Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Notes de lecture

L’Institut Obrer de València. 80 anys d’història

Joël Delhom
Référence(s) :

Cristina Escrivà Moscardó, L’Institut Obrer de València. 80 anys d’història, València, Associació Cultural Institut Obrer, 1996, 129 p.

Texte intégral

1Cristina Escrivà s’est spécialisée dans la récupération de la mémoire collective républicaine dans la région de Valence et elle s’est intéressée en particulier aux expériences pédagogiques. En 2008, elle avait déjà publié un ouvrage en espagnol sur les Instituts d’enseignement secondaire pour ouvriers, Los Institutos para Obreros. Un hermoso sueño republicano, suivi en 2009 par Guía didáctica. Los Institutos para obreros, 1936-1939, toujours chez le même éditeur valencien, L’Eixam. Le 80e anniversaire de la création de l’Institut Obrer de València lui a fourni l’occasion d’éditer en 2016 un nouvel opus en valencien sur cette expérience novatrice d’enseignement durant la guerre d’Espagne. Aux côtés des Missions pédagogiques, des Milices de la culture et des Colonies scolaires, les Instituts pour ouvriers d’enseignement secondaire visaient à généraliser l’accès à la culture et à l’éducation dans un cadre laïque, tant pour les filles que pour les garçons. C’est au ministre communiste de l’Instruction Jesús Hernández que revient le mérite de leur création, secondé par le sous-secrétaire Wenceslao Roces. L’anarcho-syndicaliste Segundo Blanco, qui lui succéda à la tête du ministère en avril 1938, poursuivit son œuvre avec l’aide du sous-secrétaire Juan Puig Elías.

2Les soixante-dix premières pages sont consacrées à l’Institut ouvrier de Valence, créé par décret de M. Azaña en novembre 1936. D’autres furent ouverts plus tard à Sabadell, Barcelone et Madrid. En février 1937 débutaient à Valence les cours pour 143 élèves, dont 13 jeunes filles (leur nombre doublera six mois plus tard), de 15 à 18 ans (35 ans pour les invalides de guerre à partir de juin 1937), issus des classes populaires et parrainés par un syndicat ou une organisation juvénile antifasciste. Ils avaient passé un examen d’entrée et devaient préparer le bachillerato, en deux ans divisés en quatre semestres, dans un régime d’internat ou de demi-pension, totalement gratuit, dans un ancien collège jésuite. Par la suite, ils auraient pu intégrer l’enseignement supérieur, mais l’issue défavorable de la guerre a frustré leurs espoirs. Les jeunes ouvriers ainsi scolarisés purent même, à partir de décembre 1937, percevoir une indemnité financière en fonction de critères sociaux. La pédagogie, participative, coopérative, mixte et laïque, s’inspirait de l’École nouvelle, de l’École moderne et de l’Institution libre d’enseignement. Un chapitre du livre est consacré aux jeunes femmes dans l’Institut, un autre aux enseignants, qui étaient logés sur place avec leur famille, et un troisième à la pédagogie. Une chronologie basée sur la Gaceta de la República permet de suivre les décisions concernant l’Institut dans le contexte de la guerre. On y lit que des élèves de Valence furent convoyés en train jusqu’à Salou en avril 1938 pour prendre part à la bataille de l’Èbre comme volontaires. Le livre s’appuie sur des témoignages oraux et des archives conservées par l’Associació Cultural Institut Obrer, à laquelle est dédiée la seconde partie de ce petit livre. L’Association, aujourd’hui présidée par Cristina Escrivà, fut créée par d’anciens élèves en 1986 pour perpétuer la mémoire de l’Institut et publie un Bulletin depuis 1988, auquel collaborent des étudiants d’Histoire contemporaine de l’Université de Valence. Son histoire et ses activités y sont relatées dans les trente dernières pages du livre.

3Voir aussi, dans ce même numéro, la note de lecture sur l’ouvrage de la même auteure, El Internado escuela Durruti, 1937-1939

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « L’Institut Obrer de València. 80 anys d’història », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6342

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Maître de Conférences, Université de Bretagne-Sud (Lorient)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org