Skip to navigation – Site map
Comptes rendus
Comptes rendus

Christ aux 200 000 bras (camp d’Argelès-sur-Mer)

Rose Duroux
Bibliographical reference

Agustí Bartra, Christ aux 200 000 bras (camp d’Argelès-sur-Mer), préface, traduction et notes de Bernard Sicot, Paris, Riveneuve éditions, 2016.

Full text

1À la fin des années quarante Manuel Andújar tenait Agustí Bartra pour l’écrivain le plus représentatif de la littérature catalane en exil. Agustí Bartra (Barcelone 1908-Tarrassa 1982) transpose, dans le roman que vient de traduire Bernard Sicot, l’expérience concentrationnaire de cinq internés. Bien que le camp mis en exergue par le sous-titre soit le camp d’Argelès c’est le camp d’Agde qui, d’un point de vue littéraire, a compté le plus pour Bartra.

2Ce qui retient d’entrée l’attention c’est la genèse complexe de l’ouvrage. Selon Francesc Vallverdú, le préfacier de la version catalane de 1974, l’histoire de la publication de ce roman « mérite à elle seule un chapitre à part ». Résumons : commencé en 1940 en République dominicaine (où le couple Agustí Bartra-Anna Murià s’est exilé), terminé en 1942 au Mexique où il est publié en 1943, sous le titre de Xabola, avec une préface de Josep Carner. En 1958, toujours au Mexique, l’œuvre réélaborée est traduite en espagnol par l’auteur lui-même et intitulée Cristo de 200.000 brazos (campo de Argelés). En 1968, ce dernier ouvrage paraît en catalan. Bartra de retour en Catalogne, son roman bénéficie d’une nouvelle édition en espagnol (1971), puis d’une édition en catalan (1974) considérée par son auteur comme définitive.

3Bernard Sicot a choisi la réédition de 2008 (Crist de 200.000 braços, Palma de Majorque, Lleonard Muntaner) pour établir son texte et le présenter ; toutefois, il ajoute le sous-titre toponymique de 1958. Il conserve les italiques qui figurent dans l’ouvrage de référence et prend le parti de revenir aux versions françaises existantes pour les citations d’écrivains étrangers traduits en français (telle la traduction de « Bardit », de Tiedge, par Nerval). Les notes placées à la fin du volume éclairent efficacement le contexte spatiotemporel de l’action et resituent les différentes inclusions inter ou intratextuelles.

4On aurait aimé connaître la teneur et la couleur des principales réélaborations : vont-elles vers « un plus » de confidentialité ? de référentialité ? de poétisation ? Y a-t-il des spécificités sémantiques lorsque l’horizon d’attente est spécifiquement catalan ou au contraire globalement espagnol ? La collation de quelques citations tirées de Xabola et de Crist de 200.000 braços pouvait le suggérer.

5Ce livre, qui joue en permanence du il et du nous, est ambivalent. Et le titre choisi par Sicot conforte cette impression. Même s’il est « exact » que le nombre d’internés à Argelès-sur-Mer a pu avoisiner les « 100 000 » à son sinistre apogée, même si toutes les versions gravitent autour de quatre personnages qui conservent dans le roman les noms qu’ils portaient dans la « vraie » vie, même si la dimension testimoniale est indéniable, il n’en reste pas moins que Christ aux 200 000 bras (camp d’Argelès-sur-Mer) n’est ni un roman historique, ni un livre de mémoires. De son propre aveu Agustí Bartra, en le remodelant sans cesse, est en quête de formes et de rythmes plus vifs ; de plus, les visions surréalistes qu’il affectionne l’éloignent du « simple » témoignage sur l’expérience des camps. Bartra fait de ses quatre amis/protagonistes des « créatures de la vie et de l'imagination » (Sicot).

6« Ils étaient quatre. […] Quatre parmi cent mille – peut‑être contre cent mille… » (p. 21). Bartra, en tant que personnage, est absent du roman, et Bernard Sicot de commenter : « Bien que membre essentiel du groupe avec lequel il partagea cette expérience, il fait assumer le récit par un narrateur impersonnel, extérieur à l'histoire mais omniscient. Cependant, cette absence n'est qu'apparente ». Si ses amis Puig et Tarrés correspondent sans doute à ce qu'ils étaient dans la réalité, l'auteur met en scène, avec Vives, un personnage hybride, « avec lequel des liens très forts furent tissés et qui se prolongèrent par une correspondance » mais il est aussi Bartra (p. 11-12). L'auteur, en effet, lui confie le récit d'épisodes de sa propre enfance, de ses amours, de sa guerre ; même les poèmes du « carnet de Vives » sont de Bartra.

7Selon Josep Carner, préfacier du Xabola matriciel, ce récit des temps sombres est par-dessus tout un « poème de l'amitié ». Les acteurs prennent la parole à tour de rôle. Se juxtaposent alors des fragments oraux chargés d’émotion. Les histoires racontées dans la cabane occupent le milieu du roman. Le ton est volontiers celui du conte, celui d’une Shéhérazade à plusieurs voix : [Puig dit à Vives]  « Ce soir c’est toi qui commences » ; [Vives]  « C’était le soir d’une chaude nuit d’été. Un énorme soleil rouge… ».

8Le registre langagier va du prosaïque au poétique. Au vu de la traduction, le lecteur imaginerait une recherche de plus en plus polyphonique de la part de Bartra. Dialogues, récits, poèmes se succèdent. L’art est de faire tenir ensemble des juxtapositions abruptes grâce à des reprises, tel le thème lancinant de la mer. L’intertextualité sert aussi de liant. « Au bord de la Méditerranée d'Homère », sont conviés les grands mythes, mais aussi le Nouveau Testament et les écrits d’une pléiade d’écrivains, de Villon à Faulkner, en passant par Rilke, sans oublier les compositions de Bartra lui‑même.

9Certains passages sont remarquables, comme le climax textuel et sensuel des retrouvailles de Tarrés avec la nature, lors de sa tentative d’évasion (p. 102). Mais je retiendrai les deux moments clés qui ouvrent et ferment l’ouvrage.

10L’incipit campe un « urbanisme » pitoyable, à même le sable, le gigantesque magma de toutes les batailles perdues, de toutes les libertés perdues, de toutes les illusions perdues. Bernard Sicot rend bien la réitération de cet incipit qu’on pourrait comparer à une sombre mélopée, scandée, en tête de paragraphe, par « Ville de la défaite » et, en tête de phrase, par « Villes ». Les frustrations de cette « ville » travaillée par la honte sont rendues par une écriture métaphorique très rythmée. Plus loin, cette « ville de la défaite » deviendra « une léproserie » aux « cent mille nudités ». Le dénuement est si total que le moindre objet personnel finit par acquérir une valeur symbolique : le papillon de Roldós, la flûte et la lampe bricolées par Puig et par Tarrés, le rameau de Vives…

11Le dernier chapitre met en scène de façon épique et christique la mort de Roldós. Bartra esquisse une veillée funèbre, sans paroles mais grandiose, qui transcende la misérable cabane faite de couvertures tendues, alors que dehors s’élève la Marseillaise contrepointée par les coups d’un marteau doublement symbolique – marteau de la construction de baraques en dur mais aussi et, surtout, marteau de la crucifixion. En vérité, Roldós est mort en 1942 dans un hôpital de Montpellier, ce que Bartra savait ; ce qu’il ignorait lorsqu’il rédigea Xabola c’est que Vives était mort au camp de concentration de Mauthausen en 1941. Il ne l’ignore plus dans les versions suivantes. Mais il s’agit de ressusciter une communauté émotionnelle, de lui redonner vie et voix, de substituer à un espace de mépris un « espace utopique de la fraternité ».

Top of page

References

Electronic reference

Rose Duroux, « Christ aux 200 000 bras (camp d’Argelès-sur-Mer) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [Online], 17 | 2016, Online since 15 January 2017, connection on 24 November 2017. URL : http://ccec.revues.org/6354

Top of page

About the author

Rose Duroux

Professeure émérite, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand-ii

By this author

Top of page

Copyright

© CCEC ; auteurs

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org