Navigation – Plan du site

Éditorial

Manuelle Peloille
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Ce numéro, tant par le dossier consacré à la frontière entre l'Espagne et le Portugal (raia) sous le salazarisme et le premier franquisme que par celui contenant le résumé de thèses soutenues à l'Institut Universitaire Européen de Florence, s'inscrit dans une dimension transdisciplinaire et transnationale, visant à dépasser le cadre des historiographies nationales. Un tel cadre, cependant, loin d'être étroit, supposait de fait la comparaison et l'établissement de liens, mais qui n'étaient pas nécessairement mis au premier plan. Ce qui a changé, c'est l'affichage de cette dimension. L'évolution de l'historiographie suit de près la redéfinition des cadres nationaux dans un contexte européen et global.

2Notre appel aux lecteurs afin de recueillir des résumés de thèses a été entendu : outre le compendium des travaux en vue de l'habilitation à diriger des recherches de Jesús Alonso Carballés sur la politique des monuments en l'honneur des victimes de la Guerre Civile et du franquisme au Pays basque, nous publions un dossier, coordonné par Romain Bonnet, qui envisage l'Espagne contemporaine sous les angles de l'anthropologie, de l'histoire, de la sociologie ou de l'histoire culturelle. Que les contributeurs soient vivement remerciés.

3Le dossier « Frontière et résistances en Péninsule ibérique. La frontière luso-espagnole et les oppositions anti-salazariste et anti-franquiste (1926-1950) », sous la direction de Cristina Climaco et Mercedes Yusta, se centre sur un territoire réduit, mais ses problématiques sont extrapolables à d'autres zones frontalières, tant la démarche historique inclut l'approche des migrations ; de l'économie de contrebande avec le cas du wolfram ; des solidarités envers les résistants ou exilés d'une part et entre systèmes de contrôle des dictatures d'autre part.

4Deux contributions composent la section des « Miscellanées ». Dans un article très détaillé, sur la base d'un dépouillement de presse, Mirta Núñez Díaz-Balart montre comment les manifestations d'anticléricalisme des premiers mois de la Seconde République espagnole furent le catalyseur de l'opinion, tant du point de vue des autorités que de la presse catholique. Uxío-Breogán Diéguez Cequiel exhume une figure du nationalisme galicien en exil, Xohán Xosé Plá Fernández, dont il retrace la trajectoire en France.

5La rubrique « La parole est aux lecteurs », ardemment défendue par le fondateur de cette revue, est déserte depuis de nombreuses années. La dispersion des tâches universitaires est un facteur plausible, la peur du débat en est-elle un autre ? Les objections formulées à un ouvrage ou à un article supposent que le lecteur a fait l'effort d'un examen critique approfondi, qui devrait être plus valorisant pour les auteurs qu'une douillette mais superficielle approbation. Nous proposons donc la réponse de Romain Bonnet au dossier du numéro 17, concernant le fondement juridique du droit de décider en Catalogne. C'est la même lecture approfondie qui préside aux comptes rendus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Éditorial », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 24 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6435

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org