Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ocio y sociabilidad en un espacio exclusivo. El círculo de recreo de Valladolid (1844-2010)

Romain Bonnet
Référence(s) :

Rafael Serrano García, Ocio y sociabilidad en un espacio exclusivo. El círculo de recreo de Valladolid (1844-2010), Valladolid, Universidad de Valladolid, 2011, 265 p.

Texte intégral

1Le Círculo de Valladolid a été fondé en 1844 dans le centre-ville de cette capitale de Vieille Castille (aujourd'hui Castille-et-León), l'année où fut constituée la Garde Civile dans le Royaume d'Espagne. C'est sur l'histoire de ce Cercle, dont le nom évolua ensuite en « Círculo de recreo » (p. 41), sur cet espace privilégié, à la fois social et symbolique, que se penche Rafael Serrano García, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Valladolid. Son livre, paru en 2011, est une contribution monographique à l'historiographie de ces « casinos » espagnols (p. 18-24) et à celle des « sociabilités » dans l'Espagne contemporaine (p. 15-18), de 1844 à 2010 dans ce cas précis. Références à l'appui, l'auteur constate que, dans l'ensemble, « pocos casinos han sido estudiados en España con una metodología histórica rigurosa » (p. 21). Et il se penche sur les formes concrètes de cette essentielle et distinctive « pertenencia a la buena sociedad, a las buenas familias o, cuando menos, la posesión de una cultura mundana, de unas habilidades sociales logradas por medio del aprendizaje de las reglas de urbanidad y del decoro [...] » (p. 20). Rafael Serrano García évoque la définition du « casino » espagnol comme « sabia mezcla entre el club inglés y el café italiano » (p. 20), avec « una finalidad no sólo recreativa, sino también de instrucción » (p. 73), pour « personas cultas y distinguidas » (p. 144). Tout cela conformément aux critères localement sélectifs et distinctifs du Cercle, soucieux, selon l'auteur, de « toque cosmopolita e intelectual » (p. 148). Vers 1890, plus de la moitié des associations espagnoles étaient des « casinos », dont le nombre est estimé à près de 2000 (p. 23). Cette sorte de monopole légal de la sociabilité officielle était particulièrement inscrit dans l'Espagne méridionale aux agglomérations notamment rurales (p. 23) et très marquées par la prédominance de la concentration de la grande propriété agraire.

Penser historiquement les sociabilités, définir préalablement les concepts en les historicisant

  • 1 Maurice Agulhon, « Préface », La Sociabilité en Normandie, Rouen, Musées départementaux de la Seine (...)

2Le lecteur trouve une première satisfaction dans l'effort pédagogique de définition des concepts clés que l'auteur a pris le temps et l'espace de réaliser, et cela dès l'introduction du récit qui occupe utilement près du dixième de l'ouvrage (p. 11-34). Sans doute cet effort de transmission de savoirs soucieux d'être élaboré en dehors de malentendus est-il l'un des signes d'une historiographie dynamique. Pour définir la « sociabilité », revenons au pionnier Maurice Agulhon qui écrivait en 1983 : « Les historiens français sont peu philosophes, ils travaillent souvent par intuition et par empirisme, et la théorie vient après, quand elle vient ». Un constat semblant faire écho à celui réalisé par Antoine Prost en 1996 : « La plupart (des historiens français) se dispensent, au début de leurs livres, de définir les concepts et les schémas d'interprétation qu'ils mettent en œuvre, quand leurs collègues allemands s'y sentiraient tenus »1. Par ce bref retour sur quelques-unes de ses réflexions conceptuelles initiales, ce compte-rendu fait donc d'autant plus corps avec l'esprit de l'ouvrage.

  • 2  Pierre Vilar, Pensar históricamente, Barcelone, Critica, 1997. « Tout penser historiquement, voilà (...)
  • 3  Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 10.

3L'auteur nous rappelle, par exemple, outre les emprunts faits sous la guerre froide par Maurice Agulhon (dont la thèse fut soutenue en 1969) à la sociologie du début du xxe siècle et à ses prolongements via l'entre-deux-guerres (p. 15) que déjà le grand administrateur Jovellanos (1744-1811), dans son mémoire sur la réglementation des spectacles et des distractions publiques de 1790, s'intéressait à la satisfaction de « (la) gente ociosa que, como suele decirse, busca a todas horas donde matar el tiempo » (p. 12). Or cette gestion du « temps à tuer », dans un espace déterminé d'interactions sociales et symboliques, selon des pratiques plus ou moins fortement rituelles, collectives, codifiées, normatives, légitimes et institutionnalisées en accord avec le pouvoir étatique nous invite, pour reprendre une expression de l'historien hispaniste Pierre Vilar, à « penser historiquement »2. Du reste, ce « disfrute del tiempo libre » (p. 16) via la « sociabilidad casinista » (p. 10) n'est pas sans rappeler le concept de « skholè », notamment utilisé par Pierre Bourdieu pour la sociologie du monde contemporain de l'enseignement et de la recherche, et qui désigne le « temps libre et libéré des urgences du monde qui rend possible un rapport libre et libéré à ces urgences, et au monde »3. Les conditions de possibilité des sociabilités bourgeoises et universitaires ne sont naturellement pas sans lien au sein du même monde contemporain.

  • 4  Pierre Vilar, « La solitude du marxiste de fond », Espace temps, n. 29, 1985, p. 23-25, p. 23, 24. (...)
  • 5  Fernand Braudel, « La Catalogne, plus l'Espagne, de Pierre Vilar », Annales. Économies, Sociétés, (...)
  • 6  Pierre Vilar, « Culture, Nation, Histoire », Revista Internacional de los Estudios Vascos, t. XXVI (...)

4C'est à partir des années 1980 que le concept de « sociabilité » « había traspasado fronteras y estaba siendo adoptado en otros ámbitos, no solamente los latinos » (p. 16) écrit l'auteur à propos de cette diffusion de savoirs en sciences sociales par-delà l'Europe méridionale, en invoquant, en outre, « los préstamos, los diálogos con otras disciplinas que tienen mucho que ver con la sociabilidad, como la psicología social, la antropología, la etnología, la sociología » (p. 16). Et c'est justement en 1985, de manière à peu près concomitante, que Pierre Vilar déplorait à propos des limites à l'interdisciplinarité pratique, concrète : « Si j'ai un regret, c'est de voir certaines tendances se préciser contre l'unité du réel, les historiens économistes se cantonnant plus volontiers dans l'économie, les historiens du politique dans le politique, ceux du mental dans le mental, etc. ». Et d'affirmer : « Un monde en crise préfère ne pas se penser, ou se mal penser. C'est sans doute cela la probable ''crise de l'historiographie''. Ce n'est pas forcément une crise de la science historique »4. L'hispaniste et historien dans les travaux duquel Fernand Braudel avait explicitement vu dès 1968 le pionnier de « l'histoire globale » invitait, lui, à « dire ce dont le tout dépend, et ce qui dépend de tout », sachant que : « C'est beaucoup. C'est moins que les inutilités jadis entassées par les histoires traditionnelles, ou aujourd'hui par les chapitres juxtaposés qui, justement, livrés aux ''spécialistes'', prétendent traiter de tout »5. En outre, c'est notamment dans la méthode comparée que Pierre Vilar voyait la meilleure garantie de cette interdisciplinarité concrète, bien entendue, explicitement soucieuse de repousser l'esprit commodément et exclusivement spécialiste, et de constater : « Il n'est d'histoire explicative que comparée »6.

  • 7  Alors que, dans le même temps, le même auteur établissait une curieuse polarisation semblant quelq (...)

5En effet, l'histoire des sociabilités à l'époque contemporaine peut difficilement ne pas soulever ces questions d'histoire comparée. « En este libro (que) reconstruye la historia del Círculo de Recreo de Valladolid, una asociación muy selectiva que durante sus etapas más florecientes fue un lugar de encuentro obligado para la burguesía local » (couverture), Rafael Serrano García rend en outre explicitement hommage à l'« hispanismo francés » et à des « grupos de investigación como erescec (Équipe de Recherches sur les Sociétés et Cultures dans l'Espagne Contemporaine, dirigido por J. Maurice, M. Ralle y J.-L. Guereña) » dont les travaux sur les sociabilités « suscitaron el interés por esta nueva temática historiográfica » (p. 17). En ce sens, cet ouvrage dépasse utilement ce que Jacques Maurice, fondateur des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine, qualifiait de « endogamia académica propia del Estado de las autonomías », tout en s'inscrivant cependant dans un cadre local, par certains égards un peu à l'instar de certaines autres productions historiographiques actuelles, également relatives aux sociabilités et à d'autres ensembles régionaux inscrits dans la péninsule ibérique, et, surtout, dans l'Europe du Sud, dans cette « Méditerranée solide » qu'évoquait Lucien Febvre7. Comparer c'est aussi intégrer l'historiographie à une vision d'ensemble pertinente car englobante.

Quelques apports, limites et perspectives de cet ouvrage

6Il y a la définition préalable des concepts historicisés et leur mise en œuvre dans l'analyse et, sur le plan formel, cet ouvrage se divise en quatre chapitres suivis d'un épilogue. Ces derniers s'articulent selon un plan chronologique : tout d'abord, « Fundación y primeros tiempos del Círculo de Valladolid (1844-1874) » (p. 35-75) ; puis, « La etapa más floreciente del Círculo, 1875-1922 » (p. 77-168) ; suivi d'un troisième chapitre intitulé, « Años difíciles y recuperación bajo la dictadura franquista, 1923-1950 » (p. 169-206) ; le quatrième chapitre se concentre sur « La etapa 1950-1978 » (p. 207-235) ; tandis que l'épilogue s'intéresse à « los tiempos recientes (1979-2005) » (p. 237-248). La bibliographie et les sources qui correspondent notamment aux archives du Cercle (p. 249-255) sont suivies par des annexes (p. 256-265), où apparaissent les noms des membres des directions successives (président, vice-président, comptable, trésorier, secrétaire, vice-secrétaire, bibliothécaire, etc.) de 1844 à 2005.

7L'auteur indique que l'actuelle direction (Segundo Espeso Polo, p. 264) a préféré ne pas rendre les archives consultables au-delà de 2005 (p. 9). Outre de nombreux tableaux et graphiques (p. 212, 217), l'ouvrage est illustré d'une carte (p. 29) rendant compte de l'emplacement central des plus de 800 mètres carrés (p. 42) des locaux du Cercle dans la ville, ainsi que de photographies de ses vastes salons richement ornés, meublés, enluminés et dont les parquets et boiseries impeccablement cirés brillent jusque sur les clichés en noir et blanc. « Historia social y política » annonce d'emblée l'auteur à propos de son analyse des sociabilités de ce Cercle, qui ne peut en effet que tendre à brasser large (p. 9).

  • 8  Philippe Lavastre, Valladolid et ses élites. Les illusions d'une capitale régionale (1840-1900), M (...)

8On ne saurait ici rendre entièrement compte de tous les très nombreux et divers aspects traités dans cette riche monographie : milieux professionnels privilégiés des membres du casino, rudesse des conditions de travail du Personnel appartenant à quelques familles se consacrant au service du Cercle, codes vestimentaires et discursifs, types de jeux pratiqués et fournisseurs de ceux-ci, organisation de manifestations rituelles comme les bals, lente et progressive ouverture aux femmes des familles du Cercle, lectures disponibles en ouvrages et journaux nationaux et nord-européens, services de restauration, importations matérielles notamment d'outres-Pyrénées, attachement à une certaine conception patriotico-religieuse de la « Nation » espagnole, conception tout particulièrement prégnante lors des rituels de soutiens aux guerres coloniales, montants des cotisations, évolution des effectifs, discours officiels de défiance vis-à-vis des « nouveaux riches » à partir de l'entre-deux-guerres et plus encore dès la guerre froide coïncidant avec le franquisme, réseaux régionaux de cercles associatifs partenaires, etc., etc. Il faut donc vivement recommander la consultation de cet ouvrage, en indiquant, en outre, que ces analyses évoquent entre autres et par certains égards les travaux récents de Philippe Lavastre ou ceux consciemment comparatifs de Jorge Luengo8.

9Les pages qui, à l'appui des autres documents, utilisent comme sources les descriptions du Cercle dans le roman de Francisco de Cossío (1887-1975) intitulé Elvira Coloma o al morir de un siglo (Barcelone, Juventud, 1942) sont tout particulièrement vivantes et efficaces (p. 88 et suivantes). Ces mots font sentir et, par là même, comprendre toute cette atmosphère particulière, privilégiée et, en effet, vécue à la première personne par leur auteur, féru d'art et de lettres qui fut directeur du Museo Nacional de Escultura, mais également collaborateur à l'important quotidien régional fondé en 1854 El Norte de Castilla, parfois qualifié de « libéral-céréalier ». Les mots de ce roman restituent une dimension humaine cruciale, bien davantage que l'entreprise quelque peu notariale du dépouillement de livres de comptes (fussent-ils des « documents d'archives »). Ces mots là rappellent que la notion d' « empirisme » renvoyant à celle d' « expérience » semble devoir dire aussi bien « document » qu' « écriture ». Par ailleurs, les invocations des comtes de « Cleonard » (p. 60) ou de « Romanotes » (p. 186) ne suffisent pas, en dépit de ces approximations, à gâter la présentation de sa recherche par Rafael Serrano García, pas plus que la référence à « Alberto Maria Banti » (p. 16), légèrement erronée sur la forme, mais pleinement pertinente sur le fond et dans le cadre d'une incursion comparative rapprochant, très logiquement, les péninsules ibérique et italiques dans des dimensions forcément voisines, au sein d'une Europe libérale alors géopolitiquement hégémonique dans le monde.

10Par ailleurs, le Cercle qui par certains égards avait des allures de repaire de banquiers et d'officiers (p. 51, 54, 60, 67, 71, 90, 95, 190, etc.), où « la conexión con la política local parece algo obvio » (p. 49), où abondaient les « obras de carácter religioso » (p. 72), mais où il était officiellement interdit de parler de politique (p. 47), hébergeait toutes les options réformistes classiques (p. 49-51) et inscrites dans le cadre de moyenne durée (de la deuxième moitié du xixe siècle à l'entre-deux-guerres) du Royaume d'Espagne et de son État libéral très largement corrompu par les collusions confiscatoires entre pouvoirs économiques et politiques, y compris, occasionnellement, certains citadins du psoe (p. 185, 188). En revanche, on n'y transigeait pas sur l'anti-syndicalisme et les revendications politiques concrètes et de classe, véritable limite de cette tolérance libérale en matière politique. « A nuestros salones no han llegado determinadas ideas que están en el ambiente » (p. 140), pouvait encore se vanter en 1919 le président du Cercle, César Mantilla. C'est en 1944 et sous l’État franquiste que le Casino de Valladolid fut intégré au syndicat national, vertical et corporatiste de l'hôtellerie (p. 202).

11« Estudiar la relación entre los admitidos y los socios de número que los presentaron, si bien esta es una tarea muy compleja, que requiere de mucha información individual, que no posee, por lo que se desiste llevarla a término » (p. 98) écrit par ailleurs Rafael Serrano, en ouvrant ainsi de nouvelles pistes de recherche. Celles-ci semblent inviter à lier davantage encore la question de l'institution à celle de la microsociologie et à ses connections, ainsi que la notion de cas à celle de système, via la construction d'un objet articulé à plusieurs échelles, du local au global, en passant évidemment par le national au territoire sous la coupe de l'autorité étatique, dans un ensemble fait de rapports de clivages et d'alliances à la fois sociaux, symboliques, à découvrir et à restituer sans postuler d'arbitraire distinction opposant « cas » et « système ». Au fond, ce qui fit la légitimité et la continuité du Cercle en tant qu'institution, c'est avant tout un ensemble de pratiques à travers lesquelles s'effectuaient des sortes de transactions et de manipulations de légitimité mise en circulation. La connaissance de ces pratiques distinctives peut être approfondie par des études de cas circonscrits permettant exploration et élargissement, par la restitution d'une épaisseur humaine. Pour que la sociabilité soit plus proche du monde social, l'objet doit être davantage construit que, pour ainsi dire, moulé par l'institution, et comme donné par ses archives répercutant dès lors, en effet, une certaine continuité chronologique risquant de déshistoriciser de manière paradoxale. Le problème des sociabilités à l'échelle humaine dépasse l'approche institutionnelle, et la complète, en renouvelant les problématiques, les méthodes et l'écriture.

12En 1953, le président du Cercle Daniel Zuluaga évoquait la dimension filiale et dynastique de l'institution privilégiée et fermée au plus grand nombre : « El cauce invariable de un río del que nosotros somos el agua que pasa por él fugaz, como pasaron por estos salones nuestros padres y pasarán nuestros hijos » (p. 99). « No existía ningún privilegio que pusiera por delante a unos socios respecto a otros, lo que iría en la línea del carácter democrática de los círculos subrayado por Agulhon » (p. 54), affirme pourtant l'auteur de l'ouvrage, bien que le « demos » apparaisse à tout le moins étriqué et renvoyant à : « Una burguesía que manejaba las riendas tanto políticas como económicas en la ciudad [...] como para situarse y sentirse por encima de los demás [...] un grupo exclusivo y homogéneo social y culturalmente, que se contrapondría a la realidad exterior » (p. 90). Toutefois, peu de références appuient cette invocation de l'historien français, pas plus que celle du « viejo concepto de civilización, entendido en el sentido braudeliano del término, o al actualmente más vigente de cultura material [...] » (p. 131). Pourtant, ce concept braudélien de « civilisation » s'inscrit lui-aussi dans des formes de sociabilités, et d'héritages.

Des sociabilités bourgeoises à la notion de « civilisation »

13Lucien Febvre, dont Fernand Braudel fut le disciple, constatait en 1930 :

Dans le premier cas, civilisation signifie simplement pour nous l'ensemble des caractères que présente aux regards d'un observateur la vie collective d'un groupement humain : vie matérielle, vie intellectuelle, vie morale, vie politique et – par quoi remplacer cette expression vicieuse ? – vie sociale. C'est là ce qu'on a proposé d'appeler la conception ''ethnographique'' de la civilisation. Elle n'implique aucun jugement de valeur ni sur le détail, ni sur l'ensemble même des faits examinés. [...] Dans le second cas, et quand nous parlons des progrès, des défaillances, des grandeurs ou des faiblesses de la civilisation, nous avons bien dans l'esprit un jugement de valeur. Nous concevons que la civilisation dont il s'agit – la nôtre – est en soi quelque chose de grand et de beau ; quelque chose, également, de plus noble, de plus confortable, de meilleur moralement et matériellement parlant que ce qui n'est pas elle : la sauvagerie, la barbarie ou la demi-civilisation.

14Et Marcel Mauss de préciser dans le même sens :

  • 9  Voir toutes ces interventions, dont celles de Marcel Mauss et de Lucien Febvre, de cette semaine i (...)

[Le xixe siècle] a mêlé les deux idées (d'une part l'idée d'ordre moral de quelque chose de grand et de beau, et, d'autre part, l'idée d'ordre logique de l'ensemble des caractères que présente au regard d'un observateur la vie collective d'un groupe), a pris ''sa'' civilisation pour ''la'' civilisation. [...] La limite d'une aire de civilisation se trouve là où cessent les emprunts constants9.

15Ce xixe siècle était celui des puissances nationales européennes libérales, hégémoniques, globalisantes, ainsi que celui du Casino de Valladolid et de ses sociabilités privilégiées, distinctives, officielles, dominantes et persistantes.En 1953, c'est toujours la notion de « civilisation » à l'esprit que Lucien Febvre écrivait :

  • 1 0 Lucien Febvre, « Petite chronique de la marche arrière », Annales, Économies, Sociétés, Civilisat (...)

Le mal est international. Dans la crise des fabrications, les marchands d’œillères seraient-ils les seuls à travailler à plein ? Il ne s'agit pas de progrès. Ni même de stagnation. Il s'agit de marche à reculons. [...] Effroyable médiocrité de pensée des dirigeants des Études historiques en ces tristes, en ces pauvres années d'une fin de régime (qui) nous donn(ent) l'avant-goût d'une fin de société et de civilisation10.

16Un demi-siècle plus tard, en 1995, le président du Cercle de Valladolid réaffirmait à son propos : « Su fin social es proporcionar a sus asociados y familiares, los medios conducentes a intensificar la convivencia ciudadana, organizando certámenes para estimular el cultivo de las ciencias, las letras y las artes o cualquier acto cultural [...] » (p. 247). Le Cercle venait de fêter ses 150 ans. L'approche monographique de ses sociabilités proposée par Rafael Serrano García dans une moyenne durée contemporaine de l'Europe longtemps hégémonique soulève donc également des questions englobantes et relatives au concept de « civilisation », qui ne peut qu'être pensé historiquement par les historiens et hispanistes, dans la recherche des liens imbriqués eu égard aux continuités et ruptures solidaires, explicatives. C'est à travers l'histoire qui se fait en s'écrivant que la notion de « civilisation » accorde le processus complexe au concept qui le recouvre, et lui donne ainsi tout son sens.

17Manifestement, Ocio y sociabilidad en un espacio exclusivo. El círculo de recreo de Valladolid (1844-2010) est à lire sous cet angle également.

Haut de page

Notes

1 Maurice Agulhon, « Préface », La Sociabilité en Normandie, Rouen, Musées départementaux de la Seine maritime, 1983, p. 11, Antoine Prost, Douze leçons sur l'histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 9.

2  Pierre Vilar, Pensar históricamente, Barcelone, Critica, 1997. « Tout penser historiquement, voilà le marxisme » avait du reste le courage d'écrire Pierre Vilar dans ce monde bipolaire aux générations si souvent soumises aux pressions idéologiques qui s'abattaient en pleine guerre froide et qui fondaient en maintes et parfois paradoxales métamorphoses de manière persistante, Pierre Vilar, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, v. 28, n. 1, 1973, p. 165-198, p. 198.

3  Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 10.

4  Pierre Vilar, « La solitude du marxiste de fond », Espace temps, n. 29, 1985, p. 23-25, p. 23, 24. Les jeunes générations dynamiques d'aujourd'hui ont rarement la chance de pouvoir jouir des mêmes privilèges que leurs aînés de celles d'hier, difficulté supplémentaire dans la perspective utile et nécessaire du dépassement de l'esprit de spécialité, ainsi que semblait le relever récemment Manuelle Peloille, en écrivant si bien et si justement : « Hubo tiempos, no tan remotos en que el estudiante no tenía que correr, desde temprana edad, en busca de méritos, sino que podía curiosear en las estanterias de las bibliotecas y librerías de lance », Manuelle Peloille, « Entrañable maestro de ojo avisor », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, n° 10, 2013. [URL : http://ccec.revues.org./4382].

5  Fernand Braudel, « La Catalogne, plus l'Espagne, de Pierre Vilar », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, v. 23, n. 2, 1968, p. 375-389, p. 378, Pierre Vilar, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, v. 28, n. 1, 1973, p. 165-198, p. 198. Ancien directeur de la Casa de Velázquez de Madrid (École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques), formé à l’École Normale Supérieure en compagnie du premier directeur des Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine, Joseph Pérez écrivait à propos de son confrère: « Il passe pour un hispaniste aux yeux des historiens et pour un historien auprès des hispanistes ; les uns et les autres ont tendance à le considérer comme un amateur ». Et d'affirmer le besoin d'abattre les barrières à l'origine de distinctions jugées arbitraires : « Car il ne faut pas jouer sur les mots : ce qu’on appelle civilisation dans nos disciplines n’est pas autre chose qu’une histoire qui n’ose pas dire son nom », Joseph Pérez, « La formation intellectuelle de Jacques Maurice », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 04 mars 2015, consulté le 22 juillet 2015. URL : http://ccec.revues.org/5386 ; DOI : 10.4000/ccec.5386. Jacques Maurice écrivait du reste: « Au fond, toutes ces hésitations procèdent d’une certaine ambivalence : je me sens plus historien que littéraire, même si je ne regrette pas d’être devenu hispaniste parce que telle était ''l’option'' que j’avais fini par choisir pour entrer à Saint-Cloud ». Et d'ajouter dans la même lettre à son directeur de recherches : « À supposer que je me lance là-dedans, je sais bien que je prendrai ce travail à cœur et que, du point de vue universitaire, il ne sera pas pris en compte puisqu’aussi bien je n’ai pas le label d’historien. En outre, il retardera l’achèvement de ma thèse – qui progresse à tout petits pas – et bien que je ne sois pas ''carriériste'' – j’aurais choisi un autre sujet ! », Jacques Maurice, « Lettre à Noël Salomon du 14 janvier 1976 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2-2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 22 juillet 2015. URL : http://ccec.revues.org/5385 ; DOI : 10.4000/ccec.5385. Par conséquent, il apparaît que c'est in fine l'établissement universitaire de formation (« l'option à Saint Cloud ») au sein de carcans étroitement nationaux qui, pour des raison davantage socio-logiques que logiques, de manière plus ou moins consciente et/ou déshistoricisée, transposent du domaine institutionnel au domaine conceptuel (ou du sociologique au logique, ou de l'externe à l'interne), une frontière répercuté dans le « label », dans l'appellation de la position, ainsi que dans l'aptitude prédisposant aux propositions et prises de positions depuis la position, vis-à-vis des autres comme de l'agencement de leur ensemble. En outre, c'est aussi à des limites étroitement hexagonales que Jean-Louis Guereña renvoyait dans le cadre d'une réflexion récente sur les titres de distinction universitaires en évoquant « les hispanistes français stricto sensu (les agrégés d'espagnol pour simplifier) » et les « historiens (les agrégés d'histoire », Jean-Louis Guereña, « Civilisationnistes ou historiens ? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 05 mars 2016. URL : http://ccec.revues.org/117 ; DOI : 10.4000/ccec.117. Pourtant, Marc Bloch évoquait pour sa part auprès de Lucien Febvre rien moins que « l'odieuse agrégation », Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondances, tome II (1934-1937), Paris, Fayard, 2003, p. 19.

6  Pierre Vilar, « Culture, Nation, Histoire », Revista Internacional de los Estudios Vascos, t. XXVIII, juillet-décembre 1983, p. 253-260, p. 253. Un siècle plus tôt Émile Durkheim écrivait dans le même sens : « L'histoire ne peut être une science que dans la mesure où elle explique, et l'on ne peut expliquer qu'en comparant. […] Or dès qu'elle compare l'histoire devient indistincte de la sociologie », Émile Durkheim, « Préface », L'année sociologique, 1896, p. I-VII, p. II, III. Lucien Febvre, créateur des Annales évoquait l'esprit de spécialité comme « l'esprit de mort dans l'état actuel du travail humain », Lucien Febvre, Combats pour l'histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 104. Quant à l'autre créateur des Annales, Marc Bloch, il exposait : « Aux uns comme aux autres, on demande simplement de se souvenir que les recherches historiques ne souffrent pas d’autarcie. Isolé, aucun d'eux ne comprendra jamais rien qu’à demi, fût-ce à son propre champ d’études ; et la seule histoire véritable, qui ne peut se faire que par entraide, est l’histoire universelle » Marc Bloch, Apologie pour l'histoire ou métier d'historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 15. En outre, Marc Bloch voyait explicitement et dès 1928 dans la méthode comparée rien moins que « l'avenir [...] de notre science (historique) », Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, 1928, n. 46, p. 15-50, p. 15, 16. Signé par Marc Bloch et Lucien Febvre, le premier éditorial des Annales de 1929 exposait du reste l'essence d'un projet scientifique tout entier dirigé de manière concrète, utile, vers le dépassement de l'esprit de spécialité : « Nous sommes, depuis longtemps, frappés des maux qui engendrent un divorce devenu traditionnel. [...] (Ces) cloisonnements, (ces) murs si hauts que, bien souvent, ils bouchent la vue, (empêchant les) spécialisations légitimes cultivant laborieusement leur propre jardin (de) suivre l’œuvre du voisin. [...] C'est contre ces schismes redoutables que nous entendons nous élever. Non pas à coup d'articles de méthodes, de dissertations théoriques. Par l'exemple et par le fait », Marc Bloch, Lucien, Febvre, « À nos lecteurs », Annales d'histoire économique et social, n. 1, 1929, p. 1-2, p. 1, 2. Car enfin, et pour reprendre la définition que Lucien Febvre attribuait à la création scientifique, cette « aptitude à découvrir des corrélations » (Lucien Febvre, Combats pour l'histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 206), comment ces dernières pourraient-elles l'être utilement, si la recherche, en vue de ces découvertes, mutile par avance ses vues via d'arbitraires cloisonnements qui emplissent la vue à mesure qu'ils noircissent les pages et vice versa ? « No me gusta oír cómo la radio (la francesa, hoy, no se priva de ello) repite hasta la saciedad que Braudel es la escuela de los Annales y la nueva historia a un mismo tiempo. No!. La escuela de los Annales es Febvre y Bloch. La nueva historia es muy a menudo la fragnientación por razones de facilidad de esta materia que los fundadores habían proclamado indivisible », écrivait du reste Pierre, Vilar, « Fernand Braudel, algunos recuerdos », El País, 01/12/1985.

7  Alors que, dans le même temps, le même auteur établissait une curieuse polarisation semblant quelque peu opposer arbitrairement « un enfoque interdisciplinario que no cediera a los sortilegios del comparatismo » : Jacques Maurice, « Ortega López, María Teresa, Cobo Romero, Francisco (eds.), La España rural, siglos xix y xx. Aspectos políticos, sociales y culturales, Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 42-2, 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 03 janvier 2013. [URL : http://.mcv.revues.org/4740] ; Montserrat Duch Plana, Ramon Arnabat, Xavier Ferré (eds.), Sociabilitats a la Catalunya contemporània. Temps i espais en conflicte, Barcelone, Publicacions de l'Abadia de Montserrat, 2015 ; Lucien Febvre, L'Europe. Genèse d'une civilisation, Paris, Perrin, 1999, p. 75.

8  Philippe Lavastre, Valladolid et ses élites. Les illusions d'une capitale régionale (1840-1900), Madrid, Casa de Velázquez, 2007, Jorge Luengo, Una sociedad conyugal. Las élites de Valladolid en el espejo de Magdeburgo en el siglo XIX, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2014.

9  Voir toutes ces interventions, dont celles de Marcel Mauss et de Lucien Febvre, de cette semaine internationale de la synthèse organisé au Centre International de Synthèse réunies dans Civilisation. Le mot et l'idée, Paris, La Renaissance du livre, 1930.

1 0 Lucien Febvre, « Petite chronique de la marche arrière », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1953, n. 4, p. 507-511, p. 510, 511.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « Ocio y sociabilidad en un espacio exclusivo. El círculo de recreo de Valladolid (1844-2010) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/6169

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

Doctorant en Histoire et Civilisation à l'Institut Universitaire Européen de Florence / EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org