Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus
Notes de lecture

Que sean fuego las estrellas. Barcelona (1917-1923)

Joël Delhom
Referencia(s):

Paco Ignacio Taibo II, Que sean fuego las estrellas. Barcelona (1917-1923), Barcelona, Crítica, 2016, 545 p.

Texto completo

1En juin 2016 sortait en librairie un livre curieux de Paco I. Taibo, à la fois historien et romancier. Socialement engagé, il est notamment l’auteur d’une biographie de Che Guevara et d’un ouvrage consacré à la révolution asturienne d’octobre 1934 (Asturias: octubre 1934, Barcelona, Crítica, 2013). Ce qu’il propose au lecteur dans ce nouveau livre est une synthèse (le manuscrit faisait 1 200 pages) d’une colossale recherche entamée il y a une trentaine d’années, puis abandonnée et finalement rédigée en un an – trop vite peut-être. C’est, écrit-il, l’histoire de la classe ouvrière (p. 17) de Barcelone : « Una historia que sólo tiene sentido si se apropia uno de ella en los detalles, y no obstante, cuajada como está de detalles, amenaza con disolverse en las minucias; es siempre contradictoria, falsa, doble, fraguada. […] En tal marasmo, he elegido una historia, la que cuento, consciente de que es la que he decidido contar, la que me convence. La guía la obsesiva necesidad de registrarlo todo, cada nombre, cada muerto, casa, calle, cada esquina. De no olvidar a nadie. A veces, en ese afán, me espanta un texto que parece la guía telefónica de Barcelona » (p. 11). C’est en effet le problème de ce livre qui n’est ni un roman ni un livre d’histoire, tout en étant un peu de l’un et un peu de l’autre. Le terme qui le décrit le mieux est sans aucun doute celui de chronique.

2Ce livre de Taibo est la chronique, jour après jour, de la guerre que la bourgeoisie catalane a livré à la Confédération Nationale du Travail (CNT), avec la complicité et même l’active participation des plus hautes autorités civiles et militaires de Barcelone. Entre 1917 et 1923, des pistoleros au service du patronat ou des syndicats dits libres (entendez par là jaunes), assassinaient impunément des syndicalistes de la CNT, tandis que les forces de l’ordre arrêtaient, torturaient, puis exécutaient (ley de fugas) nombre de militants. Les groupes d’action anarchistes tentaient de protéger les syndicats et exerçaient à leur tour des représailles. Maria Amàlia Pradas Baena a recensé 424 victimes mortelles entre 1918 et 1923, dont 168 anarcho-syndicalistes et 3 avocats proches de la CNT, 69 patrons, cadres et contremaîtres, 42 membres des syndicats libres et 30 représentants de l’autorité publique. 1920 et 1921 furent les années les plus sanglantes avec 98 et 140 morts respectivement (L’anarquisme i les lluites socials a Barcelona 1918-1923: la repressió obrera i la violència, Barcelona, Publicacions Abadía Montserrat, 2003, p. 255 sq.).

3Le livre de Taibo se compose de 84 chapitres – certains très brefs – et d’un épilogue. On peut regretter l’absence totale de contextualisation, manque dont l’auteur est pleinement conscient, puisqu’il écrit au début : « En este libro el contexto nacional se pierde en exceso (se ignora o se minimiza voluntariamente), y no digamos el internacional » (p. 12). Le lecteur fait connaissance avec les principaux militants de l’époque, les grands patrons, les responsables politiques, les hommes de main, découvre le climat social très conflictuel et prend conscience des tensions entre les tenants de la lutte – ici plutôt de la riposte – armée et ceux de l’action syndicale de masse, tandis que chacun soupçonne l’autre de dérive idéologique (anarcho-syndicalistes, syndicalistes révolutionnaires, syndicalistes, anarchistes, bolcheviques) dans une CNT sous-pression qui perd ses repères comme ses militants. Les récits de certains attentats sont très détaillés, tandis que d’autres se limitent aux noms des victimes et des tueurs supposés. Les sources pour chaque chapitre sont présentées avant la bibliographie finale. Disons-le franchement, c’est peut-être dans cette importante bibliographie, composée de témoignages de l’époque, de sources orales, brochures, articles de presse, documents d’archives et ouvrages d’histoire, que réside l’intérêt principal du livre, dont le caractère descriptif et donc répétitif devient vite lassant. Le style est parfois télégraphique et laisse trop paraître la reprise de l’information brute publiée dans la presse de l’époque. En outre, l’édition n’a visiblement pas bénéficié d’une relecture scrupuleuse – surprenant chez un éditeur tel que Crítica – et les innombrables coquilles, fautes de syntaxe et de grammaire, oublis de mots, répétitions (p. 213-215), utilisation d’orthographes différentes pour les mêmes noms (König / Köenig / Köning, p. 239-240), deviennent par moments insupportables. Le chapitre 42, sur le séjour d’Ángel Pestaña en Russie, abuse aussi de la citation.

4À lire à petites doses ou pour y chercher des informations précises…

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Joël Delhom, « Que sean fuego las estrellas. Barcelona (1917-1923) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En línea], 17 | 2016, Publicado el 15 enero 2017, consultado el 30 mayo 2017. URL : http://ccec.revues.org/6345

Inicio de página

Autor

Joël Delhom

Maître de Conférences, Université de Bretagne-Sud (Lorient)

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© CCEC ; auteurs

Inicio de página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org