Navigation – Plan du site
Études
Dossier « Frontière et résistances en Péninsule ibérique 1926-1950 »

Frontière et résistances en Péninsule ibérique. La frontière luso-espagnole et les oppositions anti-salazariste et anti-franquiste (1926-1950)

Border and resistance in the Iberian Peninsula. The Luso-Spanish border and anti-Salazarist and anti-Franco oppositions
Fronteras y resistencias en la Península Ibérica. La frontera luso-española y las oposiciones antisalazarista y antifranquista (1926-1950)
Cristina Clímaco et Mercedes Yusta

Texte intégral

  • 1 Hastings Donnan et Thomas M. Wilson, Borders : Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, Ber (...)
  • 2 Frédéric Durand, Réflexions sur la production des espaces frontaliers, CEPS/INSTEAD, working paper, (...)
  • 3 Paula Godinho, «Oír o galo cantar dúas veces». Identificacións locais, culturas das marxes e constr (...)
  • 4 Le tracé définitif de la frontière luso-espagnole ne fut fixé qu’en 1864 par le Tratado dos Limites(...)
  • 5 Le concept – ou plutôt le mythe – de la frontière a été fondamental pour l’identité nationale des E (...)
  • 6 Heriberto Cairo et María Lois (coords.), La construcción histórico-política del territorio: el caso (...)

1La frontière est un territoire particulier, aux contours souvent imprécis ou mouvants, parfois même objet de dispute. Le mot évoque à la fois une zone de contact, en général entre deux Etats, et l’identité hybride des populations qui vivent en bordure, modelée par les circulations et les contacts de part et d’autre mais aussi, souvent, par les conflits transfrontaliers et par la nécessité de se différencier de ces populations « autres » qui habitent de l’autre côté1. La frontière renvoie également à la relation centre/périphérie, dans laquelle cette dernière surgit comme force centrifuge par rapport au centre et dont le résultat inévitable de la distance géographique est la distension des liens de contrôle de l’État. Cet espace frontalier est le produit d’interactions et de rétroactions, passées et présentes2. Dans le cas hispano-portugais, la zone frontalière, c’est-à-dire le territoire qui se place en bordure de la ligne de démarcation et dont l’étendue peut être plus ou moins vaste, est connue comme la raya (en espagnol) ou raia (en portugais), un espace avec une identité propre, partagée par les populations qui se situent de part et d’autre de la frontière et qui favorise la mise en place de solidarités transfrontalières et de réseaux transnationaux3. Un territoire qui s’est construit dans le temps et dans l’espace (rappelons l’ancienneté de la frontière hispano-portugaise dont le tracé remonte au xiiie siècle, et sa relative stabilité4) à partir de processus conjuguant convergence et conflit. Or, si dans certains territoires, à l’instar du continent américain, la frontière a été très tôt problématisée par les sciences sociales et considérée comme un élément structurant des identités nationales, au point de faire l’objet de tout un champ d’études5, la frontière qui traverse la Péninsule Ibérique du nord au sud, de par sa propre stabilité et longévité, a été pendant longtemps « naturalisée », considérée « en gran medida invisible e inobservada dado el carácter pretendidamente natural del territorio »6. C’est de cette constatation que part le projet de ce dossier, qui tente de penser la frontière hispano-portugaise comme un espace de résistance, d’échange et de solidarité dans le contexte des deux dictatures qui ont cohabité de part et d’autre de cette frontière pendant près de quarante ans.

  • 7 Inês Fonseca, Eduarda Rovisco, Dulce Freire, Contrabando na fronteira luso-espanhola. Práticas, Mem (...)

2Depuis le début de la dictature portugaise en 1926, et tout au long de l’existence des deux dictatures ibériques, les mouvements d’opposition espagnols et portugais voient dans la raya un espace favorable à l’action clandestine de résistance. Dans ces zones où les activités extralégales ont parfois une longue tradition, notamment autour des activités de contrebande7, les mouvements de résistance peuvent mettre à profit la solidarité des populations et les réseaux préexistants, une surveillance policière plus lâche et des connivences politiques ou parfois même étatiques. Un soutien, toutefois, qui évolue en fonction des dynamiques locales et de l’histoire interne de l’Espagne et du Portugal.

3Les convulsions du xxe siècle portugais ont jeté sur le sol espagnol plusieurs vagues d’exil successives, d’abord monarchistes, ensuite républicaines. Après l’instauration de la République portugaise, en 1910, la Galice devient une base-arrière des défenseurs du régime royaliste, où se préparent et d’où partiront les incursions de 1911, 1912 et 1919. Peu après, la dictature de Primo de Rivera conduit au Portugal les opposants espagnols, républicains et anarchistes. La frontière luso-espagnole devient une zone de refuge et de protection, qui ne cessera désormais d’être utilisée en fonction des événements internes. Dès février 1927 et jusqu’à la Guerre Civile espagnole, l’opposition portugaise se réfugie en Espagne et s’établit en zone frontalière au rythme des révoltes fomentées contre la dictature militaire d’abord, de l’Estado Novo ensuite, et de leur échec. La frontière luso-espagnole devient une nouvelle fois la base arrière de la résistance portugaise (républicains, anarchistes et communistes), en particulier après avril 1931. L’évolution de la politique interne espagnole fait du Portugal une terre d’accueil de la droite mécontente, qui s’organisera au Portugal pour renverser la iie République. Avec la guerre d’Espagne et la rapide chute de la frontière hispano-portugaise aux mains des nationalistes, et postérieurement avec la victoire franquiste, la résistance en zone frontalière est contrainte de s’adapter à une nouvelle réalité, celle de l’existence simultanée d’un régime de dictature en Espagne et au Portugal. Désormais, tout au long de la raya la résistance reposera davantage sur la solidarité des populations transfrontalières. L’opposition antifranquiste, plus particulièrement les groupes armés de guérilla, profitera des possibilités offertes par les traditions de solidarité propres aux populations frontalières, très vivaces au sein de la raya, qui prennent en charge l’accueil des réfugiés espagnols dès le début de la Guerre Civile en 1936.

  • 8 Hartmut Heine, A guerrilla antifranquista en Galicia, Vigo, Edicións Xerais, 1980 ; Ana Cabana, « M (...)

4Cependant, l’importance assumée par la région frontalière dans la survie des oppositions ibériques présente un décalage chronologique. Pour l’opposition portugaise, la frontière représente une zone de repli et une base-arrière d’action jusqu’en août de 1936, après quoi s’opère un déplacement vers l’intérieur du pays d’autant plus que les communications avec l’extérieur se font désormais par la voie maritime. En revanche, c’est avec la conquête par les nationalistes des régions frontalières avec le Portugal et la victoire définitive de Franco en 1939 que cette frontière entre dans l’histoire de la résistance espagnole, notamment avec l’action des guérillas en Galice8. Par la suite, la zone frontalière devient moins présente dans les stratégies de lutte des oppositions espagnole et portugaise, mais elle ne jouera pas moins un rôle dans la résistance aux deux dictatures ibériques.

  • 9 Projet financé par l’Université Paris Lumières de janvier 2015 à janvier 2017, co-dirigé par Zoraid (...)

5Les articles réunis dans ce dossier, écrits par des chercheur.e.s espagnol.e.s et portugais.e.s, se proposent de réfléchir au rôle de la frontière dans la structuration des oppositions portugaise et espagnole et à la place que la région frontalière a joué dans la résistance à Salazar et à Franco, tant à partir de l’espace espagnol que du territoire portugais. Ils représentent l’aboutissement de la réflexion entamée lors de la journée d’étude organisée à la Fondation Gulbenkian de Paris le 4 décembre 2015, dans le cadre du projet de recherche « Les espaces-temps de la contestation en Péninsule Ibérique : Espagne et Portugal, 1926-2014 »9. Les différents travaux abordent principalement le cas des réfugiés espagnols et de la résistance antifranquiste pendant les années de l’après-Guerre Civile, tout en signalant le caractère transfrontalier, et souvent transnational, de cette résistance et les liens étroits qui unissaient les populations des deux côtés de la Raya. Cristina Clímaco ouvre le dossier avec une étude sur l’espace frontalier espagnol comme arrière-garde de l’opposition anti-salazariste portugaise, centré notamment sur la période de la Seconde République espagnole qui marque une intensification de l’action révolutionnaire des portugais et un resserrement des liens entre républicains et socialistes des deux Etats. Angel Gallardo décrit la configuration de l’espace de la frontière hispano-portugaise comme espace d’accueil des réfugiés espagnols à partir de 1936, tout en replaçant la problématique des réfugiés dans une perspective plus large du point de vue chronologique et aussi géographique, en particulier en traçant des liens avec des situations contemporaines. Le travail de Julian Chaves décrit à la fois les collaborations transfrontalières entre les deux dictatures et les effets que ces politiques répressives eurent sur les populations concernées, en particulier sur les opposants de la province espagnole de Caceres, l’une des plus affectées par la brutalité de la répression franquiste. Dulce Simões, pionnière dans la conceptualisation de cette frontière hispano-portugaise comme espace de résistance, apporte une étude de cas sur le rôle du village portugais de Barrancos dans l’aide aux réfugiés espagnols, dans une optique interdisciplinaire qui tient à la fois de l’anthropologie et de l’histoire. Paula Godinho entame une réflexion sur l’« événement extraordinaire » et la mémoire de la répression et de la résistance dans le village de Cambedo da Raia, en confrontant la « mémoire forte » des institutions à la « mémoire faible » des habitants, laquelle contredit la version officielle des faits. Ana Cabana met en rapport la contrebande de wolfram des deux côtés de la frontière galicienne avec des formes de résistance considérées comme « marginales », mais essentielles à la survie des plus faibles. Pour finir, João Carlos Pereira aborde la question de la frontière en lien avec la résistance contre la dictature salazariste à partir de l’œuvre littéraire d’Álvaro Cunhal, à la fois grand écrivain et intellectuel portugais et dirigeant du Parti Communiste portugais pendant des décennies.

6Enfin, nous avons choisi d’ouvrir ce dossier avec deux poèmes de José Terra (1928-2014), poète portugais établi en France dont la vie et l’œuvre embrassent les aléas de la résistance portugaise antisalazariste, intitulés « Lobisomens », en hommage à ces hommes et ces femmes qui firent de cette raia un territoire de solidarité et de résistance pendant la longue nuit des dictatures, que ce soit cachés dans les montagnes, comme les loups humains évoqués dans le poème, ou bien dans le refuge des villages de part et d’autre de la frontière.

Haut de page

Notes

1 Hastings Donnan et Thomas M. Wilson, Borders : Frontiers of Identity, Nation and State, Oxford, Berg, 1999.

2 Frédéric Durand, Réflexions sur la production des espaces frontaliers, CEPS/INSTEAD, working paper, n° 2014-09, juillet 2014, [https://www.liser.lu/publi_viewer.cfm?tmp=2509].

3 Paula Godinho, «Oír o galo cantar dúas veces». Identificacións locais, culturas das marxes e construción de nacións na fronteira entre Portugal e Galicia, Ourense, Imprenta da Deputación, 2011.

4 Le tracé définitif de la frontière luso-espagnole ne fut fixé qu’en 1864 par le Tratado dos Limites, qui délimite le territoire compris entre l’embouchure du Minho et la confluence du Caia avec le Guadiana. En 1926, un nouvel accord (Convénio de Limites) règle le problème d’Olivença, en suspens depuis 1801, date de l’annexion lors de la Guerra das Laranjas, et établit le Portugal dans ses frontières actuelles.

5 Le concept – ou plutôt le mythe – de la frontière a été fondamental pour l’identité nationale des Etats-Unis au moins à partir des travaux de Frederick Jackson Turner, dont le séminal « The signifiance of Frontier in American History » (1893). Pour une révision critique de ce mythe voir les travaux de Richard Slotkin, en particulier sa trilogie Regeneration Through Violence: the Mythology of the American Frontier, 1600-1860, Wesleyan University Press, 1973 ; The Fatal Environment: the myth of the frontier in the age of industrialization, 1800-1890, Atheneum, 1985 et Gunfighter nation: the myth of the frontier in twentieth-century America, Atheneum, 1992. Dans le cas de l’Amérique Latine les travaux sont aussi nombreux ; voir par exemple Tito Carlos Machado de Oliveira, Território sem limites: estudos sobre fronteiras. Ed. UFMS, 2005, o la revision bibliografica realizada por Carlos E. Reboratti, « Fronteras Agrarias en América Latina », Cuadernos Críticos de Geografía Humana, n° 87 (1990). Sur le champ d’études des Border Studies on peut consulter l’ouvrage récent de Thomas M. Wilson et Hastings Donnan (ed.), A Companion to Border Studies, John Wiley & Sons, 2016.

6 Heriberto Cairo et María Lois (coords.), La construcción histórico-política del territorio: el caso hispano-portugués. Dossier de la revue Historia y Política, n° 30, 2013, citation dans « Presentacion », p. 13-21, p. 13. Un récapitulatif des travaux sur la frontière hispano-portugaise du point de vue historique dans A. Elizaincin, « Los estudios sobre la frontera España/Portugal. Enfoque histórico », Revista de Estudios Extremeños, 62 (II), 2006, p. 607-621.

7 Inês Fonseca, Eduarda Rovisco, Dulce Freire, Contrabando na fronteira luso-espanhola. Práticas, Memórias e Patrimónios, Lisboa, Edições Nelson de Matos, 2009.

8 Hartmut Heine, A guerrilla antifranquista en Galicia, Vigo, Edicións Xerais, 1980 ; Ana Cabana, « Minar la paz social. Retrato de la conflictivad rural en Galicia durante el primer franquismo », Ayer (2006), 267-288. Une vision plus large du conflit dans la Galice et le nord du Portugal pendant l’après-guerre dans Emilio Grandio, Javier Rodriguez Gonzalez (eds.), War zone: la Segunda Guerra Mundial en el noroeste de la Península Ibérica, Madrid, Eneida, 2012.

9 Projet financé par l’Université Paris Lumières de janvier 2015 à janvier 2017, co-dirigé par Zoraida Carandell et Mercedes Yusta et réunissant plus de 30 chercheur.e.s des Universités Paris Nanterre, Paris-viii, de Saragosse, Cadix et Autonome de Barcelone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Clímaco et Mercedes Yusta, « Frontière et résistances en Péninsule ibérique. La frontière luso-espagnole et les oppositions anti-salazariste et anti-franquiste (1926-1950) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 24 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/6452 ; DOI : 10.4000/ccec.6452

Haut de page

Auteurs

Cristina Clímaco

Université Paris-viii Paris Lumières

Articles du même auteur

Mercedes Yusta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org