Navigation – Plan du site
Apuntes de lectura

Jacques Maurice, El anarquismo andaluz, una vez más

Granada, Editorial Universidad de Granada, «Biblioteca de Bolsillo», 2007, 302 pages
Rose Duroux

Texte intégral

Sous le double signe de l'Andalousie et de l'anarchisme

1L'anarchisme, « une fois de plus ». Le lecteur suppose, dès le titre, que l'étude de l'anarchisme fait toujours débat et que Jacques Maurice va re-parler de cet anarchisme qui lui tient à cœur depuis un ouvrage premier, toujours d'actualité, L'anarchisme espagnol (Paris-Montréal, Bordas, 1973), et sa thèse de doctorat d'État (1985), Recherches sur l'anarchisme rural en Andalousie de 1858 à 1936, une histoire sociale théoriquement exigeante. Le recueil d'articles qu'il publie aujourd'hui, à l'invitation de l'Université de Grenade, est une anthologie raisonnée d'articles publiés entre 1979 et 2005. Toute une carrière. Les uns correspondent à la période de gestation de la thèse, les autres la prolongent. Le montage semi-diachronique est bien fait : les sept premiers articles (sauf un) se situent entre 1979 et 1989 et ont paru d'abord en espagnol, tandis que les six derniers, traduits du français (sauf une conférence inédite donnée à Murcie) se situent presque tous (sauf un, là encore) dans les années 1990-2000. Ces articles sont impeccablement traduits par Marta Bizcarrondo, Antonio Elorza, Jacqueline Covo ou l'auteur lui-même.

  • 1  Regard distant/distinct parce qu'il s'agit du regard extérieur d'un hispaniste français.

2À l'introduction – « Regard distant, regard distinct 1» – font suite deux parties : la première aborde la Basse Andalousie en tant que « berceau et bastion de l'anarcho-syndicalisme » ; la seconde interroge la « diversité et complexité de l'anarchisme ». Par un incessant va-et-vient du cas à la théorie et de la théorie au cas, Jacques Maurice cherche à faire la lumière sur l'anarcho-syndicalisme patent ou latent de certaines villes andalouses, surtout celui de l'exemplaire Jerez qui occupe trois articles et affleure dans d'autres, et à tester le concept essentiel d'apoliticisme – « à savoir rejet de l'action politique, qui n'est nullement indifférence à la chose publique », néologisme emprunté par l'auteur à Pierre Vilar.

3Il n'y a pas d'épilogue. Nous y reviendrons.

El anarquismo en el campo andaluz: una interpretación, 1989

4Ce premier article se structure en dialogue avec un ouvrage pionnier de 1929, Historia de las agitaciones campesinas andaluzas, de Juan Díaz del Moral, un juriste qui a su ausculter à chaud les conflits qui éclatèrent dans l'Andalousie de son temps – et ils étaient peu nombreux alors à vouloir ou à savoir le faire. Les observations fines mais parfois ambiguës de ce juriste-historien vont, par ailleurs, constituer l'un des « fils rouges » du recueil.

5D'après Juan Díaz del Moral, la « conflictualité » de la campagne andalouse est au départ moins liée aux ouvriers agricoles qu'aux petits exploitants (propriétaires ou fermiers) d'autant plus sensibles aux idées anarcho-syndicalistes qui se diffusent depuis la révolution de 1868 qu'eux n'ont pu avoir accès aux biens civils mis en vente dans les années 60. En revanche, à l'approche de la IIe République, l'impact du prolétariat agricole s'est affirmé. J. Maurice prend soin de dessiner l'Andalousie anarchiste, un vaste quadrilatère : Séville, Malaga, Algésiras, Sanlúcar de Barrameda, c'est-à-dire la Basse Andalousie, celle où s'enracine, à la fin du xixe siècle, la FTRE (Federación de Trabajadores de la Región Española) et, à partir de 1910, la CNT (Confederación Nacional del Trabajo). Ainsi, de l'ancien foyer de Cadix, l'anarcho-syndicalisme a irradié le bassin du bas et moyen Guadalquivir.

6J. Maurice montre avec quelle précision J. Díaz del Moral dissèque l'immédiat après-Guerre Mondiale, les années 1918-1920, des années de dépression pour l'Espagne, et perçoit même la dimension anthropologique et psychologique des tensions sociales avec la lente mais irréversible modernisation de l'agriculture, des années qui mettent à nu, crûment, le caractère structurel (et non temporaire) du chômage dans l'Andalousie latifundiste.

7Le « syndicalisme paysan d'orientation anarchiste » repose à Jerez de la Frontera sur l'« associationnisme » – c'est-à-dire un grand nombre de sociétés qui ont en commun une composition socioprofessionnelle hétérogène. Les moyens d'action évoluent : le principe du soulèvement armé pour faire aboutir les revendicatives devient exceptionnel (cf. le « cas » de Casas Viejas) et fait place à celui de la grève générale, comme en témoigne, par exemple, l'évolution de « l’apôtre » Salvochea. Les syndicats agricoles ont de plus en plus recours à la négociation – laboral / patronal – et s'il le faut à l'arbitrage de l'autorité (maire, gouverneur civil) ou à la médiation de la Junte locale de Réformes Sociales. C'est ainsi qu'ils parviennent à faire accepter, en 1914, le principe du contrat annuel, avec salaire minimum pour la morte saison et paie en liquide. Un syndicaliste de Jerez pouvait dire en 1917 (la date n'est pas fortuite) : « Pues contra los poseedores de la tierra hemos de luchar, conquistando palmo a palmo nuestros derechos, hasta poder decir la tierra para los que la trabajan ». Malgré ses discontinuités et ses ratés, l'action collective aboutit à d'indéniables améliorations même si le problème de l'emploi n'est pas réglé. La fin sera brutale : la conquête rapide de l'Andalousie anarchiste, dès 1936, par les forces « contre-révolutionnaires », eut tôt fait d'éliminer dirigeants et militants.

Mayoría, minorías en el congreso obrero de Barcelona (junio de 1870)

8Après le pôle sud de l'anarchisme, l'Andalousie, J. Maurice passe à son pôle nord, la Catalogne. Pour cela il change de focale car au lieu de faire écouter les voix de toute une zone, il donne à entendre les voix qui s'élèvent, en 1870, lors du Congrès ouvrier de Barcelone, des voix « fondatrices » puisqu'il s'agit du congrès constituant de la FRE (Federación de la Región Española). Les véritables meneurs de l'assemblée sont imprégnés des idées internationalistes d'un émissaire de Bakounine : le propagandiste Giuseppe Fanelli, qui résida temporairement à Barcelone après 1868. Les arguments maniés par cette minorité affiliée à l'AIT (Association Internationale des Travailleurs) parviennent à rallier « la masse des travailleurs » autour des thèmes de résistance, coopération, organisation et attitude face à la politique et aux partis politiques – un « apoliticisme » de principe qui n'empêchera pas bon nombre d'adhérents de voter bientôt pour le parti républicain. Nous sommes à l'aube de la Ire République. En fait, en Catalogne, l'anarchisme ne prendra que progressivement, mais de façon nette à partir de la création de la CNT, au début du xxe siècle. J. Maurice analyse minutieusement comment les jeunes activistes emportent la partie lors de ce Congrès massif. Nous sommes au lendemain de la révolution de 1868, de la constitution de 1869. Tous les espoirs sont permis.

Conflicto agrario y represión preventiva: los grandes procesos de Jerez, 1883

9Après les temps troublés de l'après 1868 et de la République éphémère (1873), l'État bourgeois consolidé (Restauration) hésite moins à faire intervenir la troupe quand l'ordre des propriétaires lui paraît gravement menacé. Les procès contre les fauteurs de trouble, les « partageux », sont magistralement orchestrés et médiatisés pour répandre l'idée d'un sombre complot tentaculaire. La Mano Negra tombe à point nommé. Jacques Maurice tendrait à qualifier de « tragi-comédie » le procès des huit de la Mano Negra (1883), après le triple assassinat de Jerez. Lui donnent raison, entre autres, les documents exhumés par Clara E. Lida. Avec l'aval du gouvernement monarchiste obsédé par l'ordre public, les procès sont menés tambour battant et les exécutions publiques sont d'une exemplarité frappante. La Mano Negra a fait couler beaucoup d'encre.

Los sucesos de Jerez, 1892, en El Imparcial

10Une fois examinés, à travers le filtre des procès en justice, les événements sanglants de 1882 (les monarchistes libéraux au pouvoir), Jacques Maurice passe à un autre épisode sanglant ‑ l'émeute anarchiste de Jerez de 1892 – mais le prisme choisi cette fois est le journal libéral El Imparcial. L'intérêt pour El Imparcial d'avoir des envoyés spéciaux (qui se relaient) à Jerez est double : tenir le lecteur en haleine (commerce oblige), tout en égratignant les rivaux conservateurs à présent au pouvoir et donc leur chef Cánovas. Le journaliste rapporte les événements : un projet anarchiste d'envahir Jerez se solde par une incursion nocturne d'un gros contingent de journaliers échauffés qui pourchassent le bourgeois et se dispersent au départ du meneur. Bilan : quatre morts. Le correspondant fait le portrait des accusés, s'interroge sur les moyens d'action des anarchistes andalous, recoupe avec d'autres émeutes ouvrières. Il couvrira le procès jusqu'à l'exécution des quatre condamnés à mort, sans omettre un seul détail macabre, bien au contraire : l'arrivée à Jerez des bourreaux (spécialistes du garrot), celle des frères de la Charité et d'autres ordres, l’édifiante mise en scène des exécutions. Les colonnes fourmillent de renseignements d'une précision parfois clinique, souligne Maurice. Le journaliste est volontairement alarmiste ; il annonce à ses lointains lecteurs d'autres grands procès en préparation, d'autres conseils de guerre et rapporte des « rumeurs » de complot. À l'évidence, il revient à l'historien de « trier » grâce à la méthode critique, et J. Maurice analyse de façon exemplaire la « couverture de l'événement », les passages de l'information à la fiction, les glissements du particulier au général, les extrapolations jamais innocentes : les lecteurs habituels de El Imparcial sont confortés dans l'idée que l'Espagne de Cánovas est mal gouvernée, que les conservateurs manquent de clairvoyance et de résolution. Il détecte, tel le détective à la loupe, les ambiguïtés du discours politicien qui, tout en disant de façon paternaliste l'injuste distribution de la terre en Andalousie, réclame plus d'autorité – mano dura – au parti rival.

Campesinos de Jerez, 1902-1933

11Cette étude, dit Jacques Maurice, est « matricielle » dans son itinéraire. C'est sur un temps plus long, le premier tiers du xxe siècle, qu’est ici observé le sort des travailleurs agricoles de Jerez, ces parcelarios et obreros que Maurice tire de l'anonymat. Il y a cent ans, nous explique-t-il, Jerez était une industrie vitivinicole prospère mais aussi une masse de paysans prolétaires employés dans la production céréalière, et obligés de s'organiser secrètement pour défendre leurs droits. Le manque de libertés publiques fut la base de la ténébreuse affaire de la Mano Negra et dix ans plus tard, en 1892, celle de l'invasion de la ville par des travailleurs des champs une nuit d'hiver. Des générations d'historiens se sont consacrées à la reconstitution et à l'interprétation de ces épisodes sanglants. Mais rares sont ceux qui se sont préoccupés de savoir ce qui s'est passé après, comme si la volonté de lutte s'était éteinte ; or, dès 1902, poursuit Jacques Maurice, ces hommes remportent leur premier succès dans une lutte revendicative qu'ils mèneront sans répit jusqu'en 1923, luttes qu'ils reprendront à l'avènement de la IIe République après la parenthèse de la dictature riverista. Ils aspirent à être des « ouvriers civilisés », comme ils le disent eux-mêmes, et se battent sur une plate-forme concrète et rationnelle : 1) intégralité du salaire en liquide avec une paie hebdomadaire ; 2) fixation d'une échelle des salaires pour toute l'année agricole sur la base d'une rémunération minimale pour chaque période (été et hiver) ; 3) réglementation stricte de la durée et de la quantité de travail à effectuer dans les différents postes de l'exploitation agricole selon la période du contrat ; 4) reconnaissance par les patrons de la représentativité des délégués élus en assemblée générale pour mener les négociations. Cette lutte est à renouveler chaque année, à chaque récolte. Sans relâche.

12Jacques Maurice scrute les négociations quotidiennes entre ouvriers et cultivateurs. D'abord les associations d'ouvriers agricoles annoncent publiquement leurs revendications ; en retour les cultivateurs font connaître leurs conditions, d'entrée très restrictives, à savoir une augmentation minimale si la récolte est bonne, à prendre ou à laisser. Alors s'engage la partie la plus délicate. Réunis en assemblée générale, les ouvriers agricoles se prononcent sur les propositions patronales ; pour calmer les esprits, rappel est fait régulièrement des échecs de 1883 et 1892, de l'écrasement par l'armée et l'appareil judiciaire. Mais leur force c'est qu'ils travaillent un produit périssable. Alors l'idée de la grève générale fait son chemin : l'été 1902 une grève de huit jours permet de parvenir à un accord ; en 1918, il faut quinze jours ; d'autres grèves dureront cinq semaines et provoqueront des centaines d'arrestations, et parfois même la proclamation de la loi martiale.

13L'auteur ne se contente pas de décrire des faits sur trente années, il les interprète, en démontant les mécanismes complexes de cette lutte « moderne », en croisant toutes sortes d'archives. On retrouve l'observateur privilégié, Juan Díaz del Moral. Les ouvriers agricoles de Jerez éprouvent un sentiment d'injustice d'autant plus vif qu'ils vivent au milieu d'une population active, de plus en plus politisée, où les mouvements associatifs progressent, souvent impulsés par les républicains. Grâce aux encouragements des anciens, aux contacts avec leurs « frères » de Madrid ou de Barcelone, aux congrès fédéraux (Federación de Sociedades de Resistencia, Federación Nacional de Agricultores), ils apprennent à formuler leurs objectifs, à affiner leur tactique. Pour fonder sa démonstration, l'auteur dissèque les âpres négociations menées par Diego Mártinez avec la Maison Domecq et dessine le profil des acteurs. Pedro Domecq est le prototype du « grand cultivateur » négociant-récoltant en vin mais aussi du grand céréalier, dur en négociation mais qui tient ses engagements car sa mentalité, pour si imprégnée qu'elle soit du paternalisme ambiant, est déjà celle d'un grand capitaliste. Les « patrons » les plus déloyaux sont les « nouveaux riches », les héritiers directs des acquéreurs des biens civils des années 1860. Un nouvelle donne vient complexifier les accords : l'irruption des moissonneuses et des batteuses qu'on entend faire tourner à plein régime. Sur place, tout ce que pouvaient espérer les ouvriers agricoles en grève c'était la solidarité, matérielle et morale des autres corps de métier mais rarement une grève générale interprofessionnelle comme en 1883. La Chambre d'Agriculture, quoique conservatrice, joue parfois les bons offices. Un histoire longue. Il faut attendre juillet 1931 pour que le ministre impose, dans l'agriculture, la journée de huit heures déjà acquise par les autres branches, mettant ainsi fin à une injustice sociale.

Azorín y La Andalucía trágica: ¿una nueva escritura de lo social?

  • 2  Jacques Maurice ne manque pas de démontrer tout l'intérêt qu'il y a à décoder le discours, qu'il é (...)

14Cet article, beaucoup plus récent que les précédents, ajoute un autre point de vue sur la question agraire andalouse, celui d'un écrivain de renom. Jacques Maurice choisit Azorín et son « reportage » La Andalucía trágica (avril 1905), qui parut en cinq « chroniques » dans El Imparcial dirigé par José Ortega Munilla, l'ex-envoyé spécial lors de l'émeute de Jerez, en 1892. Azorín, qui lui ne travaille pas dans l'urgence, peut se livrer à sa prose poétique. Aussi pour aborder La Andalucía trágica, J. Maurice utilise-t-il les outils de l'analyse textuelle 2. La chronique a pour objet principal un village vinicole de la province de Séville en crise, Lebrija. L'écrivain prend à témoin un lecteur générique pour lui insuffler sa vision des choses – » hay lector, un medio de conjurar por lo pronto el conflicto » – et rapporte, de façon à la fois subjective et prudente, les propos des uns et des autres : les propriétaires, les ouvriers, le médecin du village... Le chapitre central met en scène, non sans artifice, « les braves ouvriers de Lebrija », taciturnes, les bras croisés, à l'ombre des arcades d'une Plaza Mayor, vide, que domine un Casino imposant mais déserté (car ces Messieurs ne sortent plus de chez eux). Azorín voit bien une solution au conflit : exproprier les terrains non cultivés (incultos) et les vendre aux journaliers en développant un crédit agricole. Révolutionnaire Azorín ? Nullement. En fait il anticipe une loi qui sera promulguée, en 1907, alors qu'il est député (conservateur). J. Maurice insiste même sur « l'anti-réalisme » de La Andalucía trágica qui élude les clameurs et les conflits sociaux particulièrement vifs dans l'Andalousie qu'il traverse. Nul écho de cet éveil de « la conscience de classe » que capte le juriste Díaz del Moral – qui n'a rien d'un révolutionnaire non plus –, mais qui, rappelle J. Maurice, sait se faire l'historien scrupuleux des premiers balbutiements des syndicats modernes. Pourtant les « clameurs » furent particulièrement stridentes cet avril-là ; qui plus est, elles étaient bien répercutées à Madrid par l'Ateneo ou l'Instituto de Reformas Sociales, avec des données chiffrées éloquentes. Il s'agit donc bien de la part d'Azorín d'une édulcoration délibérée. Jacques Maurice passe au crible les figures de rhétorique du camouflage : l'omission, la généralisation dissolvante, l'incantation hypnotique. Moralité : pour le lecteur de El Imparcial, la tragédie est l'essence de l'Andalousie...

Una huelga y sus fuentes

15Ici encore la grève agricole est au cœur du propos, mais cette fois il ne s'agit pas d'en analyser le déroulement mais de déterminer les sources archivistiques qui permettent d'en cerner au plus près les modalités. Pour l’étude de Jerez et sa contrée, les Archives Municipales offrent une mine riche. Et Maurice en donne la preuve. Bien sûr les données fournies doivent êtres croisées avec d'autres documents, d'autres statistiques, notamment celles que fournissent l'Instituto de Reformas Sociales dès le début du xxe siècle ou les rapports de Police, etc. Les grèves de référence sont ici les « grèves concertées » de juin-juillet 1914 par les travailleurs agricoles de onze villages présentant en même temps les mêmes revendications aux différents patrons. Les grévistes sont syndiqués et connaissent les droits que leur confère la loi dite « des grèves et coalitions » de 1909. Bientôt s'ouvre une guerre sociologique et psychologique, « pacifique mais intense », entre patrons et ouvriers : propositions / contre-propositions, manifestes / contre-manifestes... Jacques Maurice fait feu de tout bois, croisant archives et presse locales, examinant à la loupe les remarques crayonnées en marge, relevant les signataires, décodant les meetings, etc. Il examine avec une attention particulière la sortie de grève, toujours si épineuse, surtout s'agissant d'une grève agricole longue et très dure vu l'urgence des moissons (11 juin-10 juillet). Ici le médiateur sera le gouverneur civil de la province. Grâce à cette saisie fine de l'« intra-histoire » d'une grève, Jacques Maurice peut affirmer – contrairement à d'autres – que les acteurs n'obéissaient ni à des diktats venus de l'extérieur, ni à des pulsions irrationnelles : de bout en bout, affirme-t-il, la direction de la grève est restée entre les mains des militants agricoles de Jerez. Que le caractère strictement professionnel de ce conflit entre patrons et salariés ait pu être instrumentalisé ensuite par les diverses forces politiques locales : c'est une autre histoire. On ne peut les confondre, prévient Jacques Maurice.

16Dans la deuxième partie du livre, plus brève, moins factuelle, plus théoricienne, l'auteur aborde à titre comparatif les mouvements ouvriers urbains.

Sevilla la « rojinegra »

17Les luttes ouvrières urbaines ont leur propre dynamisme. La ville sous observation est ici Séville, la sixième du pays, une ville commerciale qui s'industrialise et dont la population s'accroît. J. Maurice dresse une sorte de typologie des grèves de la ville de 1900 à 1936. Il constate que, à mesure que les résistances se durcissent de part et d'autre, la grève générale de solidarité s'affirme par rapport aux grèves corporatistes ou sectorielles. Pendant ces trois décennies, le « degré d'organisation » des classes antagoniques devient la clé de la vie politique et sociale. Du côté ouvrier, on est passé du corporatisme à l'associationnisme (coopératives, secours mutuel), puis à la fédération anarcho-syndicaliste (1918) dont la composition reflète l'évolution de la démographie et de l'emploi de la ville. Quant au patronat, il passe à un degré supérieur d'organisation avec la FEDA (Federación Económica de Andalucía) et les « grands » patrons ne craignent plus de décréter le lock-out (au grand dam des « petits ») et de laisser une situation de crise se pourrir. Les différentes forces politiques tentent d'unifier (à leur manière) la classe ouvrière hétérogène. Dès 1918, la Lige Catholique, l'un des antécédents de la CEDA (Confederación Española de las Derechas Autónomas), qui entend rafler la mise en basant son programme sur la doctrine sociale de l'Église, progresse. Maurice interroge le grand décalage qui existe entre la forte affiliation syndicale sévillane (60 %) et la faible participation au vote : « apoliticisme » ? préférence pour l'action directe ? El Sol, en 1932, corrélera la violence collective avec l'habitat populaire périphérique de Séville, situé au-delà des faubourgs anciens de la ville, un habitat où s'agglutinaient 20 000 personnes privées de services publics. Rouge ou rebelle ? Un « insularité sévillane » qui reste à creuser...

Un autor de La Novela Ideal: Vicente Ballester

18Trois militants libertaires de renom, Federico Urales, Soledad Gustavo et leur fille Federica Montseny, mettent leur plume et leur sens commercial au service de l'idéal qu'ils professent en créant la collection de romans « brefs » (32 p.), La Novela Ideal : plus de six cents titres entre 1925 et 1935. Le père et la fille, qui figurent parmi les huit collaborateurs permanents, en écriront 136 à eux deux. La collection a aussi bénéficié de 159 auteurs occasionnels. Jacques Maurice choisit parmi eux, pas au hasard on s'en doute, un Andalou auteur de quatre novelas de 1930 à 1932 : il s'agit du Gaditan Vicente Ballester, un célèbre militant de l'anarcho-syndicalisme du « groupe Salvochea », au départ représentant syndical du bois, actif mais non activiste. Un homme cultivé, qui connaît ses classiques. Dans ses romans brefs, pas de démagogie, ni de sensiblerie feuilletonesque. Et même si Urales exigeait de ses collaborateurs de la pasión, on n'en trouve pas chez Ballester : le dialogue oppose essentiellement la figure du rebelle à celle du représentant de la loi, que ce dernier soit gouverneur, père ou commissaire... Jacques Maurice invite à faire une étude évolutive et différenciée de la collection.

Tras octubre de 1934: ¿era preciso abstenerse?

19Il s'agit de l'article le plus récent du recueil (2005), un hommage à Carlos Serrano. Ce qui est mis en débat ici, c'est l'activité de la CNT à partir de la proclamation de la IIe République, en 1931, et son éventuelle part de responsabilité, de par son abstention, dans les résultats des élections deux ans plus tard et la dérive droitière qui s'ensuivit (octobre 1934). Faut-il rejeter la responsabilité sur la politique impopulaire du gouvernement républicain de 1931 à 1933 ? J. Maurice cherche du grain à moudre dans une source très spéciale : les lettres que les délégués anarchistes eux-mêmes envoient au journal La Tierra (Madrid) qui les invite à s'exprimer, à partir de janvier 1935, dans sa tribune libre. La Tierra ‑ un journal non anarchiste précise l'historien ‑ reçut deux cents réponses et en publia le quart en tenant compte de la diversité géographique. Dans sa lettre, Vicente Ballester, à présent secrétaire général de la « Régionale » andalouse, reconnaît que la CNT avait œuvré à la légère en annonçant la révolution si les partis de droite l'emportaient, et exacerbé de la sorte la contre-révolution. Josep Peiró, représentant de la fraction « constructiviste » de l'anarchisme espagnol, censure les va-t’en-guerre en précisant qu'il ne faut pas confondre « apolitique » et « antipolitique » et met en garde contre les dangers de l'abstention. Tel autre, s'opposant également aux gardiens de l'orthodoxie anarchiste, éternels détracteurs de la « farce électoraliste », et, considérant que les actes héroïques isolés doivent s'effacer devant l'action syndicale, écrit noir sur blanc que le moment est venu de créer un parti politique qui serait l'émanation de l'anarcho-syndicalisme : le « Parti Syndical ». Il y a d'autres « visions » : Juan López envisage une Alliance Ouvrière entre syndicalistes anarchistes, socialistes et communistes, une fédération comme celle qu'avaient su réaliser la CNT et l'UGT dans les Asturies, en 1934, car c'est la seule façon de s'opposer au fascisme et s'opposer au fascisme, écrit López, est la voie de la transformation sociale. Quant aux stratèges de la FAI, conclut Maurice, ils s'en tinrent aux positions traditionnelles. Ainsi donc dans les colonnes de La Tierra s'affrontèrent les Intransigeants et des Pragmatiques. A la fin Jacques Maurice, qui en bon détective sait maintenir le suspens, pose la question qui a taraudé le lecteur durant tout cet examen de ladite tribune libre : mais que recherchait donc La Tierra qui n'était pas un journal de gauche en ouvrant les colonnes de son journal aux militants de la CNT ? Né sous la République, ce journal aurait été financé par le banquier Juan March pour discréditer le gouvernement d'Azaña en le débordant par sa gauche. Cela n'est pas prouvé. En tout cas, l'examen minutieux du contenu ne permet pas de trancher. Ni même la vie très brève du journal.

Principios y realidad en el discurso de los congresos de la CNT

20La version française de ces « Principes... » (1994) se trouve dans l'hommage qu'a rendu l'Association française des catalanistes à Pierre Vilar, cet historien de l'Espagne et notamment de la Catalogne dont Jacques Maurice admire l’œuvre, les implications théoriques, et cet art de mettre en lumière les décalages temporels et spatiaux de la Catalogne à l'Espagne, et de l'Espagne au monde. Il n'est pas indifférent que ce texte soit l'étude d'un décalage : celui qui existe entre discours et pratiques. Comme pour l'hommage à Carlos Serrano, il y a conjonction entre destinataire et destinateur.

21Dans ce texte, Maurice revient sur cette particularité de l'anarchisme espagnol, depuis ses origines jusqu'à la Guerre Civile, d'être à la fois individualiste et associationniste, dans une tension permanente entre les adeptes des deux tendances. Le mouvement sociétaire ne s'est affirmé véritablement qu'à partir de 1910, avec la création et le développement de la CNT (premier congrès 1911). Maurice souligne que l'historiographie révèle une claire prédilection des chercheurs pour ce que l'on a appelé « l'âge d'or » de l'anarchisme espagnol à la fin du xixe siècle et au tout début du xxe. Comme il n'y avait pas encore d'« organisation » au niveau national, la presse d'idées prévalait. Et c'est elle qui attire. Pour la période suivante, les historiens ont privilégié les grandes figures et non les collectifs anonymes, les discours sur la culture et non les pratiques culturelles concrètes. Aborder « le système d'organisation des forces ouvrières de l'anarcho-syndicalisme » et, a fortiori, l'austère mais incontournable thème salarial rebute, et ce d'autant plus qu'une telle étude suppose une quête patiente d'archives dispersées. C'est à la question salariale telle qu'elle est abordée dans les congrès nationaux de la CNT que s'attelle ici J. Maurice. Force est de constater que du premier congrès au dernier, la CNT finit par renoncer à élaborer une plate-forme salariale unifiée. Les premiers congressistes se quittent sur un incantatoire « le même salaire pour tous ». Quant à la FAI, elle poursuit son rêve de « commune libertaire », sans monnaie, donc sans salaire, où les producteurs échangeront leurs produits. Au cours des congrès suivants, J. Maurice observe des évolutions. Après la Guerre mondiale, les ouvriers de l'industrie « moderne » font entendre une autre voix : pour faire face à la cherté de la vie, ils soutiennent le principe d'un salaire minimum garanti, le niveau étant fixé en fonction des régions qui ont les salaires les plus hauts (Barcelone) pour éviter la concurrence interrégionale. Les incrédules ne manquent pas dans les débats. Ce n'est qu'en juin 1931 qu'on se mettra d'accord sur un salaire minimum national et indexé sur le coût de la vie ; au congrès de 1936, après la victoire du Front Populaire, le thème salarial sera escamoté.

Salvada de milagro, la Federación Nacional de Campesinos anarcosindicalista

22Cet article revient sur la structuration de l'anarcho-syndicalisme et ses étapes. Pendant une première période, qui s'étendrait de 1913 à 1918, période pendant laquelle, très régulièrement, la FNOA (Fédération Nationale des Ouvriers Agricoles) célèbre des congrès et maintient une politique suivie de revendications en combinant grèves et négociations, notamment en Basse Andalousie, et se dote d'un organe, La Voz del campesino. La seconde étape irait de juin 1930 à 1936 ; le discours est moins pragmatique, plus collectiviste et insurrectionnel, ce qui ne favorise pas l'émergence d'une fédération nationale des petits exploitants, constamment différée. Le 18 juillet 1936 ouvre, brutalement, une dernière étape : il y avait des moissons à rentrer, des miliciens à nourrir, des propriétaires à remplacer. Pouvait-il y avoir, se demande l'auteur, une solution de continuité entre les intentions de l'anarcho-syndicalisme et les réalisations en temps de guerre ? Impossible de généraliser. Les collectivités agraires – si longtemps rêvées – sont improvisées dans l'urgence. De plus, de grandes différences apparaissent d'une collectivité à l'autre ; le problème du rapport syndicat/collectivité ne se pose pas de la même façon en Aragon, dans le Levant ou en Andalousie du fait de la diversité des structures agricoles spécifiques, de l'hétérogénéité des syndicats locaux (UGT, CNT, Mixtes ou autres). Le 12 juillet 1937, un organe syndical, la FNC (Federación Nacional de Campesinos), est constitué à Valence, alors capitale de la République, par les affiliés de la CNT. Les anarchistes, les libertaires de la FAI y compris, manifestent à cette occasion le désir de participer au gouvernement, ce qu'ils refusaient un mois auparavant. Le temps presse. Deux mois plus tard, ils décident de créer une Fédération Nationale des Collectivités. Subordonnant leurs convictions profondes à l'effort de guerre, ils s'obligent à planifier, à centraliser... Mission impossible. Pris entre deux feux, conclut l'auteur, ses meilleurs militants s'épuisèrent à la tâche.

Historia y leyenda de un pueblo libertario: Castro del Río

23Ce dernier article, publié en 1994, campe une ville où l'anarchisme est répandu chez les ouvriers agricoles, et pour cause. Castro del Río, bastion de la noblesse, avait d'immense cortijos, dont 60 % étaient en exploitation indirecte (métayage et fermage), et comptait plus de sept mille hectares « expropriables » (soit 1/3 du cadastre) selon la loi de septembre 1932, d'où l'expropriation, en 1934, de cinq propriétés dont celle du duc de Medinaceli, le plus gros propriétaire parmi les Grands d'Espagne. La ville est « combative » pour les uns, « révolutionnaire » pour les autres. Ses grèves sont fréquentes et bien suivies par les syndiqués (1.500 environ). Jusqu'à un funeste 20 juillet 1936.

24Jacques Maurice rappelait à son auditoire de Castro del Río – a modo de colofón – l'intérêt qu'il y aurait à récupérer, pour les générations à venir, « la mémoire perdue », en recueillant les témoignages des vétérans, les traces de l'activité et de la pensée de « ceux qui furent les acteurs de l'histoire » ; il citait en exemple les recherches de Manuel Morales Muñoz (Málaga, La memoria perdida, 1989) et celles de José Luis Casas Sánchez qui avait exhumé les Articles épars de Francisco Zafra (Córdoba, 1988).

25L'anthologie se ferme sur Castro del Río.

Post-scriptum : et pourquoi pas un épilogue ?

  • 3 Gurucharri, Salvador. Bibliografía del anarquismo español, 1869‑1975. Anotaciones para una bibliogr (...)
  • 4 Ackelsberg, Martha, Mujeres Libres. El Anarquismo y la lucha por la emancipación de las mujeres, Ba (...)

26Au terme de ces notes de lecture sur une « leçon d'histoire » au long cours, dont on ne peut que se réjouir, j'exprimerai un vœu. Jacques Maurice « s'exonère de toute mise au point de sa propre bibliographie » : rien de plus naturel 3. Mais pouvait-il faire l'économie d'une réponse à quelques-unes de ses anciennes interrogations ? Il est évident que si Jacques Maurice livre ces morceaux d'anthologie à l'invitation d'une université, andalouse de surcroît, c'est qu'il les sait toujours stimulants pour la recherche actuelle. Toutefois, le non spécialiste de l'anarchisme espagnol souhaiterait qu'on lui dise si telle zone d'ombre s'est éclairée, si – par exemple – la cascade de questions qui accompagne l'étude de « Séville la rouge-et-noire » a trouvé réponse. Personnellement, c'est sur le rôle des femmes que j'aimerais plus de lumière. Elles manquent au tableau de cette Andalousie anarchiste. Çà et là apparaissent de pauvres « casseuses » de grève qui acceptent de remplacer les hommes, comme le font les enfants ou les soldats, à vil prix. Faut-il en conclure que dans les milieux anarchistes andalous les femmes sont restées les éternelles « mineures » alors qu'à Madrid ou Barcelone leurs « sœurs », elles, se revendiquent « majeures 4» ? Une grève agricole dure et qui dure ne peut se concevoir, à mon sens, sans une synergie masculine-féminine au cœur de chaque maison, de chaque groupe. Les sources documentaires sont-elles à ce point silencieuses ?

27J'invite notre ami Jacques Maurice à nous éclairer, « una vez más », si le cœur lui en dit, dans un prochain numéro des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine.

Haut de page

Notes

1  Regard distant/distinct parce qu'il s'agit du regard extérieur d'un hispaniste français.

2  Jacques Maurice ne manque pas de démontrer tout l'intérêt qu'il y a à décoder le discours, qu'il émane du militant de base, du journaliste ou de l'écrivain patenté. Il prend soin de souligner, dès l'avant-propos, à l’adresse des chercheurs espagnols chez lesquels la formation est totalement distincte selon que l'on est « historien » ou « philologue », qu’il n’en va pas ainsi chez les hispanistes français.

3 Gurucharri, Salvador. Bibliografía del anarquismo español, 1869‑1975. Anotaciones para una bibliografía razonada, Barcelone, La Rosa de Foc, 2004, 380 p.

4 Ackelsberg, Martha, Mujeres Libres. El Anarquismo y la lucha por la emancipación de las mujeres, Barcelone, Virus, 1999. Seraient à consulter, depuis le coup d’envoi par Mary Nash (1975), les publications de la Fondation Salvador Seguí de Valence et de la Fondation Anselmo Lorenzo de Madrid, ainsi que les travaux de la AEIHM (Asociación Española de Investigación de la Historia de las Mujeres).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Duroux, « Jacques Maurice, El anarquismo andaluz, una vez más », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/863

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

Professeur émérite, Université Clermont-II Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org