de confiance développée par Geor (...)

34La partie plus sociologique de l’article de Mariano Torcal, partie intitulée Les Espagnols face à la politique et à leur système démocratique, retrace les évolutions d’indices de confiance en soulignant une constante astucieusement ramassée en une formule : les Espagnols sont des « démocrates mécontents » – ou critical citizens, selon le concept de Pippa Norris–, attachés aux critères fondamentaux de la démocratie mais en même temps pessimistes ou sceptiques en matière économique et critiques vis-à-vis des hommes politiques exerçant le pouvoir en alternance depuis 1977. L’auteur tente de montrer que les crises économiques et politiques vécues depuis cette date n’ont pas affecté le soutien global et massif des Espagnols au « système démocratique ». Il note cependant, et c’est là l’aspect le plus intéressant de l’article, que la désaffection politique relative des Espagnols se manifeste avant tout face aux institutions, celles de l’État-sujet (institutions des pouvoirs) ou celles de l’État-communauté (institutions des forces sociales) pour reprendre une partie de la classification que proposait Pablo Lucas Verdú20 . Même si l’intérêt des Espagnols pour la politique est présenté comme l’un des plus faibles d’Europe (tableau statistique de l’ESS), l’auteur souligne que la confiance horizontale des Espagnols qu’il appelle « la confiance interpersonnelle »21 envers leurs égaux est en constante progression.

35Le dernier et assez court paragraphe porte sur la perception citoyenne des autonomies. Mais sa brièveté ne lui permet pas de développer une analyse plus complète du phénomène qu’il signale, celui d’une « forte montée des opinions re-centralisatrices » doublée d’un « renforcement des opinions indépendantistes ».

36L’article de Sophie Béroud22 a le mérite de mettre en phase la profondeur historique du présent pour aborder ce que, par convention, on appelle « les nouvelles formes de l’agir politique »23 ou « les nouvelles formes de participation politique ».

37À l’œuvre nous trouvons un concept intéressant, celui de « structure des opportunités politiques » hérité de la pensée des mouvements sociaux de Sidney Tarrow et Charles Tilly. Sophie Béroud le traduit comme analyse du « rapport qui s’instaure entre l’espace des mouvements sociaux et le champ politique ». Ceci pour comprendre les variations d’intensité de ces mouvements en Espagne, compris au sens large puisqu’elle englobe également la spécificité espagnole des effets de la dynamique de régionalisation institutionnelle (compétence différenciées et élargies des Communautés Autonomes) sur ces mêmes mouvements. Elle détermine deux grands cycles dont le point d’inflexion se situerait à la fin des années 80. Le premier cycle est celui de « la reconnaissance des mouvements sociaux comme acteurs légitimes en démocratie ». On pourrait insister sur la confusion possible créée par ce critère entre légalisation et légitimation, et trouver intéressant celui qui définit l’intégration de tout ou partie des « acteurs protestataires » dans une activité de gestion institutionnelle, le critère d’absorption.

38Le point d’inflexion qui ouvrira une période de « désenchantement politique » correspond pour Sophie Béroud au moment du non-respect par le psoe de sa promesse de sortir de l’otan et par le vote référendaire qu’il provoque en mars 1986. Cependant, dans ces années 80, la rupture qui s’opère entre le gouvernement socialiste et le mouvement syndical autour des réformes proposées en matière de code du travail (contrat spécifique pour les jeunes, flexibilisation de l’emploi) peuvent également apparaître comme l’un des indices forts de ce passage à une seconde phase qui prendra corps avec l’arrivée au pouvoir de la droite en 1996, les mobilisations contre la participation espagnole aux deux guerres en Irak, la politique poursuivie de destruction des protections sociales, l’encouragement à l’endettement privé et la montée en puissance d’une revendication écologique. Ces éléments n’apportent rien de neuf mais ils ont le mérite de rappeler le cadre à partir duquel la crise de 2008 a pu éclater et susciter le mouvement dit « des indignés » et ses conséquences. Le rappel des faits et des contextes est d’une très grande utilité, nous ne perdons pas de vue que l’ouvrage est destiné à un usage pédagogique. Cette dernière partie nous laisse cependant un peu sur notre faim car la connexion entre le mouvement du 15-M et la naissance de Podemos est simplement présentée comme la transplantation dans le champ politique des contestations/propositions des indignés espagnols. Ce qui est perçu mais malheureusement peu développé c’est l’espace de contradictions dans lequel Podemos se trouve projeté, en particulier dans sa relation complexe avec le nationalisme catalan, en particulier, ou le mouvement social-politique des régions périphériques.

39Quoi qu’il en soit, la mise en œuvre de certains outils conceptuels et l’effort de construction de nouvelles perspectives d’analyse ont un effet stimulant qui pourrait encourager au développement de nouvelles approches sociocritiques innovantes.

Le topique d’une transition violente

40La reprise sans recul de l’affirmation de Sophie Baby selon laquelle le bilan des années de transition serait des plus sanglants depuis la répression de l’après-guerre, sans définir quand s’achève cet après-guerre, et surtout en ajoutant qu’il « met cette période à la hauteur des années de plomb italiennes » pose cependant un problème de fond.

  • 24 On lira à ce propos dans un prochain numéro des Cahiers, le compte-rendu que propose Romain Bonnet (...)

41On ne peut à la fois évoquer comme concept opératoire celui de « structure des opportunités politiques » et comparer sans danger deux contextes très différents. On ne peut non plus ignorer que, dans cette structuration de la violence, le qualificatif « politique » peut confondre violence exercée par l’Etat, violence légale ou légitime, et violence contre l’Etat. Il peut aussi exclure la violence sociale, plus « défensive ». Il ne permet de tracer que très difficilement la ligne de partage entre violence politique et violence criminelle24.

  • 25 Même si les affrontements entre les foyers de guérilla et la garde civile se sont soldés par un chi (...)
  • 26 À ce sujet nous pouvons utilement renvoyer à l’ouvrage d’Emmanuel Rodríguez López, Por qué fracasó (...)

42Par exemple, pour l’Espagne, rien de commun entre la violence de l’après-guerre et celle des années de transition, dans le premier cas il s’agit essentiellement25 d’un phénomène de répression violente étatique dont les victimes se comptent par dizaines de milliers, dans le second cas il s’agit essentiellement de victimes de groupes terroristes, même si des actes violents et meurtriers (une soixantaine) sont à mettre au passif de l’Etat franquiste finissant26. La deuxième particularité qui relativise grandement l’idée d’une « transition violente » est liée au fait que le chiffre des assassinats commis par eta domine de façon écrasante celui des actes terroristes commis par l’extrême gauche ou l’extrême droite, surtout quand on voit que les assassinats revendiqués par eta se sont poursuivis jusqu’en 2008, bien au-delà du point d’inflexion fixé à la fin des années 80 (voir tableau ci-dessous). 

43Un mot sur l’Italie pour conclure sur cette question : le chiffre retenu pour signifier le nombre de morts dus à des attentats politiques est de 362, dont 84 pour le seul attentat de la gare de Bologne. Celui des Mafias calabraises, napolitaines ou siciliennes est plus évasif mais nul ne peut nier que cette violence s’est aussi exercée dans un cadre politique d’affaiblissement de l’État, une opportunité que les mafias ont su mettre à profit au cours de ces mêmes années. « Sur les 30 dernières années, le nombre de morts directement liés à la mafia dans les seules régions de Sicile, de Campanie et de Calabre approche les 10 000. » dit le journaliste Roberto Saviano, dont « 241 victimes innocentes » selon les statistiques officielles. La même critique peut être faite de l’article de Luis de la Calle, qui veut présenter l’Espagne comme « le paradis du terrorisme » en amalgamant les attentats de eta, ceux de l’extrême gauche radicale (frap et grapo) et ceux d’une extrême droite liée au réseau terroriste italo-argentin de Stephano della Chiaie. Cette dernière (Bataillon Basque espagnol, Triple A, ou les gal) est présentée assez rapidement sans éclairer la question des liens tissés entre le pouvoir et ces groupes. Les derniers attentats connus étant le fait d’organisations islamistes, l’auteur en conclut que « le terrorisme quasi quotidien qui frappait l’Espagne des années 70 semble bel et bien appartenir à un passé révolu ». Les attentats commis par eta dans le cas espagnol semblent bien pouvoir être assimilés par leur opportunisme à ceux de la mafia italienne, puisqu’ils mettent à profit un moment d’incertitude politico-institutionnelle pour développer une stratégie de violence armée.

  • 27 [http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=64]

44Nous dirons que si l’on soustrait les attentats liés au terrorisme basque, les attentats à caractère politique liés directement à la sortie du franquisme et aux attentes liées à la transition ne font pas de l’Espagne une terre de prédilection du terrorisme, pas plus que l’Allemagne ou l’Italie ou même que la France depuis le début de la guerre d’Algérie jusqu’à la première amnistie de 1964 (près de 20000 morts des suites d’attentats perpétrés par le fln ou le mna, 2200 assassinats perpétrés par l’oas pour la seule période janvier 1961- juin 1962)27. Et nous citerons, pour mémoire, les 3 349 décès survenus entre août 1969 et 2002 en Irlande du Nord.

Economie et société, crises sociales et sociétales

  • 28 Hubert Peres, Conjonctures, transformations et politiques économiques, p. 207-228, Jordi Caïs et Fr (...)

45Les trois derniers articles proposent des panoramas utiles sur l’économie, l’État providence (Estado de bienestar) et la politique de défense28. Naturellement, ils le font de façon très synthétique mais sont indispensables dans un ouvrage de ce type. Nous en rendrons compte brièvement.

  • 29 On consultera avec profit les travaux de l’Observatoire des inégalités et ses rapports successifs :

46Hubert Peres part du postulat, maintes fois vérifié, qu’il existe en Europe « un imaginaire médiatique et politique » qui a longtemps nourri l’image d’une Espagne passant sans cesse de l’ombre à la lumière, d’un pays affligé de taux de chômage et de pauvreté élevés à un pays où se produisent des « miracles », autrement dit une succession de périodes de forte croissance et d’autres de profonde récession ou recul. L’auteur les définit comme des « images antinomiques » et « également trompeuses », mais tenaces parce que reposant sur un fond authentique. L’autre élément retenu et démenti par l’auteur est la possible coïncidence entre « démocratie » et développement. Par ailleurs, il réitère l’affirmation selon laquelle, malgré ces violentes secousses (la crise de 2008 étant la dernière en date), « l’Espagne de 2015 est économiquement et socialement plus proche de ses voisins européens qu’elle ne l’était au sortir de la période franquiste ». Nous pourrions objecter que l’Espagne s’est rapprochée des standards européens (en matière fiscale, par exemple) mais il est fort possible aussi que ces mêmes standards européens ne se situent plus au même niveau que dans les années 70, en particulier en matière de protection sociale29. A grands traits, l’auteur résume de façon efficace les grandes étapes de l’évolution économique de l’Espagne entre 1939 et 1975 avec le passage à la fin des années cinquante d’une économie administrée à un système libéral autoritaire avec planification incitative (Planes de desarrollo). La deuxième période commence avec les effets de la crise du début des années 70, crise qui coïncide avec le bouleversement politique de la transition. Celle-ci se manifeste par un taux d’inflation très élevé (en des termes supérieurs à ceux que connaissent les pays européens) et une hausse du chômage qui ne fera que s’accentuer par paliers au cours des décennies suivantes. La longue période de gouvernement socialiste (entre 1982 et 1995) verra les promesses du psoe de lutte contre le chômage reniées une à une pour faire le choix d’une politique de l’offre ainsi qu’une profonde restructuration industrielle, cette dernière étant liée aux conditions imposées par traité à l’Espagne en 1985 pour son intégration dans l’Europe communautaire. La crise du début des années 90 pendant laquelle le spectre récessif s’avance (inflation basse, taux de chômage élevé) sonnera la fin de partie pour les socialistes et l’arrivée au pouvoir de la droite qui va encore bénéficier des aides de l’Europe (1,2 point de croissance du pib correspond au transfert de fonds structurels). À cette raison s’ajoute un autre facteur qui est celui de l’expansion spectaculaire du crédit privé qui désendette l’État mais endette les ménages et les entreprises. Cette dette va croître encore de façon spectaculaire jusqu’en 2008, entraînée par la spéculation immobilière que la circulation facile d’argent fictif (le plus souvent sous forme de prêts à taux variable) va provoquer. En ce sens la période du gouvernement de Rodríguez Zapatero présente une réelle continuité avec celles des deux mandats du gouvernement Aznar :

Source : Deuda pública y el PIB a precios constantes : http://ow.ly/​9aEXv (Los valores que corresponden a los años 2011 y 2012 son estimaciones del FMI). Deuda privada : http://ow.ly/​9aF4i.

47Les auteurs font référence à cette croissance massive du crédit qui suppose que, pour mobiliser des actifs, les banques prêteuses empruntent sur le marché libre et s’adressent donc à des fonds suspects. Cependant ils en font une conséquence de la demande de logements en propriété et non pas de l’absence de politique du logement social expliquée par le brutal désendettement de l’État (p. 221). Cet élément sera déclencheur de la crise de 2008, très justement définie (« … délabrement du modèle d’une croissance intérieure tirée par la demande intérieure elle-même poussée par l’endettement » p. 224).

48Nous n’insisterons pas sur cette dernière étape encore en cours mais retiendrons parmi les conclusions d’Hubert Peres que les politiques du pp et du psoe « se distinguent peu quant à leurs priorités et leurs modes d’intervention », et que le survol de cette période confirme le caractère « accidenté » de l’histoire économique de ce pays, où les alternances entre croissance et récession sont brutales. Mais, il faut le répéter, ceci est dû à l’absence d’une véritable politique sociale qui puisse amortir les effets directs de ces soubresauts.

  • 30 « L’État-providence espagnol et la crise de l’assistance », p. 229-246.
  • 31 Bienestar : bien-être selon son sens courant, Estado de bienestar : Etat-providence, d’où la traduc (...)

49En ce sens l’article de Jordi Caïs et Javier Moreno Fuentes30 vient apporter un certain nombre d’éléments qui permettent de compléter ceux qu’avance Hubert Peres. L’angle de présentation de la question de l’entraide est sociologique. Les auteurs présentent l’Espagne comme un pays où « la famille a traditionnellement fonctionné comme l’unité reproductive et économique de base, responsable du bien-être31 de ses membres. » (p. 229). La crise que vit ce modèle conduit, selon les auteurs, l’Espagne à un important déficit démographique et un vieillissement structurel conséquent. Ce point est d’évidence la confirmation de ce que nous affirmions plus haut : le déficit de ce pays en matière de soutien social solidaire.

50Ils reviennent cependant sur l’un des critères d’analyse de ce phénomène qui en ferait une sorte de « modèle méditerranéen » commun à l’Italie, à la Grèce, au Portugal et à l’Espagne. En le mesurant au modèle « nordique », la première différence tient au fait qu’outre les besoins relatifs à la santé publique, aux retraites et au soutien en cas de perte d’emploi, ce dernier groupe a développé, par exemple, un système d’aide aux personnes en situation de dépendance, ce qui n’est pas le cas du premier.

51La sous-dépense en matière sociale que les auteurs mettent en avant (l’Espagne y consacre en moyenne 30 % de moins que les autres pays européens) explique la concentration des dépenses dans les trois pôles définis plus haut. Les chiffres donnés sont éclairants et peuvent expliquer la brutalité des effets de crise sur la vie des gens mais également un certain nombre d’autres facteurs : l’âge moyen élevé auquel un jeune espagnol quitte le foyer parental, l’aide apportée par les grands parents au maintien de l’emploi de la jeune épouse au travail (la garde d’enfants, par exemple). Les auteurs montrent avec netteté que la femme est la première victime de la défaillance des politiques sociales, malgré sa présence massive dans le monde du travail et son niveau d’études élevé. En se concentrant sur les questions du vieillissement et de la dépendance, ils montrent que l’Espagne n’est tout d’abord pas en parfaite adéquation avec le modèle dit méditerranéen et que, par ailleurs, la forte demande d’institutionnalisation des pratiques informelles d’assistance auprès des personnes âgées dépendantes est l’indicateur d’une évolution en cours qui tente de l’éloigner un peu plus encore de ce modèle. Leur analyse fine et documentée permet d’avoir une vision moins stéréotypée de ces questions et des conditions même de la transformation sur la durée de l’habitus familial en Espagne même si, encore une fois, la place accordée à ces questions ne permet pas un développement plus détaillé (par régions, par exemple).

  • 32 Carlos Cueto Nogueras et Francisco Salvador Barroso, « La politique espagnole de sécurité et de déf (...)
  • 33 Préambule: Establecer una sociedad democrática avanzada, y colaborar en el fortalecimiento de unas (...)
  • 34 Ley Orgánica 5/2005, de 17 de noviembre, de la Defensa Nacional.

52La dernière question abordée, la politique de défense32 nous rappelle quelques points essentiels. Tout d’abord, pendant la dictature, cette politique est passée par des accords de coopération avec les États-Unis (1953) destinés à desserrer la position d’isolement dans lequel l’Espagne se trouvait. Ce n’est qu’en 1982 que l’Espagne va s’engager dans l’otan, en contradiction avec les vœux de neutralité professés par les acteurs de la transition et même par sa constitution votée en 197833. Les auteurs passent sur la controverse politique de 1985 sur la promesse non-tenue de retrait de l’otan de Felipe Gonzalez pour se concentrer sur les dispositions nouvelles nées il y a une dizaine d’années34 et qui consacrent la capacité espagnole à intervenir sur des théâtres de conflits extérieurs, dans le cadre de ce traité. Même si l’effort budgétaire en matière de défense reste largement inférieur aux objectifs fixés par l’otan (2 % du pib), l’auteur souligne que les interventions extérieures dans le cadre des missions de l’onu ou sous l’égide de l’otan, la deuxième intervention en Irak en 2003 en particulier, ont suscité une forte opposition dans le pays, l’attentat du 11 mars 2004 finissant de sceller le divorce entre le gouvernement Aznar et les Espagnols. Cet article est une très bonne synthèse de cette politique, on peut regretter que, faute de place, un volet consacré à la politique extérieure de l’Espagne ne soit pas venu compléter le panorama.

Conclusion

  • 35 Richard Gunther, José Ramón Montero et Hubert Peres, « Vers une recomposition du système politique (...)

53Pour conclure, nous dirons que ce volume propose un riche tour d’horizon de la question espagnole de ces quarante dernières années. Sa richesse tient autant au données qu’aux pistes de réflexion critique que les lignes de perspective que ses auteurs dessinent. Il n’ya pas de récit unique des faits, ni de vérité assénée, mais une matière dense, assez complète où chacun trouvera à la fois un aliment à son propre récit et une incitation au débat. La longue postface35 l’étend au temps immédiat, avec une interrogation prospective qui révèle à quel point les certitudes d’hier se sont effacées au profit d’un hiatus de plus en plus profond entre ce que les auteurs appellent « la polarisation croissante » des partis nationaux dominants et « la mesure et la modération de la politique de consensus » des premières décennies de cette ère nouvelle. Deux éléments aggravants viennent corroborer cette thèse : tout d’abord la génération qui a accédé au pouvoir depuis une vingtaine d’années n’a pas connu la guerre et surtout la période de la iie République et ce qu’ils nomment « le style polarisant du passé », ensuite la crise de 2008 a profondément accentué le phénomène. Née de la très haute spéculation bancaire et de la dette privée, c’est l’État qui a pris en charge son règlement en faisant supporter le fardeau de cette dette à la collectivité, aux services publics et aux salariés, les arbitrages inégalitaires faisant le reste du travail. La question que l’on peut opposer et celle de l’absence de toute référence à l’absence pluri-décennale d’une authentique politique sociale. Il ne suffit pas de dire que les budgets publics étaient encore excédentaires jusqu’en 2008, il faut en donner la raison.

54Les dernières pages sont plus prospectives. Elles évoquent la modification en profondeur du spectre politique avec le surgissement de Podemos et de Ciudadanos et leur installation dans le paysage institutionnel. Les blocages nés de l’incapacité à dégager des majorités parlementaires sont perçus comme un hiatus historique. Les auteurs s’en étonnent qui considèrent qu’il y a une tradition de la coalition en Espagne. Les soutiens apportés par les partis de centre droit nationalistes basques et catalan à des gouvernements du pp (ap) et du psoe et les alliances locales en constituent la preuve. Or cette culture de la coalition n’existe pas à l’échelle nationale et surtout ne s’est jamais faite dans le cadre d’un partage du pouvoir exécutif mais plutôt par des pactes ponctuels ou des pactes de législature entre un parti central et des partis nationalistes périphériques.

  • 36 On peut lire à ce propos l’analyse du scrutin que propose Mercè Corretja Torrens, « Le fondement dé (...)

55Enfin il reste la question du pacte de l’État et de ses composantes territoriales, en particulier la « question catalane » et ses développements récents qui permettent aux auteurs d’affirmer en matière d’étude des résultats du scrutin régional de 2015 que, majoritaires en sièges (72/135), les indépendantistes étaient minoritaires en voix (47 %), bloquant ainsi toute solution à la menace de séparation. Ce qui contredit l’affirmation des indépendantistes36. Or s’il y a blocage, peut-être faudrait-il le souligner, c’est depuis le premier gouvernement Rajoy qui a systématiquement refusé toute évolution négociée du partage des compétences en application des articles 149 et 150 de la Constitution.

  • 37  Amaël Cattaruzza, « Fragmentation : cloisonnement et/ou recomposition de l’espace politique ? », L (...)

56Somme toute, l’inquiétude qui semble affleurer dans cette longue postface repose sur une idée qui court en Europe selon laquelle tout devenait immuable et pérenne et que l’Europe, le désir de paix, la prospérité retrouvée après les grands conflits du xxe siècle et la chute du système soviétique avaient stabilisé cette région du monde. Des certitudes balayées par les faits. Les tensions sociales, politiques et régionales en Espagne ne sont que le reflet de l’entrée dans une période forte de turbulences à l’échelle mondiale liées à la remise en question des frontières, au transfert de compétences sans délibération et au partage de plus en plus injuste des richesses dont certaines des conséquences sont la balkanisation ou fragmentation partielle de l’Europe aussi bien territoriale que sociale37. L’Espagne ne pourra certainement plus se soustraire à ces phénomènes comme elle avait pu le faire au xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Real Decreto 2635/1976, de 24 de noviembre, por el que se somete a Referéndum de la Nación el Proyecto de Ley para la Reforma Política.

2  Ley Orgánica 5/1985, de 19 de junio, del Régimen Electoral General.

3 ¿Es España democrática?, El País, 9 août 1994,
[
http://elpais.com/diario/1994/08/09/espana/776383218_850215.html]

4 Pour les plus récentes expressions de cette critique de la Transition je citerai à titre d’exemples, les travaux de l’historien Ferrán Gallego et de l’économiste Juan Carlos Monedero ou ceux, plus analytiques et mesurés, des spécialistes de droit constitutionnel, Bartolomé Clavero, Pablo Lucas Verdú, Gregorio Peces-Barba – qui fut l’un des négociateurs du texte constitutionnel de 1978.

5 Francisco Pi Y Margall, Las nacionalidades, Madrid, Cuadernos para el Dialogo, 1967.

6 Josep Torras I Bages, La tradició catalana, Barcelone, Ed. 62, 1981, p. 37.

7 Politiste néerlandais, professeur à l’Université de San Diego, développeur du modèle consociatif. On peut imaginer que Juan José Linz l’ait croisé à Yale où Lijphart a obtenu son PHD en 1963.

8 Les institution politiques sont analysées et classées selon leur morphologie propre : Institution-Sujet ou Institution-Communauté, Institution-personne, Institution-idée ou Institution-chose selon la classification de Maurice Hauriou que Pablo Lucas Verdú reprenait à son compte, surtout pour développer l’idée que l'Institution est dans le même temps productrice d'un discours normatif et légitimant, et génératrice d'un deuxième discours, extérieur et critique (« Sobre el concepto de institución política », Revista de Estudios Políticos, n° 108, Madrid, 1959) .

9 [http://politica.elpais.com/politica/2016/11/07/actualidad/1478508102_083298.html]

10 «La moción de censura deberá ser propuesta al menos por la décima parte de los Diputados, y habrá de incluir un candidato a la Presidencia del Gobierno.»

11 R. Gunther, J-B. Harguindeguy, J.R. Montero et R. Pasquier, L’Etat des autonomies : dynamiques institutionnelles et politiques, p. 79-101.

12 Source INE : [http://www.ine.es/revistas/cifraine/0509.pdf]

13 Ce que prévoit l’article 148-2 de la Constitution :
«Artículo 148.
Las Comunidades Autónomas podrán asumir competencias en las siguientes materias:
…/…
2. Las alteraciones de los términos municipales comprendidos en su territorio y, en general, las funciones que correspondan a la Administración del Estado sobre las Corporaciones locales y cuya transferencia autorice la legislación sobre Régimen Local.

14 [http://elpais.com/diario/2011/08/19/espana/1313704812_850215.html]

15 Richard Gunther et José Ramón Montero, Partis, système de partis et élections, p. 103-134.

16 Dans sa préface à l’édition française de 40 preguntas fundamentales sobre la guerra civil, Arnaud Imatz résume la pensée de Stanley Payne sur cette question : «  Les facteurs fondamentaux […] furent la rigidité du conservatisme de la ceda, la faiblesse du centre libéral-démocratique […], l’insistance des gauches républicaines à poursuivre l’unité avec les gauches révolutionnaires au lieu de chercher l’alliance avec le centre libéral, la radicalisation ou « bolchévisation » du parti socialiste et, enfin , les terribles erreurs des deux principaux leaders : Niceto Alcalá Zamora et Manuel Azaña». Stanley Payne, La guerre d’Espagne, Paris, Cerf, 2010, préface d’Arnaud Imatz, p. 25).

17 Miguel Jerez Mir, José Real-Dato et Juan Rodríguez Teruel, Les élites politiques en Espagne, p. 135-150.

18 Si on examine le statut professionnel des différents chefs de gouvernement de la transition, Adolfo Suárez était docteur en droit, Felipe González, avocat, José Maria Aznar, inspecteur des finances, José Luis Rodríguez Zapatero, professeur de droit constitutionnel et Mariano Rajoy, conservateur des hypothèques. Tous juristes de formation, la seule exception étant Leopoldo Calvo Sotelo qui était ingénieur des Ponts et Chaussées de formation.

19 Mariano Torcal Liorente, Citoyens et électeurs en Espagne : un bilan (1986-2013), p. 151-168.

20 Pablo Luca Verdú, Sobre el concepto de institución política, Revista de Estudios políticos, n° 108, Madrid, 1959.

21 Il s’agit là d’un rappel théoriquement très productif de la notion de confiance développée par Georg Simmel dans La philosophie de l’argent.

22 Les mobilisations collectives : entre distanciation et débordement de la politique institutionnelle, p. 169-185.

23 [http://www.centreavec.be/site/nouvelles-formes-de-l-agir-politique]

24 On lira à ce propos dans un prochain numéro des Cahiers, le compte-rendu que propose Romain Bonnet de l’ouvrage d’Eduardo González Calleja, Cifras cruentas, Grenade, Comares, 2015.

25 Même si les affrontements entre les foyers de guérilla et la garde civile se sont soldés par un chiffre tournant autour de 2500 morts, le nombre de victimes est largement supérieur à ce dernier (150 000).

26 À ce sujet nous pouvons utilement renvoyer à l’ouvrage d’Emmanuel Rodríguez López, Por qué fracasó la democracia en España, La Transición y el régimen del ’78, Madrid, Traficantes de sueños, 2015, et en particulier au récit minutieux qu’il propose de la répression sanglante de la grève générale de mars 1976.

27 [http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=64]

28 Hubert Peres, Conjonctures, transformations et politiques économiques, p. 207-228, Jordi Caïs et Francisco Javier Moreno Fuentes, L’Etat providence espagnol et la crise de l’assistance (p.229-246), Carlos de Cueto Nogueras et Francisco Salvador Barroso, La politique espagnole de sécurité et de défense (p. 247-261).

29 On consultera avec profit les travaux de l’Observatoire des inégalités et ses rapports successifs :

[http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=1567]

30 « L’État-providence espagnol et la crise de l’assistance », p. 229-246.

31 Bienestar : bien-être selon son sens courant, Estado de bienestar : Etat-providence, d’où la traduction du titre qui gomme partiellement cette convergence de sens.

32 Carlos Cueto Nogueras et Francisco Salvador Barroso, « La politique espagnole de sécurité et de défense », p. 247-261.

33 Préambule: Establecer una sociedad democrática avanzada, y colaborar en el fortalecimiento de unas relaciones pacíficas y de eficaz cooperación entre todos los pueblos de la Tierra.

34 Ley Orgánica 5/2005, de 17 de noviembre, de la Defensa Nacional.

35 Richard Gunther, José Ramón Montero et Hubert Peres, « Vers une recomposition du système politique espagnol ? », p. 263-278.

36 On peut lire à ce propos l’analyse du scrutin que propose Mercè Corretja Torrens, « Le fondement démocratique du droit de décider des Catalans » dans le numéro 17 des Cahiers de Civilisation espagnole contemporaine [http://ccec.revues.org/6230].

37  Amaël Cattaruzza, « Fragmentation : cloisonnement et/ou recomposition de l’espace politique ? », L’Espace Politique, n°11, 2010-2, mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 12 mars 2017. [http://espacepolitique.revues.org/1693].

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6590/img-1.png
Fichier image/png, 6,1k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Source : Deuda pública y el PIB a precios constantes : http://ow.ly/​9aEXv (Los valores que corresponden a los años 2011 y 2012 son estimaciones del FMI). Deuda privada : http://ow.ly/​9aF4i.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6590/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « À propos de La démocratie espagnole », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 24 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6590

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Professeur émérite, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org