Navigation – Plan du site
Bilans

Les recherches des hispanistes sur les médias (1985-1996)

Jean-Michel Desvois et Solange Hibbs

Entrées d’index

Périodes :

XIXe, XXe
Haut de page

Notes de la rédaction

[Ce bilan porte aussi sur l’Amérique latine]

Initialement publié dans La recherche des hispanistes français (1984-1998), Journées d’étude, Paris, 20-21 mars 1998, SHF, 2000, p. 225-254

Texte intégral

1De 1986 à 1996, période pour laquelle nous avons effectué ce bilan, un intérêt croissant s'est manifesté pour la recherche sur les médias et notamment sur la presse. Un noyau dur d'une vingtaine de chercheurs a produit avec régularité ouvrages et articles sur ces domaines en les considérant à part entière, mais bien d'autres les ont abordés de façon oblique et ont ainsi contribué à une production scientifique qui représente près de trois cents références, dont plus de vingt thèses.

2Malgré l'abondance de cette production, les grandes synthèses sont très rares. Seuls sans doute les écrits de Jean-François Botrel sur le livre peuvent prétendre à ce titre. Mais nombreux sont les travaux qui ont permis de réelles avancées, notamment les thèses dont nous faisons mention dans la bibliographie et les colloques organisés par PILAR 2 à Rennes (typologie, discours de la presse, Illustrations http://www.pilar.fr), par la Maison des Pays Ibériques et la Casa de Velázquez à Bordeaux et à Madrid (Presse et pouvoir), et par Hispanística xx à Dijon (médias et représentations). Au-delà, de multiples universités ont contribué à ce résultat, qui frappe au premier regard – mais faut-il dès lors s'en étonner? – par sa diversité géographique, chronologique, thématique, méthodologique, et par le déséquilibre entre les genres étudiés.

Une grande diversité

3Du point de vue géographique, c'est l'Espagne qui l'emporte très nettement. L'essentiel des recherches a été mené sur les grands centres de publication, Barcelone et surtout Madrid, mais un certain nombre d'auteurs se sont penchés sur des régions moins favorisées à cet égard, comme Jean-Claude Rabaté (Salamanque), François Malveille (Valladolid), Isabelle Renaudet (Saragosse), ou sur l'exil, comme Geneviève Dreyfus-Armand. L'Amérique latine est peu représentée, avec deux exceptions toutefois : le Mexique, grâce aux travaux nombreux et variés de Jacqueline Covo et à ceux de Claude Fell, Nathalie Ludec et Bodosahondra Randrianarijaona et Cuba, objet de l'attention de James Durnerin, Paul Estrade, Liliane Hasson et Michèle Guicharnaud-Tollis. L'intérêt porté aux médias et à l'édition dans d'autres pays, comme l’Argentine (Enrique Marini-Palmieri), la Colombie (Jacques Gilard), le Chili (Pablo Berchenko) ou le Vénézuela (François Delprat) a été en effet plus occasionnel.

4Sur le plan chronologique, le nombre d'études paraît croître avec la proximité : l'époque la plus contemporaine est la mieux représentée, notamment la fin du franquisme et la Transition en Espagne; viennent ensuite le dernier tiers du xixe siècle et le premier du xxe, la première moitié du xixe siècle et les années 1936-1966 étant beaucoup moins fréquentées.

5Parmi les thèmes abordés, la réflexion méthodologique tient peu de place, y compris dans les thèses. Gérard Imbert surtout, et plus ponctuellement Paul Aubert, Jean-François Botrel, Danièle Bussy Genevois, Jacqueline Covo, Jean-Michel Desvois se sont néanmoins interrogés à ce sujet. Dans bien des cas, la méthode est considérée comme donnée. La psychanalyse (Annie Bussière-Perrin), la linguistique (Philippe Cahuzac, Yvon Cousquer, Mariette Meunier), la sémiotique (Jean Alsina, Gérard Imbert, Sylvie Martin) et surtout l'approche socio-historique (l'immense majorité des chercheurs) sont mises en œuvre avec plus ou moins d'explications. À noter également que ces méthodes ne sont qu'exceptionnellement mariées, comme a essayé de le faire par exemple – mais occasionnellement – Jean-Pierre Castellani.

6Les travaux sur les aspects économiques et techniques des médias sont assez rares, mis à part ceux de Jean-François Botrel pour le livre et de Jean-Michel Desvois pour la presse, auxquels il faudrait ajouter ceux de Florence Belmonte, Gérard Chastagnaret, Solange Hibbs, Claude Morange et Marie-Christine Moreau, qui se sont intéressés de près à ces aspects dans le cadre d'études plus générales. La condition des écrivains et journalistes n'éveille d'intérêt que chez un nombre relativement restreint d'auteurs tels que Paul Aubert, Andrée Bachoud, Jean-François Botrel et Jean-Michel Desvois. La distribution de l'imprimé et le public des médias, si difficiles à connaître, sont à peine mieux traités, Jean-François Botrel et plus ponctuellement Jean-Marc Buiguès, Danièle Bussy Genevois, Solange Hibbs et Isabelle Olivero étant les seuls à s'y être véritablement attachés. Enfin, l'étude des problèmes de la censure et de l'environnement législatif se limite aux apports de Paul Aubert (conséquences idéologiques et politiques de la pratique de la censure), de Jean-Michel Desvois (la législation et son application sous la IIe République), de Jean Louis Guereña (droit constitutionnel et droit de la presse au xixe siècle), de Claude Morange (la liberté de presse pendant le Trienio Constitucional), d'Isabelle Renaudet (la censure à la fin du franquisme) et plus ponctuellement de Brigitte Journeau (Église et censure au milieu du xixe siècle).

7L'essentiel porte donc sur les contenus. Sur ce plan, les approches formelles d'ensemble sont rares, mis à part chez Gérard Imbert et Sylvie Martin. C'est le texte qui est de loin l'objet d'attention principal, alors que l'iconographie vient bien après et que les rapports entre l'un et l'autre sont assez peu souvent considérés, malgré les apports de Jean Alsina, Annie Bussière-Perrin, Jean-Pierre Castellani, Jacqueline Covo, François Gramusset, Solange Hibbs, Gérard Imbert et Jean Tena.

8Globalement, l'objet dominant est le rapport médias-société, et notamment le rôle économique, politique, idéologique et culturel des médias, la façon dont ils influent sur le cours de 1'histoire, sur les mentalités et les comportements, dont ils expriment un état de la société, ce qui explique sans doute en partie la prédilection pour l'approche socio-historique. La relation médias-idéologies-politique fait l'objet de publications souvent nombreuses et importantes de la part de Paul Aubert, Marie-Aline Barrachina, Florence Belmonte. Gérard Brey, Danièle Bussy Genevois, Marie-Claude Chaput, Jacqueline Covo, Jean-Michel Desvois, James Durnerin, Pierre-Paul Grégorio, Jean-Louis Guereña, Gérard Imbert, François Malveille, Jacques Maurice, Claude Morange, Bodosahondra Randrianarijaona et Isabelle Renaudet. Les liens entre presse et intellectuels sont étudiés par Paul Aubert, Béatrice Fonck, Jean-Claude Rabaté, Carlos Serrano, et Dolores Thion Soriano-Molla. Plus rares sont les travaux sur la relation entre presse et histoire, sur lesquels se sont interrogés Jacqueline Covo et Jacques Maurice.

9Les aspects culturels des médias sont l'autre domaine de prédilection des hispanistes, notamment les liaisons entre presse et littérature, auxquels s'attachent en particulier Pablo Berchenko, Jean-François Botrel, Adriana Castillo de Berchenko, Gisèle Cazottes, Françoise Dubosquet-Layris, Claude Fell, Jacques Gilard, Marie-Madeleine Gladieu, Solange Hibbs, Éliane Lavaud, Claude Le Bigot, Marie-Claude Lécuyer, Yvan Lissorgues, Brigitte Magnien, Enrique Marini Palmieri, Marie-Angèle Orobon, Chantal Pestrinaux, Serge Salaün et Dolores Thion Soriano-Molla.

10Mais diversité ne signifie pas équilibre, comme le montre la répartition des genres abordés.

Les genres

11Très rares en effet sont les études qui concernent les médias en général ou qui tentent de les mettre en rapport entre eux. Les travaux de Gérard Imbert, qui privilégie la presse mais élargit fréquemment son analyse à d'autres supports (radio, publicité.. .), font figure d'exception. De même, la radio et la télévision sont loin de faire l'objet d'une attention proportionnelle à leur importance sociale et ne sont abordées que très ponctuellement par quelques chercheurs, tels que Brigitte Magnien et Carmen Salaün, Emmanuel Larraz, Duarte Mimoso Ruiz. La publicité est un peu mieux traitée. Elle est étudiée par Corinne Montoya-Sors et par Eliseu Trenc sous l'angle de l'iconographie, alors qu'Annie Bussière-Perrin lui applique la méthode psychanalytique et que Jean Alsina, Jacqueline Covo et Gérard Imbert s'attachent à ses aspects socio-médiatiques. La bande dessinée est traitée de façon généralement ponctuelle, selon une approche mariant analyse thématique et formelle, par Jacqueline Covo et Miguel Rojas-Mix pour l'Amérique latine, et par Guy Abel, Marie Franco, Roselyne Mogin, Jean-Pierre Ressot, Jean Tena et Eliseu Trenc pour l'Espagne. Le livre et l'édition font l'objet de synthèses et d'écrits divers de la part de Jean-François Botrel, et de deux thèses portant respectivement sur l'encyclopédie Espasa (Philippe Castellano) et sur la Editora Nacional (Irène Da Silva). Des travaux leur sont également consacrés par Solange Hibbs (circuits de distribution du roman édifiant au xixe siècle), Isabelle Olivero (librairies et propagande catholiques) et Eliseu Trenc (aspects iconographiques).

12C'est donc la presse qui l'emporte par le nombre des études qu’elle inspire. Considérée comme un moyen de communication social, elle devient objet d'analyse à part entière. Une évolution se fait jour en ce domaine, après les «états des lieux» où prédominaient les monographies et qui doivent beaucoup à des auteurs comme Gisèle Cazottes (travaux sur la presse périodique madrilène, index de la presse espagnole de la deuxième moitié du xixe siècle, tentative de typologie de la presse destinée aux enfants), Gérard Brey (recensement de la presse ouvrière), Solange Hibbs (recensement de la presse catholique de la deuxième moitié du siècle), Vincent Garmendia (études sur la presse carliste du xixe siècle).

13Un certain nombre de chercheurs ont dépassé le stade du recensement et de la simple description des périodiques, indispensables comme préalable, pour procéder à une approche plus synthétique (étude d'un genre, presse en tant qu’organe d'expression d'un groupe, contribution de la presse à l'histoire culturelle, multiples formes d'expression écrite périodique, etc.). Au cours de ces dernières années, l'intégration de la presse dans le champ plus vaste de la communication sociale a ainsi fait l'objet, d'un effort significatif, auquel les colloques de PILAR ont. notablement contribué. Mais le bilan des recherches pour la période de 1984 à 1996 fait surtout apparaître la diversité des objets d'étude en ce domaine.

14Les journaux et hebdomadaires dits «de référence» ou «de qualité» attirent tout particulièrement l'attention. El Sol est abordé par Paul Aubert et Jean-Michel Desvois, et par Béatrice Fonck ; El País suscite les approches multiples et variées de Gérard Imbert et de Marie-Christine Moreau surtout, mais aussi de Marie-Claude Chaput, Jean Tena et Jean-Pierre Ressot ; El Norte de Castilla est l'objet de la thèse de François Malveille. Du côté des hebdomadaires, Cuadernos para el Diálogo et Triunfo sont étudiés par Marie-Claude Chaput et par Isabelle Renaudet, qui leur a consacré sa thèse en y ajoutant Andalán.

15Moins représentés en nombre, d'autres genres retiennent également les hispanistes : les revues, avec notamment la thèse de Florence Belmonte sur Vértice et les travaux de Jacqueline Covo et de Claude Fell pour le Mexique, de Pablo Berchenko pour le Chili, de François Delprat pour le Vénézuela, d'Enrique Marini-Palmieri pour l'Argentine, de Jacques Gilard pour la Colombie et de Claude Le Bigot pour l'Espagne et le Mexique ; la presse illustrée, avec les actes du colloque de PILAR (Rennes) sur les Ilustraciones; la presse ouvrière, avec les apports de Gérard Brey, Jean-Louis Guereña, Marie Hélène Hocquart, Jacques Maurice, Zylber Berg ; la presse catholique, étudiée par Solange Hibbs et Jean-François Botrel ; la presse féminine ou pour femmes, avec les thèses et multiples articles de Danièle Bussy-Genevois pour l'Espagne et de Nathalie Ludec pour le Mexique et les recherches de Marie-Aline Barrachina ; la presse pour enfants, avec les études de Gisèle Cazottes sur la fin du xixe siècle ; la presse satirique, avec les travaux de Solange Hibbs sur la presse catholique satirique et d'Elvire Diaz sur les années 1920-1930 ; la presse à sensation, avec l'hebdomadaire El Caso, objet de la thèse de Marie Franco ; et la presse économique, qu'a étudiée Jean-Pierre Castellani.

16On le voit, les années 1985-1996 auront marqué le décollage de la recherche des hispanistes sur les médias, Dans le proche avenir, la diversité d'approches et d'objets qui ressort de notre inventaire et les grandes tendances que nous avons dégagées sembleraient devoir se confirmer. La définition des projets collectifs et des thèses en cours indiquent que les études concernant la presse espagnole et son contenu resteront dominantes (Blanco y Negro, Papeles de Son Armadans, Triunfo, Cambio 16, El Independiente), la fin du franquisme et la Transition paraissant conserver tout leur attrait. L'écriture journalistique (Umbral, Vicent), l'iconographie, la télévision apparaissent comme porteurs de futurs développements, alors que divers projets concernant les «images» (de Felipe Gonzalez, de la France en Espagne, etc.) devraient permettre une réflexion portant sur l'ensemble des médias dans une période donnée, en attendant les grandes synthèses qui restent à faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Desvois et Solange Hibbs, « Les recherches des hispanistes sur les médias (1985-1996) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 12 mai 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/96 ; DOI : 10.4000/ccec.96

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Desvois

Professeur, Université Bordeaux-III

Articles du même auteur

  • PILAR [Texte intégral]
    Paru dans Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 1 | 2007

Solange Hibbs

Professeur, Université Toulouse-II

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org