Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Nancy Berthier (dir.), Le cinéma d´Alejandro Amenábar

Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2007, 233 pages
Ana Recalde Delgado

Entrées d’index

Périodes :

1978-
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, auquel participent Jean-Paul Aubert, Elisa Costa, Françoise Heitz, Aurélie Ledoux, Jacques Terrasa et Pascale Thibaudeau, est coordonné par Nancy Berthier (Université Paris-Est), chercheuse passionnée du cinéma espagnol, qui a publié notamment Le franquisme et son image (1998), De la guerre à l´écran. ¡Ay Carmela! De Carlos Saura (1999) ou Le cinéma de Bigas Luna (2000).

2Le réalisateur qui fait l’objet de ce travail est le Chileno-Espagnol Alejandro Amenábar, jeune auteur de quatre longs métrages de fiction entre 1995 et 2004, Tesis (1995), Ouvre les yeux (1997) – en 2001 sort son remake anglais sous le titre de Vanilla Sky – , Les Autres (2001) et Mar adentro (2004), qui ont remporté un extraordinaire succès public et critique à la fois, ainsi que nombre de prix, comme l´Oscar du meilleur film étranger pour Mar adentro. Cependant, comme cela est indiqué dans l´avant-propos, en France le cinéaste espagnol n´a connu de franc succès que pour Les autres, surtout du fait de sa protagoniste incarnée par Nicole Kidman, sa bande originale en anglais et parce que ce genre de ce film était très à la mode au début des années 2000.

3L´objectif de ce livre – composé de onze textes – est donc de mieux faire connaître ce cinéaste à un public français et de refléter les travaux réalisés au sein de l´université française, témoignage de l´intérêt qu’elle porte au cinéma d´Aménabar. Le premier des textes, intitulé « Voyage au pays d´Alejandro Amenábar », retrace selon un axe chronologique les grandes étapes de sa biographie et de sa filmographie et sert en même temps d´introduction aux neuf suivants, une série d´analyses des films vus sous des approches diverses : esthétique, sociologique, psychanalytique, philosophique, afin d´enrichir les interprétations de la filmographie du cinéaste. Le onzième chapitre ajoute la retranscription d´une interview menée le 30 janvier 2006, qui révèle la personnalité « profonde, sensible et attachante » et en même temps « en constante évolution, curieuse de tout et ouverte sur le monde » (p. 12).

4Dans le chapitre 1, « Voyage au pays d´Alejandro Amenábar », Nancy Berthier nous indique que le cinéaste se définit comme appartenant à une « génération X » dont la caractéristique est qu´elle n´a pas été affectée par les convulsions de l´histoire, à la différence des générations précédentes. Elle nous parle des années de formation, pleines de références audiovisuelles, et plus précisément de l´influence du cinéma nord-américain de Steven Spielberg, Stanley Kubrick et Alfred Hitchcock ; on retrouve aussi les traces de l´Espagnol Víctor Erice ; sa passion pour la musique l´a amené à composer lui-même les bandes originales de ses films. Les films sont ensuite présentés suivant l’ordre chronologique.

5Tesis (1995), dont le scénario fut écrit pendant qu´il révisait les matières qu´il avait à repasser à la session de septembre – ce qu’il fit, sans succès –, tout en écoutant la bande originale de Psychose. Présenté comme un thriller, la fiction, située à la faculté des Sciences de l´Information de Madrid, met en scène Angela, une étudiante qui prépare une thèse sur la violence audiovisuelle et découvre un réseau de production de snuff movies. L´un des principaux intérêts du film réside dans la manière dont il reproduit les codes des productions américaines, en les adaptant à des personnages madrilènes des années quatre-vingt-dix. Le chapitre 3 « Voir et ne pas voir : la fonction du hors-champ dans Tesis » approfondit dans l´étude d´une catégorie spécifique du langage utilisé, le hors-champ, qui permet au réalisateur de marquer ses distances par la pratique d´un jeu de cache-cache qui prive le spectateur des images violentes à partir d´un mystérieux écran noir. Et c´est cet écran noir, dont la présence obsédante s´impose dans d´autres films comme une marque de fabrique, qui est le sujet du chapitre 2 « Les écrans noirs d´Alejandro Amenábar : des voix en quête d´images », signé Jacques Terrasa.

6Ouvre les yeux (1997) adopte le point de vue du protagoniste César qui, défiguré à la suite d´un accident de voiture, souscrit un contrat avec une société américaine de cryogénisation pour retrouver son aspect. Le suspense de ce film tient à une structure narrative non linéaire, à des flash-backs mêlés à des rêves, à son style de science-fiction et à l´utilisation d´un espace urbain en particulier dans l´un des premiers grands plans mettant en scène la Gran Vía absolument vide. Ce film est étudié par Pascale Thibaudeau dans le chapitre 5 « Réalités virtuelles et destins manipulés à travers Ouvre les yeux d´Alejandro Amenábar et Nadie conoce a nadie de Mateo Gil », qui adopte un point de vue comparatiste lui permettant de le relier à une tendance plus générale du cinéma contemporain où l´on met en scène les angoisses produites par les progrès scientifiques, médiatiques et cybernétiques ; dans Ouvre les yeux et Nadie conoce a nadie la réponse est l´affirmation du réel assumé dans toute son imperfection. Bien que nominé aux Goya dans dix catégories, ce film ne recueillit aucune statuette mais circula largement aux États-Unis jusqu´à attirer l´attention de l´acteur Tom Cruise et de la productrice Paula Wagner qui décidèrent d´en faire avec le réalisateur Cameron Crowe un remake américain : Vanilla Sky (2001) .

7Ce remake lui ouvrit les portes du marché américain et il obtint un budget conséquent pour son film suivant, tourné en anglais, Les autres, dont le rôle principal, Grace, fut attribué à Nicole Kidman. Sorti aux Etats-Unis en août 2001, il remporta un vif succès auprès de la critique et du public, grâce au suspense, au casting, au soutien de Tom Cruise et à sa qualité propre. Dans cet ouvrage, ce film est analysé, surtout du point de vue psychanalytique, dans le chapitre 7 « De l´autre côté de la mère ou le retour du refoulé dans Les Autres » de Pascale Thibaudeau, qui, s´appuyant sur les théories de Carl Jung, s´attache à la figure maternelle de Grace, à partir de la question de l´infanticide, et développe une réflexion sur les liens avec la vie, la mort et la maternité.

8Dans le chapitre 8 « Mémoire et mélancolie : `le portrait des morts´ dans Les autres », Jacques Terrasa, à partir des théories de Sigmund Freud, s´arrête sur l´un des aspects du film, son utilisation des photographies post mortem pour étudier les relations entre la mort et ses représentations iconiques dans ses rapports au deuil et à la mélancolie.

9Mar adentro (2004), son dernier film jusqu´à présent, est fondé sur un genre différent, le cinéma social combiné au biopic, dont le personnage est un anti-héros, le tétraplégique Ramón Sampedro, interprété par l´acteur Javier Bardem, victime d´un grave accident en 1968 et qui, avec la complicité de plusieurs personnes, prend le chemin de l´euthanasie. Un tel changement de registre était un pari audacieux mais l´intérêt médiatique et social suscité par sa signification, au-delà de la dimension cinématographique, et l´attribution de l´Oscar au meilleur film étranger garantirent à l’œuvre un grand succès. Elisa Costa Villaverde lui consacre le chapitre 9 « Présences galiciennes dans le cinéma espagnol contemporain : le cas de Mar adentro » et Françoise Heitz, le chapitre 10 « L´envol de l´imaginaire ou quand Amenábar revisite le mélodrame (Mar adentro) ». Dans le premier, E. Costa relie le film à une tendance plus générale en Espagne, la mise en valeur l´identité des Autonomies, dans ce cas la culture galicienne ; dans le deuxième, F. Heitz part d´une séquence fondamentale où le protagoniste cloué dans son lit rêve qu´il survole la campagne jusqu´à la mer pour étudier la dimension poétique et l´imaginaire.

10Les films d´Amenábar allient le questionnement sur la vie, la mort et les limites de l´imaginaire, à la maîtrise des techniques et discours cinématographiques, sans oublier la qualité des scénarios, bien écrits quel que soit le genre choisi. Actuellement, aidé de son ami Mateo Gil, Amenábar prépare dans le plus grand secret son cinquième long métrage ; bien qu’il limite ses contacts avec l´extérieur, le cinéaste a fait une exception pour accueillir l’auteur de cet ouvrage et lui accorder l´entretien qui couronne le volume, dans lequel il dévoile que dans son prochain film l’héroïne sera une femme (p. 217), qu´il aura une ambition intellectuelle et qu´en tout cas son intention est que le film soit le plus passionnant possible pour les spectateurs (p. 222).

11En espérant que le livre que nous présentons réussira, comme il se le propose, à mieux faire connaître ce cinéaste espagnol en France, et qu’il complétera avantageusement les apports d’Antonio Sempere (Alejandro Amenábar : cine en las venas, Madrid, Nuer, 2000) ou d’Oti Rodriguez Marchante (Aménabar, vocación de intriga, Madrid, Páginas de espuma, 2002), nous encourageons le public à le lire et à visionner les films d´Aménabar pour y découvrir de nouvelles interprétations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Recalde Delgado, « Nancy Berthier (dir.), Le cinéma d´Alejandro Amenábar », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/952

Haut de page

Auteur

Ana Recalde Delgado

Facultad de Humanidades, Université de Deusto-Saint Sébastien

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org