Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Dossier « Thèses soutenues à l'Institut Européen de Florence »

Mondes hispaniques, globalité, réflexivité

Quelques thèses doctorales récentes soutenues à l’Institut Universitaire Européen de Florence
Hispanic worlds, globality, reflexivity
Mundos hispánicos, globalidad, reflexividad
Romain Bonnet

Texte intégral

  • 1 Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la conn (...)

1« La rubrique “Thèses, mémoires et habilitations” est peu fournie, malgré le dynamisme des jeunes chercheurs » déplorait récemment l’éditorial du numéro 16 des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine. Ce dossier arrive donc à point. Plusieurs Docteurs en Histoire et Civilisation de l’Institut Universitaire Européen de Florence (iue) y présentent leurs thèses récemment défendues (entre 2011 et 2016). Ils sont espagnols, italiens, anglais et français. Cet article introductif explique pourquoi ce dossier qui les réunit s’intitule « Mondes hispaniques, globalité, réflexivité », il explicite ces concepts. « La richesse d’un concept scientifique se mesure à sa puissance de déformation » assurait un épistémologue1. C’est en ce sens que le concept de « mondes hispaniques » contient en partie ceux de « globalité » et de « réflexivité ». Un monde, un univers est à la fois inscrit dans le monde social ainsi que dans une construction apte à l’appréhender scientifiquement.

  • 2 Jürgen Osterhammel, The Transformation of the World. A Global History of the Nineteenth Century, Pr (...)
  • 3 Patrick O’Brien, « Historical traditions and modern imperatives for the restoration of global histo (...)
  • 4 Alfonso Botti, « ¿Qué es y dónde va el hispanismo historiográfico? », Álvarez Barrientos, Joaquín, (...)

2C’est justement à propos de sa récente histoire globale et contemporaine, précisément intitulée La Transformation du monde que, par exemple, Jürgen Osterhammel ayant souhaité y réunir dans «un seul livre (s)es intérêts pour tous les aspects imaginables de l’histoire» affirmait: « L’historiographie française propose d’ailleurs des modèles admirables, en tête desquels La société féodale de Marc Bloch»2. C’est en lien avec ces diverses «traditions historiographiques» bien entendues, en tant que véritables «impératifs contemporains» que, dès la fin des années 2000, Patrick O’Brien en appelait à la « restauration de l’histoire globale »3. L’hispanisme n’est pas en reste eu égard à ce projet. « Dans le monde global persistent des cultures historiographiques nationales qui souvent instituent des frontières rigides » déplorait en 2011 l’historien hispaniste italien Alfonso Botti4.

  • 5 Jean-Marie Palayret, Une Université pour l’Europe : préhistoire de l’Institut Universitaire Europée (...)

3Outre sur le lien entre mondes hispaniques, globalité et réflexivité, auquel les a conduit de manière plurielle leurs travaux respectifs, les auteurs de ce dossier sont reliés par l’iue, où ils se sont rencontrés. Cette institution fut inaugurée il y a quarante ans, en 1976. Mais l’idée d’une institution universitaire européenne dépassant les carcans arbitraires pour être concrètement ouverte sur le monde avait été lancée dès 1948 au Congrès de la Haye rassemblant près de 800 personnalités internationales sous la présidence de Winston Churchill. L’iue, dont les bâtiments datant de la Renaissance se trouvent sur les collines de Fiesole qui surplombent Florence, a notamment pris la forme d’une école doctorale européenne. Quatre départements le composent: Histoire et Civilisation, Sociologie et Science Politique, Droit, Économie. Notamment financé par les citoyens européens, il s’agit d’un cadre de sociabilité scientifique interdisciplinaire et international absolument unique. L’Histoire et la Civilisation, la Sociologie et la Science Politique y communiquent, donc, concrètement, par-delà d’arbitraires séparations en spécialités. C’est justement par un espagnol, Salvador de Madariaga, qui en 1948 à La Haye dirigea la Commission culturelle (alors que siégeaient également une Commission Politique et une Commission Économique et Sociale), que fut évoquée explicitement, à l’origine de l’iue, l’idée d’ «une Fédération des Universités Européennes» et celle d’une « Université européenne itinérante », afin de garantir «leur indépendance par rapport aux États et aux pouvoirs politiques»5.

  • 6 Ibidem, p. 13.
  • 7 Lucien Febvre, « Un tour d’horizon en Europe centrale », Annales d’histoire économique et sociale, (...)
  • 8 Pierre-Yves Saunier, Transnational History, New-York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 8.
  • 9 Marc Bloch, Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes, Paris, Imprimeri (...)
  • 10 Heinz-Gerhard Haupt, « Comparative history. A contested method », Historik tidskrift, Stockholm, 4, (...)

4État, politique, les deux concepts ne sont pas sans poser de problèmes assez complexes eu égard à l’économie des savoirs dans notre contexte global. Ils y invitent donc à une vue d’ensemble. Car si les institutions universitaires prédominantes héritées du long xixème siècle furent souvent des « foyers de nationalisme » mis au jour dans la violence de l’entre-deux-guerres, cela ne soulève-t-il pas, avant tout, des questions quant aux liens entre les corporatismes de professions intellectuelles chargées de produire des représentations légitimes sur le monde social dans leurs cadres nationaux et les mouvements nationaux-populistes, violents et anti-démocratiques, qui à l’échelle de l’Europe embrassèrent des projets politiques corporatistes6? Dans les années 1930, combattre le « nationalisme industriel et agraire qui empoisonne l’Europe non organisée » exigeait pour Lucien Febvre une «analyse sociale et morale des groupements nationaux», une «histoire comparée des sociétés européennes» pour Marc Bloch7. Aujourd’hui, ces perspectives chères aux fondateurs des Annales de 1929 semblent avoir été retrouvées par une histoire transnationale appelant en effet à « écrire une histoire avec les Nations qui ne soit pas histoire des Nations »8. La perspective transnationale et la méthode comparée doivent donc se combiner utilement en ce sens, afin de « poser des points d’interrogation nouveaux» par « l’unification des questionnaires » dépassant les divisions inutiles9. Les auteurs des thèses présentées dans ce dossier ont souvent utilisé cette perspective, et cette méthode comparée qui demeure contestée de manière plus ou moins directe10.

  • 11 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 273.

5Le concept de mondes hispaniques, qui contient ceux de globalité et de réflexivité, relie les différents questionnements des auteurs qui participent à ce dossier. Or, il est difficile de penser ces mondes hispaniques à l’époque contemporaine et dans une perspective globale hors du dernier demi-millénaire et de cet événement crucial de 1492. Outre la trans-périodicité renvoyant à « l’Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais », pour des raisons globales par définition, ces mondes hispaniques impliquent les masses avec aujourd’hui plus de cinq cent millions d’hispanophones répartis sur plusieurs continents. Voilà qui tend en effet à favoriser « l’étude (des) phénomènes massifs », vocation par excellence du métier d’historien exercé conformément à l’esprit des Annales de 192911. En outre, dès le début des années 1930, Marc Bloch comme Lucien Febvre prêtèrent aux mondes hispaniques et à leurs historiographies une attention toute particulière et sans doute jamais encore véritablement relevée.

  • 12 Marc Bloch, « Une réunion d’historiens en Espagne », Annales d’histoire économique et sociale, Pari (...)
  • 13 Lucien Febvre, « Amérique du Sud : un champ privilégié d’études », Annales d’histoire économique et (...)
  • 14 Lucien Febvre, « Un grand livre sur le Brésil », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Pari (...)
  • 15  Demian Bezerra De Mello (dir.), A miséria da historiografia: uma crítica ao revisionismo contempor (...)

6Dans les mois qui précédèrent l’agression militaire franquiste de la jeune Deuxième République espagnole, Marc Bloch évoquait, par exemple, «l’impression d’ardeur» de «cette école espagnole» ainsi qu’un « un pays où tout, les hommes comme les paysages et les vieilles pierres, le présent comme le passé, semble disposé pour faire la joie de l’historien et lui procurer l’un de ces chocs salutaires qui rajeunissent notre vision du monde»12. Auteur d’une thèse sur Philippe II et la Franche-Comté (1912), Lucien Febvre évoquait explicitement en 1929 l’Amérique du Sud comme «champ privilégié d’études» englobant et débordant ces influents mondes méditerranéens et en partie hispaniques.13 Près de vingt ans plus tard, en 1953, âgé mais fidèle à l’esprit de jeunesse des Annales de 1929, il lançait ce « cri d’alarme à l’adresse de nos amis du Brésil si préoccupés de culture universitaire» (et évoquer les mondes hispaniques, c’est déjà entrevoir les mondes luso-hispaniques) contre une « histoire vide et morte », contre une « histoire de vieux »14. Aujourd’hui, lorsque «la misère de l’historiographie» est évoquée depuis ces universités brésiliennes, on ne peut s’empêcher de penser que certaines modes historiographiques ont partie liée avec des modes de productions et, donc, des rapports de production historiographiques dominant où paradoxalement la misère semble ne faire qu’un avec une certaine abondance qui déshistoricise15.

  • 16 Pierre Vilar, Pensar históricamente, Barcelona, Critica, 1997 ; « Histoire marxiste, histoire en co (...)
  • 17 José Álvarez Junco, Las historias de España. Visiones del pasado y construcción de identidad, Madri (...)

7Dans ce dossier composé par de jeunes docteurs en Histoire et Civilisation de l’iue, global signifie production d’une vue d’ensemble concertée et cohérente, notamment à partir de travaux qui emploient concrètement la méthode comparée et la perspective transnationale. Resserrer la problématique de ce dossier, c’est donc indiquer en quoi il permet d’élargir utilement les questionnements quant à la complexité de mondes hispaniques pensés historiquement16. Les auteurs y présentent leurs thèses rédigées à l’iue en espagnol, en anglais ou en français. Ils s’efforceront, chacun à leur manière, de faire ressortir les dimensions réflexives et englobantes qui sont enchevêtrées dans leurs travaux sur les mondes hispaniques. Car enfin, cette « histoire de l’histoire de l’Espagne » qui demeure encore largement à écrire, ainsi que José Álvarez Junco le rappelait récemment, ne peut pas l’être sérieusement hors d’une perspective à la fois globale et européenne concrètement construite17. Associés à leurs auteurs, les titres de chacune de ces thèses permettront d’y voir plus clair.

8Ces thèses portent notamment sur le long dix-neuvième siècle, comme celle de Jorge Luengo, Une nouvelle cristallisation sociale: les élites urbaines et l’Etat à Valladolid et Magdebourg (1770-1870) (2011) Ou renvoient à l’entre-deux-guerres : celle de Christopher Bannister est intitulée Croisés et commissaires : une étude comparée des volontaires dans les armées populaires et nationales durant la guerre civile espagnole, 1936-1939 (2014). Celle de Giorgio Potì a pour titre Violence impériale, nationalisme anti-coloniale et société internationale: les politiques de la révolte dans les Empires Méditerranéens (1919-1927) (2016). Celle de l’auteur de cet article introductif est intitulée La terre et le plomb: violence politique, question agraire et crise du parlementarisme libéral dans l’Italie du premier après-guerre (1918-1922) et dans l’Espagne républicaine (1931-1936) (2016). D’autres renvoient notamment à la guerre froide, comme celles de Gustavo Alares, Les politiques du passé dans l’Espagne franquiste (1939-1964): histoire, nationalisme et dictature» (2014) et de Alan Granadino, Socialisme démocratique ou social-démocratie? L’influence du Parti travailliste britannique, du Parti Socialiste Français dans la transformation idéologique du Parti Socialiste Portugais et du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol au milieu des années 1970 (2016).

Les mondes hispaniques et l’espace d’un « grand problème historique »

9Les mondes hispaniques, au pluriel, constituent un grand problème historique, qui défie les frontières usuelles et usées inscrites dans les espaces symboliques comme géographiques où se jouent le jeu de leurs significations, et des rapports de force qui les sous-tendent. Les mondes hispaniques ne se limitent pas aux mondes hispanophones, pas plus qu’ils ne s’arrêtent à la péninsule ibérique, elle aussi avec ses nombreuses particularités internes à prendre en compte conformément à une vue d’ensemble qui leur donne sens. Justement, c’est sur le journal espagnol post-franquiste El País que l’historien hispaniste français Pierre Vilar écrivait à la mort de Fernand Braudel:

  • 18 Pierre Vilar, « Fernand Braudel, algunos recuerdos», El País, Madrid, 1er décembre 1985.

Je n’aime pas entendre la radio (qui en France, aujourd’hui, ne s’en prive pas) répéter jusqu’à la satiété que Braudel c’est en même temps “l’école des Annales” et la “nouvelle histoire”. Non ! L’école des Annales c’est Febvre et Bloch. La nouvelle histoire c’est très souvent la fragmentation pour des raisons de facilité de cette matière que les fondateurs avaient proclamé indivisible18.

  • 19 Peter Burke, The French Historical Revolution. The Annales School 1929-2014, Stanford, Stanford Uni (...)
  • 20 Pierre Vilar, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », An (...)
  • 21 Pierre Vilar, « La solitude du marxiste de fond », Espace temps, Paris, n° 29, 1985, p. 23-25, p. 2 (...)

10Récemment (2015), la réédition de l’ouvrage anglophone sur les Annales rédigé par Peter Burke constatait : « Un nombre considérable des écrits historiques les plus durables, innovants et significatifs du vingtième siècle a été produit en France», le recul des idées de Marc Bloch et de Lucien Febvre ayant dès lors partie liée avec l’émergence croissante d’un «sentiment de crise dans la discipline »19. Dans les années 1970, Pierre Vilar persistait à appeler à «dire ce dont le tout dépend, et ce qui dépend de tout », conformément aux exigences de la vue d’ensemble et à l’esprit des Annales de 192920. Or, dès les années 1980, l’historien hispaniste alertait: «Un monde en crise préfère ne pas se penser, ou se mal penser. C’est sans doute cela la probable “crise de l’historiographie”. Ce n’est pas forcément une crise de la science historique »21.

  • 22 Fernand Braudel, « La Catalogne, plus l’Espagne, de Pierre Vilar », Annales. Économies, Sociétés, C (...)
  • 23 Pierre Vilar, « Culture, Nation, Histoire », Revista Internacional de los Estudios Vascos, Saint-Sé (...)
  • 24 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, (...)
  • 25 Cité dans Jean Stengers, « Marc Bloch et l’histoire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, (...)
  • 26 Émile Durkheim, « Préface », L’Année sociologique, Paris, 1896, p. I-VII, p. II, III.
  • 27 « Débat sur l’explication en histoire et en sociologie », Bulletin de la Société française de philo (...)

11Dès 1968, Fernand Braudel avait explicitement vu en Pierre Vilar le précurseur de l’ «histoire globale» dont l’idée n’était pas encore un label historiographique à la mode22. « Il n’est d’histoire explicative que comparée », affirmait du reste l’historien hispaniste, par définition au-delà de l’étroitesse commode des savoirs en cantons arbitraires23. En 1928, un demi-siècle plus tôt, Marc Bloch avait vu dans cette méthode comparée « l’avenir [...] de notre science »24. Le co-fondateur des Annales de 1929 avec Lucien Febvre, praticien de la comparaison comme de l’interdisciplinarité, affirmait du reste: « Le sociologue, l’historien, je suis de ceux qui, entre ces deux noms, ne voient nul abîme »25. N’était-ce pas là prolonger l’intuition scientifique de l’un des pères fondateurs de la sociologie qui, en 1896, affirmait: « L’histoire ne peut être une science que dans la mesure où elle explique, et l’on ne peut expliquer qu’en comparant. [...] Or dès qu’elle compare l’histoire devient indistincte de la sociologie »26? C’est justement à l’occasion d’un «Débat sur l’explication en histoire et en sociologie» datant également d’il y a un siècle que l’historien Charles Seignobos concédait à Émile Durkheim: « Nous avons vaguement l’impression que plusieurs séries de phénomènes changent en même temps, mais... »27.

  • 28 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIIe siècle, t. 2, Paris, A (...)
  • 29 Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, p. 115.

12Près d’un siècle après ces points de suspensions, à la fin des années 1970, Fernand Braudel relançait l’idée d’une « histoire comparée du monde qui, seule, pourrait résoudre ou, pour le moins, poser correctement nos problèmes »28. L’indivisibilité de la matière historique était réaffirmée paradoxalement au moment même où l’incubation de son morcellement historiographique apparaissait de plus en plus au grand jour et dans la légitimité institutionnelle de la discipline. Le changement concomitant de ces deux séries de phénomènes renvoie à une question de génération et, en l’occurrence, à une génération formée intellectuellement et/ou placée professionnellement sous la guerre froide, formant et plaçant sous celle-ci et au-delà de celle-ci, de cette période de pressions idéologiques qui impliquent donc la problématique du capitalisme en lien avec celle des générations de guerre froide. « Je doute que la nature du capitalisme ait changé de fond en comble » affirmait Fernand Braudel au début des années 1980, soucieux de longue durée pesant au présent29.

  • 30 Marc Bloch, « Problèmes d’ensembles. Manuels ou synthèses? », Annales d’histoire économique et soci (...)
  • 31 Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 345, 346.
  • 32 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 195, 13.
  • 33 «Lire le capital de Thomas Piketty», Annales. Histoire, sciences sociales, Paris, v. 1, 2015, p. 5- (...)

13Marc Bloch évoquait « le capitalisme, cet éternel phénix »30. Lucien Febvre songeait à « une notion historique du “capitalisme” qui n’est pas exactement superposable à la notion économique du capital (là où il y a des biens exploités par leur détenteur dans l’intention de les reproduire avec profit), qui est plus complexe, plus vivante aussi, beaucoup moins rigoureuse logiquement, mais beaucoup plus riche de sens précis »31. Ce sens précis du capitalisme qui semble défier la logique n’est pas sans rappeler cette espèce d’auréole de sacralité que Pierre Bourdieu rencontrait à travers «ce grand fétiche qu’est l’État», qui conduit à « toutes les phrases qui ont pour sujet l’État (et) sont des phrases théologiques, ce qui ne veut pas dire qu’elles soient fausses dans la mesure où l’État est une réalité théologique, c’est-à-dire une entité qui existe par la croyance »32. Les problèmes enchevêtrés et au capitalisme et à l’État ont partie liée avec la longue durée, qui exige la vue d’ensemble et que favorise le concept de mondes hispaniques. Celui-ci est donc également lié au « problème des inégalités [...] aujourd’hui au cœur de nos sociétés » bien plus que, très paradoxalement, «dans les sciences sociales» qui les prennent pour objet, ainsi que le rappelait un récent (2015) éditorial des Annales.33 Le problème historique du capitalisme qui dépasse les spécialités pose problème et cela n’est pas d’aujourd’hui.

  • 34 Lucien Febvre, « Sur l’éducation antique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, v. (...)
  • 35 Reproduit dans Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 415.

14En 1950, Lucien Febvre persistait à évoquer l’étrange paradoxe du « goût assez rare pour les grands problèmes historiques » dans sa propre corporation historiographique nationale, lui qui dès 1925 assurait déjà: « (La crise de l’histoire) est d’ordre intellectuel [...], dans ce fait que l’histoire n’est rien, pour les trois quarts de nos historiens français qu’une technique – et encore une technique médiocre – (semblant n’exiger chez eux) aucune espèce de pensée »34. C’est dans un compte-rendu consacré à La Société féodale de Marc Bloch, où sont soulignés les liens essentiels de continuités imbriquées entre mondes féodaux et capitalistes, que Lucien Febvre évoquait la notion voisine de «gros problème», qui renvoie elle aussi aux frontières et aux routines de corporation: «Très peu de notes au bas de pages, et presque aucun renvoi aux prédécesseurs. Bloch s’en explique et affronte sans peur “le désobligeant reproche d’ingratitude” », et d’ajouter : « C’est un gros problème qu’il pose là. Je le transposerais volontiers, pour ma part, du domaine de la morale sur le domaine de la méthode. Mais il y faudrait du temps et de la place. Ce n’est pas le lieu »35.

  • 36 Ce choix n’est peut-être pas étranger au rapport à la sociologie qu’entretenait Lucien Febvre et qu (...)

15Or, n’y a-t-il pas, dans ce choix de l’espace historiographique à occuper et des questions à couper, un choix arbitrairement déshistoricisant, dès lors que, d’un point de vue logique et non soumis au présentisme des contraintes sociologiques, il laisse arbitrairement dans l’ombre le gros problème historique dont Lucien Febvre apparaissait si soucieux ?36 Ce gros problème historique semble lié à la fois aux limites générationnelles du temps et aux frontières corporatives de l’espace social où se construit la question de génération et de régénération, frontières auxquelles renvoie notamment la notion de « prédécesseur ». Sous l’arbitraire et les non-dits d’une morale de la méthode se tient en réalité une économie des pratiques et des rapports de production historiographiques dominants, à historiciser en prenant en compte l’histoire des tensions paradoxales qui existent parfois entre les notions de « profession » et de « métier », ce qui engage la notion de problème, fondatrice du métier d’historien. Et la notion de mondes hispaniques aide à poser ce grand problème historique qui appelle la vue d’ensemble et ne se satisfait pas de la spécialité.

  • 37 Fernand Braudel, « Histoire et sociologie », George Gurvitch, Traité de sociologie, Paris, PUF, 195 (...)
  • 38 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1975 (1954), p. 4, 9.
  • 39 François Hartog, Croire en l’histoire. Essai sur le concept moderne d’histoire, Paris, Flammarion, (...)

16Au début des années 1950, Fernand Braudel évoquait rien moins que « quantité de faux problèmes » dans les sciences sociales37. À la même époque, Henri-Irénée Marrou cherchait une raison à cette dissolution par les faux problèmes: « Notre métier est lourd, accablant de servitudes techniques; il tend à la longue à se développer chez le praticien une mentalité d’insecte spécialisé», et d’ajouter: «le savant qui applique une méthode dont il ne connaît pas la structure logique [...] (serait) bien incapable de réparer, et encore plus de construire »38. Or, l’histoire qui produit et reproduit ne construit pas. Il existe un certain productivisme des savoirs historiographiques qui sert à ensevelir la connaissance des grands problèmes historiques d’autant plus pernicieusement que, depuis l’intérieur même de la corporation, a cours le « présentisme » auquel est lié la rétribution des faux problèmes produits depuis l’institutionnalisation des rapports de production historiographiques dominants. Paradoxalement, la pratique de « guetteurs du temps » est parfois entravée par celle à travers laquelle se développe un sens présentiste du positionnement historiographique dans le court terme et dans la spécialité exclusive39.

  • 40 Jean-Pierre Dedieu, « Gérard Delille, Le maire et le Prieur », Mélanges de la Casa de Velázquez [En (...)

17Récemment, par exemple, un spécialiste de l’Italie estimait son travail injustement attaqué par un spécialiste de l’Espagne lui reprochant « l’usage d’une bibliographie désuète (rien ne figure de ce qui a été publié au cours de ces dix dernières années) et incomplète [...]. La raison fondamentale de cette carence réside dans le manque de familiarité de G. Delille avec l’histoire de l’Espagne », le premier dénonça une « curieuse manière de penser » pour laquelle «récent semble nécessairement synonyme d’intéressant», le tout débouchant sur « une défense de territoire » où se dérobe l’ « analyse des problèmes historiographiques en cause »40. Ces débats virulents entre historiens modernistes tantôt spécialistes d’une péninsule et tantôt de l’autre ne sont pas sans échos contemporains.

  • 41 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 104.
  • 42 Marc Bloch, «Pour une histoire comparée des sociétés européennes», Revue de synthèse historique, Pa (...)
  • 43 Marc Bloch, «La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire», Revue Histor (...)
  • 44 Pierre Vilar, Une histoire en construction. Approche marxistes et problématiques conjoncturelles, P (...)

18Lucien Febvre appelait à « briser les cadres abstraits», à «aller droit aux problèmes que l’homme non spécialisé porte en lui »41. Or, ce problème qui réside dans la manière historiographique de poser les problèmes historiques rappelle, jusque dans le choix des mots, le plaidoyer de Marc Bloch pour une histoire comparée des sociétés européennes ne se limitant pas à l’Europe, car permettant de « briser les compartiments topographiques désuets où nous prétendons enfermer les réalités sociales »42. Or, l’ « illusion géographique », si bien perçue par Marc Bloch et qui fait que si l’on « croit (les frontières “naturelles”), en un certain sens elles le deviennent », ne vaut-elle pas en effet, bien plus décisivement encore, dans un double espace aux rapports de forces enchevêtrés et depuis lequel se posent certains problèmes alors que s’en taisent d’autres43? Ainsi, la notion de mondes hispaniques ne se limite pas aux mondes hispanophones. Elle permet d’interroger leurs rapports avec des zones d’influences et/ou de corrélats dans une vue d’ensemble où la problématique conjoncturelle (si chère à l’historien hispaniste Pierre Vilar) autorise l’interrogation des imbrications du temps court et de la longue durée dans une histoire toujours en construction44.

  • 45 Emmanuel Le Roy Ladurie, Francine Liechtenan, Une vie avec l’histoire. Mémoires, Paris, Tallandier, (...)
  • 46 Première phrase de la préface de Pierre Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne. Recherches sur (...)

19C’est au moins dès la thèse doctorale que l’apprenti historien est aux prises avec ces problèmes du temps, où l’étroitesse du rapport au temps n’est pas sans lien avec le rabougrissement du rapport à l’espace écrit sensé conférer sens au temps. Récemment, un auteur évoquait, par exemple, « la puissance et la qualité de nos vieilles grosses thèses », par opposition au «système du PhD américain [...] beaucoup plus bref, parfois excellent, parfois superficiel, voire nul selon les cas»45. Cette réduction tend à engendrer des contraintes supplémentaires entravant la salutaire pratique de la réflexivité dans un contexte global d’écriture des sciences sociales. En 1962, l’historien hispaniste Pierre Vilar démarrait sa thèse doctorale par ces mots : « Parce que “l’historien est dans l’histoire”, il est bon que tout œuvre d’historien soit dès l’abord placée, par son auteur même, dans l’éclairage exact qu’il attribue personnellement soit à sa méthode de réflexion, soit aux circonstances de sa recherche »46.

  • 47 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 159, 537, (...)

20Cette réflexivité de docteur est un cas particulier, exceptionnel. Trente ans plus tard, le sociologue Pierre Bourdieu déplorait sans ambages : « Paradoxalement, les historiens sont, de tous les savants, les plus portés à l’anachronisme [...]. Les historiens sont les moins réflexifs des savants. [...] Exemple : “La France de l’an mille”. Cela me paraît monstrueux »47. La notion de mondes hispaniques qui dépassent les frontières arbitraires et dominantes du national exclusif, et/ou de l’Histoire et de la Civilisation, aide à cette réflexivité utile. Et sous la tension entre les notions de « profession» et de « métier » apparaît la question de la relève générationnelle, qui se garde de la reproduction.

Un dossier pour les Cahiers: « passeurs entre générations, entre disciplines, entre cultures »

  • 48 «Editorial», Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, n° 1, 2007, [http://ccec.revues.org/7 (...)

21« Les CCEC se veulent passeurs entre générations, entre disciplines, entre cultures » affirmait en juin 2006 le premier éditorial des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine. Ce besoin de dialogue interdisciplinaire et international, y exposait-on, « avait été mis en évidence lors de la rencontre des Associations Nationales d’Hispanistes qui avait marqué le xve Congrès de l’Asociación Internacional de Hispanistas tenu en 2004 à Monterrey ». Datant d’une décennie déjà, ce texte déplorait « la moyenne d’âge élevée » tendant hélas à entraver «la relève générationnelle dans l’hispanisme», situation entretenue, en outre, par « la spécialisation croissante du savoir », elle-même liée au «productivisme ambiant», ainsi qu’au fait que « les universitaires, notamment les plus jeunes, sont davantage pris dans le filet de contraintes subies que mis en mesure d’être reliés entre eux sur des objets de recherche communs ou voisins ». Ainsi, « les intérêts professionnels nationaux, voire régionaux, priment sur les considérations scientifiques», constatait-on, en lien avec le fait que « les énergies se sont sur-investies souvent dans la préparation des questions mises au programme des concours de recrutement »48.

  • 49 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 21, 18.
  • 50 Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondances, tome II (1934-1937), Paris, Fayard, 2003, p. 19, Lucien (...)

22Les questions ayant partie liée avec des logiques concouristes nationales sont donc entre autres en cause pour que la relève générationnelle ne soit pas reproduction commodément cantonnée dans l’étroitesse des frontières dominantes données. Or, la logique concouriste n’est pas la logique doctorale. Lucien Febvre évoquait déjà la double face de sa discipline, l’une étant en effet « celle des Inspecteurs Généraux, qu’il avouait ne pas bien comprendre», alors que l’autre était «accessible» et qu’il la «faisait avancer chaque jour», car « aucune difficulté ne le rebutait» et, à travers une certaine opposition au concourisme, le fondateur des Annales voyait dans le titre universitaire du doctorat « le seul qui échappe, ou du moins qui puisse échapper au péril [...] des préjugés nés, contre l’histoire, d’un malencontreux contact avec ce qu’on nous a offert sous ce nom, trop souvent »49. Pour sa part, Marc Bloch évoquait rien moins que « l’odieuse agrégation », là où l’autre fondateur des Annales s’amusait des « conclaves d’épitoges à trois rangs d’hermine » en dénonçant explicitement « le manteau des fausses certitudes, des opinions convenues, des balancements pour l’agrégation »50. Par-delà les frontières nationales dominantes et les cloisons spécialisantes, dont la persistance est assurée par une forme de sacralité institutionnalisée et incorporée dans la déshistoricisation titrée, officialisée, récompensée, encouragée, standardisée par et pour le maintien de canons capitaux, la dimension doctorale bien entendue préserve les productions scientifiques des ravages corporatistes de l’opinion qui en résulte. Celle-ci dissimule, par l’imposition présentiste et paradoxale d’une déshistoricisation historiographique, la problématisation des enjeux fondamentaux qui sous-tendent sa production et reproduction.

  • 51 Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1993 (1934), p. 17.
  • 52 Mary Lyon, Brice Lyon, The birth of Annales history: the letters of Lucien Febvre and Marc Bloch to (...)
  • 53 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 17.
  • 54 Pierre Bourdieu, Les Usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifiq (...)

23Sous la tension émulative entre le doctorat et le concours apparaît aussi la question générationnelle. L’épistémologue Gaston Bachelard n’alertait-il pas déjà ces professionnels « utiles à la science dans la première moitié de leur vie, nuisibles dans la seconde moitié »51? En outre, la jeunesse scientifique a partie liée avec l’impact global de l’esprit des Annales de 1929 projeté ainsi une décennie avant la création de l’Institution: « C’est une œuvre vivante et jeune qu’il nous faut lancer – ou rien. Les titres et les grades ne donnent pas toujours le talent – en tout cas ils ne supposent pas nécessairement l’entrain, la conviction et cette sorte d’allégresse spirituelle qui est la “jeunesse” – quel que soit le chiffre des années de celui qui est en cause »52. Cette jeunesse intellectuelle est inséparable d’une intégrité réflexive. « De sa vie faire deux parts; donner l’une au métier, expédié sans amour; réserver l’autre à la satisfaction de ses besoins profonds: voilà qui est abominable, quand le métier qu’on a choisi est un métier d’intelligence» dénonçait déjà Lucien Febvre53. Par ailleurs, la double face de la discipline historique entre le doctorat et le concourisme n’est pas sans rappeler la distinction entre le «capital scientifique pure» et le « capital scientifique d’institution », ce dernier davantage « lié à l’occupation de positions éminentes dans les institutions scientifiques », moins logique que sociologique, et d’où s’édictent les problématiques qui visent à la reproduction par et pour la dissimulation des grands problèmes historiques54.

  • 55 Jacques Maurice, « Ortega López, María Teresa, Cobo Romero, Francisco (eds.), La España rural, sigl (...)
  • 56 Xosé Núñez Seixas, « Inventar la región, inventar la nación: acerca de los neoregionalismos autonóm (...)
  • 57 Edward Palmer Thompson, « Una Europa sin bloques, una España neutral », Mientras tanto, Barcelone, (...)
  • 58 Eric Hobsbawm, « Language, culture and national identity», Social Research, New York, 1996, v. 63, (...)

24Les problèmes de Capital sont souvent des problèmes d’État, qui sont mieux perçus depuis des perspectives globales. Celles-ci aident à porter au jour les rapports de force souvent non perçus que ces réalités conditionnent au sein des sciences sociales et de leurs productions. C’est non sans lien avec cette perspective qui implique forcément les langues qu’en 2012 l’historien hispaniste Jacques Maurice déplorait dans un compte-rendu «la langue anglaise dont la prédominance est si contagieuse», ainsi que, par ailleurs, « l’endogamie universitaire propre de l’État des autonomies »55. Xosé Núñez Seixas a bien indiqué le rapport entre l’État des autonomies et les régressions aux échelles nationales et/ou régionales au cours des trente dernières années, qui doivent donc être replacées dans leur cadre conjoncturel et européen56. Ensuite, la langue anglaise semble à double face. Certes le grand historien britannique E. P. Thompson reconnaissait déjà lui-même, dans une perspective internationale regardant explicitement vers le continent, et à l’occasion d’un article sur l’Espagne: « les gens de Grande Bretagne sont un peu insulaires et il faut internationaliser leurs consciences »57. Certes son confrère et compatriote Eric Hobsbawm alertait dès la fin des années 1990 contre le « danger réel » de « langages tentés de se laisser dominer par un jargon bureaucratique ou technique », en particulier à propos de « l’anglo américain (qui) est d’ores et déjà l’un des idiomes parmi les plus jargonnants jamais inventés »58.

  • 59 Manuelle Peloille, « Où le lecteur anglophone trouvera réponse à la question “Que doit-on à l’histo (...)

25Or, n’y a-t-il pas un utile lien historique de nuances à établir à propos des échanges historiographiques entre « l’historiographie espagnole (qui) se distingue en toute époque par une utilisation politique selon une orientation défensive » et le «public anglophone ignorant l’état de l’historiographie espagnole et toujours porteur de clichés à propos de l’apport de ce pays à la connaissance scientifique » ? D’autant plus que, derrière la question de corporation « que doit-on à l’historiographie espagnole ? » se trouve, en réalité, celle des raisons globales de son surgissement, qui permettent d’évoquer, si justement, cette affaire de « dette », mais aussi de «devoir», cette question de capitalisme et de métamorphoses des capitaux dématérialisés dans le cadre global de l’écriture des sciences sociales, de leurs divisions, hiérarchies et formes de productions et de reproductions arbitraires qui transcendent les cadres nationaux, spécialistes et de corporations disciplinaires.59

  • 60 « Oposiciones con nombre propio. El congreso de corrupción universitaria critica la oscura forma de (...)

26En 2006, alors que s’élaborait le projet de cette revue d’hispanistes se tenait, en Espagne, le premier Congrès contre les formes de clientélisme universitaire. Les chiffres officiels du CSIC évoquaient, pour l’Espagne, un recrutement des Professeurs Universitaires au sein de leurs universités d’origine atteignant 96%, contre toute de même 50% en France, alors que 93% des recrutements dans les Universités nord-américaines portaient au contraire sur des candidats dotés d’une véritable formation intellectuelle internationale auprès d’autres Universités60. On le voit bien, l’endogamie universitaire qu’évoquait Jacques Maurice est loin d’être le propre de l’État des autonomies où l’historien hispaniste en constatait, cependant, le caractère très aigu, forcément passé sous silence depuis les institutions qui la pratique et ne sauraient se limiter à l’Espagne.

  • 61 Marc Bloch, L’Étrange défaite, Paris, Sociétés des éditions Francs-Tireurs, 1946, p. 157.
  • 62 Marc Bloch et Lucien Febvre, Correspondances, tome II (1934-1937), Paris, Fayard, 2003, p. 24.
  • 63 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 29 (...)
  • 64 Jean-François Sirinelli, L’Histoire est-elle encore française ?, Paris, cnrs, 2011, p. 13, 46, 52, (...)

27Déjà dans L’Étrange défaite, où il livrait entre autres une véritable analyse historique des raisons intellectuelles nationales de la montée de la violence national-populiste en France et en Europe, Marc Bloch déplorait à propos de la réalité hexagonale et de ses collègues: «les profits du présent bornaient impitoyablement leurs regards. [...] Les Universités, par le moyen de tout un jeu de conseils et de comités, se cooptaient à peu près complètement elles-mêmes, non sans quelques dangers pour le renouvellement de la pensée »61. Plus largement, il dénonçait sans ambages « cette redoutable carence gouvernementale et administrative qui des ministres jusqu’aux... proviseurs de Lycée pourrit toute notre machine »62. Le fondateur des Annales évoquait également certaines voies par lesquelles on déguisait de simples reproductions générationnelles en relèves: « (le) recrutement (des corps académiques), favorable à la prééminence de l’âge et propice aux bons élèves, ne dispose pas particulièrement à l’esprit d’entreprise», reproductions sournoises passant par des manières de penser et d’agir plus ou moins directes, perçues, historicisées: « il faut toujours se méfier un peu des vieux pédagogues [...]. Ils inclinent, le plus souvent sans s’en douter, à favoriser, parmi leurs disciples, les dociles plutôt que les contredisant », et de chercher à « échapper à ces péchés de métier » en réclamant «un grand balayage de l’atmosphère», en assurant: « ce sera la tâche des jeunes », non certes celle des «jeunes vieillards »63. Pourtant, plus d’un demi-siècle après ces propos du fondateur des Annales, en 2011, l’historien Jean-François Sirinelli alertait à propos d’un «déphasage progressif» qu’il reliait à une « capillarité générationnelle ralentie» et qui menaçait l’ensemble de «l’école historique française », affirmait-il, rien moins que de « nécrose »64.

  • 65 Les documents officiels de l’État français dont sont extraits les citations qui précèdent ainsi que (...)

28Les problèmes de reproductions sont liés aux problèmes de productions et de formation en vue de celles-ci. En janvier 2016, un rapport de la cour des comptes portant sur « l’insertion professionnelle des jeunes docteurs » évoquait «l’incertitude d’un processus de recrutement, qui voit se réduire par à-coups le nombre de candidats à une carrière dans la recherche publique, par sélection au mérite ou à la ténacité». Les mondes hispaniques sont bien évidemment aux prises avec cette politique qui, elle, n’oublie jamais sa nature historique à la fois globale et européenne conduisant les autorités nationales à commencer par invoquer « les réformes conduites à partir de la fin des années 1990 permett(a)nt de consolider le doctorat en cohérence avec les critères européens (du) processus de Bologne, [...] déclaration conjointe des ministres européens de l’éducation». Cela est par exemple attesté, en outre, par les très récents débats organisés, en juin 2016, à l’Université de Paris 10 Nanterre, par la Société des Hispanistes Français, autour du thème «formation doctorale et professionnalisation »65. Les contraintes professionnelles nationales sont une exigence de plus pour le métier concrètement pratiqué dans une perspective européenne et globale.

  • 66 Les citations qui précèdent sont extraites du discours du président de l’AIH disponible sur la page (...)

29En juillet 2016, lors de son xixe congrès organisé à l’Université de Münster, le président de l’Association Internationale des Hispanistes, David Gies, dans un texte intitulé « Les Cassandres de la crise », ne pouvait que constater : « on parle de crise des humanités », et d’affirmer: « la perte des humanités produit un monde qui ne comprend pas sa propre histoire ». Il rappelait utilement: « Il y a 53 ans, nos (désormais) grands-pères professionnels se sont réunis à l’Université d’Oxford pour envisager la possibilité de jeter un regard totalisateur – ce que nous appellerions aujourd’hui “global” – sur l’étude de la littérature, de l’histoire, de la culture et de la langue en Espagne et en Amérique latine. A cette époque ils étaient l’hispanisme mondial »66. Or, l’Association Internationale des Hispanistes (aih) comme la Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieure (shf) furent toutes deux fondées en 1962, en pleine Guerre froide.

  • 67 Jacques Maurice, « Claude Bataillon, Marcel Bataillon. Hispanisme et engagement. Lettres, carnets, (...)
  • 68 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 206.

30Dans une certaine mesure, l’institutionnalisation de la discipline est historiquement inséparable de cette période de pressions idéologiques écrasantes qui tendent à déshistoriciser durablement. Premier directeur des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine, dont le texte fondateur déplorait sans ambages la «spécialisation croissante du savoir», Jacques Maurice rappelait justement: « avant la création de la SHF on était hispanisant– pratiquant d’une langue étrangère –, désormais on serait hispaniste – spécialiste d’une discipline à part entière »67. C’est dans leur brûlante actualité scientifique que les questions d’Histoire ont forcément partie liée avec celles de Civilisation, dès lors que l’on conçoit la science comme « aptitude à découvrir des corrélations »68. C’est dans une perspective globale que la pratique réflexive du métier la favorise.

Réflexivité en temps réel ou « ego-histoire »?

  • 69 Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

31En 2000, c’est justement depuis l’iue que Pierre Nora, dans une communication intitulée « l’ego-histoire est-elle possible? », revenait sur la notion d’ « ego-histoire » qu’il avait lancé dès 1987 en dirigeant l’ouvrage collectif Essais d’ego-histoire69. Outre sur sa propre ego-histoire («un père chirurgien», « entre les Hautes études et Gallimard, j’occupe une position carrefour qui m’a mis au cœur de la vie intellectuelle française depuis trente ans », etc.), l’auteur revenait sur l’influence décisive exercée par le rapport au temps de Philippe Ariès, « maurassien, héritier d’une affaire de fruits tropicaux [...] de famille monarchiste et traditionaliste […] réactionnaire ». Pour lui, «l’histoire n’était pas [...] une carrière ou une curiosité, mais une raison de vivre, le besoin d’inscrire sa propre existence dans une continuité réfléchie. L’ego-histoire, dans mon esprit, n’était pas autre chose», affirmait l’auteur.

  • 70 Toutes les citations qui précèdent sont extraites de Pierre NORA, « L’ego-histoire est-elle possibl (...)

32Selon lui, c’est des années 1980 que datait « l’intégration d’une réflexion théorique à l’exercice même de ce que Marc Bloch a appelé le “métier d’historien” », via un « nouveau type d’historiographie, ou pour mieux dire [...] un nouveau régime d’historicité ». A travers celui-ci, la corporation entrait dans un «âge réflexif, on pourrait même dire son âge épistémologique» rompant ainsi avec une nécessaire timidité passée, « l’histoire a[yant] largement conquis et assis sa scientificité sur un refus de la “philosophie de l’histoire” ». L’auteur avouait du reste son attirance pour «les mystères de la Nation». Toutefois, certaines affirmations ne laissent pas d’interroger. «Le souffle (des Annales) nous entraînait très loin de l’histoire politique, de l’histoire nationale, de l’histoire contemporaine. [...] Il était clair que la dimension politique n’était pas une simple superstructure», prétendait-il, au prix d’un manque de nuances, voire d’un contre-sens70.

  • 71 Cité dans Fernand Braudel, « Lucien Febvre et l’histoire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisat (...)
  • 72 Lucien Febvre, «Le corporatisme, le xxe siècle et l’évolution constitutionnelle de la France contem (...)

33Car dès 1955 Lucien Febvre revenait sur cette notion de «structure» en lien avec sa dimension « politique ». Il le faisait justement dans la préface d’un ouvrage sur la dimension globale des mondes hispaniques, Séville et l’Atlantique (1504-1650) de Huguette et Pierre Chaunu: « “structures” ? Mot à la mode, je le sais ; il s’étale même, parfois, dans les Annales, un peu trop à mon goût. Car, en vérité, qu’y a-t-il de structuré réellement, dans tant de structures dont, si j’ose dire, on nous emplit la vue? »71. Dès 1938 Lucien Febvre écrivait déjà de manière sibylline: « le papier se laisse écrire – et le xxe siècle diriger. Nous reparlerons, en 2001, du corporatisme et de ses triomphes. Nous, historiens »72. Or, tout corporatisme repose sur la violence extorquant des soumissions spontanées et impensées qui participent de l’imposition arbitraire des cloisons et hiérarchies déshistoricisées. En outre, c’est notamment par le décalage de la capitalisation titrée des censures et autocensures autoritairement incorporées et projetées au mépris du métier d’historien que souvent s’acquiert, dans les limites nationales de la spécialité, la reconnaissance professionnelle de l’ego de corporation. Au contraire, toute réflexivité renvoie à l’effort en temps réel d’un auteur travaillant à rendre explicites les narrations scientifiques au-delà des cadres disciplinaires de corporation, à travers une dimension de langage qui profite aussi bien à l’Histoire qu’à la Civilisation.

  • 73 Antonio Niño, Cultura y diplomacia: los hispanistas franceses y España. 1875-1931, Madrid, csic/Cas (...)
  • 74 Lucien Febvre, L’Europe. Genèse d’une civilisation, Paris, Perrin, 1999, p. 75.

34Antonio Niño Rodríguez constatait: « les origines de l’hispanisme étranger, expression d’une faiblesse scientifique interne, ou du caractère expansif des sciences depuis d’autres pays, coïncident chronologiquement avec la perte d’importance de l’Espagne parmi les Nations qui créent et diffusent de la connaissance. L’hispanisme a commencé à mettre en valeur les trésors de notre patrimoine historique en même temps que les capitaux des entreprises étrangères se mirent à exploiter les ressources naturelles du pays »73. Sous cette dimension méridionale et universitaire européenne, en lien avec cet espace de la « Méditerranée solide » évoquée par Lucien Febvre, se trouve bel et bien une question élargie de Capital déclinable et transposable à l’échelle globale, là où se jouent des rapports de force dont participent les savoirs produits et mis en circulation74.

  • 75 Ignacio Peiró, Historiadores en España. Historia de la historia y memoria de la profesión, Saragoss (...)
  • 76 Idem, p. 261, 267.
  • 77 Ibidem, p. 268.

35« La “longue traversée du désert” de la communauté historiographique espagnole » dont Ignacio Peiró faisait par ailleurs l’analyse ne date pas d’un franquisme de guerre froide surgit ex-nihilo et dans l’autarcie conforme à sa propagande obscurcissant l’époque contemporaine et son entendement75. Cette problématique conjoncturelle porteuse d’une perspective globale semble en mesure de contribuer à expliquer « le rejet des historiens espagnols contemporains quant à leur propre tradition » que constatait courageusement Ignacio Peiró, en bravant ce qu’il qualifie d’« espèce de censure de champ disciplinaire » inséparable du cadre national et, dans ce cas, de l’État des autonomies76. Celle-ci fut d’ailleurs renforcée par «le culte de l’hispanisme» imposé sous le franquisme de Guerre froide, non sans liens parfois paradoxaux et/ou indirects avec le type d’économie des savoirs du bloc dont il était solidaire, et sans l’aune de l’ensemble duquel, par conséquent, ses persistances ne sauraient être pensées historiquement77.

Conclusions

  • 78 Bartolomé Yun-Casalilla, « Escribir la historia de Europa en el siglo xxi », El País, Madrid, 1er m (...)

36Mondes hispaniques, globalité, réflexivité, tous les auteurs de ce dossier s’accordent sur l’importance de ce triptyque à travers lequel, d’une manière ou d’une autre, leurs thèses doctorales récentes, originales et pertinentes ont été élaborées au sein de l’institution supranationale et interdisciplinaire unique de l’iue. Cet article introductif a indiqué en quoi le concept de mondes hispaniques impliquait les notions de globalité et de réflexivité, à travers lesquelles peut s’opérer un dépassement des frontières arbitraires dans la pratique concrète de la réflexivité plurielle. Directeur du département Histoire et Civilisation de l’iue entre 2009 et 2012, l’historien moderniste espagnol Bartolomé Yun-Casalilla en appelait lui aussi à l’écriture de cette vaste histoire plurielle, condition de la dimension européenne « dans le monde global où nous vivons », et, donc, « sédiment du futur »78.

Haut de page

Notes

1 Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, Vrin, 2004 (1938), p. 74.

2 Jürgen Osterhammel, The Transformation of the World. A Global History of the Nineteenth Century, Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2013, Quentin Deluermoz, Marek König, « Entretien avec Jürgen Osterhammel », Revue d’histoire du xixe siècle, Paris, n° 46, 2013, p. 137-141, p. 138, 139. Toutes les traductions en français sont de l’auteur.

3 Patrick O’Brien, « Historical traditions and modern imperatives for the restoration of global history », Journal of global history, Cambridge, n° 1, v. 1, 2006, p. 3-39.

4 Alfonso Botti, « ¿Qué es y dónde va el hispanismo historiográfico? », Álvarez Barrientos, Joaquín, Memoria de hispanismo. Miradas sobre la cultura española, Madrid, Siglo xxi, 2011, p. 149-156, p. 156.

5 Jean-Marie Palayret, Une Université pour l’Europe : préhistoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence (1948-1976), Rome, Présidence du Conseil des Ministres, département de l’information et de l’édition, 1996, p. 20, 23, 21.

6 Ibidem, p. 13.

7 Lucien Febvre, « Un tour d’horizon en Europe centrale », Annales d’histoire économique et sociale, Paris, v. 3, n° 10, 1931, p. 312-315, p. 312 ; Lucien Febvre, « De la France à l’Europe. Histoires, psychologies et physiologies nationales », Annales d’histoire économique et sociale, Paris, v. 4, n° 14, 1932, p. 199-207, p. 207 ; Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, Paris, 1928, n° 46, p. 15-50.

8 Pierre-Yves Saunier, Transnational History, New-York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 8.

9 Marc Bloch, Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes, Paris, Imprimerie des dernières nouvelles, 1933, p. 4.

10 Heinz-Gerhard Haupt, « Comparative history. A contested method », Historik tidskrift, Stockholm, 4, 2007, p. 697-716, Philippa Levine, « Is comparative history possible? », History and Theory, Middletown, n° 53, 2014, p. 331-347, p. 346, Christophe Charle, « Comparative and Transnational History and the Sociology of Pierre Bourdieu. Historical Theory and Practice », Philip Gorski (éd.), Bourdieu and Historical Analysis, Durham-Londres, Duke University Press, 2013, p. 67-85, p. 67.

11 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 273.

12 Marc Bloch, « Une réunion d’historiens en Espagne », Annales d’histoire économique et sociale, Paris, 1932, v. 4, n° 16, p. 385.

13 Lucien Febvre, « Amérique du Sud : un champ privilégié d’études », Annales d’histoire économique et sociale, Paris, 1929, v. 1, n° 2, p. 258-278.

14 Lucien Febvre, « Un grand livre sur le Brésil », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, v. 8, n° 3, 1953, p. 409-410, 410.

15  Demian Bezerra De Mello (dir.), A miséria da historiografia: uma crítica ao revisionismo contemporâneo, Rio de Janeiro, Consequência, 2014.

16 Pierre Vilar, Pensar históricamente, Barcelona, Critica, 1997 ; « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Economie, Sociétés, Civilisations, Paris, v. 28, n° 1, 1973, p. 165-198, p. 198. Ce « penser historiquement » de Pierre Vilar a pour écho le « penser relationnellement » de Pierre Bourdieu, Loïc Wacquant, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 72, 269.

17 José Álvarez Junco, Las historias de España. Visiones del pasado y construcción de identidad, Madrid, Crítica-Marcial Pons, 2013.

18 Pierre Vilar, « Fernand Braudel, algunos recuerdos», El País, Madrid, 1er décembre 1985.

19 Peter Burke, The French Historical Revolution. The Annales School 1929-2014, Stanford, Stanford University Press, 2015, p. 1, 106.

20 Pierre Vilar, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, Paris, v. 28, n° 1, 1973, p. 165-198, p. 198.

21 Pierre Vilar, « La solitude du marxiste de fond », Espace temps, Paris, n° 29, 1985, p. 23-25, p. 24, 25.

22 Fernand Braudel, « La Catalogne, plus l’Espagne, de Pierre Vilar », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, v. 23, n° 2, 1968, p. 375-389, p. 378.

23 Pierre Vilar, « Culture, Nation, Histoire », Revista Internacional de los Estudios Vascos, Saint-Sébastien, t. xxviii, 1983, p. 253-260, p. 253.

24 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, Paris, 1928, n° 46, p. 15-50, p. 15, 16.

25 Cité dans Jean Stengers, « Marc Bloch et l’histoire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, v. 8, n° 3, 1953, p. 329-337, p. 330.

26 Émile Durkheim, « Préface », L’Année sociologique, Paris, 1896, p. I-VII, p. II, III.

27 « Débat sur l’explication en histoire et en sociologie », Bulletin de la Société française de philosophie, Paris, n° 8, 1908, p. 229-245.

28 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIIe siècle, t. 2, Paris, Armand Colin, 1979, p. 113.

29 Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, p. 115.

30 Marc Bloch, « Problèmes d’ensembles. Manuels ou synthèses? », Annales d’histoire économique et sociale, Paris, t. 5, n° 19, 1933, p. 67-71, p. 69.

31 Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 345, 346.

32 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 195, 13.

33 «Lire le capital de Thomas Piketty», Annales. Histoire, sciences sociales, Paris, v. 1, 2015, p. 5-6, p. 6.

34 Lucien Febvre, « Sur l’éducation antique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, v. 5, n° 4, 1950, p. 551-553, p. 552, cité dans Bertrand Müller, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003, p. 321.

35 Reproduit dans Lucien Febvre, Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 415.

36 Ce choix n’est peut-être pas étranger au rapport à la sociologie qu’entretenait Lucien Febvre et qui marquait une profonde différence entre lui et Marc Bloch, André Burguière, « Histoire d’une histoire: la naissance des Annales », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, n° 6, v. 34, 1979, p. 1347-1359, p. 1359.

37 Fernand Braudel, « Histoire et sociologie », George Gurvitch, Traité de sociologie, Paris, PUF, 1958, p. 83-98, p. 87-88.

38 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1975 (1954), p. 4, 9.

39 François Hartog, Croire en l’histoire. Essai sur le concept moderne d’histoire, Paris, Flammarion, 2013, et sur le présentisme cité plus haut François Hartog, Régimes d’historicité: présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

40 Jean-Pierre Dedieu, « Gérard Delille, Le maire et le Prieur », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], v. 34, n° 2, 2004, URL: http://mcv.revues.org/1390, Gérard Delille, Jean-Pierre Dedieu, «Gérard Delille, Le maire et le Prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle)», Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], v.35, n° 2, 2005, URL : [http://mcv.revues.org/2455].

41 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 104.

42 Marc Bloch, «Pour une histoire comparée des sociétés européennes», Revue de synthèse historique, Paris, 1928, n° 46, p. 15-50, p. 44.

43 Marc Bloch, «La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire», Revue Historique, Paris, n° 145, v. 2, 1924, p. 235-240, p. 237.

44 Pierre Vilar, Une histoire en construction. Approche marxistes et problématiques conjoncturelles, Paris, Seuil, 1982.

45 Emmanuel Le Roy Ladurie, Francine Liechtenan, Une vie avec l’histoire. Mémoires, Paris, Tallandier, 2014, p. 42, 43.

46 Première phrase de la préface de Pierre Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne. Recherches sur les fondements économiques des structures nationales, Paris, sevpen, 1962.

47 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 159, 537, 186.

48 «Editorial», Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, n° 1, 2007, [http://ccec.revues.org/79].

49 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 21, 18.

50 Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondances, tome II (1934-1937), Paris, Fayard, 2003, p. 19, Lucien Febvre, « La fin du xixe siècle », Annales d’histoire sociale, 1940, v. 2, n° 2, p. 153-155, p. 154.

51 Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1993 (1934), p. 17.

52 Mary Lyon, Brice Lyon, The birth of Annales history: the letters of Lucien Febvre and Marc Bloch to Henri Pirenne (1921-1935), Bruxelles, Palais des Académies, 1991, p. 8.

53 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 17.

54 Pierre Bourdieu, Les Usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, inra, 1997, p. 28, 29.

55 Jacques Maurice, « Ortega López, María Teresa, Cobo Romero, Francisco (eds.), La España rural, siglos xix y xx. Aspectos políticos, sociales y culturales», Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2, 2012, URL: http://.mcv.revues.org/4740.

56 Xosé Núñez Seixas, « Inventar la región, inventar la nación: acerca de los neoregionalismos autonómicos en la España del último tercio de siglo xx », Alberto Sabio Alcutén et Carlos Forcadell Álvarez (coord.), Las escalas del pasado, Barbastro (Huesca), uned, 2005, p. 45-80, p. 45, 48.

57 Edward Palmer Thompson, « Una Europa sin bloques, una España neutral », Mientras tanto, Barcelone, 1986, n° 25, p. 81-90.

58 Eric Hobsbawm, « Language, culture and national identity», Social Research, New York, 1996, v. 63, n° 4, p. 1065-1086, p. 1077.

59 Manuelle Peloille, « Où le lecteur anglophone trouvera réponse à la question “Que doit-on à l’historiographie espagnole?” », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, n°9, 2012, [http://ccec.revues.org/4314]

60 « Oposiciones con nombre propio. El congreso de corrupción universitaria critica la oscura forma de cubrir las plazas », El País, Madrid, 21 octobre 2006.

61 Marc Bloch, L’Étrange défaite, Paris, Sociétés des éditions Francs-Tireurs, 1946, p. 157.

62 Marc Bloch et Lucien Febvre, Correspondances, tome II (1934-1937), Paris, Fayard, 2003, p. 24.

63 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 29, Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, Sociétés des éditions Francs-Tireurs, 1946, p. 134, 178.

64 Jean-François Sirinelli, L’Histoire est-elle encore française ?, Paris, cnrs, 2011, p. 13, 46, 52, 53.

65 Les documents officiels de l’État français dont sont extraits les citations qui précèdent ainsi que les débats qui s’ensuivirent sont disponibles sur le site de la Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, http://www.hispanistes.org/

66 Les citations qui précèdent sont extraites du discours du président de l’AIH disponible sur la page internet de cette institution, http://asociacioninternacionaldehispanistas.org/

67 Jacques Maurice, « Claude Bataillon, Marcel Bataillon. Hispanisme et engagement. Lettres, carnets, textes retrouvés (1914-1967) », Bulletin hispanique, Bordeaux, 112-1, 2010, p. 462-469.

68 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 206.

69 Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

70 Toutes les citations qui précèdent sont extraites de Pierre NORA, « L’ego-histoire est-elle possible? », Historein, vol. 3, Athènes 2001, p. 19-26.

71 Cité dans Fernand Braudel, « Lucien Febvre et l’histoire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, v. 12, n° 2, 1957, p. 177-182, p. 180. En 1933, Marc Bloch écrivait: « En un certain sens il me serait plus aisé de traiter ensemble la société médiévale, sous les deux aspects: économique, et... comment faut-il dire? Allons-y pour ‘“structural” », Marc Bloch, Écrire la société féodale. Lettres à Henri Berr, 1924-1943, Paris, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, 1992, p. 71. La notion d’économie semble donc poser un problème de capitaux qui semblent structurer le langage usuel ainsi que son propos, son cadre, ses formes d’inégalités et leur reproduction. En 2013, Jürgen Osterhammel reprend, on l’a vu, La Société féodale comme modèle d’Histoire globale.

72 Lucien Febvre, «Le corporatisme, le xxe siècle et l’évolution constitutionnelle de la France contemporaine», Annales d’histoire économique et sociale, Paris, v. 10, n° 52, 1938, p. 335-338, p. 335.

73 Antonio Niño, Cultura y diplomacia: los hispanistas franceses y España. 1875-1931, Madrid, csic/Casa de Velázquez, 1988, p. xi.

74 Lucien Febvre, L’Europe. Genèse d’une civilisation, Paris, Perrin, 1999, p. 75.

75 Ignacio Peiró, Historiadores en España. Historia de la historia y memoria de la profesión, Saragosse, PUZ, 2013, p. 65.

76 Idem, p. 261, 267.

77 Ibidem, p. 268.

78 Bartolomé Yun-Casalilla, « Escribir la historia de Europa en el siglo xxi », El País, Madrid, 1er mars 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « Mondes hispaniques, globalité, réflexivité », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/6541 ; DOI : 10.4000/ccec.6541

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

Institut Universitaire Européen de Florence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org