Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anarquismo y utopía. Bakunin y la revolución social en España (1868-1936)

Michel Ralle
Référence(s) :

Elorza, Antonio, Anarquismo y utopía. Bakunin y la revolución social en España (1868-1936), Madrid, ed. Cinca, 2013, 257 p.

Texte intégral

La continuité du modèle bakouniniste dans l’anarchisme espagnol

1Le titre et le sous-titre du livre de Antonio Elorza annoncent une interprétation de toute la période classique de l’anarchisme espagnol, depuis sa formation, au début du « sexenio », jusqu’à la guerre civile. Avec une relation particulière entre Bakounine et la « révolution sociale », celle-ci peut autant être un projet qu’un processus social et politique, ils semblent attribuer un rôle plus décisif aux implications idéologiques dans la trajectoire du courant libertaire qu’aux contextes ou aux mouvements d’ordre social et politique dans lesquels il s’est inscrit. Lorsque l’auteur a interrogé dans de très nombreux travaux antérieurs la plupart des occurrences de l’anarchisme espagnol il a sans doute analysé avec une très grande exigence leurs élaborations idéologiques mais il a insisté tout autant sur les spécificités des transformations sociales du pays et sur les perceptions politiques souvent plus réticentes qu’ailleurs à l’égard de la mise en place, relativement superficielle, d’un État libéral. Le cours du livre montre que cette mise en exergue de la référence bakouninienne revient à lui donner comme objet principal, et c’est un propos très ambitieux, une question politique centrale dans l’histoire de l’anarchisme espagnol, celle des rapports que ses militants ont voulu établir avec les collectifs ouvriers, et en particulier avec ceux des syndicats, car ils seraient d’une manière ou d’une autre les vecteurs de la révolution sociale. Il est extrêmement significatif que les anarchistes radicaux, ou « politiques », des années 1920-1930 aient eu dans la phase de leur plus grande visibilité le même modèle d’intervention dans les espaces sociaux proches que celui que Bakounine avait fixé pour les membres de l’Alliance de la démocratie socialiste. Cette reprise est intervenue lorsque la cnt a atteint, dans un processus de croissance qui a aussi concerné l’UGT, une dimension de masse – elle est passée des 80 000 adhérents de septembre 1918 aux 700 000 revendiqués par le congrès de la Comedia en décembre 1919 ; ceux qui l’étaient effectivement n’étaient pas loin du demi-million.

2C’est plus ou moins dans les lendemains de la crise de la Restauration dite « de 1917 » que des militants ont voulu ajouter aux activités de défense sociale et de solidarité de la confédération des initiatives d’ordre révolutionnaire qui les remplaceraient. Aussi bien le contexte international – la révolution d’octobre avait interpellé la cnt plus que les autres composantes du mouvement ouvrier espagnol – que les fortes tensions sociales et politiques des dernières années de la Restauration les y poussaient. Une partie des cadres les plus actifs ont voulu mettre en place la même subordination du mouvement d’association ouvrière que celle que l’option bakouniniste avait défendue dans les premières années de la Fédération régionale espagnole (fre) de la Première internationale (ait) : les militants conscients, ceux que l’Alliance devait rassembler, guideraient les vecteurs, prolétaires ou rebelles moins formés, de la révolution sociale après le choc qu’ils seraient poussés à déclencher. Anarquismo y utopía veut ainsi rendre compte non seulement de l’activité forte et, parfois violente, de l’anarchisme politique pendant les deux décennies de sa plus grande visibilité mais aussi, plus largement, de la double présence sociale et politique du courant libertaire avec les tensions, et aussi les impasses, qu’elle a générées jusqu’à la guerre civile.

3De telles ressemblances entre les schémas bakouninistes initiaux et ceux de l’anarchisme politique des années 1920-1930 peuvent sembler un peu surprenantes et c’est ce qui peut inciter à voir dans le titre une approche qui privilégierait la composante idéologique. Les références directes à Bakounine, exclusives chez les anarchistes espagnols pendant la phase d’activité de la première organisation ouvrière nationale du pays, la fre, dont les membres de l’Alliance ont encadré la fondation et les premières années, ont été, en effet, relativement effacées ou, au moins, diluées par d’autres à partir des années 1880. Cela n’a pas empêché les groupes ou les affinités anarchistes, à qui Kropotkine, Malatesta voire Grave étaient pourtant plus familiers – c’était le cas de García Oliver, de Durruti, de Ascaso lorsqu’ils ont mis sur pied les « Solidarios » – de reprendre à le modèle de subordination à une instance extérieure des composantes d’une éventuelle révolution sociale à venir telles qu’elles semblaient réunies dans la cnt dont la récente et large présence parmi des salariés davantage enclins à se syndiquer s’était traduite par un renforcement des approches anarchosyndicalistes. A. Elorza ne dit pas que c’est la mémoire que la fre aurait pu laisser de son fonctionnement qui aurait incité à le reprendre. Il est vrai que la vie de la fédération a été brève et que les militants espagnols de l’Alliance qui l’ont mise en place et qui l’ont dirigée pendant son activité publique ont été d’abord préoccupés par la diffusion d’un type d’association ouvrière ; on reviendra sur ce point. C’est donc parce qu’il apportait une réponse à la question de la mise en mouvement des collectifs ouvriers nécessaires au déclenchement de la révolution que le schéma bakouninien a pu avoir un impact ultérieur. La connaissance de Bakounine n’en est pas moins restée superficielle, sauf chez Abad de Santillán qui avait entrepris de l’éditer. Ce passé, mêlé au rappel rapide de l’histoire de la fre a d’abord signifié une manière de revendiquer une orthodoxie qui donnait le droit d’intervenir dans les organisations et les débats de la cnt. Ce rapport à Bakounine a été, en tout cas, d’un autre ordre que le thème du recours à des sociétés secrètes pour mettre à l’abri des cadres actifs – c’est ainsi, selon Jean Maitron, que la culture libertaire de l’Europe des premières décennies du xxe l’a perçu.

4Le livre élargit ainsi les très nombreux travaux antérieurs de A. Elorza qui ont voulu rendre compte à la fois des élaborations idéologiques et politiques de diverses occurrences libertaires espagnoles comme de leurs insertions sociales et politiques et de leurs rapports contradictoires avec les mouvements politiques populaires. Ces ouvrages ou ces articles sont allés d’emblée au-delà des limites méthodologiques qui ont cantonné beaucoup. de travaux traitant du mouvement antiautoritaire dans une vision partielle qui, parce qu’elle ne reconstituait que des thématiques idéologiques ou qu’elle privilégiait l’histoire interne des organisations, a laissé de côté les liens des différentes options avec l’ensemble du mouvement social et des tensions politiques. Cela n’a pas été le cas, entre autres études de A. Elorza, de celle qu’il a menée sur les échos de l’utopie fouriériste en Espagne, ni de son analyse serrée de la rupture entre l’internationalisme et le courant républicain fédéral pendant le sexenio, ni de celle des rapports du syndicat et de la politique chez Seguí et chez Pestaña dans une cnt confrontée aux urgences politiques des années 1920-1923, ni de la mise en place du contrôle anarchiste du syndicalisme selon le modèle de la fora argentine que le retour de Abad de Santillán a contribué, au moins, à formaliser avec l’établissement d’un lien entre la fai et la cnt ni même des projets de sociétés émancipées apparemment intemporelles de Isaac Puente sous la Deuxième République et dont l’objet a été surtout de faire contrepoids aux aspects concrets des collectivisation en urss, etc.. La liste pourrait être plus longue.

5Des publications, elles aussi très nombreuses, sur d’autres options du mouvement ouvrier ou sur des politiques de transformation de l’État espagnol en crise, montrent le même souci à travers des analyses extrêmement attentives des élaborations idéologiques à travers les propagandes, les publications, les discours, les correspondances, etc., et de leur rapport avec les spécificités de l’histoire politique de l’Espagne dans sa confrontation avec la modernité. C’est très souvent à partir de leurs points aveugles et de leurs contradictions interrogées avec constance que A. Elorza a éclairé leurs rapports avec les diverses cultures politiques, entendues au sens large, au milieu desquelles elles se sont constituées. Elles n’ont pas été isolées, en tout cas, des logiques induites par les appartenances sociales et les courants politiques qui, dans le cadre espagnol, ont débouché parfois sur des confrontations peu habituelles. Ce sont ces points de comparaisons significatifs qui ont permis, entre autres, de situer les limites du socialisme possibiliste catalan qui s’appuyait, avec Pamias, sur les Tres Clases de Vapor ou, encore, celles du communisme espagnol dans sa perception de la stratégie de Front populaire lorsqu’il a, de fait, continué à maintenir la ligne « classe contre classe » et l’orthodoxie – cet apport est assez connu. C’est le même souci qui a conduit Anarquismo y utopía à rapprocher des modalités de l’élision du politique propre au projet bakouniniste les tensions internes au courant libertaire et les formes radicales de ses actions, notamment les initiatives d’ordre insurrectionnel que sa version proprement anarchiste a assumées à partir des années 1920.

L’autonomie au risque de la subordination

6Dans le premier chapitre le livre analyse le schéma d’action bakouninien tel que les membres de l’Alliance l’ont diffusé aux temps de la Première Internationale, c’est-à-dire ceux de la rupture entre les militants ouvriers espagnols et le courant républicain ; elle n’a pas épargné sa variante fédérale. Il aborde ensuite longuement les divers moments (ils sont traités aux chapitres II, III et IV qui correspondent à trois conjonctures politiques : dernières années de la Restauration, dictature de Primo de Rivera et Deuxième République) qui vont de la constitution d’un groupe, vite actif, jusqu’à ses initiatives fortes ; les plus spectaculaires sont les « assauts insurrectionnels » des années de régime républicain. L’épilogue rappelle en quelques pages comment, à partir de l’après 1917, il y a eu continuité et il souligne que le recours à un certain type de violence a aussi affecté les premiers mois du pouvoir libertaire à Barcelone après la défaite du soulèvement militaire notamment ses formes de présence politique souvent brutales dans le contrôle social ou dans celui de l’ordre public.

7La rupture entre le républicanisme et des secteurs ouvriers en voie d’organisation et attirés par l’idée d’une association internationale des travailleurs s’est donc produite assez vite après la révolution de septembre 1868. Elle ne peut être attribuée seulement aux éléments, peu nombreux, qui, après les premiers contacts, bien connus, avec les secteurs de l’ait qui se proclamaient « antiautoritaires », avaient trouvé dans le projet bakouninien une réponse globale. La priorité que les républicains donnaient à un objectif institutionnel qui devait résoudre toutes les autres questions a renforcé une certaine défiance populaire à l’égard de la politique. Elle avait de forts antécédents dans le mouvement d’association des salariés. Fernando Garrido eut beau appeler à l’unité et pointer les risques d’une division, la perspective d’une révolution des prolétaires allait s’imposer et se renforcer dans le processus de constitution d’une fédération nationale des organisations ouvrières de défense. Avec ce divorce, dont A. Elorza reconstitue la dynamique, les collectifs ouvriers membres ou proches de la fre pouvaient devenir une masse de manœuvre pour l’Alliance et pour le schéma d’intervention sur lequel elle se fondait.

8Il y avait ainsi au départ une relative contradiction entre la justification de la nouvelle société et les voies pour l’imposer. Dans une perspective d’idéalisation du processus associatif qui allait rassembler le prolétariat et où les nouvelles relations économiques et sociales de la société libérée de l’injustice ne pourraient être que « rationnelles » et « harmonieuses » les formes organisationnelles de la défense ouvrière – la fre était d’abord une fédération de « sociétés de résistance » – devaient l’être aussi. Cela revenait à se placer sous le signe de l’autonomie à tous les niveaux et, donc, à la vouloir nettement fédérale. Si la fre s’est le plus souvent définie comme « antiautoritaire » c’est sans doute parce que son action s’inscrivait dans le refus de structures étatiques mais aussi parce qu’elle revendiquait une liberté d’initiative pour les sections de base. Mais, dans la perspective bakouninienne, une sortie de la société bourgeoise qui ne pouvait se faire en aucun cas dans le champ. politique même démocratisé impliquait un choc frontal et ponctuel, donc insurrectionnel, où les collectifs ouvriers seraient guidés par la minorité des plus conscients. Cela supposait des procédures d’organisation moins structurées et, aussi, la constitution de positions de pouvoir occupées par des membres de l’Alliance dans les instances de direction. A. Elorza y voit une reprise de la pratique jacobine des comités qui se donnaient le droit de décider sans être responsables. La minorité qui voulait conduire un vaste collectif social vers sa libération pouvait considérer qu’elle devait imposer ses choix aux sections ou aux courants qui le composeraient. Ainsi il lui incombait moins de réduire la distance, qui pouvait être alarmante, entre des collectifs ouvriers « ignorants », mais forcément nombreux au moment de l’action décisive, et les noyaux de militants « conscients » qui devaient les guider que de trouver les moyens de les faire entrer, d’une manière ou d’une autre, dans une action radicale.

9On peut ajouter, le livre en fait moins état, que le mouvement global d’organisation ouvrière tel qu’il s’était mis en route de manière plus nette depuis les années 1860, avait été aussi porté par le thème du caractère suffisant du processus d’association comme moyen de la libération. C’est un trait fort dans la formation de la culture ouvrière en Espagne et il renvoie à une plus grande présence des représentations antiétatiques. Ses phases ultérieures jusqu’au tournant du siècle montrent beaucoup. d’exemples dans les statuts des associations, notamment dans celles de secours mutuel, de l’exaltation des possibilités infinies de l’association ouvrière. Cela signifiait que le processus associatif du monde ouvrier finirait par déboucher sur la construction d’une autre société en marge de la vieille qu’elle supplanterait un jour. Si ces thèmes se sont maintenus, voire consolidés, dans les thématiques des associations c’est sans doute parce qu’ils ont été portés par les élaborations discursives qui ont accompagné les pratiques ouvrières de défense et de solidarité qui impliquaient un repli sur l’identité ouvrière – la thématique proudhonienne qui était dans l’air depuis quelques années lui a fourni quelques formules. C’est dans cet ensemble, et avant tout dans sa composante syndicale, que les militants conscients ont été incités à intervenir puisque les prolétaires qui s’étaient constitués en organisation de défense étaient moins conscients. Cependant ils étaient déjà en leur qualité d’associés mieux préparés à appuyer le mouvement révolutionnaire qui mettrait fin aux oppressions économiques, politiques et religieuses. Et selon le projet bakouninien cette transformation révolutionnaire ne pouvait attendre.

Des mises en œuvre répétées

10L’étude des initiatives anarchistes entre 1917 et 1936 veut donc montrer que ce qui a été à l’œuvre dans les trois périodes, et par-delà leurs cadres politiques différents, peut être décrit comme un « estricto bakuninismo de los anarquistas españoles […] para hacer de la cnt el ejército de maniobra, el instrumento de su revolución libertaria » (p. 18). La formalisation du lien entre la fai et la cnt en 1933, et à propos duquel ces propos sont écrits, voulait fixer une subordination de la seconde. Il est intervenu après de nombreuses initiatives antérieures pour installer la vision bakouniniste de l’action propre aux collectifs nettement anarchistes qui a ainsi constitué une alternative au rôle que la majorité anarchosyndicaliste de la confédération attendait d’un syndicalisme combatif qui, pourtant, n’avait pas éludé la question du changement de société. À la perspective, il est vrai plus lointaine et plus vague, de celui qui interviendrait après un élargissement des conflits menés contre les patrons et l’État ils substituaient des initiatives susceptibles déclencher le choc social qui abattrait les pouvoirs, à commencer par le politique. Puisque les premières tentatives pour conduire l’instance syndicale vers ce type d’affrontement ont eu lieu vers la fin de la Restauration, dans la lancée des divers épisodes de tensions des années 1916 et 1917, cette orientation a eu une durée importante à l’échelle de la vie publique de l’anarchisme espagnol. Un certain nombre de ses premiers acteurs occupaient encore des positions décisives pendant la guerre civile, c’est le cas de García Oliver, et ils ont donné une image concrète et émotive à cette continuité.

11Dans le chapitre consacré à la première phase, celle des années qui vont de la crise de 1917 jusqu’au coup. d’État de Primo de Rivera, A. Elorza souligne l’importance dans ce processus des tensions économiques et sociales entrainées par la guerre mondiale et par la neutralité espagnole auxquelles se sont ajoutées à partir de 1916-1917 d’assez forts affrontements politiques entre le régime et les opinions démocratiques et populaires. L’extension inédite, et parallèle, de la présence d’ordre syndical et les premières tentatives des groupes anarchistes de pousser la confédération vers le choc social que la multiplication des grèves rendait plus crédible mais qu’elle n’impliquait pas forcément – les grands conflits catalans et celles des campagnes andalouses pendant le « trienio bolchevique » sont bien connus – ont été ainsi comme un prolongement concomitant de l’une et de l’autre. C’est dans cette phase que se sont précisées au sein de la cnt des attitudes plus attentives aux conditions politiques qui entouraient les conflits. Elles ne sont pas surprenantes dans un contexte d’élargissement des mobilisations sociales où l’inflation avait obligé les salariés à courir après les prix. Les conditions économiques plus difficiles de l’après-guerre et la forte conflictualité ont incité d’autant plus le patronat à moins céder et à s’organiser que les autorités, les militaires y tenaient une place importante, considéraient toute grève comme une menace à l’ordre public. C’est aussi dans ces années que la personnalité la plus remarquée de la cnt, Salvador Seguí, a élargi la thématique de la confédération. Des conflits y ont gagné de la visibilité et la popularité qu’il en a acquise dans la Barcelone des années de l’après-guerre en a fait une nouvelle référence politique. Son souci de maintenir, même si c’était de manière imprécise, la perspective d’une transformation libertaire de la société, lorsque les progrès des ouvriers les auraient transformés, a été aux yeux des salariés de Barcelone une preuve de son attachement à l’identité ouvrière en même temps qu’elle leur annonçait une insertion sociale et politique de la confédération plus ambitieuse dans une société où les tensions politiques étaient plus largement ressenties.

12Les pages où A. Elorza analyse les initiatives et les déclarations de Seguí prolongent l’interprétation de cette phase de l’anarchosyndicalisme qu’il avait proposée dans Artículos madrileños de Salvador Seguí. Les rapports de ce dirigeant avec les foules ouvrières, avec des intellectuels et, aussi, avec des personnalités politiques, Layret ou Maciá, qui étaient sur les marges de la politique institutionnelle mais ne rompaient pas avec elle, ont accru la capacité de pression de l’organisation syndicale. Par contre, aux yeux des collectifs anarchistes il faisait courir le risque de dissoudre l’image rigide de l’identité de classe telle qu’elle s’exprimait en termes d’abord moraux. Ce que leurs militants ont qualifié de « moción política » de Seguí rendait urgent non seulement de dénoncer le manquement au refus de la politique, même si elle s’appelait « política propia » – vieille expression qui avait servi à justifier le refus des institutions et des confrontations politiques –, mais aussi d’imposer à l’ensemble syndical le schéma d’intervention bakouniniste en le poussant dans des conflits frontaux ; les groupes formés en 1918-1919 allaient se retrouver chez les Solidarios. Après l’assassinat du « Noi del sucre », la sensibilité anarchosyndicaliste est revenue au thème plus étroit de la défense ouvrière, mais les militants anarchistes avaient toujours autant de raisons d’appeler la confédération à susciter des chocs sociaux. L’« invasion » de Vera de Bidasoa, en avril 1924, avec un échec qui annonce ceux des autres initiatives de ce type, en est une première et forte conséquence.

13L’analyse de l’utilisation de la violence par des collectifs anarchistes dans les conflits avec le patronat, et dans le contexte de leur exacerbation à partir de la « crise » de 1917, montre de surcroît comment cet élément relativement nouveau par rapport aux formes d’action utilisées jusqu’alors a élargi le champ. de leurs interventions à ce qui relevait de l’instance syndicale. En augmentant, au moins de manière provisoire, les possibilités de succès, ce ne sera pas forcément le cas par la suite, les attaques armées contre des patrons ont donné à l’anarchisme orthodoxe, ou radical, des arguments pour intervenir de manière très souvent polémique dans la confédération. Dans une période où le patronat et le pouvoir refusaient souvent avec brutalité les demandes ouvrières, l’action violente tranchait, de manière au moins provisoire, entre les deux attitudes liées au projet de révolution antipolitique, celle qui poussait à la défense de l’identité sociale à travers l’action syndicale, et à laquelle S. Seguí avait essayé, non sans difficulté, de donner la perspective d’un rassemblement avec d’autres forces vives, et celle qui voulait emprunter la voie insurrectionnelle à un moment où les affrontements sociaux étaient plus tendus et où la question des transformations politiques se posait plus nettement dans la société espagnole. Ces initiatives qui ne reculaient pas devant la violence ont élargi les contacts des groupes anarchistes avec les collectifs de salariés. L’idée originelle et abstraite selon laquelle la sortie de la société de classe se ferait d’une manière directe à partir d’une confrontation ponctuelle en a gagné en crédibilité.

14Salvador Seguí aurait-il eu la capacité de conserver la position majoritaire de l’anarchosyndicalisme dans la cnt et de rendre ses adhérents plus sensibles à la nécessité de la construction d’une éducation ouvrière ? Les fortes critiques avant son assassinat de l’attentisme par les militants proches des groupes d’action suggèrent qu’il aurait eu du mal à faire l’économie de fortes tensions. Comme J. Termes l’a, lui aussi, souligné dans Historia del anarquismo en España, l’option anarchosyndicaliste est apparue comme un ensemble qui ne pouvait se suffire à lui seul et les « grupos de acción » ont été ainsi « legitimados por la ortodoxia anarquista » (p. 83) de façon durable. Lors du premier anniversaire de la mort de Durrutí, à l’automne 1937, García Oliver a pu affirmer d’une façon solennelle à propos de la constitution des Solidarios qu’ils avaient été, et lui le premier, « los reyes de la pistola obrera » (p. 81). La formule peut surprendre. Elle montre que pour les anarchistes c’est une continuité qui s’était mise en place depuis les années du « pistolerismo ». Caractéristique d’un partage inégal des risques entre anarchistes et organisation syndicale elle confirme aussi, selon A. Elorza, que les risques de confusion avec la délinquance avaient augmenté.

15Il relève également que la répartition des fonctions telle que l’envisageait le projet bakouniniste a joué un rôle, au moins indirect, dans la perception de la réalité sociale ouvrière. Pour les collectifs anarchistes des noyaux de militants conscients devaient guider, dans la ligne de l’Alliance, les moins politisés pour qu’ils prennent part à des actions insurrectionnelles. Pour les anarchosyndicalistes le nombre trop. considérable d’ouvriers peu instruits ou peu politisés demandait d’ajouter aux pratiques de l’action de type syndical une formation intellectuelle et politique. S. Segui a souvent souligné que les « multitudes » devaient être éduquées pour que, au moins, elles ne tombent pas dans les bras « del que parece más fuerte » (p. 77). Les urgences politiques auxquelles les uns et les autres ont été confrontés ont rendu plus convaincante l’action insurrectionnelle et consolidé les positions acquises par les groupes anarchistes dans le cnt.

Le « sueño insurreccional »

16Dans les trois chapitres où A. Elorza reconstruit les plus significatifs des très nombreux moments de tension entre la majorité initiale de la cnt et les groupes anarchistes, depuis les premières interventions de ceux-ci jusqu’à la veille de la guerre civile, il apparaît bien que les deux orientations se sont constamment opposées. Aussi bien les réunions de « plenos » ou de congrès que les crises politiques ou les conflits d’ordre institutionnel ont été l’occasion d’affrontements dont l’intensité est allée croissante, au moins jusqu’en 1933, année d’insurrections aux conséquences tragiques et de la reconnaissance du rôle particulier, de fait un droit d’intervention, de la fai. Autant que les épisodes déjà décrits dans des histoires plus factuelles du courant libertaire, ce sont les propos qui permettent de préciser les logiques des deux perceptions ; ils ont été très nombreux depuis les résolutions et les interventions de comités ou de congrès jusqu’aux confidences en passant par les articles de journaux militants et de bulletins. L’une a été plus directe et simplificatrice et l’autre, celle des anarchosyndicalistes, plus embarrassée, car ils devaient concilier l’apparent apolitisme des ambiances syndicales et l’adhésion à la perspective d’une société libérée du pouvoir politique qui distinguait leur modèle de défense ouvrière. La reconnaissance argumentée par l’anarchoyndicalisme de l’anarchisme comme référence morale ou spirituelle à la fin des années 1920 (p. 146-147) rendait difficile de s’opposer à la revendication de la première place par ceux qui tenaient un discours de suspicion à l’égard du syndicalisme. Les attitudes répressives de l’État, celles de la dictature ou des gouvernements du bienio 1934-1936 mais aussi celles des ministères républicano-socialistes des deux premières années de la République, ont contribué, au nom de la solidarité due aux victimes, à maintenir une pression constante sur ceux qui étaient appelés s’aligner sur les appels à l’action révolutionnaire. Dans l’ambiance d’inflation verbale alimentée par des affrontements renouvelés exprimer un désaccord c’était risquer d’être accusé de désertion voire, tout aussi souvent, de trahison. A Elorza relève comment, et notamment à partir de l’année 1933, le discours de Federica Montseny est entré dans une logique « catastrofista ». Ses appels à effacer le sang versé par le sang purificateur sont significatifs d’un recours incantatoire à la justification de la violence (p. 223). On ne peut donc imputer à la seule fai, dont elle n’était pas formellement membre, la radicalisation recours à l’extrémisme même si elle l’a assumé.

17Il est vrai que dans la période où les anarchistes ont voulu enlever aux anarchosyndicalistes la majorité de la cnt les initiatives radicales ont été souvent spectaculaires et que les échecs systématiques ne les ont pas arrêtées : « pistolerismo » à partir de 1920, offensive de Vera de Bidasoa en 1924, Premier mai sanglant de 1931 juste après les élections municipales d’avril, soulèvement de l’Alt Llobregat en 1932, occupations et insurrections de janvier 1933 suivies en de décembre 1933 d’autres en Aragon... Les dénouements n’ont pas pour autant été occasion de réflexions et, encore moins, de débats. Dans la ligne de la « gimnasia revolucionaria » défendue par G. Oliver les défaites étaient profitables – même lorsque le coût organisationnel et humain avait été élevé il y avait une sorte de victoire dans chacune d’entre elles. Elles n’avaient pas davantage besoin d’être analysés que les conditions économiques ni que les modifications politiques.

18Les questions que cette approche permet de revisiter sont parmi les plus significatives de l’histoire de l’anarchisme espagnol – elles ne sont pas secondaires non plus pour éclairer des moments importants de l’histoire politique du pays. Contrairement à beaucoup d’interprétations il apparaît que la mise en route d’un « ciclo insurreccional » sous la Deuxième République (p. 254) n’a pas d’abord été la conséquence de la déception populaire à l’égard du nouveau régime. Les premières actions – on peut considérer qu’elles commencent dès le 1er mai « sanglant » de 1931 au « sesgo violento y faista » (p. 191) – relevaient d’une orientation soutenue depuis une décennie, celle du « sueño insurreccional » et qui allait se poursuivre jusqu’au soulèvement militaire. Même si A. Elorza n’inclut pas la guerre civile dans son analyse – la composition du livre et ses dimensions en auraient été tout autres – il voit un lien, comme Josep Termes dans sa grande et dernière synthèse de 2011, entre des attitudes apparues avec le conflit, notamment le type de violence exercée dans la Barcelone révolutionnaire des premiers mois, et l’identité politique que les anarchistes avaient construite face à l’anarchosyndicalisme.

19Cette attitude a étonné des anarchistes étrangers de premier plan comme Rocker ou Schapiro. N’avaient-ils pas pris suffisamment en compte des spécificités de la situation espagnole ? Un élément nouveau, apparu après la publication de Anarquismo y utopía, confirme en tout cas la constance de la stratégie anarchiste de conquête de la cnt et l’attitude de forte opposition à la Deuxième République dès qu’elle a été proclamée. Il s’agit de la suppression d’un certain nombre de propos de G. Oliver par son éditeur, Ruedo Ibérico, dans la publication de ses mémoires en 1978 sous le titre El eco de los pasos. C’est dans le numéro de février 2016 de la revue La aventura de la historia, AH pour les citations, que A. Elorza, après comparaison entre le manuscrit déposé à l’Institut d’histoire sociale de Amsterdam et le livre, a pu signaler que les passages qui ne figurent pas dans celui-ci expriment encore plus fortement que les textes et les attitudes déjà connus la volonté agressive de la fai de prendre le contrôle de la cnt ainsi qu’une hostilité radicale à l’égard de la République dès sa proclamation. Dans le premier cas il s’agit bien d’une « guerra al sindicalismo », comme la qualifie A. Elorza (p. 18), et dans le second de faire échouer, presque à n’importe quel prix la République dont la chute était une priorité : « tenía que caer estrepitosamente : para nosotros los anarcosindicalistas, la caída sería la revolución social, la instauración limpia y plena de nuestro comunismo libertario... » (AH p. 20). La manifestation du Premier mai 1931 devait donner lieu à un débordement violent et à une attaque armée contre les autorités en transformant « un mitin de reivindicaciones de inquilinos de casas en gran manifestación, iniciada en el paseo del Arco de Triunfo y terminada a tiro limpio con el asalto al Palacio de la Generalidad » (id.). Par ailleurs le recours à la violence a bien fait partie de l’action depuis 1920. L’éditeur a supprimé et le rappel et l’éloge de l’imposition violente à Reus, à cette date et revolver en main, du monopole syndical de la cnt aux dépens de syndicats socialistes (AH p. 18). Le recours précoce à de structures paramilitaires et leur maintien ont été aussi voilés. De fait, les « cuadros de defensa », les groupes anarchistes et jusqu’aux patrouilles de contrôle de Barcelona pendant les premiers mois de la guerre civile ont été les formes diverses de cette même préoccupation. Par leur date, ces textes de García Oliver, apportent une confirmation de premier ordre à l’hypothèse de la constance de l’offensive anarchiste contre l’anarchosyndicalisme.

20La guerre contre le syndicalisme peut aussi expliquer une orientation en matière d’organisation syndicale que A. Elorza analyse moins mais qui peut étonner. Les anarchistes, il le signale plusieurs fois, se sont opposés à la mise en place des fédérations d’industrie que soutenaient les anarchosyndicalistes malgré les réticences de certains métiers importants. En atténuant la fragmentation des attitudes liées à la grande diversité des spécialités et à leur tendance au repli elles semblaient de nature à favoriser des solidarités plus vastes qui augmenteraient les chances de succès des grèves. Le courant anarchiste a vu dans ce souci d’efficacité le risque de privilégier une logique syndicale aux dépens de la définition de perspectives révolutionnaires et il a appuyé, au nom de la solidarité « communale », le statu quo et la collaboration entre les sections d’une instance territoriale qui, par ailleurs, évoquait d’une manière un peu concrète un espace émancipé. Parce qu’elle était plus éloignée d’échanges sur le travail proprement dit des salariés d’une même branche elle pouvait permettre des rencontres de militants plus préoccupés d’action révolutionnaire et qui influenceraient les sections qui représentaient d’abord des activités. Cette proposition n’est pas sans rappeler le recours aux sections de « oficios varios » qui, au temps de la fre, avait voulu non seulement réunir les ouvriers d’une profession moins courante mais fournir aussi un moyen de contacts entre militants révolutionnaires puisqu’elles pouvaient réunir des membres sans insertion professionnelle particulière ainsi que les rares non ouvriers qui avaient adhéré à la fédération et qui, étant moins concernés par la défense de leurs conditions de travail ou de leur rémunération, pouvaient favoriser des discussions et des initiatives plus idéologiques. Certaines de ces sections ont joué de fait le rôle que l’Alliance réservait aux minorités de conscients et elles ont été actives dans le conflit qui a suivi la rupture entre « antiautoritaires » et « marxistes ». On peut penser que dans les années 1930 la défense d’un lien territorial ne se voulait pas une reprise fidèle du modèle d’organisation de la fre mais qu’il s’agissait d’abord de s’opposer au renforcement de la logique syndicale dans la confédération. Ce n’est qu’une des questions que le livre de A. Elorza incite à aborder. Il y en a beaucoup. d’autres y compris celles qui concernent les activités d’ordre culturel développées par les diverses composantes du courant libertaire dans la perspective de renforcer la contresociété antiautoritaire, A. Elorza parle de « microsociedad », qui renforçait la référence anarchiste.

21Repérer ce qui a pu être la logique bakouniniste au long des diverses manifestations du courant libertaire en Espagne a donc permis de retrouver dans les moments où il a une grande présence syndicale à travers une organisation nationale de défense ouvrière, et c’est le cas avec la fre et, à partir de 1918-1919, avec la cnt, la même tendance à constituer des groupes plus « politiques » qui ont voulu pousser les potentiels de la coutume et de l’associationnisme ouvriers vers des attitudes de rupture. On peut considérer que ce qui s’inscrit dans ce sens représente la filiation du schéma bakouninien d’action qui voulait donner un rôle décisif aux plus « conscients ». Au temps, qui avait été bref, de la fre les militants de l’Alliance avaient surtout contribué à conforter l’adhésion à l’antiautoritarisme de la grande majorité des sections espagnoles sans chercher à corriger la vision proudhonienne sur laquelle la fédération s’était construite et selon lequel elle était un espace autosuffisant qui n’impliquait pas un choc frontal avec les pouvoirs puisque son présent mettait déjà en place l’avenir. La défense d’un modèle de grève – celui qui a été retenu plus tard par une UGT soucieuse d’ouvriérisme – qui voulait décourager des élans de spontanéité susceptibles d’affaiblir les acquis de l’organisation en atteste. À ce moment-là il n’y avait pas d’autre possibilité pour l’Alliance que d’assumer une attitude de défense économique venue de pratiques ouvrières et des représentations antérieures qui les avaient accompagnées et qui avaient au moins l’avantage d’éviter tout contact des collectifs ouvriers avec les mouvements politiques qui recherchaient un appui populaire.

22À partir du moment où la cnt a réuni un nombre important de salariés organisés le schéma bakouniniste de subordination du syndicat a, par contre, été constamment maintenu par des groupes anarchistes. A. Elorza a repéré cette continuité alors que les apparences en ont été diverses voire contradictoires. García Oliver, dont Anarquismo y utopía souligne l’importance, a ainsi affirmé dans son premier discours de ministre de la justice qu’il était « anarquista ciento por ciento » mais « poco bakuninista » (El eco de los pasos, 2008, p. 481). Beaucoup. ont été tentés de prendre cette déclaration à la lettre alors qu’il a été, sans s’en soucier, le principal acteur de la vitalité d’un modèle d’action et de son succès à l’intérieur de la cnt pendant la Deuxième République. Il permettait de combiner l’antipolitisme destiné à rassembler les exploités et la possibilité de prendre des initiatives révolutionnaires sans se soucier ni de l’état de la société ni de la conjoncture politique ni des capacités des militants à mener à bien des actions dures. L’assaut insurrectionnel du Alt Llobregat en serait la meilleure preuve. Le bakouninisme dont il est question dans le livre est ainsi moins une reproduction du discours originel qu’une perspective d’action

23On pourrait considérer que tout ce qui a accompagné les initiatives anarchistes aussi bien que leurs échecs systématiques, et notamment les diverses formes de violence, était contenu dans ce schéma général. Il ne fait pas de doute que les plus connus des activistes anarchistes ont vu dans leur capacité à les assumer une preuve à la fois de la force de leur engagement et de la justesse de leur orientation. Bakounine, de son côté, n’avait pas eu d’hésitation lorsqu’il avait évoqué les affrontements décisifs. Il est vrai que, peut-être paradoxalement, l’historiographie et la mémoire ont moins retenu cet aspect de leur activité que pour d’autres composantes du mouvement ouvrier. C’est un thème dont A. Elorza, tout comme J. Termes, a voulu rendre compte. Dans la mesure où la conviction de García Oliver et de quelques autres a été en grande partie la conséquence des attitudes de l’État ou du patronat et plus largement des pratiques et des représentations des diverses cultures politiques qui leur étaient contemporaine le schéma bakouninien n’en est peut-être qu’un responsable parmi d’autres. C’est, en tout cas, un des nombreux débats d’importance qu’ouvre franchement Anarquismo y utopía.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Ralle, « Anarquismo y utopía. Bakunin y la revolución social en España (1868-1936) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6573

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org