Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Mémoires de master

Entre mémoire et histoire : l’étude des républicains espagnols dans la Loire (1939-1975)

Entre Memoria e Historia: estudio de los republicanos españoles en el département de Loire (1939-1975)
Pascale Moiron

Notes de l’auteur

Mémoire de master 2 de recherche en Histoire soutenu en juin 2009 à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne sous la direction de Jacqueline Bayon.

Texte intégral

1Ce master 2 sur les républicains espagnols dans le département de la Loire avait pour objectif de définir les axes prioritaires de recherche quant à l’étude de l’exil et de valider leur faisabilité dans le cadre d’une thèse de doctorat1. Cette dernière analyserait les raisons de la présence de réfugiés espagnols dans le département, leurs conditions d’accueil, puis leur progressive sédentarisation. Ces axes de recherche s’inscrivaient dans plusieurs champs historiographiques. La socio-histoire, définie en partie par Gérard Noiriel2 propose des pistes de travail quant à la construction de groupes, sur les liaisons à distance, notamment à travers la presse, sur la construction d’une mémoire, etc. De même, les thèmes issus de l’Histoire de l’immigration, comme ceux de « réseau » matrice de « courants migratoires », de « migrants », d’« intégration » sont consubstantiels à cette recherche, notamment pour la Loire, terre d’immigration depuis le développement industriel du département. L’immigration espagnole dans la Loire a d’ailleurs fait l’objet de travaux de recherche3 mais aucun spécifiquement sur les réfugiés de 1939. Enfin, l’analyse de la place donnée aux sources orales en histoire a permis de conclure à l’importance des témoignages. Certes, ces derniers ne peuvent constituer une source unique. Toutefois, ils semblent indispensables à la compréhension du vécu, à la perception d’un événement historique. De plus, les témoins peuvent fournir des archives privées : photographies, papiers administratifs, récits de vie écrits par les parents. Enfin, la mémorisation de ce passé, c’est-à-dire la transformation du vécu passé en mémoire, et le récit transmis à la deuxième génération sont des objets d’étude historique qui renseignent sur la construction identitaire d’un groupe, sur la prégnance du passé et de son influence sur la deuxième génération qui a grandi en France pendant les Trente Glorieuses. Ainsi, la mémoire des témoins peut-elle être confrontée à la mémoire savante, produite par les historiens : l’écart permettant de mettre en exergue une culture spécifique.

2Dans quelle mesure les républicains espagnols sont-ils venus se réfugier dans la Loire et pour quelles raisons ? Quelle place ont-ils tenue dans l’activité économique du département pendant l’occupation allemande, dans la résistance passive ou active à cette dernière ? Comment se sont-ils ensuite sédentarisés progressivement ? Quelle culture, quelle mémoire, quelle identité porte la deuxième génération qui a grandi à l’époque des Trente Glorieuses ?

Constitution d’un corpus de témoins

3La construction d’un corpus de témoins a été ébauchée à partir d’entretiens avec une dizaine de fils et filles de réfugiés espagnols, certains ayant connu l’exil étant enfants, d’autres étant nés en France dans les années 1940. La « polyphonie 4» a été respectée avec des témoins des deux sexes, ayant des parcours professionnels différents et une mémorisation de l’exil variable. Ces entretiens ont été menés comme des récits de vie. Ils ont permis, associés à la méthode définie par Florence Descamps, l’élaboration de trois grilles d’entretiens afin que leur dépouillement aboutisse à la mise en place d’une base de données sur l’état de la mémoire collective portée par les descendants des réfugiés espagnols de 19395.

4La première grille porte sur le récit, transmis à la deuxième génération, de la guerre civile, de l’exode, des camps. Elle collecte des anecdotes racontées sur la vie en Espagne, la traversée des Pyrénées, la vie dans les camps, etc. Le but est de transcrire une mémoire produite par un groupe et identifiante culturellement.

5La deuxième grille d’entretien concerne les parcours de la première génération en France pendant la Seconde Guerre mondiale et l’après-guerre et permet de collecter des renseignements précis sur les conditions de logement, de travail, et sur la poursuite ou non d’un engagement politique.

6La troisième grille s’intéresse aux parcours de fils et filles de républicains et vise à identifier les enjeux de la « double culture » et de l’« intégration » à partir du rôle de l’école, des associations et des structures politiques.

Premières conclusions sur les réfugiés espagnols dans la Loire

7Les archives départementales de la Loire fournissent de nombreuses sources écrites sur les réfugiés espagnols. Un premier dépouillement a permis de collecter un certain nombre d’informations et d’émettre des premières conclusions.

8Tout d’abord, l’accueil des républicains espagnols en 1939 a bénéficié de l’expérience des accueils précédents. En effet, dès septembre 1936, ont lieu les premiers exodes : un courrier du préfet de la Loire, du 17 septembre 1936, annonce l’arrivée de 150 réfugiés dans le département. Leur séjour est de courte durée : dès février 1937, ils regagnent l’Espagne républicaine par Port-Bou. En mai 1937, la ville de Saint-Étienne reçoit de nouveau plusieurs convois successifs de civils : une centaine d’enfants basques, débarqués à La Rochelle, est accueillie à la gare de Châteaucreux. Un mois plus tard arrivent des femmes et des enfants. Ils sont logés dans les locaux de l’ancienne école des mines de Chantegrillet. Ces premiers centres d’hébergement sont réutilisés en février et mars 1939. Face à l’afflux massif de réfugiés (près de 800 femmes, enfants et vieillards), d’autres centres sont alors ouverts à l’hospice du Chambon-Feugerolles, à St Symphorien-en-Lay, à Pouilly-les-Feurs dans la Maison du peuple de l’Union départementale des syndicats ouvriers. Le dernier convoi date du 15 mars 1939 et est constitué d’une centaine de réfugiés. Le département de la Loire a aussi accueilli 400 miliciens malades, le plus souvent de tuberculose. L’hôpital de Bellevue à Saint-Etienne les accueille, mais, comme il est rapidement saturé, les malades sont alors transférés vers le sanatorium de Saint-Jodard qui était fermé depuis quelques années.

9Un autre point saillant dans les archives départementales de la Loire est le lien entre la venue de républicains espagnols dans la Loire et l’immigration espagnole des années 1920. En effet, en 1926, la Loire accueille 37 553 étrangers dont 7 598 Espagnols. Les lieux de naissances déclarés lors de ce recensement fixent les principales régions d’origine : Murcie (37 %), Andalousie (46 %) (dont Huelva 10 %)6. Nombre de ces familles espagnoles accueillent des enfants basques en 1937 puis, en 1939, tentent de faire sortir qui un neveu, qui un beau-frère ou un cousin, des camps du Sud-Ouest7. Des réseaux se forment alors pour accueillir les réfugiés, pour leur trouver un contrat de travail, un logement, etc. Une réelle entraide existe et est confirmée dans les entretiens avec Manuel Garcia et Francisco Larrea. D’autres réfugiés obtiennent des contrats de travail dans la Loire car ils y étaient déjà venus pour travailler dans les années 1920.

10Une autre caractéristique de la Loire qui a engendré la venue d’hommes dans le département est la présence de régions industrielles nécessitant un grand nombre de travailleurs, mais aussi de régions agricoles spécialisées dans l’élevage bovin et dans la sylviculture. Suite à la mobilisation de 1939, les besoins en main d’œuvre sont donc très importants. En 1940, les groupements de travailleurs étrangers (GTE) sont au nombre de cinq dont certains sont affectés à l’industrie (le 21e à l’arsenal de Mably, le 661e à Grouchy), d’autres à des travaux agricoles (le 68e à Chalmazel et Veauche, le 191e à Saint-Bonnet-le-Château), d’autres enfin aux deux types d’activité (la 74e à Feurs/arsenal de Roanne)8. Ils sont composés de 199 à 294 hommes qui sont à 87 % des réfugiés espagnols.

11A partir de ces GTE, notamment celui de Paulhaguet dans la Haute-Loire, certains Espagnols rejoignent les maquis de résistants, comme le camp Wodli, FTPF (Francs tireurs partisans français), posté entre la Loire et la Haute-Loire. Le père d’un témoin, Francisco Béjar Toro, y a joué un rôle important, comme commissaire aux effectifs (CE) de ce maquis. Il a notamment aidé à l’encadrement et à la formation des jeunes venus les rejoindre pour fuir le service du travail obligatoire (STO).

12Dans l’attente d’un retour éventuel dans leur pays, une grande partie des exilés espagnols présents dans la Loire reste dans le département. D’autres les rejoignent et ce, pour diverses raisons : suite à l’obtention d’un contrat de travail, parfois en Espagne, dans les années 1950 ou suite à un regroupement de famille. Dès 1945, des groupements politiques distincts s’organisent : la Confédération Nationale du Travail (CNT), le Parti Communiste Espagnol (PCE), le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE). Chaque groupe organise des conférences, des soirées, des rijas, mais de manière autonome les uns des autres. La deuxième génération grandit alors avec une culture à la fois espagnole et politique. Les personnes que nous avons interrogées portent une mémoire vive des dimanches matins passés au local de la CNT, des disputes entre grands-parents car d’opinions politiques différentes, des ateliers-théâtre et des soirées qu’ils animaient. Parallèlement, cette génération « s’intègre » à la nation française grâce à l’école, mais aussi de par la volonté des parents. Et progressivement, à partir des années 1970, ces structures politiques et associatives, créées par les républicains espagnols, perdent de leur influence, voire disparaissent pour certaines. Aujourd’hui, la mémoire de l’exil des républicains espagnols dans la Loire n’est portée par aucune association.

Haut de page

Notes

1  Ce travail se poursuit effectivement actuellement à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris sous la direction de Gérard Noiriel.

2  Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006.

3  Eduardo Ayerra Alfaro, L’émigration espagnole en France et ses répercussions dans le département de la Loire, Mémoire de maîtrise (master 1), Université Jean Monnet, Saint-Etienne, 1982 ; Rodolphe Hernandez, Les Espagnols à Saint-Étienne, Mémoire de maîtrise (master 1), Université Jean Monnet, Saint-Etienne, 2002.

4  La polyphonie repose sur la diversité des interviewés et permet de croiser différentes interprétations des faits, selon Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 327.

5  « [La mémoire collective] est un courant de pensée continu puisqu’elle ne retient du passé que ce qui est encore vivant dans la conscience du groupe qui l’entretient », Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1950, p. 75.

6  Jean-Pierre Burdy, Le Soleil noir. Formation sociale et mémoire ouvrière dans un quartier de Saint-Etienne, 1840-1940, thèse de doctorat, Université de Lyon-ii, 1986.

7  109 lettres écrites au préfet de la Loire entre février et avril 1939, Archives Départementales de la Loire, 5 M 545. Les demandes sont refusées puis acceptées à partir de juillet 1939.

8  AD Loire, 2 W 759. La lettre du 24 novembre 1940 du Ministère de la Production industrielle et du Travail, Commission à la lutte contre le chômage, au Préfet de la Loire et au chef d’escadron, au sujet du « ratissage de tous les étrangers isolés, notamment Espagnols et Polonais », cite les GTE du département vers lesquels ils doivent être dirigés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Moiron, « Entre mémoire et histoire : l’étude des républicains espagnols dans la Loire (1939-1975) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3463

Haut de page

Auteur

Pascale Moiron

Professeur agrégée dans l’enseignement secondaire.
Thèse de doctorat en histoire en cours à l’École des Hautes Études en Sciences sociales (EHESS) sous la direction de Gérard Noiriel.
Membre de « Adelante. Association internationale et pluridisciplinaire de jeunes chercheurs travaillant autour de la Guerre d’Espagne et de ses répercussions ».

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org