Navegación – Mapa del sitio
Études
Miscellanées

Mariano Rajoy selon El Jueves

Mariano Rajoy seen by El Jueves
Mariano Rajoy según El Jueves
Nadia Duchêne

Resúmenes

Este trabajo tiene por objetivo estudiar la imagen mediática del presidente del Gobierno español, Mariano Rajoy, en la portada de la revista satírica El Jueves durante su mandato de 2011 a 2015. Tras un breve recordatorio de las nociones de dibujo de prensa y prensa satírica, la primera parte está dedicada a la presentación del corpus y del soporte de trabajo, la revista satírica El Jueves. La segunda se centra en el marco metodológico de análisis. La tercera trata brevemente del recorrido profesional del político y de los principales acontecimientos que han marcado el periodo de su mandato. Por último, se aborda el análisis de los elementos iconográficos y discursivos que permiten identificar con qué rasgos se representa al presidente del Gobierno.

Inicio de página

Texto completo

1L’expression « dessin de presse » renvoie souvent aux acceptions de caricature, dessin d’humour, dessin de mœurs, dessin satirique ou politique - termes désignant pour certains des notions différentes, pour d’autres au contraire, des synonymes. Le dessin de presse participe de tous ces éléments qui lui ont préexisté, il recouvre ainsi des modes d’approche différents et relève d’un genre spécifique destiné à interpréter la réalité que l’on ne peut isoler ni de son support, le journal, ni de son contexte, l’actualité. Il est l’instrument privilégié de la contestation politique pour susciter une réaction chez le lecteur.

2Genre hybride, car, combinant à la fois texte et dessin, la presse satirique s’est imposée pour transmettre un esprit critique et volontiers ironique. Le dessin de presse est au carrefour de plusieurs influences : le recours à la caricature (de l’italien caricare : charger, insister, exagérer) permet d’accentuer, de déformer et de tourner en ridicules personnages et situations, explorant ainsi les possibilités et les limites des formes. Il emprunte également au théâtre des procédés de comique : le comique de situation (rapport entre les personnages à un moment précis de l’action), le comique verbal (jeux de mots, expressions à double sens, répétitions,…) et le comique de caractère (mise en exergue des défauts, contradictions ou faiblesses d’un homme politique). Puis la bande dessinée à laquelle il emprunte les bulles, les onomatopées, la case, le strip.

3L’ensemble mixte remet en cause l’ordre établi. On peut penser que l’heure n’est pas forcément au rire, mais au-delà du cynisme et de la dérision, la presse satirique permet de désacraliser la réalité et d’en signaler certains traits saillants. Dénoncer et critiquer tout en étant drôle implique que le dessinateur soit capable de condenser l’information à partir de quelques éléments qui permettront au lecteur d’identifier la situation ou le personnage dont il est question. Le lecteur, pour sa part, doit non seulement identifier les symboles et les codes, mais aussi connaître l’actualité et le contexte pour être à même de comprendre la subjectivité du discours.

  • 1 Patrick Charaudeau, « Des catégories pour l’humour », in Questions de communication 10, PUN, Éditio (...)

4La stratégie discursive de la presse satirique privilégie le sarcasme et l’ironie ; il convient de les distinguer. Le sarcasme permet de railler un geste, une opinion ou la parole d’un personnage précis. La mise en évidence de l’absurdité ou les discordances du discours de ce personnage cible traduisent l’hostilité à son endroit. Il se distingue de l’ironie en ce sens où il est plus « direct » ; P. Charaudeau nous le rappelle : « Dans cet acte d’énonciation, c’est la cible qui est l’objet du jugement négatif, et non l’interlocuteur que l’on prend à témoin de l’acte ironique en lui demandant d’en être le complice. Cependant, il peut se faire que ce dernier soit en même temps la cible de l’ironie »1. L’ironie, en revanche, va sembler partager l’énoncé formulé avant de le dénigrer. En d’autres termes, l’ironie permet d’exprimer quelque chose de positif alors qu’elle veut transmettre une idée négative.

Le corpus et la revue El Jueves

5Le corpus est composé de 73 Unes de la revue hebdomadaire El Jueves qui représentent M. Rajoy pendant son mandat 2011-2015. Plusieurs raisons ont motivé le choix de ce corpus. D’une part, le contexte économique et socio-politique : l’Espagne a connu une crise sans précédent depuis 2008 liée à la crise économique mondiale et à celle de la dette de la zone euro. Se situant au rang des pays les plus endettés et les plus menacés par le chômage dans l’Union européenne (et dont la situation a souvent été comparée à celle de la Grèce, du Portugal ou de l’Irlande), la vulnérabilité du pays et donc son image ont été mises à l’avant-scène médiatique. D’autre part, le fait que les mesures d’austérité auxquelles le pays a été soumis sont d’une ampleur inégalée et constitueront sans nul doute l’empreinte du mandat de M. Rajoy, souhaitant marquer une rupture avec « l’immobilisme de la gauche ».

6Le choix du support s’explique par l’intérêt qu’il présente : El Jueves offre un regard particulier sur les évènements de l’actualité et s’érige en quelque sorte en miroir d’une société. La revue satirique a vu le jour en mai 1977 à l’époque de la Transition. Trois mois après sa création, l’éditeur ne pouvant pas rembourser son crédit, la vend au groupe Zeta, lequel en 1982 la revend à son tour invoquant alors des pertes d’argent. Les fondateurs Oscar Nebreda, Jordi Ginés Soteras et José Luis Martín décident de l’acheter, ce qui leur permet d’afficher une certaine indépendance en matière de politique éditoriale. En décembre 2006, le groupe de presse RBA rachète 60 % des parts de la publication. El Jueves est le produit de certaines circonstances, dont la censure. Elle fait cependant preuve d’une pérennité remarquable puisqu’elle a déjà 39 ans et demeure l’une des rares revues qui ont survécu au caractère éphémère de ce segment de la presse soumis aux vicissitudes du marché. Très critique et parfois aussi très crue, la revue a dû affronter à plusieurs occasions la censure depuis sa création dans les années 70. El Jueves a déjà quelques procès à son actif dont certains pour injure royale.

7La publication hebdomadaire, éditée à Barcelone, paraît le mercredi sous le titre El Jueves, la revista que sale los miércoles. Ce dernier a connu des changements au cours des années ; le sous-titre indiquait au début La revista que sale los viernes puis en 1978, La revista declarada de inutilidad pública pour finalement reprendre la première formule intégrant une modification : La revista que sale los miércoles. L’hebdomadaire compte environ 70 pages dont une vingtaine est consacrée à l’actualité politique, économique et sociale sous forme de textes, de bandes dessinées et de séries autour de différents personnages. La Une illustre un thème d’actualité sur un ton quasiment toujours sarcastique et ironique. La double page centrale est un poster qui représente la caricature d’un ou plusieurs personnages publics. Institutions, organisations et personnages de la scène politique et sociale espagnole et internationale, notamment les plus conservateurs, sont la cible de El Jueves et certaines thématiques sont récurrentes : la monarchie espagnole, la religion catholique, les partis politiques de droite, les vacances des hommes politiques, l’armée… Anticlérical, laïc, républicain, de gauche et antimilitaire, défenseur des droits de l’homme, l’hebdomadaire se veut indépendant et iconoclaste - une chronique de l’Histoire de l’Espagne. L’humour de El Jueves relève de la provocation aux accents volontiers scatologiques, la transgression des bonnes manières étant le véhicule de la satire sociale et politique, il s’agit donc parfois d’humour inconvenant. Selon l’Étude générale des médias2, le nombre de lecteurs de l’hebdomadaire El Jueves s’élève à 492 000 pour la période comprise entre octobre 2014 et mai 2015. Entre 2014 et 2015, la revue a connu une baisse du nombre de lecteurs de 11,2 %. Le tirage atteint en moyenne 60.000 exemplaires par semaine.

8Le choix de nous focaliser sur la Une s’explique par le fait qu’elle constitue l’unité la plus significative du journal ; qu’il s’agisse de motivations politiques ou commerciales, la Une met en exergue l’information que la rédaction considère la plus remarquable, elle résulte d’une hiérarchisation des nouvelles.

Cadre méthodologique

9Ensemble hybride, caractérisé par une double composante – verbale et iconique, la Une de la presse satirique représente un phénomène sémiotique et linguistique dans lequel chacune des composantes est complémentaire à l’autre et joue un rôle dans la communication. Dans le but de mieux comprendre comment chaque élément concourt à construire le personnage qui nous intéresse, nous avons élaboré une grille d’analyse du contenu et de la forme des textes et des images constituant notre corpus. M. Rajoy est forcément présent sur les Unes que nous analysons, soit seul, soit en compagnie d’autres personnages – cette variable pouvant apporter des modifications au sens ou à la thématique abordée.

10Le premier stade de l’analyse porte sur les éléments visuels. Nous analysons tout d’abord les signes plastiques en commençant par le cadrage, concept issu du domaine cinématographique ou photographique. Il s’applique ici, car il permet au dessinateur de privilégier certains aspects par le biais de la construction de l’espace représenté. Nous avons retenu le plan d’ensemble : il apporte une vue d’ensemble, de loin et dans lequel prédominent décor et détails alors que les personnages sont généralement réduits. Le plan de demi-ensemble : il dessine les personnages et objets dans un décor particulier : la rue, un lieu intérieur… Le plan moyen : il cadre les personnages en entier ; il précise l’action, permet d’introduire une situation drolatique ou un gag. Le plan dit américain accorde la prédominance aux personnages, coupés au genou afin d’attirer l’attention sur les gestes. Le plan rapproché permet de voir les personnages de près, coupés à la ceinture et de mettre l’accent sur l’expression psychologique. Il apporte donc une vue plus intime du personnage politique. Le gros plan permet de déformer le visage, de grossir les traits ou d’insister sur une particularité physique de l’homme politique, très utilisé dans le portrait-charge puisqu’il fait ressortir les jeux de physionomie. Finalement, le très gros plan qui coupe parfois une partie du visage ou de l’objet cadré en attirant l’attention sur un détail.

11Nous nous intéressons ensuite à la prise de vue qui représente l’œil du lecteur. Citons d’abord la plongée, une vue de haut en bas qui situe le(s) personnage(s) dans l’espace, les uns par rapport aux autres et à leur environnement. Elle permet de dramatiser une scène en donnant une impression d’écrasement, d’infériorité, voire de domination sur le(s) personnage(s) représenté(s). La contre-plongée, une vue de dessous qui magnifie le sujet, lui donne un aspect de supériorité et de domination. Elle allonge le(s) personnage(s) et sert à les diaboliser. Puis, le plan horizontal ou angle de vue classique (le plus utilisé) qui présente une image sans perspective ni effet particuliers.

  • 3 Annie Mollard-Desfour, Le dictionnaire des mots et expressions de couleur au xxe-xxie siècles, Pari (...)

12Les couleurs, bien que relevant d’un concept difficile à maîtriser, sont aussi un élément intéressant puisque selon les domaines, les lieux ou les époques, elles font l’objet d’une interprétation similaire ou différente, voire contradictoire ; chaque groupe ou communauté s’est formé son propre symbolisme en fonction de sa culture. La couleur découle en effet d’un processus à la fois biologique et culturel qui fait appel à la mémoire, à la connaissance, à l’Histoire ainsi qu’à l’imagination. La couleur est donc porteuse d’une valeur symbolique qui a ses codes et ses usages que le lecteur décrypte selon son substrat culturel et son instinct. La couleur véhicule des réalités sociales et symboliques3.

13Les signes iconiques servent à identifier l’intention communicationnelle du dessinateur. Nous avons relevé pour chaque dessin de presse un certain nombre d’éléments tels que les lieux où se déroulent les différentes situations, distinguant espaces intérieurs et espaces extérieurs ainsi que lieux publics et lieux privés, ceci afin de contextualiser l’action. Nous avons identifié les différentes catégories de personnages ainsi que leur action : le personnage se consacre-t-il à son activité professionnelle ou à une activité autre et laquelle. Pour chacun d’eux, tenue vestimentaire, gestuelle et mimiques sont essentielles. La question vestimentaire doit être comprise dans un ensemble incluant comportements, langage et valeurs. Les codes vestimentaires sont devenus plus ambigus aujourd’hui et bien qu’ils jouent un rôle important de validation sociale et que l’habit exprime de manière symbolique des rapports d’autorité ou de prestige, la signification d’un vêtement dépend de plus en plus de son contexte. Dans le cadre de la parole, il s’agit d’identifier si notre personnage est à l’écoute d’un interlocuteur ou d’un groupe, s’il s’entretient avec une autre personne ou s’il réfléchit et sur quel ton.

  • 4 Anne-Marie Houdebine-Gravaud et Mae Pozas, « De l’humour dans les dessins de presse », in Questions (...)
  • 5 Michael Alexander Kirkwood halliday, Spoken and written language, Deakin, Deakin University Press, (...)
  • 6 Axelle Beth et Elsa Marpeau, Figures de style, Paris, Éditions 84, 2011.

14La deuxième phase reprend partiellement des éléments d’analyse linguistique de la méthode proposée par Anne Marie Houdebine et Mae Pozas4 inspirée de la sémiologie dont la démarche vise à décrire les éléments linguistiques. Tout d’abord la modalité d’énonciation ; elle se rapporte à l’acte de langage par lequel le locuteur s’adresse à son interlocuteur selon la façon dont il veut agir sur lui (nous distinguons les quatre types habituels de phrases : déclaratif ou assertif, interrogatif, exclamatif et injonctif ou impératif). Puis le registre de langue qui est associé aux situations de communication5. Ensuite les figures rhétoriques : la rhétorique étant l’art de présenter les idées de la façon la plus persuasive, le procédé de la figure de style se révèle particulièrement efficace dans le cadre de la presse satirique puisqu’il permet de renforcer l’expressivité du discours et donc de singulariser davantage le personnage cible. Suivant la typologie proposée par Axelle Beth et Esla Marpeau6, nous avons retenu les figures de sens, les figures de mot, les figures de pensée et les figures de construction. Dans chaque groupe s’inscrit un certain nombre de figures de style. Finalement les éléments culturels repérables : la presse satirique utilise des références culturelles, liées à l’actualité, à la mythologie, à des personnages célèbres, à des traditions, à des aspects religieux... Elles s’avèrent particulièrement efficaces et font appel au savoir du lecteur puisqu’elles renvoient de façon explicite ou implicite à des connaissances spécifiques partagées par une partie ou par l’ensemble d’un groupe, d’une communauté, d’une société. De ce fait, leur usage met en avant une certaine complicité entre le média et le lecteur par le biais de la référence à laquelle il est fait écho. Elles convoquent ainsi une compétence interprétative et évoquent chez le lecteur une allusion à quelque chose qu’il doit ou devrait connaître pour mieux décrypter le message. Nous les envisageons dans un degré croissant allant du « local-national » vers « l’international universel » : les références spécifiquement espagnoles, celles relevant du domaine européen, puis celles requérant un savoir davantage « universel ». Cette approche nous permet de voir comment l’ensemble de ces composantes permet de donner un sens au discours et de construire un personnage.

  • 7 Patrick Charaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005.
  • 8 Idem, p.88.

15L’étape ultime, celle de l’interprétation, se focalise sur les traits de caractère de l’homme d’État en procédant à une synthèse des différents éléments iconiques et linguistiques relevés plus haut puisqu’ils contribuent à façonner son image et sa personnalité. À ce titre, la richesse des travaux de P. Charaudeau et plus particulièrement l’ouvrage Le discours politique, les masques du pouvoir7 nous a permis de retenir certaines dimensions au regard des qualités d’un homme politique. P. Charaudeau propose une classification de l’éthos politique et distingue deux grandes catégories d’aptitudes constitutives des qualités discursives : l’éthos de crédibilité et l’éthos d’identification, éthos étant entendu comme la représentation de soi d’un sujet parlant ou pensant dans son discours. L’acte de langage – fonctionnement de la langue dans une situation de communication - et la fonction performative, qui permet de produire un acte par le dire sont essentiels pour se construire une image crédible. Souscrire aux idées d’un homme politique implique d’adhérer à sa personne. De telle sorte que selon P. Charaudeau, la notion d’éthos relève d’un « croisement de regards »8, à savoir l’image de soi que renvoie le locuteur, l’image qu’il pense que l’Autre a de lui, l’image que cet Autre a préalablement de lui et enfin l’image que l’allocutaire retient à l’issue de l’acte de langage. Ainsi, trois éthos sont cruciaux dans le cadre de l’éthos de crédibilité : le sérieux, la vertu et la compétence. Dans le cas de l’éthos d’identification, il s’agit de la puissance (le pouvoir d’agir), du caractère, de l’humanité (bienveillance pour ses semblables), de la capacité à diriger (savoir s’imposer), de la solidarité (devoir moral de soutien ou d’assistance) et finalement de l’intelligence (savoir faire, culture). Ces éléments nous ont amenés à prendre en compte les qualités suivantes, d’ailleurs mises en exergue dans la presse ou les essais politiques : la compétence, la fiabilité, l’intégrité, et le charisme. Chacune de ces dimensions est considérée dans une double perspective : traits positifs et traits négatifs. Nous avons reporté cet ensemble d’éléments sur une fiche pour chacune des Unes :

Titre :

Date :

Dessinateur (s) :

ÉLÉMENTS PRINCIPAUX IMAGE/TEXTE

Personnage principal – seul ou entouré

Autre(s) personnage(s)

Identification de l’évènement d’actualité

Texte

ANALYSE ICONOGRAPHIQUE

Signes plastiques

Cadrage (Plan d’ensemble, de demi-ensemble, moyen, américain, rapproché, demi-rapproché, gros plan, très gros plan)

Prise de vue (plongée, contre-plongée, plan horizontal)

Couleur(s)

Signes iconiques

Espace extérieur (lieu public, nature, ville)

Espace intérieur (lieu public ou privé)

Personnage(s) (politique espagnol, politique étranger, autre personnage, population)

Tenue vestimentaire

Gestuelle / action

Mimique

Moyen de locomotion

Objet(s) / accessoires

Animaux

Référence culturelle

ANALYSE LINGUISTIQUE

Modalité d’énonciation

La parole/le ton

Registre de langue

Figure rhétorique/ de style/recours stylistiques

Référence culturelle

INTERPRÉTATION

Analyse des connotations véhiculées par les signifiants visuels et les figures rhétoriques, identification de la critique, traits de caractère du personnage…

Mariano Rajoy et le contexte évènementiel de son mandat

16M. Rajoy Brey, né le 27 mars 1955 à Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice, est issu d’une famille conservatrice, petit-fils et fils de juristes, son grand-père étant l’un des rédacteurs du Statut d’Autonomie de la Galice. Après des études de droit à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, il réussit en 1978 le concours de registrador de la propiedad (conservateur des hypothèques), métier qu’il exerce pendant trois ans.

17En 1981, M. Rajoy devient membre du parti Alianza Popular (AP) au sein duquel il occupera tour à tour diverses fonctions : député au Parlement du premier gouvernement de la Communauté autonome de Galice (octobre 1981), puis Directeur général des relations institutionnelles du Gouvernement de Galice (1982), conseiller de la Province de Pontevedra dont il devient Président en juin 1986 et représentant de cette même province au congrès national des députés. En novembre, il sera élu Vice-président du Gouvernement de Galice. Cette expérience sera relativement courte en raison de la motion de censure qui mènera le Parti socialiste à la tête du Gouvernement galicien. Le 21 mai 1988, à l’occasion d’un congrès extraordinaire du parti, il est élu Secrétaire général du parti Alianza Popular en Galice que d’autres partis conservateurs vont rejoindre pour fonder le Partido Popular (PP). En 1990, le PP élit J.-M. Aznar Président du parti et M. Rajoy devient le Vice-secrétaire général.

18Il a également de nombreuses responsabilités gouvernementales à son actif. En 1996, J.-M. Aznar devient Président du gouvernement et nomme M. Rajoy Ministre de l’Administration publique jusqu’en 1999, puis ministre de l’Éducation, de la Culture et du Sport pour une brève période. Immédiatement après cette nomination, à l’occasion du XIIIe congrès national du PP, il est réélu Vice-secrétaire général.

19En 2000, membre de la garde rapprochée de J.-M. Aznar, M. Rajoy prend la direction de la campagne du PP pour les élections législatives espagnoles. Le parti en ressort victorieux et J.-M. Aznar, de nouveau élu Président du gouvernement, nomme M. Rajoy Premier vice-président et ministre de la Présidence (relations institutionnelles et de la coordination interministérielle). En 2001, il assure aussi la fonction de ministre de l’Intérieur tout en conservant sa charge de Premier vice-président. En 2002, à l’issue du remaniement ministériel, il reprend le portefeuille de ministre de la Présidence et il est nommé porte-parole du gouvernement. Cette trajectoire politique fait de M. Rajoy un candidat avantagé pour assurer la succession de J.-M. Aznar. En mars 2004, les Socialistes remporteront les élections et le PP rentrera dans l’opposition. Il faudra attendre novembre 2011 pour que M. Rajoy prenne les rênes du gouvernement alors que l’Espagne est gravement touchée par la crise.

  • 9 Pour une analyse approfondie de cette période, voir Benoît Pellistrandi, « Crise en Espagne et cris (...)

20À partir de 2008, atteinte par la crise financière et économique internationale, la croissance espagnole, stimulée pendant des années par la bulle immobilière, l’endettement des ménages et les fonds européens, devient l’une des plus fragiles de la zone euro9. Le marché de la construction ne cesse de se rétracter. Le chômage atteint en 2011 un taux de 22,6 %, dont 46,4 % chez les jeunes et il augmentera encore les années suivantes ; en 2014, il passera la barre des 26 %. Par conséquent, les capacités financières de l’État se resserrent drastiquement. La fracture sociale s’accroît et se traduit par des mouvements de révolte contre les politiques d’austérité et la corruption des élites politiques. C’est alors qu’est créé le Mouvement du 15M en mai 2011 (également dénommé Los Indignados - Les Indignés). Dans ce contexte hautement critique, le socialiste J.-L. Zapatero convoque les élections législatives anticipées.

21En novembre, à la suite de sa victoire sur les socialistes, le gouvernement de M. Rajoy annonce immédiatement la mise en place de coupes budgétaires drastiques pour 2012 pour l’ensemble des administrations publiques ainsi qu’un plan d’économies supplémentaires. L’ensemble des faiblesses structurelles amènera le gouvernement à renforcer et à mettre en œuvre de nouvelles mesures d’ajustement tout au long du mandat. Cette politique aggrave la récession, dégrade les finances publiques et a des conséquences démographiques ; en effet, le manque de perspectives face à l’avenir conduit de nombreux jeunes diplômés et étrangers naturalisés à émigrer (Grande-Bretagne, Allemagne, Amérique latine).

  • 10 Instituto Nacional de la Estadística: www.ine.es. Consultée le 6 septembre 2016.

22À partir de 2014, le gouvernement de M. Rajoy parle d’une « sortie de crise » qu’il attribue, entre autres facteurs, à son « orthodoxie budgétaire » et aux nombreuses réformes structurelles menées. Les indicateurs économiques semblent annoncer une relance de la croissance avec un taux de 2,7 % ainsi que de la consommation. Le taux de chômage a légèrement reculé au premier trimestre 2015 avec un taux de 23,78 %10.

  • 11 Affaire Gürtel : affaire relative aux sommes d'argent versé par un réseau d'entrepreneurs du secteu (...)
  • 12 Selon le parquet anticorruption, de nombreux dirigeants (autour de 80 personnes) dont des responsab (...)
  • 13 R. Rato est déjà poursuivi pour escroquerie, détournement de fonds et falsification des comptes à l (...)
  • 14 51 personnes sont interpelées dans le cadre d'une affaire sur l'attribution de marchés immobiliers (...)

23S’il est bien un fléau qui marquera à jamais le Parti Populaire, outre son impopularité pour ses mesures d’austérité, c’est celui des scandales de corruption ; pour n’en citer que trois, en janvier 2013, le scandale dans lequel est impliqué l’ex-trésorier du PP désigné comme « l’Affaire Bárcenas » (incarcéré pour l’affaire Gürtel en 2009)11, puis en octobre 2014, le scandale des cartes bancaires12. R. Rato, ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), ministre de l’Économie et Vice-Président du gouvernement Aznar (1996-2004), est directement impliqué13. Toujours en octobre 2014, « l’Opération Punica » éclate14.

  • 15 Pour une analyse plus précise de l’évolution du statut de la Catalogne, voir Carles Boix et J.C. Ma (...)

24Un autre fait d’envergure concerne le problème des rapports entre le gouvernement central et les communautés autonomes. Certaines autonomies et notamment la Catalogne jouent la carte de l’indépendance et aussi de l’Europe. En réponse à l’échec du nouveau Estatut de la Catalogne15, le président de la Generalitat, A. Mas convoque des élections anticipées en 2012 focalisées sur l’organisation d’un referendum sur l’indépendance catalane en 2014 bien que le Tribunal constitutionnel réitère le caractère illégal de ce processus.

Résultats de l’analyse et portrait du Président

25À travers l’exploration de ces minirécits que constituent les Unes, nous présentons les principaux éléments mis en exergue par El Jueves autour de l’homme politique.

26En termes de contenu, les thématiques abordées concernent essentiellement la politique intérieure (83,5 %) ; El Jueves accorde davantage d’attention à l’action politique menée par le gouvernement au plan national dans le contexte de la crise économique. Les deux sujets prioritaires de ce groupe de Unes sont d’une part, les réformes en matière de politique d’austérité (41 %) et d’autre part, la corruption (26 %). Les questions associant politique intérieure et extérieure sont moins nombreuses (16,43 %) et elles concernent plus particulièrement le respect des accords européens en matière économique et fiscale, laissant au second rang les sujets portant sur la situation de Gibraltar et l’immigration. La rubrique que nous avons dénommée « La reprise selon M. Rajoy » occupe la troisième place (10 %). L’indépendance de la Catalogne est abordée à quatre occasions (6,5 %) et le reste traite de sujets divers tels que l’avortement, l’amnistie fiscale, le projet Eurovegas, l’émergence de nouveaux partis politiques.

27Sur la plupart des Unes, M. Rajoy est entouré (79 %), majoritairement en présence de membres du gouvernement ou de son parti politique, la Vice-présidente étant la plus fréquente. Quand il s’agit de politique extérieure, il est accompagné uniquement d’Angela Merkel. Il est intéressant de relever qu’il n’apparaît qu’une seule fois en présence d’un membre de sa famille, en l’occurrence sa femme. Cela permet de souligner que les références à sa vie privée sont inexistantes et que la revue est respectueuse de la sphère intime du Président.

28Le décor est le plus souvent un décor extérieur (67 %), la représentation d’un espace officiel étant peu fréquente (9,5 %). Il s’agit de cadres très divers tels qu’un jeu vidéo, un bar, un symbole de l’Union européenne, un bloc opératoire, la rue, une classe d’école, une salle de jeu, une discothèque, une affiche de film, une image biblique, des toilettes, un salon de coiffure, un paso de la semaine sainte (autel porté à dos d’hommes pour les fêtes de Pâques), la plage, le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, un dessin infantile... Dans certains cas, le décor est inexistant (23,5 %), mais un objet illustre le sujet traité. Le dessin de presse se caractérisant par l’économie de la représentation, le décor n’est pas forcément un élément primordial pour transmettre un message.

29M. Rajoy porte costume, cravate et chemise dans des couleurs toujours sobres sur la majorité des Unes (59 %), standard vestimentaire habituel pour un homme voué à la visibilité du politique. Il est affublé d’une tenue « fantaisiste » dans certaines circonstances au service du contexte politique illustré (23 %) et dans le reste des situations, on ne voit que son visage ou ses mains (18 %).

30Bien que certaines Unes combinent différentes modalités d’énonciation, la plus fréquente est la phrase exclamative (43 occurrences) suivie de la déclarative (37) ; l’interrogative est largement moins employée (12). Cela ne doit pas surprendre dans le cadre de la satire puisque la phrase de type exclamatif sert à exprimer une émotion, un jugement ou un sentiment. La phrase injonctive est seulement utilisée à trois occasions.

31Le registre de langue dominant est le registre standard ou neutre (45 occurrences), suivi du registre familier (23) et enfin du registre vulgaire (12). Là encore, les registres sont combinés dans différentes Unes. Il convient de préciser que le registre vulgaire est employé dans des situations incommodantes causant l’inquiétude chez le personnage étudié, les affaires de corruption, par exemple ou encore quand le personnage s’adresse de façon narquoise à ses concitoyens.

32Compte tenu de la limite de l’article et de l’interaction entre les éléments visuels et linguistiques, pour le traitement quantitatif des figures rhétoriques, nous les avons regroupées, qu’elles relèvent d’un langage ou de l’autre, de sorte à synthétiser l’ensemble. Les figures de pensée sont les plus nombreuses (86 occurrences), suivies des figures de sens (64), puis des figures de mot (22) et enfin des figures de construction (6). En termes de figures de pensée, l’ironie (39) est bien entendu prédominante, illustrée par des variantes telles que l’antiphrase (15), le sarcasme (12) et l’emphase (12).

33Pour les références culturelles (41), les références nationales (19) sont davantage privilégiées par les dessinateurs ; elles permettent un double degré de dérision : d’une part, elles sont employées dans le cadre de l’analogie, d’autre part, elles contribuent à l’auto-dérision en illustrant les traditions espagnoles telles que les fêtes de Pâques, le football, les symboles nationaux (notamment ceux de la Catalogne), le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle… Sur le plan linguistique, signalons le recours à la familiarité des expressions idiomatiques et des proverbes (9) dont l’effet comique est provoqué grâce à un emploi souvent détourné. Les références internationales (14) renvoient entre autres à des éléments tels que les poupées russes, les douze étoiles du drapeau de l’Union européenne, le jeu vidéo Mario, etc. Quant aux références dites « savantes » ou universelles, elles portent, par exemple, sur le monde cinématographique (film américain « Une étoile est née »), une référence biblique (le péché originel), Halloween, la pratique du sacrifice.

34Afin d’illustrer ces aspects sans être pour autant exhaustifs, nous allons analyser plus en détail certaines Unes autour des thématiques relevées. Signalons que certaines Unes sont le fruit du travail de deux dessinateurs. Les traits railleurs de ces derniers étant associés, il n’est donc pas toujours facile de déceler une esthétique graphique individuelle pour chacun d’eux.

  • 16 Nous indiquons entre parenthèses le numéro de la revue auquel nous faisons référence.

35Les questions liées à la politique intérieure peuvent être divisées en deux grands cycles : la période des réformes budgétaires et la période de la reprise économique. Nous constatons dès le début du mandat, une amorce critique (nº 1800)16. Il s’agit d’une composition qui repose sur un montage combinant photo et dessin dont l’angle de vue classique permet au lecteur de faire face au personnage. M. Rajoy a obtenu la majorité absolue ; cependant, l’image suscite déjà l’inquiétude. M. Rajoy est présenté avec le visage scindé en deux moitiés : à gauche, la photo de son demi-visage habituel dans les médias - celui qui lui a permis de remporter les élections - et à droite, l’autre moitié métamorphosée en personnage de film d’horreur, rongé et déchiqueté, comme si le masque était tombé. Un regard terrifiant représenté par un œil rond exorbité, une dentition apparente et une mâchoire crispée augurent d’une atmosphère menaçante. Le costume est également scindé, la partie droite est un tissu usé jusqu’à la fibre, tâché de rouge et élimé. Les couleurs dominantes sont le bleu pour le fond de l’image, le gris et le rouge pour le personnage. Le bleu peut être associé à l’affiche de campagne qui suscite la confiance, le calme, voire la rêverie. Le gris symbolise à la fois la tristesse et la sobriété donc, l’austérité à venir. Quant au rouge, il renvoie au sang, à la blessure - ici la souffrance des Espagnols dans les prochains mois ; « l’enfer » va commencer maintenant que le vote majoritaire l’a légitimé. Le texte associé est doublement explicite : d’une part, en raison de sa disposition sur l’image puisque le message positif « Mayoría absoluta » est placé du côté « aimable » du visage ainsi que le verbe « Empieza » qui marque l’amorce d’une période alors que « el cambio » est inscrit à côté de la partie déformée du visage ; d’autre part, la formule « Mayoría absoluta. Empieza el cambio » joue sur le double sens et le sarcasme. Les termes pourraient contenir une charge positive, un renouveau avec le « cambio », cependant l’image les contredit et indique clairement que les Espagnols doivent se préparer à vivre des moments compliqués. Le plan rapproché parfaitement adapté à l’expression psychologique permet de scénariser symboliquement que M. Rajoy va passer à l’acte grâce à la majorité absolue et illustre ainsi le stéréotype selon lequel les politiques, une fois parvenus au sommet du pouvoir, ne tiennent pas les engagements proclamés durant leur campagne.

36La revue insiste sur cet aspect (nº 1804) à l’époque de Noël seulement un mois après l’élection. Par le biais d’un plan américain et d’un angle en contre-plongée le dessinateur présente M. Rajoy déguisé en Père Noël qui domine le lecteur. Le visage occupe quasiment la moitié de la composition. Le Père Noël, habituellement bon vieillard débonnaire dont la hotte regorge de cadeaux, symbole d’espoir et de rêve, est dessiné avec un nez allongé (rappelant celui de Pinocchio) et la bouche en premier plan affiche un sourire narquois laissant entrevoir la langue, élément particularisant et récurrent dans le portrait-charge de l’homme politique. Par ailleurs, la barbe blanche véhicule normalement l’image d’un homme sage, ayant de l’expérience. Dans un tel contexte, les couleurs qui prédominent sont bien entendu le rouge, symbole de la puissance et de la force et le blanc, de la pureté et de l’innocence. Avec un regard aussi malicieux que concupiscent, M. Rajoy annonce aux Espagnols qu’il leur incombe de remplir la hotte du Père Noël avec leurs deniers ; l’insolite et l’ironie se côtoient avec des rôles inversés. Par temps de crise, le Père Noël n’incarne plus la générosité, mais au contraire l’avidité puisqu’il attend que l’on remplisse son sac. Le titre est évocateur : « Navidades con Rajoy », Noël connait un renouveau et le Président du gouvernement, avec une certaine autosatisfaction, fait son annonce : « Os traigo la solución », termes résolument positifs dans l’absolu, mais dont le sarcasme réside dans le message suivant : « Es que lo (el saco) vais a llenar vosotros pringaos ». Ce sont donc les Espagnols qui vont rééquilibrer les comptes de l’État : le terme « pringaos » pour « pringados » relève du langage familier, l’omission du « d » du participe passé imite une langue relâchée, décalée dans la bouche d’un homme d’État. Le terme est particulièrement méprisant, puisqu’il fait référence à une personne qui se laisse facilement tromper, qui paie pour les erreurs commises par autrui, ici la mauvaise gestion des responsables politiques. Le Père Noël s’est métamorphosé en Père Fouettard.

37La politique d’austérité est récurrente et occupe 41 % de l’ensemble des Unes abordant la politique intérieure. La question des coupes budgétaires est réitérée au cours des semaines suivantes. Début 2014, les données économiques laissent percevoir une légère reprise économique qui sera fortement exploitée dans le discours officiel du gouvernement espagnol. En mai 2013 (nº 1875), les dessinateurs Guille Mártinez-Vela et Manel Fontdevila illustrent au moyen d’un plan de demi-ensemble et horizontal à quel point le gouvernement n’a cure de la situation des six millions de chômeurs. Le lecteur est donc devant la parodie d’un salon de coiffure en présence d’un client et de M. Rajoy dans le rôle du coiffeur. Ce dernier porte une blouse blanche et tient dans l’une de ses mains un peigne et, dans l’autre, une paire de ciseaux. Le client assis devant lui a tout simplement été décapité. Les yeux, la bouche, le nez et les oreilles gisant sur le sol remplacent les cheveux coupés. Ce sont les « résidus » du peuple espagnol soumis à des mesures draconiennes. La lisibilité du dessin est facilitée par le texte : « 6 200 000 parados y siguen los recortes ». Le jeu de mots entre « corte » (coupe de cheveux) et « recorte », employé dans le domaine économique pour évoquer la coupe d’ordre budgétaire contribue parfaitement à l’ironie de la situation. Par ailleurs, l’échange entre coiffeur et client ne laisse pas de doute ; le client lui fait valoir que cela suffit « Oiga, basta ya, ¿no ? » ce à quoi le coiffeur M. Rajoy répond : « Vamos, vamos…Un poquito más… ». L’expression « vamos, vamos » est habituellement employée pour donner du courage et aider moralement quelqu’un dans une situation difficile. Le rose en couleur de fond, associé au rouge et au blanc pour les parties de la tête sur le sol marque bien l’idée d’un peuple meurtri. Le tablier blanc renvoie aussi à celui d’un boucher, métaphore de la cruauté « sanguinaire »… Ce qui saute aux yeux du lecteur est bien le symbolisme fort qui permet d’allier ludique, insolite et dérision : M. Rajoy essaie de convaincre des citoyens espagnols de moins en moins convaincus de la nécessité de nouvelles restrictions pour remplir les objectifs fiscaux et qui se demandent jusqu’où ira la rigueur.

38En juin 2013, le gouvernement annonce avec fierté la baisse du chômage (nº 1881). Le dessin d’Albert Monteys et de José Luis Martín présente un gros plan d’un poignet et d’une main sous une prise de vue horizontale ; le décor est essentiel et le personnage se limite à un bras revêtu d’une manche de costume – forcément celui de M. Rajoy, sortant d’une substance de couleur marron - qui confère une sensation de pesanteur et de stagnation à la situation évoquée. Les doigts font le signe de la victoire, le fameux « V » universellement connu. Il est aisé de déduire que la substance marron représente des excréments en raison de la présence de mouches - certaines catégories de cet insecte sont coprophages. Le dessin, à la teneur scatologique, d’apparence simple, peut donner lieu à une double lecture : d’abord littérale, qu’il convient d’associer à M. Rajoy. Il semble être le seul à percevoir le début de sortie de crise pour l’Espagne. Puis l’opinion beaucoup plus nuancée du lecteur ou de la revue selon laquelle il est prématuré de parler d’une victoire. Le comique réside aussi dans la formulation textuelle et la taille des lettres plus petites en début de phrase et nettement plus grandes à partir de « Rajoy » : « El paro baja, ¡Rajoy se pone chulito ! ». « Chulito » désigne une personne qui s’exprime avec une certaine arrogance. L’ajout du suffixe « ito » est propre au langage oral et familier. Il s’agit donc seulement d’une légère baisse du chômage face à la fanfaronnade de M.Rajoy.

39Fin janvier 2014 (nº 1913), la « Relance selon M. Rajoy » est encore abordée grâce à un savant mélange de symbolisme sous le crayon d’Albert Monteys. Le chef du gouvernement en tenue de paysan, porte un bleu de travail, un chapeau et tient dans sa main droite une fourche à bêcher. Le décor est un champ de corps entassés les uns sur les autres dont on ne voit que les visages aux yeux fermés et dont la bouche arbore un rictus de dégoût ou de suspicion. Au fond de ce champ, se dresse à côté de M. Rajoy, une fine tige verte surmontée de deux jeunes pousses sur un fond en forme d’étoile- ici la renaissance de la nature qui capte les flux bénéfiques. Le plan de demi-ensemble et l’angle de vue en contre-plongée accentuent l’impression d’écrasement du chef de l’État sur le peuple espagnol réduit à des corps inertes et accablés. Le regard malicieux associé à la bouche grande ouverte de M. Rajoy met en exergue une satisfaction certaine, renforcée par sa réplique « ¡Ja ! Sabía que este abono funcionaría », « Brotes verdes ». Le champ sémantique de l’agriculture associé aux éléments iconiques correspondants permet de comprendre la structure signifiante et ironique du dessin : selon M. Rajoy, l’austérité s’est avérée efficace, un « engrais » de qualité utile pour relancer l’économie espagnole puisqu’une fine pousse verte a jailli de ce champ. Dérision, opposition et situation absurde sont mises en évidence grâce à la composition du dessin : la verticalité de M. Rajoy contraste avec l’horizontalité du champ, il est seul face à la multitude épuisée, malmenée par les coups de bêche, il n’y a qu’une seule tige verte. Le contraste chromatique met aussi en évidence de façon parallèle, mais opposée l’optimisme de M. Rajoy et les conséquences de l’austérité : le fond, couvert de nuages et d’une seule étoile, coloré en vert, couleur de l’espoir et de l’apaisement, s’oppose au bleu gris du champ, un mélange de sagesse (bleu) et de malheur (gris). Enfin, soulignons que l’inscription en grosses lettres blanches « El optimismo de Rajoy » placée sur l’amas de visages bleu gris attire forcément le regard du lecteur et concourt à ridiculiser tant l’aveuglement et l’enthousiasme de l’homme politique que son manque de transparence.

40La corruption est abordée dans seize Unes ; l’utilisation controversée du pouvoir a donc une place privilégiée et renvoie à la remise en question de l’intégrité. M. Rajoy, en dépit de la révélation d’une comptabilité B du parti depuis que l’affaire Bárcenas a été révélée, nie avoir reçu de l’argent provenant de fonds suspects. En janvier 2013 (nº 1862), les dessinateurs Juanjo Cuerda et Maikel (Miguel Angel García Laparra) nous présentent M. Rajoy entouré de la secrétaire du parti, M. Cospedal, et de R. Rato, l’ex-directeur de Bankia. Le plan moyen, l’angle de vue horizontal et l’analogie avec le symbole d’origine asiatique permettent d’introduire la dérision et l’ironie mises en scène grâce à la parodie des trois singes sages assis et dont la sagesse consiste à feindre l’ignorance devant la conduite fautive des autres plutôt que de la dénoncer. Il s’agit donc de ne pas entendre, ni voir, ni dire le Mal. Ainsi, chaque personnage dissimule une partie de son visage derrière une enveloppe (les fameuses enveloppes contenant des versements en argent liquide pour les dirigeants du parti) : il n’échappe pas au lecteur le paradoxe dégradant concernant M. Cospedal, qui dissimule ses yeux derrière l’enveloppe, mais dont la posture laisse apercevoir son entre-jambes. Au centre, M. Rajoy se couvre la bouche et R. Rato se cache les oreilles. Comble de l’ironie : le texte, au premier plan et en grosses lettres, pointe le manque de transparence, le caractère trompeur et déloyal des personnages au moyen d’une antiphrase : « En el PP nadie sabe nada ». Les gouttes de sueur s’échappant du front de M. Rajoy suggèrent l’angoisse, l’inquiétude, la mauvaise conscience ou encore le mensonge. Le regard et le trait des yeux tombants évoquent la fausseté et l’hypocrisie devant cette embarrassante situation. L’ensemble est renforcé par le bleu, couleur dominante du dessin en contraste avec le blanc des enveloppes : le bleu, couleur de la droite (en opposition au rouge socialiste et communiste) et celle du blanc que l’on associe à la pureté, la transparence, l’innocence.

41En ce qui concerne l’indépendance de la Catalogne, M. Rajoy, peu enclin au dialogue, affronte ce sujet délicat uniquement par le biais du Tribunal constitutionnel qui rejette le referendum en raison de son caractère inconstitutionnel. Les demandes d’une partie du peuple catalan ne font l’objet d’aucune écoute et M. Rajoy se réjouit en novembre 2012 du résultat des élections anticipées en Catalogne. A. Mas attendait une majorité « exceptionnelle » pour porter son projet indépendantiste. Sa coalition CIU (droite nationaliste) perd 12 des 62 sièges qu’elle détenait au Parlement, s’éloignant ainsi de la majorité absolue. En novembre 2012 (nº 1853) sur un plan moyen et horizontal, Albert Monteys brosse un M. Rajoy, au regard moqueur, pantalon baissé, pointant son postérieur vers A. Mas ; ses jambes sont dissimulées derrière une estelada (drapeau symbolisant la revendication d’indépendance de la Catalogne). A. Mas est animalisé sous les traits d’un canard de Disney. S’agit-il de Donald, le célèbre canard colérique ou de son oncle Balthazar Picsou ? L’ensemble de l’image rappelle le trait de crayon de Picsou Magazine. S’agissant d’une référence davantage française, nous sommes tentés d’y voir Picsou dont la réputation de personnage pingre est à rattacher au stéréotype des Catalans peu enclins à partager leur argent. L’expression de la bouche à la moue dubitative, la posture avec les bras près du corps, les mains tournées vers l’arrière, les épaules rentrées et les pieds « en canard » dépeignent un A. Mas à l’allure penaude à la suite de la sentence du tribunal constitutionnel. La couleur dominante est le beige et le seul contraste est celui des rayures rouges de la estelada, mais aussi la couleur du duel, de la colère. Le titre « Hostiazo de Mas », du terme « hostia » qui signifie « coup », « gifle » auquel le suffixe augmentatif « azo » confère une valeur ironique et péjorative. Il convient d’ajouter à cela le jeu de sonorité : on peut en effet l’entendre comme « un sale coup de plus » en jouant sur la phonétique du nom de famille de l’homme politique catalan. L’échange entre les deux hommes appuie l’attitude physique de chacun : « ¡Toma estelada ! » prononcé par un M. Rajoy triomphant « Toma » s’utilise pour se réjouir de la défaite ou de la souffrance des autres face à un interlocuteur vaincu : « Em, creo que empieza una etapa difícil… ». Même si M. Rajoy ressort « vainqueur de cette bataille », le dessin suggère l’image d’un homme méprisant et peu à l’écoute de certaines revendications. Sa posture, certes comique et à la fois scatologique, est dégradante et décalée par rapport à la fonction et dépeint un homme peu enclin au dialogue.

42En juin 2012, se pose la délicate question du sauvetage du secteur bancaire espagnol (nº 1830), contexte évènementiel connu du lecteur. Les banques espagnoles, ayant investi des milliards dans le marché immobilier dont les prix se sont effondrés avec la crise, se trouvent dans une situation extrêmement critique. Afin d’éviter une faillite du secteur, dont les conséquences seraient dévastatrices pour l’ensemble de l’économie espagnole, le gouvernement de M. Rajoy demande à ses partenaires européens un prêt allant jusqu’à 100 milliards d’euros. L’Allemagne pose ses conditions et la chancelière rappelle qu’une profonde réforme du secteur s’impose en échange du versement des 100 milliards d’euros. Manel Fontvila et Guillermo Torres Meana présentent à l’aide d’un plan moyen et sous un angle de plongée, une situation cocasse grâce au procédé de réification, véritable travail graphique sur le corps du personnage. Ce dernier est réduit à se comporter comme un objet, instrumentalisé et rabaissé à une fonctionnalité. Bien entendu, l’objet n’est pas choisi au hasard et dans ce cas, M. Rajoy est réifié en paillasson sur lequel on peut lire « Bienvenido ». Le paillasson, petit tapis de fibres végétales, sert à s’essuyer les pieds d’où une symbolique évocatrice. Puis, au sens figuré, il fait référence à un individu veule qui essuie insultes et rebuffades sans réagir, sans protester. M. Rajoy tient un drapeau allemand qu’il agite dans sa main droite pendant que la chancelière le piétine, le sommant d’obtempérer : « gustarrme felpudo » dans un espagnol approximatif à l’accent scénarisé par le doublement du « r ». Le titre « Alemanes ¡Esta es vuestra casa ! » est tiré de l’expression populaire employée pour accueillir avec bienveillance quelqu’un à son domicile et l’inviter à se sentir chez lui. La disqualification du personnage est totale puisqu’il place l’Espagne sous le contrôle et les ordres de l’Allemagne. Rajoutons à cet ensemble, la métamorphose de la revue dont la couverture est totalement « germanisée » affichant « diejueven » avec le surtitre « Miss Spanien 2012 » suivi de « Die magazin und rescaten von Merkel ». La revue a perdu son identité : la chancelière, nommée « Miss Espagne 2012 » exerce bien son rôle de superviseur. Les couleurs dominantes sont le noir et blanc appliqués aux éléments iconiques relatifs à l’Espagne dont l’ensemble est rompu par les couleurs du drapeau allemand et de la veste d'A. Merkel, située au centre de l’image accentuant ainsi l’idée d’écrasement, de domination.

43Fin août 2014, l’idée du manque d’affirmation de M. Rajoy est reprise dans le cadre d’un sommet réunissant les deux gouvernements. Plusieurs procédés et éléments ludiques interviennent dans cette composition de Juanjo Cuerda. Pour commencer, l’ironie du sous-titre de la revue « La jefa nos visitó » permet de saisir le ton : la voix de A. Merkel fait autorité en Espagne. Dans un plan de demi-ensemble, en contre-plongée, la scène a lieu dans un décor extérieur, un chemin. Il est aisé de déduire qu’il s’agit du chemin de Saint-Jacques de Compostelle grâce au bâton de pèlerin que tient M. Rajoy dans sa main et au titre du dessin : « Merkel y Rajoy en Galicia ». M. Rajoy fait découvrir sa région natale à A. Merkel. Le dessinateur a recours à l’hybridation : M. Rajoy est représenté dans une posture associée au cheval, il porte la chancelière allemande sur son dos, laquelle prend appui sur son nez rappelant ainsi un petit cheval de bois pour enfant, ce qui confère une atmosphère infantile au caractère insolite de la situation. Puis, cette dernière tient une cravache – instrument de punition et motif iconographique aux fins dégradantes - qui lui permet de mieux dominer son « cheval ». Posture et mimiques de chaque personnage contribuent au ridicule : M. Rajoy a la bouche ouverte montrant ainsi son état d’épuisement, son asservissement, son regard est abattu et son visage rougi par l’effort – éléments récurrents de la condensation physionomique du personnage dans diverses Unes. En revanche, A. Merkel, habillée en rose, une couleur gaie souvent associée à la petite fille, affiche un regard rieur et un immense sourire de satisfaction telle une enfant faisant du rodéo. Les éléments linguistiques ne contribuent pas moins à ridiculiser les personnages. D’une part, la singularité de la diction de M. Rajoy, la prononciation du « s », est transcrite en « sh » : « Shí y eshtaría mejor shi no me pegarash con la fushta ». D’autre part, l’accent et l’espagnol approximatif de la chancelière sont mis en scène grâce aux répliques « Estarrr bien esto de camino de Santiago » et « Estos del surrrr siemprrre quejándose ». La répétition du « r » permet de restituer le son guttural du « r » allemand. Enfin, soulignons le stéréotype qui oppose peuples du sud et peuples du nord introduisant l’idée dépréciative selon laquelle les gens du sud sont fainéants. Le dessinateur contribue à pointer du doigt la charge négative d’une représentation relevant du préjugé, de la schématisation ou de croyances simplifiées.

44Au terme de ces observations, on constate que les traits de caractère attribués au Président espagnol s’inscrivent dans un ensemble composite des éthos retenus. Rarement dessiné dans sa fonction publique qui impliquerait un comportement prévisible, il est bien plus souvent représenté dans des situations fictives, incongrues et surprenantes, un genre satirico humoristique qui repose sur le comique de l’absurde et la parodie.

45La politique d’austérité met en évidence l’éthos de la compétence. Sa compréhension des questions politiques, économiques et sociales et l’aptitude à faire face aux situations difficiles se traduisent systématiquement par l’application de mesures draconiennes et peu créatives. Cela entraine une considérable impopularité du Président qui n’est pas à l’écoute des revendications des citoyens et dont aucune de ses actions n’est jugée majoritairement positive. Dépeint comme un président faisant un usage abusif de sa majorité absolue, l’autorité, considérée comme une compétence dans le cadre d’un mandat politique, est rapidement diluée dans des travers tels que l’absence d’assurance au plan international ; face à la chancelière allemande sont pointés la docilité et le caractère influençable et peu affirmé de M. Rajoy.

46Le manque de charisme est également souvent dénoncé ; le personnage n’apparait jamais dans une situation de communication, de dialogue, sauf quand il est en présence de la Vice-Présidente. Il s’adresse aux Espagnols sur un ton cynique, méprisant, jamais altruiste ou compatissant. Il n’obtient donc pas l’adhésion des citoyens se montrant incapable de se mettre à la place des autres. Les rapports avec ses concitoyens sont essentiellement des rapports de confrontation, d’antagonisme. En outre, il n’est fait allusion à aucun moment aux habitudes ou goûts personnels du Président. Toute référence à sa vie privée qui pourrait le rapprocher du citoyen « normal » est exclue. Cet aspect cristallise un manque certain d’empathie et offre le portrait d’un personnage finalement distant et indifférent.

47L’éthos de la fiabilité est mis en exergue avec les engagements non tenus, dont celui de ne pas augmenter les impôts. Les scandales de corruption, les manifestations contestataires, l’indépendance de la Catalogne sont des faits avérés tirés de l’actualité qui mettent en évidence la prépondérance des éthos de l’intégrité. En dépit des premiers signes de reprise, El Jueves brosse le portrait d’un homme excessivement optimiste, voire naïf, faussement enthousiaste et opportuniste. À l’approche de plusieurs échéances primordiales telles que le débat de la nation, les élections dans les communautés autonomes et les élections générales, M. Rajoy expose sa vision idyllique de la reprise de l’Espagne. Un certain nombre de Unes stigmatisent ce manque de lucidité et laissent entendre qu’il s’agit de clientélisme électoral.

48De l’ensemble des dessins se dégage une constance dans la charge de ces traits de sorte qu’il n’y a quasiment pas de tension entre le positif et le négatif des éthos. La majorité des Unes attribue à M. Rajoy davantage de traits négatifs que positifs afin d’insister sur les insuffisances et manquements du personnage politique. Cela n’a rien de surprenant dans l’univers de la satire dont le triple objectif consiste à contester, à dénoncer et à critiquer afin d’éveiller la conscience du lecteur.

Inicio de página

Notas

1 Patrick Charaudeau, « Des catégories pour l’humour », in Questions de communication 10, PUN, Éditions universitaires de Lorraine, 2003, p.11.

2 http://www.aimc.es/-Datos-EGM-Resumen-General-.html. Estudio general de medios (EGM): étude élaborée par l’Association pour la Recherche sur les médias (Asociación para la investigación de medios de comunicación). Consultée le 15/09/2016.

3 Annie Mollard-Desfour, Le dictionnaire des mots et expressions de couleur au xxe-xxie siècles, Paris, Éditions CNRS, 2013.

4 Anne-Marie Houdebine-Gravaud et Mae Pozas, « De l’humour dans les dessins de presse », in Questions de communication 10, PUN, Éditions universitaires de Lorraine, 2006, p. 43-64.

5 Michael Alexander Kirkwood halliday, Spoken and written language, Deakin, Deakin University Press, 1985, p. 44.

6 Axelle Beth et Elsa Marpeau, Figures de style, Paris, Éditions 84, 2011.

7 Patrick Charaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005.

8 Idem, p.88.

9 Pour une analyse approfondie de cette période, voir Benoît Pellistrandi, « Crise en Espagne et crise espagnole », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15, 2015, consulté le 08 septembre 2016.

10 Instituto Nacional de la Estadística: www.ine.es. Consultée le 6 septembre 2016.

11 Affaire Gürtel : affaire relative aux sommes d'argent versé par un réseau d'entrepreneurs du secteur du bâtiment public et de sociétés de sécurité à des élus locaux contre l'attribution de contrats publics dans des régions et municipalités gouvernées par le Parti Populaire (à l’époque dans l'opposition) : Madrid, Valence et Castille et Léon. Le nom de L. Bárcenas, trésorier du PP, est cité dès le début de l'enquête.

12 Selon le parquet anticorruption, de nombreux dirigeants (autour de 80 personnes) dont des responsables politiques de tous bords (conservateurs, socialistes ou communistes) et de syndicats ou du patronat de Caja Madrid, devenue Bankia, auraient détourné près de 15 millions d’euros entre 2003 et 2012 par le biais de cartes bancaires rattachées à des comptes opaques et utilisées à des fins personnelles.

13 R. Rato est déjà poursuivi pour escroquerie, détournement de fonds et falsification des comptes à l'entrée en Bourse de Bankia en 2011 et pour blanchiment de capitaux depuis avril 2015 (suite de la loi d’amnistie fiscale de 2012 dont il aurait bénéficié).

14 51 personnes sont interpelées dans le cadre d'une affaire sur l'attribution de marchés immobiliers par des mairies et régions autonomes gouvernées par le PP.

15 Pour une analyse plus précise de l’évolution du statut de la Catalogne, voir Carles Boix et J.C. Major, « La marche de la Catalogne vers l'autodétermination », in Politique étrangère 2013/4 (Hiver), pp. 37-49.

16 Nous indiquons entre parenthèses le numéro de la revue auquel nous faisons référence.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nadia Duchêne, « Mariano Rajoy selon El Jueves », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En línea], 17 | 2016, Publicado el 15 enero 2017, consultado el 25 marzo 2017. URL : http://ccec.revues.org/6365 ; DOI : 10.4000/ccec.6365

Inicio de página

Autor

Nadia Duchêne

Université Paris-Est Créteil

Inicio de página

Derechos de autor

© CCEC ; auteurs

Inicio de página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org