Navigation – Plan du site
Apuntes de lectura

Jean Chalvidant, L’Espagne de Franco à Zapatero

Ed. Atlantica, janvier 2006, 659 pages
Serge Buj

Entrées d’index

Mots clés :

Transition
Haut de page

Texte intégral

1Comment décrire ce curieux ouvrage ? Il s’agit d’une sorte de somme prosoprographique, une assez lourde et complexe recension de 1000 portraits de personnalités qui, selon l’auteur, ont fait l’Espagne d’aujourd’hui. Ce dictionnaire des noms qui ont compté et comptent encore dans l’Espagne contemporaine est accompagné du récit de quelques événements qui ont marqué cette époque, de la première assemblée de Catalogne en 1971 à l’attentat d’Atocha de mars 2004. En outre, on y retrouve la présentation des associations, mouvements et partis qui ont marqué ce temps.

2La masse d’informations présentées, selon l’ordre alphabétique des dictionnaires, est tellement considérable que, malheureusement,  d’assez fréquentes fautes de frappe et coquilles subsistent qui ternissent un peu la qualité de l’ouvrage. Mais en dehors de cette critique formelle, imputable aux conditions d’édition, nous devons y voir, pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire politique et sociale de l’Espagne de la deuxième moitié du xxe siècle, un instrument extrêmement utile qui mérite d’être toujours à portée de la main dans les heures sombres pendant lesquelles nous rédigeons et mettons en forme certains cours et même certaines communications. Vérifier une date, un âge, un prénom, devient ainsi possible. Les aspects publics et quelquefois privés de ces biographies (le seul élément vraiment original de l’ouvrage) peuvent quelquefois devenir passionnants et l’ordre alphabétique permet quelquefois de cerner les filiations qui embarrassent toujours l’hispaniste : qui est le fils de qui ou le petit-fils de qui chez les Aznar, les Arias Salgado, les Cabanillas, etc.  Pour ceux qui connaissent bien la période, des absences ne manquent pas d’être remarquées. A ce jeu, la critique est toujours gagnante. N’ont pas droit à une rubrique : les dirigeants communistes Francisco Romero Marín et Manuel Azcárate, par exemple, ou les juristes ayant eu un certaine présence politique ou institutionnelle comme Luis Sánchez Agesta, Jesús Fueyo, ou Antonio Carro Martínez, par exemple. Le cas échéant ils peuvent être cités dans une rubrique consacrée à un autre, mais, en tout cas, pour ces derniers, ils auraient mérité un meilleur traitement. Reconnaissons que les absents sont tout de même peu nombreux.

3Un autre aspect, le plus intéressant, doit être souligné : les évaluations sont quelquefois abruptes ou même injustes, l’auteur n’hésitant pas à délivrer des brevets de bonne ou de mauvaise conduite à tel ou tel. Raúl Morodo est présenté comme un conspirateur « admirateur fervent de Fidel Castro », Gregorio López Raimundo comme une figure de conspirateur criminel, Jorge Semprún comme un saint-esprit. Et le portrait de Julián Grimau est des plus conforme à la tradition franquiste (« Lors de la guerre civile, il préfère le métier de policier au combat dans les montagnes, c’est Grimau en personne qui mène les interrogatoires, torture, à l’aide d’appareils électriques. Il castre même un détenu, Juan Villalta, qui est ensuite fusillé. Sa vigueur s’exerce avec la même hargne sur les membres du POUM… Le ‘héros communiste’ est un vrai boucher »). À propos de son arrestation, il reprend purement et simplement la thèse de Semprún « Pourquoi avoir envoyé comme haut responsable clandestin du PCE en Espagne un homme aussi fragile, et autant marqué par son passé policier ? ». L’auteur ne fait pas mystère de ses préférences. Les communistes sont souvent dénigrés, les etarras aussi. On aurait aimé plus de justesse dans le trait pour certains. Si l’on compare ce travail, par exemple, à celui d’Isidre Molas, auteur d’un Diccionari dels partits politics de Catalunya1, on a la démonstration de ce que peut être la différence, sur un format très proche, entre le travail d’un historien et celui d’un journaliste d’opinion.

4Jean Chalvidant est un homme généreux, homme de media, pour qui on ne peut nier que l’Espagne et le monde hispanique sont une véritable passion. La passion est aveugle ? Peut-être. Mais il y a chez cet auteur une authentique disponibilité et une ouverture à la critique et à la controverse, nous en portons témoignage. Il reconnaît d’ailleurs lui-même que son dictionnaire est un « dictionnaire critique », mais que les besoins de l’édition en ont décidé autrement.

5Insistons tout de même sur le caractère irremplaçable de cet ouvrage, d’autant que Jean Chalvidant, journaliste, hispaniste, criminologue, homme de tempérament et auteur de plusieurs ouvrages sur la violence en Espagne, publiés des deux côtés des Pyrénées (ETA, l’enquête et La manipulation, Madrid-11 mars, Éditions Cheminements) prépare une édition espagnole de ce dictionnaire, édition revue, corrigée et augmentée. Et, pour ne pas en dire plus, signalons qu’il est déjà engagé dans d’autres projets.

Haut de page

Notes

1 Isidre Molas i Joan B. Culla, Diccionari dels partits polítics de Catalunya segle XX, Enciclopedia Catalana, Barcelona, 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Jean Chalvidant, L’Espagne de Franco à Zapatero », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/773

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Université Paris-VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org