Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Notes de lecture

Poesía y poetas bajo el franquismo

Serge Buj
Référence(s) :

Encarna Alonso Valero (ed.), Poesía y poetas bajo el franquismo, Madrid, Visor Libros, 2016, 187 p.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage collectif fait de sept chapitres dus à sept auteurs différents tente de proposer, une approche sociocritique de l’état poétique pendant le franquisme. Il se propose d’analyser ce que fut la contrainte de la pensée et ses échappatoires pendant cette période et le rôle majeur de la poésie dans cet exercice de contournement de toutes les formes de contrôle exercées par les institutions dominantes, aussi bien étatiques qu’ecclésiastiques.

  • 1 Edmond CrosLa sociocritique, Paris, L’Harmattan, 2003, 206 p.

2Il est intéressant d’observer que cette approche sociocritique, que porta à bout de bras Edmond Cros dans le domaine hispanique1, se proclame ici clairement fondée sur l’approche meta-sociologique du réel et de ses productions culturelles de Pierre Bourdieu (tout y est, les notions d’habitus, de champ culturel, de capital symbolique …).

  • 2 Luis García Montero, María Gracia Rodríguez, La poética de Jaime Gil de Biedma, p. 45-62.
  • 3 María del Mar Ramón Torrijos, Voces silenciadas en el grupo poético del 27: Ernestina de Champourci (...)
  • 4 Melissa Lecointre, « Frenética mudez o grito inmovil » : la renovación poética de 1944, p. 63-86, M (...)

3En vérité, telle est l‘intention revendiquée par la longue et riche introduction à l’ouvrage que propose Encarna Alonso Valero. Cependant, la suite des articles montre une assez grande diversité d’approches. Le plus souvent orientées autour des questions biographiques du genre. C’est le cas de l’étude proposée par Luis García Montero et María Gracia Rodríguez de la relation au corps que diffuse la poésie de Jaime Gil de Biedma (relation mise en lien avec son homosexualité)2 ou encore des études plus classiques qui mettent en lumière la discrimination culturelle que subirent les femmes3. Les articles de Melissa Lecointre et de María Teresa Navarrete Navarrete4 , articles d’une très grande richesse référentielle, relèvent plutôt de l’histoire littéraire.

4Deux articles tentent de mettre en jeu de façon explicite le postulat mis en avant par Encarna Alonso Valero, celui de la mise en œuvre de la notion de « champ ».

  • 5 Félix Fernández Castaño, Belén Blázquez Vilaplana, Aproximación a Manuel Sacristán Luzón desde una (...)
  • 6 Sur cette période, il nous faut renvoyer à un ouvrage majeur : Giaime Pala, Cultura Clandestina, Lo (...)

5Cette question est abordée par l’article qui ouvre l’ouvrage, celui de Félix Fernández Castaño et Belén Blázquez Vilaplana consacré à une figure atypique de la philosophie, des lettres mais aussi de l’engagement politique contre la dictature, Manuel Sacristán Luzón5. Son rôle d’incitateur culturel est étudié à travers son activité d’éditeur de revues (Quadrante et Laye et, plus tard Horitzons et Nous Horitzons6).

  • 7 Guillaume BRIDET, « De quelques dérèglements dans Les Règles de l’art », Paris, Les Temps Modernes, (...)

6Elle l’est aussi, d’une façon beaucoup plus théorique et problématisée, par Miguel A. Olmos dans un article qu’il consacre à Agustín García Calvo et à son Sermón de ser y no ser, pour nous proposer à travers une lecture asymptotique de ce poème qui n’en n’est pas un (« Qué extraño texto », relève Jacobo Cortines, cité dans l’article). Les références bourdieusiennes de Miguel A. Olmos sont Les règles de l’art de Pierre Bourdieu et son étude de l’Education sentimentale de Gustave Flaubert. Le pari est risqué, la charge théorique bien complexe, puisque le lien mécanique entre société et production culturelle ne peut être réduit à une relation cause/effet, mais, comme le souligne Guillaume Bridet, pour Bourdieu « la mise en œuvre » n’est « jamais réductible à une pure exécution  »7.

7Cet ouvrage a pour grande vertu de rouvrir le chantier d’une approche sociocritique des productions culturelles au cours de la deuxième moitié du XXe siècle espagnol, d’ouvrir des pistes pour un renouveau de ces études, sans plaquages mécaniques de concepts sociologiques mais avec un réel souci de questionnement permanent.

8C’est un pari ancien dont Robert Escarpit rendait bien compte en son temps quand, en 1992, il disait, avec son franc-parler légendaire :

  • 8 Une interview de Robert Escarpit (par Jean Devèze et Anne-Marie Laulan, 1992, UniversitédeBielifeld(...)

Je suis devenu professeur de littérature comparée […], mais je dois dire tout de suite que j’ai toujours pensé que le discours sur le discours des autres, ce n’était pas un métier. Faire du baratin sur des livres, sur des écrits des autres, […] ce n’était pas scientifique. […] Alors, j’ai cherché à en sortir. […] Un jour, je suis rentré chez moi en disant à ma femme : ce n’est pas possible, je ne vais pas continuer ce métier d’imbécile […] et ce, pendant toute une carrière. Je veux comprendre les choses, comprendre les mécanismes […]. Je me suis mis au travail, et j’ai produit un petit bouquin [i.e. Sociologie de la littérature]8.

Haut de page

Notes

1 Edmond CrosLa sociocritique, Paris, L’Harmattan, 2003, 206 p.

2 Luis García Montero, María Gracia Rodríguez, La poética de Jaime Gil de Biedma, p. 45-62.

3 María del Mar Ramón Torrijos, Voces silenciadas en el grupo poético del 27: Ernestina de Champourcin, voz de poeta, voz de mujer, p. 127-150, Ana Rodríguez Callealta, La poesía femenina española (en castellano) en Cuadernos hispanomaericanos (1948-1967), p. 151-187.

4 Melissa Lecointre, « Frenética mudez o grito inmovil » : la renovación poética de 1944, p. 63-86, María Teresa Navarrete Navarrete, Viaje editorial de la mano de Julia Uceda, p. 87-126.

5 Félix Fernández Castaño, Belén Blázquez Vilaplana, Aproximación a Manuel Sacristán Luzón desde una visión bourdiesiana: estudio exploratorio para un análisis de la filosofía, p. 23-44.

6 Sur cette période, il nous faut renvoyer à un ouvrage majeur : Giaime Pala, Cultura Clandestina, Los intelectuales del PSUC bajo el franquismo, Granada, Comares, 2016, 172 p.

7 Guillaume BRIDET, « De quelques dérèglements dans Les Règles de l’art », Paris, Les Temps Modernes, n° 618, 2002, p.111-137: https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2002-2-page-111.htm

8 Une interview de Robert Escarpit (par Jean Devèze et Anne-Marie Laulan, 1992, UniversitédeBielifeld ;http://www.uni-bielefeld.de/lili/personen/rwolff/interview%20Escarpit.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Poesía y poetas bajo el franquismo », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/6394

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Professeur émérite, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org