Navigation – Plan du site
Études

Presse et délation au Pays basque pendant la Guerre civile (1936-1937)

Press and denouncement in the Basque country during the Spanish Civil war (1936-1939)
Prensa y delación en el País Vasco durante la Guerra Civil (1936-1937)
Severiano Rojo Hernandez

Résumés

Cet article analyse la délation pendant la guerre d’Espagne, en prenant pour exemple les lettres de dénonciation publiées dans les quotidiens basques antifascistes entre 1936 et 1937.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurent Joly (dir.), La délation dans la France des années noires, Paris, Perrin, 2012.
  • 2 Julien Briand et Elisabeth Lusset, « Id est diabolus, id est denunciator ? Autour de la pratique de (...)
  • 3 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « La guerre incertaine », Vrai et faux dans la Grande Guer (...)
  • 4 Jean François Muracciole, « Hommes, femmes et sociétés en guerre : la guerre totale », Frédéric Rou (...)
  • 5 Comme le souligne Laurent Joly : « Tout pouvoir déclare rejeter avec horreur la délation, anonyme e (...)
  • 6 Traverso, Enzo, A Feu et à sang. De la guerre civile européenne 1914-1945, Paris, Stock, 2007, p. 1 (...)

1Comme le montre l’ouvrage La délation dans la France des années noires (2012)1, la question de la dénonciation s’avère essentielle pour la compréhension des mécanismes de contrôle et de surveillance des pratiques sociales en temps de guerre. L’étude dirigée par Laurent July témoigne en particulier de la dimension considérable que peut acquérir le phénomène lorsqu’une société est confrontée à une crise majeure, en l’occurrence un conflit armé. Même si la dénonciation n’est pas le propre d’individus vivant dans des contextes et des lieux précis2, les guerres semblent néanmoins être l’un des moments où cette pratique atteint son paroxysme et provoque le plus de victimes. « Rupture subite dans le temps et l’espace lisses de la paix »3, l’affrontement militaire se caractérise – notamment à partir du moment où l’on bascule dans la guerre totale (XXe siècle) – par une monté aux extrêmes4, que l’on peut observer tant sur le champ de bataille qu’à l’arrière. Dans cet espace, la violence prend de multiples visages, parmi lesquels celui de la dénonciation, pratique exercée à l’encontre de personnes ou de groupes considérés, entre autres, comme ne répondant pas aux normes politiques et sociales autour desquelles s’articule la société en guerre. La dénonciation ou délation – deux termes dont la « distinction […est…] éminemment subjective [...et…] peu pertinente »5 – conduit ainsi à une fragmentation de la société et à une redéfinition des liens entre les personnes, processus qui montre à quel point la guerre constitue « un tournant anthropologique », marqué par une violence paroxystique, « expression des passions, des sentiments, des peurs et des haines de ses acteurs »6.

  • 7 González Calleja, Eduardo, « Reflexiones sobre el concepto de Guerra Civil », Gladius, n° 20, 2000, (...)
  • 8 Cf. Kalyvas, Stathis, « The Ontology of “Political Violence”: Action and Identity in Civil Wars », (...)

2Parmi les différents conflits qui scandent l’histoire du XXe siècle, la Guerre civile espagnole (1936-1939) illustre parfaitement le basculement auquel est confrontée une société lorsque se produit un affrontement militaire. Par sa nature, la guerre d’Espagne produit une rupture majeure, un déchirement de la société dont l’ampleur est à l’image de la volonté d’annihilation de l’adversaire qui se manifeste tant chez les franquistes que chez les républicains. Ce conflit bouleverse le tissu social, car non seulement il se traduit par la destruction d’un ennemi avec lequel existe une proximité d’ordre physique, affective voire familiale7, mais il fait également imploser les équilibres et les liens sur lesquels repose la société espagnole traditionnelle. La guerre d’Espagne ne peut se réduire à un affrontement idéologique. Comme dans la plupart des guerres civiles, de nombreux conflits locaux, voire privés viennent s’y greffer. Elle est une agrégation imparfaite et fluide « de multiples guerres civiles localisées, plus petites, diverses, se chevauchant plus ou moins »8, au cœur desquelles prospèrent des pratiques comme la délation.

  • 9 Effectuées sur une période allant du 18 juillet 1936 au 19 juin 1937, ces recherches concernent les (...)

3Cette communication analyse ce phénomène essentiel à la compréhension du conflit en revenant notamment sur la publication de lettres de dénonciation dans les quotidiens basques antifascistes9. A partir de documents provenant des Archives du parti nationaliste basque et des Archives de la mémoire historique, elle s’attache non seulement aux raisons qui incitent la presse à publier ces lettres mais aussi aux fonctions que ces dernières remplissent pendant l’affrontement. Ces lettres, qui stigmatisent les individus aux conduites et aux idées non-conformes aux valeurs déclarées du camp républicain, renforcent la presse dans sa fonction de gardienne de l’idéal antifasciste et contribuent à la mise en place d’une société de la défiance.

Un environnement propice à la dénonciation : propagande et construction de l’ennemi idéologique

  • 10 Cf. Barruso Barés, Pedro, Violencia política y represión en Guipúzcoa durante la Guerra Civil y el (...)

4Afin de comprendre les raisons pour lesquelles des individus dénoncent aux autorités des actes ou des paroles qu’ils considèrent comme déviants, il est essentiel d’analyser dans un premier temps l’environnement dans lequel ce type de pratiques s’enracine, en l’occurrence les caractéristiques locales du conflit en cours. Si l’on observe la situation politique et militaire du Pays basque républicain entre le début de la guerre (18 juillet 1936) et l’entrée des troupes franquistes à Bilbao (19 juin 1937), un constat s’impose : contrairement à la plupart des territoires qui demeurent sous contrôle des autorités gouvernementales, le Pays basque républicain, composé de la Biscaye et du Guipúzcoa, n’est pas confronté à une violence et à un mouvement révolutionnaire de grande ampleur. Bien que certaines usines soient occupées et que l’on assassine des membres de l’Eglise ainsi que des personnes proches de la Phalange et des partis conservateurs, les représentants du gouvernement et les autorités locales conservent tant bien que mal le contrôle de la situation jusqu’à la prise de Bilbao en juin 1937. L’absence de transformations politiques et sociales comparables à celles qui se produisent dans des régions comme la Catalogne ou l’Aragon s’explique, en grande partie, par le fait que la République obtient dans ce territoire l’appui de l’une des principales formations de la région, le parti nationaliste basque (PNV). En effet, le ralliement du PNV, le contrôle de l’ordre public exercé par ses militants dans de nombreuses localités et la participation de certains de ses membres dans diverses juntes de défense permettent de marginaliser et de réduire l’activité de formations révolutionnaires telles que la CNT10. En contrepartie, le positionnement officiel du PNV empêche les militaires rebelles de disposer dans ce territoire d’un appui essentiel à la réussite de leurs projets. Les nationalistes, par conséquent, constituent la clé de voute de l’ensemble de la situation politique et militaire que génère le pronunciamiento au Pays basque, position que renforce en octobre 1936 la création d’un gouvernement autonome contrôlé par le PNV.

  • 11 Cf. Granja, José Luis de la, « El oasis vasco en la Guerra Civil. De la victoria electoral de 1936 (...)
  • 12 Cf. Voir les rapports des services de renseignement de l’armée rebelle sur la situation au Pays bas (...)
  • 13 Granja, José Luis de la, « El nacimiento de Euskadi: el estatuto vasco y el primer Gobierno vasco » (...)
  • 14 Cf. Gros, Frédérica, Etats de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2006, p. 1 (...)
  • 15 Sémelin, Jacques, op. cit., p. 97-98.
  • 16 Briand, Julien et Lusset, Elisabeth, op. cit., p. 106.

5Au cours du conflit, ce gouvernement constitue un élément supplémentaire qui distingue le Pays basque, dans la mesure où il pratique une politique modérée que l’on ne retrouve dans aucun autre territoire républicain11. Sur le plan social, économique et politique, il adopte en effet certaines mesures fortement influencées par l’idéologie conservatrice du PNV. Cependant, on aurait tort de croire que cela se traduit par une rupture totale entre le Pays basque et le reste de l’Espagne républicaine. Dans de nombreux domaines, la situation n’est guère différente. Ainsi, à l’instar du gouvernement espagnol, les autorités basques sont incapables d’éviter que la situation économique ne se détériore rapidement. Cette évolution implique une dégradation des conditions de vie de la population, ce qui incite de nombreuses personnes à adopter des stratégies de survie telles que le marché noir, la prostitution, le vol etc.12 En ce qui concerne la mobilisation de l’arrière, les méthodes rappellent également celles que l’on retrouve dans le reste de l’Espagne gouvernementale. Si l’on fait abstraction de la dimension nationaliste basque et du fait que le PNV fait pression pour réduire les discours anticléricaux de ses alliés, les orientations et les méthodes de la propagande sont similaires. Comme ailleurs, les médias, et en particulier la presse, deviennent les caisses de résonance des formations politiques et des autorités locales dans leur lutte contre les militaires insurgés. Pour les nombreux journaux et périodiques édités au Pays basque pendant le conflit – plus d’une trentaine !13 – mobiliser sur le champ de bataille et à l’arrière constitue une priorité, qui se caractérise fréquemment par l’emploi d’une propagande d’agitation, d’autant plus agressive qu’elle vise à exacerber les tendances paranoïaques qui se manifestent chez de nombreuses personnes confrontées à une guerre civile. Par leurs discours, les journaux essaient ainsi de produire des logiques d’anticipation qui conduisent à identifier les ennemis potentiels14. Comme dans les autres territoires républicains, il s’agit de « susciter de la peur, de la méfiance, du ressentiment, et donc provoquer en réaction de la vigilance, de la fierté, de la vengeance ». Déclinée en fonction des idéaux politiques défendus par le périodique, cette pratique prétend mobiliser et légitimer l’engagement dans le camp républicain en cultivant le soupçon et la crainte, c’est-à-dire en créant un « enveloppement émotionnel du public » que parachève « un enveloppement idéologique »15. Conjointement à la manipulation des émotions, cette entreprise de conviction – à laquelle, ne l’oublions pas, n’adhère qu’une fraction de la société basque, difficile à chiffrer – fixe par conséquent les normes de conduite légitimes et détermine le cadrage idéologique autour duquel doit se penser l’affrontement. La propagande élabore une grille de lecture essentielle à la définition « du bien et du mal, du juste et de l’injuste, du licite et l’illicite, de la norme et de la déviance »16, qui détermine, entre autres, l’image de l’ennemi.

Euzkadi Roja, 15 juin 1937, p. 4.

1718

Utilisé pour les valeurs qui lui sont traditionnellement attribuées (sanguinaire, sauvage, féroce, sans pitié, etc.), le loup est parfois remplacé par le serpent, figure capitale dans le récit biblique. Ce motif est repris tant par la presse nationaliste basque que communiste, ce qui souligne à quel point le discours propagandiste se nourrit d’un répertoire commun extrêmement large, fondé sur des éléments culturels et religieux qui dépassent les barrières idéologiques.

Euzkadi Roja, 12 mai 1937, p. 1.

6Dans ce répertoire, le serpent joue un rôle spécifique : par sa présence, les rebelles sont associés à la déviance et à la rupture avec l’ordre divin. La défaite, dès lors, équivaut à la fin de la civilisation, à la destruction d’un monde idéal, perçu comme le paradis perdu. Cette représentation est renforcée par une idée essentielle : la guerre divise l’histoire de la région entre un avant et un après, à l’instar d’une barrière séparant le malheur et le bonheur, le Pays basque dévasté et l’Euskadi protégée.

  • 19 Cf. Sarasua, Julio de, « Desvaríos fascistas. El imperio de los muertos », Euzkadi, 13 janvier 1937 (...)
  • 20 Ce type de discours est également présent chez les « rebelles ». Cf. Sevillano Calero, Francisco, R (...)
  • 21 Cf. « El charlatán de feria. El afeminado García Sánchiz marcha a Portugal », Euzkadi Roja, 3 févri (...)
  • 22 « El borracho de Sevilla », Euzkadi Roja, 28 mars 1937, p. 1.

7La vision du conflit que génère le processus de déshumanisation de l’adversaire est complétée, dans de nombreux périodiques, par l’adoption d’un discours prophylactique. Les militaires rebelles et leurs alliés sont décrits comme une entité maligne, une maladie19, qui menace le corps social. Pour survivre, la société antifasciste doit extirper les corps étrangers et amputer les parties infectées20, la guerre étant imaginée comme un acte médical indispensable à la disparition de la menace biologique. Cette métaphore envahit la langue journalistique au point que des termes comme « contamination » et « contagion » deviennent indissociables d’expressions telles que « complot interne » et « cinquième colonne ». Par ce mécanisme, les métaphores et les images que propose le discours propagandiste se naturalisent. Elles transmettent aux lecteurs des représentations reposant sur des oppositions axiologiques, telles que saint/contaminé, pur/impur, représentations qui facilitent le rejet de l’ennemi et le placent au cœur du dispositif conduisant au déclenchement de la violence extrême. De fait, pour matérialiser l’impureté et la contamination des franquistes, la propagande les dépeint, en particulier, sous les traits de l’homosexuel21, de l’alcoolique22 voire du lâche doublé d’un imbécile.

CNT del Norte, 9 juin 1937, p. 2.

  • 23 Charaudeau, Patrick, « Le discours propagandiste. Essai de typologisation », La propagande : images (...)
  • 24 Cf. « Ellos y nosotros. Lo que hizo el comandante militar de Vera del Bidasoa », Frente Popular, 10 (...)

8La propagande construit de la sorte une vaste matrice où les représentations se combinent et s’alimentent en fonction des objectifs que fixent les autorités. Pour cette raison, la déshumanisation de l’adversaire est une stratégie que la presse n’hésite pas à combiner avec d’autres pratiques où l’ennemi, paradoxalement, réintègre l’humanité sous l’aspect, notamment, d’un ennemi historique ayant représenté un péril considérable pour la nation. Parmi ces ennemis figurent les barbares (Huns, Vandales), les légions romaines voire les troupes napoléoniennes. De la sorte, « la source du mal peut aussi résider dans des personnes ou des groupes […] présentés de façon globale et indéterminée »23, ce qui facilite l’exclusion de la communauté nationale. Ce « bannissement » des militaires rebelles associé à leur expulsion de la communauté humaine renforce le fait qu’ils soient accusés de mener une guerre anormale, caractérisée par de nombreuses destructions et le massacre de civils innocents. A l’instar de ce qui se produit lors de la Première Guerre mondiale avec l’atrocity propaganda, les ruines et les victimes civiles sont placées au cœur de la propagande d’agitation, dont le principal objectif est d’alimenter la culture de guerre nécessaire à la mobilisation de l’ensemble de la société24.

« Images d’actualité »,

CNT del Norte, 13 juin 1937, p. 1.

  • 25 Voir, par exemple, la description du milicien que propose le journal Euzkadi Roja dans : « Una buen (...)

9Cette déconstruction et reconstruction permanente de la figure de l’ennemi se déroule parallèlement à un processus d’élaboration du symbole de l’excellence : le combattant basque antifasciste25, dont l’identité se décline en fonction des postulats idéologiques de chacune des composantes du camp républicain. La propagande propose dès lors une lecture de la réalité fondée sur une rhétorique de l’altérité, un système d’inversion dans lequel la représentation du modèle de référence apparaît en négatif dans l’image de l’anti-modèle. Les tares des rebelles renvoient en creux aux qualités des défenseurs du Pays basque républicain, combinaison d’où émerge une troisième figure, le peuple, décrit, d’une part, comme la quintessence de l’antifascisme et, d’autre part, comme l’antithèse des franquistes. La presse élabore donc un kaléidoscope virtuel, où chaque représentation fonctionne en réseau sur le plan symbolique. Dans cette structure, le peuple et le milicien – ou le gudari, comme le nomment les nationalistes basques – forment une unité sémantique, la nation en armes, articulée autour d’une éthique positive qui accentue la marginalisation de tous les partisans du camp rebelle.

La dénonciation, une pratique encouragée par les autorités et la propagande

  • 26 Moscovici, Serge, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1976, p. 473.
  • 27 Cf. « Con la compañía Sabin de Atutxa. Un viaje a Kanpantzar », Euzkadi, 9 décembre 1937, p. 3.
  • 28 Cf. « En los frentes de Euzkadi », Euzkadi Roja, 15 mai 1937, p. 1.
  • 29 Cf. « Martires de Euzkadi », Tierra Vasca, 16 décembre 1936, p. 8 ; « Héroes de la libertad. Franci (...)
  • 30 Cf. « Momentos históricos. Gora Biotzak », Euzkadi, 16 juin 1937, p. 1.
  • 31 Mondragón Rubio, José, « Hermanas », El Liberal, 14 avril 1937, p. 3.

10La stratégie déployée par la propagande prétend certes orienter les représentations mentales des lecteurs. Mais, au-delà, l’objectif est d’agir sur les comportements, de parvenir à un apprentissage social des principes qui orientent le camp antifasciste. Il s’agit « d’établir l’unité stricte à tous les niveaux, celui du langage, comme celui de la pensée, celui de la pensée comme celui de l’action »26. Pour cela, la propagande diversifie ses pratiques et ne se limite pas à un discours fondé sur le dénigrement du camp rebelle et l’encensement des combattants républicains. La presse, en effet, met en avant des modèle de comportements afin d’inciter à l’émulation. Elle crée, de toutes pièces, des héros dont le discours moralisateur enjoint la population d’appliquer les principes défendus par la République. Ce message transparaît dans des entretiens27 et des articles décrivant le comportement admirable des combattants sur le champ de bataille28. On évoque également les miliciens « morts au champ d’honneur ». Les éloges funèbres qui accompagnent l’annonce de leur décès décrivent une vie exemplaire sur le modèle hagiographique29, une vie qui impose certains devoirs à la communauté en guerre, parmi lesquels celui de vivre et de succomber comme le milicien dont on dépeint l’existence30. Les journaux, enfin, publient une partie de la correspondance que leur adresse la troupe. Dans ces lettres, les miliciens donnent fréquemment leur opinion sur le conflit et exhortent la population à se mobiliser. Ils prodiguent, en particulier, une série de conseils destinés à renforcer la lutte contre l’ennemi31 et soulignent la nécessité de réaliser une épuration drastique de l’arrière :

  • 32 Porres, Angel, « El mejor homenaje », CNT del Norte, 11 mars 1937, p. 3.

Vous rendrez le plus bel hommage aux miliciens […] en fermant tous les centres de corruption, les lupanars, les bordels, les tavernes, etc. […] en envoyant au front, pour des travaux de fortification, tous ces fils à papa recouverts de bijoux et bien pris dans leur corset qui pullulent dans les rues de la ville.32

11L’épuration doit s’appliquer à tous ceux qui ne participent pas à l’effort de guerre, mais aussi à la dénommée « cinquième colonne » qui, tel un cafard, s’infiltre dans chaque interstice de la société basque. Légitimée par l’avant-garde, cette demande fait l’unanimité au sein de la presse, qui la reprend de façon récurrente en réclamant des mesures prophylactiques :

  • 33 « ¡Energía! », Euzkadi Roja, 17 février 1937, p. 1.

Une fois de plus il nous faut insister. Il nous faut répéter, et répéter à voix haute, en détachant chaque syllabe, pour être entendus et parfaitement compris : il est indispensable – absolument, totalement indispensable – d’employer autant d’énergie qu’il sera nécessaire pour expurger notre arrière-garde.33

  • 34 Arias, « Opiniones. La retaguardia », Unión, 9 juin 1937, p. 6.

Malheureusement, après dix mois de guerre, il existe encore des villes où l’arrière requiert l’application du bistouri ou une fumigation intense.34

12Ces appels retentissent alors que la presse alimente un climat de chasse aux sorcières qui s’accentue au fur et à mesure que le front se rapproche de Bilbao. Malgré l’action de la censure et les mesures des autorités, la mise à l’index et l’appel au meurtre des ennemis de la République transparaît dans la presse, en particulier dans les périodiques anarchistes :

« Les oiseaux de proie »,

CNT del Norte, 26 mai 1937, p. 1.

  • 35 Cf. « Hoja de block. Los “imprescindibles” », Euzkadi Roja, 2 juin 1937, p. 4.
  • 36 Cf. « Los pueblos de Bizkaya », Euzkadi Roja, 9 décembre, p. 6 ; « Nota del día. El enemigo interno (...)
  • 37 Cf. Euzkadi, 21 avril 1937, p. 1.
  • 38 Ibid.
  • 39 Cf. Euzkadi Roja, 16 décembre, p. 5.
  • 40 Cf. « Croniquille de Santander. Hay que acabar con las raterías », Unión, 9 juin 1937, p. 2.
  • 41 C’est un phénomène que l’on observe également à Saint-Sébastien, peu avant la prise de la ville. Vo (...)

13L’ambiguïté des appels est telle que les prostitués35, les défaitistes36, les alcooliques37, les lâches38, les commerçants peu scrupuleux39, les voleurs40 etc. se retrouvent cloués au pilori. On les décrits comme des traîtres faisant partie d’une sixième colonne. Pour la propagande, ils forment un prolongement de la cinquième colonne, accusée de tous les maux de la République en guerre. La pratique de l’amalgame devient ainsi monnaie courante dans la presse, notamment à partir du moment où la guerre s’inscrit dans la durée et où la situation générale se dégrade. La perspective d’une défaite accentue le climat de défiance et réoriente la perception de l’ennemi : il se multiplie et semble omniprésent au sein de la population, matérialisant de la sorte la métaphore biologique du micro-organisme qui menace la société antifasciste. Cette évolution du discours propagandiste conduit les journaux à disserter constamment sur l’ennemi interne et à exiger de plus en plus la collaboration sans faille de la population41 :

  • 42 « Nota del día. El enemigo interno », Euzkadi, 2 juin 1937, p. 1.

L’une des missions qui incombe à l’arrière-garde loyale est de […] neutraliser le travail de sape de l’ennemi, dissimulé en son sein sous l’apparence du citoyen impartial et prenant parfois le masque de l’adhésion à la cause du peuple, lequel se défend d’une invasion de la pire espèce.42

14La presse réclame en particulier que l’on soit vigilant et, pour ce faire, elle alimente le soupçon.

  • 43 « Latigazos », CNT del Norte, 17 février 1936, p. 3.

Nous insistons. Il faut lancer des recherches pour savoir quelles sont les activités, comment et de quoi vivent de nombreux individus qui se promènent dans certains hameaux, villages et villes et qui n’en fichent pas une rame.43

  • 44 Cf. « Comentarios del dÍa. Hay que extremar la vigilancia », Unión, 28 avril 1937, p. 6.

15Les personnes susceptibles de représenter une menace doivent être neutralisées, demande qui s’accompagne fréquemment d’appels à la délation44, comme le montre cet extrait d’article dans lequel l’auteur aborde la question des vols de nourriture dans les entrepôts de l’armée :

  • 45 Amilibía, Ramón, « La delación en la Intendencia Militar », Euzkadi Roja, 17 février 1937, p. 1-2.

Si l’acte de dénoncer à un patron, ennemi de classe par définition, était indigne, le fait de dénoncer une personne à une représentation légitime du peuple antifasciste en lutte ne peut l’être […] l’ennemi, qui vit parmi nous, doit être écrasé […] en le dénonçant sans la moindre hésitation. […] Probité et émulation au travail, tant sur le front qu’à l’arrière, constante surveillance mutuelle entre camarades […] telles sont les normes qui doivent orienter notre conduite si nous voulons gagner la guerre.45

16Pour reconnaître les déviants, la presse n’hésite pas à publier des articles dans lesquels les auteurs dressent des portraits robots du parfait fasciste ou, tout simplement, de l’ennemi de la République, des portraits qui sont fréquemment des plus vagues et qui se nourrissent des fantasmes et de la paranoïa qu’alimentent les médias :

  • 46 Kopetillun, « Gordos y flacos. Humanos, sí; pero tontos no », Tierra Vasca, 17 février 1937, p. 1.

Il est facile aujourd’hui de distinguer d’un simple coup d’œil l’antifasciste de celui qui ne l’est pas. L’antifasciste sincère, soumis au rationnement, a perdu, comme il est normal, quelques kilos, en raison, d’une part, des rations limitées et, d’autre part, de l’angoisse provoquée par les crimes des rebelles. En revanche, le fasciste riche, d’autant plus satisfait que les excès des insurgés s’accroissent, continue à vivre comme avant, avec sa table splendide et ses rondeurs d’homme heureux.46

  • 47 Voir, par exemple, la note du 25 août 1936 adressée à la presse par les responsables du ravitaillem (...)
  • 48 Cf. Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 25, Exp. 15.
  • 49 Cf. « Dirección General de Comercio y Abastecimiento. Racionamiento del pan », Archivo de la Memori (...)

17En définitive, par ses méthodes et ses discours, la presse – et à travers elle les partis politiques – contribue à l’édification d’une société où la dénonciation s’inscrit dans une stratégie « d’assainissement », élaborée selon un schéma répressif. Toutefois, l’émergence de cette société n’est pas seulement le fruit de l’action des journaux et des médias antifascistes du Pays basque. Les mesures adoptées par les autorités sont également responsables de la situation. Même si le gouvernement basque considère l’ordre public et le respect des personnes comme une priorité, sa politique alimente des pratiques au sein de la population qui remettent en question l’Etat de droit qu’il prétend défendre. L’évolution de la conjoncture militaire et économique explique sans aucun doute le fait que le contrôle de l’arrière soit l’un des principaux enjeux. Cependant, si l’on observe les nombreux documents que publient les autorités entre le 18 juillet 1936 et le 19 juin 1937, il apparaît clairement que les représentants des gouvernements central et autonome tiennent à ce que la surveillance et la délation soient érigées en système et deviennent une priorité pour l’ensemble de la population. Pour cette raison, dès le mois d’août 1936, paraissent dans la presse des notes appelant les consommateurs à dénoncer, par exemple, les commerçants qui pratiquent des prix abusifs sur les produits de première nécessité47. C’est pour cela également que la Junte de défense de la Biscaye, au mois de septembre, rend public un ensemble de mesures parmi lesquelles figure l’obligation de dénoncer aux autorités tout acte et propos portant préjudice à la République (point 4)48. Au fur et à mesure que la société basque s’installe dans la guerre, les notes que les autorités diffusent par le biais de la presse et de la radio non seulement rappellent que « la mission de tout un chacun en ces moments est de dénoncer »49, mais elles montrent aussi que les autorités essaient de consolider le système en récompensant les délateurs.

  • 50 Ibid.

Aux miliciens, gardes municipaux et à toute personne intéressée par notre victoire nous recommandons la plus extrême vigilance afin d’arrêter quiconque correspondrait au profil décrit plus haut. Les personnes qui collaboreraient doivent savoir que nous sommes disposés à ce que leur nom figure sur la liste des citoyens les plus loyaux à la République espagnole.50

  • 51 Cet arsenal juridique commence à être mis en place dès le déclenchement de la guerre. Ce sont, en p (...)

18Le renforcement du contrôle social se réalise de deux façons. En premier lieu, il s’effectue par le bas, notamment en transformant le citoyen en un rouage essentiel de la répression. En second lieu, il s’établit par le haut, en dotant le dispositif sécuritaire d’une nouvelle police (la Ertzaña) et d’un arsenal juridique, destiné à sanctionner les personnes contrevenant aux normes de la société en guerre51. Cette stratégie passe par un renforcement de la collaboration avec la presse, qui rend possible une stigmatisation de la déviance à grande échelle et la mise à l’index des coupables. Ainsi, lorsque se produisent des cas que les autorités jugent particulièrement graves (vols, trafics…), ces dernières font publier dans les journaux le nom et l’adresse des personnes sanctionnées, avec le montant de l’amende correspondant au délit.

  • 52 « Multas impuestas por el Departamento de Comercio y Abastecimiento », El Liberal, 6 novembre 1936, (...)

Pour avoir désobéi aux ordres donnés par ce département et avoir demandé et obtenu des cartes de rationnement en double exemplaire, une amende de cent pesetas a été infligée aux personnes suivantes :
M. Cayetano Unamuno, Fernández del campo, n° 24, cinquième étage, Bilbao.
Mme Carlota Echave, Rodríguez Arias, n° 1, quatrième étage, Bilbao.
Il s’agit d’une première infraction, en cas de récidive la sanction sera plus sévère et d’une toute autre nature.52

  • 53 Unión, 9 juin 1937, p. 2.

19Les décisions de justice sont également médiatisées à des fins prophylactiques (en visant au premier chef les récidivistes et les « futurs délinquants »53), pratique que l’on peut observer tout au long du conflit. La « publicité » dont font l’objet les délinquants remplit un autre objectif : faire croire en la toute-puissance des autorités en montrant leur capacité à maîtriser l’ordre public. Toutefois, on peut se demander si tout cela n’est pas révélateur de leur incapacité à juguler la « déviance » sociale et la dissidence politique. En stigmatisant et en accusant publiquement les personnes en rupture avec l’idéal antifasciste, les autorités renforcent les clivages au sein de la population et font apparaître le décalage entre les discours propagandistes et la réalité d’une société en crise. La médiatisation produit sans doute un effet contraire à celui espéré, phénomène dont témoigne l’analyse des lettres de dénonciation publiées dans la presse.

Presse et lettres de dénonciation : un témoignage du fonctionnement de la société antifasciste

  • 54 Les rapports du service de renseignement de l’armée franquiste, SIM, sont particulièrement intéress (...)
  • 55 El Liberal, 16 septembre 1936, p. 5.

20L’efficacité de l’action que mènent les autorités et les organisations politiques est difficilement appréciable. L’utilisation de sources comme les rapports du gouvernement basque ou ceux des services de renseignement de l’armée franquiste ne permet pas d’avoir une idée précise du degré d’adhésion de la population aux consignes transmises par les médias et l’administration. Ces documents font apparaître, en effet, une situation ambivalente : tantôt la population semble mobilisée, tantôt elle paraît démoralisée et méfiante, rejetant le discours des autorités et de la presse54. Pourtant, quelques semaines après le début de la guerre débute un phénomène susceptible d’apporter certains éclairages sur cette question. Dès le mois de septembre 1936, une partie de la population réagit aux événements qui secouent l’Espagne en adressant des dizaines de lettres aux journaux locaux. L’un des principaux quotidiens de Bilbao, El Liberal, fait état d’un accroissement considérable du courrier des lecteurs et de l’impossibilité de publier les nombreuses lettres qu’on lui adresse55. Décrit comme inspiré par la conjoncture politique et militaire, ce courrier commence à être publié au mois d’octobre 1936. Il est partiellement constitué de lettres adressées par les familles des combattants, qui essaient d’obtenir des nouvelles d’un père ou d’un époux luttant sur le champ de bataille. On trouve également des écrits où les lecteurs expriment leur opinion sur les événements en cours. Enfin, une partie de ce courrier se compose de lettres de dénonciation.

  • 56 Voir, par exemple, « De la vida local. Notas Bilbaínas. De mi buzón », El Noticiero Bilbaíno, 13 oc (...)
  • 57 Cf. Rojo Hernandez, Severiano, Une guerre de papier. La presse basque antifasciste dans les années (...)

21La présence de ces dernières dans la presse basque n’est pas un phénomène nouveau. A la veille du conflit, quelques journaux comme El Liberal ou El Noticiero Bilbaíno disposent d’une rubrique « Courrier des lecteurs » dans laquelle, par exemple, des salariés dénoncent l’attitude d’un supérieur ou leurs conditions de travail56. Cependant, il s’agit là de cas exceptionnels car, dans la plupart des périodiques, la parole des lecteurs occupe un espace restreint voire inexistant, notamment quand elle remet en cause l’ordre social. Avec la guerre, la situation évolue pourtant. Alors que la propagande fait en sorte que la notion de « peuple » devienne essentielle à l’articulation des principales représentations du conflit57, la presse ouvre largement ses pages à la population. Dès lors, la publication de lettres de dénonciation se généralise, à l’instar de la rubrique des lecteurs, dont la durée de vie, la date de création et la régularité diffèrent selon le périodique. Par exemple, dans le quotidien nationaliste basque, Tierra Vasca, cette rubrique est mise en place lors de la (re)naissance du journal au mois de décembre et elle se maintient de façon irrégulière jusqu’à la prise de Bilbao (19 juin 1937). Dans le journal Euzkadi Roja (PCE), en revanche, elle apparaît en décembre et cesse pratiquement d’exister en avril. Ces différences sont sans doute la conséquence de la pénurie de papier, de la priorité accordée à la propagande et à des informations à caractère militaire (combats, intendance militaire…). Mais, rien ne vient étayer cette hypothèse, si ce n’est le fait que cette rubrique disparaît ou se réduit lorsque la situation sur le plan militaire et économique se dégrade. Le seul journal pour lequel nous disposions d’informations précises est le quotidien El Liberal, qui explique, fin décembre 1936, la raison pour laquelle il renonce à la publication du courrier des lecteurs :

  • 58 « Periodismo faccioso », El Liberal, 31 décembre 1936, p. 1.

A partir de demain nos collaborateurs auront cessé d’exister en tant que tels et EL LIBERAL paraîtra sans cet océan de notes que l’on nous adresse tous les jours. C’est triste, c’est réellement terrible ; mais c’est irrémédiable. La pénurie de papier nous contraint à renoncer à cette aimable collaboration. […] Nous étions confrontés à un dilemme : soit les rédacteurs faisaient le journal, soit nous le confiions à ces milliers de collaborateurs qui nous adressaient leurs lettres. Les deux perspectives furent soigneusement examinées. Certains parmi nous approuvaient l’idée d’un journal collectiviste, en arguant que ce type de périodique était le plus adapté à la conjoncture actuelle. […] L’idée n’était pas mauvaise, bien qu’elle présentât un grave inconvénient, celui de nous retrouver au chômage […] Le dilemme a donc été résolu et il a été décidé que la réalisation du journal nous incomberait, décision qui ne signifie absolument pas que l’accord ait été adopté à l’unanimité.58

22Au-delà des problèmes d’ordre matériel qu’elle révèle, la décision d’El Liberal montre à quel point la presse est confrontée à une situation complexe, non dénuée de contradictions. Tandis que la propagande exige la collaboration de la population et sa participation à la lutte contre l’ennemi, les journaux éprouvent de profondes difficultés à gérer ce désir de médiatisation de la parole qui se manifeste chez de nombreux lecteurs et dont les périodiques sont en partie à l’origine. Les difficultés sont sans aucun doute accrues par l’afflux de lettres de dénonciation, un type de courrier difficile à maîtriser, aux conséquences parfois imprévisibles et qui renvoie à des pratiques que certains journalistes ont fréquemment condamnées avant l’affrontement. Comme en atteste la note d’El Liberal, nul doute qu’elles alimentent de nombreux débats au sein des rédactions, débats qui, néanmoins, n’entravent aucunement leur publication dans les pages intérieures des journaux.

  • 59 Cf. « Cartas al director », Tierra Vasca, 17 février 1937, p. 2.
  • 60 Nérard, François-Xavier, « REVELER ET DEMASQUER Médias et dénonciation dans l’URSS de Staline (1928 (...)

23Reflet d’une réalité en rupture avec la mémoire officielle de la Guerre civile au Pays basque, les lettres de dénonciation réunissent un ensemble de caractéristiques que l’on peut qualifier de traditionnelles. Elles sont fréquemment anonymes et dépourvues de détails susceptibles de trahir leurs auteurs. Ces derniers, en effet, ne signent pas ou utilisent des pseudonymes (« un bermeano », « XX »)59. Ils évitent, en général, de signaler des lieux et des moments précis, afin de ne pas être reconnus par les personnes ou les institutions auxquelles ils se réfèrent. Cette pratique s’accompagne d’un ton virulent, indigné et parfois ironique, qui sert à dénoncer les nombreux dysfonctionnements de la société antifasciste. Si l’on tente de dresser une typologie, on constate, en simplifiant, qu’il existe deux catégories de lettres. La première se compose de lettres de dénonciation similaires à celles que publiait la presse soviétique dans les années trente60. Elles sont adressées à l’administration par voie de presse et font souvent référence à des « micro-événements » en lien direct avec le quotidien des gens. La lettre suivante réunit la plupart de ces caractéristiques :

  • 61 Chimbo : nom attribué à plusieurs espèces de passereaux et que l’on utilise, à partir du XIXe, pour (...)
  • 62 « De la vida local. Notas bilbaínas. Buzón », El Noticiero Bilbaíno, 2 décembre 1936, p. 1.

Cher Chimbo61,
Je m’adresse à vous afin que, par l’intermédiaire de vos si célèbres Notes, soit signalé au département responsable du ravitaillement l’abus que génère la vente de charbon au détail. Il arrive fréquemment que des familles qui ont chez elles suffisamment de charbon pour tenir une semaine fassent la queue uniquement pour le revendre, tandis que d’autres familles ne parviennent pas à s’en procurer le moindre kilogramme. C'est pour cette raison que je vous écris, afin que vos cris résonnent bien fort. Et je prierais le département responsable du ravitaillement d’empêcher l’accaparement du charbon en faisant en sorte que ce produit soit le plus rapidement possible soumis au rationnement, comme c’est le cas dans plusieurs localités situées sur les rives du Nervión. Je vous remercie infiniment et je vous prie d’agréer mes salutations les plus sincères.
Un chimbo62

  • 63 « Los pueblos de Vizcaya », Euzkadi Roja, 16 décembre 1936, p. 4.
  • 64 « Como viene. Con pluma ajena », El Liberal, 11 novembre 1936, p. 7.
  • 65 « Cartas al director », Tierra Vasca, 9 juin 1937, p. 4.

24Ces lettres sont motivées par la détérioration des conditions de vie, ce qui explique pourquoi elles abordent une quantité considérable de problèmes, comme l’état des transports en commun63, les horaires de circulation des trains64, les difficultés des fumeurs pour s’approvisionner en cigarettes65 ou les prix pratiqués dans les restaurants.

  • 66 Ibid., 21 avril 1937, p. 6.

M. le directeur de TIERRA VASCA
Je vous prie de bien vouloir publier ce travail, en espérant qu’il trouve sa place dans le quotidien dont vous assurez dignement la direction. Dans l’immense majorité des cas, les commerçants commettent à l’encontre de l’arrière une série d’abus des plus condamnables : pour fixer leurs prix, ils profitent du manque de nourriture et de la nécessité de s’alimenter. Etant donné la façon dont agissent ces gens sans scrupules, il est inadmissible qu’en ce moment de mobilisation générale des hommes et des machines, les restaurants n’aient pas, eux aussi, été mis à contribution, comme c’est le cas ailleurs. Ici en Euzkadi les restaurateurs vident les poches de leurs clients. Comment peut-on tolérer de telles pratiques alors que la victoire exige une participation générale à l’effort de guerre ? Nous appelons fascistes tous ceux qui ont pris les armes contre nous. Celui qui tire profit de la guerre pour s’enrichir est-il moins fasciste ? Dans certains restaurants, les pois chiches que l’on nous sert, si l’on se réfère au prix, ressemblent à des portions de langouste. Et c’est intolérable. Mettre un terme à ces abus n’est pas bien difficile. Que l’on sanctionne tous ceux qui agissent mal ; mais avec détermination. La guerre ne se fait pas seulement sur le front. [pas de signature])66

  • 67 Nérard, François-Xavier, op. cit., p. 9.

25Les lettres sont le fruit de l’exaspération et de l’inquiétude. Parfois, elles sont aussi la conséquence d’anciens conflits ou de la croyance en de prétendus privilèges, dont bénéficieraient quelques personnes. Dans ce cas, elles sont alimentées par le désir d’assouvir une vengeance, phénomène fréquent dans le processus conduisant un individu à dénoncer ses semblables. Ce type de lettres ne remet donc pas en cause les fondements du système et ne constitue pas un geste d’opposition ouverte, mais une « forme individualisée » de protestation qui ménage, dans une certaine mesure, le pouvoir politique67. Ceci dit, elles soulignent l’insatisfaction de la population, dont une partie utilise la presse comme moyen de pression, afin de contraindre les autorités à intervenir pour améliorer la vie quotidienne. Ces lettres sont également révélatrices de la méfiance de certains Basques envers les autorités, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, elles témoignent de la recherche de solutions alternatives, afin de mettre un terme à des phénomènes perçus comme symptomatiques d’un délitement de la société et comme révélateurs de l’inaction des pouvoirs publics. D’autre part, ce courrier matérialise le cliché selon lequel l’administration est incompétente. Il est, en effet, significatif du choix dont il est le produit : émettre une protestation de façon anonyme et par voie de presse, au lieu d’aller se plaindre directement auprès des représentants de l’administration locale. Par leur existence, ces lettres démontrent donc qu’une partie de la population se pense en droit de dénoncer et de rendre publics certains problèmes car, pour de multiples raisons, elle doute de l’efficacité des autorités et de la façon dont elles gèrent la société en guerre. Les auteurs des lettres s’imaginent ainsi capables de corriger les abus, de participer à la réforme de la sociétéet de se substituer à – ou du moins de seconder – l’action des pouvoirs publics.

26La seconde catégorie de lettres est beaucoup plus problématique pour le pouvoir. Elle remet en question l’action des autorités et souligne la distance séparant la réalité de l’idéal antifasciste, comme le montre cette lettre intitulée « Un rappel à l’ordre ».

  • 68 « Una llamada de atención », El Liberal, 9 décembre 1936, p. 2.

Si actuellement notre regard est fixé de préférence sur les tranchées, parce que la guerre est la préoccupation primordiale, il est également impératif de surveiller l’arrière dans ses moindres recoins. Convaincue de cette nécessité, l’Association biscaïenne des Travailleurs de l’Enseignement s’estime dans l’obligation de dénoncer aux autorités, en particulier, et au peuple, en général, ce qui est en train de se produire dans la province avec les congrégations religieuses qui se consacrent à l’enseignement. Bien que la confiscation de leurs édifices ait été ordonnée par décret ministériel et que la Constitution impose leur disparition, nombreuses sont les congrégations qui continuent d’exercer leurs activités, nombreux les collèges confessionnels qui demeurent ouverts, nombreux les édifices qui n’ont pas été saisis et nombreux les maires qui refusent d’appliquer les ordres qu’ils reçoivent dans ce sens […] tout cela est du pur fascisme, bien que de nombreux prétendus antifascistes le contestent […] La jeunesse espagnole se sacrifierait-elle pour que le moine continue de prostituer la culture ? […] la confiscation de leurs édifices doit être réalisée sans la moindre complaisance, car c’est ainsi que l’ordonne la loi. Nous espérons que ce courrier attirera l’attention des formations qui intègrent le Front Populaire. Le Comité de l’Association Biscaïenne des Travailleurs de l’Enseignement.68

27Pour les formations antifascistes, ce type de courrier témoigne de la rupture existant avec une partie de la population idéologiquement proche, rupture alimentée par l’impossibilité de pratiquer une politique réellement de gauche au Pays basque. L’hégémonie du PNV impose des concessions que certains militants ont du mal à accepter. Il en découle une forme de déception, d’incompréhension qui conduit à publier des désaccords traditionnellement traités en interne. De fait, certaines lettres font allusion aux nationalistes basques en les présentant comme responsables de l’existence d’une cinquième colonne en Euskadi.

  • 69 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Caja 79, Exp. 10. (Lettre adressée le 12 janv (...)

Nous, groupe de blessés en convalescence dans la villa d’Echevarrieta, tenons à ce que soit prise en considération une plainte qui souligne à quel point les factieux vivent paisiblement, pendant que nous nous battons pour les écraser définitivement.
Nous constatons avec irritation que cette racaille est ouvertement protégée par les éléments alliés à notre cause, lesquels appartiennent à la formation dont tout le monde connaît le nom […] Nous tenons à vous le faire savoir afin que vous le rendiez public ou le révéliez à nos organisations, mais sachez que nous ne sommes pas disposés à ce que la cinquième colonne de l’Euzkadi continue à vivre dans l’impunité et nous sommes prêts à divulguer les faits mentionnés là où ce sera nécessaire.69

28Dans ce type de lettres, et ce contrairement aux précédentes, les auteurs donnent beaucoup plus de détails permettant de les identifier, voire n’hésitent pas à se présenter, notamment lorsqu’ils forment un groupe ou relèvent d’une association. Ils agissent comme s’ils étaient dans leur bon droit, comme s’ils s’estimaient à l’abri des représailles ou n’avaient que faire des sanctions. Une telle position est révélatrice de la légitimité qu’ils imaginent incarner, légitimité qui est le fruit de la position qu’ils occupent au sein de la société antifasciste : blessés de guerre, membres de syndicats et de partis… Ils se croient autorisés à prendre la parole au nom du peuple et de l’idéal dévoyé, car ils font partie du système ou se sacrifient au nom du système. Ils incarnent la probité. Dès lors, ils se doivent de mettre en garde, de prévenir le peuple et les autorités du danger qui menace :

  • 70 « Ugao Miravalles. A quien corresponda », Tierra Vasca, 10 mars 1937, p. 4.

Nous sommes sincères et nous pensons être dans la vérité […] Le temps passe et nous constatons qu’il existe encore des gens qui abusent de la bienveillance de l’autorité, des gens qui devraient être emprisonnés ou, du moins, empêchés d’intervenir et d’agir dans les lieux où devraient se trouver les personnes réellement fidèles au régime. Il est temps que le peuple sache qui sont ceux qui défendent ces individus manifestement ennemis de nos aspirations […] il est temps que ces personnes tombent le masque et qu’elles étalent au grand jour leur condition d’adversaire du régime actuellement en place […] Et à vous, jeunesse d’Ugao, je vous adresse ces trois mots : Alerte ! Alerte ! Alerte ! Car l’ennemi nous surveille70.

  • 71 Cf. « Quejas y denuncias », El Liberal, 27 janvier 1937, p. 4.
  • 72 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Santander, Serie D, Caja 40. Voir la lettre adressée (...)

29Comme dans la plupart des cas, les auteurs proposent des solutions et viennent en aide aux autorités, afin de résoudre les problèmes que rencontre la société en guerre. Ils semblent persuadés des limites du pouvoir et des difficultés à lutter efficacement contre l’ennemi. Le pouvoir – et en particulier les hauts dirigeants – se retrouve ainsi déresponsabilisé. Le gouvernement n’est pas informé de la dimension du problème, ce qui justifie l’envoi de la lettre de dénonciation, laquelle comble un prétendu déficit de communication au sein de l’administration. Par leur action, les auteurs pensent donc accomplir un acte civique et faire preuve d’un sens aigu du devoir, appliquant ainsi les consignes de la propagande. Même si cet « acte civique » n’est pas obligatoirement révélateur de l’efficacité de cette politique, il n’en demeure pas moins qu’il est accompli dans un contexte de matraquage propagandiste. Les auteurs des lettres y sont sensibles, surtout lorsque leur action conduit le journal à s’emparer de l’affaire et incite l’administration à diligenter une enquête, qui se solde par l’arrestation de délinquants71, le démantèlement d’organisations clandestines et l’arrêt des trafics72.

  • 73 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Caja 253, Exp. 33. Lettre adressée par le Dép (...)

Dans le numéro d’aujourd’hui et dans un article intitulé “Des problèmes de guerre”, est notamment affirmé qu’il faut mettre un terme à cette révoltante infâmie, qui permet à des entreprises travaillant pour le gouvernement à la défense de l’Euzkadi d’obtenir de grands bénéfices.
Tout en remerciant ce quotidien, comme il se doit, pour la collaboration qu’il apporte à la défense des intérêts du gouvernement, ce que l’on a pu apprécier en particulier dans l’affaire de l’industriel Muñoz Mendizabal de Deusto (sur qui nous avons ouvert une enquête à la suite d’une plainte de ce journal […]), nous vous prions instamment de nous transmettre les informations que vous devez posséder sur les entreprises auxquelles se réfère votre article, car nous tenons absolument à réaliser dans les plus brefs délais les enquêtes nécessaires à l’élucidation des abus qui ont pu être commis, et à appliquer les peines qui s’imposent. 
Nous vous saurions gré de nous remettre cette information le plus rapidement possible, car nous ne pouvons tolérer en aucune manière que, pendant que nos braves gudaris exposent leur vie sur le front pour défendre notre pays, il y ait des entreprises ou des particuliers qui abusent sans aucun scrupule de leur situation pour obtenir des bénéfices considérables grâce au sang de nos frères73.

  • 74 Cf. Amilibía, Ramón, « La delación… », op. cit.
  • 75 Cf. Document 3 dans les annexes.
  • 76 Voisin Vanessa, « La dénonciation dans l’URSS stalinienne », Hypothèses 2008 : travaux de l'école (...)
  • 77 Nérard, François-Xavier, op. cit., p. 5.

30Ce courrier adressé par l’administration confirme certes l’importance des médias dans les politiques d’encadrement social mises en place par les autorités basques. Il montre également que la dénonciation est un des piliers du système, une pratique essentielle au fonctionnement de la société en guerre, un procédé que le pouvoir essaie d’encadrer. Pour cette raison, la censure surveille la publication de lettres de dénonciation et veille à ce que certaines limites ne soient pas franchies. Dès lors, on comprend mieux certaines caractéristiques de leur contenu : à notre connaissance, aucune lettre publiée n’aborde de questions militaires comme, par exemple, la corruption au sein des garnisons et des milices. Pourtant, celle-ci existe, comme en témoignent les appels à la délation adressés par Euzkadi Roja aux combattants74. Les lettres dénonçant les agissements d’une personne ou d’un groupe clairement identifiés sont aussi extrêmement rares. Or, ces lettres ont circulé75, mais elles ont certainement été éliminées par la censure ou l’autocensure de la presse. Dans ces conditions, une question s’impose : pour quelle raison le pouvoir autorise-t-il la publication des lettres que nous venons d’analyser ? Pour y répondre, deux éléments sont à prendre en compte. Ce type de courrier, d’une part, participe fréquemment d’une « relation individuelle du citoyen au pouvoir, érigé en arbitre des conflits sociaux »76. D’autre part, il révèle « une étonnante soif de débat, de participation à l’espace public »77. Ces lettres constituent donc des formes d’expression alternatives qui permettent à une partie de la population – les lecteurs et les auteurs des lettres – de participer directement ou indirectement à certains débats qui traversent la société basque. Elles contribuent également à l’émergence d’une critique autorisée, réduisant de la sorte les tensions que génèrent les pénuries et les multiples problèmes auxquels sont confrontés les Basques. Enfin, ces lettres fournissent aux autorités et aux formations politiques un baromètre de la société. Elles leur permettent, dans une certaine mesure, de mieux connaître l’état de l’opinion et les conflits qui fragilisent le corps social. Elles facilitent aussi le contact avec un univers difficile à appréhender en temps de guerre : celui de la dissidence et de la désobéissance. Elles montrent, en effet, des modes de vie, des stratégies de survie et des formes d’opposition au pouvoir qui échappent parfois aux gouvernants. En cela, les lettres de dénonciation aident le pouvoir à prendre conscience des limites de son projet. Elles dessinent, de fait, une société fragmentée, confrontée au doute et dont une partie importante n’adhère pas – ou plus – aux idéaux et principes défendue par l’antifascisme.

Annexes

Document n° 1

Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 76, Exp.13.

Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 79, Exp.6.

31Document n° 2

Document n° 3

Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 79, Exp.10.

Document n° 4

Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 76, Exp.13.

El Liberal, 25 novembre 1936, p. 7.

Documents n° 5 et 6

Tierra Vasca, 21 avril 1937, p. 6 et El Liberal, 25 novembre 1936, p. 7.

Document n° 7

Euzkadi, 19 mai 1937, p. 2.

Haut de page

Notes

1 Laurent Joly (dir.), La délation dans la France des années noires, Paris, Perrin, 2012.

2 Julien Briand et Elisabeth Lusset, « Id est diabolus, id est denunciator ? Autour de la pratique de la dénonciation de l’Antiquité à nos jours », Hypothèses 2008 : travaux de l'école doctorale d'histoire de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 99-100.

3 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « La guerre incertaine », Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004, p. 12.

4 Jean François Muracciole, « Hommes, femmes et sociétés en guerre : la guerre totale », Frédéric Rousseau (dir.), Guerres, paix et sociétés. 1911-1946, Paris, Atlande, 2004.

5 Comme le souligne Laurent Joly : « Tout pouvoir déclare rejeter avec horreur la délation, anonyme et abjecte, et ne retenir que la “bonne dénonciation”, civique et franche. » Cf. Joly, Laurent (Dir.), op. cit., p. 17.

6 Traverso, Enzo, A Feu et à sang. De la guerre civile européenne 1914-1945, Paris, Stock, 2007, p. 108.

7 González Calleja, Eduardo, « Reflexiones sobre el concepto de Guerra Civil », Gladius, n° 20, 2000, p. 307.

8 Cf. Kalyvas, Stathis, « The Ontology of “Political Violence”: Action and Identity in Civil Wars », Perspectives on Politics, vol. 1, n°3, sept. 2003, p. 479. (Je suis l’auteur de l’ensemble des traductions présentes dans cet article).

9 Effectuées sur une période allant du 18 juillet 1936 au 19 juin 1937, ces recherches concernent les journaux suivants : Euzkadi [PNV], La Tarde [PNV], Tierra Vasca [ANV], El liberal [Républicain socialiste], La Lucha de clases [PSOE], Euzkadi Roja [PCE], CNT del Norte [CNT], Unión [Républicain], Frente Popular [Gauche], La Gaceta del Norte [Conservateur (saisi par les autorités)], El Noticiero Bilbaíno [Indépendant (saisi par les autorités)].

10 Cf. Barruso Barés, Pedro, Violencia política y represión en Guipúzcoa durante la Guerra Civil y el primer franquismo (1936-1945), San Sebastián, Hiria, 2005 ; Landa Montenegro, Carmelo, « La vida en la retaguardia de Vizcaya (Del 1 de agosto al 6 de octubre de 1936) », Crónica de la Guerra Civil, de 1936-1937 en la Euzkadi peninsular. La pérdida de Guipúzcoa (Del 17 de julio al 6 de octubre de 1936), Urgoitia Badiola, José Antonio (dir.), t. II, Oiartzun, Sendoa, 2002.

11 Cf. Granja, José Luis de la, « El oasis vasco en la Guerra Civil. De la victoria electoral de 1936 a la derrota militar de 1937 », Gernika y la Guerra Civil. Symposium: 60 aniversrio del bombardeo de Gernika (1997), Granja, José Luis de la et Echániz, José Angel (dir.), Gernikazarra Bilduma, n° 1, 1998.

12 Cf. Voir les rapports des services de renseignement de l’armée rebelle sur la situation au Pays basque républicain, Archivo Histórico Militar (Madrid), ZN, Armario 31, Leg 9, carp 18 ; Voir le rapport du PCE sur la situation dans la banlieue industrielle de Bilbao, Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 215, Exp. 16.

13 Granja, José Luis de la, « El nacimiento de Euskadi: el estatuto vasco y el primer Gobierno vasco », La Guerra Civil en el País Vasco: un balance histórico, Historia Contemporánea, n° 35, 2007, p. 443.

14 Cf. Gros, Frédérica, Etats de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2006, p. 100-101.

15 Sémelin, Jacques, op. cit., p. 97-98.

16 Briand, Julien et Lusset, Elisabeth, op. cit., p. 106.

17 Cf. Ellul, Jacques, Propagandes, (1962), Paris, Economica, 1990, p. 87.

18 Sémelin, Jacques, op. cit., p. 33.

19 Cf. Sarasua, Julio de, « Desvaríos fascistas. El imperio de los muertos », Euzkadi, 13 janvier 1937, p. 1.

20 Ce type de discours est également présent chez les « rebelles ». Cf. Sevillano Calero, Francisco, Rojos…, op. cit., p. 96. 

21 Cf. « El charlatán de feria. El afeminado García Sánchiz marcha a Portugal », Euzkadi Roja, 3 février 1937, p. 3.

22 « El borracho de Sevilla », Euzkadi Roja, 28 mars 1937, p. 1.

23 Charaudeau, Patrick, « Le discours propagandiste. Essai de typologisation », La propagande : images, paroles et manipulation, Dorna, Alexandre, Quellien, Jean et Somonnet, Stéphane (dir.), Paris, L’Harmattan, Psychologie politique, 2008, p. 122.

24 Cf. « Ellos y nosotros. Lo que hizo el comandante militar de Vera del Bidasoa », Frente Popular, 10 août 1936, p. 1.

25 Voir, par exemple, la description du milicien que propose le journal Euzkadi Roja dans : « Una buena economía de fuerzas, es uno de los factores de la victoria », Euzkadi Roja, 9 juin 1937, p. 1.

26 Moscovici, Serge, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1976, p. 473.

27 Cf. « Con la compañía Sabin de Atutxa. Un viaje a Kanpantzar », Euzkadi, 9 décembre 1937, p. 3.

28 Cf. « En los frentes de Euzkadi », Euzkadi Roja, 15 mai 1937, p. 1.

29 Cf. « Martires de Euzkadi », Tierra Vasca, 16 décembre 1936, p. 8 ; « Héroes de la libertad. Francisco Eulogio Merino de la segunda compañía del batallón Bakunín », El Liberal, 23 décembre 1936, p. 4 ; Amilibia, Eustasio de, « Héroes modestos. El sargento asturiano », Euzkadi Roja, 9 juin 1937, p. 1-2.

30 Cf. « Momentos históricos. Gora Biotzak », Euzkadi, 16 juin 1937, p. 1.

31 Mondragón Rubio, José, « Hermanas », El Liberal, 14 avril 1937, p. 3.

32 Porres, Angel, « El mejor homenaje », CNT del Norte, 11 mars 1937, p. 3.

« El mejor homenaje que podéis hacer a los milicianos (decimos los milicianos) es cerrar todos los centros de corrupción, lupanares, prostíbulos, tabernas, etc. […] Es mandando al frente, para trabajos de fortificación, a toda esa caterva de señoritos ensortijados y encorsetados que pululan por las calles de la ciudad ».

33 « ¡Energía! », Euzkadi Roja, 17 février 1937, p. 1.

« Una vez más vamos a insistir. De nuevo queremos repetir, y repetirlo en voz alta, silabeando, para que se nos oiga y entienda bien, que es necesario –absoluta, imprescindiblemente necesario– demostrar y emplear cuanta energía sea necesaria para expurgar nuestra retaguardia. »

34 Arias, « Opiniones. La retaguardia », Unión, 9 juin 1937, p. 6.

« Por desgracia, a los diez meses de guerra, todavía hay ciudades en que la retaguardia necesita la aplicación del bisturí o una fumigación intensa ».

35 Cf. « Hoja de block. Los “imprescindibles” », Euzkadi Roja, 2 juin 1937, p. 4.

36 Cf. « Los pueblos de Bizkaya », Euzkadi Roja, 9 décembre, p. 6 ; « Nota del día. El enemigo interno », Euzkadi, 2 juin 1937, p. 1.

37 Cf. Euzkadi, 21 avril 1937, p. 1.

38 Ibid.

39 Cf. Euzkadi Roja, 16 décembre, p. 5.

40 Cf. « Croniquille de Santander. Hay que acabar con las raterías », Unión, 9 juin 1937, p. 2.

41 C’est un phénomène que l’on observe également à Saint-Sébastien, peu avant la prise de la ville. Voir, par exemple, « Combatid el rumor », Frente Popular, 16 août 1936, p. 5.

42 « Nota del día. El enemigo interno », Euzkadi, 2 juin 1937, p. 1.

« Una de las misiones que incumbe a la retaguardia leal es la de [...] neutralizar la labor solapada del enemigo emboscado en ella bajo la apariencia del ciudadano neutral y a veces bajo el disfraz de adhesión a la causa del pueblo, que se defiende de una de las invasiones de la peor especie. »

43 « Latigazos », CNT del Norte, 17 février 1936, p. 3.

« Insistimos. Hay que investigar, cómo y de qué viven muchos tíos que se pasean en aldeas, pueblos y ciudades sin dar un golpe y cuáles son sus actividades. »

44 Cf. « Comentarios del dÍa. Hay que extremar la vigilancia », Unión, 28 avril 1937, p. 6.

45 Amilibía, Ramón, « La delación en la Intendencia Militar », Euzkadi Roja, 17 février 1937, p. 1-2.

Si la delación ante un patrono, siempre enemigo de clase, era indigna, la delación ante la representación legítima del pueblo antifascista que lucha no puede serlo. […] este enemigo, que está entre nosotros, hay que aplastarlo […] denunciándolo sin titubeos. [...] Rectitud y emulación en el trabajo, tanto en el frente como en la retaguardia, vigilancia constante de un compañero a otro [...] son éstas las normas que deben orientar nuestra conducta si queremos ganar la guerra.

46 Kopetillun, « Gordos y flacos. Humanos, sí; pero tontos no », Tierra Vasca, 17 février 1937, p. 1.

« hoy es fácil conocer de una simple mirada al antifascista y al que no lo es. El antifascista sincero, sometido a racionamiento, ha perdido como es natural, algunos kilos. Por un lado la ración limitada y por otro la angustia de ver los crímenes de los rebeldes. En cambio, el fascista rico, más satisfecho cuanto mayores son los desmanes de los sublevados, sigue como antes, con su mesa espléndida y con su curva de la felicidad. » ; Voir également : García Morales, Juan, « La Quinta Columna », CNT del Norte, 11 avril 1937, p. 1.

47 Voir, par exemple, la note du 25 août 1936 adressée à la presse par les responsables du ravitaillement : Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 25, Exp. 15.

48 Cf. Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 25, Exp. 15.

49 Cf. « Dirección General de Comercio y Abastecimiento. Racionamiento del pan », Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 26, Exp. 9, (7 novembre 1936).

50 Ibid.

« A los milicianos, Guardia municipal y a toda persona que esté interesada en nuestro triunfo le recomendamos la máxima vigilancia para la detención de cualquiera de los arriba citados, y tenga la plena seguridad quien así lo hiciera que estamos dispuestos a que su nombre figure como ciudadano cien por cien de la República española » 

51 Cet arsenal juridique commence à être mis en place dès le déclenchement de la guerre. Ce sont, en premier lieu, les juntes de défense qui s’y attèlent, puis le gouvernement autonome, en particulier au mois de novembre 1936. Voir, par exemple, le décret sanctionnant la diffusion de rumeurs et de fausses nouvelles (6 novembre 1936), Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 253, Exp. 17.

52 « Multas impuestas por el Departamento de Comercio y Abastecimiento », El Liberal, 6 novembre 1936, p. 2.

« Por contravenir las órdenes dadas por este Departamento al pedir y obtener libretas duplicadas de racionamiento, han sido multados con 100 pesetas los señores siguientes:

Don Cayetano Unamuno, Fernández del campo, 24, quinto, Bilbao.

Doña Carlota Echave, Rodríguez Arias, 1, cuarto, Bilbao.

La sanción aplicada lo ha sido por primera vez y caso de reincidencia sería de mayor cuantía y de otro orden. »

53 Unión, 9 juin 1937, p. 2.

54 Les rapports du service de renseignement de l’armée franquiste, SIM, sont particulièrement intéressants de ce point de vue, d’autant qu’ils sont à usage interne et ne font l’objet d’aucune publicité susceptible de réduire leur degré d’objectivité. Cf. Archivo General Militar de Madrid, ZN, Armario 5, Leg. 291, Carp. 12 ; Armario 15, Leg. 9-12.

55 El Liberal, 16 septembre 1936, p. 5.

56 Voir, par exemple, « De la vida local. Notas Bilbaínas. De mi buzón », El Noticiero Bilbaíno, 13 octobre 1931, p. 1 ; « Como viene. Con pluma ajena », El Liberal, 10 juin 1936, p. 9.

57 Cf. Rojo Hernandez, Severiano, Une guerre de papier. La presse basque antifasciste dans les années trente, Rennes, PUR, 2011.

58 « Periodismo faccioso », El Liberal, 31 décembre 1936, p. 1.

« Desde mañana nuestros colaboradores habrán dejado de existir como tales colaboradores y EL LIBERAL saldrá sin ese océano de notas que se nos envía a diario. Es amargo, es realmente terrible; pero es irremediable. La limitación del papel nos obliga a prescindir de esa amable colaboración. [...] Vacilábamos entre el dilema de que los redactores hicieran el periódico o que lo hicieran esos millares de colaboradores que nos envían sus notas. Las dos perspectivas fueron cuidadosamente examinadas. Había quien aceptaba la hipótesis del periódico colectivista, aduciendo que es el que reclaman los tiempos. [...] No estaba mal la idea, aunque ofrecía la espantosa dificultad de que entonces éramos los redactores quienes quedábamos en paro [...]. El dilema, pues, se ha resuelto en el sentido de que, seremos nosotros los que hagamos el periódico sin que ello quiera decir que el acuerdo se haya adoptado por unanimidad. »

59 Cf. « Cartas al director », Tierra Vasca, 17 février 1937, p. 2.

60 Nérard, François-Xavier, « REVELER ET DEMASQUER Médias et dénonciation dans l’URSS de Staline (1928-1941) », Médias et pouvoirs en europe et en Amérique du XIXe siècle à nos jours, Rojo Hernandez, Severiano (dir.), Amnis, n° 4, 2004. http://amnis.revues.org/744.

61 Chimbo : nom attribué à plusieurs espèces de passereaux et que l’on utilise, à partir du XIXe, pour désigner les habitants de Bilbao.

62 « De la vida local. Notas bilbaínas. Buzón », El Noticiero Bilbaíno, 2 décembre 1936, p. 1.

« Estimado Chimbo: Me dirijo a usted para que por mediación de sus tan leídas “Notas” haga llegar hasta la Junta de Abastos el abuso que se origina con la venta de carbón al detalle, pues se dan muchos casos de familias que se ponen en la “cola” teniendo el suficiente carbón en sus casas para una semana, solamente con el fin de revenderlo, mientras otras familias se quedan sin lograr coger un solo kilogramo. Por eso le escribo a usted para que píe muy fuerte y rogaría a la Junta de Abastos para que se llevara a efecto cuanto antes, el racionamiento de dicho artículo con libreta, como se está efectuando en varios pueblos de las márgenes de la ría y evitar de esa manera dicho acaparamiento. Sin otro particular y quedándole muy agradecido, se despide de Vd. Éste su afmo, s.s, -Un chimbo »

63 « Los pueblos de Vizcaya », Euzkadi Roja, 16 décembre 1936, p. 4.

64 « Como viene. Con pluma ajena », El Liberal, 11 novembre 1936, p. 7.

65 « Cartas al director », Tierra Vasca, 9 juin 1937, p. 4.

66 Ibid., 21 avril 1937, p. 6.

« Sr. Director de TIERRA VASCA.

Con ruego de publicación, le adjunto este trabajo, que espero tendrá acogida en el diario de su digna dirección. En la inmensa mayoría de los casos en que proceden algunos comerciantes destaca el atropello bárbaro que con la retaguardia cometen, abusando de la carencia de comestibles y de cuántas necesidades exige el cuerpo para negociar. Es inadmisible, visto el proceder de estas gentes sin escrúpulos, que en estos momentos en que hombres y máquinas han sido movilizados para la guerra, no lo hayan sido igualmente los restaurantes, como en otras partes ocurre. Aquí en Euzkadi, los propietarios de restaurantes entran a saco en los bolsillos de la clientela, de forma que resulta inconcebible no se haya cortado como requiere, abuso semejante en un momento en que todos debemos aportar cuanto tenemos para el buen éxito de la guerra Fascistas llamamos a quienes disparan los fusiles contra nosotros. ¿Es menos fascista quien se aprovecha de la guerra para, a costa de ella, hacer fortuna? En algunos restaurantes, los garbanzos que nos sirven, por lo que cobran, parecen raciones de langosta. Y no hay derecho. Cortar estos abusos no es cosa difícil. Castíguese a quien mal procede; pero enérgicamente. La guerra no sólo se hace en el frente. Fascistas llamamos a quienes disparan los fusiles contra nosotros. ¿Es menos fascista quien se aprovecha de la guerra para, a costa de ella, hacer fortuna? En algunos restaurantes, los garbanzos que nos sirven, por lo que cobran, parecen raciones de langosta. Y no hay derecho. Cortar estos abusos no es cosa difícil. Castíguese a quien mal procede; pero enérgicamente. La guerra no sólo se hace en el frente. »

67 Nérard, François-Xavier, op. cit., p. 9.

68 « Una llamada de atención », El Liberal, 9 décembre 1936, p. 2.

« Si en estos momentos nuestra mirada está fija preferentemente en las trincheras, porque ganar la guerra es la primordial preocupación, también es imperativo inexcusable vigilar todos los aspectos de la retaguardia. Entendiéndolo así, la Asociación vizcaína de Trabajadores de la Enseñanza se cree obligada a denunciar a las autoridades en particular y al pueblo en general lo que viene ocurriendo en la provincia con las Congregaciones religiosas dedicadas a la enseñanza. Ordenada la incautación de sus edificios por decreto ministerial y forzada por imperativo constitucional a ser clausuradas, son muchas las Congregaciones que vienen funcionando, muchos los colegios confesionales que continúan abiertos, muchos los edificios que no han sido objeto de incautación y muchos los alcaldes que se niegan a cumplir las órdenes que en este sentido reciben. [...] todo esto es fascismo puro, aunque pretendan ignorarlo muchos pretendidos antifascistas. [...] ¿Va la juventud española a la muerte para que el fraile siga prostituyendo la cultura? [...] las incautaciones de sus edificios han de llevarse a efecto sin atenuaciones, porque así está dispuesto. Esperamos merecer la atención de los partidos que integran el Frente Popular. El Comité de la Asociación Vizcaína de Trabajadores de la Enseñanza. »

69 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Caja 79, Exp. 10. (Lettre adressée le 12 janvier 1937 au directeur de Joven Guardia). Voir le document 3 en annexe.

« Nos dirigimos a vosotros varios heridos hospitalizados en el chalet de Echevarrieta para hacer constar una denuncia que sirve para que comprobéis cómo los elementos facciosos campan a sus anchas, mientras nosotros luchamos para aplastarles definitivamente. Vemos con rabia cómo se protege descaradamente a esa gentuza, por los elementos aliados a nosotros del sector por todos conocido. […] esto os comunicamos para que le deis publicidad o lo transmitáis a nuestras organizaciones, pero no estamos dispuestos a que continúe en la impunidad la quinta columna de Euzkadi y estamos dispuestos a hacer constar lo mencionado donde sea necesario. »

70 « Ugao Miravalles. A quien corresponda », Tierra Vasca, 10 mars 1937, p. 4.

« Somos sinceros y estimamos hallarnos en la verdad […] Vemos pasar el tiempo, e igualmente vemos que todavía hay gentes que se amparan en el beneplácito de la autoridad, gentes que deberían estar, si no en otro sitio encerradas, al menos convenientemente apartadas de toda actuación en los lugares en que debieran estar sino las personas verdaderamente adictas al régimen, porque ya es hora de que el pueblo conozca quiénes son los que defienden a esa gente abiertamente enemiga de nuestras aspiraciones en defensa del pueblo trabajador. [...] ya es hora de que a esa gente se le quite la careta y se les mire a la luz del día, como enemigos del régimen actualmente constituido. [...] Y a vosotros jóvenes ugaotarras, os voy a dirigir estas tres palabras: ¡Alerta! ¡Alerta! ¡Alerta! Que el enemigo nos vigila. »

71 Cf. « Quejas y denuncias », El Liberal, 27 janvier 1937, p. 4.

72 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Santander, Serie D, Caja 40. Voir la lettre adressée par le Département chargé des Affaires Intérieures au directeur de CNT del Norte le 10 juin 1937.

73 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Caja 253, Exp. 33. Lettre adressée par le Département des Finances au directeur d’Euzkadi Roja, le 23 avril 1937.

« En el número de ese Diario del día de hoy, y en un artículo titulado “Problemas de Guerra”, se di­ce, entre otras cosas, que debe terminarse con la vergüenza indignante de los grandes beneficios que están obteniendo las empresas que trabajan por cuen­ta del Gobierno para la defensa de Euzkadi.

Al agradecer como se merece la colaboración que ese Diario viene aportando en la defensa de los in­tereses del Gobierno, tal como en el caso del in­dustrial Muñoz Mendizabal de Deusto, (a quien se le abrió expediente en virtud de una denuncia de ese periódico, […]) hemos de rogarles encarecidamente que nos den a conocer los datos que Vds. indudablemente poseen respecto de las empresas a que su artículo se refie­re, pues tenemos verdadero empeño en practicar in­mediatamente cuantas investigaciones sean precisas para esclarecer los abusos que hayan podido cometer­se, y para imponer las sanciones necesarias.

Les agradeceremos que esta información nos la faciliten con la mayor rapidez posible, pues no podemos tolerar de ninguna manera que mientras nues­tros bravos Gudaris exponen su vida en el frente pa­ra defender nuestro país, haya empresas o particula­res que abusan despiadadamente de su situación, para conseguir beneficios abusivos a costa de la sangre de nuestros hermanos. »

74 Cf. Amilibía, Ramón, « La delación… », op. cit.

75 Cf. Document 3 dans les annexes.

76 Voisin Vanessa, « La dénonciation dans l’URSS stalinienne », Hypothèses 2008 : travaux de l'école doctorale d'histoire de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 155.

77 Nérard, François-Xavier, op. cit., p. 5.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Euzkadi Roja, 15 juin 1937, p. 4.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Crédits Euzkadi Roja, 12 mai 1937, p. 1.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Crédits CNT del Norte, 9 juin 1937, p. 2.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-3.png
Fichier image/png, 56k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-4.png
Fichier image/png, 814k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-5.png
Fichier image/png, 211k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Crédits Archivo de la Memoria Histórica, PS Bilbao, Leg. 79, Exp.6.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-7.png
Fichier image/png, 881k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-8.png
Fichier image/png, 476k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-9.png
Fichier image/png, 384k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-10.png
Fichier image/png, 421k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-11.png
Fichier image/png, 306k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-12.png
Fichier image/png, 164k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-13.png
Fichier image/png, 441k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/6176/img-14.png
Fichier image/png, 465k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « Presse et délation au Pays basque pendant la Guerre civile (1936-1937) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/6176 ; DOI : 10.4000/ccec.6176

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

UMR TELEMME, Aix Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org