Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’écriture de l’histoire de la violence politique et la production historiographique de sujets sociaux. Note de lecture à propos des «anciens combattants franquistes»

Romain Bonnet
Référence(s) :

Ángel Alcalde, Los excombatientes franquistas. La cultura de guerra del fascismo español y la Delegación Nacional de Excombatientes (1936-1965), Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014, 411 pages.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Toutes les traductions sont de l’auteur. L’ouvrage a déjà fait l’objet de compte-rendu, tous en es (...)

1Cet ouvrage de près de 400 pages sur «les anciens combattants franquistes» de 1936 à 1965 est paru aux Presses Universitaires de Saragosse en 20141. Le titre semble d'entrée évocateur, en même temps qu’équivoque, pour traiter de ces troupes d'agression qui écrasèrent la République, avec l’appui militaire décisif des puissances de l’Axe, en soumettant les classes populaires et en plongeant l’Espagne sous la chape de plomb d’une dictature. L’ouvrage est intéressant et instructif, notamment quant aux persistances durables et complexes de cette violence à la fois physique et symbolique dans le camp franquiste. Le sous-titre, «La culture de guerre du fascisme espagnol et la Delegación Nacional de Excombatientes», n’apparait pas sur la couverture.

  • 2  Miguel Ángel del Arco Blanco, «Ángel Alcalde, Los excombatientes franquistas (1936-1965)», Histori (...)
  • 3  Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française 1914-1939, paris, Presses de Scienc (...)

2«Ce livre bouche un vide dans notre historiographie» affirmait sans ambages un spécialiste local de cette approche si particulière et encore si perceptible dans l’Espagne d’aujourd’hui, qui reste influencée par la continuité de ses cadres et sensible par la proximité de la question traitée2. Aussi, dans l’historiographie espagnole, ce travail sur les «anciens combattants franquistes», documenté et mené avec habileté, se niche et se distingue. À la différence, par exemple, des travaux de Antoine Prost eu égard au cas français, le sujet grammatical des «anciens combattants» n’y avait pas encore été mobilisé3. Dès la dernière phrase de l’introduction, l’auteur avise le lecteur qui en est quitte pour le reste de sa lecture: «les possibles erreurs ou manques de discernement qui peuvent subsister dans ce livre [...] sont seulement de ma faute et de mon humaine faillibilité» (p. 22).

3Il faut donc saluer la dimension humaine de ce travail. Cette note de lecture lui fait forcément écho. Elle s’articule en trois parties. Sa problématique tient dans la recherche rigoureuse de la nature des tensions qui apparaissent entre l’écriture relationnelle de l’histoire de la violence politique et la production historiographique de sujets sociaux, tels que les «anciens combattants franquistes». Tout d’abord, on revient, à partir de la lecture de cet ouvrage, sur les conditions historiographiques de la conversion en sujet social du sujet grammatical «anciens combattants franquistes». Ensuite, toujours à partir des analyses et opportunités d’analyses que présentent le texte, la dimension relationnelle du concept de violence politique est envisagée, en particulier eu égard à sa capacité à dépasser les modes de catégorisations spontanées. Enfin, on revient sur l’histoire de la violence politique en lien avec l’écriture réflexive dont l’auteur offre une intéressante esquisse.

Les anciens «combattants» et les «franquistes»

  • 4  Jacques Maurice, «Vitalité de l’histoire agraire espagnole», Cahiers de civilisations espagnoles c (...)

4L’auteur mobilise abondamment le concept dont son ouvrage porte le titre : «les anciens combattants franquistes». Il convertit souvent ce sujet grammatical en sujet social, qui ainsi agit dans l’histoire qu’il raconte. Dès lors, ce sujet est comme légitimé par la dimension officielle du travail d’écriture historiographique, au cours des quatre parties qui structurent l’ouvrage selon un plan chronologique: «La guerre civile» (p. 23-112), «L’après-guerre» (p. 113-215), «La guerre froide» (p. 217-291), «La paix de Franco» (p. 293-347)). Pourtant l’ambiguïté mériterait auparavant d’être levée, au sens même de la conception qu'en avait l’historien hispaniste Jacques Maurice. Le premier directeur des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine évoquait en effet la dimension du rapport de force asymétrique dont bénéficiaient «les agresseurs» au détriment des «agressés», par la violence et/ou par la propagande portant l’idéologie franquiste et sa violence symbolique, dont résultait durablement le travestissement des agresseurs en agressés4. En outre, le titre d'anciens combattants est, en général, plus utilisé pour définir soit ceux qui servirent légitimement leurs Nations engagées dans des guerres, soit qui durent prendre les armes pour se défendre d'un agresseur menaçant leurs libertés démocratiques. Ainsi, la confusion possible avec les anciens des troupes franquistes, par cette utile mise au point, serait évitée.

  • 5  Marc Bloch, L'étrange défaite, Paris, Sociétés des éditions Francs-Tireurs, 1946, p. 178.

5Dès l’introduction même, l’entreprise de production historiographique de sujets sociaux est donnée à voir: «L’objectif de ce livre est de connaître le rôle historique des anciens combattants franquistes» (p. 14). Ce rôle est corrélé au processus dictatorial de fascisation/franquisation, fascisme et franquisme étant des sujets sociaux et grammaticaux donnés comme équivalents et comme «outil(s) épistémologique» (p. 11). Il s’agit d’étudier «avec précision le rôle que dans ce processus eurent ces hommes nouveaux liés à la victoire franquiste de 1939: les anciens combattants franquistes» (p. 15), en revenant sur «les vicissitudes que traversèrent les anciens combattants», en procédant à «l’analyse des mentalités et idéologies qui motivèrent l’action des anciens combattants» («franquistes» s’efface p. 15), en cherchant à «discerner comment l’expérience de guerre catalysa une identité individuelle et de groupe après-guerre: l’identité d’ancien combattant» (p. 17). Par conséquent, souvent dans le texte le sujet «ancien combattant» est tacitement donné comme synonyme d’ «ancien franquiste». Ce n’est pourtant pas la moindre des dimensions qui s’absente, ainsi, eu égard à cette agression violente de la République, alors que c’est bien de ces derniers dont ils presque exclusivement question, sans toutefois souligner de manière significative combien cette victoire franquiste est celle de l’écrasement brutal de la jeune Démocratie espagnole. Dès lors, sous l’apparence des «hommes nouveaux» résultant de la propagande apparaît surtout la réalité des «jeunes vieillards» qu’évoquait l’oxymore forgé par le fondateur des Annales à propos de la même Europe de l’entre-deux-guerres5.

  • 6  Jacques Revel, Jean-Claude Passeron, Penser par cas. Raisonner à partir de singularités, Paris, EH (...)

6De fait, l’auteur mène avec brio sa démonstration, certes notamment à partir de l’étude d’une institution dictatoriale aux représentations données par en haut, la Delegación Nacional de Excombatientes de Falange Española Tradicionalista y de las Juntas de Ofensiva Nacional Sindicalista (1939-1965, DNE de FET-JONS, soit en français le parti Phalange), plutôt qu'en la fondant empiriquement par en bas et comme cas construit dans l'ensemble de la réalité de sa constellation sociale. Cette démonstration rappelle donc, au passage, tout en dépassant par certains égards la «longue tradition d’études locales et provinciales sur le franquisme» (p. 350), que, dans l’écriture scientifique de l’histoire, la pensée par cas demeure une approche méthodologique neuve de ce XXIème siècle, et une pratique en cours6. La première conclusion de l’ouvrage, «durant les diverses phases de son histoire, la dictature franquiste compta sur une grande quantité d’anciens combattants franquistes parmi ses appuis sociaux les plus importants » (p. 349) est somme toute logique. Elle fait écho au postulat de l’introduction selon lequel «récemment, l’un des débats parmi les plus intéressants quant au franquisme a été celui de ces appuis sociaux» (p. 10).

  • 7 Francisco Romero Salcedó, The Spanish Civil War: Origins, Course and Outcomes, Palgrave Macmillan, (...)

7Pas moins d’un million deux cent mille combattants espagnols grossirent les rangs du puissant front anti-républicain des «anciens combattants franquistes» entre 1936-1939, auxquels s’ajoutent les quarante mille membres de la División Azul, engagés aux côtés des troupes national-socialistes, expose l’auteur (p. 350, 351). Certes, ces chiffres devraient cependant être pensés historiquement et regardés eu égard aux différentes étapes suivant le pronunciamiento, ainsi qu’à la longue préparation et/ou à l’appui en Europe des «nationalistes» à la tentative du coup d’État. La politique de non-intervention des régimes parlementaires libéraux (sous l’égide de la Monarchie britannique) mis de fait en difficultés la légitimité républicaine espagnole face à la rébellion. Cette dernière reçut, face à la résistance populaire espagnole, le soutien militaire rapide et conséquent des puissances de l’Axe, indispensable à mener une guerre industrielle moderne. Ce soutien politique et militaire, dont l’unilatéralité et l’asymétrie était rendue possible par la politique de non-intervention, fut décisif, via l’octroi d’avions, de tanks et de pièces d’artilleries en abondance, outre la participation directe de la légion Condor national-socialiste dont les effectifs montèrent à 20.000 unités, du Corpo di Truppe Voluntarie de l’Italie fasciste qui atteint 80.000 membres, sans même parler des 10.000 Viriatos fournies par le régime salazariste portugais, et des 70.000 marocains des contingents aux ordres des officiers africanistas, qui une décennie plus tôt avaient déjà écrasé dans le sang l’insurrection populaire marocaine de la République du Rif7.

8C’est donc bien la dimension globale de la guerre civile espagnole qui mérite d’apparaître pour expliquer les chiffres retenus a posteriori par la propagande franquiste. En voulant masquer, conformément à une propagande nationaliste, qu’ils étaient en partie les exécutants locaux d’une entreprise politique fasciste supranationale, il s’agissait pour eux de combler l’absence de légitimité, par l’idéologie. Par conséquent, le «1 200 000 éléments qui avaient fait la guerre civile» et que l’auteur rapproche du «groupe humain relativement ample» des «anciens combattants franquistes» (p. 350, 351) ne semble pas suffisant à décrire toute l’hétérogénéité des insurgés franquistes. Ces chiffres se doivent donc de distinguer (ou du moins de chercher à distinguer) l’existence de ceux des «anciens combattants franquistes» conscients des enjeux, de ceux contraints de s'y soumettre, par peur, par ignorance et/ou obéissance.

9Par la production de représentations légitimes et dominantes, «la DNE était une usine» (p. 212). Dès lors, la «culture de guerre» (p. 15) et l’ «expérience de guerre» (p. 16), invoquées par l’auteur comme des clés explicatives de sa démonstration, renvoient à des expériences de représentations subies et liées aux «mécanismes de gestion de privilèges sociaux» qui «permirent au régime franquiste de manipuler pour son bénéfice les identités d’anciens combattants de ces hommes marqués par l’expérience de la guerre civile espagnole» (quatrième de couverture). Or, l’ouvrage eut peut-être gagné à s'attarder davantage sur les conditions de possibilité de cette expérience de «manipulation», à la fois sociale et symbolique, dans le prolongement de la guerre civile et de sa préparation, dans une épuration meurtrière et violente qui influa durablement sur la production de représentations officielles. La réalité sociale de ces hommes eut été mieux démontrée en portant au jour les conditions persistantes qui les liaient à un parti-pris violent. Il est écrit, par exemple, que la DNE liée au parti Phalange «surgit en 1939» (p. 15).

10Un détour explicatif plus attentif aux conditions de cette création institutionnelle pensée et liée au parti et au parti-pris de la violence politique nationaliste permettrait pourtant de mieux comprendre ces hommes qui composèrent les troupes franquistes. Par ailleurs, il est des relations de continuité dans l'instrumentalisation des «anciens combattants» entre les régimes fascistes et violents, que ce soit pour la conquête du pouvoir ou pour s'y maintenir. Entre le Maurice Barrès idéologue de la Ligue des Patriotes et de L’écho de Paris dès 1914, les martyrologies de Grande Guerre par lesquelles l’Action Française se mettait en avant, ainsi qu’elle affirmait sa volonté de main basse sur l’idée de Nation à la faveur de la violence, puis, en-deçà des Alpes, le fasciste Mussolini dans l’après-guerre, et ainsi de suite à l’échelle européenne, qui englobe le cas espagnol, les continuités de propagande ne sont-elles pas patentes dans les productions sociales et symboliques de représentations à penser relationnellement?

11Les émotions à grande échelle ont partie liée avec la persistance de ces antagonismes violents, dont les formes semblent faire tache d’huile dans l’entre-deux-guerres. Et c’est un grand mérite de l’ouvrage d’attirer l’attention sur ces questions à la fois transnationales et comparatives, qui dépassent l'empreinte dominante souvent réductrice des histoires nationales. «La dimension idéologique du service des armes dans l’armée franquiste», expose l’auteur, «dota les individus de discours et de valeurs constitutifs de leur mentalité» (p. 24). On peut facilement comprendre que cet endoctrinement était indispensable, au côté de l’exigence d'une obéissance absolue, pour porter ces troupes à détruire durablement, par les armes, les valeurs démocratiques et républicaines du Peuple espagnol. Et puis, avant cette « formation» idéologique, ces engagements divers n’avaient-ils pas préalablement des «mentalités», dont les différences expliquent peut-être en partie les formes diverses de ces parti-pris opposés à l’effort démocratique dans l’ensemble de leur conjoncture violente? Et quel est le rapport, peut-être antagoniste, et toujours relationnel, de ces «mentalités» et de ces «valeurs» quant au jeu des émotions, de peurs, d’espoirs, de dés-espoirs, etc.? Là encore, que d’intéressantes comparaisons soulevées par l’ouvrage sur les «anciens combattants franquistes».

12Ainsi, puisqu’il n’est pas de guerre civile sans front, que la guerre civile espagnole est justement au cœur de cet ouvrage, le débat autour des appuis sociaux du franquisme semble trouver son complément logique et inséparable dans la recherche de la nature violente des antagonismes sociaux et symboliques. Ce sont précisément ces derniers qui permettent de déterminer ce que recouvre le terme «franquistes» subsumant celui d’«anciens combattants», pour composer le label historiographique et le sujet social «anciens combattants franquistes». Du reste l’auteur est conscient de cette limite importante, qui dès l’introduction borne le propos de son ouvrage, lorsqu’il prévient le lecteur que les «anciens combattants vaincus» par les troupes qui, par leur violence (plus ou moins directe, et donc si difficile et si utile à étudier) mirent en action l’idéologie anti-républicaine, requièrent en effet «une étude plus ample que celle qu’il est possible d’offrir ici»  (p. 16).

  • 8  Tommaso Detti, «Il primo dopoguerra in Italia: una guerra civile?», Passato e Presente, 84, 2011, (...)
  • 9 Francisco Espinosa Maestre (ed.), Violencia roja y azul. España, 1936-1950, Barcelone, Crítica, 201 (...)

13Et la notion complexe de «front», lorsque l’historien évoque une guerre civile, fait directement écho aux exigences de son travail scientifique par lequel il cherche à faire, comme on dit, la part des choses, à historiciser la dictature franquiste et les persistances déshistoricisantes de sa violence. C’est par définition l’emploi concret de la méthode comparée qui y concourt. Récemment, un historien relevait l’existence d’un front à établir empiriquement lors de la «guerre civile» italienne du premier après-guerre (1918-1922), dont naquit la dictature fasciste8. En outre, la comparaison à l’échelle européenne permet de dépasser utilement la simple juxtaposition des violences dites «rouges» et «bleues» (le qualificatif «bleu», qui surgit historiographiquement aujourd’hui conformément aux modes actuelles, peine à occulter la réalité sociale que recouvraient les termes de bienio rojo et bienio negro, et le fait violent des mouvements anti-parlementaires et nationalistes de l’entre-deux-guerres), commode et corrélée à la reproduction historiographique nationale dominante, qui est indexée sur les intérêts sociologiques du court terme qui déshistoricise9.

  • 10  Paul Preston, The Spanish Holocaust. Inquisition and Extermination in Twentieth Century Spain, Lon (...)

14Le massacre systématique de ceux qui résistèrent à l’agression violente nationaliste et anti-parlementaire de la légalité républicaine faisait récemment évoquer à l’historien hispaniste Paul Preston rien moins que l’ «holocauste espagnol», commis par des espagnols sur d’autres espagnols, violence massive et relationnelle hors de laquelle on n’explique pas que «la dictature franquiste» ait été «imposée en Espagne» (p. 10)10. Or, pour l’historien travaillant efficacement et historiographiquement dans une spécialité, la difficulté est toujours d'y conserver la vue d’ensemble par la recherche des rapports de force. L’auteur évoque par exemple «les horreurs ou erreurs» (p. 27) de la guerre. Mais entre le registre des émotions et celui de la méprise que recouvrent ces deux mots, le lecteur souhaite forcément y voir plus clair sur les pratiques et les acteurs.

15La citation qui ouvre le livre: «Ce livre [...] cherche à informer sur une génération détruite par la guerre. Totalement détruite, y compris lorsqu’elle se sauva des grenades», est extraite du roman de Erich Maria Remarque qui s’intitule Im Westen nichts Neues, en francais, À l’Ouest rien de nouveau et devenu en espagnol, Sin novedad en el frente, soit Sans nouvelle du front, justement. Dans cet ouvrage paru en 1929, l’auteur dénonçait la violence de la Grande Guerre, dix ans après la fin de celle-ci. Bien calibré, bien vendu, le best-seller fut adapté au cinéma par les américains dès 1930, victime des autodafés nazis en 1933. Or, en Espagne, de l’insurrection à la fin de la dictature, la violence politique fut persistante à opposer les «combattants franquistes» à leurs «ennemis» désignés au mépris du dialogue démocratique. La propagande de la Dictature qui rétablit le régime monarchiste se chargea de maintenir, par une certaine reproduction, une relation durable de cette inimitié par-delà les générations.

16Dans ses premières phrases, l’introduction nous annonçait justement: «de façon similaire à ce qui est en train de se passer dans la société espagnole, les anciens combattants de la guerre civile, qu’ils soient républicains ou franquistes, ont été un élément présent tacitement, mais qui presque jamais n’a reçu d’attention explicite» (p. 9), puis évoquait parmi les «sujets [...] introduits tout au long du récit historique» les «anciens combattants vaincus» (p. 16) et, surtout, les «anciens combattants franquistes». Pourtant, «vaincus» et «franquistes» ne sont pas des antonymes. Le concept relationnel de la violence aide à construire leur sens eu égard à la guerre civile espagnole.

Violence politique et dépassement des modes de catégorisations spontanées

  • 11  Marc Bloch, Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 2 (...)

17«Le franquisme était inséparablement lié à la guerre civile et les personnes qui incarnaient le mieux cette connexion, les anciens combattants franquistes, eurent un rôle à prendre en compte dans l’histoire du régime» (p. 359) rappelle l'auteur, en conclusion de la démonstration. Au départ, il exposait que «l’expérience de violence, espèce de trou noir qui implique de manière décisive ses protagonistes et ses observateurs, dispose rarement de sources qui la reflète de manière directe ou impartiale» (p. 17). Le déploiement de cette démonstration commençait également par exposer que «l’apprentissage par l’expérience directe de la violence de guerre [...] correspondit à un savoir de difficile transmission par les codes verbaux» (p. 24), dimension historio-graphique à tout le moins problématique pour la «connaissance par traces» et «l’étude (des) phénomènes massifs» qui définissent la science historique, alors que, précisément, «la guerre civile espagnole fut très probablement l’expérience la plus déterminante pour les vies de millions d’espagnols au vingtième siècle» (p. 23)11.

18Pour l’historien dont le contexte d’écriture est ce vingt-et-unième siècle, si proche du contexte décrit de l’entre-deux-guerres du siècle précédent, cette double expérience demeure cruciale, en particulier si on la rattache au contexte européen et international dans lequel elle s’inscrit, par-delà les survivances excluantes issues des histoires nationales officielles, dont le prolongement est encore forcément perceptible. La dimension relationnelle du concept scientifique comme du phénomène de la violence politique conduit, au contraire, à l’articulation des échelles d’analyse dans l’espace comme dans l’espace symbolique où se loge le sens des concepts.

19Tout au long de cet ouvrage sur les «anciens combattants franquistes», le terme «violence» ne cesse d’apparaître, à une telle fréquence et avec une telle cadence ponctuant la narration (p. 10, 12, 13, 17, 24, 26, 28, 29, 30, 32, 34, 39, 40, 51, 52, 57, 60, 69, 73, 74, 78, 79, 80, 85, 94, 95, 97, 110, 112, etc.) que l’on en vient à songer, logiquement, que le propos de cet ouvrage pourrait être utilement complété par un emploi plus directement explicite de ce concept. La prise en compte de la violence en tant que concept relationnel permet justement d’éclairer les zones d’ombres que l’ouvrage recèle, en particulier quant à l’existence du front entre les anciens combattants, «franquistes» et républicains. Une mise en œuvre concrète de ce tertium comparationis, dans une perspective à la fois comparative, européenne et transnationale, apporterait de la hauteur et du recul.

  • 12  Jean-Claude Daumas, «Les logiques des entreprises sous l'occupation», Olivier Dard, Jean-Claude Da (...)

20Récemment, un historien français évoquait, par exemple, à propos du contexte national «la collaboration, comme son symétrique, la résistance», ce qui ne manque pas de similitudes sur cette période complexe de l’entre-deux-guerres en Europe12. La violence politique, en tant que concept relationnel dépassant les polarisations arbitraires, restitue dans la vue d’ensemble l’explication historique rigoureuse du phénomène, et les conditions du dialogue historiographique utile qui l’accompagne. Et puisque la «symétrie» constitutive du front n’est pas géométrique, qu’elle correspond à des logiques sociales, celles-ci gagnent à être à la fois recherchées et exposées.

  • 13  Fernand Braudel, «Lucien Febvre et l’histoire», Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n. 2, (...)
  • 14  Lucien Febvre, «Petite chronique de la marche arrière», Annales, Économies, Sociétés, Civilisation (...)

21«Structurale» (p. 10), tel est dans le texte la première épithète qui adjective la «violence». Or, cette invocation de la «violence structurale du régime» (p. 10) franquiste n’est pas sans rappeler ce que, au début de la guerre froide, qui justement «permit de réhabiliter le phalangisme, et par voie de conséquence, l’ancien combattantisme» (p. 355), Lucien Febvre exprimait à propos de ce «mot à la mode», en donnant à penser: «qu’y a -t-il de ‘structuré’ réellement, dans tant de structures dont, si j’ose dire, on nous emplit la vue?»13. Cette expression employée par le co-fondateur des Annales de 1929 avec Marc Bloch n’est pas sans rappeler cette autre, qu’il employait à la même époque, au début de la guerre froide concomitante du regain de l’ «ancien combattentisme», en alertant à propos d’une «marche à reculons» et en interrogeant: «dans la crise des fabrications, les marchands d’œillères seraient-ils les seuls à travailler à plein»14. Historiquement, l’emploi persistant du concept de structure dans les narrations historiographiques renvoie souvent aux fortes pressions idéologiques de la guerre froide et à ses formes de violence symbolique.

22La violence fut le «noyau de l’expérience de guerre» (p. 60) expose l’auteur. Cela vaut non seulement pour les «anciens combattants franquistes» en particulier, mais encore pour les espagnols en général, y compris, et surtout, ceux qui résistaient à l’agression militaire. L’auteur perçoit bien en quoi la violence, par définition constitutive de celle-ci, se dérobe à l’observation spontanée qui ne l’élabore pas en concept apte à appréhender le phénomène massif lui correspondant, par la création patiente d’un objet d’étude relationnel où apparaîtraient mieux les acteurs et leurs pratiques, de chaque côté du front: «la violence fut tellement enveloppée d’éléments d’autres natures que souvent elle est occultée, masquée», et d’invoquer des «situations non sanglantes» (p. 60), contiguës de cette violence physique plus visible.

23L’auteur poursuit en invoquant explicitement la «violence symbolique» permettant de comprendre le sens de cette fameuse «culture de guerre» qui «légitimait la domination des uns sur les autres» (p. 214). Le «recours aux explications socio-psychologiques» du «niveau de prédisposition à agir» etc., etc. (p. 52) mériterait peut-être un développement plus conséquent quant aux acteurs et pratiques de la violence physique et symbolique. Car c’est dans l’imbrication de ces différentes facettes que l’on explique et que l’on comprend les voies, à la fois sociales et symboliques, par lesquelles se «légitimait la domination des uns sur les autres», finalement si bien rappelée par l’auteur. Ce dernier attire en outre l’attention sur l’existence d’une certaine auréole de sacralité politique tenant à distance du dialogue cette légitimation des uns sur les autres.

24«La mystique guerrière et fasciste» (p. 187) d’une partie non négligeable des anciens combattants franquistes, particulièrement influents au sein de l’entité politique de la Phalange, est invoquée à juste titre. Cela pourrait être utilement complété par l’imbrication du politique et du religieux. Ainsi, par exemple, lorsque, après avoir évoqué les sermons des membres influents du Clergé dans les rangs de l’armée franquiste, l’auteur conclut qu’il s’agissait «d’une ‘Croisade’ en laquelle les catholiques crurent réellement» (p. 95). L’introduction d’une pensée relationnelle, que favorise le concept de violence politique, permet d’enrichir cette formulation et cette production historiographique de sujets sociaux («les catholiques»), en dépassant les modes de catégorisations spontanées qui, parfois, enferment la complexité des réalités sociales dans des cadres commodes mais arbitraires.

25Sans insister sur ce qui a provoqué la guerre, et qui n’est pas l’objet de l’ouvrage, l’auteur n’évoque rien moins que «la sanctification de la guerre de la part de l’Église catholique» (p. 45). Peut-être eu-t-il été plus exact d’évoquer la «sanctification» des combattants franquistes, d’ailleurs rigoureusement inséparable de la diabolisation de la résistance populaire. L’auteur évoque les «valeurs catholiques» (p. 28) qui groupaient les membres des partis fascistes de la Phalange et social-catholiques Juventudes de Acción Popular, qui se rejoignaient dans l’idéologie nationaliste et belliciste.

26Par conséquent, la puissance symbolique de l’institution religieuse espagnole contribua, par son implication, à légitimer la violence. L’auteur introduit cette notion de «catholiques franquistes» (p. 328). Et lorsqu'il évoque le passage de relais, après la deuxième guerre mondiale, entre la «culture de guerre» et «le catholicisme qui s’impliqua» (en espagnol «daba un paso al frente», soit littéralement «fit un pas en direction du front», p. 355), cela nous conduit forcément à réinterroger la relation de continuité dans l’intervention préalable de l’institution religieuse dans le processus d'affrontements et de violences de l’entre-deux guerre.

27C’est également par-delà l’auréole de sacralité politique qu’il faut comprendre les heurts internes au camp franquiste, d’importance relative, que la catégorie de la violence politique permet de mieux percevoir dans sa complexité, sans déplacer arbitrairement l’entendement des rapports de force qui permettent de faire la part des choses. «Les anciens combattants franquistes, manipulés par d’autres anciens combattants franquistes plus puissants» furent des «appuis sûrs» pour la dictature (p. 214), expose l’auteur. «Les anciens combattants de l’armée franquiste furent les auteurs, inconscients mais toujours volontaires, de la consolidation de la dictature dans la première moitié des années 1940» (p. 214), dit-il, en nuançant un peu: «très peu pouvaient, dans un tel climat, bien comprendre comment cela fonctionnait et ce que cela signifiait» (p. 214).

28On retrouve la question de l’«idéologie» dans l’ouvrage à plusieurs reprises (p. 14, 91, 171, 195, 286, 312, 326, etc.). L’histoire de cette «expérience de violence», si «délicate à rechercher pour les historiens» et à écrire à partir de «sources qui la reflète de manière directe ou impartiale» (p. 17) qu’invoque l’auteur, introduit cette dimension épistémologique complexe et en construction qui nécessite de poursuivre le dégagement réflexif de cette dimension «impartiale» car la construction actuelle de la science historique gagne à donner un tour concret, relationnel et à même de porter au jour les pratiques violentes des acteurs. Or, c’est bel et bien de «l’idéologie et de la ‘culture de guerre franquiste’» (p. 312), ainsi juxtaposées par l’auteur, comme si les deux catégories étaient synonymes, dont il est question.

29Si prégnante au vingtième siècle, l’idéologie est un phénomène historique de longue durée. Il a ses persistances. À propos du «phénomène fasciste» dans l’Europe de l’entre-deux guerres, l’auteur souligne que «guerre et fascisme furent historiquement enchevêtrés», que liés à «la Première Guerre Mondiale dans leur origine» ils «provoquèrent, à leur tour, la Deuxième Guerre mondiale», et d’appeler à étudier cette corrélation avec «une plus grande attention» (p. 358). Le phénomène de la violence politique (de longue durée, lui aussi) et le concept scientifique lui correspondant s’y invitent en effet. L’auteur affirme que l’issue du second conflit mondial expédia ce phénomène fasciste «dans les poubelles de l’Histoire» (p. 218). On se demandera surtout quelles sont les relations de continuités entre les projets fascistes de l’entre-deux-guerres et ceux du monde qu’ils marquèrent durablement de leur impact violent, mais aussi quelles sont les différences vis-à-vis des projets politiques qu’ils combattirent.

  • 15  Edward Malefakis, «Balance final», Edward Malefakis (coord.), La guerra de España (1936-1939), Mad (...)

30Au niveau de l’Espagne, le soulèvement militaire nationaliste des 17 et 18 juillet 1936 s'explique dans un continuum renvoyant à la proclamation de la Deuxième République espagnole du 14 avril 1931. «Les choses commencèrent à changer à partir de 1931», avec un gouvernement qui «rejetait les procédés autoritaires à l’échelle locale» constatait avec finesse l’historien hispaniste Edward Malefakis15. C’est la violence qui mit fin à ce commencement, en le faisant bifurquer, toute l’Espagne s’en ressentant durablement. Antérieurement à 1931, le consentement à ces «procédés autoritaires à l’échelle locale», dans l’État libéral du Royaume d’Espagne, conduit forcément à invoquer le caciquisme (sur lequel tant de travaux historiographiques inégaux existent), et surtout l’état d’esprit dominant qui s’y rattache. Il faut donc se demander, dans une utile perspective comparative et diachronique, par quelles voies, par quels canaux sociaux et symboliques, par quels réseaux, par quels types de sociabilités, de formations intellectuelles, de continuités et de ruptures, cet état d’esprit dominant fut prolongé dans l’idéologie.

  • 16  Eric Hobsbawm, L'âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914-1991, Bruxelles, Complexe, 200 (...)
  • 17  François Hartog, Régimes d'historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

31À l’échelle globale, il faut rappeler le «contexte international de la guerre froide» (p. 20), qui inclina à laisser libre cours au franquisme, à l’idéologie franquiste comme à l’état d’esprit caciquiste s’accordant avec eux. «Le contexte historique international de cette période (1945-1959) est extraordinairement différent de celui que nous avons eu jusqu’à présent comme fond» (p. 217) mériterait peut-être un développement plus large et plus nuancé, tant l'historiographie de la période située dans le «court vingtième siècle», de ruptures mais aussi de continuités, est extraordinairement plus complexe16. À cet égard, ce que l’auteur intitule «ère ‘postidéologique’ après Auschwitz et Hiroshima» (p. 218) laisse interrogatif. Cela conduit surtout à problématiser la nature de «l’ordre international» présenté comme «défavorable» au franquisme et qui, cependant, l’appuya, auquel ce dernier et son idéologie parvinrent sans problème à «s’adapter» (p. 218). Le propre de l’état d’esprit caciquiste lié à l’idéologie franquiste et à sa violence ne tenait-il pas dans cette faculté d’adaptation des intérêts au court terme et au «présentisme»17? Ce livre suggestif sur les «anciens combattants franquistes» et leur idéologie a d’autres mérites eu égard à l’écriture scientifique et réflexive de l’histoire aujourd’hui.

La violence politique contemporaine et l’écriture réflexive de son histoire

32«Nombreux parmi les lecteurs de ces lignes auront connu sans doute au cours de leur vie quelque ancien combattant de la guerre civile espagnole. L’auteur de ce livre se souvient de deux anciens, qui rarement partagèrent leurs mémoires avec leur petit-fils, et qui jamais ne les mirent par écrit» (p. 9). Tels sont les premiers mots de l’auteur, qui entretient vis-à-vis de ces deux anciens combattants et de leur culture du non-dit, le même rapport que celui qu’il prête aux «anciens combattants franquistes» vis-à-vis de la violence qu'ils propagèrent, et dont il affirme qu’elle «correspondit à un savoir de difficile transmission par les codes verbaux» (p. 24). Paradoxalement, ce que l’auteur intitule la «culture de guerre», et qu’il rapproche de la «culture politique», comme si les deux notions étaient synonymes, était entre autres «exprimée par des codes verbaux» (p. 15). On le voit bien, les choses ne sont pas simples. «Ce livre, dédié intégralement à l’histoire des anciens combattants franquistes, naît du constat de cette lacune historiographique, et non pas du désir de couvrir une quelconque omission mémorielle» (p. 9) assure l’auteur, dont il faut louer, à nouveau, le travail courageux au sein de l’état actuel du progrès de la recherche au sein de l’historiographie espagnole, si durablement sous le joug persistant de la dictature et de l’idéologie franquiste.

33Dans l’esquisse de définition des «anciens combattants franquistes» qu’il donne en introduction, l’auteur évoque «les individus des basses classes, normalement éloignés des politiques phalangistes de la Delegación Nacional de Ex-combatientes et indifférents devant les discours, pratiques et représentations de la ‘culture de guerre’ franquiste que promouvaient les élites et les leaders» (p. 16). Il est frappant de constater, eu égard aux liens de contiguïté entre l’idéologie franquiste et l’état d’esprit caciquiste et clientéliste, que la thématique historiographique des «élites» lui est étroitement liée. Ces élites sont invoquées par l’auteur dans une double dimension, à la fois minoritaire et confiscatoire, dans leur monopole qui engendre un certain suivisme de leurs hiérarchies dominantes, ainsi reproduites par ceux qui les reconnaissent comme telles, et, ce faisant, commencent par prendre le parti de s’y soumettre, et non celui d’y résister.

34Comme le relevait Edward Malefakis, déjà cité plus haut, les choses commencèrent à changer avec la proclamation de la Deuxième République espagnole. Mais celle-ci fut abattue par la violence franquiste. Les choses n’ont donc pas fini de changer, et c’est précisément ce changement qu’il s’agit de saisir dans son mouvement complexe. C’est également en ce sens que doit être comprise la référence de l’auteur à «la domination sociale des classes propriétaires» (p. 190), qu’il associe à la création du corps militaire de la Garde Civile, à la date de 1844. Par conséquent, le propos de l’ouvrage pourrait être utilement complété en s’intéressant concrètement à leur rôle lors de l’entre-deux-guerres et sous la guerre froide.

  • 18  Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016, p. 100, 14, 3 (...)
  • 19  Idem, p. 174.

35Par ailleurs, dans son introduction l’auteur situe son travail au sein des découpages de l’espace historiographique et universitaire en sciences sociales: «d’un côté l’histoire institutionnelle et politique [...] de l’autre, l’histoire culturelle [...]» (p. 15), cependant que «l’histoire sociale a également une grande fonction dans cette œuvre», et que, «pour ainsi dire, les analyses de type sociologique seront les traverses qui unissent les rails de la recherche sur la politique et la culture de l’ancien combattentisme franquiste» (p. 16). Très récemment (2016), un sociologue ancien disciple de Pierre Bourdieu, l’un des auteurs les plus cités dans le monde, alertait à propos de la «poussée inflationniste» des réemplois conceptuels déshistoricisés de cette pensée d’ensemble, qui repose sur le triptyque Capital-habitus-champ, car Pierre Bourdieu avait bel et bien «vu la violence au cœur de l’histoire»18. Jean-Louis Fabiani rappelait également, à propos des frontières dominantes entourant les espaces de compétences plus ou moins cloisonnés et déformant les représentations des réalités sociales, que «les époques et les traditions nationales affectent les champs d’une marque spécifique»19.

36C’est justement en lien avec cette notion de travail que l’auteur, en évoquant «une recherche commencée fin 2008», revient sur le fait que «poser des questions sur le passé par temps de crise croissante n’est pas une tâche aisée» (p. 21). Et pour cause. «Dans la guerre ton sang, dans la paix ton travail» affirmait la propagande de la DNE, alors que le barème des concours octroyant les positions professionnelles dans l’État dictatorial franquiste du Royaume d’Espagne s’indexait en partie sur «le type de médailles» (p. 151) de guerre que pouvaient présenter les «anciens combattants franquistes». Préalablement, ceux qui étaient soumis à la propagande franquiste en avaient reçu comme consigne que «la démobilisation [...] devait se caractériser par un retour de l’ordre social hiérarchique de toujours» (de siempre, p. 88). L’auteur évoque «la menace (réel ou imaginaire) de révolution» (p. 25). Mais doutaient-ils vraiment de sa nature, ceux qui justement bénéficiaient de «l’ordre social hiérarchique de toujours» évoqué, qui étaient à l'origine de ce coup de force violent contre le parlementarisme républicain, et dont on aimerait donc mieux connaître les logiques sociales de reproduction?

  • 20  Marie-Anne Matard-Bonucci, Pierre Milza, L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945), Paris (...)

37Eu égard à cette notion fondamentale de «travail», les «anciens combattants franquistes», qui aux yeux de l’auteur passent pour des «hommes nouveaux» (p. 14, 15, 176, 185, etc.), apparaissent surtout comme des vétérans, dans tous les sens du terme, et bien avant l’âge. D'ailleurs, la notion d’«hommes nouveaux» fut commune aux propagandes des mouvements et régimes fascistes de toute l’Europe, dans le but de cette idéologie totalitaire de modeler, d’écraser, d'endoctriner les individus, pour les contrôler20. Cela mérite d’être rappelé. La «nouveauté» réelle renvoie donc surtout à l’antériorité des politiques démocratisantes de réformisme social et redistributives promulguées par la Deuxième République espagnole qui, de manière inédite, avait contrarié les intérêts et principes attachés aux hiérarchies dominantes, politiques de démocratisation qui furent éradiquées par la violence franquiste. Dans l’État qui s’ensuivit, «la discipline et le ‘style’ martial, la conception du travail comme service militaire, était ainsi introduite dans le monde du travail» (p. 207). Et le monde du travail englobe celui de la profession historiographique que le recul du métier d’historien permet de pratiquer avec plus de justesse. «Travail gris et amère» (p. 354) nous dit l’auteur de ce qu'il faut bien qualifier, par-delà la violence de guerre, de ces rapports de force asymétriques inhérents aux hiérarchies persistantes du monde du travail à l’époque contemporaine.

38Cette «première monographie dédiée à l’étude historique des anciens combattants franquistes de la guerre civile espagnole» (p. 14) a donc bien des mérites. Y compris celui d’appeler d’autres travaux sur ce même créneau, afin de le compléter utilement, de manière empirique et comparée, relationnelle et au-delà de la juxtaposition des sujets sociaux, pour les construire rigoureusement, par l’écriture de la science historique. L’auteur évoque «une société hiérarchisée dans laquelle certains anciens combattants franquistes [...] étaient relégués à une misère qui les différenciaient peu des vaincus, véritables exclus de la ‘Communauté Nationale’» (p. 354). Cela appelle des travaux complémentaires, dans une vue d'ensemble, pour lever complètement le voile sur cette période sensible, en articulant les échelles d’analyse qui englobent celles du sens des concepts.

Réflexions conclusives

39Dans cette note de lecture, on a cherché à indiquer pourquoi, en l’état actuel de la recherche historiographique en Espagne et/ou sur l’histoire de celle-ci dans un cadre plus global, cet ouvrage spécialisé sur les «anciens combattants franquistes» est non seulement important par ce qu’il dit, mais l’est en outre par tout ce qu'il appelle à développer. «Bien que la Dictature Franquiste ait conçu tout au long de ses décennies, diverses structures organisatrices et cadres législatifs ou conceptuels afin que les anciens combattants franquistes acquièrent une organisation précise, ces structures ne se sont jamais réduites», affirme l’auteur dans ses conclusions, « à quoi que ce soit qui puisse les apparenter aux piliers par excellence du régime : l’Armée, l’Église et le parti Phalange» (p. 351). La démonstration nous convainc pourtant de la nécessité de penser relationnellement, à travers les acteurs et leurs pratiques, de manière conjoncturelle, par-delà la production historiographique de sujets sociaux spécialisés, la violence à la fois physique et symbolique, tantôt manifeste et tantôt latente, mais durable et opposant les anciens combattants, les républicains comme les franquistes, ces derniers bénéficiant de l’appui d’institutions plus puissantes et à la légitimité discutable.

  • 21  Marc Bloch, L'étrange défaite, Paris, Franc-Tireur, 1946, p. 179.

40«La guerre fut ce qui convertit les anciens combattants de l’armée franquiste en anciens combattants franquistes dans le sens politique et idéologique du terme» (p. 353) affirme en outre l’auteur dans ses conclusions, au détour d’une phrase qui indique bien les dimensions équivoques liées à la polysémie engendrée par la production historiographique de ce sujet social. «L’horreur et la transcendance» violente de l’ «expérience globale» (p. 60) de la guerre civile espagnole renvoient forcément au fanatisme typique et durable de l’idéologie franquiste. Afin de pouvoir utiliser plus scientifiquement le concept d’ «idéologie», de mieux percevoir les acteurs y souscrivant par leurs pratiques violentes, on a justement cherché à en épurer le sens, en l’historicisant, afin de penser historiquement «la domination du régime franquiste sur la société espagnole» (p. 179). De manière concomitante à cette violence, si opposée à cet esprit scientifique pionnier des Annales de 1929, Marc Bloch écrivait: «Il est, dans l’état présent de nos sociétés, inévitable que les diverses classes aient des intérêts opposés et prennent conscience de leurs antagonismes. Le malheur de la Patrie commence quand la légitimité de ces heurts n’est pas comprise».21 C’est la nature violente du rapport de force asymétrique de classes qui, par-delà le dialogue constructif, déshistoricise en temps réel les fondements logiques et les enjeux pratiques de ces rapports, en même temps qu’elle désolidarise l’histoire espagnole vis-à-vis de son contexte européen et global.

Haut de page

Notes

1  Toutes les traductions sont de l’auteur. L’ouvrage a déjà fait l’objet de compte-rendu, tous en espagnol, sur des revues espagnoles et émanant d’auteurs espagnols (que le lecteur retrouvera en utilisant le catalogue en ligne «Dialnet»). Afin de permettre un élargissement européen et international du propos de cet ouvrage intéressant par-delà le localisme des frontières nationales, il était donc logique de tout traduire systématiquement en français sur cette revue bilingue des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine.

2  Miguel Ángel del Arco Blanco, «Ángel Alcalde, Los excombatientes franquistas (1936-1965)», Historia Actual Online, n. 38, 2015, p. 189-191, p. 189.

3  Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française 1914-1939, paris, Presses de Science-Po, 1977.

4  Jacques Maurice, «Vitalité de l’histoire agraire espagnole», Cahiers de civilisations espagnoles contemporaines. De 1808 au temps présent, 2, 2008, http: // ccec.revues.org/ 1653.

5  Marc Bloch, L'étrange défaite, Paris, Sociétés des éditions Francs-Tireurs, 1946, p. 178.

6  Jacques Revel, Jean-Claude Passeron, Penser par cas. Raisonner à partir de singularités, Paris, EHESS, 2005.

7 Francisco Romero Salcedó, The Spanish Civil War: Origins, Course and Outcomes, Palgrave Macmillan, New York, 2005, p. 89.

8  Tommaso Detti, «Il primo dopoguerra in Italia: una guerra civile?», Passato e Presente, 84, 2011, p. 176-181, p. 180.

9 Francisco Espinosa Maestre (ed.), Violencia roja y azul. España, 1936-1950, Barcelone, Crítica, 2010.

10  Paul Preston, The Spanish Holocaust. Inquisition and Extermination in Twentieth Century Spain, Londres, Harper Collins, 2012.

11  Marc Bloch, Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 21, Lucien Febvre, Combats pour l'histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 273.

12  Jean-Claude Daumas, «Les logiques des entreprises sous l'occupation», Olivier Dard, Jean-Claude Daumas, François Marcot (dir.), L'occupation, l’État français et les entreprises, Paris, ADHE, 2000, p. 435-456, p. 438.

13  Fernand Braudel, «Lucien Febvre et l’histoire», Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n. 2, 1957, p. 177-182, p. 180.

14  Lucien Febvre, «Petite chronique de la marche arrière», Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1953, n. 4, p. 507-511, p. 510.

15  Edward Malefakis, «Balance final», Edward Malefakis (coord.), La guerra de España (1936-1939), Madrid, Taurus, 1996, p. 635-664, p. 643

16  Eric Hobsbawm, L'âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914-1991, Bruxelles, Complexe, 2003 (1994).

17  François Hartog, Régimes d'historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

18  Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016, p. 100, 14, 39.

19  Idem, p. 174.

20  Marie-Anne Matard-Bonucci, Pierre Milza, L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945), Paris, Fayard, 2004.

21  Marc Bloch, L'étrange défaite, Paris, Franc-Tireur, 1946, p. 179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « L’écriture de l’histoire de la violence politique et la production historiographique de sujets sociaux. Note de lecture à propos des «anciens combattants franquistes» », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 26 février 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6446

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

Post-doctorant, Institut universitaire européen de Florence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org