Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Santiago Carrillo, une biographie de Paul Preston

Serge Buj
Référence(s) :

Paul Preston, El zorro rojo, la vida de Santiago Carrillo, Madrid, Ed. Debate, 2013, 397 pages.

Texte intégral

1On ne présente pas Paul Preston, brillant historien britannique de l’Espagne contemporaine, dont le prestige a conduit certains à en faire une sorte de saint intouchable. Ses ouvrages sont nombreux, souvent disposant d’une longueur d’avance sur les travaux d’autres chercheurs et très souvent marqués par l’abondance des références et la méticulosité du traitement des sujets ou objets d’étude qu’il s’est fixés.

  • 1 Paul Preston, Franco: a biography, Londres, Fontana Press, 1993, 1040 pages.
  • 2 Paul Preston, Juan Carlos: A People's King, Londres, HarperCollins, 2004, 614pages.

2Dans l’abondante bibliographie de cet auteur s’est fait jour il y a une vingtaine d’années le besoin de proposer aussi bien au grand public qu’aux lecteurs plus exigeants quelques ouvrages appartenant à un genre qui a rencontré un indéniable public, la biographie politique. Chacun se souvient de l’imposante biographie de Franco qu’il proposa en 1993, monument d’un millier de pages qui demeure la plus complète et la plus passionnante des biographies consacrées à ce personnage1. Mais aussi de celle de Juan Carlos publiée en 20042. Et nous laisserons de côté tous les articles ou chapitres d’ouvrages à tonalité biographique qu’il publia, par exemple, sur les dirigeants socialistes Julián Besteiro ou Francisco Largo Caballero.

xxe

3Dans le cas de Santiago Carrillo, la polémique tient à sa longévité, à son parcours et à sa personnalité. Certes, cette dernière était, ce que laisse à penser le titre de cet ouvrage, celle d’un renard machiavélique, mais également, selon l’image consacrée par l’auteur du Prince, celle d’un lion n’hésitant pas à faire preuve d’abus d’autorité pour imposer ses vues ou conforter son pouvoir. Il s’agit donc, à tous égards, d’un personnage complexe, quelquefois indéchiffrable et, nous pouvons en donner crédit à son biographe, doté d’un don majeur, celui de savoir brouiller les pistes.

4Dans la biographie d’un acteur politique singulier, ce qui intéresse ce sont ses faiblesses privées et leurs effets sur l’action publique. Dans le cas de Franco, ses bigoteries et son goût pour les reliques, pour la chasse et la pêche, son côté « vieux papy », qui regardait « sa » télévision le soir chez lui, cette facette privée donnait une dimension dérisoire au personnage sans pour autant lui enlever ce qui faisait sa force : sa froideur, son «esprit militaire » et son mépris profond pour les politiciens. Chacun connaît en Espagne la blague (anecdote, vraie ou fausse, divergeant souvent dans les détails selon qui la racontait) qui illustrait bien ce mépris : au directeur du quotidien phalangiste Arriba qui venait se plaindre des pressions exercées par certains des dirigeants du Movimiento Nacional, parti unique, pour qu’il publie à leur propos des articles flatteurs, Franco répondit : « Haga como yo, no se meta en política. »

5Il faut tout d’abord se souvenir que Carrillo n’a occupé dans la vie espagnole aucun poste de gouvernement d’importance. Il n’a jamais été ministre, il n’a été député que brièvement (1977-1986) et ses fonctions dans la Junta de Defensa de Madrid n’ont été que très brèves (trois mois, de septembre à décembre 1936). L’essentiel de sa vie fut celle d’un révolutionnaire professionnel ou d’un professionnel de la révolution, ou encore, si l’on préfère, celle d’un homme d’appareil.

6Sa vie politique se divise en quatre parties. Tout jeune, il fut un personnage secondaire de la politique espagnole, à l’âge mûr le dirigeant politique d’une organisation clandestine fragile, à partir de la fin des années soixante l’une des figures incontournables de la transition, ensuite un homme de medias, adepte et « bon client » des tertulias radiophoniques qui encombrent le paysage communicant espagnol, donnant son avis sur tout et, surtout, tel un vieux sage, prodiguant ses conseils à ceux qui gouvernent en faisant fructifier ses souvenirs comme s’il s’agissait d’un petit capital mémoriel aussi rentable qu’un livret de Caisse d’Épargne.

  • 3 Santiago Carrillo, Memorias, Planeta, 1993.

7C’est au fond ce dernier Santiago Carrillo qui dérange. Et, pour limer quelque peu son côté « vieux sage », écorner un peu le capital de sympathie qu’il accumulait en Espagne à travers ses écrits et ses paroles, il fallait diaboliser les trois premiers. La tâche était déjà bien avancée puisque d’autres biographes avaient pris le soin d’entamer ce capital et que Carrillo lui-même, soit à travers son autobiographie3, soit à travers les déclarations successives destinées à justifier son action passée, n’avait jamais répondu nettement à ces attaques.

8Paul Preston annonce la couleur dès la couverture. L’image connue du vieil homme qui allume une cigarette, convention hollywoodienne d’aujourd’hui qui veut que « el malo de la película » soit un fumeur impénitent, le jeu sur la couleur (combinaison du titre « El zorro rojo » et du fond noir de la couverture), la citation qui complète l’ensemble (« el arrepentimiento no existe ») sont explicites. Nous allons donc lire la vie d’un personnage qui fut à la fois un bon, une brute et un truand.

9« Révolutionnaire, destructeur, ambitieux, éliminateur, solitaire, ennemi numéro 1, trésor national », les six chapitres s’annoncent comme critiques, décapants ou démystificateurs. Et interchangeables, en quelque sorte.

  • 4 En novembre 1982, en pleine crise interne sanctionnée par un résultat désastreux aux élections légi (...)

10Dans la page de remerciements, Paul Preston remercie surtout des morts en avançant qu’il a recueilli leurs souvenirs et leurs opinions alors que la plupart ont laissé des écrits mémoriaux (Santiago Álvarez, Manuel Azcárate, Rafael Calvo Serer, Domingo Malagón, Teresa Pámies, Jorge Semprún, José Vidal Beneyto) et que l’un d’entre eux avait même publié une biographie critique de Carrillo, certainement l’un des plus proches compagnons du petit diable et collaborateur du dirigeant politique, Fernando Claudín, biographie que Paul Preston cite abondamment. Naturellement, il manque quelques figures importantes à ce panthéon. Je n’en citerai que deux pour la période 1970-1986 et pas des moindres, celles de ses successeurs à la direction du pce : Gérardo Iglesias et Julio Anguita. Le premier est cité une seule fois, page 323, de manière totalement méprisante, le second, jamais. Ces deux derniers sont toujours vivants, et on s’étonne que Paul Preston les ait ignoré à ce point ou, plus préoccupant, ait éprouvé le besoin de les ridiculiser gratuitement.4

11Enfin, aucun remerciement adressé à la famille de Santiago Carrillo, ainsi cet ouvrage devient une biographie « non autorisée », ce qui est extrêmement « vendeur », dit-on aujourd’hui, surtout quand l’agenda s’en mêle puisque Carrillo étant mort en septembre 2012, l’opportunité de publier cette biographie devenait impérative.

12Dans le prologue, Paul Preston se présente comme un biographe « du juste milieu », venant, tel un juge de paix, rectifier les excès biographiques antérieurs commis par les uns et les autres :

[…] desde la izquierda fue admirado por muchos como un revolucionario y pilar de la lucha antifranquista, y odiado por otros por considerarle un estalinista sepulturero de la revolución.

  • 5 « …compartía con Franco el afán por reinventar y enriquecer constantemente la historia de su vida.  (...)
  • 6 « En su ansia por medrar siempre estuvo dispuesto a traicionar o denunciar camaradas Esa crueldad f (...)

13Très vite, l’apparente pondération de Paul Preston se double d’une brochette de formules et qualificatifs éloquents: «il a abandonné et trahi le Parti Socialiste», «sa loyauté envers Moscou était inconditionnelle», il fut «un apparatchik fidèle», il était doté d’une «ambition sans bornes », et, dernier coup de pied de l’âne, il l’associe à l’autre personnage qu’il a biographié: « … il partageait avec Franco le même goût pour l’affabulation5, et, pour satisfaire ses ambitions, il a toujours été disposé à trahir ou dénoncer ses camarades. Trait de caractère (que Preston définit comme une forme de cruauté) qu’il partageait avec Franco6. Enfin, passant en revue ses qualités et défauts, Paul Preston retient qu’il ne fut ni honnête ni loyal. Fermez le ban, nous voici avertis.

  • 7 On peut se reporter utilement à l’article de Sergio Valero Gómez, «Conflicto juvenil en la retaguar (...)

14Bien entendu, il y a dans cette biographie quelques points essentiels, en tout cas aux yeux des détracteurs de Santiago Carrillo. Nous n’en n’évoquerons qu’un seul, capital, son passage à tout juste vingt et un ans, du socialisme radical, celui qui correspondait à la fraction menée par Largo Caballero, au communisme léniniste. Ce passage, mené avec une virtuosité certaine, lui vaut, dans le chapitre 2, d’être vu comme l’associé voire le promoteur d’une entreprise de destruction du psoe, destruction largement surestimée par l’auteur. Qu’il ait emmené avec lui une partie de la jeunesse socialiste est un fait, dans une entreprise fractionniste, mais il est vrai qu’il n’a pas entraîné la totalité des jeunes socialistes et qu’une bonne part des raisons qui ont poussé à cette fracture tenaient aussi au psoe lui-même et à son fonctionnement7.

15Plus intéressantes sont les pages dans lesquelles Paul Preston montre comment se construit le personnage public autour de l’année 1937, à grands coups de propagande autour de sa personne et de manifestations qui, vingt ans plus tard, seront critiquées par le rapport Khrouchtchev au cours d’une séance à huis-clos du xxe Congrès du pcus dans la nuit du 24 au 25 février 1956:

Après la mort de Staline, le Comité central du Parti a commencé à appliquer une politique tendant à expliquer brièvement, mais d'une façon positive, qu'il était intolérable et étranger à l'esprit du marxisme-léninisme d'exalter une personne et d'en faire un surhomme doté de qualités surnaturelles à l'égal d'un dieu. Un tel homme est supposé tout savoir, penser pour tout le monde, tout faire et être infaillible.

16Pour l’auteur, il est difficile de savoir si cette inflation iconographique et journalistique était faite pour galvaniser la jeunesse ou satisfaire l’ego, supposé démesuré, du personnage (page 95). Pour en finir avec ses rapports avec le psoe, est évoquée la rupture entre Santiago Carrillo et son père. C’est un sujet assez souvent évoqué puisqu’il permet d’ajouter une dimension d’odre privé à la question des rapports tendus entre psoe et pce. Cette rupture est soulignée au moment du coup d’Etat du Colonel Casado qui tenta d’obtenir une « paix des braves » en réunissant une coalition assez hétérogène de leaders socialistes (Julián Besteiro et Wenceslao Carrillo) et anarchistes (Cipriano Mera) et de militaires. Cette rébellion, outre qu’elle correspondait à une appréciation erronée de la capacité de pardon de Franco, ce que Paul Preston souligne, supposa une courte période de combats entre troupes casadistas et troupes negrinistas (essentiellement aux ordres d’officiers communistes) des actes répressifs essentiellement dirigés contre les communistes, civils ou militaires. Combien de morts ? 2000 ? Ce n’est pas son souci, mais plutôt de placer un petit trait d’ironie, Carrillo, envoyé à Paris pour préparer l’exil, « se perdió el golpe», ce qui contribue à nourrir ce que le livre instille à propos de Carrillo et de la guerre civile : il bénéficiait de protections, en un mot, c’était un planqué.

  • 8 Fernando Claudín, Santiago Carrillo: Crónica de un secretario general, Barcelona, Planeta, 1983, 39 (...)

17On regrette réellement que la biographie que publia Fernando Claudín en 19838 soit moins considérée que celle de Paul Preston. Elle est meilleure d’un point de vue historique, de sa profondeur d’analyse politique. Du point de vue des objectifs, elle est honnête et surtout elle place la barre à un niveau que Paul Preston n’atteint pas : celle d’une biographie politique critique qui ne s’intéresse pas aux aspects privés sauf quand ceux-ci sont étroitement liés aux faits.

Haut de page

Notes

1 Paul Preston, Franco: a biography, Londres, Fontana Press, 1993, 1040 pages.

2 Paul Preston, Juan Carlos: A People's King, Londres, HarperCollins, 2004, 614pages.

3 Santiago Carrillo, Memorias, Planeta, 1993.

4 En novembre 1982, en pleine crise interne sanctionnée par un résultat désastreux aux élections législatives d’octobre, Santiago Carrillo démissionne de son poste de secrétaire général du pce. Il propose pour lui succéder à ce poste Gerardo Iglesias, alors âgé de 38 ans. Paul Preston dresse de ce dernier le portrait suivant: « Gerardo o Gerardín era conocido en el partido por su apodo « el Follardín » debido a su éxito con las mujeres. ».

5 « …compartía con Franco el afán por reinventar y enriquecer constantemente la historia de su vida. »

6 « En su ansia por medrar siempre estuvo dispuesto a traicionar o denunciar camaradas Esa crueldad fue otro rasgo que compartía con Franco.». Dans un entretien donné au quotidien ultraconservateur La Razón, la question de la journaliste devient prétexte à cette mise en parallèle des deux figures et devient titre de l’article qui transforme en affirmation ce que Paul Preston suggère prudemment:

« –En definitiva, ¿pasó su vida luchando contra Franco cuando él era otro dictador?

–Indudablemente, si busca una persona emblemática que represente la oposición franquista, ése era Carrillo. La oposición a una dictadura siempre se ve influida por la propia dictadura. Pero sí, había muchas semejanzas entre ambos. ». Celia Maza, Paul Preston: «Carrillo fue tan dictador como Franco», La Razón, 6 avril 2013.

7 On peut se reporter utilement à l’article de Sergio Valero Gómez, «Conflicto juvenil en la retaguardia valenciana: la colisión de caballeristas y comunistas», in Aurora Bosch, Teresa Carnero, Sergio Valero (eds.), Entre la reforma y la revolución, la construcción de la democracia desde la izquierda, Granada, Comares Historia, 2013.

8 Fernando Claudín, Santiago Carrillo: Crónica de un secretario general, Barcelona, Planeta, 1983, 394p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Santiago Carrillo, une biographie de Paul Preston », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/6180

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org