Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cultura Clandestina, Los intelectuales del PSUC bajo el franquismo

Serge Buj
Référence(s) :

Giaime Pala, Cultura Clandestina, Los intelectuales del PSUC bajo el franquismo, Granada, Comares, 2016, 172 p.

Texte intégral

1Le chercheur et universitaire italien Giaime Pala achève avec cet ouvrage son cycle d’études sur le PSUC (Partit Socialista Unificat de Catalunya) commencé il y a cinq an ans avec un premier ouvrage que nous avons eu l’occasion de présenter, El psuc, l’antifranquisme i la política d’aliances a Catalunya (1956-1977). Ce deuxième et dernier volet reprend ce qui constituait l’un des grands axes de son travail de recherche, le lien qui s’est formé à partir du milieu des années cinquante avec certains cercles intellectuels, un lien faible, voire étrange, qui, peu à peu, selon les termes de l’auteur lui-même s’est converti en une « lune de miel ». Selon les faits, on pourrait dire deux lunes de miel et plusieurs crises, correspondant à deux générations différentes, celle du milieu des années 50 (dans cette génération on trouve en particulier le philosophe Manuel Sacristán, le constitutionnaliste Jordi Solé Tura et le sociologue Salvador Giner) et celle du milieu des années soixante, génération plus imposante par le nombre et la diversité des provenances idéologiques. Cette dernière accompagnera le PSUC jusqu’au début des années 80 (l’économiste Fabián Estapé, le géographe/urbaniste Jordi Borja, l’agronome Alfons Carles Comín, le philosophe Francisco Fernández Buey, parmi beaucoup d’autres).

2La première fracture propre au communisme espagnol, conséquence tardive d’une déstalinisation bâclée, aura, au début des années soixante. Elle a son volet catalan, ses figures de proue, Jordi Solé Tura et Francesc Vicens défendront la même ligne dissidente que Fernando Claudín et Jorge Semprún. La deuxième est beaucoup plus complexe, elle verra se déchaîner des luttes de factions (les militants « historiques », les intellectuels issus du groupe Bandera Roja) sur tous les thèmes qui font un parti : les politiques d’alliances, les programmes économiques et écologiques, les liens avec l’Union Soviétique mais aussi la lutte pour le pouvoir entre générations à l’intérieur du parti.

3L’auteur mène son étude à travers un très riche fond archivistique, rapports et correspondances, ces dernières souvent codées pour des raisons évidentes de sécurité. Avec une grande clairvoyance théorique et politique, Giaime Pala croise ces fonds avec les témoignages et mémoires et une lecture critique des publications culturelles du PSUC, en particulier la revue Horitzons/ Nous Horitzons.

4Les études monographiques sur ce parti ne manquent pas, l’auteur rend un hommage particulier à ses prédecésseurs, parmi lesquels il nous faut souligner les travaux essentiels de Carme Molinero Díaz et de Pere Ysás. L’originalité du travail de Giaime Pala consiste à mettre la lumière sur l’histoire de ce parti à partir du changement de stratégie des communistes d’Espagne avec la politique dite de réconciliation nationale, à la fin des années 50. Au-delà des débats sur le socialisme réel qui traversaient tous les partis communisme de ces années de milieu de siècle, il privilégie deux questions essentielles profondément liées à ce changement : les politiques d’alliances et le rapport à la culture et aux intellectuels.

5L’ouvrage suit une trame chronologique organisée en sept chapitres, qui sont autant de successions d’avancées, de progrès et de crises. Cette note n’a pas pour but d’entrer dans le détail de l’ouvrage dont certains éléments étaient en déjà présents dans quelques articles publiés dans des revues universitaires1. Cette synthèse précise et bien documentée (les sources sont indiquées de manière très explicite), est un instrument à la fois passionnant et utile qui contribue à éclairer l’histoire politique de la Catalogne et de l’Espagne d’un œil plus net, sans se laisser abuser par le moindre a priori ni la moindre idée reçue.

6L’une des grandes qualités de l’ouvrage, outre qu’il démontre la profonde connaissance de l’auteur des mécanismes qui fondent le politique, est d’éclairer le rôle souvent oublié de quelques cadres de second rang, nous pensons ici à Josep Salas et Joan Martorell, par exemple, et fait référence à la collaboration de quelques figures prestigieuses de la recherche universitaire, parmi lesquelles nous relevons les noms de Josep Termes, Josep Fontana, Francesc Vallverdú, Xavier Folch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Cultura Clandestina, Los intelectuales del PSUC bajo el franquismo  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 09 juillet 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/6168

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Professeur émérite, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org