Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819)

Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2006, 488 pages
Pierre Géal

Texte intégral

1Pour qui ne serait pas familier du Sexenio absolutista, le sujet d’étude choisi ici par Claude Morange peut sembler de prime abord parfaitement anecdotique : à quoi bon s’intéresser à l’une des multiples conspirations qui échouèrent entre 1814 et 1820, et à un projet de constitution qui resta secret ? L’historien ne serait-il pas tombé ici dans les travers d’une vaine érudition en se consacrant à une question mineure ?

2Dès les premières pages, pourtant, le bien-fondé de cette enquête s’impose et l’importance des enjeux se manifeste avec une évidence croissante au fil de la lecture. Le point de départ de cette étude est constitué par un ensemble de documents conservés à l’Archivo Histórico Nacional, reproduits en annexe ; l’auteur en avait connaissance depuis longtemps, mais il n’a pris conscience de leur importance que récemment, en découvrant que l’un des protagonistes mentionnés de façon cryptée n’était autre que Enrique O’Donnell, comte de La Bisbal. Les conspirateurs avaient espéré que ce général, capitaine général, gouverneur de la place de Cadix et chef de l’armée expéditionnaire, prendrait la tête de leur mouvement. Ce fut le contraire qui se produisit, et O’Donnell put apparaître auprès du roi comme celui qui avait déjoué un dangereux complot. Ainsi ces documents jettent-ils une lumière nouvelle sur la conspiration de 1819, jusqu’ici très mal connue et trop commodément assimilée soit à la série de complots précédents, soit à la longue préparation de celui de Riego.

3La première partie du livre est consacrée à la « radiographie » de cette conspiration. Dans un univers où espions et agents doubles ne cessent de se croiser, les pratiques de cryptage ne facilitent pas le travail de l’historien, mais, au terme d’une enquête minutieuse, Claude Morange parvient à identifier certains acteurs de la conspiration et à dessiner la carte d’un véritable réseau. Des foyers sont ainsi repérés à Marseille, Bordeaux et Bayonne, en liaison avec d’autres situés à Vitoria, en Galice et en Andalousie. Au-delà de cette géographie, c’est la nature même du groupe des conspirateurs qui invite à réviser certains stéréotypes solidement ancrés : l’analyse de cette conspiration révèle en effet qu’entre libéraux et anciens « joséphins » des rapprochements se produisent de façon très concrète, et que Ferdinand VII n’a pas tort de craindre leur union. La question des liens entre ces conspirateurs et la franc-maçonnerie est pour Claude Morange l’occasion d’une réflexion et d’une mise au point très éclairantes. De nombreux indices suggèrent que cette conspiration est conçue au sein d’une société secrète, mais l’hypothèse maçonnique ne doit pas induire en erreur : bien plus qu’un cadre idéologique précis, la franc-maçonnerie offre aux conspirateurs une structure, une organisation clandestine qui leur est, du point de vue tactique, extrêmement utile.

4L’analyse de cette conspiration permet également à Claude Morange de remettre en cause les clichés traditionnellement associés aux pronunciamientos. Reprenant point par point les conclusions de José Luis Comellas, il montre que les caractéristiques que cet historien a cru pouvoir attribuer aux tentatives de pronunciamientos du Sexenio absolutista ne correspondent pas à la réalité du phénomène. Bien loin d’être le fruit d’un mouvement « romantique » spontané et mal préparé, la conspiration de 1819 apparaît clairement comme le résultat d’une organisation méthodique et longuement méditée. Son origine ne réside pas dans le mécontentement de quelques officiers aigris, mais bien dans un malaise social et politique profond, dans une crise que la monarchie est incapable de résoudre. Si, dans ce contexte, certains militaires s’engagent, ils le font moins en fonction d’intérêts professionnels que dans le but de contribuer à un changement politique général en soutenant les groupes sociaux qui aspirent à restaurer la légalité constitutionnelle.

5Mais cette remise en cause de la vision traditionnelle des pronunciamientos du Sexenio n’est que le hors-d’œuvre d’une deuxième partie riche en surprises. Ainsi, il apparaît notamment que les conspirateurs étudiés par Claude Morange, dont l’objectif premier est de renverser Ferdinand VII, caressent longtemps le projet de rétablir Charles IV sur le trône, avant que sa mort en janvier 1819 ne les conduise à envisager une régence du cardinal Luis María de Borbón. Cette fidélité à la dynastie permet d'éviter tout soupçon de républicanisme, mais il ne s'agit pas d'une simple habileté tactique : l'intention sincère des conspirateurs est bien d'établir en Espagne une monarchie représentative. Cependant – et c'est là le cœur de cette étude –, loin de vouloir restaurer la Constitution de Cadix, ils s'en démarquent fortement. À rebours des antiennes paresseusement répétées par de nombreux historiens, Claude Morange évoque une véritable « désacralisation » de la Constitution de Cadix de la part d'une partie des libéraux bien avant 1820. Ce courant critique, qui naît dès la Guerre d'Indépendance, constitue un terrain d'entente avec les anciens « joséphins ». Le moderantismo avant la lettre que l'on peut repérer dans le programme des conspirateurs de 1819 apparaît complexe et parfois déroutant. C'est à son analyse qu'est consacrée la troisième partie du livre, où l'auteur fait la part des originalités et des influences. Défense du bicaméralisme, suffrage et éligibilité restreints, liberté religieuse absolue, gratuité de la justice : le projet, influencé notamment par les idées de B. Constant, combine de façon surprenante un certain radicalisme avec des options bien peu progressistes. Ce manque apparent de cohérence conduit Claude Morange, dans une quatrième partie, à revenir sur certains schémas trop facilement admis. Il met ainsi notamment en valeur la pluralité du libéralisme, l'importance des stratégies, des circonstances et des rapports de force, ou encore l'étroitesse des liens qui unissent les conspirateurs de 1819 au libéralisme européen contemporain.

6Au-delà de l'apport historiographique que représente cette étude, son intérêt tient également aux pistes de recherche qu'elle suggère, qu'il s'agisse par exemple des liens, en France et en Angleterre, entre émigrés espagnols et milieux libéraux avant 1820, ou bien de l'énigme par laquelle se conclut l'ouvrage – la mystérieuse proximité entre le projet des conspirateurs de 1819 et une brochure publiée en mai 1820, à Bilbao, par un certain Juan Olavarría.

7S'il fallait exprimer un regret, ce serait – mais c'est bien le seul et l'auteur n'en est pas responsable – de ne pas trouver en fin de volume une bibliographie rassemblant les références citées en note.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Géal, « Claude Morange, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/683

Haut de page

Auteur

Pierre Géal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org