Skip to navigation – Site map
Études

Djelfa 41-43. Un camp d’internement en Algérie : addenda iconographique

Djelfa 41-43. Un campo de internamiento en Argelia : adenda iconográfica
Bernard Sicot

Abstracts

Sometimes the stubbornness of researcher is rewarded. Sometimes, a little too late, however. This is what happened with Djelfa 41-43. Un camp d’internement en Algérie (Paris, Riveneuve éditions, 2015), a book that gathers - to trace the history and life of this emblematic place where were deported, with many others and as Max Aub, hundreds of Spaniards - archive documents, texts, often unpublished testimonies and an iconography that I was not able to complete, some images which existence I supposed remained without finding. Now, a few weeks after the release, they appeared. These pages have no other purpose than to let them know.

Top of page

Index terms

Mots clés :

camps, internement, Djelfa, Pétain

Geographical index :

France, Espagne, Spain, España, Algérie, Algeria, Argelia, Djelfa
Top of page

Full text

  • 1 F7 15111
  • 2 F7 16825-16833

1L’un des documents qu’analyse mon ouvrage Djelfa 41-43. Un camp d’internement en Algérie (2015) est un rapport, aisément localisable aux Archives nationales1, rédigé par André Jean-Faure, préfet, inspecteur des camps d’internement pour le compte de Vichy, après une mission d’inspection en Afrique du Nord au printemps 42. Il n’est accompagné d’aucune illustration, pourtant certains indices en indiquent l’existence, notamment le fait qu’à plusieurs reprises les descriptions de l’inspecteur utilisent des lettres renvoyant à des plans forcément joints à son rapport à l’époque. Non sans mal, c’est sous une autre cote que j’ai réussi à les localiser2.

2Le plan général du camp (fig. 1) est particulièrement éclairant en ce qui concerne l’organisation de l’espace du « centre de séjour surveillé » (CSS), tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des barbelés où il se projette notamment par le jardin (avec sa noria), la briqueterie, le four à chaux et la tannerie. Il est à mettre en parallèle avec une vue panoramique publiée dans Djelfa 41-43 et reproduite ici à la fig. 20, juxtaposition de trois saisies d’écran autorisées par l’INA à partir du documentaire Le procès d’Alger (janvier 1944).

Fig. 1 Plan général du camp de Djelfa

Fig. 1 Plan général du camp de Djelfa
  • 3 Paul D’Hérama, Tournant dangereux. Mémoires d’un déporté politique en Afrique du Nord (1940-1945), (...)

3Tout en incluant des installations en cours ou projetées (comme G pour le terrain de sport et H pour les bureaux), ce plan correspond à ce qu’a vu l’inspecteur lors de son passage en avril 42 et à ce qui constituait le « cadre de vie » des internés, tel que l’évoquent les principaux témoins (Aub, Gozlan, Kleinman, Lubelski, Roubakine, Zolberg et quelques autres). Il s’agit d’un parallélépipède irrégulier (321 et 288 m de longueur sur une centaine) qui accuse, dans le sens de la largeur, une dénivellation d’une dizaine de mètres. Il est divisé, sur toute la longueur, par une allée centrale (que le Polonais Zolberg appelle le « Boulevard des Martyrs ») à droite de laquelle (par rapport à l’entrée, marquée X) se situe l’essentiel des baraquements, grands et petits. Si l’on en excepte deux, construits en bois dès 1941 (pour l’infirmerie a, b pour le bureau, la cantine et la menuiserie), le reste de l’espace est vide, destiné au terrain de sport dont l’aménagement (vivement recommandé par Jean-Faure) n’a jamais été réalisé ; des latrines y sont installées (D). Une utilisation progressive de l’espace a donc permis une certaine rationalisation dans l’installation du camp : à partir de mars 41, les tentes marabouts, prêtées par l’armée (une centaine), furent montées, en priorité, du côté gauche de l’allée, comme le montre la photo ci-dessous (fig. 2), datant de cette époque et publiée par deux internés faisant partie du groupe de 500 communistes français qui y séjourna quelques semaines3, avant l’arrivée des ex-brigadistes et des Espagnols.

Fig. 2 Tentes marabout

Fig. 2 Tentes marabout
  • 4 Voir Roubakine, « Quelques renseignements sur le camp d’internés politiques de Djelfa », in Djelfa (...)

4De l’autre côté de l’allée, l’espace restait libre pour la construction des baraquements, plus ou moins terminée en juin 424. En avril, au moment du passage de l’inspecteur, ce n’était pas encore le cas. Dans son rapport, celui-ci dénonce cette situation, notamment le fait que certains malades étaient encore logés dans des marabouts, l’infirmerie, construite en bois, étant insuffisante, en tous points, aux besoins. Sous la même cote figure un plan de ce local abondamment critiqué par tous les témoins :

Fig. 3 Plan de l'infirmerie du camp

Fig. 3 Plan de l'infirmerie du camp

5Le Soviétique Roubakine, qui était médecin, la décrit ainsi :

L’infirmerie comportant 28 lits a été installée par les internés dans une baraque en bois, plusieurs mois après l’installation du camp. Au début, on logeait les malades dans des tentes, par terre. On y avait des lits en fer, mais les malades apportaient leurs paillasses et leurs couvertures. Il n’y avait aucun linge de literie. On ne donnait pas de bois pour se chauffer […] En janvier 1943 on en a accordé 20 kgs, deux fois par semaine. Cela permettait de chauffer un petit poêle en fer pendant quelques heures le soir. Il n’y avait pas de plafond – le toit était constitué par des tuiles. Le vent y sifflait comme dehors et la pluie et la neige tombaient. Il n’y avait rien pour se laver. (358)

6Le plan général (fig. 1), dont la partie basse est agrandie ici (fig. 4), permet aussi de situer avec précision, entre l’enceinte du camp proprement dit et l’oued, le jardin potager dont Caboche, commandant du camp, savait vanter les récoltes mirifiques aux visiteurs (fig. 15). Plus bas, de l’autre côté de l’oued et du chemin d’accès, prend place la briqueterie (w et y), non loin du four à chaux (C). Enfin, à quelque 200 m de la briqueterie, est signalée la tannerie en construction (x), à propos de laquelle l’inspecteur développe, au fil de plusieurs pages, une argumentation enthousiaste et résolue.

Fig. 4 : détail du plan général, sites hors de l’enceinte de barbelés.

Fig. 4 : détail du plan général, sites hors de l’enceinte de barbelés.

7Signe de l’importance qu’il accordait à la tannerie, deux documents la concernent : une vue générale (peu respectueuse de la perspective) ainsi que des coupes et le plan détaillé (fig. 5 et 6). Optimiste, déterminé, Jean-Faure y voit l’embryon (déjà important) d’une industrie locale susceptible de perdurer après la suppression du camp :

Fig. 5 Vue générale des ateliers de la tannerie et teinturerie

Fig. 5 Vue générale des ateliers de la tannerie et teinturerie

[Dans la tannerie], non seulement seront utilisées les peaux du pays – moutons, chèvres, chameaux – mais sera créé un artisanat qui, subsistant après la suppression du camp, apportera dans cette région déserte de Djelfa un élément d’activité non négligeable. […] La tannerie de Djelfa doit être appelée dans un avenir proche à une grande activité. Les constructions actuellement faites ne sont qu’une amorce de ce qui pourra être réalisé plus tard et l’on doit déjà prévoir la réalisation d’un centre très important capable de traiter toutes les peaux de cette région, c’est-à-dire environ 50 000 par an.
C’est une industrie nouvelle à créer. Les résistances qui pourraient se manifester devront être brisées. (326)

Fig. 6 Plan des ateliers de la tannerie et teinturerie

Fig. 6 Plan des ateliers de la tannerie et teinturerie

8Le cinquième document trouvé aux Archives est un plan du fort Caffarelli (fig. 7). Situé dans le village de Djelfa, à environ un kilomètre du camp, ce fort de l’armée, où a fonctionné un temps l’administration du camp, servait aussi, grâce à ses grandes salles et à sa cour, de lieu de transit pour les internés, à leur arrivée ou au départ, mais il est surtout resté, dans la mémoire des témoins, comme un lieu de punition permettant d’enfermer, dans des cellules particulièrement réduites et dépourvues de tout, ceux des internés qui faisaient l’objet des décisions souvent arbitraires de Caboche ou de l’adjudant Gravelle, son bras droit pour le « maintien de l’ordre ». Ce plan vient compléter les quelques photographies connues et illustrer le témoignage d’Aub :

Au fort Caffarelli se trouvent les cachots, un mètre sur deux, lit en pierre, interdiction d’y entrer avec plus d’une couverture sous peine de châtiment. Les hommes sont couverts de haillons, dévorés par la gale et les poux, des millions et des millions de poux. La nuit la température descend à -15º. (282)
Mille hommes soumis à la baguette du commandant, de l’adjudant Gravelle, du sergent Ahmed. Et pour n’importe quelle infraction, à Caffarelli […] Quinze jours de cachot. Beaucoup n’en revinrent pas. La nuit, dans les cachots de Caffarelli, l’adjudant, ivre, entrait pour prendre sa revanche des raclées que chez lui sa femme lui administrait. Pour le commandant, c’était plus commode, il faisait conduire les prisonniers à son bureau. (302)

Fig. 7 : plan du fort Caffarelli

Fig. 7 : plan du fort Caffarelli

Fig. 8 : la cour en mars 1941

Fig. 8 : la cour en mars 1941

(André Moine, Déportation et résistance en Afrique du Nord, 1939-1942, Paris, Éditions sociales, 1972, hors-texte, DR) 

fig. 9 : l’entrée

fig. 9 : l’entrée

(courtoisie de David Yon)

9Le document suivant (fig. 11) offre peut-être une réponse au problème que pose l’une des rares baraques encore debout sur le site du camp : un curieux bâtiment voûté dont on trouve des photos sur Internet et que l’on a du mal à situer dans le temps avec précision. Les photos sont jointes ci-dessous (fig. 13 et 14), ainsi que celle de la pierre située au-dessus de l’entrée et qui porte la date de 1945, année qui, bien après sa fermeture (mai 43), correspond à une époque où le CSS avait été transformé en camp de prisonniers de guerre, allemands et italiens (fig. 10).

10Il y a là un argument de poids permettant d’exclure cette construction de l’époque du CSS. Néanmoins, cette date a pu être gravée après l’édification du baraquement et ce que montre ce sixième document, « plan » et « perspective » d’une « Baraque pour magasin et bureau du camp », selon son intitulé, semble bien correspondre, dans sa conception générale, au bâtiment que l’on peut apprécier sur les photos. On trouve, par ailleurs, venant renforcer ce point de vue, deux allusions à ce type de construction. L’une figure dans le rapport de Jean-Faure préconisant « des installations de toitures voûtées qui assureraient une amélioration de l’habitat pendant les grands froids de l’hiver ou les grandes chaleurs de l’été » (330). L’autre, datant vraisemblablement de mars-avril 43, se situe vers la fin du deuxième cahier rédigé par Zolberg pendant son internement :

  • 5 Paul Zolberg, cahier nº 2, manuscrit et inédit, 1943, p. 89.

Le métro sont deux baraques construit[es] pour les bureaux etc. mais comme il s’est écroulé à deux reprises on travail[le] dedans l’alfa, cantine et maintenant le « mando » bureau ou commandement espagnol. Il a la forme du métro ou [d’]un tunnel avec un toit mi-rond où on se faufile en été pour dormir sans avoir la permission. À l’encontre de nos baraques ils sont construits entièrement [de] pierres et briques (pas de bois) et alors pas de punaises…5

11Ces lignes coïncident avec l’intitulé du plan – « pour les bureaux » / « pour magasin et bureau » –, signalent « deux baraques » (celles de la « perspective », fig. 11), informent en outre du nom que les prisonniers avaient donné avec humour au bâtiment, arrondi comme la voûte d’une station de métro et confirment sa construction entre le passage de l’inspecteur en avril 42 et le moment où Zolberg en fit la description dans son cahier. Il est donc plausible que ce que montrent les photos 13 et 14 en soit les restes…

Fig. 11 Baraque pour magasin et bureau du camp

Fig. 11 Baraque pour magasin et bureau du camp

Fig. 12 : agrandissement de la coupe transversale

Fig. 12 : agrandissement de la coupe transversale

Fig. 13 : le « métro »

Fig. 13 : le « métro »

(Internet, DR)

Fig. 14 : le « métro »

Fig. 14 : le « métro »

(Internet, DR)

  • 6 Certains, particulièrement éclairants, ont été publiés : voir Denis Peschanski, La France des camps (...)
  • 7 100W133

12Les rapports établis par Jean-Faure sur les camps métropolitains étant accompagnés de clichés6, après la découverte des plans le chercheur était fondé à supposer que d’éventuelles photographies se trouvaient « quelque part » aux Archives. C’était effectivement le cas, plus surprenant encore, puisque les clichés existants figurent, avec les papiers de l’inspecteur, aux Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle7. Ils sont au nombre de quatre. L’un montre (fig. 15), avant les récoltes de printemps ou d’été, une partie du fameux jardin potager dont il a déjà été question et à propos duquel Roubakine écrit :

Il y a aussi auprès du camp un grand potager fait et entretenu par les internés. On y a des poireaux, des choux, des oignons, des tomates, des melons, des concombres, etc… Les produits de ce potager allaient uniquement au commandant et à certain personnel de son bureau. Seuls les oignons, à un moment donné, ont été vendus aux internés par l’intermédiaire de la cantine […] Cependant le commandant montrait toujours à tous les visiteurs officiels ce potager, comme si c’était destiné aux internés. (355)

Fig. 15 : le jardin potager

Fig. 15 : le jardin potager

(Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)

Fig. 16 : détail du plan général

Fig. 16 : détail du plan général

(Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)

13Deux autres concernent la tannerie en construction (fig. 17) et un baraquement qui pourrait correspondre à la boulangerie (e sur le plan, fig. 18), situé avant les bâtiments i, j, k, l, du côté droit de l’allée centrale non loin de l’entrée du camp, avec deux internés posant pour la photo. On y distingue également quelques-uns des arbrisseaux que Caboche avait fait planter, sans grand succès, comme le signale Roubakine (351) :

Fig. 17 : la tannerie en construction

Fig. 17 : la tannerie en construction

(Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)

Fig. 18 : près de l’allée centrale et de l’entrée

Fig. 18 : près de l’allée centrale et de l’entrée

(Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)

14Mais c’est le dernier cliché qui est le plus intéressant (fig. 19) puisqu’il permet de découvrir le camp sur presque toute son étendue. Les agrandissements de la légende et de la partie principale du plan (fig. 21) permettront de mieux l’analyser, après une brève comparaison avec

Fig. 19

Fig. 19

(Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)

15la vue panoramique (fig. 20), déjà évoquée (supra, p. 1) :

Fig. 20

Fig. 20

Crédits : INA

16Entre avril 42 (fig. 19) et janvier 44 (fig. 20), une constatation : de nouvelles baraques apparaissent, certaines construites pour les prisonniers de guerre, comme les trois aux toits réguliers et clairs qui, sur le montage panoramique, se trouvent l’une à gauche de r, l’autre derrière H et la troisième à sa droite. On remarque une correspondance entre H (construit) et le projet de la fig. 11, « côté route ». En janvier 44, le bouquet d’arbres, plusieurs fois évoqué par Aub et emblématique du camp, est toujours là, non loin de l’entrée, le même que celui dont le cliché de la fig. 15 montre qu’il est situé en réalité dans le jardin.

Fig. 21 : agrandissement du plan général (partie construite) et légende

Fig. 21 : agrandissement du plan général (partie construite) et légende
qrrsijklmnopcdefghab8

Fig. 22 : le commandant Caboche

Fig. 22 : le commandant Caboche
  • 9 Max Aub, Journal de Djelfa, Perpignan, Mare Nostrum, 2009, p. 133 ; édition bilingue, tr. de Bernar (...)

17La plus grande surprise, en découvrant cette photo (la seule de son genre dans l’iconographie connue), a été d’y voir, en premier plan et regardant l’objectif, un militaire assez grand et raide, képi incliné vers l’arrière jusqu’aux oreilles, portant leggins, un bâton ou une cravache à la main, accompagné d’un chien qu’Aub baptise Argus dans l’un de ses poèmes9. Rien ne permet d’identifier cet officier avec une totale certitude, mais tout porte à croire, notamment les galons de sa manche droite (quatre vraisemblablement), qu’il s’agit de Caboche dans son uniforme de commandant car, bien que réserviste et exerçant au camp des fonctions civiles, il avait été autorisé à le porter afin d’asseoir son autorité sur son personnel et les internés. Responsable du camp, il est l’objet de tous les éloges de l’inspecteur :

[…] Caboche, chef de bataillon de réserve, Officier de la Légion d’Honneur […] est un fonctionnaire de haute valeur morale, de grande conscience professionnelle. Il s’est dépensé sans compter […]

Son mérite est grand et je partage à ce point de vue les notes élogieuses que lui a données le Colonel Lupy, Inspecteur des camps d’Algérie (329).

  • 10 Idem., p. 235 et 237.
  • 11 Paul D’Hérama, Tournant dangereux…, op. cit., p. 62.
  • 12 Idem., p. 102.

18Appréciation qui ne correspond en rien aux témoignages ou au portrait dressé par Aub dans « C’est pas ta faute », poème de son Journal de Djelfa10 où domine la pusillanimité, le manque de caractère d’un officier violent s’abritant trop volontiers derrière sa hiérarchie. Dans le rapport de Jean-Faure, rien au sujet de ce que signalent tous les témoins, à savoir une rigueur excessive, une brutalité qui marqua les corps et les esprits et lui valut d’être dénommé « l’homme à la cravache » par certains journaux d’Algérie en 1944. D’Hérama, rappelle que les communistes français l’avaient surnommé « la vache »11 et en fait la description suivante : « Grand, dégingandé, l’allure arsouille, le képi enfoncé jusqu’aux oreilles, un long nez sur un long visage anguleux et imberbe, la bouche crispée en un sourire sardonique, de petits yeux haineux, tel était le personnage »12 Kleinman insiste sur sa violence :

Le directeur du Camp de séjour surveillé de Djelfa, le commandant Caboche, est un homme méchant, peut-être déséquilibré […]

Assez souvent Caboche faisait usage de sa cravache contre les internés maladroits au travail ou dans d’autres occasions. Il frappait toujours dans la figure. Après les coups, il changeait d’humeur, manifestait une gaieté malsaine et riait. (335)

19Roubakine ajoute :

Caboche venait au camp deux fois par jour. Il se promenait accompagné d’un nommé Gravelle, adjudant, qui était toujours ivre, une cravache à la main. Il battait personnellement les internés avec sa cravache. Fin décembre 1942, il a envoyé un Espagnol en prison et il l’y a battu tellement à coups de cravache et de pied, qu’on l’a emmené directement à l’infirmerie. Le nommé Gravelle et l’arabe-adjudant Ahmed en faisaient autant. Quand Caboche venait au camp, tout le monde rentrait dans les tentes en disant : quand un chien enragé est dans la rue, tout le monde rentre chez soi. (361)

20Un autre aspect de sa personnalité est souligné par la plupart des témoins : le goût et le don des affaires, au service de son enrichissement personnel. Kleinman voit dans Caboche « un esprit commercial très actif et sans scrupules envers ceux dont il peut tirer un rendement » (335) et Zolberg écrit :

  • 13 Ibid., p. 92-93.

[…] en fin combinard, commerçant et industriel qu’il est, il faisait des affaires d’or, gagnant des dizaines et des centaines de milliers de francs sur notre dos, nous volant en tout et sur tout. Ainsi tout le bénéfice de toute sorte de ce qu’on fabriquait au camp et faisait au camp n’allait jamais pour améliorer notre ordinaire aucunement et en rien, tout dans sa poche même le bénéfice de notre cantine, tout, tout13 !

  • 14 PaulZolberg, op. cit., p. 89.

21Zolberg qui, sans doute par ironie, ne parle de Caboche qu’en termes apparemment respectueux (M. Caboche, M. J. Caboche, M. notre Ct, M. le commandant…), trace, à grandes lignes, un portrait plus politique : « réactionnaire, fasciste et dépourvu de tout esprit même humanitaire envers nous […] »14.

22Tel apparaissait, pour les internés, Jules César Caboche (probablement 1889 Valenciennes-1957 Bois d’Arcy), ex-combattant de la Première Guerre mondiale, marié et établi en Pologne. Réserviste de l’armée française après l’armistice de 1940, il était arrivé à Djelfa en mars 41 pour remplacer le capitaine Chabrol, éphémère premier commandant du camp. Il resta en fonction jusqu’au 23 juin 43 puis fut chargé de la direction du camp de prisonniers de guerre, suite au changement de statut du CSS. Jugé par le tribunal militaire d’Alger en mars 44 et, de nouveau, par le tribunal de Blida en septembre 45, Caboche fut condamné à 16 mois de prison qu’il n’eut pas à accomplir. Le journal Alger républicain, du 27 sept. 45, titre : « À Blida. Le commandant Caboche tortionnaire de Djelfa est “condamné” à 16 mois de prison… qu’il a purgés en se faisant hospitaliser » et l’article développe :

Samedi revenait en catimini, devant le tribunal de Blida, l’affaire des tortionnaires de Djelfa, qui avait été jugée à Alger.

Cette fois on s’est arrangé pour que le procès fît moins de bruit. Un samedi, veille d’élections, l’attention du public était portée ailleurs, et le dimanche il n’y a pas de journaux.

Le commandant Caboche a été condamné à seize mois de prison. C’est-à-dire qu’il est libre, seize mois, c’est juste le temps qu’il a passé en prévention, ou plutôt en hospitalisation. Car Caboche a trouvé le moyen de passer ce temps dans des hôpitaux où il le prenait du reste de haut et n’entendait pas être traité en détenu.

23À partir du second jugement on perd sa piste… jusqu’à son enterrement fictif imaginé par Aub dans l’un de ses poèmes :

  • 15 Max Aub, Journal de Djelfa, op. cit., p. 237.

Mille hommes meurent sans raison,
et toi, tu mourras dans ton lit,
les curés marcheront devant
le général ira derrière,
et les cloches retentissant
tous pourront dire :
– Qu’il repose en paix…15

  • 16 Antonio Vargas Rivas, Guerra, revolución y exilio de un anarcosindicalista, Almería, éd. de l'auteu (...)

24Ce qu’écrit un autre témoin espagnol, Vargas Rivas, à propos de la mort de Caboche, mélangeant les faits et les dates, est erroné ou relève également de la fiction : « Après la libération de l’Algérie, il fut interné sous surveillance dans un hôpital, où il est mort de tuberculose et abandonné par tout le monde »16.

25Ni les plans, particulièrement soignés et qui peuvent donner l’impression d’une organisation relativement rationnelle ou judicieuse du camp, ni les photos, qui pourraient faire penser à une ambiance somme toute bon enfant, ne permettent de se faire une juste idée des conditions de vie difficiles des internés. D’abord, il faut rappeler que tout ce qui existait au camp était le fruit de leur travail, piètrement rémunéré d’un quignon de pain quotidien de 100 ou 150 gr, le fameux « casse-croûte » des « travailleurs », par opposition à ceux qui n’étaient pas admis à travailler (les Juifs et les ex-brigadistes) et qui n’y avaient pas droit. Tous les corps de métiers eurent, bon gré mal gré, à exercer leurs talents, notamment les maçons à qui il revint, avec les moyens du bord, de construire la totalité des baraquements. Même si ces constructions supposaient une amélioration de « l’habitat » par rapport aux tentes, surtout en hiver, elles étaient rudimentaires, mal chauffées, sombres et exiguës. Les plus petites, de 14 m de long, n’avaient que 4 m de large et c’est sur des châlits en bois (deux étages de planches) que 50 ou 56 hommes devaient se serrer dans la plus grande promiscuité, ce que l’inspecteur, expert en litotes, appelle « un peu de resserrement » (321). Dans les grandes (q et r, de 46 m de long sur 8 et 10 de large), ils étaient plus du double, soit « 120 à 130 internés » selon Roubakine (352). L’existence de locaux dénommés boulangerie, boucherie et cuisine (« cinq cuisines roulantes de l’armée », Jean-Faure, 323) ne doit pas faire illusion : la nourriture (pain, maigre soupe midi et soir) était très insuffisante, la viande (de chameau plus que de mouton), rare et peu comestible. Compte tenu de l’absence de réfectoires, les internés mangeaient là où ils le pouvaient, assis par terre le plus souvent ou sur leurs châlits. La « cantine », sorte de boutique, permettait à peine, principalement avec des dattes de mauvaise qualité, de pallier les insuffisances de l’invariable « menu standard » (ibid.) et les produits du jardin n’étaient pas destinés aux internés, contrairement à ce que l’on fit croire à l’inspecteur (ibid., 322). Impeccable sur le plan, l’infirmerie était dépourvue du moindre confort et manquait totalement de médicaments et de matériel. Dans l’ensemble, les conditions générales d’hygiène n’étaient pas meilleures que celles des soins à l’infirmerie : manque de linge de rechange, douches insuffisantes, feuillées répandant leurs miasmes, poux en abondance, eau d’une potabilité douteuse, épidémies diverses… Quant à la violence directe, elle était bien réelle : coups, incarcération dans les cachots de Caffarelli ou dans le « camp spécial », lieu de relégation de 30 m sur 30, entouré de barbelés à l’intérieur du camp (non signalé sur le plan, indiscernable sur la photo offrant une vue générale). Si les armes des « postes mitrailleuse », indiqués sur le plan à trois angles du parallélépipède (z) n’eurent pas à être utilisées autrement que pour des manœuvres d’intimidation, il convient de ne pas oublier que, sur plus ou moins un millier, environ 35 hommes moururent durant les quelque deux années de fonctionnement du CSS. Des hommes qui, mieux alimentés, mieux soignés, auraient pu surmonter l’épreuve de l’internement.

Top of page

Notes

1 F7 15111

2 F7 16825-16833

3 Paul D’Hérama, Tournant dangereux. Mémoires d’un déporté politique en Afrique du Nord (1940-1945), La Rochelle, Imprimerie Jean Foucher et Compagnie, 1957, p. 103 ; André Moine, Déportation et résistance en Afrique du Nord, 1939-1942, Paris, Éditions sociales, 1972, cahier hors-texte ; DR.

4 Voir Roubakine, « Quelques renseignements sur le camp d’internés politiques de Djelfa », in Djelfa 41-43, op. cit., annexes, p. 352. Les références suivantes de Jean-Faure et des témoins indiqueront uniquement, entre parenthèses, la page de cet ouvrage où elles figurent, également en annexes.

5 Paul Zolberg, cahier nº 2, manuscrit et inédit, 1943, p. 89.

6 Certains, particulièrement éclairants, ont été publiés : voir Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, cahier hors-texte.

7 100W133

8 Paul Zolberg, cahier nº 2, op. cit., p. 87.

9 Max Aub, Journal de Djelfa, Perpignan, Mare Nostrum, 2009, p. 133 ; édition bilingue, tr. de Bernard Sicot.

10 Idem., p. 235 et 237.

11 Paul D’Hérama, Tournant dangereux…, op. cit., p. 62.

12 Idem., p. 102.

13 Ibid., p. 92-93.

14 Paul Zolberg, op. cit., p. 89.

15 Max Aub, Journal de Djelfa, op. cit., p. 237.

16 Antonio Vargas Rivas, Guerra, revolución y exilio de un anarcosindicalista, Almería, éd. de l'auteur, 2007, s. p., IIe partie, chap. 2.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 Plan général du camp de Djelfa
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-1.png
File image/png, 796k
Title Fig. 2 Tentes marabout
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-2.png
File image/png, 240k
Title Fig. 3 Plan de l'infirmerie du camp
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-3.png
File image/png, 317k
Title Fig. 4 : détail du plan général, sites hors de l’enceinte de barbelés.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-4.png
File image/png, 277k
Title Fig. 5 Vue générale des ateliers de la tannerie et teinturerie
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-5.png
File image/png, 148k
Title Fig. 6 Plan des ateliers de la tannerie et teinturerie
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-6.png
File image/png, 600k
Title Fig. 7 : plan du fort Caffarelli
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-7.png
File image/png, 192k
Title Fig. 8 : la cour en mars 1941
Credits (André Moine, Déportation et résistance en Afrique du Nord, 1939-1942, Paris, Éditions sociales, 1972, hors-texte, DR) 
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-8.png
File image/png, 67k
Title fig. 9 : l’entrée
Credits (courtoisie de David Yon)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-9.png
File image/png, 99k
Title Fig. 10
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-10.png
File image/png, 165k
Title Fig. 11 Baraque pour magasin et bureau du camp
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-11.png
File image/png, 249k
Title Fig. 12 : agrandissement de la coupe transversale
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-12.png
File image/png, 91k
Title Fig. 13 : le « métro »
Credits (Internet, DR)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-13.png
File image/png, 255k
Title Fig. 14 : le « métro »
Credits (Internet, DR)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-14.png
File image/png, 72k
Title Fig. 15 : le jardin potager
Credits (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-15.png
File image/png, 301k
Title Fig. 16 : détail du plan général
Credits (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-16.png
File image/png, 167k
Title Fig. 17 : la tannerie en construction
Credits (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-17.png
File image/png, 309k
Title Fig. 18 : près de l’allée centrale et de l’entrée
Credits (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-18.png
File image/png, 244k
Title Fig. 19
Credits (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 100W133)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-19.png
File image/png, 628k
Title Fig. 20
Credits Crédits : INA
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-20.png
File image/png, 211k
Title Fig. 21 : agrandissement du plan général (partie construite) et légende
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-21.png
File image/png, 408k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-22.png
File image/png, 269k
Title Fig. 22 : le commandant Caboche
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5693/img-23.png
File image/png, 360k
Top of page

References

Electronic reference

Bernard Sicot, « Djelfa 41-43. Un camp d’internement en Algérie : addenda iconographique », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [Online], 14 | 2015, Online since 13 July 2015, connection on 25 September 2017. URL : http://ccec.revues.org/5693 ; DOI : 10.4000/ccec.5693

Top of page

About the author

Bernard Sicot

Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

By this author

Top of page

Copyright

© CCEC ; auteurs

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org