Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Comptes rendus

La formación profesional obrera en España durante la Dictadura de Primo de Rivera y la Segunda República

Manuelle Peloille
Référence(s) :

María Luisa Rico Gómez, La formación profesional obrera en España durante la Dictadura de Primo de Rivera y la Segunda República, Madrid, CSIC, 2016.

Texte intégral

1L'ouvrage, équilibré, comporte cinq parties : contextualisation politique écologique du projet du Général Primo de Rivera en matière de formation professionnelle industrielle ; nouvelle organisation de l'enseignement industriel, législation et programmes ; implantation et adaptation des écoles de travail ; situation géographique et gestion administrative des écoles; réponse du capital économique et humain.

2S'il n'est jamais possible de parvenir à l'exhaustivité, l'auteure y a tendu, en consultant des archives, de nombreuses sources de presse (28 périodiques généralistes et techniques), la législation, les annuaires statistiques, auxquels il faut bien entendu ajouter une bibliographie secondaire nourrie. Nous avons donc affaire à une étude systématique, qui retrace la chronologie de la formation professionnelle et pose les enjeux en Europe en Espagne.

3Après la Première Guerre mondiale, tous les pays en reconstruction ou en expansion ont besoin de former un personnel qualifié pour l'industrie, et ce quel que soit le régime politique. L'idée est de favoriser la rencontre entre des capitaux et une force de travail adaptée aux différents besoins. L'Espagne, qui commence tout juste, depuis 1900, à diversifier son industrie, a des besoins similaires. Ce qui lui est spécifique en revanche, c'est le rôle de l'État en matière d'organisation de la formation professionnelle, même si le livre montre plus tard qu'il arrive aux entrepreneurs de prendre le relais, quand ils n'ont pas pris l'initiative en amont, dans le cas de la Catalogne.

4En Espagne et ailleurs, les antécédents sont nombreux. Il existe un corps d'experts (peritos), des Écoles des Arts et métiers (Artes y oficios), et depuis la seconde moitié du xixe siècle, la législateur espagnol se penche sur la question (chapitre 3) ; pour la France, la Loi du 25 juillet 1919 relative à l'organisation de l'enseignement technique industriel et commercial (connue sous le nom de Loi Astier) constitue un point de référence. Les idées de la Institución Libre de Enseñanza et du régénérationnisme sont présentes, et la extensión universitaria chère à Costa fut une tentative d'application de ce projet de former les citoyens dans un but productif. On observera dans le fragment qui suit le souci de s'inspirer du meilleur de l'étranger qui présidera à la création, en 1907, de la Junta para ampliación de estudios, et l'articulation entre enseignement technique et contribution à la richesse nationale qui faisait tant défaut au pays :

  • 1 Lettre de Joaquín Costa, en date du 14 mars 1903, à un professeur d'agriculture qui voulait former (...)

Triunfante la República, mi pensamiento sería, si en mi mano estuviese, que un hombre como usted, con voluntad probada, a quien la cosa le había salido de dentro, se pusiera a la cabeza de una organización general de esa clase de enseñanzas, que pudiera ir al extranjero a injertar sobre lo propio adquirido, pensamientos y experiencias de los extraños, llevando consigo discípulos que formen apostolado y permitan transformar en poquísimos años (con las escuelas de gañanes y las escuelas agrícolas militares), la agricultura española y en general nuestra Economía nacional1.

5Le projet de formation professionnelle sous Primo de Rivera s'inspire aussi d'un catholicisme social qui, contre le libéralisme, prétend « humaniser la technique ». L'ouvrier a une fonction bien précise, il ne doit pas être un automate, mais un être capable de s'adapter à des machines plus complexes. Cependant, sur le catholicisme social a des limites, car tandis que les républicains se préoccuperont plus d'alphabétiser la population à partir de 1931, car la formation professionnelle s'insère pour eux dans un projet éducatif plus large à caractère humaniste, la Dictature se centre sur l'aspect technique et professionnel. À cet égard, le changement de tutelle est révélateur : sous Primo de Rivera, la formation professionnelle dépend du Ministère du Travail, de l'Industrie et du Commerce ; sous la République, du Ministère de l'Instruction publique. Cependant, l'auteure remarque que ce régime démocratique s'est plus préoccupé des changements de tutelle et de la législation protectrice des travailleurs que d'améliorer les dispositifs de formation, en dépit de la grande compétence en la matière de Largo Caballero (p. 100).

6D'autres part, les pays capitalistes, là encore indépendamment du régime politique, veulent détourner les ouvriers du marxisme et de la révolution qui en est l'application. Une des voies de détournement des aspirations populaires est de permettre à l'ouvrier de se réaliser dans son travail, non pas en aspirant à devenir propriétaire des moyens de production comme en URSS, mais en étant un bon technicien, selon une optique d'« harmonie » entre les intérêts du capital et ceux du travail. À cet égard, le vocabulaire est éloquent : en Espagne, le mot « travailleur » est remplacé par le mot « professionnel ». La finalité est la « paix sociale », à maintenir après des années de répression menées entre 1917 et 1922 :

En todos los casos, las prioridades sociales y económicas fueron decisivas para estructurar una sociedad que no desarticulara una economía moderna y no pusiera en peligro el orden social. Una profesión técnica bien encauzada era un manantial de paz social y de orden económico, ya que se convertía en el elemento base de la nueva organización científica del trabajo y de la sociedad corporativa (p. 39).

7Assurer une possibilité de promotion sociale est un des ressorts de l'adhésion des classes populaires. Au départ, cette formation industrielle devait assurer une telle fonction, même si le résultat fut à l'opposé :

Con este tipo de currículo, se formaba un capital humano que pasaba de ser mero peón a un oficial obrero, con posibilidad de convertirse en jefe de taller, dignificado en su trabajo y capaz de comprender las diferentes fases productivas y el fin último de cada operación (p. 134).

8La Dictature adopte en la matière une politique volontariste, sous la forme de deux statuts, adoptés en 1924 et 1928, et analysés au chapitre 4. Ce que fait ensuite ressortir l'ouvrage, c'est que la promotion sociale qu'aurait pu permettre une formation professionnelle a été rendue impossible, pour plusieurs raisons. D'abord, le manque de financement dans certaines régions ; l'empilement des instances administratives et financières, avec une confusion entre les municipalités, les députations, l'État, les particuliers ; échec de l'articulation des nouveaux plans de formation avec ce qui existait déjà. L'État n'a pas su s'adapter aux besoins de chaque région :

El Estado obró con rigidez legislativa, con inestabilidad y con falta de coherencia entre el tejido económico y la orientación pedagógica de las leyes. La estructura uniforme de la enseñanza profesional no supo cambiar las actitudes rutinarias de los educadores y empresarios (p. 273).

9Pour pallier le manque de financement, ce sont parfois les municipalités ou les entreprises elles-mêmes qui ont pris le relais. Enfin, on a clairement privilégié, dans la pratique, la formation des cadres et des ingénieurs, au détriment de la formation élémentaire, ce qui a aggravé les écarts sociaux au lieu de les réduire.

10La conclusion à laquelle ce livre parvient, c'est qu'à travers ce mécanisme de restructuration, l'éducation ouvrière a été instrumentalisée au profit d'un projet paternaliste de contrôle social, mais qui n'a satisfait ni les intérêts du travail ni ceux du capital. Telle est la thèse avancée et prouvée par cet ouvrage :

Ni el Estatuto de 1924 ni el de 1928 se acomodaron a los intereses obreros de ascenso profesional mediante la instrucción técnica, y a los de la industria de configurar un capital humano medio de técnicos en conexión con los requerimientos de los oficios auxiliares del espacio productivo. Por tanto, invalidaron el propósito oficial de alcanzar los dos objetivos políticos primorriveristas: frenar la lucha de clases y modernizar la economía industrial (p. 334).

11Outre la capacité à synthétiser une masse considérable de documents, le grand mérite de ce livre est, à notre sens, de relier la question de la formation, sous ses aspects techniques (programmes, financements, localisation, conflits), à la question sociale, à savoir les stratégies de contrôle mises en place par la Dictature de Primo de Rivera père, et qui seront à nouveau mises en œuvre sous le Franquisme. Le lecteur trouvera dans ces mêmes Cahiers (n°15) un article centré sur la formation professionnelle des femmes.

Haut de page

Notes

1 Lettre de Joaquín Costa, en date du 14 mars 1903, à un professeur d'agriculture qui voulait former les instituteurs à l'agronomie, en vue d'améliorer les cultures et la production de richesse nationale, dans un pays où ce secteur représentait 70% de l'économie et de la population active, et, surtout, constituait la base de l'accumulation « primitive », donc du décollage industriel. [http://www.eumed.net/cursecon/textos/costa/C12.htm]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « La formación profesional obrera en España durante la Dictadura de Primo de Rivera y la Segunda República », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6426

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Professeur, Université d'Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org