Navigation – Plan du site
Études
Dossier « Frontière et résistances en Péninsule ibérique 1926-1950 »

Les relations de frontière entre le Portugal et l’Espagne au temps de la dictature dans l’œuvre d’Álvaro Cunhal/Manuel Tiago

The border relationship between Spain & Portugal during Dictatorship in Álvaro Cunhal/Manuel Tiago's works
Las relaciones fronterizas entre España y Portugal durante la Dictadura en la obra Álvaro Cunhal/Manuel Tiago
João Carlos Vitorino Pereira

Résumés

Homme de la clandestinité, Álvaro Cunhal est un franchisseur infatigable de frontières terrestres et maritimes. Dans son œuvre littéraire, le franchissement transgressif des frontières, pendant la dictature et la guerre froide, contribue à l’héroïsation des militants communistes et à la mise en valeur de l’appareil clandestin du pcp. Les relations de frontière, notamment entre le Portugal et l’Espagne, retiendront aussi son attention dans ses écrits politiques. La maîtrise de l’espace frontalier est aussi importante pour les dictateurs ibériques que pour leurs opposants. Le pacte ibérique scellé entre Salazar et Franco visait à renforcer leur régime. Mais la question des frontières se pose aussi avec acuité au lendemain de la révolution des Œillets. Cunhal est tout à fait favorable à des relations de frontière avec l’Espagne dictatoriale et insiste plus que jamais sur la nécessité d’une Espagne démocratique, laquelle permettrait de consolider la jeune et fragile démocratie portugaise.

Haut de page

Notes de l’auteur

Pour simplifier et rendre la lecture de notre article plus confortable, nous utiliserons les abréviations qui figurent dans la liste ci-dessous ; Álvaro Cunhal a publié toutes ses œuvres littéraires, sauf ses deux contes pour enfants, aux éditions « Avante ! », dans la collection « Resistência ». Pour ce qui concerne ses textes non littéraires rédigés jusqu’en 1976, nous utiliserons l’édition des Obras Escolhidas parues à ce jour en six volumes, sous la direction de Francisco Melo, chez « Avante ! », à Lisbonne.

AbrÉviations utilisÉes pour les TEXTES d’ÁLVARO CUNHAL
Abréviation : Titre de l’œuvre, Date de la première édition
AC : Até Amanhã, Camaradas1974
CDN : Cinco Dias, Cinco Noites1975
CEA : Casa de Eulália1997
COCOs : Corrécios e Outros Contos2002
FFronteiras1998
OE, I : Obras Escolhidas, vol. I : (1935-1947), 2007
OE, II : Obras Escolhidas, vol. II : (1947-1964), 2008
OE, III : Obras Escolhidas, vol. III : (1964-1966), 2010
OE, IV : Obras Escolhidas, vol. IV : (1967-1974), 2013
OE, V : Obras Escolhidas, vol. V : (1974-1975), 2014
OE, VI : Obras Escolhidas, vol. V : (1976), 2015
RA : Um Risco na Areia, 2000
SOC : Sala 3 e Outros Contos, 2001

Texte intégral

  • 1 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noi (...)

A fronteira terrestre, atravessei-a muitas vezes clandestino. Eu e outros camaradas meus temos uma muito grande experiência de passagem de fronteiras terrestres, assim como de marítimas, Álvaro Cunhal1

Introduction

  • 2 Álvaro Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante!, 1985, p. 266 ; Cunhal exprimait d (...)

1Homme de la clandestinité et franchisseur infatigable de frontières terrestres et maritimes, Álvaro Cunhal a été l’idéologue du parti communiste portugais qu’il a dirigé pendant des décennies. Pour lui, comme pour la génération de 1930 à laquelle il appartenait, prendre parti, surtout dans le contexte de la dictature, était un cas de conscience et, surtout, un devoir. L’abolition des frontières, quant à elle, était inscrite, comme il se doit, à son programme politique ; ce n’était qu’une question de temps et de stratégie. Il fallait élargir le front révolutionnaire en dépassant la frontière idéologique entre les communistes et les autres révolutionnaires et opposer à l’impérialisme capitaliste l’internationalisme prolétaire. Dans O Partido com Paredes de Vidro, ouvrage publié en 1985, Cunhal invite d’ailleurs le monde prolétaire à ne pas concevoir la frontière comme une clôture ou un repli national, et encore moins comme une ligne de conflictualité2.

2Comme on pouvait s’y attendre, le passage de la frontière dans l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal n’est jamais une invitation à l’exotisme, bien que les personnages communistes franchissent souvent les frontières. Notons, toutefois, que le dépaysement est atteint lorsque les personnages communistes, après avoir franchi bien des frontières, comme Álvaro Cunhal, gagnent l’urss qui se présente comme un monde à part. Le passage clandestin de la frontière apparaît comme un moyen d’éprouver les personnages et l’organisation clandestine du Parti ; il offre au lecteur une scène à climax dont l’issue est favorable aux personnages mis en scène. La surveillance et, parfois, les tirs des gardes-frontières ainsi que l’arrestation et l’incarcération de communistes et d’autres, fuyant leur pays pour des motifs politiques ou économiques, occupent la mémoire des frontières. Celles-ci ne sont pas seulement géographiques dans l’œuvre de Manuel Tiago qui privilégie nettement l’émigration politique et l’abolition des frontières, dessinant les contours d’un monde devenu communiste et unifié dont l’avènement signera la fin de l’Histoire.

3On remarquera que les personnages révolutionnaires se déplacent constamment dans son œuvre, le personnage en mouvement revêtant volontiers un caractère futurant. Par exemple, dans Cinco Dias, Cinco Noites, récit placé sous le signe du voyage, le jeune militant communiste André, personnage porteur d’avenir, erre un temps à travers la montagne et les ténèbres en compagnie d’un passeur alors que les personnages subissant avec résignation leur condition sociale sont des personnages statiques qui ne quittent pas le lieu où ils vivent misérablement.

4Nous n’étudierons pas ici les différents types de frontières qui apparaissent nettement dans l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal ; en revanche, nous nous concentrerons sur la représentation de la frontière géographique, notamment luso-espagnole, au temps de la dictature.

Passage clandestin des frontières et mise à l’épreuve des hommes et du parti

  • 3 « Álvaro Cunhal escreveu pelo prazer de escrever, mas também por imperativo de memória […]. E escre (...)

5Le passage clandestin de la frontière qui retient l’attention de Manuel Tiago est le passage illégal non pas du contrebandier ou de l’émigré économique, que beaucoup d’auteurs portugais mettent en scène, mais du militant communiste clandestin qui, d’une manière générale, se déplace sans arrêt, faisant fi des frontières. Le passage de la frontière dans l’œuvre tiaguienne ne donne donc pas lieu à un voyage d’agrément, contrairement à ce que pourrait faire croire le titre de la nouvelle « Não custa nada : é um passeio ». Ce titre conjugue la citation et l’antiphrase puisqu’il s’agit des mots employés dans la dernière nouvelle du recueil Fronteiras par une enfant de quatre ans confiée par ses parents communistes à un enseignant qui, avec son épouse, l’emmènera à Paris sans encombre : « Até França, os dois, militantes clandestinos, tinham de atravessar a salto duas fronteiras. Prova demasiado dura para que a menina os pudesse acompanhar. » (F, 173). Un subterfuge a donc été trouvé et pendant le trajet « Belinha […] seria, não Belinha, mas Mimi, filha do casal » (F, 173). Le voyage de l’enfant sera très agréable, contrairement à celui de ses parents : « Os pais tinham tido duros saltos nas fronteiras, mas não o contaram à filha. O reencontro foi uma alegria. » (F, 173). On a donc ici deux modalités du passage de la frontière, mais c’est le difficile franchissement clandestin de la frontière pour des raisons politiques que Manuel Tiago, par devoir de mémoire3, veut raconter de manière très didactique à ceux qui ne l’ont pas vécu, la frontière étant l’un des lieux de la mise à l’épreuve de ses personnages exemplaires.

6La lutte contre le fascisme ainsi que la guerre froide conduisent les personnages communistes, dans des récits qui tiennent le lecteur en haleine, à prendre de grands risques car la traversée clandestine des frontières, organisée parfois par des passeurs inquiétants (F, 30), n’est pas sans danger (F, 29). Le franchissement transgressif des frontières apparaît comme une épreuve qualifiante contribuant à l’héroïsation des personnages communistes qui ne sont d’ailleurs jamais arrêtés ou tués par les gardes-frontières même quand ils leur tirent dessus (F, 29). Il s’agit d’une entreprise à haut risque, l’auteur évoquant, dans un souci de véracité historique, les arrestations à la frontière dans la nouvelle « Espanha fica a oriente » : « Na margem esquerda do Guadiana tinha havido prisões. No Porto ocorrera o mesmo e Lisboa não tinha contacto com o Norte. » (F, 23). Cet énoncé impersonnel, notons-le, atténue habilement l’insuccès des communistes et de leur organisation clandestine, le lecteur pouvant même ne pas penser à eux ou qu’à eux puisqu’ils ne sont pas explicitement cités. Sont donc mis à rude épreuve les hommes ainsi que l’appareil clandestin du parti communiste portugais :

  • 4 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista … art. cit. », p. 2.

Houve anos, na vida do pcp, em que tivemos mais de cem passagens de fronteira terrestre. Arredondando, podemos dizer que em cada quatro dias havia um que entrava ou saía clandestinamente. […] Isto mostra que havia grande contacto com as populações, grande diversidade de conhecimentos. Quantas famílias, quantos casais, quantos passadores diferentes, quantas casas modestas na montanha e na planície, quantas casas pobres, quantos pontos de recepção. Uma imensidade de conhecimento humano.4

7C’est tout ce dispositif complexe évoqué ici par Cunhal qui est mis en lumière dans l’œuvre littéraire de ce dernier. Dans toutes les histoires de passage de frontières qui sont autant d’histoires sur la lutte clandestine communiste, Álvaro Cunhal met l’accent sur un réseau de personnes-relais dans lequel le pcp et ses membres jouent un rôle déterminant. Ce réseau d’entraide est bien organisé d’un côté comme de l’autre de la frontière, les principaux protagonistes défilant sous les yeux du lecteur : les passeurs, les personnages liés au Parti et hébergeant temporairement, au Portugal ou à l’étranger, le clandestin (F, 13, 23, 49, 148) ou lui fournissant de faux papiers (F, 121, 149, 151) et même les agents secrets, qui interviennent dans la nouvelle « Perseguição impertinente ». Le lecteur sait par qui et comment le passage clandestin est organisé ; son organisation est généralement le fait du Parti qui révèle avoir une bonne connaissance des lieux et des hommes auxquels il fait appel. Dans Cinco Dias, Cinco Noites, André, à qui le Parti a donné de l’argent, est présenté à Lambaça par un militant communiste : la rencontre a lieu la nuit, non loin de la gare de Campanhã, à côté d’une voie ferrée (CDN, 9-10).

  • 5 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement « (...)

8Dans un souci didactique, Manuel Tiago dévoile aussi les raisons pour lesquelles les militants clandestins franchissent les frontières, certains suivant une formation idéologique (COC , 65 ; F, 77, 121) ou militaire (F, 105, 107) en urss, d’autres étant chargés d’une mission politique (F, 173), comme le personnage anonyme de A Casa de Eulália, d’autres encore devant se réfugier à l’étranger pour échapper à la police, visiblement comme le jeune protagoniste de Cinco Dias, Cinco Noites, ou après s’être évadés de prison (F, 22-23), comme l’auteur lui-même après son évasion spectaculaire du fort de Peniche, en janvier 1960. Contrairement à l’inquiétant passeur Lambaça dans Cinco Dias, Cinco Noites (CDN, 9), les « guias » (F, 38, 42, 43, 44), nom donné aux passeurs5, sont dans Fronteiras généralement dignes de confiance et chaleureux (F, 42) car véritablement choisis par le Parti, bien que l’un d’entre eux soit dépeint comme un personnage peu rassurant, un « vagamundo de feira em feira em Portugal e Espanha » (F, 30). Sont également évoqués le mode de déplacement (F, 24-25, 30, 81, 121), les moyens de reconnaissance et les formules codées à apprendre pour ne pas se tromper de personne (F, 72, 81), le travestissement ou le changement d’aspect pour compliquer l’identification (F, 24), les lieux sûrs de rencontre ou de repos comme certains cafés ou hôtels (F, 13, 14, 44, 77, 79, 81) et les précautions à prendre pendant le voyage (F, 15, 16, 40) souvent épuisant (F, 29-32). Ajoutons à cela les péripéties, dramatiques ou parfois drôles, à la frontière (F, 106), dans les zones de transit des aéroports (F, 140 ; 147 ; 155-156) ou pendant le voyage (F, 45, 134) qui donne lieu à des rencontres inattendues ou inquiétantes (F, 32, 138-142), que l’auteur décrit notamment dans la nouvelle « De comboio pela Alemanha nazi ». Ce dernier met l’accent, comme dans le premier chapitre de Cinco Dias, Cinco Noites, sur la prise de contact, généralement facilitée par le Parti (F, 49, 72) qui parfois n’écoute pas ceux qui connaissent le terrain et les risques (F, 60), le passage de la frontière pouvant alors tourner au drame (F, 61). Les différentes étapes du passage clandestin sont expliquées par le menu (F, 23, 38, 67, 72, 73, 81, 84), les points de passage (F, 38) n’ayant rien de fictif. Nous en retiendrons deux : Soalho, au Portugal, et Rosal de la Frontera, en Espagne.

9« Mulheres pelo Soajo » est une nouvelle du recueil Fronteiras qui, comme son titre l’indique, met à l’honneur la femme dans la lutte clandestine communiste et met en exergue un point de passage connu des candidats à l’émigration. Dans ce texte, Soalho est un lieu référentiel décrit de manière vériste : « O salto previsto seria pelas montanhas pedregosas, abruptas e desérticas do Soajo. Longo e acidentado percurso, agravado pelo peso das malas que elas traziam. » (F, 81) ; et le narrateur d’insister sur la pénibilité du voyage qui n’effraie guère les deux femmes du récit, lesquelles se heurtent aux préjugés machistes du passeur (F, 81, 82, 84). Puis vient le moment tant attendu par ces militantes clandestines qui doivent rentrer au Portugal qu’elles apprennent à connaître, chemin faisant (F, 84). Elles arrivent dans le haut Minho, le village de Soajo constituant l’une des principales portes d’entrée du Portugal pour ceux arrivant par la région frontalière d’Orense. Le « salto » porte bien son nom en portugais car il est, en quelque sorte, un saut dans l’inconnu qui n’est pas toujours désagréable.

  • 6 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. I : « Daniel », o Jovem Revoluci (...)
  • 7 Kenneth Maxwell, A Construção da Democracia em Portugal, trad. par Carlos Leone, Lisbonne, Editoria (...)
  • 8 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. II : « Duarte », o Dirigente Cla (...)

10Rosal de la Frontera est un village andalou qui fait face au village alentejan de Vila Verde de Ficalho et que Cunhal connaissait bien ; il le mentionne d’ailleurs dans A Casa de Eulália (CE, 15) ainsi que dans « Um salto tranquilo » où il est présenté comme un « sítio seguro » (F, 17), ce qui explique d’ailleurs le choix de l’adjectif du titre de la nouvelle. Il s’agit d’un stéréotype spatial car ce lieu est associé à l’histoire du parti communiste portugais. Reportons-nous à ce qu’écrit à ce sujet José Pacheco Pereira : « A viagem de Cunhal para Espanha foi realizada clandestinamente por Rosal de la Frontera. » ; José Pacheco Pereira ajoute : « Esta pequena aldeia não era um ponto de passagem qualquer, mas a terra onde […] havia uma taberna frequentada por portugueses exilados, onde era vulgar haver grandes discussões políticas. Era considerado, à época, o aparelho de fronteira ‘oficial’ do pcp. »6. Notons que l’Alentejo est, dans l’œuvre tiaguienne, l’un des principaux théâtres de luttes héroïques, épiques, comme on peut l’observer dans Um Risco na Areia, car c’est là que le pcp s’est solidement implanté. « O Sul tinha sido a região que providenciou a coluna vertebral de apoio ao pcp durante os anos de clandestinidade, e foi no Alentejo que o pcp, assim que emergiu como partido legalizado em 1974, escolheu os seus heróis populares e os seus mártires oficiais. »7, commente Kenneth Maxwell. Il va sans dire que lorsqu’un point de passage entre les frontières, qui était placé sous la responsabilité d’un membre du Parti, finissait par être repéré ou très surveillé par la police, il fallait en trouver un autre8.

  • 9 João Madeira, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comunista e os Intelectuais (dos anos trinta a in (...)
  • 10 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751.

11Par conséquent, l’organisation du passage de la frontière par les communistes s’appuyait sur un réseau international ; c’était une question de devoir, comme le déclare Jean Dupré : « Jean não desistiu. Falou da solidariedade internacionalista e do que significava o regresso de Luís a Portugal. » (F, 58). C’est ainsi que, dans la nouvelle « Da Gasconha para Portugal », Luís est hébergé chez les Dupré, communistes de père en fils ; une fois arrivé en Espagne, Custódio, un membre du pcp « na clandestinidade há muitos anos » (F, 72), l’aidera à rentrer sans encombre au Portugal (F, 72-73). Dans la nouvelle « Mulheres pelo Soajo », la solidarité internationaliste qu’invoque le communiste Jean Dupré explique que deux militantes portugaises, Berta et Manuela, se retrouvent dans un hôtel avec un Brésilien (F, 78), dans un pays étranger : « Era como elas militante clandestino. Do Nordeste. Região de miséria e revolta. » (F, 79). L’allusion néo-réaliste au Nordeste brésilien, région apparemment jumelée dans l’esprit de Manuel Tiago, en tant que terre de conflits agraires, avec l’Alentejo, est révélatrice de l’intérêt des néo-réalistes portugais pour le roman social du Nordeste, lequel voit le jour dans les années 1930 au Brésil. On remarquera que la nouvelle « De comboio pela Alemanha nazi » s’achève sur l’évocation parfaitement conforme à la réalité historique de « dois camaradas latino-americanos, que […] vinham de Moscovo pela Alemanha com passaportes falsos, haviam desaparecido durante a viagem e nada mais se soubera deles até então » (F, 134). On connaît les contacts sporadiques qu’entretenait, au début des années 1940, le pcp avec le parti communiste brésilien9 ou avec d’autres partis communistes latino-américains10. Comme le montre l’œuvre tiaguienne, le passage clandestin de la frontière est donc une affaire d’expérience (F, 32-33) et, surtout, de relations entre des individus ou des organisations qui se jouent des frontières ; les bases d’appui étaient souvent choisies pour leur isolement mais le militant clandestin ne se sentait pas seul : « Isolado o local, não as relações humanas. » (F, 13), écrit lapidairement Cunhal en ouverture de la première nouvelle du recueil Fronteiras. Ainsi, même à l’étranger – à Paris, à Genève, à Rome ou ailleurs –, le militant communiste reste en contact avec l’appareil clandestin qui l’aide et le renseigne (F, 49, 72, 116, 151) : le Parti est partout, apparaissant comme une figure de la providence.

  • 11 José Neves, Comunismo e Nacionalismo em Portugal. Política, Cultura e História no Século XX, Lisbon (...)

12Le « salto de fronteira » (F, 81), c’est-à-dire le passage clandestin, est donc, en général, parfaitement organisé et expliqué par les communistes qui ont acquis dans ce domaine une grande expérience, dictature oblige : « Sabedores, os homens de Aldeia Velha e Palhó tomavam precauções. Melhor que ninguém conheciam o terreno. Para enganar a Guarda, desviavam-se da rota e, antes de voltar a ela, passavam junto de um ou outro monte. » (F, 15). Ainsi Gabriel est-il ravi « Pela hospitalidade, tranquilidade e segurança. » et « Pela forma responsável como estava a ser preparado o salto. » (F, 14). Les deux jeunes militantes clandestines de la nouvelle « Mulheres pelo Soajo » font le même constat (F, 77). Les bases d’appui devaient être particulièrement sûres, comme c’était le cas de celle de Rosal de la Frontera, un militant clandestin se disant impressionné « Pela serenidade e rigor da passagem de fronteira. » (CE, 15-16). A l’évidence, ce qui intéresse l’auteur, c’est le « camarada emigrante » (F, 65) ou, plus encore, le militant communiste clandestin, plutôt que l’émigré, sans doute parce que ce dernier n’est pas un lutteur participant à la geste nationale et ouvrière, mais un vaincu écrasé par la misère qui a abandonné « a terra-mãe » exaltée par les communistes sous la dictature salazariste11. Comme le rappelle Álvaro Cunhal lors d’un entretien, le passage clandestin est toujours risqué (F, 16), d’où son intérêt romanesque :

  • 12 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias « Entrevista… art. cit. », p. 3.

É uma questão de medir se sim ou não tudo foi bem informado e bem calculado. Por vezes, para quem passava a fronteira, era caminhar num terreno desconhecido. Não é uma questão de medo, é uma questão de apreensão e de expectativa. Porque o acto em si era um acto de coragem. Porque se aqui nas passagens terrestres nunca houve tiros que tivessem levado alguém nosso à morte, noutros lados o perigo era bastante maior. Nós atravessámos muitas vezes várias fronteiras daqui até à União Soviética, incluindo as da Alemanha nazi e de outros países com ditaduras.12

  • 13 Susan Rubin Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, P.U.F. « Écriture », 1983, p.  (...)

13Ce n’est pas donc un hasard si le personnage revit parfois en rêve un « salto » qui a mal tourné (F, 30), comme dans la nouvelle où Alfredo échappe aux balles des gardes-frontières espagnols (F, 29). Dans « Espanha fica a oriente », le rêve, révélateur d’une expérience traumatisante, est utilisé moins pour l’introspection psychologique du personnage que comme récit dans le récit, l’auteur, pour rappeler le danger, gratifiant le lecteur d’une autre histoire de passage de frontières, subtilement enchâssée dans le récit-cadre qui est déjà une histoire de ce type ; la redondance, ici thématique, est l’une des caractéristiques du récit tiaguien et, d’une manière générale, du récit à thèse, comme l’a démontré Susan Rubin Suleiman13. Dans cette nouvelle, le militant clandestin communiste se réveille en sursaut alors qu’il se trouve en rase campagne, non loin de la frontière portugaise qu’il cherche à franchir pour rentrer chez lui : « Prostrado na fria humidade da terra, acordou sobressaltado, com consciência da situação em que se encontrava. Fora sonho mas exacto. Tal qual como se passara. // Agora, lúcida, a lembrança. » (F, 31). L’auteur traduit ainsi la tension psychologique, l’angoisse diffuse que représente le passage clandestin qui parfois tourne au drame. Le souvenir lucide du rêve prend ensuite le relais dans le récit : le rêve et la réalité textuelle se rejoignent donc ici, tout comme se rejoignent, de façon générale, la fiction tiaguienne et la réalité extra-textuelle.

La frontière luso-espagnole au temps de la dictature

14Au temps des dictatures péninsulaires, passer du Portugal en Espagne ou de France en Espagne n’était pas chose aisée car Salazar et Franco faisaient surveiller étroitement les frontières, s’épaulant même dans cette tâche. Les relations de frontière, pour des raisons politiques, entre le Portugal et l’Espagne, qui ont toujours été conflictuelles, vont se compliquer et s’intensifier au cours de la période dictatoriale, ce dont rend compte l’œuvre littéraire et politique d’Álvaro Cunhal.

15C’est ainsi qu’après avoir trompé la vigilance des gardes-frontières, le passeur mis en scène dans « Um salto tranquilo » laisse Gabriel non loin de Rosal de la Frontera où ce dernier prendra un car pour Séville avant d’arriver en train à Madrid où il rencontrera une personne-relais (F, 17). Dans « Espanha fica a oriente », Barra suivra visiblement le même itinéraire (F, 33) jusqu’à Madrid et le militant clandestin, qui le guide un temps, se retrouve ensuite dans le village espagnol de Venta de Baños (F, 27), situé à quelques kilomètres de Palencia. Nous ne sommes pas très loin de la frontière franco-espagnole. Dans « O passo dos Pirinéus », deux militants clandestins portugais arrivent, depuis Madrid, à San Sebastián accompagné d’un passeur espagnol ; à la gare, un communiste les attend. Ils n’ont guère le loisir de visiter la ville espagnole ; tout juste ont-ils le temps de contempler les montagnes (F, 37). Malgré la beauté du paysage (F, 43), le franchissement de la chaîne des Pyrénées, à pied, pendant deux jours, n’aura rien d’une partie de plaisir (F, 41, 43), d’autant plus que certaines zones étaient « muito expostas e sujeitas a vigilância e a patrulhas » (F, 42). Le troisième passeur, de nationalité française, les conduira à bon port malgré les obstacles (F, 43, 44) ; leurs hôtes français les accueillent « como se fossem velhos conhecidos. Entregaram-lhes roupas e calçado. » (F, 44).

16L’intermède républicain en Espagne, à partir de 1931, va faciliter le passage de la frontière luso-espagnole pour des raisons politiques, comme le montre la nouvelle « Espanha fica a oriente ». Pour éviter une nouvelle incarcération de Barras, on décide d’envoyer ce dernier en Espagne, bien que la frontière soit sous haute surveillance du côté portugais, où les arrestations se multiplient, Salazar se méfiant de la République espagnole (F, 23).

17L’étau va cependant se resserrer autour des militants communistes portugais et espagnols pendant la Guerre Civile d’Espagne et sous le régime franquiste qui, comme le régime salazariste, est ouvertement anticommuniste. Ce que dit Jean Dupré, dans la nouvelle « Da Gasconha para Portugal », colle parfaitement à la réalité historique :

Sabia que, antes da Guerra de Espanha e da Segunda Guerra Mundial, se realizavam saltos clandestinos de fronteira pelos Pirinéus. Depois da guerra, ele, Jean, tinha organizado muitas viagens clandestinas de camaradas espanhóis. Mas isso acabara. Acontecimentos graves tinham levado a não mais se utilizar o processo. Os camaradas espanhóis tinham resolvido o problema de outra forma, Jean não sabia como. (F, 52)

18Cet aveu d’ignorance du personnage, malgré son expérience en la matière, souligne par la même occasion la difficulté de reconstituer l’histoire des passages clandestins de frontières, précisément parce que ces derniers se réalisent dans la clandestinité et le secret. Le contexte politique fait donc de la région frontalière une zone de conflit sensible, la frontière s’ouvrant ou se fermant au gré des événements. Quelques années après que son père eut été fusillé par les nazis, « Jean distinguira-se […] por ter organizado o regresso clandestino de camaradas espanhóis ao seu país. » (F, 49). Une solution sera finalement trouvée pour qu’un militant communiste portugais puisse franchir les Pyrénées pour « entrar clandestinamente em Espanha e apanhar o Sud para Ciudad Rodrigo » ; là, « um camarada poderia ir buscá-lo a território espanhol e fazê-lo passar a fronteira. » (F, 49). Le communiste Théodore emmènera Luís en bateau jusqu’à un « local da costa de Espanha perto de San Sebastián » (F, 67). Les frontières maritimes étant également surveillées, il faudra user d’un stratagème. En effet, Théodore fera en mer un large détour avant de débarquer Luís dans une petite baie discrète : « Quem de terra avistasse o velame branco, concluiria, era isso o pretendido, que o barco vinha não do norte, do lado da França, mas do sul, de outro ponto da costa espanhola. » (F, 71) ; c’est que plus aucun Français ne pêchait le long des côtes espagnoles (F, 59). Tout s’étant déroulé comme prévu, le narrateur conclut à la transparence des personnages communistes positifs avec lesquels on entretient des « Relações humanas tão claras » (F, 69), l’idéal de la transparence travaillant notamment les écrits littéraires d’Álvaro Cunhal (F, 68). Malgré les difficultés et la répression (F, 23), l’appareil clandestin du Parti prouve, quant à lui, son efficacité dans l’organisation des passages de frontières.

  • 14 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, 5e éd., Paris, P.U.F. « Que sais-je ?; n° 275 », 1963 [1947], (...)

19Ces récits sont tout à fait vraisemblables. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, comme la démocratisation de l’Espagne réclamée par la communauté internationale se faisait attendre, la France a fermé un temps, entre 1944 et 1948, sa frontière avec son voisin espagnol14. Si des Portugais cherchent parfois à se réfugier en Espagne lorsque les républicains sont au pouvoir, des Espagnols aussi cherchent à se réfugier au Portugal afin d’échapper à la répression de Franco, la frontière apparaissant alors nettement comme une zone de solidarité ou un espace propice à la conspiration.

  • 15 Dans le roman de Guilherme Centazzi, O Estudante de Coimbra (Lisboa, Typ. de António José da Rocha, (...)
  • 16 Luís Farinha, « O republicanismo/reviralhismo e a guerra civil de Espanha – Do ocaso do reviralhism (...)

20Les relations de frontière en cas de crise politique aiguë, qui n’ont rien de nouveau15, font l’objet d’une attention toute particulière de la part des gouvernants ibériques. Lorsque le Front populaire triomphe en Espagne, la situation des antifascistes portugais qui avaient trouvé refuge dans ce pays change, au point que certains projettent de franchir la frontière : « os emigrados confiam de novo no apoio da República espanhola »16, écrit Luís Farinha. Les relations de frontières préoccupent alors le régime salazariste qui prendra de vaines mesures pour empêcher le retour des « conspirateurs », comme le note ce chercheur :

  • 17 Ibid., p. 158.

Em resposta a esta situação, o governo português, tendo apostado aparentemente num clima de boas relações com o governo da Frente Popular, intensifica a acção diplomática requerendo o internamento dos emigrados a mais de 100 km da fronteira, o que nesta altura se mostrava completamente ineficaz. […] é o próprio embaixador português que julga ser impossível « quaisquer démarches junto das autoridades espanholas, com o fim de serem afastados da fronteira os conspiradores », pois os emigrados têm todo o apoio do governo espanhol […]. Logo em Fevereiro de 1936, Vigo tornava-se a « capital » dos emigrados portugueses.17

  • 18 Ibid., p. 160, 162.
  • 19 Ibid., p. 169-170.
  • 20 Fernando Rosas, « Introdução », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra… op. cit, p. VIII.

21La plupart des antifascistes portugais réfugiés en Espagne et en France rentrent donc au Portugal qui rompt alors ses relations diplomatiques avec son voisin espagnol en octobre 193618. En effet, en Espagne, des Portugais conspirent contre Salazar, certains échaffaudant le fameux Plan L : « Segundo esta operação, os republicanos tentariam construir um corredor, dividindo a zona nacionalista pelo interior de Castela, favorecendo assim a entrada dos portugueses, a subversão da ditadura salazarista e garantindo uma rectaguarda mais favorável ao regime espanhol. »19. Mais, la Guerre Civile fera échouer ce plan dès 1938, « obrigando todos os portugueses empenhados a procurar o exílio francês, através dos Pirinéus » ; certains « viriam a estar internados nos campos de concentração do sudoeste de França »20. C’est ce à quoi il est fait allusion dans la nouvelle « Da Gasconha para Portugal » (F, 52). Dans A Casa de Eulália, le groupe d’antifascistes qui a conçu le Plan L est mentionné (CE, 21) ; il s’agissait, dans le monde extra-textuel, du « grupo dos ‘Budas’ » .

  • 21 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I., p. 239.

22Naturellement, le passage de la frontière sera très difficile pendant la Guerre Civile d’Espagne et après la victoire de Franco. Dans A Casa de Eulália, roman consacré à la guerre d’Espagne qui surprendra Álvaro Cunhal à Madrid, on retiendra une scène inspirée d’un fait autobiographique où les anarchistes tentent d’empêcher « o camarada » (CE, 68) de se rendre en France pour prendre un bateau en direction du Portugal, détour rendu nécessaire par les combats (CE, 68, 69, 95, 169). Ce personnage communiste sans nom, alter ego de l’auteur, inventera une histoire pour qu’on le laisse enfin partir (CE, 173). D’après José Pacheco Pereira, « Cunhal não pode regressar a Portugal pela fronteira terrestre ocupada pelas forças de Franco. Teria de ir para França e depois, por mar, para Portugal. »21. C’est aussi ce que l’on lit dans le récit de Manuel Tago au sujet de ce personnage anonyme :

Os fascistas ocupavam toda a fronteira e até lá chegar […] teriam que atravessar zona de guerra. Não podia regressar a Portugal por via terrestre.
[…] Tinha já falado com os camaradas espanhóis agora no Governo de Largo Caballero. Podiam ajudar. Iria tentar passar para França, via Catalunha, e de França para Portugal por via marítima.
Clandestinamente, claro. (CE, 166)

  • 22 « Conseguimos organizar a União dos Antifascistas Portugueses Emigrados em Espanha, à qual pertence (...)

23Dans A Casa de Eulália, le fait, historiquement avéré, que la frontière terrestre luso-espagnole soit coupée contribue à l’expansion du récit. Dans ce roman, les Portugais et, tout particulièrement, les communistes portugais réfugiés en Espagne (OE, II, 60) se mobilisent pour prêter main forte aux antifranquistes : « Todos os comunistas emigrados em Espanha dão uma ajuda efectiva ao povo espanhol : nas milícias populares, nos serviços sanitários, etc. Muitos camaradas foram já mortos pelos fascistas na frente. » (OE, I, 30), écrit le jeune Cunhal depuis Madrid22, en septembre 1936, dans une lettre en français adressée à l’Internationale communiste de la jeunesse. Le fait, pour un communiste portugais, d’avoir combattu les franquistes, au nom de l’internationalisme prolétaire, est considéré comme un titre de gloire (AC, 59), si l’on s’en tient à la lecture de Até Amanhã, Camaradas, premier roman d’Álvaro Cunhal. Dans A Casa de Eulália, la relation amoureuse qui naît entre l’Espagnole Eulália et le Portugais Manuel symbolise l’union des peuples portugais et espagnol, à laquelle Álvaro Cunhal a souvent appelé dans ses écrits politiques. La maison d’Eulália se présente comme le lieu symbolique où s’opère la rencontre harmonieuse des peuples qui n’est guère entravée par les barrières linguistiques.

  • 23 João Madeira, História do Partido Comunista Português… op. cit, p. 77-78.
  • 24 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. II, p. 328, cf. aussi (...)

24Le cours défavorable de la Guerre Civile conduira nombre d’antifranquistes à passer la frontière pour se réfugier au Portugal. Dans la nouvelle « Sala 3 », des Portugais de l’Alentejo sont emprisonnés pour avoir hébergé des républicains espagnols que le régime salazariste livrera aux franquistes (SOC, 23). Après la Guerre Civile, les communistes espagnols exilés notamment en Amérique latine tentent de créer un appareil clandestin à partir du Portugal, incités en cela par Moscou. Le pcp, qui s’était déjà doté d’un appareil clandestin, mettra son expérience des passages de frontière au service des communistes espagnols, s’affirmant ainsi au sein du monde communiste23 : « A partir de então é através do pcpreorganizado’, ou seja, da Direcção de Cunhal, que se realiza a parte portuguesa das viagens de espanhóis. »24, observe José Pacheco Pereira.

25Les deux dictateurs ibériques vont, quant à eux, conclure un pacte connu sous le nom de « pacte ibérique ». Dans sa lettre de 1936, Álvaro Cunhal dénonce « a ajuda odiosa que o governo fascista de Portugal dá aos insurrectos fascistas espanhóis » (OE, I, 29), à laquelle il faut opposer « a fraternidade entre os dois povos vizinhos e irmãos » (OE, I, 28 ; cf. aussi OE, III, 96) ; l’union des deux peuples opprimés qu’il appelle de ses vœux dans la célèbre allocution radiophonique à la jeunesse portugaise prononcée en septembre 1936 à Madrid se réalise littérairement dans A Casa de Eulália. Les relations de frontière pendant la guerre d’Espagne feront l’objet d’un accord entre les dictateurs ibériques, comme le souligne Álvaro Cunhal qui a écrit à plusieurs reprises sur le bloc ibérique et la guerre d’Espagne. Salazar ouvre ses frontières aux nationalistes espagnols : « Quando se deu a vitória das forças democráticas espanholas, em Fevereiro de 1936, Portugal tornou-se o refúgio dos reaccionários e um centro das suas conspirações. » (OE, II, 54), observe Cunhal dans « Frente ao ‘Bloco’ fascista ibérico », texte publié en espagnol, en avril 1948, dans un périodique du PCE. Salazar avait soutenu auparavant les monarchistes espagnols qui tentaient de renverser la République instaurée en 1931, comme le note Cunhal dans « O Governo de Salazar e a Guerra de Espanha » (OE, II, 14), subdivision d’un article rédigé en 1947. Les antifranquistes, eux, ne seront pas les bienvenus, l’aide de Salazar se traduisant « pela entrega de milhares de republicanos espanhóis refugiados em Portugal aos pelotões de execução da Phalange » (OE, II, 14 ; cf. aussi p. 54). En revanche, le dictateur portugais ouvrira ses frontières aux troupes franquistes qui pourront faire des incursions sur le territoire portugais : « A ligação dos sectores fascistas norte e sul, na zona de Badajoz, por exemplo, foi possível graças à permissão dada por Salazar às tropas franquistas para que desenvolvessem as suas operações através do território português. » (OE, II, 54 ; cf. aussi p. 14). Il va sans dire que les hommes de Salazar franchissent aussi sans peine la frontière espagnole pendant la Guerre Civile d’Espagne ; comme le rappelle Cunhal, le dictateur portugais « Enviou para Espanha as divisões dos Viriatos, com oficiais e armas do exército português. » (OE, II, 14). Ainsi, la frontière s’ouvre ou se ferme au gré des événements et des intérêts des uns et des autres.

26Álvaro Cunhal dégage la leçon de la Guerre Civile d’Espagne à la fin de laquelle l’union des dictateurs ibériques est scellée : « Franco e Salazar tiraram das lições da guerra de Espanha um grande ensinamento : que a sua ajuda mútua era um importante factor para a sua permanência no poder […]. » (OE, II, 55). Les dictateurs ibériques ont compris qu’ils avaient intérêt à collaborer étroitement, d’où leur rencontre historique à Séville, en février 1942, pour rassurer, en pleine guerre mondiale, les puissances belligérantes sur la neutralité ibérique, qui ne sera qu’une neutralité de façade, comme l’explique Cunhal. Cette rencontre entre Franco et Salazar à Séville contribuera à renforcer le bloc ibérique (OE, II, 56) défini par Álvaro Cunhal, dans Rumo à Vitória, comme « uma aliança dirigida contra os povos de Espanha e Portugal, um instrumento de eventuais intervenções militares fascistas do Estado vizinho contra o movimento popular » (OE, III, 96). Le pacte d’union scellé dès 1939 par les deux dictateurs ibériques perdurera tant bien que mal. Dans son texte de 1948, « Frente ao ‘Bloco’ fascista ibérico », Cunhal relate un épisode, encore peu connu aujourd’hui, du pacte ibérique :

  • 25 Cf. aussi Delfim Cadenas, « Da Guerra Civil na Galiza à Batalha do Cambedo da Raia », Mapa, n° 7, 1 (...)

[…] as forças agressivas franquistas e salazaristas, numa grande acção militar conjunta, deram caça aos guerrilheiros espanhóis na região fronteiriça entre a Galiza e Portugal. Depois de meses de acção continuada, […] cercaram um pequeno grupo de guerrilheiros espanhóis na povoação portuguesa de Cambedo. Alguns foram assassinados. Outros foram feitos prisioneiros e entregues aos falangistas. Os guerrilheiros espanhóis tinham encontrado apoio e solidariedade da população de Cambedo e de outras povoações portuguesas. Mais de 30 portugueses e portuguesas de Cambedo sofrem nos cárceres a sua solidariedade para com os seus irmãos de Espanha. (OE, II, 60)25.

27Ces faits se sont produits en décembre 1946 dans une aire frontalière particulière. La frontière apparaît ici comme une zone stratégique de conflit ou de résistance, mais aussi comme un espace de solidarité transfrontalière. Notons que la solidarité entre antifascistes portugais et antifascistes espagnols qui se manifeste dans plusieurs villages portugais à la frontière avec la Galice est toute naturelle en raison des liens historiques et culturels qui unissent cette région au nord du Portugal, la frontière, à cet endroit, étant traditionnellement poreuse. Au fond, cette frontière particulière constitue un entre-soi car elle n’a jamais véritablement divisé les deux communautés pour lesquelles elle n’a jamais représenté une ligne de conflit, de fracture, son existence étant essentiellement administrative. La solidarité spontanée qu’a suscitée l’oppression subie des deux côtés de la frontière et qui a mis à l’épreuve le pacte ibérique n’a fait, sans doute, que resserrer les liens culturels, voire identitaires entre les deux communautés transfrontalières.

28D’autres événements évoqués par Cunhal dans Rumo à Vitória vont réactiver le pacte ibérique qui, rappelons-le, permet d’ouvrir la frontière aux troupes amies :

A intenção é clara. E o acordo também. A questão pôs-se já, com carácter prático, quando da ameaça que pesou sobre o regime de Salazar na altura das « eleições » presidenciais de 1958. Mais recentemente, depois do ano de grandiosas lutas populares que foi 1962, novas conversações tiveram lugar e novas promessas foram feitas. « A Espanha (disse o comandante da Polícia Armada Espanhola vindo a Lisboa trabalhar com o ministro do Interior e a polícia salazarista) tem de corresponder ao que Portugal fez por ela em 1936. » (Século, 24-1-1963.) (OE, III, 96)

29Mais nous ne sommes plus en 1936, comme l’explique Cunhal qui ne croit pas, au moment où il rédige Rumo à Vitória, texte important de 1964, que des troupes franquistes franchiront la frontière pour voler au secours de Salazar.

30En revanche, Cunhal croit depuis toujours à la nécessité d’unir les deux peuples opprimés qui, en raison de relations de frontière séculaires mais complexes et souvent conflictuelles, ont tendance à se tourner le dos. Sur le plan économique, Cunhal constate même, dans Rumo à Vitória, que ces relations de frontière, qui ont toujours existé, sont plutôt décevantes : « Apesar da longa fronteira terrestre entre os dois países e da sua posição geográfica um tanto isolada do resto da Europa, as exportações de Portugal para Espanha representam menos de 3 % do total das exportações, as suas importações menos de 2 % do total e a cooperação financeira e técnica é também pouco significativa. » (OE, III, 94).

31La première réponse au pacte ibérique scellé par les dictateurs ibériques, Franco et Salazar, est un pacte d’union entre les antifascistes portugais et les antifascistes espagnols dont il faut coordonner la lutte, ce sur quoi Álvaro Cunhal attire l’attention dans une lettre adressée en janvier 1948 « Ao Partido Comunista dos Bolcheviques da urss » (OE, II, 7). Voici ce qu’il écrit un peu plus tard en conclusion de son texte de 1948 intitulé « Frente ao ‘Bloco’ fascista ibérico » :

Os regimes fascitas peninsulares ajudam-se mutuamente […].
Daí a necessidade e o dever, para os povos da Península Ibérica, de estreitar os seus laços, de coordenar a sua luta, de definir a direcção fundamental comum dos seus combates.
Frente ao « Bloco » fascista ibérico, às ordens de Wall Street, impõe-se a união fraternal dos povos de Espanha e Portugal na sua luta pela democracia e pela independência nacional.
(OE, II, 61)

  • 26 Dans le chapitre XXXV du tome III de son roman O Estudante de Coimbra, Guilherme Centazzi ne manque (...)

32Les antifascistes des deux pays voisins sont donc invités à se jouer des frontières géographiques et, surtout, mentales, les tentatives et les tentations fusionnistes ou fédéralistes, d’un côté ou de l’autre de la frontière, ayant, au cours de l’histoire hispano-portugaise, alimenté la séculaire méfiance lusitanienne26 qui entrave l’union des antifascistes du Portugal et d’Espagne, lesquels tendent à s’ignorer, ce que déplore souvent Cunhal (OE, II, 60 ; OE, IV, 4). Les partis communistes portugais et espagnol donnent l’exemple en se rapprochant l’un de l’autre (OE, III, 96), ce rapprochement étant imposé par les événements, comme il l’explique, en janvier 1967, dans son « Entrevista ao Mundo Obrero » (OE, IV, 1-4) : « Razões históricas, razões geográficas, razões políticas, razões que têm raízes no passado e nas exigências do futuro – tudo se conjuga para impor, como imperioso elemento de progresso dos nossos dois povos, a amizade e estreita cooperação entre os nossos dois partidos. » (OE, IV, 3). Il dénonce l’exploitation idéologique des frontières mentales entre les Portugais et les Espagnols dont le rapprochement devrait s’opérer naturellement. Il faut, en effet, dépasser ces frontières mentales, visiblement plus difficiles à franchir que les frontières géographiques, car il existe une communauté ibérique aux yeux de Cunhal qui insiste sur ce qui unit les deux peuples ibériques et non sur ce qui les sépare : « A cooperação entre os dois partidos tem também um transcendental interesse para o futuro, para o estabelecimento de relações de fraternal amizade e de estreita cooperação entre a Espanha e o Portugal democrático de amanhã e, ulteriormente, entre Espanha e Portugal socialistas. » (OE, IV, 3). Et de conclure son entretien par ces mots :

Quando se fala dos povos de Portugal e Espanha, está consagrada a designação de « povos irmãos ». A reacção, o fascismo, o nacionalismo burguês e o chauvinismo das classes dominantes têm impedido que, como verdadeiros irmãos, os nossos povos se conheçam, confraternizem, se entendam na solução dos seus grandes problemas. Em numerosos domínios, embora vivendo lado a lado, os nossos dois povos vivem separados e afastados.
Orientados pelos princípios do internacionalismo proletário, trabalhemos pois para que os povos de Espanha e Portugal se reencontrem […].
Como irmãos que somos, como irmãos queremos lutar unidos e caminhar unidos para o nosso futuro.
(OE, IV, 4)

33Ces deux peuples frères ne devraient donc pas connaître de frontières.

Conclusion

34Les frontières terrestres ne sont jamais étanches, même celles des pays dictatoriaux repliés sur eux-mêmes, comme le Portugal salazariste et l’Espagne franquiste. Cunhal le sait bien, qui les a franchies clandestinement. En 1948, il déplorait, dans « Frente ao ‘Bloco’ fascista ibérico », que trop de frontières et donc trop d’obstacles séparent la péninsule ibérique opprimée par Salazar et Franco du monde socialiste : « Entregue aos imperialistas ianques, isolada da URSS e dos países de nova democracia, a Península Ibérica constitui um dos mais perigosos focos fascistas do mundo […]. » (OE, II, p. 59).

35Frontières géographiques, linguistiques et sociales sont allègrement franchies par les personnages communistes exemplaires qu’Álvaro Cunhal met en scène dans son œuvre littéraire singulière. Dans le monde communiste qu’ils veulent construire, elles seront abolies, leur abolition nourrissant d’ailleurs la pensée utopique qui recherche l’unité, la totalité perdues. A l’instar de Viriato qui, dans « A mala com peles de luxo », nouvelle incluse dans Fronteiras, porte le nom d’un héros fondateur mythique, les personnages communistes exemplaires incarnent l’homme nouveau qui doit œuvrer à la construction de la future société socialiste. En attendant ce grand jour de l’unité de pensée et, par conséquent, de l’unité primordiale de la famille humaine, une frontière idéologique s’impose comme une saine barrière prophylactique.

  • 27 Cit. in Carlos Brito, Álvaro Cunhal : Sete Fôlegos do Combatente Memórias, 2e éd., Lisbonne, Nels (...)

36Ainsi l’écriture de la frontière consiste-t-elle, chez Cunhal, à ouvrir un espace plutôt qu’à le fermer. Elle consiste surtout à l’inscrire dans un lointain horizon spatial, le militant clandestin franchissant une frontière, puis une autre et encore une autre avant d’arriver au paradis socialiste – l’URSS « é como luz do Sol sobre a Terra »27, déclare, en 1976, le secrétaire général du pcp –, ou temporel, la révolution mondiale devant permettre un jour d’abolir les frontières géographiques et sociales. Il s’agit donc d’un horizon ouvert sur un monde sans frontières. Le paradis perdu requiert une frontière séparant le monde édénique du monde livré au Mal que toute utopie veut éliminer pour le remplacer par un monde idéal.

37Pour en revenir à la frontière luso-espagnole, nous citerons Um Risco na Areia : « […] os agrários tomavam entretanto medidas e entravam em guerra aberta contra a revolução de Abril. Com a conivência da Guarda Fiscal, das autoridades fascistas de Franco e da GNR, levavam o gado para Espanha. Centenas de cabeças de cada vez. Corriam a tiro os que queriam opor-se. » (RA, 57). Au moment du PREC, la scène frontalière remplit de nouveau sa fonction traditionnelle, offrant ici une issue de secours aux grands propriétaires terriens de l’Alentejo auxquels les autorités franquistes viennent en aide ; Cunhal, en 1976, évoque « a sabotagem levada a cabo pelos grandes agrários, que procuraram – e conseguiram – levar muito gado para Espanha, abatê-lo, abandoná-lo [...]. » (OE, VI, 515).

  • 28 Il se montrera également rassurant lors d’un autre discours prononcé à Lisbonne en novembre 1975 : (...)
  • 29 Au Portugal et ailleurs, certains agitent le spectre de la révolution socialiste et prédisent, à l’ (...)

38La question des frontières se pose avec acuité au lendemain du 25 Avril. En octobre 1975, à Moscavide, Cunhal préconisait non pas une fermeture des frontières, mais des relations de frontière entre, notamment, le Portugal démocratique et l’Espagne franquiste, voyant là la meilleure stratégie pour combattre la dictature espagnole et aider les antifranquistes. Il cherchait par la même occasion à rassurer les dirigeants occidentaux28 qui suivaient le processus révolutionnaire en cours avec beaucoup d’attention, craignant que son pays devienne au lendemain de la révolution un îlot communiste replié sur ses frontières29. Ecoutons ses propos :

Há pouco fizemos aqui um minuto de silêncio pelos antifascistas espanhóis vítimas do terror franquista […]. Nós somos solidários com o povo de Espanha, com as forças revolucionárias de Espanha. Mas pensamos que o Estado português deve ter relações com o Estado espanhol independentemente do regime político que há em Espanha e do regime político que haja em Portugal. Pensamos que é de ter relações de boa vizinhança, relações que não são de hostilidade, são relações normais de Estado a Estado, com todas as reservas políticas que podem fazer as forças políticas nacionais. Não apoiamos o regime de Franco, mas são de ter relações com a Espanha, relações comerciais normais, relações de fronteira e até, se for caso disso, relações de boa vizinhança, e não de hostilidade entre os dois Estados.
Da mesma forma em relação a outros países capitalistas e a outros países imperialistas. (
OE, V, 705)

39En 1976, Cunhal insiste plus que jamais sur la nécessité d’une Espagne démocratique :

Actualmente uma vitória das forças democráticas e populares em Espanha, Itália, em França e com mais possibilidade nestes dois países teria repercussões muito importantes na política portuguesa para não falar da Espanha que pela contiguidade geográfica seria um factor de grande valor na consolidação da democracia portuguesa. (OE, VI, 316).

40Précisons qu’en 1976 le contexte est défavorable à la concrétisation du projet politique de Cunhal car s’ouvre alors, comme le rappelle Francisco Melo, « um período de alteração da correlação de forças no processo da Revolução portuguesa, resultante do golpe militar do 25 de Novembro que ditou a derrota da esquerda militar e a dissolução do MFA enquanto movimento militar revolucionário organizado. » (OE, VI, XVI).

  • 30 Álvaro CUNHAL, O Partido com Paredes de Vidro… op. cit., p. 266-267.

41Notons, enfin, que les relations de frontière constituent un devoir pour Cunhal qui concilie nationalisme et internationalisme à la fin de son célèbre ouvrage traduit tout récemment en français, O Partido com Paredes de Vidro : « Partido patriótico, o pcp é ao mesmo tempo um partido internacionalista. […] Patriotismo e internacionalismo são duas faces da mesma política de um partido revolucionário da classe operária. »30.

42Comment manifester sa solidarité envers les opprimés de la terre si l’on ferme ses frontières ? Cette épineuse question est d’une brûlante actualité en ces temps où un flot de migrants franchissent désespérément les frontières terrestres et maritimes dans le but de trouver une vie meilleure. Le discours sur la fermeture ou, au contraire, sur l’ouverture des frontières fonctionne, on l’aura compris, comme une ligne de partage des eaux idéologiques. Pour Cunhal, chantre infatigable « do internacionalismo proletário » (OE, IV, 761), « a criação do homem novo – o construtor da nova sociedade » (OE, IV, 760) est incompatible avec « o nacionalismo burguês, o chauvinismo, a estreiteza nacional, as tendências para o isolamento e para uma espécie de autarquia política e ideológica » (OE, IV, 761), comme il l’écrit dans A superioridade moral dos comunistas. La construction de ce monde nouveau, à laquelle Álvaro Cunhal n’a jamais renoncé, va donc de pair avec l’abolition des frontières que les héros de Manuel Tiago travaillent à rendre friables.

Haut de page

Bibliographie

Angenot, Marc, La critique au service de la révolution, Louvain/Paris, Peeters/Vrin, 2000.

Le marxisme dans les grands récits – Essai d’analyse du discours, Québec/Paris, Les Presses de l’Université Laval/L’Harmattan, 2005.

Brito, Carlos, Álvaro Cunhal : Sete Fôlegos do Combatente Memórias, 2e éd., Lisbonne, Nelson de Matos « História Hoje ; n° 2 », 2010.

Cadenas, Delfim, « Da Guerra Civil na Galiza à Batalha do Cambedo da Raia », Mapa, n° 7, 18 juin 2014, [En ligne], http://www.jornalmapa.pt/2014/06/18/da-guerra-civil-na-galiza-a-batalha-do-cambedo-da-raia/, [14/09/2015].

Centazzi, Guilherme, O Estudante de Coimbra ou Relâmpago da História Portuguesa desde 1826 até 1838 [1840], Lisbonne, Planeta, 2012.

Cunhal, Álvaro, « [Alocução pela rádio à juventude portuguesa] » [1936], in OE, vol. I : (1935-1947), Lisbonne, Editorial Avante !, 2007, p. 25-28.

– « [Para a ICJ] » [10-09-1936], in OE, vol. I : (1935-1947), Lisbonne, Editorial Avante !, 2007, p. 29-30.

– « O governo de Salazar e a Guerra de Espanha » [1947], in OE, vol. II : (1947-1964), Lisbonne, Editorial Avante !, 2008, p. 14-16.

– « Ao Partido Comunista dos Bolcheviques da URSS » [1948], in OE, vol. II : (1947-1964), Editorial Avante !, 2008, p. 5-7.

– « Frente ao ‘Bloco’ fascista ibérico, às ordens de Washington, união fraternal dos povos de Portugal e Espanha » [1948], in OE, vol. II : (1947-1964), Lisbonne, Editorial Avante !, 2008, p. 53-61. 

Rumo à Vitória – As Tarefas do Partido na Revolução Democrática e Nacional [1964], in OE, vol. III : (1964-1966), Lisbonne, Editorial Avante !, 2010, p. 1-246.

– « Entrevista ao Mundo Obrero » [1967], in OE, vol. IV : (1967-1974), Lisbonne, Editorial Avante !, 2013, p. 1-4.

A superioridade moral dos comunistas [1974], in OE, vol. IV : (1967-1974), Lisbonne, Editorial Avante !, 2013, p. 757-767.

– « Intervenção na sessão de esclarecimento » [Moscavide, 9 oct. 1975], in OE, vol. V : (1974-1975), Lisbonne, Editorial Avante !, 2014, p. 693-719. 

– « Discurso na sessão comemorativa da Revolução Socialista de Outubro » [Pavilhão dos Desportos, Lisbonne, 7 nov. 1975], in OE, vol. V : (1974-1975), Lisbonne, Editorial Avante !, 2014, p. 729-741.

– « Entrevista à Inter Press Service » [23 avril 1976], OE, vol. VI : (1976), Lisbonne, Editorial Avante !, 2015, p. 311-320.

– « Entrevista ao Jornal de Notícias » [22 juin 1976], in OE, vol. VI : (1976), Lisbonne, Editorial Avante !, 2015, p. 513-515.

O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante !, 1985.

Dias, Ana Sousa, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noites », Público, n° 2229, 17 avril 1996, p. 2-3.

Farinha, Luís, « O republicanismo/reviralhismo e a guerra civil de Espanha – Do ocaso do reviralhismo à unidade antifascista », in ROSAS, Fernando (dir.), Portugal e a Guerra Civil de Espanha, Lisbonne, Colibri, 1998, p. 153-176.

Gomes, José António, « Em torno da obra de Manuel Tiago e das possíveis motivações para a sua escrita », Vértice, n° 169, oct.-déc. 2013, p. 49-52.

Madeira, João, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comunista e os Intelectuais (dos anos trinta a inícios de sessenta), Lisbonne, Editorial Estampa « Histórias de Portugal ; n° 24 », 1996.

História do Partido Comunista Português – Das origens ao 25 de Abril (1921-1974), Lisbonne, Tinta-da-China, 2013.

Maxwell, Kenneth, A Construção da Democracia em Portugal, trad. par Carlos Leone, Lisbonne, Editorial Presença, 1999.

Melo, Francisco, « Prefácio », in OE, vol. VI : (1976), Lisbonne, Editorial Avante !, 2015, p. V-XXXII.

Neves, José, Comunismo e Nacionalismo em Portugal. Política, Cultura e História no Século XX, Lisbonne, Tinta-da-China, 2008.

Pereira, José Pacheco, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. I : « Daniel », o Jovem Revolucionário (1913 – 1941), 4e éd., Lisbonne, Temas e Debates, 2005.

Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. II : « Duarte », o Dirigente Clandestino (1941- 1949), Lisbonne, Temas e Debates, 2001.

Revel, Jean-François, « L’appel du Portugal », L’Express, n° 1232, 17-23 février 1975, p. 66.

Rosas, Fernando, « Introdução », in Rosas, Fernando (dir.), Portugal e a Guerra Civil de Espanha, Lisbonne, Colibri, 1998, p. VII-X. 

Suleiman, Susan Rubin, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, P.U.F. « Ecriture », 1983.

Vilar, Pierre, Histoire de l’Espagne, 5e éd., Paris, P.U.F. « Que sais-je ? ; n° 275 », 1963.

Volovitch-Tavares, Marie-Christine, Autrement « Portugais à Champigny, le temps des baraques », Paris, Autrement « Série Monde/Français d’ailleurs, peuple d’ici ; HS n° 86 », avril 1995.

Haut de page

Notes

1 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista – Álvaro Cunhal sobre o filme Cinco Dias, Cinco Noites », Público, n° 2229, 17 avril 1996, p. 2.

2 Álvaro Cunhal, O Partido com Paredes de Vidro, Lisbonne, Avante!, 1985, p. 266 ; Cunhal exprimait déjà cette idée dans A superioridade moral dos comunistas (OE, IV, 761).

3 « Álvaro Cunhal escreveu pelo prazer de escrever, mas também por imperativo de memória […]. E escreveu porque a ficção literária é também um poderoso instrumento de conhecimento […]. », José António Gomes, « Em torno da obra de Manuel Tiago e das possíveis motivações para a sua escrita », Vértice, n° 169, oct.-déc. 2013, p. 51.

4 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias, « Entrevista … art. cit. », p. 2.

5 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Autrement « Série Monde/Français d’ailleurs, peuple d’ici ; HS n° 86, avril 1995, p. 39.

6 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. I : « Daniel », o Jovem Revolucionário (1913 – 1941), 4e éd., Lisbonne, Temas e Debates, 2005, p. 193.

7 Kenneth Maxwell, A Construção da Democracia em Portugal, trad. par Carlos Leone, Lisbonne, Editorial Presença, 1999, p. 134.

8 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política, vol. II : « Duarte », o Dirigente Clandestino (1941- 1949), Lisbonne, Temas e Debates, 2001, p. 330, 331.

9 João Madeira, Os Engenheiros de Almas – O Partido Comunista e os Intelectuais (dos anos trinta a inícios de sessenta), Lisbonne, Editorial Estampa « Histórias de Portugal ; n° 24 », 1996, p. 243.

10 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal… op. cit., vol. II, p. 751.

11 José Neves, Comunismo e Nacionalismo em Portugal. Política, Cultura e História no Século XX, Lisbonne, Tinta-da-China, 2008, p. 57, 67.

12 Álvaro Cunhal apud Ana Sousa Dias « Entrevista… art. cit. », p. 3.

13 Susan Rubin Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, P.U.F. « Écriture », 1983, p. 33, 186, 210.

14 Pierre Vilar, Histoire de l’Espagne, 5e éd., Paris, P.U.F. « Que sais-je ?; n° 275 », 1963 [1947], p. 118-119.

15 Dans le roman de Guilherme Centazzi, O Estudante de Coimbra (Lisboa, Typ. de António José da Rocha, 1840), un vieux militaire portugais déplore, lors des luttes entre libéraux et absolutistes, le soutien qu’apporte le gouvernement espagnol aux miguélistes qui trouvent refuge en Espagne d’où ils préparent une action contre le régime libéral. C’est pourquoi, dans le chapitre VI du tome I, Rodolfo dénonce « – […] a péssima conduta que tem tido o governo espanhol, apesar das representações de nosso governo ». Sa méfiance atavique à l’égard des Espagnols le conduit même à prêter des arrière-pensées politiques à leurs gouvernants : « – […] O gabinete espanhol […] teme a liberdade, e muito perto a acha ele para que não prepare mais ou menos directamente a sua queda, protegendo os desertores e, quem o sabe, declarando-nos uma guerra. ». Les événements semblent lui donner raison, d’après le commentaire, au début du chapitre VIII, du narrateur autodiégétique : « Algum profeta havia falado pela boca de Rodolfo : os desertores portugueses que se achavam na Espanha, protegidos clandestinamente pelo governo castelhano, […] assolavam as províncias de Trás-os-Montes e da Beira, cujo populacho, verde ainda para a liberdade, com eles fraternizava [...]. [...]. Um exército espanhol, denominado de observação, mas com fins muito duvidosos, cobria a retaguarda dos insurgentes. ». Mais, à la fin de ce même chapitre, les événements prennent une autre tournure car le gouvernement espagnol « por então havia ordenado que desarmassem os trânsfugas, e os afastassem das fronteiras, medida que temporariamente pôs um termo à guerra civil. » (c’est nous qui soulignons). A la suite de la « Belfastada », des libéraux portugais traverseront à leur tour la frontière pour se réfugier en Galice, Centazzi évoquant, au chapitre XV du tome I, cette « peregrinação pela Espanha » ; sur ce soulèvement libéral de Porto, cf. aussi le sous-chapitre intitulé « A retirada para a Galiza » dans Portugal Contemporâneo d’Oliveira Martins.

16 Luís Farinha, « O republicanismo/reviralhismo e a guerra civil de Espanha – Do ocaso do reviralhismo à unidade antifascista », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra Civil de Espanha, Lisbonne, Colibri, 1998, p. 159.

17 Ibid., p. 158.

18 Ibid., p. 160, 162.

19 Ibid., p. 169-170.

20 Fernando Rosas, « Introdução », in Fernando Rosas (dir.), Portugal e a Guerra… op. cit, p. VIII.

21 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I., p. 239.

22 « Conseguimos organizar a União dos Antifascistas Portugueses Emigrados em Espanha, à qual pertencem quase todos os antifascistas republicanos residentes em Madrid. Esta organização aderiu à Frente Popular de Portugal » (OE, I, 30). Sur la mission de Cunhal à Madrid et sur l’UAPRE, organisation éphémère, cf. José Pacheco Pereira, « Missão em Madrid, Espanha (1936) », Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. I, éd. cit., p. 183-220.

23 João Madeira, História do Partido Comunista Português… op. cit, p. 77-78.

24 José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal – Uma Biografia Política… op. cit., vol. II, p. 328, cf. aussi p. 160, 161, 164, 325, 329.

25 Cf. aussi Delfim Cadenas, « Da Guerra Civil na Galiza à Batalha do Cambedo da Raia », Mapa, n° 7, 18 juin 2014, [En ligne], http://www.jornalmapa.pt/2014/06/18/da-guerra-civil-na-galiza-a-batalha-do-cambedo-da-raia/, [14/09/2015].

26 Dans le chapitre XXXV du tome III de son roman O Estudante de Coimbra, Guilherme Centazzi ne manque pas de rappeler qu’au cours de son histoire le Portugal a été « perseguido pela Espanha ».

27 Cit. in Carlos Brito, Álvaro Cunhal : Sete Fôlegos do Combatente Memórias, 2e éd., Lisbonne, Nelson de Matos, 2010, p. 201.

28 Il se montrera également rassurant lors d’un autre discours prononcé à Lisbonne en novembre 1975 : « Isto não significa que o único caminho para o socialismo será uma insurreição. Poderá não soar o tiro do nosso Aurora nem se verificar o assalto ao nosso Palácio de Inverno. Tudo faremos para tornar possível o caminho pacífico para o socialismo. » (OE, V, 735).

29 Au Portugal et ailleurs, certains agitent le spectre de la révolution socialiste et prédisent, à l’instar de Jean-François Revel, que, si rien ne vient contrarier l’action du pcp, « le Portugal retombera dans une dictature isolationniste » (« L’appel du Portugal », L’Express, n° 1232, 17-23 février 1975, p. 66).

30 Álvaro CUNHAL, O Partido com Paredes de Vidro… op. cit., p. 266-267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

João Carlos Vitorino Pereira, « Les relations de frontière entre le Portugal et l’Espagne au temps de la dictature dans l’œuvre d’Álvaro Cunhal/Manuel Tiago », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6528 ; DOI : 10.4000/ccec.6528

Haut de page

Auteur

João Carlos Vitorino Pereira

Université Lumière Lyon-ii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org