Skip to navigation – Site map
Comptes rendus
Comptes rendus

El cuerpo y la voz de Margarita Alexandre

Marianne Bloch-Robin
Bibliographical reference

Sonia García López, El cuerpo y la voz de Margarita Alexandre, Madrid, Cuadernos Tecmerin nº 9, Universidad Carlos III, 2016, 122 p.

Full text

1Cet ouvrage est un long entretien entre Sonia García López et la cinéaste et productrice Margarita Alexandre (1923-2015), l’une des rares réalisatrices pionnières sous le régime franquiste avec Ana Mariscal. Sa trajectoire est tout à fait singulière puisqu’elle débute comme actrice en Espagne dans les années 1940, se consacre à la production et à la réalisation dans les années 1950 en collaboration avec Rafael Torrecilla à Madrid, puis s’exile avec lui à Cuba en 1959 où elle collabore avec l’icaic (Instituto Cubano de Arte e Industria Cinematográficos) avant de travailler comme productrice en Italie dans les années 1970.

2Sonia García López met en lumière cette figure condamnée à l’oubli par l’histoire du cinéma espagnol et souligne non seulement le courage qu’implique son aventure cinématographique dans un secteur alors complètement fermé aux femmes, mais également que l’œuvre de la cinéaste mérite d’être étudiée pour sa valeur esthétique et politique. Ce témoignage unique a été recueilli dans les deux années qui ont précédé la disparition de Margarita Alexandre à l’âge de 92 ans en 2015. Sonia García López évoque une personnalité à la volonté de fer et à la mémoire exceptionnelle dans un corps fragile qui mettait à profit son expérience vitale pour porter un regard clairvoyant sur le temps présent.

3Outre l’introduction de l’auteur, l’ouvrage se compose de quatre parties intitulées « Preludio », « Tomar la palabra en tiempos de silencio », « Producir en la Cuba revolucionaria » et « Coda con redoble de tambor. La experiencia italiana », qui suivent chronologiquement le parcours de la cinéaste de l’Espagne à l’Italie en passant par Cuba. Deux lettres sont placées en annexe : la première adressée par Luis Buñuel en 1974 à Margarita Alexandre évoque l’abandon d’un projet de film sur Federico García Lorca et la seconde, écrite par la cinéaste, est un émouvant adieu à Tomás Gutierrez Alea, écrit le jour de sa mort le 17 avril 1996. Une filmographie complète l’ouvrage. Dans ses réponses, Margarita Alexandre inclut parfois des citations extraites de ses mémoires en voie de rédaction à l’époque des entretiens et encore non publiées à ce jour.

4La première partie évoque tout d’abord les origines internationales de la cinéaste, de père français et de mère née à Cuba, ainsi que sa vie dans la Valencia républicaine pendant la guerre civile où elle travaille dès ses quinze ans dans un dépôt de carburant. Margarita Alexandre y parle également de ses premiers pas en tant qu’actrice dans le monde du cinéma sous le pseudonyme de Margarita Sandra –son père refusant que son nom soit associé au monde du spectacle– puis de son mariage avec un aristocrate aux penchants anarchistes qui respecte sa liberté lors de sa rencontre Rafael Torrecilla –son compagnon sentimental jusqu’à la fin de sa vie– et surtout sa volonté de réaliser des films, un métier auquel elle s’initie en autodidacte à travers son emploi de script.

5La deuxième partie met en exergue le tandem formé avec Rafael Torrecilla pour la production et la réalisation cinématographique dans l’Espagne franquiste de l’après Guerre civile et des années 1950 ainsi que les difficultés rencontrés par le couple aux prises avec l’étau de la censure du régime. Les trois films produits et réalisés par le couple son longuement évoqués : le documentaire novateur sur la vie du Christ (Cristo, 1953) un montage de plans de tableaux de grand maître, et les deux longs métrages de fiction : La ciudad perdida (1954) et La gata (1955). La cinéaste souligne avec beaucoup d’humour que la censure franquiste était bien souvent centrée sur les aspects moraux et les rapports de classe, en « oubliant » parfois la portée politique dissidente. Elle explique à quel point La ciudad perdida, mettant en scène un républicain, revenu clandestinement à Madrid et épris d’une femme de la haute société, a été mutilé et modifié par la censure, perdant toute sa cohérence interne.

6Selon Margarita Alexandre, La gata, le premier film espagnol tourné en cinémascope et dont l’héroïne, Aurora Bautista, était une star du cinéma historique de carton pâte, s’opposait à la vision folklorique des espagnolades franquistes sur l’Andalousie. Elle souligne que le film mettait en exergue la liberté de la protagoniste, une femme moderne et indépendante éloignée des stéréotypes féminins andalous de l’époque.

7Outre leurs propres œuvres, Margarita Alexandre et Rafael Torrecilla produisirent également les films d’Antonio del Amo (Nada menos que un arkangel, 1958) et de José María Forqué (Un hecho violento, 1958) à travers leur société de production Nervión Films, avant de décider d’abandonner le pays et de s’exiler, principalement en raison de leur situation personnelle, mais également de leur opposition au régime.

  • 1 Margarita Alexandre produit sept films durant son séjour à Cuba: Las doce sillas (Tomás Gutiérrez A (...)

8Le chapitre suivant évoque le séjour à Cuba de la cinéaste, le couple ayant finalement décidé de se rendre dans ce pays, dès 1959, au tout début de la révolution. Margarita Alexandre mentionne son implication dans la réorganisation du cinéma cubain où son expérience et sa qualification sont mises à profit car les films tournés avant la révolution étaient produits par des sociétés étasuniennes. La réalisatrice codirige le premier film de la période révolutionnaire La vida comienza ahora (1959) puis s’implique dans la production cinématographique à l’icaic et où elle collabore, entre autre, avec le réalisateur cubain Tomás Gutiérrez Alea et les directeurs de la photographie espagnols Nestor Almendros et Juan Mariné. La cinéaste dépeint l’euphorie du début de la révolution, l’enthousiasme du peuple cubain et sa propre implication dans cet élan révolutionnaire : de la production cinématographique1 à la participation aux travaux des champs en passant par son enrôlement dans la milice au moment de la crise des missiles en 1962. Les années passées à Cuba signifièrent la fin de la collaboration avec Rafael Torrecilla, alors en poste à Rome comme conseiller commercial jusqu’au moment où, lors d’un séjour dans l’île, le régime castriste le retient sans explication, ne lui permettant de repartir qu’au bout de quelques mois. Cet abus de pouvoir, la censure exercée par Alfredo Guevara, fondateur et président de l’icaic, et la bureaucratisation du régime castriste – reflétée dans La muerte de un burócrata de Tomás Gutiérrez Alea qu’elle produit en 1966– déçoivent la cinéaste. Elle est finalement victime de l’intransigeance des dirigeants de l’ICAIC qui refusent de lui renouveler son contrat de productrice. Elle est alors nommée directrice du Teatro Musical de La Havane jusqu’à son départ de Cuba pour l’Italie en 1971.

9Le dialogue de la quatrième partie porte principalement sur le film Operación Ogro réalisé par l’italien Gillo Pontecorvo et dont Margarita Alexandre fut chargée de production. Ce long métrage, retraçant le fameux attentat de l’eta qui couta la vie à l’amiral Luis Carrero Blanco en 1973, est une adaptation d’un ouvrage de l’étarra Eva Forest. Sa longue gestation pendant la période franquiste et son tournage en Espagne après la mort du dictateur sont longuement évoqués car la disparition du Généralissime impliquait une évolution du statut de l’œuvre préparée dans la clandestinité et initialement conçue comme antifranquiste. Elle évoque par la suite un projet de film sur la vie de Federico García Lorca adapté d’un ouvrage de Ian Gibson, proposé à Luis Buñuel, mais que le réalisateur aragonais renonça finalement à réaliser. Enfin, après son retour en Espagne, durant la transition, Margarita Alexandre abandonne toute activité cinématographique.

10Il convient donc de saluer l’entreprise réussie de Sonia García López qui a pu recueillir à temps le précieux témoignage de Margarita Alexandre. Cet ouvrage passionnant constitue en une fresque historique de la deuxième moitié du xxe siècle. Il apporte en outre un éclairage original à l’histoire du cinéma espagnol et cubain à travers le parcours engagé d’une cinéaste libre, courageuse et pleine d’humour.

11Sonia García López est professeur de communication audiovisuelle à l’université Carlos III de Madrid. Elle est l’auteur des ouvrages Spain is US. La guerra civil española en el cine del popular Front (1936-1939) (PUV, 2013) et Ernst Lubitsch. Ser o no ser (Paidos, 2005). Elle a codirigé Piedra, papel y tijera : el collage en el cine documental (Ocho y Medio/Textos Documenta, 2009)

12Publiés par le groupe de recherche Televisión y Cine : Memoria, Representación e Industria (tecmerin) de l’Université Carlos iii de Madrid, les ouvrages de la collection Cuadernos Tecmerin donnent la parole aux voix oubliées par les récits dominants de l’histoire de l’audiovisuel espagnol. Ils sont édités en version papier, mais également téléchargeables en ligne à l’adresse suivante : http://tecmerin.es/​cuadernos-tecmerin/​

Top of page

Notes

1 Margarita Alexandre produit sept films durant son séjour à Cuba: Las doce sillas (Tomás Gutiérrez Alea, 1962); Crónica cubana (Ugo Ulive, 1963); Preludio II (Kurt Maetzig, 1963); Cumbite (Tomás Gutiérrez Alea, 1964); El encuentro (Manuel Octavio Gómez, 1964); el Robo (Jorge Fraga, 1965) et La muerte de un burócrata (Tomás Gutiérrez Alea, 1966)

Top of page

References

Electronic reference

Marianne Bloch-Robin, « El cuerpo y la voz de Margarita Alexandre  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [Online], 17 | 2016, Online since 15 January 2017, connection on 24 September 2017. URL : http://ccec.revues.org/6347

Top of page

About the author

Marianne Bloch-Robin

Université de Lille Sciences humaines et sociales. CECILLE (EA 4074)

By this author

Top of page

Copyright

© CCEC ; auteurs

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org