Navigation – Plan du site
Études
Dossier « Frontière et résistances en Péninsule ibérique 1926-1950 »

L’espace frontalier espagnol : plateforme arrière de l’opposition portugaise (1927-1936)

The Spanish border area: rear platform of the Portuguese opposition (1927-1936)
El espacio fronterizo español: plataforma de acción en la retaguardia de la oposición portuguesa (1927-1936)
Cristina Clímaco

Résumés

Après quelques considérations préliminaires sur la composition des courants de l’opposition portugaise, leur stratégie d’action et la chronologie des affrontements, l’article s’intéressera au rôle de la frontière luso-espagnole dans la stratégie révolutionnaire de l’opposition républicaine entre 1927 et 1936. Deux périodes se dégagent d’emblée, dont la césure a lieu en 1931. Pendant la première, la frontière sert de lieu de concentration, de prise de conscience de la condition d’exilé et d’espace clandestin de communication entre l’opposition républicaine de l’intérieur et l’exil. L’implantation de la IIe République en Espagne transforme la frontière en espace de préparation de l’action révolutionnaire, de support logistique et matériel et de repli suite à l’échec des révoltes successives contre la dictature militaire et l’Estado Novo. Le soutien matériel et financier du gouvernement Azaña, de la gauche républicaine et des socialistes espagnols contribue à l’intensification de l’action révolutionnaire de l’opposition portugaise et à l’évolution de la stratégie d’action.

Haut de page

Texte intégral

L’espace frontalier espagnol : plateforme arrière de l’opposition portugaise (1927-1936)

1L’espace frontalier entre le Portugal et l’Espagne devient, en 1927-1936, une plateforme d’action arrière pour l’opposition portugaise, dans la lutte contre la dictature militaire (1926-1933) et l’Estado Novo (1933-1974). Ce repli vers l’espace frontalier s’insère dans le mouvement pendulaire traditionnel entre les deux nations ibériques, celles-ci servant de lieu d’échappatoire lors de périodes de répression. Lorsque la situation politique nationale contraint à l’exil, c’est de l’autre côté de la frontière que les persécutés se replient, les gouvernements espagnol et portugais respectant le droit d’asile. Toutefois, des contraintes à leur séjour peuvent être imposées par les deux États.

  • 1 Les archives militaires de Lisbonne (Arquivo Histórico-Militar) sont très riches sur la présence de (...)
  • 2 Sur le séjour des réfugiés royalistes en Galice cf. Alfredo Comesaña Paz, « Dios, patria, rey y… co (...)
  • 3 Les affinités de Marcelino Domingo avec le Portugal et le républicanisme portugais sont visibles da (...)
  • 4 César de Oliveira, Salazar e a guerra civil de Espanha, Lisbonne, O Journal, 1987; Iva Delgado, Por (...)

2Ce mouvement pendulaire d’exil entre les deux nations ibériques n’est pas un fait nouveau. En ce qui concerne la période contemporaine, il a été fréquent au xixe siècle mais reste méconnu, en particulier la présence espagnole au Portugal1. Le mouvement d’exil se poursuit au xxe siècle ; c’est de Galice que partent les trois incursions monarchistes (1911, 1912 et 1919) menées par le général Paiva Couceiro, chef contre-révolutionnaire portugais, et c’est en Galice que ses troupes se replient suite à l’échec des tentatives de restauration de la monarchie au Portugal2. Pendant la dictature de Primo de Rivera (1923-1930), des républicains cherchent refuge auprès de la République portugaise, parmi eux Marcelino Domingo3. Un certain nombre d’anarcho-syndicalistes s’exilent également au Portugal pendant le règne d’Alphonse xiii et militent dans le mouvement portugais avant que la dégradation de la vie politique portugaise, dans la phase finale de la République, ne les contraigne à chercher une nouvelle terre d’asile. Quelques années plus tard, les insurgés portugais de la révolte de Février 1927 (du 3 au 7 février à Porto et du 7 au 9 à Lisbonne) cherchent refuge en Espagne. C’est le début d’un flux d’exil qui durera jusqu’en 1936, alimenté par l’échec des révoltes, des tentatives de conspiration et l’écrasement de la contestation de l’opposition portugaise, dans sa pluralité de courants. Aussi, dès 1931, les exclus et les mécontents de la iie République espagnole se réfugient au Portugal lorsque la violence politique en Espagne pend un caractère ascensionnel. Enfin, la droite espagnole trouve un allié discret et utile dans la dictature portugaise qui leur laissera une marge de manœuvre suffisante pour conspirer contre la iie République4. Le soutien, simultané, de cette dernière à l’opposition portugaise et celui du Portugal dictatorial à la droite espagnole, ouvre un temps nouveau dans les relations entre les deux pays ibériques. Les deux régimes (république et dictature) estiment que leur consolidation et leur stabilité passent par une orientation politique similaire chez le voisin, lien qui assure de ce fait leur pérennité, et misent sur l’aide aux oppositions : républicaine de gauche pour le cas portugais, et de droite pour l’espagnol. Ainsi, ce n’est pas seulement le destin de l’Espagne qui se joue lors de la Guerre Civile espagnole, mais également celui du Portugal, imprimant au conflit une dimension véritablement Ibérique.

3Dans le territoire espagnol attenant au Portugal, les exilés pansent leurs blessures, les groupes se recomposent, repensent leur action et repartent à l’assaut de la dictature, dans une trajectoire circulaire dont la fluidité dépendra du contexte politique espagnol. Cette dynamique repose sur des réseaux politiques, des solidarités locales, des liens familiaux, des habitudes et des mœurs issues du quotidien des gens d’un côté et de l’autre de la frontière. Nous tacherons de montrer comment l’opposition portugaise s’insère dans l’espace frontalier et comment il est exploité en faveur de l’action révolutionnaire. Le lien entre exil et frontière sera analysé à partir de deux points : les réseaux de passage et la gestion de l’espace frontalier. La raia devient la toile de fond d’une période où opposition rime avec exil et où la frontière se présente comme un passeport vers l’avenir. Auparavant, et afin de mieux cerner les particularismes de l’opposition portugaise des années 30, nous esquisserons quelques considérations sur la composition des courants, leur stratégie de lutte et la chronologie des affrontements avec le régime.

Considérations préliminaires

4Le courant républicain joue le rôle de chef d’orchestre de l’opposition portugaise entre 1926 et 1940. Il se décline, grosso modo, en deux tendances : une aile libérale, qui n’hésite pas à négocier avec les républicains-conservateurs au pouvoir, et une aile gauche, aux tonalités radicales par moments, opposée à toute entente avec le courant conservateur républicain. La stratégie préconisée par le courant républicain pour le retour à la République est la révolution, c’est-à-dire un mouvement insurrectionnel fomenté par des militaires d’active et/ou des éléments épurés des forces armées, sous la supervision de la direction politique de l’opposition républicaine, et dont le but est la restauration de la république parlementaire. Mais pour la révolution il faut des cadres (officiers et sous-officiers) et des hommes de troupe. Lorsque l’épuration des forces armées tarie l’opposition de sa source première en hommes, la direction politique envisage de remplacer l’élément militaire par des civils armées. Position vigoureusement rejetée par les chefs militaires du républicanisme libéral qui préconisent un mouvement « national ». Cette divergence stratégique renforce les conflits entre les deux ailes, qui se multiplient au long de la période, et contribue à l’affaiblissement de l’opposition.

  • 5 João Freire, « O Anarquismo nos implacáveis anos 30 », Diário de Notícias, 15/3/1984; João Freire, (...)
  • 6 Cristina Clímaco, « Portugal within the European Antifascist Movement, 1922-1939 », in Hugo Garcia (...)

5Les principaux alliés des républicains et de leur stratégie de lutte sont les anarchistes et anarcho-syndicalistes. Le courant était déjà en perte de vitesse avant même la chute de la République5, mais face à la montée de la droite radicale, interprétée comme l’ascension du fascisme au Portugal, une esquisse de front antifasciste se constitue à la fin 1925-1926, conjuguant l’effort de mise en garde des intellectuels républicains de gauche, sous la houlette de la revue de la gauche républicaine Seara Nova et le mouvement ouvrier6. Ce rapprochement se prolonge après l’instauration de la dictature militaire, le 28 mai 1926, au fur et à mesure que le caractère anti républicain du nouveau régime se précise. Les anarchistes soutiennent les républicains par la participation à leurs révoltes contre la dictature militaire et l’Estado Novo, tout en gardant leur liberté d’action pour après la victoire.

  • 7 João Madeira, História do pcp, Lisbonne, Tinta da China, 2013; José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal, (...)

6A la fin des années 20, les communistes sont encore un groupuscule. Il faudra atteindre la réorganisation de 1929, sous l’égide de Bento Gonçalves, et surtout les années 1931-1932, pour voir le pcp percer dans les milieux ouvriers et surtout chez les intellectuels. Toutefois, le nombre de militants reste assez faible7. Ainsi, pendant les années 30, le principal danger pour la dictature portugaise vient du courant républicain, même lorsque, dans un but de propagande, après 1936, Salazar fait jouer au pcp le rôle d’ennemi principal du régime. La direction communiste refuse toute participation du Parti aux révoltes républicaines, ce qui n’empêche pas certains éléments communistes d’y prendre part à titre personnel.

  • 8 Visibilité mise en exergue notamment lors de la grève générale révolutionnaire du 18 janvier 1934, (...)

7Quant au Parti Socialiste, son influence au Portugal a toujours été restreinte ; elle se fait sentir surtout dans le milieu syndical. Son action contre la dictature reste méconnue, l’historiographie n’ayant retenu que l’année de son auto-dissolution, en 1933. Rompant ce silence, les travaux de Fatima Patriarca sont venus montrer que les syndicats socialistes ont continué à exister et à se battre après l’implantation de la dictature malgré la dissolution du ps8.

  • 9 Pour la période de l’entre-deux-guerres la seule femme exilée est la communiste Maria Machado, qui (...)

8L’exil portugais n’est pas un fait de masse ; il concerne tout au plus quelques centaines d’hommes, rarement de femmes (ce groupe étant composé essentiellement d’épouses et de filles9). L’importance de l’exil républicain réside dans la qualité des exilés : anciens ministres, hauts-fonctionnaires, journalistes, intellectuels, officiers et sous-officiers des forces armées, issus de l’élite politico-administrative et intellectuelle de la ie République. Dans le cas de l’exil anarchiste, la juxtaposition entre exil et émigration rend impossible tout décompte. Le nombre d’exilés communistes est peu significatif ; on trouvera en exil quelques éléments liés au Secours Rouge International à partir desquels le pcp essayera de s’introduire au sein de l’émigration portugaise en Espagne.

9On distingue deux périodes dans l’exil portugais dont la césure se place en 1931, l’année de l’instauration de la iie République en Espagne mais également celle des révoltes d’Avril et Août 1931 au Portugal. Il y a un avant et un après l’été 1931, car le gouvernement de la dictature entame de façon décidée l’anéantissement de l’opposition républicaine par l’épuration des forces armées. Les conséquences de l’épuration se répercutent sur la direction politique de l’opposition de l’intérieur, qui bascule vers la clandestinité et perd le contrôle opérationnel de l’action révolutionnaire. Celui-ci revient désormais à l’opposition en exil, davantage axée sur la lutte armée. La frontière acquiert alors une place déterminante dans la stratégie révolutionnaire. Ainsi, la direction de la révolution est exercée après 1931 par des groupes politico-militaires de l’exil qui utilisent la région frontalière comme plateforme arrière.

  • 10 Sur les difficultés de mise en place du front commun et les particularismes du fpp, cf. Cristina Cl (...)
  • 11 Les éléments épurés, reformés des Forces armées ou contraints par leur hiérarchie à passer à la rés (...)

10En somme, la lutte armée est menée par les républicains, en conjugaison entre l’exil et l’intérieur et avec le soutien des anarchistes. Les communistes ne rejoignent l’action commune qu’en 1936 lors de la mise en place du Front Populaire Portugais10. La région frontalière sert d’abord de lieu de rencontre entre l’opposition à l’intérieur et l’exil, ainsi que de « jardin attenant », où les exilés militaires11 attendent d’être appelés à participer à la révolution. Après 1931, la frontière devient l’espace de conspiration par excellence.

La traversée de la frontière

  • 12 La présence et le rôle en exil des accompagnateurs est passée sous silence, notamment dans la corre (...)

11L’échec de la révolte de février 1927 place la frontière sur la ligne d’horizon de l’opposition. C’est pendant la révolte de Porto que la question de la poursuite de la lutte à l’extérieur est soulevée pour la première fois. Le choix difficile, entre l’incertitude de l’exil et la prison dans les geôles de la dictature, se pose alors aux insurgés. Si les difficultés, entre autres financières, inhibent certains chefs révolutionnaires de se lancer dans l’aventure, d’autres, notamment Jaime de Morais, Jaime Cortesão et César de Almeida, font le choix de porter la croix de l’exil dont ils supporteront le poids pendant de longues décennies. Certains, parmi lesquels Jaime de Morais, mourront en exil sans voir la chute du régime abhorré et être ainsi récompensés de l’abnégation avec laquelle ils ont renoncé à un avenir confortable sur le plan professionnel et matériel. Vie errante, incertaine, au gré des préparatifs révolutionnaires, choisie par les protagonistes de l’aventure mais imposée aux épouses et enfants12 qui quittent la Patrie dans le sillage du pater familias. Laissant derrière eux maison, famille et amis, les accompagnateurs subissent au même titre que l’exilé l’épreuve de la traversée de la frontière, l’amertume de l’éloignement du foyer, les difficultés financières et, surtout, le déclassement social.

  • 13 João Sarmento Pimentel, Memórias de um capitão, Porto Editorial Inova, 1974, p. 221.
  • 14 Les relations maçonniques restent assez méconnues, mais elles ont joué un rôle important dans la mi (...)

12L’échec de la révolte de Porto étant une évidence, Jaime de Morais, le chef politique du mouvement révolutionnaire, négocie la reddition de façon à laisser échapper de la ville, encerclée par les troupes fidèles au gouvernement, le plus grand nombre de combattants13. Dans les jours qui suivent la fin de la révolte de Porto et de Lisbonne, une vague de réfugiés afflue dans les villes frontalières espagnoles en provenance des divers foyers insurrectionnels pour échapper à la répression policière ; cette vague se prolongera pendant les semaines suivantes. La police, en état d’alerte maximum, cherche à empêcher les révolutionnaires d’atteindre la frontière et de continuer leur lutte en exil. Dans ces conditions, le trajet jusqu’à la frontière et la traversée de la ligne de séparation deviennent une aventure périlleuse, d’autant plus que les communications ferroviaires avec l’Espagne sont interrompues. Danger d’autant plus important que l’opposition républicaine ne disposait pas, à cette époque, de réseaux de frontière. Par conséquent, l’acheminement des clandestins vers la région frontalière reste dépendant du carnet de relations personnelles et politiques des candidats à l’exil, de leur ingéniosité et des aléas de l’aventure. La traversée de la ligne séparatrice se fait en ayant recours aux réseaux locaux existants, notamment ceux de la contrebande, en attendant la mise en place par l’opposition républicaine de ses propres réseaux de frontière. Ceux-ci seront établis à partir des amitiés personnelles et de parti, de la réactivation d’anciennes connaissances et des relations maçonniques14.

  • 15 João Sarmento Pimentel, Memórias… op. cit.
  • 16 Manuel António Correia, Memórias de um resistente às ditaduras, Lisbonne, Temas e Debates-Círculo d (...)
  • 17 Fondation Mário Soares (fms), fonds Jaime de Morais, Mémoires inédites. Une édition critique de ces (...)
  • 18 Manuel António Correia, Memórias… op. cit., p. 180.
  • 19 Sur la complexité des relations de frontière cf. notamment Eusebio Medina García, « Elucubracíones (...)

13Les récits mémoriels issus de l’exil de l’entre-deux-guerres, et de la vague de Février 1927 en particulier, restent rares malgré la présence de plusieurs intellectuels de prestige, notamment Jaime Cortesão, historien moderniste, de Raul Proença, pamphlétaire, essayiste et publiciste, d’António Sérgio, essayiste et pédagogue, ou encore de l’écrivain Aquilino Ribeiro, auteur majeur de la littérature portugaise. De ce moment fondateur de l’opposition en exil, que fut la révolte de Février et la traversée de la frontière, seuls le capitaine Sarmento Pimentel15, le lieutenant Manuel Antonio Correia16 et le commandant Jaime de Morais17 nous ont laissé leur témoignage. De ces récits, au-delà des prémisses de l’exil, se dégagent l’amateurisme du mode opératoire de la police et la persistance d’un « vieux code d’honneur » dans les relations interpersonnelles entre ennemis politiques, mais dont on aperçoit déjà le crépuscule. La voiture qui transporte Jaime de Morais et Jaime Cortesão de Porto jusqu’à Monção est conduite par un officier à la réserve, resté fidèle au gouvernement, et les sauf-conduits qui permettront aux deux fugitifs de quitter la ville assiégée, délivrés par le governo-civil (Préfecture) de Porto, furent visés par les nouvelles autorités militaires de la ville. Une fois nos deux exilés à Monção, c’est encore un autre adversaire politique, cette fois-ci un aristocrate, qui les accueille dans son manoir et organise la traversée du fleuve Minho, avec la complicité de l’administrador do concelho (maire)18. Quant à Manuel António Correia, son voyage débute à bord d’un bus de la ligne Porto-Vila do Conde ; le trajet jusqu’à Ponte da Barca se fait ensuite en voiture, en compagnie d’un autre insurgé, le capitaine Nuno Cruz. Dans le cas de Sarmento Pimentel, il se cache initialement dans des maisons appartenant au réseau familial, passant de propriété en propriété pour échapper à la traque policière. Lorsque l’étau se resserre, Sarmento Pimentel est acheminé vers la frontière et exfiltré du Portugal. Le trajet de Sucçães jusqu’à Chaves est parcouru à cheval, sous l’escorte du régisseur de la quinta d’un oncle, où il est alors confié à une relation du réseau, gros propriétaire foncier dont les terres s’étendent sur les deux rives de la raia. Lors d’une promenade à pied, sous prétexte de lui montrer l’extension du domaine, le notable local fait passer en Espagne Sarmento Pimentel. Les bagages, confiés à une domestique qui « les jours saints faisait de la contrebande de pain de blé et était la promise d’un guarda fiscal », suivent par la route, pour ne pas attirer l’attention des autorités locales, mettant en relief la complexité des relations de frontière des populations locales et de leurs stratégies de survie, où marginalité flirte avec légalité19. À Bousés, village situé du côté espagnol de la frontière, une voiture attend Sarmento Pimentel, qui une demi-heure plus tard est déposé à Verin.

14Les moments qui précèdent le passage de la frontière sont dominés par la peur, l’impuissance et le désespoir. Sentiments que les candidats au passage tentent dissimuler par des attitudes excentriques, voire déconcertantes, provoquées par l’imminence de l’exil et la prise de conscience des contraintes de l’engagement politique. Prémices de la saudade qui dorénavant accompagnera l’émigré politique dans son chemin de croix. Ces moments sont admirablement décrits par Jaime de Morais, dont l’écriture laisse transparaître l’angoisse de celui qui est sur le point de devenir exilé :

  • 20 fms, fonds Jaime de Morais, Memórias.

L’idée de quitter le Portugal me terrorisait. Nous sommes passés devant la porte du vieux restaurant « Vaticano » et je me suis souvenu des saumons et des lamproies fantastiques qu’on y mangeait. Personne n’a pu me retenir et le pire c’est que j’ai rendu fou tous mes compagnons. Quelques minutes plus tard, tous, dames et messieurs, accompagnés de notre admirable protecteur, nous nous sommes trouvés dans une salle du restaurant et mon caprice fut accompli jusqu’au bout. Ma nostalgie me faisait faire de ces espiègleries, dangereuses, certes, mais au fond agréables. Le pire, c’est qu’elle a également envahi l’esprit de Cortesão, et que chez lui, elle a pris une toute autre tournure. Il est devenu insupportable, irascible, voir impertinent. Et si bien que, peu de temps après, j’ai jugé préférable de l’inviter à enlever la veste, et à échanger avec moi une bonne paire de coups de poing. J’avais encore un esprit assez guerrier… Par chance César est arrivé et il a réussi à éviter ce qui aurait été un désastre irréparable et un enfantillage impardonnable. Je me souviens que César a pleuré et j’avoue que me suis senti très honteux. Et bien évidemment, Cortesão et moi nous nous sommes fâchés20.

15Le groupe de Jaime de Morais traverse la frontière à Monção, pendant la nuit, à bord d’un esquif de contrebandiers. À cette saison, la traversée du fleuve présente un certain danger en raison de la hauteur des eaux et de la force du courant, difficultés accrues par les fortes pluies des jours précédents. Au tumulte des eaux s’ajoute, pour Jaime de Morais, l’agitation intérieure provoquée par la peur de ne pas savoir nager et les conséquences tragiques d’un possible chavirement. On peut facilement imaginer la tension qui règne pendant la traversée du fleuve…

  • 21 Selon les données numériques envoyées par les consuls et les listes de réfugiés élaborées par le go (...)

16Dans les jours qui suivent la révolte de Février, une centaine d’insurgés traverse la frontière21 et le flux se poursuit jusqu’à la fin mars. Le passage se fait essentiellement par trois points : la Galice pour les insurgés de Porto ; Badajoz et Vila Nueva del Fresno pour ceux de Lisbonne ; et Ayamonte pour la région sud. Dans un premier temps, les exilés s’établissent sur la ligne de frontière, à proximité des points de passage : Vigo, Tuy, Verin, Orense, Pontevedra en Galice ; Badajoz, Cáceres, Salamanca en Estrémadure ; Huelva et Ayamonte en Andalousie.

17À l’arrivée en Espagne, le choc traumatique, qui s’était jusqu’alors manifesté de façon collective, s’individualise. Les exilés se trouvent, pour la première fois, confrontés à la condition de réfugié politique. Si le passage de la frontière s’est fait de façon relativement facile, en dupant les patrouilles de la guarda-fiscal et en s’appuyant sur les connexions locales, la portée psychologique du franchissement de la ligne de séparation génère des tensions et des déséquilibres chez les exilés. Ainsi, cette traversée « psychique » est nécessairement en décalage avec la traversée « physique », car elle est temporellement plus longue et exige un temps d’adaptation dont la durée dépendra des individus et de leur capacité de résilience. Processus individuel d’acceptation de la condition d’exilé, où l’individu se trouve face à lui-même. Dans le cas de Jaime de Morais, homme d’action et pragmatique, c’est sur le ton de plaisanterie qu’il entame le processus de résilience, cependant l’ironie des mots révèle la dimension du traumatisme. Il nous décrit le lendemain de son arrivée en Espagne et le grand vide qui, désormais, remplira les journées de l’exilé, en attente d’être appelé pour l’action révolutionnaire :

Le lendemain fut une journée calme, l’une des plus calmes que j’ai vécues. Je n’arrive pas à me représenter le nombre de repas pantagruéliques que j’ai ingéré, précédés et entrecoupés de tonnes de fruits de mer. Je suis allé voir un match de football qui m’a beaucoup enthousiasmé, et le soir, je suis allé au cinéma. Ma passion pour le football et mon intérêt pour le cinéma datent de ce jour. Je récupérais des horribles nuits de vigile, passées lors de la révolution, pendant lesquelles je n’ai pas réussi à trouver un lit. Je n’ai jamais su comment j’ai vécu ces jours-là. Ensuite je me suis effondré sur le lit comme si j’étais mort. Ce ne fut que le lendemain que j’ai commencé à retrouver les débris du grand navire chaviré, jetés sur les plages de la magnifique ria de Vigo.

18L’espoir prédomine alors. Jaime de Morais se souvient :

  • 22 FMS, fonds Jaime de Morais, Memórias.

L’aspect de mes compagnons me réconfortait. En employant une image sportive, ils me donnaient, tous, l’impression de constituer une équipe qui menée en première mi-temps, retrouvait assez de forces, physique et spirituelle, pour écraser l’adversaire en deuxième mi-temps et gagner le match22.

  • 23 João Sarmento Pimentel, Memórias… op. cit., p. 232.
  • 24 Le lieutenant Manuel António Correia s’installe à Tuy avec sa femme et ses six enfants : Memórias… (...)

19La proximité géographique de la frontière, qui permettait aux exilés de recevoir la visite dominicale de parents et amis23 et favorisait le regroupement familial24, contribuait à cette ambiance bon enfant.

  • 25 Vasco da Gama Fernandes, Depoimento inacabado. Memórias, Nem Martins, Publicações Europa-América, 1 (...)
  • 26 A. Encarnação Viegas, Emídio Guerreiro, Emídio Guerreiro. Uma vida pela liberdade, Lisbonne, Editor (...)
  • 27 Vasco da Gama Fernandes, Depoimento… op. cit., p. 39-40.
  • 28 A. Encarnação Viegas, Emídio Guerreiro, Emídio… op. cit., p. 40-41.

20Une autre ambiance se dégage déjà des traversées de la frontière de la période 1931-1932 racontées par Vasco da Gama Fernandes25 et Emídio Guerreiro26. Dans ces récits, les figures du contrebandier et du passeur s’imposent en tant qu’élément-clé du passage de la frontière ; ils montrent également que de réseaux de frontière avaient entretemps été montés. Le passage décrit est loin de l’improvisation de février 1927 ; la traversée se fait désormais par le biais de passeurs expérimentés et connaisseurs de la région. L’un de ces réseaux est celui du vieux républicain de Caldas da Raínha, Custódio Maldonado de Freitas, pharmacien et maçon. Lorsque l’activité politique du jeune Vasco da Gama Fernandes le contraint à l’exil, c’est Maldonado de Freitas lui-même, alors dans la clandestinité, qui l’accompagne jusqu’au train. À Castelo de Vide, sur la route de l’Estrémadure espagnole, Vasco da Gama Fernandes est accueilli par un autre républicain, lui aussi pharmacien et maçon, le Dr. Eduardo Gasalho, qui le cachera chez lui jusqu’à la prise en charge par le contrebandier. Par des sentes et des chemins de traverse seulement connus du passeur, Gama Fernandes parcourra à pied les 30 kilomètres qui séparent la ville de Castelo de Vide de la bourgade de La Fontañera, la première localité espagnole sur la route de Valência de Alcântara, ville qu’il atteindra à dos d’âne27. Le récit d'Emídio Guerreiro suit la même trajectoire. Cette fois-ci le passage se fait par le Guadiana, à partir de Vila Real de Santo António, pendant la nuit, à bord d’un esquif de contrebandiers qui, en plus de notre passager clandestin, transporte également de la marchandise illégale28.

21Ces récits montrent le synchronisme entre l’opposition et les marges. Les deux univers – action révolutionnaire et contrebande – reposent sur la discrétion des méthodes d’action et le secret des pratiques, dont ils sont des éléments structurants.

La gestion de l’espace frontalier : les exilés

  • 29 João Sarmento Pimentel, Memórias… op. cit., p. 12.

22Comme indiqué précédemment, le principal lieu de rassemblement des exilés portugais est la Galice. Les déplacements sont constants entre les différentes villes frontalières. Dès l’arrivée en exil, les chefs révolutionnaires, dont l’élément centripète reste Jaime de Morais, commencent à préparer un nouveau mouvement29 dont l’éclosion est prévue pour le mois de juillet 1927, mais qui sera successivement ajournée. Les exilés profitent d’un relief montagneux et d’une surveillance allégée de la frontière pour établir des contacts avec les garnisons du nord du Portugal, en particulier celles de Chaves et de Bragança, qui sont travaillées par les conspirateurs établis à la frontière espagnole.

23Mais le 15 mars 1927, le gouvernement de Primo de Rivera, sous pression de l’ambassadeur portugais à Madrid, impose aux exilés l’éloignement de la frontière (« l’internement ») et leur interdit de résider à moins de 100 km de la ligne de séparation entre l’Espagne et le Portugal. Il ne s’agit pas d’une assignation à résidence, mais seulement de l’établissement d’une zone interdite. Si le gouvernement espagnol contraint les réfugiés portugais à quitter la région frontalière, il leur laisse la liberté de choisir le lieu de résidence, au grand dam de l’ambassadeur portugais, qui préférait l’assignation à résidence, estimant que cette mesure permettrait un meilleur contrôle du nombre et de l’identité des exilés. La conséquence de cette mesure est la dispersion géographique des exilés. Si un certain nombre, essentiellement les chefs politiques, partent pour la France, la Belgique ou le Brésil, les éléments militaires restent pour le moment en Espagne. La composition du noyau de La Corogne met en évidence le caractère plutôt « opérationnel » des exilés restés en Espagne (les « hommes d’action » dans le jargon de l’opposition). De la vingtaine d’exilés qui s’y installent début avril, douze sont des militaires, parmi lesquels le lieutenant Alexandrino dos Santos, et les capitaines Nuno Cruz et Alfredo Chaves, chevilles-ouvrières de la révolte de Février ainsi que de celles des années suivantes.

24Malgré l’interdiction imposée aux exilés par le gouvernement espagnol de résider ou séjourner en zone frontalière, lorsque la surveillance policière se relâche, la raia est parcourue par les réfugiés qui cherchent à se rapprocher du Portugal. Ils s’installent dans des villes voisines de la ligne de séparation, ou se déplacent fréquemment à Vigo et à Tuy, pour y rencontrer des agents de liaison de l’opposition de l’intérieur ou pour rentrer clandestinement au Portugal. On constate une grande mobilité géographique au sein de l’exil, propre d’ailleurs à la préparation révolutionnaire, qui rend les parcours individuels difficiles à suivre. Ce n’est qu’avec le retour clandestin de Jaime de Morais au Portugal, en juin de 1927, dans le cadre de la préparation du mouvement militaire, que les noyaux galiciens se vident de leurs éléments militaires. À l’intérieur du pays, Jaime de Morais reconstitue le comité militaire, établit de nouveaux contacts révolutionnaires, rétablis les anciens, et fait face aux défections de dernière minute. La majorité des « opérationnels » rentre clandestinement au Portugal lorsque le travail révolutionnaire auprès des garnisons militaires l’exige.

  • 30 mne, P3 A10 M39, note confidentielle du commandant militaire de Chaves au commandant de la Région m (...)
  • 31 La police saisit une lettre de Virgílio Sobral, dans laquelle il dévoile l’identité de son agent de (...)

25Dans les années qui suivent 1927, la frontière devient un espace privilégié de communication entre les exilés et l’opposition de l’intérieur, comme le montre le cas du capitaine Alfredo Chaves. Celui-ci déclare aux autorités espagnoles résider à La Corogne, mais il est fréquemment aperçu dans la région d’Oímbra et Rabal, qui borde la frontière30. La documentation saisie par la police portugaise sur son frère (qui est son agent de liaison), au retour d’une mission en Espagne, soulève le voile sur la toile des relations révolutionnaires dans les milieux militaires de la région de Chaves et Bragança, ainsi que sur l’impréparation des conspirateurs pour la lutte armée dans la clandestinité. Alfredo Chaves envoie à l’opposition de l’intérieur des messages écrits, par l’intermède de son frère, dans lesquels il mentionne le nom des agents de liaison et fournit des informations non codées31. Par ailleurs, les voies de communication de l’opposition républicaine reposent sur les populations frontalières et leurs réseaux de solidarité et de marginalité, dont le degré de mobilité est certes important, mais dont ma méconnaissance des méthodes propres à l’activité subversive et clandestine porte préjudice à la révolution.

26Avec les chefs militaires dans la clandestinité à l’intérieur du Portugal et une direction politique partagée entre Paris et l’intérieur du pays, la frontière perd l’importance d’autrefois mais elle reste incontournable dans la stratégie de l’opposition. Son rôle se diversifie dans les années suivantes ; en plus d’espace de contact entre l’exil et les organisations militaires clandestines de l’intérieur, elle devient également la voie privilégiée pour l’introduction au Portugal de matériel de guerre et de propagande politique imprimée à l’étranger, celle-ci destinée à créer l’ambiance propice à la révolution et à susciter des adhésions.

  • 32 Selon le consul à Vigo, des mitraillettes et autre matériel de guerre attendraient dans le port de (...)
  • 33 Sur les réseaux de la contrebande, bien que l’ouvrage porte sur une période postérieure aux années (...)

27Dès 1928, la correspondance consulaire attire l’attention du Ministère des Affaires étrangères sur le rôle de la frontière dans l’introduction d’armements au Portugal32. Acheté à l’étranger, notamment en Belgique, il est introduit clandestinement au Portugal par des points de passage situés principalement dans les provinces du Minho, de l’Alentejo et de l’Algarve. Il est ensuite stocké dans des entrepôts localisés dans la raia, dans les régions de Monção, Valença do Minho, Melgaço, Vila Nova de Cerveira, Estremoz, Vila Real de Santo António. L’introduction de l’armement se fait par le fleuve Minho, grâce aux réseaux de la contrebande33, ainsi que par la côté, tirant profit de la surveillance déficitaire du littoral et de complicités chez les dockers et les employés des douanes. Toutefois le risque de dénonciation est élevé, et un important chargement d’armes est saisi en 1930, affaiblissant les organisations militaires.

  • 34 La Época, 19/4/1930; El Sol, 20/4/1930.
  • 35 Heraldo de Madrid, 25/4/1930; La Época, 26/4/1930.
  • 36 El Sol, 14/9/1930; El Sol, 18/9/1930; La Libertad, 21/9/1930.
  • 37 Bernardino Machado, O Militarismo, Lar, 1927. Sur les conditions dans lesquels a lieu l’impression (...)

28La presse régionale espagnole fait état de ce rôle d’interface joué par la frontière ; les déplacements dans la région des figures politiques de l’exil y sont annoncés et commentés. C’est par voie de presse qu’on apprend la présence d’Afonso Costa à Séville34 et à Cadix35 en avril 1930, et à La Corogne en septembre de la même année36. Par ailleurs, le réseau relationnel de Bernardino Machado (figure tutélaire du républicanisme portugais et faisant figure de président de la République en exil) et d’Afonso Costa en Espagne, dans les milieux du nationalisme galicien (galeguismo), ouvre aux exilés portugais des voies d’expression. Le journal de Vigo, « El Pueblo Gallego » confère de la visibilité à l’exil portugais et le courant nationaliste galicien affiche l’empathie ressentie envers les républicains portugais. C’est d’ailleurs grâce aux milieux galeguistas que Bernardino Machado a pu imprimer son opuscule, « O Militarismo »37. La présence d’Afonso Costa dans des villes espagnoles, en lisière de la zone interdite, coïncide avec le nouveau rassemblement de l’opposition en exil (qui venait d’être mis sur pied à Paris au début de l’année 1930, sous le titre de Comissão de Estudos e Diplomacia), et son élargissement à l’opposition de l’intérieur en septembre 1930, ainsi qu’avec la reprise de la révolution. La frontière acquière à nouveau de l’importance. Néanmoins, il faudra attendre l’implantation de la iie République espagnole, en avril 1931, pour que la raia devienne une plateforme d’action arrière. L’écrasement de la révolte de Madère, Açores et Guinée, en avril 1931 et l’avortement par la police du mouvement qui devait seconder en métropole le soulèvement des îles provoquent une nouvelle vague d’arrivées.

  • 38 Sur la révolte de Madère cf. João Soares, A Revolta da Madeira, Lisbonne, Perspectivas e Realidades (...)
  • 39 Sur les armés cédées par Azaña à l’opposition portugaise et les facilités concédées par le ministre (...)

29La stratégie prédominante au sein de l’opposition de l’intérieur en 1930, qui était de faire évoluer le régime par l’intérieur, est abandonnée au début 1931. Les vieilles pratiques conspiratrices reprennent et les républicains préparent une nouvelle révolution. Au printemps-été 1931 le Portugal traverse une période d’intense agitation. La contestation éclate à Madère pour des raisons extérieures à l’opposition, que les déportés assignés à résidence dans l’île exploitent et transforment en soulèvement anti-gouvernemental. L’insurrection se propage aussitôt aux Açores et, avec quelques jours de décalage, en Guinée38. En été 1931 la zone frontalière renoue avec la dynamique du printemps 1927 et la Galice redevient le lieu de concentration des exilés. Toutefois, ce sont les circonstances particulières du contexte politique espagnol, créées par l’avènement de la iie République, qui rendent possible la réanimation de la présence portugaise dans la raia. Non seulement les autorités espagnoles ferment les yeux sur la présence des exilés portugais dans les villes frontalières, mais aussi certains membres du gouvernement fournissent une aide logistique et matérielle à l’opposition portugaise afin de favoriser l’avènement d’une Ibérie républicaine39.

  • 40 Jacinto Baptista, Jaime Cortesão, Raul Proença. Catálogo da exposição comemorativa do primeiro cent (...)
  • 41 Ce n’est qu’en juillet 1932 que Bernardino Machado quitte le Sud-ouest de la France pour La Guardia (...)

30En avril-mai 1931, les chefs militaires appellent à la concentration sur la frontière des exilés dispersés à l’étranger afin de les faire participer au mouvement fomenté en métropole pour seconder la révolte des îles. Afonso Costa tente de contrarier ce rapprochement de la frontière, argumentant la nécessité de maintenir secret le soutien que le nouveau gouvernement espagnol apporte à la révolte de Madère par le biais de l’opposition en exil40. Bernardino Machado lui-même renoncera à son projet d’installation en Galice pour ne pas porter préjudice à l’activité révolutionnaire41.

  • 42 Le nouveau gouvernement espagnol fait trainer la nomination de l’ambassadeur au Portugal afin de la (...)
  • 43 Une partie de l’opposition en exil, issue ou proche l’ancien Parti Républicain portugais (prp) accu (...)

31Lors de l’éclosion de la révolte de Madère, l’opposition en exil traverse une période de dissensions qu’elle surmonte pour apporter une aide aux insurgés. Cela se traduit par la constitution d’un front commun, le Comité des Émigrés. À l’annonce de la victoire des républicains espagnols aux élections du 14 avril 1931, le Comité des Émigrés envoie immédiatement Jaime Cortesão à Madrid solliciter le soutien du nouveau gouvernement aux insurgés des îles, notamment l’autorisation d’utilisation du central téléphonique de Las Palmas, et un soutien politique au républicanisme portugais42. La gauche républicaine, dirigée par Jaime de Morais et Jaime Cortesão, à laquelle un compagnon d’exil attribuera de façon dédaigneuse le sobriquet de « Budas »43, devient dorénavant l’interlocuteur de l’opposition portugaise auprès du gouvernement républicain espagnol. Dès lors, la rivalité entre chefs politiques et militaires passe par la divergence sur le rôle à conférer à la frontière au sein de la stratégie révolutionnaire.

32La réserve exprimée par Afonso Costa en ce qui concerne la concentration dans la raia est ignorée de la masse des exilés, qui commencent à y affluer dès le début juin. Le mouvement se poursuit pendant les mois suivants, d’autant plus que l’échec de la révolte d’août 1931 provoque une nouvelle vague d’exil. Les exilés s’installent tout au long de la ligne de séparation entre le Portugal et l’Espagne : Tuy, Vigo, La Corogne, Ciudad Rodrigo, Fuentes d’Oñoro, Badajoz, Séville, Rosal de la Frontera, Huelva, Ayamonte, ainsi que dans la capitale espagnole. Les noyaux galiciens et andalous se reconstituent et les exilés conspirent activement.

  • 44 mne, P3 A13 M49, compte-rendu de l’inspecteur-général de la Police Internationale au chef du poste (...)
  • 45 Fonds Bernardino Machado (bm), cx. 133, correspondance du Comité Republicano Revolucionário de Sevi (...)
  • 46 L’attentat est une action de représailles contre la mort d’un ouvrier charpentier (Manuel dos Santo (...)
  • 47 Instituto dos Arquivos Nacionais/Torre do Tombo (antt), Ministério do Interior, 465 gm, compte-rend (...)

33En Galice, les exilés élaborent des plans d’action, notamment une incursion surprise au Portugal par Viana do Castelo44. Des délégués sont envoyés aux noyaux de la Corogne et de Séville pour les inviter à y adhérer. En Andalousie, l’agitation révolutionnaire est fomentée par le Comité Republicano Revolucionário de Séville ; son action s’étend sur l’Alentejo, où il tente de fomenter un climat insurrectionnel à la fin 1931. Le groupe est composé d’une trentaine d’éléments45, anciens fonctionnaires de l’administration coloniale et déportés, issus des milieux du républicanisme radical et de l’anarchisme, dont les trajectoires se sont croisées pendant la révolte de Guinée. Le Comité a des contacts dans l’émigration économique de mouvance anarchiste, qu’il cherche à encadrer. Des tracts appelant à l’insurrection sont imprimés en Espagne et distribués en Alentejo. Le Comité est également responsable de l’attentat commis à Évora, le 14 Décembre 1931, contre Rolão Preto, chef du mouvement national-syndicaliste, d’où il résulte la mort de Silva Dias, directeur du journal O Manuelinho46. L’attentat effraye les autorités régionales portugaises, d’autant plus que les renseignements qui arrivent au Ministère de l’Intérieur font état de projets d’attentat, de fomentation de troubles dans la région sud et d’incursions au Portugal47.

  • 48 José Carlos Gonzalez, António Sérgio: correspondência para Raul Proença, Lisbonne, Publicações D. Q (...)
  • 49 Biblioteca Nacional (bnp), fonds E7/546 Jaime Cortesão, lettre à Raul Proença, du 5 novembre 1931.

34Au mois de juillet 1931, le nombre d’exilés était estimé à une centaine48, il dépassera les deux cents après la révolte d’août 193149. Les dramatiques conditions de subsistance d’un grand nombre d’exilés, résultat de la crise économique et du chômage qui sévissent en Espagne, de la diminution de l’aide reçue des correligionários et ainsi que des subsides du gouvernement espagnol, conduit la direction politique à préconiser le retour au Portugal des exilés moins exposés à la répression policière. Les fonds d’assistance étant de plus en plus réduits, l’aide financière reposait presque entièrement sur les exilés ayant des moyens de fortune, Bernardino Machado en particulier. Le nombre d’exilés républicains en Espagne décroit en 1932-1933.

35Le retour des exilés à la frontière amène l’ambassadeur Mello Barreto à solliciter du gouvernement républicain espagnol l’application des mesures de mars 1927, relatives à l’interdiction de séjour à moins de 100 km de la frontière. Le gouvernement espagnol parvient à ajourner l’application de la mesure jusqu’au mois septembre, mais la révolte d’août 1931 donne trop de visibilité à la bienveillance avec laquelle le gouvernement espagnol accueille les exilés portugais, notamment les deux aviateurs qui ont bombardé Lisbonne et qui sont réclamés par le gouvernement portugais. La fréquence des plaintes de Mello Barreto après septembre 1931, montre que la mesure d’interdiction n’est pas appliquée, les autorités locales fermant les yeux sur la présence portugaise en zone frontalière.

  • 50 À partir d’informations reçues de Lisbonne, la police espagnole procède à une descente à l’hotel “L (...)
  • 51 Le consul à Vigo, Aristides de Sousa Mendes, fait pression sur le journal El Pueblo Gallego, afin q (...)
  • 52 mne, P3 A13 M47, dépêche du mne à l’ambassadeur à Madrid, du 31 octobre 1932.
  • 53 La Época, 22-viii-1932.
  • 54 Diário do Governo, série I, décret-loi n° 21.943, du 5 décembre 932. Une cinquantaine d’exilés (don (...)
  • 55 Sur la réorganisation des services de police cf. Maria da Conceição Ribeiro, A Polícia política no (...)
  • 56 mne, gsg-5, dépêche du consul à Vigo, du 13 février 1933.
  • 57 Diário do Governo, série I, décret-loi n° 26.633, du 25 mai 1936.
  • 58 A l’exception d’une liste de 25 opposants issus de l’opposition républicaine. Rappelons que le gouv (...)

36À l’été 1931, le temps est révolu où la police espagnole collaborait avec la portugaise50 et que les consuls faisaient pression sur les journaux pour exclure de leurs pages toute mention aux exilés51. Les autorités portugaises voient, avec préoccupation, l’inaction de la police espagnole dans la répression de la conspiration portugaise et son manque de volonté de collaborer dans la contention des adversaires du régime. Les insultes proférées par les exilés contre un agent de la police politique portugaise, à Rosal de la Frontera, en présence des éléments de la police espagnole et sans que ceux-ci interviennent52, renforcent chez le gouvernement portugais l’idée qu’il faut dorénavant compter sur ses propres moyens pour contenir et contrarier l’activité révolutionnaire de l’opposition en exil. La confiance dans la collaboration des polices est cassée. Le nouveau mode opératoire du régime portugais passe désormais par l’envoi en Espagne, sans en donner connaissance aux autorités espagnoles, d’agents de la police politique (pvde) pour surveiller directement les milieux de l’exil, ainsi que par le recrutement d’indicateurs chez les mécontents et/ou les dissidents de l’opposition en exil. Au regard de la dictature portugaise, la raia est un haut lieu de conjuration, et les autorités espagnoles sont qualifiées de permissives et complaisantes. Le gouvernement portugais juge qu’il faut agir en conséquence. La première mesure adoptée est, en août 1932, la suspension du régime d’exemption de passeports jusqu’alors en vigueur entre les deux pays53. Cependant la mesure phare est le décret d’amnistie de décembre 193254, qui porte un rude coup aux activités révolutionnaires de l’opposition en exil en vidant les noyaux espagnols. Ne pouvant plus compter sur les autorités espagnoles pour contrer l’activité révolutionnaire, Salazar préfère faire rentrer les exilés au Portugal que les laisser conspirer impunément à l’extérieur du pays, misant sur la réorganisation des services de la police politique55 et sur la répression, pour contenir et anéantir l’opposition. Le nombre d’exilés à la frontière diminue, ce qui amène le consul à Vigo à affirmer en février 1933 que la surveillance de la région par les agents de la police portugaise n’est plus nécessaire56. La stratégie de l’amnistie sera à nouveau employée, en mai 193657, lorsqu’il devient évident pour le gouvernement portugais que les autorités espagnoles ne contrarieront pas l’activité révolutionnaire des exilés et ne les éloigneront pas de la frontière58.

La gestion de l’espace frontalier : les autorités espagnoles

  • 59 Orientation qui se maintient même lorsque les révoltes républicaines menacent de faire tomber la di (...)
  • 60 Un ancien exilé monarchiste dont la pensée politique a évolué vers le républicanisme, Novais Teixei (...)

37La gestion de la frontière par les autorités gouvernementales espagnoles fluctue en fonction du courant au pouvoir. La ligne d’action suivie par le Primo de Rivera en ce qui concerne le Portugal remonte à 1923 ; elle est orientée par la non-intervention dans les affaires intérieures portugaises59. Sa préoccupation majeure reste de tenir les républicains portugais éloignés des lieux de rencontre du républicanisme espagnol, notamment l’Ateneo. Le gouvernement espagnol préfère maintenir les exilés portugais en périphérie que de les voir confluer vers Madrid60.

  • 61 Cf. notamment Manuel Azaña, Diarios completos: monarquía, república, guerra civil, Barcelona, Criti (...)
  • 62 Manuel Azaña, Diarios completos: monarquía, república, guerra civil, Barcelona, Critica, 2000, p. 2 (...)
  • 63 Manuel Azaña, Diários… op. cit, p. 204.

38L’implantation de la iie République change la donne en transformant la frontière en plateforme arrière pour l’opposition républicaine portugaise ; elle sert simultanément de lieu de préparation de l’action révolutionnaire et de repli, lorsque les aléas de la revolução obligent au déplacement vers l’arrière pour reprendre des forces. Au-delà de l’aide apportée par Azaña et d’autres membres du gouvernement espagnol à l’opposition portugaise61, qui est suffisamment connue, l’affaire des armes de Los Alcázares illustre de manière éclatante le rôle de la frontière dans la stratégie d’action de l’opposition portugaise et le soutien que celle-ci reçoit de la iie République, et sa triangulation entre l’opposition portugaise, le gouvernement espagnol et les autorités locales. Le matériel de guerre, composé de bombes et de munitions, est cédé aux Portugais sur l’ordre de Manuel Azaña, alors ministre de la Guerre. La mise à disposition est faite par le biais du directeur-général de l’aéronautique, le commandant Ramon Franco62. Le matériel est retiré de l’aérodrome de Los Aláazares pendant les mois de mai et juin par le beau-père de Franco. Un sauf-conduit délivré par le sous-directeur de la Guardia Civil assure le transport jusqu’à la « Posada del Abad », un domaine situé à proximité de Rosal de la Frontera, à quelques kilomètres à peine de la frontière portugaise, propriété du député radical Fernando Garcia de Leaniz. Le matériel est ensuite introduit au Portugal au compte-gouttes, en raison du retard pris par les préparatifs révolutionnaires et de la méfiance de Jaime de Morais. Une partie du matériel retiré de Los Alcázares est utilisé lors de la révolte du 26 août 193163, notamment les bombes lancées sur Lisbonne.

  • 64 La Época, de 27-ix-1934 ; Heraldo de Madrid, 27/9/1934 ; El Siglo Futuro, 29-ix-1934.
  • 65 A. Encarnação Viegas, Emídio… op. cit., pp.32-33. Emídio Guerreiro raconte dans ses mémoires s’être (...)

39La façon dont l’opposition portugaise exploite la zone frontalière, ainsi que le soutien reçu des autorités locales est également visible dans le projet des chars blindés. Celui-ci consiste dans le montage de plaques d’acier sur des tracteurs pour les transformer en chars blindés, qui seraient ensuite introduits au Portugal et utilisés pendant la révolution64. Le matériel se trouve entreposé dans le port de Cadix et à la douane de Séville lorsqu’il est saisi par la police en septembre 1934, ce qui rendra impossible la concrétisation d’un projet dont les origines sont déjà anciennes65.

  • 66 Avortée par la police en conséquence de l’arrestation, à Elvas, d’un agent de liaison. Dans la mall (...)
  • 67 Le mouvement devait éclore dans la nuit du 3 au 4 octobre 1934, mais « l’affaire Turquesa » et la r (...)
  • 68 Mouvement qui compte sur la collaboration de la droite radiale de Rolão Preto, les militaires répub (...)

40La situation dans la raia change en Novembre 1933 avec l’arrivée au pouvoir de la droite espagnole. Les relations diplomatiques entre le Portugal et l’Espagne s’améliorent de façon significative. La marge de manœuvre en zone frontalière se réduit considérablement pour les exilés, sans toutefois disparaître complètement. Cependant l’opposition portugaise ne peut plus compter sur le soutien logistique et matériel du gouvernement espagnol, même si les révoltes avortées de mai66, juillet et octobre 193467 sont toujours fomentées à partir de l’Espagne. Par ailleurs, la répression déclenchée en Espagne, suite à la révolte des Asturies, atteint également les Budas, la direction de l’opposition en exil passe alors aux mains des libéraux, dont le chef militaire est le lieutenant-colonel Ribeiro de Carvalho. La frontière reste toujours à l’horizon de l’opposition portugaise, mais elle perd sa force centripète, le centre de la conspiration étant désormais placé à Madrid. La révolte de septembre 193568 compte encore sur l’Espagne comme base de replis. La veille des élections de Février 1936, le nombre d’exilés dans les régions bordant la frontière est restreint, mais il augmente rapidement après les élections qui donnent la victoire au Front Populaire. La Galice redevient le centre de la conspiration portugaise.

  • 69 antt, aos/co/ne-2B, ambassade à Madrid, télégramme à l’arrivée, du 26 février 1936.

41Le retournement de la situation politique espagnole, au printemps 1936, apporte aux exilés portugais une grande liberté d’action et permet leur retour en région frontalière. Peu après l’entrée en fonctions du gouvernement issu des élections de février, l’ambassadeur Ribatâmega sollicite une nouvelle fois « l’internement » des exilés portugais. La question est abordée en Conseil de ministres, et l’ambassadeur reçoit de la part du ministre d’État, Augusto Barcia Telles, l’information que des ordres seraient donnés interdisant le séjour des exilés portugais à la frontière. L’ambassadeur se montre réservé et écrit à Lisbonne : « nous devons rester en attente d’une action concrète mais nous ne devons pas avoir trop de confiance dans les paroles du gouvernement espagnol »69. Et comme le prévoyait Ribatâmega, elle ne sera pas conforme aux attentes de Salazar, permettant la réactivation de la révolution en région frontalière.

  • 70 mne, P3 A13 M93, dépêche du consul à Vigo, du 20 février 1936.
  • 71 Notamment José Domingues dos Santos, exilé à Paris, qui séjourne une semaine à Vigo.
  • 72 antt, pvde, proc. 2410/sps .

42La concentration des exilés en Espagne débute dès la mi-février ; elle conduit à la formation de deux noyaux, l’un en Galice, l’autre au sud, à proximité de la frontière avec l’Algarve70. Vigo redevient le quartier général de l’opposition en exil. Les dépêches des consuls font état de l’intensité des déplacements des exilés militaires et des chefs politiques à la frontière, prélude à un nouveau mouvement contre la dictature71. La conspiration reprend activement au printemps 1936, le mouvement est programmé pour le 20 mai, ajourné ensuite en raison de l’insuffisance des liaisons révolutionnaires72 ; les préparatifs s’intensifient à la fin juin. Des armes sont cachées tout au long de la frontière, prêtes à être introduites au Portugal. Début juillet, le commandant militaire du mouvement donne l’ordre aux exilés de se déplacer vers la frontière et de se tenir prêts à rentrer au Portugal pour assumer le commandement des postes qui leur seraient confiés. La revolução est programmée pour le 22 juillet 1936… L’alziamiento du 18 juillet change la donne. Il ferme définitivement la frontière à l’opposition portugaise, lorsque toute la ligne tombe entre les mains des nationalistes espagnols.

43Désormais, exil et intérieur sont contraints à trouver des stratégies alternatives pour communiquer et la lutte armée ne peut plus compter sur sa traditionnelle plateforme arrière. Le dernier sursaut de l’activité révolutionnaire de l’opposition républicaine, l’utopique plan « Lusitânia », en 1937-1938, passe encore par la frontière, conjuguant le débarquement de troupes portugaises sur le littoral avec une poussée par voie de terre de l’armée républicaine espagnole, mais il ne dépassera jamais le stade de projet, même si le recensement et la concentration des combattants portugais dans l’Espagne républicaine avait connu un début d’exécution. L’imperméabilité de la frontière devient particulièrement grave dans le cas des anarchistes, pour qui les réseaux de frontière constituaient la principale voie de communication avec l’extérieur et qui avaient dans le mouvement espagnol leur principale source de soutien et de solidarité. Fermée pour des uns, la frontière s’ouvre dorénavant pour d’autres, mais elle ne reprendra jamais le rôle qu’elle a joué, entre en 1927 et 1936, dans la stratégie d’action de l’opposition portugaise.

Haut de page

Notes

1 Les archives militaires de Lisbonne (Arquivo Histórico-Militar) sont très riches sur la présence des réfugiés espagnols au Portugal, notamment pour les années 1827 et 1876. Un fichier contenant de nombreux dossiers individuels n’a jamais été exploité, ainsi que la documentation des dépôts de réfugiés de Santarém, Peniche, Aveiro et Sagres.

2 Sur le séjour des réfugiés royalistes en Galice cf. Alfredo Comesaña Paz, « Dios, patria, rey y… contrabando. Tras las huelas del exílio monárquico portugués en España después de la derrota de la monarquía del Norte (1919) », Espacio, tiempo y forma, série V, Historia Contemporánea, t. 5, 2013, p. 239-277.

3 Les affinités de Marcelino Domingo avec le Portugal et le républicanisme portugais sont visibles dans son livre La experiencia del poder, Madrid, 1934, dont le prologue fut confié à Afonso Costa, le charismatique leader politique portugais, chef de file du républicanisme radical, anti-clérical, et bâtisseur de la République. Sur les affinités et points de convergence entre le républicanisme portugais et espagnol cf. Heloisa Paulo, « Une vision commune du républicanisme: la coopération entre les exilés portugais et les républicains espagnols (1931-1939) », in Cristina Clímaco, Marie-Christine Volovitch-Tavares, Le temps de l’exil portugais (1926-1974). France, Espagne, Afrique du Nord, Paris, Exils et migrations ibériques au xxe siècle, nouvelle série n° 8/Riveneuve continents, n° 22, 2016.

4 César de Oliveira, Salazar e a guerra civil de Espanha, Lisbonne, O Journal, 1987; Iva Delgado, Portugal e a guerra civil de Espanha, Lisbonne, Publicações Europa-América, 1990.

5 João Freire, « O Anarquismo nos implacáveis anos 30 », Diário de Notícias, 15/3/1984; João Freire, Anarquistas e operários. Ideologia, ofício e práticas e sociais, Porto, Afrontamento, 1992.

6 Cristina Clímaco, « Portugal within the European Antifascist Movement, 1922-1939 », in Hugo Garcia et alii, Rethinking Antidascism, New York/Londres, Berghahn Books, 2016.

7 João Madeira, História do pcp, Lisbonne, Tinta da China, 2013; José Pacheco Pereira, Álvaro Cunhal, uma biografia política. Daniel, o jovem revolucionário, Lisbonne, Temas e Debates, 1999.

8 Visibilité mise en exergue notamment lors de la grève générale révolutionnaire du 18 janvier 1934, contre la « fascisation » des syndicats. Fátima Patriarca, Sindicatos contra Salazar. A Revolta do 18 de Janeiro de 1934, Lisbonne, ICS, 2000; Idem, A Questão social no salazarismo, 1930-1947, Lisbonne, Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 1995.

9 Pour la période de l’entre-deux-guerres la seule femme exilée est la communiste Maria Machado, qui séjournera en France en 1938.

10 Sur les difficultés de mise en place du front commun et les particularismes du fpp, cf. Cristina Clímaco, L’exil politique portugais en France et en Espagne, 1927-1940, thèse de doctorat, Université Paris-vii, 1998.

11 Les éléments épurés, reformés des Forces armées ou contraints par leur hiérarchie à passer à la réserve se perçoivent, et sont perçus au sein de l’opposition, comme étant des militaires. Ainsi, au sein des réseaux d’opposition, ils gardent leur grade militaire.

12 La présence et le rôle en exil des accompagnateurs est passée sous silence, notamment dans la correspondance des exilés. Par l’exil sont passées, entre autres, l’épouse de Bernardino Machado, de Jaime de Morais, de Jaime Cortesão, de César de Almeida, d’António Sérgio, de Raul Proença, de Filipe Mendes, de Moura Pinto, de Manuel António Correia, d’Álvaro Poppe. D’autres, tout en conservant leur résidence au Portugal, alternent avec de longs séjours à l’étranger, c’est le cas en particulier de l’épouse d’Afonso Costa.

13 João Sarmento Pimentel, Memórias de um capitão, Porto Editorial Inova, 1974, p. 221.

14 Les relations maçonniques restent assez méconnues, mais elles ont joué un rôle important dans la mise en place de structures de soutien et solidarité.

15 João Sarmento Pimentel, Memórias… op. cit.

16 Manuel António Correia, Memórias de um resistente às ditaduras, Lisbonne, Temas e Debates-Círculo dos Leitores, 2011.

17 Fondation Mário Soares (fms), fonds Jaime de Morais, Mémoires inédites. Une édition critique de ces mémoires est en cours de préparation.

18 Manuel António Correia, Memórias… op. cit., p. 180.

19 Sur la complexité des relations de frontière cf. notamment Eusebio Medina García, « Elucubracíones en torno à la "identidade rayana" », César Llano, Luís Risco, Xerardo Pereiro, As fronteiras e as identidades raianas entre Portugal e Espanha, Vila Real, utad, 2008; Heriberto Cairo Carou, Paula Godinho, Xerardo Pereiro (coords.), « Introdução », Portugal e Espanha. Entre discursos de centro e práticas de fronteira, Lisbonne, Colibri, 2009.

20 fms, fonds Jaime de Morais, Memórias.

21 Selon les données numériques envoyées par les consuls et les listes de réfugiés élaborées par le gouvernement espagnol et communiquées à l’ambassadeur portugais, Mello Barreto. Arquivo Histórico-Diplomático do Ministério Negócios Estrangeiros (mne), P3 A10 M39.

22 FMS, fonds Jaime de Morais, Memórias.

23 João Sarmento Pimentel, Memórias… op. cit., p. 232.

24 Le lieutenant Manuel António Correia s’installe à Tuy avec sa femme et ses six enfants : Memórias… op. cit., p. 182-183.

25 Vasco da Gama Fernandes, Depoimento inacabado. Memórias, Nem Martins, Publicações Europa-América, 1975.

26 A. Encarnação Viegas, Emídio Guerreiro, Emídio Guerreiro. Uma vida pela liberdade, Lisbonne, Editorial Notícias, 1998.

27 Vasco da Gama Fernandes, Depoimento… op. cit., p. 39-40.

28 A. Encarnação Viegas, Emídio Guerreiro, Emídio… op. cit., p. 40-41.

29 João Sarmento Pimentel, Memórias… op. cit., p. 12.

30 mne, P3 A10 M39, note confidentielle du commandant militaire de Chaves au commandant de la Région militaire de Trás-os-Montes, du 27 avril 1927.

31 La police saisit une lettre de Virgílio Sobral, dans laquelle il dévoile l’identité de son agent de liaison, José de Arão, et où il donne des détails sur les préparatifs révolutionnaires. Cette saisie permet à la police de confirmer les soupçons au sujet de José de Arão et Carlos Saavedras, résidents à Valença, et leur rôle dans la communication entre les deux côtés de la frontière.

32 Selon le consul à Vigo, des mitraillettes et autre matériel de guerre attendraient dans le port de Barcelone pour être introduits au Portugal, cachés dans un chargement de coton. mne, P3 A10 M39, dépêche du consul à Vigo, du 9 mars 1928.

33 Sur les réseaux de la contrebande, bien que l’ouvrage porte sur une période postérieure aux années 30, cf. Dulce Freire, Eduarda Rovisco, Inês Fonseca (coords.), Contrabando na fronteira Luso-Espanhola. Práticas, Memórias e Património, Lisbonne, Edições Nelson de Matos, 2009. Pour une analyse historique de la question de la contrebande luso-espagnole cf. Eusébio Medina García, Contrabando en la frontera de Portugal: orígenes, estructuras, conflicto y cambio social, Phd, Universidad Complutense de Madrid, 2001 (http://biblioteca.ucm.es/tesis/cps/ucm-t25310.pdf); Maria da Conceição Meireles Pereira, « O Contrabando luso-espanhol no século xix. O discurso dos teóricos », Revista da Faculdade de Letras, História, 2a série, Porto, vol. 14, 1997, p. 563-589.

34 La Época, 19/4/1930; El Sol, 20/4/1930.

35 Heraldo de Madrid, 25/4/1930; La Época, 26/4/1930.

36 El Sol, 14/9/1930; El Sol, 18/9/1930; La Libertad, 21/9/1930.

37 Bernardino Machado, O Militarismo, Lar, 1927. Sur les conditions dans lesquels a lieu l’impression du manifeste cf. http://oslibrosdeanxelcasal.blogspot.fr/2013/02/o-militarismo.html.

38 Sur la révolte de Madère cf. João Soares, A Revolta da Madeira, Lisbonne, Perspectivas e Realidades, 1979; Célia Reis, A Revolta da Madeira e Açores, Lisbonne, Livros Horizonte, 1990. Sur le soutien apporté par l’exil aux insurgés cf. Cristina Clímaco, Republicanos, Anarquistas e Comunistas no exílio, Lisbonne, Colibri, 2017.

39 Sur les armés cédées par Azaña à l’opposition portugaise et les facilités concédées par le ministre Prieto à l’introduction de matériel de guerre acheté dans le nord de l’Europe, cf. Pablo Díaz Morlán, Horacio Echevarriera, 1870-1963: el capitalista republicano, Madrid, LID, 1999. L’aide financière et logistique concédée à l’opposition portugaise a été largement diffusée dans la presse espagnole à la fin 1934, suite à la découverte d’armement en Asturies et à la Cité universitaire pour les socialistes espagnols et la mise en accusation d’Azaña et d’autres anciens ministres républicains.

40 Jacinto Baptista, Jaime Cortesão, Raul Proença. Catálogo da exposição comemorativa do primeiro centenário (1884-1984), Lisbonne, Biblioteca Nacional, 1985, p. 286-287.

41 Ce n’est qu’en juillet 1932 que Bernardino Machado quitte le Sud-ouest de la France pour La Guardia. Séjour d’ailleurs dénoncé par l’ambassadeur portugais à Madrid, qui demande à plusieurs reprises son éloignement de la frontière.

42 Le nouveau gouvernement espagnol fait trainer la nomination de l’ambassadeur au Portugal afin de laisser le temps aux insurgés de prendre le contrôle des îles et aux chefs révolutionnaires de faire éclore le mouvement en métropole.

43 Une partie de l’opposition en exil, issue ou proche l’ancien Parti Républicain portugais (prp) accuse les chefs révolutionnaires de la gauche républicaine d’immobilisme, et d’accaparer en leur bénéfice les emprunts souscrits pour la révolution et l’assistance aux exilés. Le fort ressentiment conduira certains à s’approcher du régime portugais; c’est notamment le cas de Leonel Ferro Alves, auteur du sobriquet, dont les archives Salazar contiennent traces de la correspondance échangée avec le dictateur après son retour d’exil.

44 mne, P3 A13 M49, compte-rendu de l’inspecteur-général de la Police Internationale au chef du poste de Valência, du 18 juillet1931.

45 Fonds Bernardino Machado (bm), cx. 133, correspondance du Comité Republicano Revolucionário de Sevilha à Bernardino Machado, du 24 septembre 1931.

46 L’attentat est une action de représailles contre la mort d’un ouvrier charpentier (Manuel dos Santos) pendant les incidents qui ont eu lieu la veille, à Évora, lors de l’inauguration du siège local de la Liga 28 de Maio. L’auteur du coup de feu mortel est José Joaquim Coelho, un ancien caporal de la garde nationale républicaine, licencié pour avoir pris part à la révolte de Février 1927. José Frota, « Farmácia Motta », Évora Mosaico, Julho-Agosto de 2009, p. 21.

47 Instituto dos Arquivos Nacionais/Torre do Tombo (antt), Ministério do Interior, 465 gm, compte-rendu du gouverneur-civil de Portalegre, du 16 décembre 1931.

48 José Carlos Gonzalez, António Sérgio: correspondência para Raul Proença, Lisbonne, Publicações D. Quixote-Biblioteca Nacional, 1987, p. 243.

49 Biblioteca Nacional (bnp), fonds E7/546 Jaime Cortesão, lettre à Raul Proença, du 5 novembre 1931.

50 À partir d’informations reçues de Lisbonne, la police espagnole procède à une descente à l’hotel “Las Naciones” de Badajoz en juillet 1928. L’hôtel appartient à un Portugais, Ladislau Costa, dont le nom apparaitra dès 1931 mêlé aux exilés politiques séjournant dans la ville. La police espagnole suspecte son propriétaire d’y avoir caché de la propagande politique, que l’opposition républicaine distribue de l’autre côté de la frontière. mne, P3 A10 M37, dépêche du consul de Badajoz à l’ambassadeur à Madrid, du 24 juillet 1928.

51 Le consul à Vigo, Aristides de Sousa Mendes, fait pression sur le journal El Pueblo Gallego, afin que celui-ci cesse la publication d’une série d’articles d’António Sérgio. mne, P3 A10 M37, dépêche du consul à Vigo au mne, du 25 octobre 1928.

52 mne, P3 A13 M47, dépêche du mne à l’ambassadeur à Madrid, du 31 octobre 1932.

53 La Época, 22-viii-1932.

54 Diário do Governo, série I, décret-loi n° 21.943, du 5 décembre 932. Une cinquantaine d’exilés (dont les principaux chefs politiques et militaires) et les détenus pour des « questions sociales » (c’est-à-dire les anarchistes et les communistes) sont exclus de l’amnistie.

55 Sur la réorganisation des services de police cf. Maria da Conceição Ribeiro, A Polícia política no Estado Novo (1926-1945), Lisbonne, Editorial Notícias, 1995.

56 mne, gsg-5, dépêche du consul à Vigo, du 13 février 1933.

57 Diário do Governo, série I, décret-loi n° 26.633, du 25 mai 1936.

58 A l’exception d’une liste de 25 opposants issus de l’opposition républicaine. Rappelons que le gouvernement portugais réserve la catégorie de réfugié politique aux républicains. Les anarchistes et les communistes, placés sous le régime du droit commun, sont par conséquent exclus des mesures adressées aux réfugiés politiques, notamment les amnistiés de 1932 et 1936.

59 Orientation qui se maintient même lorsque les révoltes républicaines menacent de faire tomber la dictature portugaise. Afonso Costa sonde les milieux proches de Primo de Rivera pour savoir quelle attitude adopterait l’Espagne face à un soulèvement militaire au Portugal. Il lui est répondu qu’il n’aurait pas d’intervention au Portugal. Comptes-rendus n° 9 et n° 10 de la réunion du Comité Directeur de la Ligue de Paris in António Henriques de Oliveira Marques, A Liga de Paris e a ditadura militar, Lisbonne, Publicações Europa-América, 1976, p. 25-28. Sur les relations luso-espagnoles cf. Hipólito de la Torre Gomez, Do « perigo espanhol » à amizade peninsular. Portugal-Espanha 1919-1930, Lisbonne, Estampa, 1985.

60 Un ancien exilé monarchiste dont la pensée politique a évolué vers le républicanisme, Novais Teixeira, ouvre les portes de l’Ateneo aux républicains portugais de passage à Madrid.

61 Cf. notamment Manuel Azaña, Diarios completos: monarquía, república, guerra civil, Barcelona, Critica, 2000; Pablo Díaz Morlán, Horacio… op. cit.

62 Manuel Azaña, Diarios completos: monarquía, república, guerra civil, Barcelona, Critica, 2000, p. 241. Azaña charge Ramon Franco de la transaction avec les révolutionnaires portugais, mais il ne suit pas son exécution. Ce n’est qu’au début du mois d’août 1931 que le ministre de la Guerre prend connaissance de la quantité d’armement cédé aux Portugais lorsque le nouveau directeur-général de l’Aéronautique, le commandant Pasteur, le questionne sur la justification officielle à présenter aux services. Le matériel sera finalement considéré comme étant utilisé par les Forces Armées.

63 Manuel Azaña, Diários… op. cit, p. 204.

64 La Época, de 27-ix-1934 ; Heraldo de Madrid, 27/9/1934 ; El Siglo Futuro, 29-ix-1934.

65 A. Encarnação Viegas, Emídio… op. cit., pp.32-33. Emídio Guerreiro raconte dans ses mémoires s’être entraîné en Alentejo, conjointement avec Cal Brandão, où il a appris à manœuvrer un char d’assaut. Le véhicule a été construit à partir de tracteurs, achetés à l’étranger et introduits clandestinement au Portugal. Des engins de cette nature auraient déjà été utilisés lors d’une tentative d’assaut de la caserne d’artillerie à Serra do Pilar, en 1928, et abandonnés sur le bord de la route à la suite de l’échec du mouvement. A la suite de cette tentative révolutionnaire, Emídio Guerreiro entre dans la clandestinité. Sur la technique de l’assemblage cf. les Mémoires inédites de Jaime de Morais, déposées à la Fondation Mário Soares.

66 Avortée par la police en conséquence de l’arrestation, à Elvas, d’un agent de liaison. Dans la mallette qu’il transportait se trouvait la correspondance échangée entre le Comité de Madrid (organe supérieur de direction) et le comité militaire, situé à l’intérieur du Portugal.

67 Le mouvement devait éclore dans la nuit du 3 au 4 octobre 1934, mais « l’affaire Turquesa » et la révolte des Asturies conditionnent les préparatifs révolutionnaires portugais.

68 Mouvement qui compte sur la collaboration de la droite radiale de Rolão Preto, les militaires républicains-conservateurs et l’extrême-gauche. Rappelons que les deux premiers groupes furent progressivement éloignés du pouvoir par Salazar.

69 antt, aos/co/ne-2B, ambassade à Madrid, télégramme à l’arrivée, du 26 février 1936.

70 mne, P3 A13 M93, dépêche du consul à Vigo, du 20 février 1936.

71 Notamment José Domingues dos Santos, exilé à Paris, qui séjourne une semaine à Vigo.

72 antt, pvde, proc. 2410/sps .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Clímaco, « L’espace frontalier espagnol : plateforme arrière de l’opposition portugaise (1927-1936) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6456 ; DOI : 10.4000/ccec.6456

Haut de page

Auteur

Cristina Clímaco

Université Paris-viii Vincennes Saint-Denis/LER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org