Navigation – Plan du site
Bilans

Bilan de la recherche hispanique en France : Espagne, xixe siècle (1984-1996)

Jean-François Botrel

Notes de la rédaction

Initialement publié dans La recherche des hispanistes français (1984-1998), Journées d’étude, Paris, 20-21 mars 1998, SHF, 2000, p. 133-148.

Texte intégral

1Si l’on se réfère au Bulletin bibliographique de la SHF, on peut estimer qu’entre 1984 et 1994 l’hispanisme français a compté une cinquantaine de spécialistes de l’Espagne du xixe siècle. La plupart (80 % environ) se consacrent à la période 1868-1914.

2S’agissant de la production relative aux xixe et xxe siècles, mesurée d’après le même et irremplaçable Bulletin bibliographique, on observe une relative stabilité: de 27 % en 1981-82 à 32 % en 1993-1994, la part des publications sur le xixe siècle stricto sensu représentant alors 85 références dues à 22 chercheurs.

3Entre 1985 et 1996, il y a eu, selon l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur, quelque 30 thèses soutenues concernant l’Espagne du xixe siècle quand on en compte plus de 400 concernant l’Espagne du xxe siècle).

4Ces chiffres étant rappelés, on peut, en se référant aux dominantes signalées il y a quatorze ans pour la période contemporaine dans son ensemble (Botrel, 1984, 146-151) et en s’en tenant aujourd’hui à la période 1833-1914, signaler les prolongements, les évolutions ou les émergences qui suivent.

5Les thèses sur l’homme et l’œuvre sont, de toute évidence, devenues exceptionnelles en recherche littéraire, même si la période, a vu la soutenance de thèses monographiques sur Narcís Oller, Echegaray, Bécquer, El amigo Manso, Ángel Guerra ou Clarín et qu’elles peuvent encore beaucoup apporter comme en témoigne la thèse de J. Ballesté sur Braulio Foz par exemple.

6Les auteurs les plus fréquemment traités ont été Galdós (27 références entre 1981 et 1994), mais surtout Clarín (34 références, pour la même période – en raison de l’anniversaire de La Regenta et de l’inscription de cette œuvre aux programmes de concours (en 1989-1990), et à un moindre degré Zorrilla et Bécquer. Les programmes des concours auront également permis, autour de 1985-1986 avec la question sur Don Juan et Faust, un modeste regain d’intérêt pour Espronceda et Zorrilla, puis pour Costa. On peut évidemment ajouter, pour partie, Valle-Inclán et Azorín qu’on a plutôt l’habitude de classer dans le xixe et qui ont été l’objet ce nombreux colloques et travaux. Il faut espérer qu’à terme il subsiste dans l’hispanisme français quelques spécialistes de ces grands auteurs, capables de dialoguer avec les chercheurs d’Espagne et d’ailleurs.

7Les recherches sur l’histoire économique de l’Espagne ont donné lieu à la très utile Histoire économique de l’Espagne contemporaine (Paris, Economica, 1998) d’Albert Broder et à l’ouverture des recherches à l’espace méditerranéen sous l’impulsion de G. Chastagnaret, auteur d’une thèse sur «Le secteur minier dans l’économie espagnole au xixe siècle» (Université de Provence, 1985). dans le cadre du laboratoire du CNRS TELEMME.

8S’agissant de l’histoire sociale ou politique, de J. Maurice à M. Marin, en passant par C. Serrano, G. Brey, M. Ralle, M. Morales (pour sa période française), on remarquera en lisant L’Histoire sociale en débat que sans parler de crise ou de révisions, des réorientations sont en cours. Mais sans cette tradition, aurait-on envisagé de réaliser une thèse sur E. Bark, de mener des recherches sur la femme espagnole et le mariage, ou d’organiser un colloque sur le Juan José de Dicenta à l’université de Besançon en 1995 ? On remarquera, par ailleurs, que l’importance du rôle joué par l’Église catholique, étudiée naguère par B. Journeau, a bien été mis en lumière par S. Hibbs-Lissorgues dont les nombreux travaux en la matière ont fait faire à nouveau un grand pas à l’hispanisme français.

9Cuba a continué à être l’objet de recherches de la part de P. Estrade (organisateur du colloque sur «Ramon de la Sagra et Cuba» (Saint-Denis, 1992), M.-C. Lécuyer, C. Serrano (qui dans Final del Imperio questionne le rôle de Cuba dans la crise de 1898) mais aussi de M. Guicharnaud-Tollis qui a publié Regards sur Cuba au xxe siècle. Les Philippines n’ont pas été totalement oubliées.

10Depuis une autre conception de la littérature (« non canonique », « populaire », « du peuple ») et en lien avec une problématique relevant de l’histoire sociale et culturelle, ont abouti des recherches amorcées en 1983-1984 à l’initiative de Jacques Maurice, sur la poésie anarchiste et « Peuple, mouvement ouvrier et culture dans l’Espagne contemporaine », alors que la Casa de Velázquez organisait, en 1987, un nouveau colloque sur « Clases populares, cultura educación. Siglos xix-xx ». Complètent ce courant d’intérêt, quelques productions individuelles comme celles de S. Salaün sur le género chico et le cuplé, d’A. Le Duc sur la zarzuela, de S. Baulo sur Ayguals de Izco. de C. Rivalán-Guégo sur la littérature « populaire et légère» ou de J.-F. Botrel qui a poursuivi son exploration de la littérature de colportage et du peuple.

11L’intérêt pour la sociabilité en milieu ouvrier et populaire ou pas, officiellement lancé dans l’hispanisme français par J. Maurice en 1987 à Madrid, a donné lieu à un colloque sur « Sociabilités et solidarités dans l’Espagne moderne et contemporaine » (Besançon, 1988) et à deux enquêtes substantielles sur les sociétés musicales et chantantes et sur la prostitution. De nouveaux chantiers ont été ouverts comme celui du tourisme intérieur avec A. Valero et de la franc-maçonnerie.

12Dans le champ de l’histoire de l’éducation, autour du CIREMIA fondé en 1986 et organisateur de toute une série de rencontres, J. L. Guereña a, après la thèse soutenue en 1989, poursuivi ses travaux en la matière dont Guereña, Ruiz Berrio, Tiana (1994) rendent compte de façon spécifique. Les dernières contributions d’hispanistes français à ce domaine en plein essor en Espagne sont celles de M.-H. Buisine-Soubeyroux sur J.L. Guereña et J. Borderies-Guereña dans l’Historia de la infancia en la España contemporánea 1834-1936 dirigée par J.M. Bornis Llop (Madrid, Fundación G. Sanchez Ruipérez, 1996).

13Sur l’histoire du 1ivre et de la lecture, on peut se reporter au bilan des recherches établi par Botrel (1995) : les travaux de J.F. Botrel, d’E. Trenc (plus orientés vers les aspects esthétiques et formels en Catalogne, mais aussi au Pays basque), Setty Allaoui sur les traductions de Zola en Espagne, Castellano sur l’Enciclopedia Espasa-Calpe, mais aussi la part des travaux de S. Hibbs-Lissorgues et S. Baulo qui concerne l’imprimé et la lecture, donnent une certaine épaisseur et crédibilité à ce secteur qui a vocation à tisser des liens avec l’histoire littéraire et celle des médias (cf. par ailleurs la contribution de Desvois & Hibbs), et de la culture en général. C’est, en tout cas, le projet de la nouvelle association Presse, Imprimés, Lecture dans l’Aire Romane (PILAR), créée en 1998.

14Coïncidant avec un intérêt croissant pour les phénomènes de migrations plus particulièrement étudiés pour le xixe siècle par R. Duroux et avec l’appui de recherches sur les relations franco-espagnoles, l’interrogation des regards réciproques de la France et de l’Espagne a permis un élargissement et un certain renouvellement de problématiques traditionnelles où l’Espagne de Mérimée et les voyageurs du xixe siècle tiennent évidemment une certaine place.

15Mais c’est sans doute l’émergence ou la confirmation d’un courant d’histoire culturelle déjà signalé en 1984 qui marque le plus cette période, dans la mesure où ont été impliqués un grand nombre de dix-neuvièmistes : la création en décembre 1985 de l’association « Pour une histoire culturelle de l’Espagne » a permis la publication en 1988 de 1900 en Espagne avec la collaboration de 11 hispanistes français. Deux autres programmes sur le passage de l’Ancien au Nouveau Régime culturel (1833-1843) et sur les avant-gardes autour de 1920 devraient aboutir avant la fin du xxe siècle. D’autres travaux comme ceux de P. Aubert sur l’histoire intellectuelle du début du xxe, de B. Pellistrandi sur la Real Academia de la Historia ou J. C. Rabaté sur la Salamanque fin de siècle sont de bons exemples de ce que peut produire, y compris à l’échelon individuel, cette « nouvelle » discipline.

16Au total, les recherches sur le xixe siècle sont donc plus historiques que « littéraires », avec une relative dispersion liée à la commémoration d’anniversaires et aux productions ponctuelles qui peuvent s’ensuivre, corrigée par quelques substantiels programmes de recherche et la cohérence des démarches de la plupart des chercheurs.

17La multiplication des thèses sur dossier avant l’officialisation de l’habilitation, la construction de projets pluriannuels et collectifs, la tenue de colloques liés ou non aux anniversaires, accessoirement les programmes de concours mais aussi tel ou tel Hommage comme celui à Maurice Molho, à Robert Jammes, à H. Bonneville ou à Albert Dérozier – directeur des thèses d’un grand nombre d’hispanistes dix-neuvièmistes fidèles aujourd’hui à sa mémoire –, ont certainement permis aux recherches historiques sur le xixe (mais aussi sur le xxe) de prendre une dimension originale et « utile» que les chercheurs espagnols leur reconnaissent volontiers.

18Au delà des colloques transdisciplinaires au spectre chronologique de plus en plus large dont le xixe siècle n’est évidemment pas absent, on mettra en avant les programmes impulsés et dirigés par J. Maurice à Vincennes avec l’équipe de recherches «Pratiques culturelles des groupes sociaux dominés dans l’Espagne contemporaine», puis à Nanterre avec la série Regards sur le xxe siècle, les deux colloques organisés par Y. Lissorgues à Toulouse en 1987 et en 1996, le séminaire sur l’histoire de la littérature espagnole contemporaine, les recherches collectives sur les traductions de Zola en Espagne menées sous la direction de S. Saillard, mais aussi les séminaires organisés à la Casa de Velázquez par P. Aubert qui ont concerné pour partie le xixe siècle ou les questionnements et explorations de C. Serrano, qui ont permis à la fois la mobilisation de nouveaux chercheurs, l’enrichissement des connaissances et la rénovation des problématiques dans une perspective souvent comparatiste.

19Les hispanistes dix-neuvièmistes n’ont pas oublié leurs devoirs en matière de vulgarisation en collaborant à divers dictionnaires, encyclopédies ou histoires de la littérature espagnole, à des histoires d’Espagne, en assurant la traduction d’un certain nombre de classiques ou par leur intervention dans des revues littéraires ou autres lieux.

20Dans un autre sens, la publication de travaux dans des revues espagnoles, comme Estudios de Historia social, grâce à A. Elorza, ou la traduction et la publication en Espagne de thèses ou travaux originellement publiés en français ont permis à l’hispanisme français d’être mieux connu et utilisé. Tout comme, l’invitation faite à des hispanistes français à collaborer dans des ouvrages collectifs espagnols ou la présence de leurs travaux dans l’Historia de la literatura española dirigée par V. García de la Concha (1997, 1998) ou des «premiers» suppléments de Historia y crítica de la Literatura Española consacrés à Romanticismo y Realismo et Modernismo y 98.

21Quel avenir pour les recherches sur le xixe siècle dans l’hispanisme français ? Le découpage en deux siècles de l’Espagne contemporaine est-il toujours pertinent ? Ce qui est sûr, c’est qu’en 1998, le nombre des thèses en cours sur le xixe siècle espagnol s’élevait à 177 (600 sur le xxe). Le temps ayant passé, avec le retour et la mort en Espagne de Manuel Tuñón de Lara – hispaniste malgré lui, et qui a tant marqué la recherche historique sur l’Espagne contemporaine en France –, l’inéluctable dissolution biologique du noyau des hispanistes français voués au xixe siècle pour des raisons « historiques» et le nouveau positionnement de l’hispanisme français par rapport à la recherche en Espagne, devrait sans doute amener la confrérie des chercheurs sur le xixe à disparaître en tant que telle, sans que cesse de se manifester un intérêt pour ce siècle. On peut imaginer de le voir compris dans une durée sans doute plus longue et dans un cadre plus large, plus propices au développement de comparaisons transnationales (où l’hispanisme a évidemment un rôle de «passeur» ou d’intermédiaire à jouer avec l’Europe du Nord notamment) et compatibles avec l’entreprise de recherches pointues et encore originales en continuant de considérer l’Espagne comme un ensemble bien que divers, dans la meilleure tradition de l’hispanisme français.

22L’Espagne d’après 1986 suppose que l’hispanisme français – dix-neuvièmistes compris – prenne en compte les évolutions intervenues pour, tout en assumant son rôle à l’égard de la France et en cultivant d’éventuelles originalités ou singularités encore utiles à l’Espagne, développer un rôle d’intermédiaire et passer définitivement d’un hispanisme de substitution à un hispanisme de coopération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Botrel, « Bilan de la recherche hispanique en France : Espagne, xixe siècle (1984-1996) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 12 mai 2007, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/80 ; DOI : 10.4000/ccec.80

Haut de page

Auteur

Jean-François Botrel

Professeur émérite, Université Rennes-II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org