Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Lecture critique

La modernisation de Madrid (1860-1930). La part de l’histoire des habitants

Michel Ralle

Notes de la rédaction

Ceci est le compte rendu des ouvrages suivants : Carballo, Borja, El Ensanche Este. Salamanca-Retiro 1860-1931, Madrid, Ed. Catarata, 2015 ; Pallol Trigueros, Rubén, El Ensanche Norte. Chamberí 1860-1931. Un Madrid moderno, Madrid, Ed. Catarata, 2015 ; Vicente, Fernando, El Ensanche Sur. Los barrios negros. Arganzuela 1860-1931, Madrid, Ed. Catarata, 2015 ; Díaz Simón, Luis, Los barrios bajos de Madrid 1880-1936, Madrid, Ed. Catarata, 2016 ; De Miguel Salanova, Santiago, Madrid, sinfonía de una metrópoli europea. 1860-1936, Madrid, Ed. Catarata, 2016 ; Carballo, Borja ; Pallol, Rubén ; Vicente, Fernando, El Ensanche de Madrid. Historia de una capital, Madrid, Ed. Complutense, 2008 ; Pallol Trigueros, Rubén, Una ciudad sin límites. Transformación urbana, cambio social y despertar político en Madrid (1860-1875), Madrid, Ed. Catarata, 2013 ; Rodriguez Marín, Nuria, La capital de un sueño. Madrid en el primer tercio del siglo XX, Madrid, Ed. Asociación de Historia Contemporánea, 2015 et Beascoechea Gangoiti, José María y Otero Carvajal, Enrique (editores), Las nuevas clases medias urbanas, Transformación y cambio social en España, 1900-1936, Madrid, Ed. Catarata, 2015.

Texte intégral

Un projet très ambitieux

1Le nombre des ouvrages rassemblés ici est inhabituel pour un compte rendu mais leur ambition, collective, et leurs résultats le sont tout autant. Ils sont un premier et important moment du parcours de très longue haleine du groupe de recherche « Historia de Madrid en la edad contemporánea » de l’Université Complutense et dont l’objet est la période où, entre 1860 et 1930, la capitale, à travers ses diverses composantes territoriales, centre et périphéries, est devenue une « métropole ». Le dernier des ouvrages mentionnés pose les premiers jalons d’une comparaison entre les classes moyennes de Madrid et de Bilbao où, de son côté, une équipe a voulu cerner l’évolution sociale de l’agglomération en utilisant elle aussi les « padrones ». Il est une des manifestations de la portée des apports que l’on peut attendre des résultats obtenus par les chercheurs madrilènes – il y en aura sans doute bien d’autres.

2Enrique Otero Carvajal, le responsable du projet qui a pris corps depuis une dizaine d’années et qui a débouché sur la soutenance de nombreuses thèses, était déjà un des animateurs des colloques sur Madrid organisés dans les années 1980 par des historiens de la Complutense et par la revue Alfoz. L’aspect le plus visible de cette initiative, et sans doute le plus spectaculaire et le plus inattendu, a donc été l’utilisation systématique des données fournies par les immatriculations périodiques des habitants dans les « padrones ». Leur objectif administratif était de regrouper état civil, adresse, caractéristiques du logement, montant du loyer – pour les propriétaires on peut connaître au moins une partie de leur patrimoine immobilier. Des points moins prévisibles dans ce type de documentation, et qui tendent à devenir plus précis, permettent aussi de recenser les emplois et les métiers des résidents – c’est une approche fondamentale pour la connaissance du marché du travail madrilène et de ses hiatus fréquents entre compétences et possibilités d’emploi. Il a été ainsi possible d’avoir à des dates significatives des états à la précision inespérée des situations sociales et même de repérer des trajectoires professionnelles et personnelles. La composition et l’état des familles, les salaires, voire les revenus, le niveau d’instruction – et donc le pourcentage d’analphabètes à l’un des moments choisis pour dresser des bilans, 1880, 1905, 1930 – ont pu ainsi être reconstitués de même qu’une partie des accidents de la vie, décès, perte d’un conjoint ou d’un enfant. Avec l’aide d’une vaste bibliographie où, aux titres concernant l’histoire de l’économie, de la société et de la politique de Madrid, s’ajoutent nombre de rubriques d’ordre culturel et de témoignages littéraires – à commencer par les romans de Galdós qui apparaissent comme une incitation à revenir sur des situations humaines et sociales parfois négligées ou oubliées – c’est un regard curieux et exigeant qui est constamment porté sur les évolutions et sur les pesanteurs des contextes sociaux comme sur les impacts des éclats politico-sociaux dont la ville a pu être le théâtre.

3Les membres de l’équipe savaient que les données recueillies par les administrations pour classer les populations et les soumettre aux obligations de la fiscalité ou au souci des institutions de les contrôler, pouvaient conduire à des bilans chiffrés décisifs pour la connaissance de la vie sociale de Madrid. Mais l’établissement de centaines de milliers de fiches que cela supposait risquait fort de ne pas être mené dans des délais raisonnables ou de provoquer le découragement des chercheurs. Les résultats présentés dans ces volumes rappellent en tout cas la portée des traitements quantitatifs et statistiques dans une période où la recherche historiographique les utilise moins – les données désormais livrées chaque jour au grand public, et dont l’étendue n’était pas imaginable il y a peu, tendent, sans doute à tort, à dissuader les chercheurs de se pencher sur des objets moins linéaires.

4Celles que le lecteur ou le spécialiste trouveront tout au long de la lecture de ces travaux emporteront sans doute leur conviction. On attribue parfois un peu vite aux traitements quantitatifs la tendance à réduire les analyses à quelques grands axes d’ordre économique ou social aux dépens de représentations d’ordre culturel qui n’en accompagnent pas moins les existences des individus – et les villes en ont de spécifiques puisqu’elles sont le lieu par excellence du contact avec la modernisation ou qu’elles sont, au moins, plus proches de l’actualité. Madrid, qui en a été transformé à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, est devenu une des deux cités d’Espagne qui l’ont donné à voir. Il semble bien, en tout cas, que le traitement d’une multitude de coordonnées individuelles a constitué une incitation à se rapprocher des formes concrètes du quotidien et de ses langages. Ainsi, dans les cinq premiers ouvrages de la liste – ils concernent les composantes territoriales déjà évoquées de Madrid, quartiers anciens et « ensanches » – elles ont fait apparaître des cas qui pourraient être exemplaires de trajectoires ou de stabilités. A côté de groupes familiaux qui ne sont jamais sortis d’une condition modeste ou très difficile et de ceux dont, à l’inverse, le quotidien a toujours été très confortable et entourée d’une abondante domesticité, il y a ceux qui, participant du courant migratoire responsable pour l’essentiel du triplement de la population de Madrid en soixante-dix ans, ont tiré parti d’une compétence professionnelle, d’une nouvelle organisation du territoire, voire d’une mode – les collectifs qui perdaient pied semblent moins faciles à cerner.

5Ces cas, divers et parfois contradictoires, ont interpellé les auteurs qui en ont suivi un certain nombre au long de leurs chapitres. On perçoit une attirance pour une approche micro-historique dont ils ont mesuré les possibilités. Difficile à mener dans le cadre d’un regard global sur des groupes humains qui se comptent par centaines de milliers de membres, elle a poussé à reconstituer des trajectoires de certains individus, de leur famille ou de petits groupes. Certaines sont très éclairantes. Plusieurs indices montrent qu’elle a alimenté les discussions de l’équipe de recherche. Le nombre de ces trajectoires est trop élevé pour les énumérer ici. On y trouve aussi bien des « cigarreras », des conducteurs de tramways et des « dependientes » que des bailleurs qui vivent de leurs rentes, des commerçants – soit de type ancien soit de la grande distribution qui émerge alors –, des mécaniciens rendus nécessaires par les nouvelles machines et les modes de transports électriques, des professions libérales que les demandes de l’État concernent davantage, des étrangers à qui leurs qualifications rares donnaient accès à de belles positions... Il y a parmi eux le pharmacien Castro dont Rubén Pallol a fait un exemple central de l’insertion dans un quartier en formation, Chamberí, et de l’intégration de ce territoire, jadis délaissé, dans la vie madrilène. Les données font voir des morceaux des histoires de vie et les ébauches qu’elles permettent renvoient à toute l’épaisseur des existences et des expériences dans un cadre urbain en pleine transformation. Il est remarquable, à cet égard, que soient souvent citées les grandes œuvres littéraires qui ont pour cadre Madrid. A côté de l’incontournable Galdós, qui reste le plus cité, les travaux ont trouvé motif à suggestions ou à questions chez Baroja, ce n’est pas une surprise, chez Blasco Ibáñez, chez Barea, voire chez Corpus Barga – on pourrait en ajouter bien d’autres souvent surprenants. La recherche systématique de données n’était donc pas portée par une intention réductrice. C’est bien la ville, ses dynamiques, ses tensions, ses dangers, ses hommes et ses femmes, ainsi que leurs rapports avec les pratiques et les images de modernité qu’elle diffuse qui sont l’objet historique de cette entreprise collective.

6Puisque le champ que chacun des travaux abordés ici n’aurait pas existé s’ils n’avaient pas été le résultat d’un projet commun il n’aurait pas été logique d’en rendre compte séparément. Ce compte rendu a souligné d’emblée que cet aboutissement est exceptionnel. Les thèmes de recherche dans lesquels les organismes de tutelle contraignent désormais les chercheurs de sciences humaines ou de lettres à se reconnaître comportent une grande part d’apparences commodes ou, hélas, simplement obligatoires. Le séminaire de Enrique Otero a renoncé à ces faux semblants. Il s’agissait d’étudier dans sa totalité et dans sa diversité l’ensemble madrilène au plus près de ses habitants, depuis le centre historique jusqu’à ceux des « extrarradios » que la capitale a fini par intégrer lorsqu’elle est devenue une grande ville aux apparences modernes après s’être étendues jusqu’aux limites, celles des ensanches qui se trouvaient au-delà des « tapias », elles disparaissent en 1868 c’est-à-dire au début du « sexenio », au moment aussi où a commencé un processus de transformation ininterrompu, comme la croissance démographique, jusqu’à la Guerre civile.

7Le résultat est loin d’être uniforme. On ne fait pas allusion ici au degré de réussite des ouvrages – tous l’atteignent à leur manière et laissent une impression d’achevé par leur structure et par leur écriture – mais à la diversité des questions parmi lesquelles ils devaient choisir. Chacun a dû s’adapter à un objet spécifique. La fonction et les caractères de la part de ville traitée, son organisation, les types d’habitants et de relations sociales qui les distinguent d’autres zones ont suscité des approches voire des outils différents. La distance est grande entre, d’une part, l’Ensanche Este où les palacetes nobiliaires ou les appartements bourgeois – conséquences d’héritages prévisibles ou d’initiatives inédites – que leurs propriétaires souhaitent à proximité de l’axe Recoletos-Castellana et séparés de marges, comme dans le même ensanche, le quartier de la Plaza de Toros où vivent des salariés peu qualifiés, peu payés et peu assurés de la permanence de leur travail, et, d’autre part, les quartiers de l’Ensanche Sur où les implantations industrielles ou de grands services –la gare et ses ateliers, l’usine à gaz, la Manufactura de Tabacos et sa nombreuse main d’œuvre très particulière de cigarreras – pèsent sur les intervalles où des jornaleros et leur famille s’entassent dans d’étroits logements sombres et mal reliés par une voirie défectueuse. Il est plus pertinent, dans ce second cas comme dans celui des Barrios Bajos de la vieille ville, qui eux aussi ont donné lieu à une thèse, de s’étendre sur les questions de la santé puisque dans ce second environnement les habitants pâtissent non seulement de leurs conditions de travail mais aussi de failles criantes dans l’accès à l’eau et dans l’évacuation des déchets.

8La personnalité de chaque approche apparaît dans l’organisation de la démonstration et, jusqu’à un certain point, dans les thématiques sociales qu’elle privilégie. Mais si chaque écriture a bien sûr sa spécificité dans un cadre global où apparaissent un souci de cohérence, de densité et de rejet des effets faciles, elle a des points communs avec l’ensemble des autres – on a parlé des ébauches des histoires de vies auxquelles a eu recours chacun des livres consacrés à une division territoriale de Madrid. Cet aspect aussi semble bien donner lieu à une réflexion du groupe. C’est ainsi que des personnages qui ont semblé intéressants dans le dépouillement des padrones ont été prolongés par d’autres notations plus anecdotiques sur leur insertion et qui sont à la limites du vraisemblable et du fictif mais qui rapprochent des quotidiens laborieux, familiaux, intellectuels, esthétiques de la ville par lesquels celle-ci acquiert une personnalité et des images significatives –on a déjà parlé du pharmacien Castro de Chamberí dont l’ascension régulière est emblématique des possibilités offertes par la métropole en expansion –dans ce cas elles sont moyennes. Au-delà de l’enracinement dans la trajectoire de la ville que suggèrent ces personnalisations, souvent réussies, ce choix témoigne d’autant plus du souci de rendre compte de la complexité de Madrid qu’il est aussi le signe de l’attention portée à la composition des ouvrages et à leur style.

Les territoires

9A l’exception de l’ouvrage de Nuria Rodriguez Marín dont l’objet est l’émergence des formes de modernisation urbaine dans le Madrid du premier tiers du xxe siècle, les autres traitent, des transformations ou des évolutions des diverses composantes territoriales de la capitale. Si toutes n’y sont pas, les plus déterminantes sont déjà couvertes : les trois ensanches ainsi que deux regroupements de vieux quartiers du centre. Ce résultat met pour le moment l’accent sur les premiers. Ils sont, de fait, emblématiques des rapports de la ville ancienne, à laquelle ils ajoutent une superficie qui la multiplie par trois, avec ce qui se trouvait hors d’elle – les limites se sont déplacées à plusieurs reprises entre 1860 et les années 1930. La place qui leur est attribuée pour le moment est justifiée puisqu’ils ont constitué la contribution la plus décisive à l’extension de Madrid – les initiatives, même spectaculaires, concernant le centre avaient eu des conséquences plus localisées : faire sortir la ville de la disposition figée qu’elle avait héritée de la Corte et de l’Ancien régime. El Ensanche de Madrid, livre collectif des auteurs des trois travaux sur les ensanches et un peu antérieur à leur publication, évoque, avec beaucoup de clarté et d’informations, les conditions historiques de leur constitution et leur inscription dans une nouvelle dynamique urbaine qui va reposer sur des ajouts successifs de territoires à la cité initialement close. La perspective nouvelle qu’ils inaugurent est celle de la « ciudad sin límites » : c’est lorsqu’il n’y a plus d’obstacle pour lui ajouter d’autres composantes que Madrid entre tout à fait dans la logique de la croissance urbaine continue. L’expression donne son titre au livre que Rubén Pallol consacre à un des points de sa thèse, celui du rapport entre les cadres administratifs, dont l’histoire est politique, et les représentations de la ville parmi ses habitants.

10Une autre raison, qui renvoie à l’histoire de l’organisation des responsabilités politiques en Espagne, justifie que chacun des ensanches ait donné lieu à une recherche et à une analyse particulières. C’est sur eux, puisqu’ils étaient en train de se constituer, qu’ont pesé tout particulièrement les normes budgétaires qui établissaient une relation stricte entre le montant des loyers perçus par un secteur délimité d’habitations et les sommes dont il disposait pour mettre sur pied les services de base – la voirie, les égouts, l’éclairage, les transports. On pouvait deviner par avance le type de rues et d’immeubles qui s’inscrirait à l’intérieur de telles ou telles limites. Cette modalité, qui affectait aussi les autres villes espagnoles, pouvait avoir l’avantage de désamorcer d’éventuelles tensions entre divers quartiers qui se disputeraient de maigres ressources auprès d’une seule mairie mais elle a surtout débouché sur de grandes inégalités entre les espaces construits puisque l’absence d’un budget global empêchait de les corriger. Le cercle était vertueux pour les zones de belles demeures – comme l’écrivait un sénateur en 1910, « la zona segunda que corresponde al barrio de Salamanca acabará por tener faroles de oro » (El Ensanche de Madrid, p. 85). Les contrastes étaient ainsi frappants entre territoires géographiquement proches. La ségrégation socio-spatiale que n’avait pas refusée le plan Castro peu après le milieu du xixe siècle allait s’installer de manière définitive. Les conditions de départ extrêmement difficiles de beaucoup de rues de l’Ensanche Sur ont tardé à s’améliorer alors que dans l’Ensanche Este les zones proches de l’axe Recoletos-Castellana ont joui presque d’emblée d’environs bien dégagés et de relations rapides avec le centre.

11La grande ville était donc bien faite de territoires divers qui peuvent donner l’impression qu’il y a eu des expériences urbaines différentes. Certaines ont même pu générer des sentiments d’appartenance spécifiques notamment lorsque d’éventuelles solidarités entre les habitants ont pris corps. Leur émergence a été clairement identifiée dans un cas au moins où l’approche a pas mal de points communs avec celle des livres évoqués ici. Il s’agit du quartier Prosperidad abordé avec rigueur et élégance par la belle thèse de Charlotte Vorms soutenue en 2006 (cf. Bâtisseurs de banlieue à Madrid, Paris, Creaphis, 2012). La situation indécise de cette zone, hors ensanches mais proche, a permis à une population souvent ouvrière d’acquérir de petits terrains à des prix abordables. Elle a développé une solidarité propre à partir des maisons individuelles qu’elle y construisait. Elle s’est prolongée ensuite dans un fort vote socialiste pendant la Deuxième République. Il n’en reste pas moins que ce qui semble marquer le plus fortement les divers territoires, et les ensanches ont été décisifs pour le transmettre, c’est bien la dynamique globale –on va y venir– qui a touché l’ensemble de Madrid et qui semble être venue à bout, même s’il lui a fallu du temps, de décalages importants qui renvoyaient à un autre âge de la ville. Ainsi presque jusqu’aux années 1930 des cohortes de « traperos », faute de service municipal structuré, traitaient la plus grande partie des ordures. Ils avaient déjà fasciné Blasco Ibañez qui en avait tiré en 1905 un personnage central de La horda. En regard d’une diversité parfois insoupçonnable il était donc pertinent de tenter de rendre compte de la globalité des habitants qui constituent la ville puisque des traits incontournables ressortent des données d’ensemble. Le champ des rapports entre les appartenances plus particulières, notamment celles auxquelles ont donné lieu des territoires spécifiques, et la dynamique de la ville pourra être d’autant mieux établi, dans de futurs travaux, que les trajectoires de tous ses hommes et toutes ses femmes seront mieux connues.

Entre 1860 et 1930, trois dynamiques sociales

12La comparaison des états des padrones à trois dates qui semblent significatives – et le considérable « balayage numérique » déjà signalé est déterminant pour la mener – fait apparaître dans les diverses composantes territoriales de Madrid trois phases, et leurs grands traits, de son processus de modernisation matérielle et sociale. En 1880, il est visible dans l’élargissement des aires construites et la main d’œuvre qui y contribue – elle est aussi engagée dans les grands travaux d’infrastructure que les dimensions de la ville exigent. En 1905 émergent, après un premier saut démographique, les effets d’une fonction de capitale plus assumée et de la « deuxième industrialisation », dénomination commode pour situer les nouvelles énergies, surtout l’électricité, les productions mécaniques, la modernisation des transports publics et privés où elles sont partie prenante et la diffusion des nouvelles formes des communications. En 1930, alors que la croissance de sa population l’en rapproche, la capitale a intégré les activités productives nouvelles et les manifestations de la modernité qui se donnent à voir dans les métropoles européennes.

13Le « poblachón manchego », à la croissance atonique et à la maigre curiosité à l’égard des forts changements engagés dans les grandes capitales étrangères, n’avait pris en compte, au milieu du xixe siècle que les premières conséquences de l’émergence de l’État libéral. Les premières initiatives de desamortización, celles de Mendizabal, avaient poussé à une densification des constructions à l’intérieur de l’enceinte des tapias. En même temps la déréglementation des gremios avait débouché sur une dégradation des conditions de travail et de la rémunération des salariés qualifiés. La plupart des nombreux métiers perdaient, en même temps que des spécificités propres, des garanties et des protections ; elles étaient relatives. L’aggravation de leurs conditions de travail et la diminution de leurs rémunérations étaient dues tout autant à l’immigration rurale, sans formation ni qualification, qui arrivait plus nombreuse qu’auparavant sur le marché du travail de Madrid – avec le processus de privatisation qui les privaient d’une partie des ressources territoriales de leurs communes nombre de paysans des provinces proches de la capitale avaient perdu leurs moyens de subsister sur place.

14La première poussée démographique entrainée par ce flux, auquel la municipalité avait essayé de résister entre 1840 et 1860 par des procédures de renvoi contrôlé de forasteros sans travail, a corrigé le déficit du mouvement végétatif de la population madrilène. Il a aussi incité à l’élargissement de l’espace urbain traditionnel devant les résultats limités des initiatives pour le remodeler –c’est à partir du début des années 1860 que la place de la Puerta del Sol a fait place à une assez large ouverture qui rompait de fait avec les mouvements habituels des quartiers centraux. Certains des arrivants se sont installés hors des limites de la ville pour tirer parti des lieux d’accueil et des activités qui se tenaient près des entrées : les « ventorros », les productions qui ne pouvaient s’établir à l’intérieur de la cité – quelques manufactures et les « tejares » –, les points où étaient vendus des chevaux, des mulets ou des ânes... D’autres habitants, le marquis de Salamanca n’était pas le moindre d’entre eux, ont édifié non loin de l’enceinte, et sur des terrains dont les prix promettaient de bonnes rémunérations, quelques immeubles modernes qui pouvaient intéresser ceux dont les moyens permettaient de préférer un cadre de vie plus proche des modèles diffusés par les grandes villes étrangères – cela n’a été d’abord qu’un petit quartier au milieu de friches et en quête d’acquéreurs. Si le succès n’a pas été tout de suite au rendez-vous, l’initiative témoigne des pressions que des propriétaires de terrains ou quelques entrepreneurs exerçaient sur une mairie encore proche de ceux, Mesonero Romanos par exemple, dont les modèles sociaux et esthétiques, mais aussi le type de spéculation immobilière, demeuraient traditionnels.

15Les délimitations de trois Ensanches qui ont étendus considérablement la superficie de la ville ont été la conséquence d’initiatives politiques – le plan Castro, avec les différenciations sociales qu’il impliquait, et la suppression de l’enceinte pendant le Sexenio – et des déplacements des hommes et des femmes qui ont augmenté et transformé le courant migratoire vers Madrid. L’extrarradio a été repoussé vers les anciens villages qui avaient souvent donné une apparence concrète au pittoresque rural des comedias – les plus accessibles allaient être intégrés à leur tour dans les premières décennies du xxe siècle. C’est cette première grande avancée territoriale qui a mis Madrid sur la voie du développement continu qui ouvrait plus d’espace aux initiatives privées et publiques. Elle a été accompagnée par la construction des infrastructures indispensables à une ville en train de dépasser 300 000 habitants. Les principales ont été le canal du Lozoya (ou d’Isabel II), un réseau encore insuffisant d’égouts et le pavement des rues principales. Globalement les conditions sanitaires de la ville étaient restées les même et sa démographie n’en avait donc pas été modifiée; les padrones confirment de ce net décalage. Madrid était encore « la ciudad de la muerte » avec, en particulier, des taux de mortalité infantile d’ancien régime dans les quartiers pauvres.

16Les nouveaux chantiers, publics et privés, demandaient une main d’œuvre nombreuse soumise à des tâches dures, mal payées mais simples, celles des jornaleros dont la majorité a été fournie par l’immigration – les tableaux et les cartes de leurs origines sont un apport considérable à la connaissance de cette composante de la ville à divers moments clés. Le processus de « jornalerización » de la main d’œuvre qui s’est nettement accentué a reçu une impulsion d’autant plus décisive que beaucoup des ouvriers des « artes y oficios » devaient soit se soumettre à l’uniformisation d’une grande partie du travail manuel soit, faute d’emplois stables dans leur spécialité, accepter, au moins pour quelque temps, une embauche dans les grands travaux ou dans le bâtiment, la principale activité de la ville en termes statistiques et où les patrons les plus puissants refusaient désormais de reconnaître les expériences professionnelles fondées sur les apprentissages traditionnels. Les quartiers populaires, et aussi les ensanches, ont été ainsi marqués par une présence plus apparente des hommes et des femmes employés dans des activités manuelles de moindre considération. L’essor numérique des jornaleros a été accompagné de celui de la domesticité féminine dont s’entouraient en assez grand nombre les familles aisées ou riches, notamment dans l’Ensanche Este. Il y avait aussi des criadas dans beaucoup des foyers des classes moyennes. Les bilans confirment à la fois l’origine rurale de celles-ci et une moindre permanence dans la ville puisque leur mariage les en éloignait. Le nombre de celles qui restaient célibataires et qui continuaient à « servir » était cependant loin d’être insignifiant.

17Le « Madrid jornalero » a été le premier moment de la nouvelle configuration de la capitale où, dans les deux dernières décennies du siècle, ce statut plus assumé a contribué à la mise en place d’autres activités d’administration et de services. De nouvelles infrastructures sont devenues nécessaires pour une population qui allait vers le demi-million d’habitants atteint avec le changement de siècle – il était désormais impératif d’étendre les transports publics. C’est aussi le moment où la ville a commencé à bénéficier de la croissance végétative que les mauvaises conditions sanitaires avaient empêché – les préoccupations hygiénistes semblent bien avoir eu une part dans ce résultat. Les données de 1905 suggèrent également que le sentiment d’appartenance à Madrid a pu se trouver consolidé par la part plus importante de la population qui y était née même si leurs parents n’en étaient pas originaires. Ils indiquent aussi une certaine tendance à une plus grande stabilité dans le logement – beaucoup des nouveaux venus en changeaient, surtout ceux qui occupaient une chambre en sous-locations. Le nombre des « realquilados », un mot courant depuis une trentaine d’années, n’augmente plus à partir de la fin du xixe siècle. De quelle ville s’agit-il pour les habitants ? De celle de La lucha por la vida ? De celle de la multitude d’existences particulières qui ont fasciné Galdós ? Ou de la ville modernisée qui commence à se donner à voir dans le centre ? Dans l’extrarradio, désordonné parce que hors des plans municipaux, plus pauvre et plus précaire, réside désormais un nombre important de ceux pour qui se loger à Madrid est trop cher. Il commence à faire partie des évocations de la ville.

18Si l’attrait exercé par une capitale en pleine expansion sur une immigration parfois plus lointaine augmente, il est dû aussi à la « deuxième industrialisation » qui a compensé en partie l’absence initiale du textile et de la métallurgie. Ce secteur a fait augmenter la part des nouvelles qualifications dans la main d’œuvre où le phénomène de la « corrosion » – le mot est partagé par les divers ouvrages – des salariés des métiers se poursuivait. A l’activité générée par le statut de centre de décisions administratives et politiques s’est ajouté de plus en plus nettement le rôle de répartition induit par les fonctions d’ordre financier voire de capitaux pour une grande partie du pays – les compagnies d’assurance avaient installé des sièges visibles et parfois pompeux dans le centre de Madrid. Elles employaient des spécialistes qui renforçaient le nombre des employés aux hauts salaires dont les fils étaient envoyés plus systématiquement à l’université. Ils ont souvent occupé une partie des appartements spacieux de la partie de l’Ensanche Este qui bordait l’axe Recoletos-Castellana, et qui avaient été souvent construits pour eux et pour les servantes qu’ils y logeaient. Ils nuançaient sensiblement la présence des propriétaires liés aux formes ancienne de possession du sol et qui s’y étaient installés auparavant.

19Dans un troisième moment, du début du siècle jusqu’aux années 1930, les transformations semblent à la fois plus considérables, à commencer par le doublement de la population, et plus spectaculaires. On voit à la fois s’étendre les fonctions de capitale, les activités portées par la deuxième industrialisation et les formes plus visibles de commerces qui occupent un centre dont elles contribuent à changer l’aspect. La logique de la modernité est un adjuvant fort à ce processus. Madrid montre de plus en plus de signes qui caractérisent les grandes villes : gratte-ciels, automobiles et tramways électriques nombreux, métro, illuminations, grands magasins, présence multiforme de publicités voyantes, etc. Les auteurs y voient la preuve d’un accès plus rapide et plus partagé au modèle diffusé par les grandes métropoles. L’ouverture de la Gran Vía, la construction de l’immeuble de « la Telefónica », les sièges imposants des banques, des compagnies d’assurances ou encore les grandes salles de cinéma seraient autant de nouveautés qui accroitraient, par ailleurs, l’impact de l’incontestable rénovation d’une grande partie du travail productif et des statuts des salariés. Même s’ils forment encore la part la plus nombreuse de ceux-ci, les jornaleros ont perdu de la visibilité alors que les professions intermédiaires ou qualifiées sont densément présentes dans les espaces transformés du centre. Des femmes en nombre non négligeable sont employées dans certaines d’entre elles : secrétaires, employées des téléphones, vendeuses des grands magasins voire enseignantes – celles-ci font baisser la proportion des religieuses dans les écoles. Les vieux noyaux des métiers tendent toujours à diminuer. La jonction avec les ouvriers des nouvelles qualifications ne se fait pas toujours, tant à cause de la différence des formations que, pour certains, des formes de s’organiser et de revendiquer.

20Vers la fin de cette période la ville ne se réduit plus aux oppositions simples – d’un côté les salariés manuels et, de l’autre, les privilégiés – sur lesquelles se fondaient les discours des organisations ouvrières. Les divers ouvrages donnent de nombreux exemples et des preuves chiffrées de la « complexification » croissante des activités et de la société de Madrid. Ils trouvent significatifs les possibilités de promotion, de meilleures protections, un niveau de vie plus élevé pour ceux qui sont à la frontière entre les nouvelles spécialités, celles de la mécanique sont les plus courantes, et les collectifs de cols blancs et de techniciens. Les signes de la modernité apparaissent multiples dans la capitale espagnole.

21Il n’a été question dans ce bilan territorial que des aspects centraux, surtout sociaux, des transformations de Madrid. Les limites d’un compte rendu, même long, ne permettent pas de faire allusion à beaucoup des aspects de la vie urbaine qui sont pourtant abordés à travers les mentions aux lieux de passage, de rencontres, de loisirs ou, encore de plaisirs, d’une capitale que les anciens reconnaissent de moins en moins – ils sont autant d’occasions de rappeler l’émergence de nouveauté de tous ordres.

Des raisons de poursuivre

22Les signes extérieurs, et notamment les commerciaux, sont traités de façon abondante – l’objet du livre de Nuria Rodriguez Marín est de faire le tour de leurs présence et de leur variété – car ils sont finalement, plus que d’autres, considérés comme porteurs d’une modernité qui va dans le même sens que ce que donnent à voir, en termes de situations sociales, les padrones des occupants de la ville. La dynamique globale qui leur est attribuée semble justifier que soient souvent soulignés l’ampleur et le rythme d’une modernisation de Madrid trop souvent sous-estimée, voire ignorée. On pourrait discuter des qualificatifs qui, aussi bien dans cet ouvrage comme dans les autres, présentent la croissance et les transformations de la capitale espagnole comme un flot impétueux. Si les images de modernité ont une allure spectaculaire, les changements des insertions sociales de ses habitants ont peut-être été un peu moins rapides. Des pourcentages concernant telle ou telle catégorie, telle ou telle trajectoire, telle ou telle amélioration des conditions de travail ou de vie, renvoient plutôt à une croissance sans doute globale mais sans bouleversements soudains. Il ne faudrait peut-être pas faire de l’évaluation de ce décalage une tâche prioritaire – elle ne pourrait être menée, d’ailleurs, que par ceux qui ont étudié au plus près la réalité sociale des années 1860-1930.

23De fait, l’intérêt de l’entreprise du groupe « Historia de Madrid en la edad contemporánea » est qu’elle permet d’aller plus loin qu’un débat sur les dimensions et les rythmes des changements sociaux – ceux-ci peuvent être également considérables dans des cadres de moindres dimensions et hors des lumières de la grande ville – car les données des padrones posent aussi la question d’une éventuelle spécificité de la capitale espagnole. Une comparaison avec les métropoles les plus emblématiques pourrait être un prolongement logique et important des bilans et des analyses que présentent par les divers ouvrages.

24Il faudrait pouvoir prendre en compte, en plus des domaines du travail, du logement et de la consommation, d’autres changements sociaux de la grande ville susceptibles d’aider à évaluer le rapport à la modernité puisque le monde urbain tend à perturber les modèles de comportements établis depuis longtemps. Les naissances dites « illégitimes », par exemple, pourraient signifier, en fonction des dates retenues par l’équipe de la Complutense, une prise de distance à l’égard des cadres familiaux et, donc, à celui de son exaltation systématique par le rituel catholique qui contribue fortement à leur permanence. Si le nombre de ces naissances n’apparaissait pas significatif – peut-il être établi avec les mêmes sources ? – il conviendrait de s’interroger sur les manières de contourner ce modèle auxquels ont pu recourir les milieux les plus précaires face à la difficulté de trouver une place dans la grande ville qui les rend anonymes. Il est également possible que derrière les dimensions des nouveaux spectacles où elle semble désormais rassembler tous ses habitants, les rapports entre culture des élites et cultures de masse ait pu avoir une histoire particulière de nature à compléter les données sur l’accès à l’instruction des diverses catégories de la population. Celles qui étaient venues de l’immigration étaient très majoritairement d’origine rurale mais, même dans ce cas, les représentations ont pu être différentes puisque, pour une partie, il s’agissait de fils de petits ou très petits propriétaires qui ne pouvaient leur assurer la moindre subsistance alors qu’une autre venait de familles de braceros qui n’avaient connu ni la continuité d’une activité salariée ni même, pour certains, une appartenance à ce qui est considéré comme une communauté rurale. Il est vrai que, sur de tels thèmes, la documentation n’est pas aussi définie que dans celui des padrones. Il ne s’agit là que de quelques-unes des questions qui sont évoquées par les historiens du domaine urbain. Il y en aurait bien d’autres et l’on ne peut qu’hésiter à les proposer dans la mesure où l’expérience de la recherche des auteurs des ouvrages a de fortes chances de les mettre mieux à même d’entrer dans des questionnements pertinents.

25Enfin, et cela concerne aussi les débats sur l’évolution de la société de Madrid, la nature même de la pièce fondamentale de la documentation peut susciter des réflexions sur la diversité des élaborations idéologiques auxquelles les tensions sociales ont donné lieu. Source fondamentale pour montrer l’essor de la « jornalerización » de la main d’œuvre, les padrones participent d’une vision du travail qui est celle des institutions et du patronat. Les références des collectifs ouvriers sont d’un autre ordre. Il ne fait pas de doute, malgré tout, que l’abondance de la qualification de jornalero dans les réponses des habitants correspond à une évolution de fond dans la main d’œuvre employée à Madrid. Le mot renvoie à l’homogénéisation porté par une situation où les processus d’apprentissage sont plus brefs dans les métiers traditionnels et où, sur les lieux de travail, les nombreuses différences de statuts et de prérogatives, et bien sûr de rémunérations, ont été en assez grande partie gommées. Il n’en reste pas moins que les mots, ceux qui avaient été installés par l’existence des catégories professionnelles corporatives, ont continué non seulement à être utilisés, voire amplifiés, entre 1860 à 1930 mais à distinguer nettement entre elles les organisations de défense que les collectifs établissaient en maintenant, donc, une particularité qui pouvait sembler périmée. S’est-il agi seulement d’arguments formels qui permettaient d’asseoir des revendications et d’obtenir les accords, écrits ou oraux, entre les deux parties, salariés et patrons ? Les hiérarchies ont survécu dans certaines branches – les ouvriers de l’imprimerie, au premier rang desquels les typographes et les boulangers où l’« oficial de pala » a continué à être reconnu comme le plus indispensable dans la fabrication du pain ne sont que deux occurrences parmi pas mal d’autres. Des spécialités, même si elles n’ont été que des variantes d’une activité plus générale, n’ont pas disparu et, surtout, elles ont continué à fonctionner de manière close. Les estuquistas sont les premiers qui viennent à l’esprit si l’on évoque le bâtiment et la multitude de ceux qui plâtrent, comblent, enduisent, etc. Largo Caballero, responsable des estuquistas de Madrid dès les années 1890, a raconté leur esprit de corps et leur sociabilité. Il est significatif que lorsque la Casa del Pueblo de Madrid, maison des associations ouvrières, a constitué son organisme de gestion en 1912, celui-ci a reçu délégation de dizaines de sections syndicales, ugt, qui portaient des noms de métiers. Ceux-ci ont donc continué à dire une appartenance à un type d’activité très délimité – ce n’était peut-être qu’une apparence.

26Cela veut-il dire que persistait l’idée que des petites associations d’ouvriers, aux formations et aux attitudes proches, pouvaient être plus solidaires ? Dans ce cas on ne se serait pas beaucoup éloigné du projet général de la fédération espagnole de la Première Internationale. Et comme dans la pratique, et c’est un niveau tout sauf négligeable, il s’est agi souvent d’établir une gestion du travail, et pas seulement des salaires qui en faisaient partie, et qu’une de ses formes a été d’obtenir le monopole de l’embauche pour les membres organisés en « sección de oficio », ce niveau a pu continuer à être pertinent. On ne peut que rappeler à cet égard que la grosse « sociedad de albañiles » El Trabajo, sa taille n’est qu’en apparence un contre-exemple, a réussi à imposer cette modalité vers le tournant du siècle. Elle a alors considérablement accru ses effectifs qui ont dépassé les dix mille adhérents. Ce modèle n’a pas été oublié malgré la défaite de la grande grève du bâtiment de 1910 qui a permis aux grosses entreprises, plus récentes dans la branche, d’affaiblir considérablement ce syndicat et d’échapper aux liste d’attente d’embauches qu’il imposait –il a été beaucoup plus difficile aux petits patrons d’y échapper. Santos Juliá a montré, dans Madrid de la fiesta popular a la lucha de clases, que ce syndicalisme de gestion porté par l’ugt, continuait encore dans les années de la Deuxième république, à gérer des collectifs bien répertoriés avant d’être mis en difficulté, mais c’était en 1934-1936, par l’appel de la sensibilité anarchosyndicaliste à donner la priorité à la mobilisation qui lui a permis d’élargir sa présence dans la capitale et précisément à partir des ouvriers du bâtiment. Les modalités d’inscription dans les padrones ont donc enregistré une situation de fait mais moins les modalités idéologiques et discursives par lesquelles elle était perçue.

27On a mentionné ces quelques questions parce qu’elles montrent la portée d’un projet dont la première qualité est de ne pas avoir contourné les obligations fondamentales de la recherche universitaire et, parmi elles, une rigueur méthodologique qui a imposée à ses auteurs tant d’heures de recherche patiente et curieuse dans l’espace glacé des archives. Cette entreprise originale confirme que reconstruire l’histoire d’une société urbaine est autre chose que faire d’une ville un actant dont la personnalité persisterait au-delà des avatars de l’histoire. La suite de ces travaux est attendue avec beaucoup d’intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Ralle, « La modernisation de Madrid (1860-1930). La part de l’histoire des habitants », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/6341

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org