Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guerre d’Espagne et résistance française, histoire croisée

Serge Buj
Référence(s) :

Mario Martín Gijón, La resistencia franco-española (1936-1950), Badajoz, Departamento de Publicaciones de la Diputación de Badajoz, 2014, 552 p.

Texte intégral

  • 1 Jacinto Luís Guereña, Corazón de miedo y de sueños (Antología 1946-2001), Séville, Renacimiento, 43 (...)

Y llegará todo,
Yo os lo digo, convencido, sereno, sano
Suavemente
Jacinto Luís
Guereña, Actual dolor en gozo (1946) 1

  • 2 Vicens Vives, La La crisis del siglo XX (1919-1945) –édition de M.A. Marín Gelabert, Barcelona, Aca (...)
  • 3 Josep Fontana, Por el bien del Imperio, una historia del mundo desde 1945, Barcelona, Pasado & Pres (...)

1L’historiographie espagnole contemporaine a rarement tenté de proposer des ouvrages envisageant une histoire commune de la France et de l’Espagne. Elle a certes produit des ouvrages sur l’histoire européenne et mondiale du XXe siècle (nous pensons ici à Jaume Vicens Vives2 et à la publication monumentale toute récente de Josep Fontana, Por el bien del Imperio, una historia del mundo desde 19453 mais a rarement envisagé le récit de cette communauté de destin qui, dans certaines périodes, a uni l’Espagne et la France. Les ouvrages publiés depuis 1977 traitant de la déportation ou de la participation d’espagnols à la résistance française ont conduit certains historiens à se fixer comme objectif l’histoire partagée de cette période mais ce dernier propos n’était jamais délibéré, ils étaient conduits par l’objet même qu’ils traitaient.

  • 4 Aurélie Denoyer, L’opération Boléro-Paprika : origines et conséquences: Les réfugiés politiques esp (...)

2L’ouvrage de Mario Martín Gijón relève donc autant de l’innovation par sa thématique que d’une réflexion sur la question de la périodisation historique dans un cadre multinational. En effet, fixer les dates choisies correspondent à une certaine vision de la continuité de la lutte antifasciste, du soulèvement militaire de 1936 jusqu’à la fameuse opération de la police française du 7 septembre 1950 dont le nom de code était Boléro-Paprika qui visait 397 étrangers d'obédience communiste (espagnols et d’Europe de l’Est) et conduisit à l'arrestation de 292 individus et à leur assignation à résidence ou à leur expulsion4. Cette opération sera suivie au début de l’année 1951 de l’élévation au rang d’ambassade de la délégation française en Espagne, normalisant ainsi définitivement les relations entre la France et l’Espagne franquiste. Mario Martin Gijón revendique clairement cette communauté historique de façon très claire, presque militante:

  • 5 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), Badajoz, Departamento de Publicaciones de (...)

… la historia de la veintena de refugiados españoles, en su mayoría mujeres y niños, que estaban entre las 642 víctimas de la masacre perpetrada por las SS en Oradour-sur-Glane, o la de quienes murieron combatiendo en la meseta de Glières, en el Vercors o el la liberación de París, es tan nuestra como la de Henri Rol-Tanguy, Joseph Epstein (coronel Gilles) o Pierre Georges (coronel Fabien), combatientes en las Brigadas Internacionales y líderes de la Resistencia contra los nazis.5

3Le ton même de cette revendication montre aussi que l’auteur peut admettre les manques, les failles ou les approximations dans son ouvrage, nous verrons qu’il y n’y en a pratiquement pas.

4Poète, jeune universitaire (36 ans), il apparaît comme appartenant à une sorte de sang nouveau dans la recherche historique, qui ne s’embarrasse pas de catégories, de métiers ni de disciplines pour toucher à tout avec une certaine réussite.

  • 6 Une malencontreuse erreur typographique attribue le chiffre VI au cinquième chapitre dans l’édition (...)
  • 7 Sur la question de l’attitude des intellectuels européens, à titre d’exemples et sans prétention d’ (...)
  • 8 Egalement scénariste puis réalisateur de longs-métrages à contenu sociétal (Nous sommes tous des as (...)
  • 9 L’un des artisans de la politique d’aménagement du territoire,  président de la Compagnie nationale (...)

5L’ouvrage se compose de cinq chapitres6 suivi d’un index onomastique, la bibliographie étant insérée dans les notes dont le nombre est imposant : 1124. Le premier chapitre aborde une série de faits connus et d’autres moins connus. Sont connus les atermoiements politiques qui imbibent la politique française du Front Populaire sur le thème de l’intervention ou de la non-intervention. Sont connues aussi les prises de position françaises favorables à la république espagnole et à un engagement antifasciste résolu. Sont évoquées les actions d’aide matérielle et de propagande des communistes français, mais aussi les actions et déclarations de personnalités intellectuelles de premier plan, toutes idéologies mêlées : Jean Cassou, Jean Guéhenno, André Chamson, André Malraux, les ministres Jean Zay et Pierre Cot et le chef de cabinet de ce dernier, Jean Moulin. Sont aussi évoquées les dissensions entre catholiques, en particulier les critiques subies par François Mauriac, Jacques Maritain et Georges Bernanos que la revue Occident accusait d’avoir choisi le côté du mal trahissant ainsi les idéaux catholiques. Mais le plus intéressant de ce chapitre c’est le compte-rendu détaillé des discours et actions des intellectuels français favorable aux franquistes. Robert Brasillach ou Paul Claudel, sont cités sans surprise, comme jouent un rôle important les cercles liés à l’Action Française de Charles Maurras. Plus intéressante est la position prise par un hispaniste qui fut directeur de la Casa Velázquez, Maurice Legendre qui, dans la revue pro-franquiste Occident minimise la présence italienne aux Baléares. En effet, on n’insiste jamais trop sur les soutiens intellectuels dont bénéficia l’armée rebelle en France, le mérite du livre de Martín Gijón est de nous donner une image plus complète et plus équilibrée des engagements de la droite intellectuelle française qui, dans la plupart des cas, deviendra collaboratrice7. Des figures moins connues sont citées pour leur engagement politique à gauche dans ces années-là comme les jeunes avocats et journalistes André Cayatte8 et Philippe Lamour9.

6Sans vouloir entrer dans le détail, les engagements ont été nombreux, partagés entre le pacifisme né de l’horreur provoquée par la guerre de 14-18, l’engagement antifasciste des milieux de la gauche révolutionnaire, l’engament antiallemand des patriotes nationalistes et la crainte de voir la France, en cas de victoire de Franco, soumise à une nouvelle menace venue du sud d’une part et d’autre part la crainte du bolchévisme qui, une fois arrivé au pouvoir en Espagne, ne manquerait pas de trouver des appuis pour déclencher une insurrection en France (telle est l’obsession de Jacques Bardoux, futur membre du Conseil National de Vichy). L’engagement ne fut pas seulement intellectuel mais également politique et ouvrier, surtout dès l’instant où l’Allemagne comme l’Italie ne respectèrent pas les accords de non-intervention proposés par la France et la Grande-Bretagne signés à la fin du mois d’août 1936 par l’Italie, le Portugal l’URSS et l’Allemagne.

  • 10 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), op. cit., p. 150.

7La période d’entre-deux guerres autrement dit l’année 1939 et les premier six mois de 1940 est marquée par l’autre conséquence de la non-intervention : la forte réticence du gouvernement Daladier à accueillir les dizaines de milliers de réfugiés qui fuyaient les zones de combat et l’occupation de la totalité du territoire espagnol par les troupes franquistes. La droite aborde la question dans le même sens, craignant de voir « l’armée rouge » défaite envahir la France au milieu des réfugiés civils. L’idée générale qui ressort de ce chapitre confirme bien que l’accueil des réfugiés par las autorités fut parcimonieux, brutal et violent en de nombreux cas, en complète contradiction avec l’image que la France tenta et tente encore, de se donner, celle de « patrie des droits de l’homme » ou de « terre d’accueil ». Ces épisodes sont connus, l’enrôlement de force des hommes valides dans les Compagnies de travailleurs étrangers (50 à 60 000), la livraison aux allemands par Serrano Suñer de plus de 7000 de ces derniers qui seront tous déportés à Mauthausen, triste privilège que le leur, dit Martín Gijón, celui d’avoir été les premiers déportés depuis le sol français. Nous est proposée, en quelques pages, un rappel de ce que fut la débâcle et l’exode dans la France défaite de juin 40. Il rappelle que près de douze millions de femmes, enfants, civils et militaires fuyaient l’avancée des troupes allemandes et parmi ceux –ci des réfugiés espagnols. Ces derniers vivaient à nouveau ce qu’ils avaient vécu en fuyant Barcelone ou le Pays basque, sous la mitraille. Ce retour de la barbarie suscitait à la fois effroi et incompréhension, Madrid avait résisté alors que Paris « sucumbre sin lanzar una queja » remarque Luis Ignacio Rodríguez, ambassadeur de la République mexicaine, témoin de ce désastre10 .

  • 11 Catherine Valenti et Jean-Yves Le Naour, Histoire de l'avortement (XIXe-XXe siècle), Paris, Seuil, (...)

8Le chapitre II, que l’on peut considérer comme un chapitre de transition porte un titre extrêmement juste, « La extrañeza de la derrota », cette étrange débâcle nous montre essentiellement les effets du triomphe de la pensée la plus réactionnaire en France. Pour l’essentiel et en fonction des sources consultées (sources le plus souvent secondaires, presse et ouvrages publiés) l’auteur dresse le portrait de la collaboration intellectuelle qui, se pensant triomphante, donne libre-cours à sa haine du juif, du franc-maçon, de l’agnostique et du communiste. Ces épisodes sont bien connus du public français que Martín Gijón rappelle : seul un membre de l’Académie Française sera résistant (François Mauriac), les maîtres, professeurs et fonctionnaires juifs seront exclus de la Fonction Publique ainsi que ceux qui furent soupçonnés de répandre l’athéisme dans les écoles publiques, tout cela avec la bénédiction de l’Eglise et des intellectuels de la droite maurassienne. Le confinement de la femme à l’univers du foyer familial devenait également l’un des thèmes de prédilection du régime, comme l’interdiction du divorce et la répression de l’avortement11. En un sens, l’évocation du titre de l’un des ouvrages qu’Abel Bonnard, ministre de l’Education de Vichy après Jérôme Carcopino, « L’éloge de l’ignorance », reflète bien ce que cette collaboration intellectuelle supposait d’obscurantisme.

9Naturellement, l’intérêt vaut par le fait que la documentation abondante et les références qu’apporte Martín Gijón au public espagnol est un fait exceptionnel. D’autant qu’il les rapproche de façon systématique. Par exemple, il propose un très juste parallèle entre les politiques éducatives de Sainz Rodríguez ou de Ibáñez Martín avec celles de Carcopino et Bonnard. Il met aussi en parallèle les liens étroits que Vichy entretint avec l’Eglise catholique. Sur ces deux terrains, au moins, les politiques des deux Etats étaient proches sinon jumelles.

10D’autre part, il permet d’éclairer le public espagnol sur un fait avéré mais largement ignoré : le régime franquiste a toujours donné asile à de nombreux nazis et à de nombreux collaborateurs français, nous avons cité Abel Bonnard, mort et enterré à Madrid, mais ils sont très nombreux.

11Les historiens de cette époque savent aujourd’hui que tout était plus complexe, plus incertain, plus ambigu aussi. Résister n’allait pas de soi au moment de la capitulation et Pétain conservait un certain prestige, qui ne fera plus effet à partir de l’été 1941, moment de l’entrée en guerre de l’Union Soviétique et des premières déportations massives de juifs de France. Les seules pages du prologue de « La France de Vichy », de Robert O. Paxton en rendent très bien compte.

12Sans conteste, la partie la plus intéressante est celle qui couvre les chapitres III et IV. Le chapitre III traite de la collaboration entre la Résistance française et les anciens soldats de la république espagnole dans leurs actions politico-militaires contre l’occupant allemand et contre le régime de Vichy, le suivant de la Libération et des années qui l’ont suivie, années d’espérances frustrées.

  • 12 Citation reprise page 262 de l’ouvrage de Claude Bourdet, L’aventure incertaine.

13Martin Gijón brosse le tableau de la résistance des premiers mois. Il énumère les petits cercles formés le plus souvent par des intellectuels et enseignants selon des critères d’affinité ou de proximité suscités par le travail (autour de personnalités aux origines politiques diverses comme Christian Pineau, Jean Cassou ou Pierre-Henri Teitgen…). Ils ont un double trait commun : une certaine spontanéité désordonnée et l’objectif de manifester leur désaccord avec Vichy par l’écrit, le tract, le journal, la feuille volante. Ce mouvement n’est pas spécifiquement parisien, il se développe de Brest à Annecy, au début dans des conditions assez différentes selon les zones définies par l’occupant. L’auteur cite Claude Bourdet qui dans son récit autobiographique dit que l’intérêt de ces publications était moins leur contenu que leur existence : « La Résistance a pu se développer grâce à ces petits journaux clandestins.»12 Les noms de ces groupes comme les noms de ces publications clandestines articuleront le lexique spécifique de ce mouvement lorsque la nécessité de l’unifier deviendra impérieuse : Résistance, Libre France, Libération, Liberté, La vérité française, Défense de la France, Combat, Franc-tireur.

  • 13 L’ouvrage de D.W. Pike (Jours de gloire, jours de honte, paris, SEDES, 1984) a été considéré comme (...)
  • 14 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), op. cit., p. 276.

14La participation des espagnols exilés aux mouvements de résistance sera d’ordre individuel au début ou le fait de petits groupes isolés. La profonde désorganisation et dispersion des partis et des syndicats antifranquistes ne permettait pas que des décisions collectives claires soient prises. Le manque de clairvoyance de certaines organisations (la CNT) et leur trouble, en particulier celui des communistes après la signature du Pacte germano-soviétique, les conduisirent à choisir en un premier temps la ligne pacifiste. Parmi les cas isolés, citons celui de Francisco Ponzán Vidal, militant de la CNT qui, contre l’avis de Germinal Esgleas, s’engagera dans le réseau O’Leary. Martín Gijón reprend également l’idée déjà avancée par David W. Pike13 que les communistes espagnols s’engagèrent dans la Résistance sur le sol français avant les communistes français, en citant la mise en place d’un embryon d’organisation dans le camp d’Argelès en octobre 1940  et la publication à la même époque à Toulouse d’une feuille des JSU (jeunesses communistes), España día, qui appelait à l’unité et à la lutte armée14.

15Cependant, il met en avant le fait incontesté que le passage de la propagande antiallemande à la condamnation du vichysme puis le passage à la guerre de guérilla (constitution de zones de maquis, acquisitions d’armement, assassinats ciblés, harcèlement des troupes d’occupation) s’accélèrera avec l’entrée des communistes dans la résistance avec la création du Front National et d’un point de vue symbolique après la bataille de Stalingrad.

  • 15 Martín Gijón fait référence à l’ouvrage que lui a consacré Manuel Martorell, Jesús Monzón, el líder (...)

16La part donnée à la résistance écrite est conséquente. En nous proposant un véritable historique des créations, fusions, disparitions de feuilles résistantes, souvent nées de l’initiative de quelques-uns, mais devenues à partir des derniers mois de 1943 de véritables journaux à grand tirage (ils peuvent atteindre quelques dizaines de milliers), l’auteur nous montre comment leur transformation suit de près le renforcement continu des noyaux résistants et leur processus politique de fusion et de recomposition. Il ne manque pas d’évoquer également le coût humain très élevé de cette activité de propagande : arrestations, tortures déportation et exécutions. Les premières victimes sont les imprimeurs et les membres des réseaux qui hébergent les machines à imprimer. Les réfugiés ou exilés espagnols ne sont pas en reste. Ils contribuent aussi à l’esprit de résistance par l’écrit en créant quelques-uns des journaux clandestins les plus prestigieux, avec pour ces dernières une mention spéciale accordée à l’œuvre de Jesús Monzón15 et aux communistes espagnols du sud ouest et de la région parisienne, et la création de Reconquista española.

17Il fait aussi la part belle à la résistance littéraire et poétique, épisodes assez bien connus aujourd’hui, celle de la revue Fontaine de Max-Pol Fouchet, et de l’activité inlassable de Jean Paulhan, Jean Cassou, Pierre Seghers, Vercors et tant d’autres dont la liste serait longue dans l’édition et la diffusion d’une littérature de combat. Sont évoquées les figures des poètes assassinés Max Jacob, Robert Desnos, mais aussi celles des philosophes Georges Politzer, Jacques Salomon, Jacques Decour et Jean Cavaillès, Maurice Halbwachs ou de l’historien Marc Bloch qui ont tous payé de leur vie leur engagement résistant.

  • 16 Olivier Todd : « Malraux n'a jamais sauvé Madrid avec sa dizaine d'avions ! Et si la guerre d'Espag (...)

18Bien évidemment le cas d’André Malraux et son entrée tardive en résistance est évoqué. Ce colonel de fantaisie (il s’était attribué le pseudo ronflant de « colonel Berger ») essuya quelques refus des maquis de Corrèze et du Lot. Les responsables de ces derniers, Robert Noireau et André Odru, tous deux communistes mais assurant le commandement unifié des FFI dans ces deux départements, refusèrent net « l’offre grotesque » dit André Odru, de se placer sous son commandement. Arrêté en Dordogne fin juillet 1944, libéré de la prison Saint-Michel de Toulouse trois semaines plus tard, il formera la Brigade Alsace-Lorraine qui participera à la libération de Strasbourg et intègrera l’armée régulière en mars 1945. Martín Gijón n’apporte rien de nouveau au traitement de cette figure : tous les historiens y compris le biographe d’André Malraux, Emmanuel Todd, s’accordent pour le considérer comme un résistant de pacotille, portant l’uniforme pour la parade et qui n’a vu dans les derniers mois de la Libération que l’occasion de briller. Martín Gijón avance cependant que son intégration ratée dans les maquis du sud-ouest fera naître chez lui un ressentiment violent contre les communistes. On sait également de quelle façon la participation de Malraux à la guerre d’Espagne a toujours été considérée avec grande circonspection par les historiens16.

  • 17 Les premiers gestes de résistance armée seront ceux du futur Colonel Fabien et de Pierre Rebière qu (...)
  • 18 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), p. 289.
  • 19 Idem, p. 373.
  • 20 Ibid., p. 274/275.

19Lorsqu’on atteint le chapitre IV de cet imposant ouvrage on se demande où sont passés les Espagnols engagés dans la résistance française. Mis à part l’évocation de l’action du communiste Jesús Monzón, la création du le journal clandestin Reconquista et les noms de quelques figures comme par exemple les quatre gardes du corps d’André Chamson dans son maquis FTP du Lot, à ce stade le livre reste assez discret sur cette question. De même qu’il est encore peu disert sur les actions militaires des groupes de résistants qui se sont formés. Il est vrai que les actions militaires n’ont réellement commencé, sauf cas isolés17, qu’en 1943. Après un prologue consacré à quelques généralités sur la libération de Paris et de Toulouse, en revenant sur des épisodes connus, il entre dans le vif du sujet page 378, consacrant 70 pages à la présence de combattants espagnols dans la résistance française. Pourquoi aussi peu de place, puisque ces pages représentent 1/8e de l’ouvrage ? La réponse peut se lire en filigrane, tout au long de l’ouvrage, quand l’auteur reprend à plusieurs reprises l’idée que la présence de combattants étrangers dans ses rangs avait toujours été sous-évaluée ou ignorée par le récit officiel de la résistance depuis le début. Par exemple, page 289, en évoquant un personnage clé de la résistance communiste, Charles Tillon, Martín Gijón nous dit qu’il avait choisi dès 1941 une rhétorique ultra-nationaliste, «  a pesar de la importante presencia de extranjeros en sus filas ».18 De façon plus explicite encore, il évoque au moment de la libération de Marseille, le préfet Picoche qui se plaignait auprès de Raymond Aubrac, alors Commissaire de la République, qu’il y ait eu autant d’étrangers dans les rangs des FFI : « Pour un Français, il est humiliant d’être arrêté et contrôlé par un espagnol ou un italien parlant à peine français. ».19 Ce reproche apparaît page 274 quand i évoque l’action de Francisco Ponzán Vidal, anarchiste en rupture de la CNT, qui constitua dès 1940 un groupe de passeurs dans la région de Toulouse, fut arrêté sur dénonciation et fusillé avec une cinquantaine d’autres personnes en aout 1944. Il reprend à son compte ce qu’écrit celui qui fut son chef de réseau, Robert Terres, qui reprochait à son pays d’avoir ignoré et abandonné ces Espagnols qui avaient sacrifié leur vie et leur liberté pour lui20. De même, le témoignage de Pierre Taittinger, négociant en vins de Champagne, pétainiste et collaborateur, vient corroborer cette xénophobie latente ou déclarée dans la collaboration française ou dans les rangs de la résistance quand il écrit dans ses mémoires que les gardiens des collaborateurs emprisonnés à Drancy après la Libération étaient des « espagnols des Brigades Internationales ». Il était bien commode d’attribuer tous les excès et toutes les violences de la Libération aux étrangers et spécifiquement aux espagnols « rouges », « dénués de tout sens moral », « rompus à l’exercice  de la cruauté », « sadiques », aux coutumes « spéciales », comme l’affirme l’abbé Desgranges, député du Morbihan qui vota les pleins pouvoirs à Pétain. Cette xénophobie racialiste de ces maréchalistes de plume est naturellement très différente de la tentative d’occulter cette présence étrangère dans les rangs de la Résistance par les résistants eux-mêmes. Pour ces derniers, il s’agissait de mettre en avant, et ce que nous disons vaut autant pour les gaullistes que pour les communistes, le caractère de libération nationale de ce mouvement, il ne s’agissait pas de diaboliser « l’espagnol rouge » mais plutôt de l’estomper discrètement derrière le drapeau bleu-blanc-rouge de la résistance nationale.

20Si la résistance intellectuelle, par la propagande, fut l’apanage des groupes er réseaux français, Martín Gijón indique que les premières tentatives de résistance armée furent le fait de la MOI (Main d’œuvre immigrée) organisation que le PCF avait créé dès les années vingt pour organiser les communistes étrangers par groupes de langue. Au cœur du recrutement de brigadistes, elle permit l’organisation de brigades armées qui dès 1942 engagèrent des actions terroristes contre les occupants dans les grandes zones urbaines. Se distinguent les figures d’Albert Manuel, Conrado Miret et Celestino Alfonso, l’un des fusillés du groupe Manouchian. Dans les maquis du sud, les groupes armés étaient composés de combattants étrangers –souvent d’anciens brigadistes- avec une proportion importante d’espagnols, en Dordogne, en Lozère, dans l’Isère, à Toulouse, dans l’Aveyron minier (Decazeville), dans le bas-Limousin (le maquis de Georges Guingouin compte 300 espagnols) et dans le Gard. Tous ces groupes ont comme point commun de compter deux sortes de combattants espagnols : ceux qui étaient nés en Espagne, avaient combattu dans les milices et dans l’armée de la République puis étaient passés par les camps d’Argelès, de Gurs ou de Septfons et les enfants d’Espagnols installés en France depuis les années 1910/1920. Ces derniers étaient parfaitement bilingues, ils avaient assez souvent servi comme volontaires dans l’armée régulière de la République espagnole (tel était le cas de Celestino Alfonso), ils avaient donc l’expérience des armes et la capacité de faire le lien avec les commandements français du maquis. Cette présence se manifeste en Corrèze, dans le Limousin, en Haute-Savoie (la fameuse « Sección Ebro » du maquis des Glières ou celle des 72 espagnols morts en combattant dans le Vercors), au Mont-Mouchet en Margeride. A côté de ces grands maquis existaient des dizaines de groupes d’activistes plus mobiles, en Bretagne, dans le Bordelais et l’Agenais (82 espagnols participeront à l’insurrection des prisonniers politiques de la Centrale d’Eysses, deux d’entre eux seront fusillés, un troisième abattu par un SS, les autres seront déportés à Dachau), le Lyonnais, le Jura, les Cévennes gardoises et ardéchoises (le chef d’Etat-major de la 3e division de guérilleros du Gard était Cristino Garcia qui sera fusillé par les franquistes en 1945). Le chiffre avancé des Espagnols engagés dans la résistance française est considérable : 14 000 nous dit Martín Gijón. Ils étaient majoritairement liés soit au communisme soit à l’anarchisme. Il faut noter que les anarchistes étaient aussi massivement entrés en résistance après les hésitations du début. Ils avaient essentiellement rejoint les groupes FFI composés majoritairement de français pour ne pas se retrouver avec les communistes de la UNE, par crainte de représailles. De nombreuses villes et villages seront libérés par des détachements FFI-FTP composés majoritairement ou en totalité de combattants espagnols.

  • 21 Il est longuement fait mention aux deux publications de soutien, publiées respectivement à Toulouse (...)

21L’été et l’automne 1944 verront s’écrouler les espérances de libération de l’Espagne. Les alliés, d’un point de vue tactique ne considéraient pas de leur intérêt de permettre aux guérilleros espagnols et à leurs soutiens21 de passer la frontière et d’ouvrir un second front. Aussi s’empressèrent-ils d’accélérer les démarches de normalisation des relations du gouvernement de la France libre et de l’Etat franquiste, de désarmer les maquis. L’épisode du Val d’Aran vient corroborer l’impuissance des maquisards espagnols à s’engager seuls dans une telle aventure.

  • 22 En collaboration avec Claude Le Bigot, Jean-Louis Guereña, son fils, a publié en 2013 une anthologi (...)
  • 23 1. Sur les bords des fleuves de Babylone, Nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de (...)

22Les années qui suivent sont des années de renoncements, de divisions et d’un relatif repliement mais toujours d’une espérance secrète. Elles sont marquées par un renouveau culturel, en particulier des langues proscrites au-delà des Pyrénées, le catalan et l’euskera. Il est difficile de choisir dans la profusion des textes édités, aussi nous retiendrons ce que Martín Gijón appelle « un cas unique », la revue Méduse, revue littéraire bilingue franco-espagnole éditée par Jacinto-Luis Guereña22, dont le comité de rédaction était composé exclusivement de Français parmi lesquels apparaît le nom d’Henri Agel, qui, deux décennies plus tard, ouvrira le tout premier enseignement de cinéma à l’Université de Montpellier. Le lien linguistique et culturel, alors que le sol espagnol se dérobe aux exilés, reste le lien avec le pays perdu, leurs petites patries intérieures. Les textes publiés rappellent ce qu’exprime le psaume 137 de l’Ancien Testament23.

23Le temps des désillusions ne fut pas seulement un temps espagnol, mais aussi français. Les belles espérances fraternelles nées de la Résistance s’évanouissent avec le retour à l’ordre. La dissolution des FFI, le retour des militaires de rang, la menace de conflit ouvert entre le Gouvernement provisoire et le CNR, entre les forces de l’Etat (GMR) et les forces de la résistance armée, entre les forces politiques souhaitant une restauration de la République, sous des forme peu différentes à celles d’avant 1940, et les forces qui souhaitaient poursuivre un combat révolutionnaire. En quelque sorte, une sourde menace de guerre civile plane sur cette époque. Parallèlement à cette menace, se forment, à l’échelle internationale, les prémices de la guerre froide qui modifie les antagonismes et désigne comme ennemi principal l’allié d’hier, l’Union Soviétique. La sortie des communistes du gouvernement en 1947 scelle cette nouvelle perspective : « l’esprit de la Résistance» était mort. Même les figures les plus prestigieuses de la Résistance sont marginalisées au profit de figures plus ambigües. Les divisions prennent le même tour dans les cercles espagnols, les rivalités entre la UNE et le MLN, celles qui opposent socialistes, communistes et anarchistes, se soldant quelquefois par des règlements de compte violents. L’isolement provoqué par la guerre froide et le stalinisme fractureront les liens entre les partis communistes et une bonne partie de leurs cadres issus de la Résistance. Ce sera l’époque des accusations de titisme qui pleuvront sur de nombreux communistes. Des militants et activistes, Monzón et Tillon, des intellectuels, Max Aub et Jean Cassou en feront les frais. La fin de l’espoir de voir l’Espagne être libérée au même titre que tous les pays de l’Europe continentale s’était évaporée et plus aucun soutien ne pouvait être attendu de la France officielle. L’opération Bolero-Paprika lancée par le Président du Conseil René Pleven en septembre 1950 consacre la fin de toute espérance. Ce vaste coup de filet policier, soutenu par la SFIO qui compte de nombreux ministres, ouvre une longue période de clandestinité pour les milliers d’espagnols exilés.

24L’ouvrage de Mario Martín Gijón, ouvrage extrêmement complet et dense, constitue un excellent indicateur à la fois de l’intérêt des jeunes générations de chercheurs espagnols pour cette période, mais aussi de la méconnaissance générale en Espagne de ce que furent ces années de lutte pour la liberté en Europe. Des dizaines de milliers d’espagnols et pas seulement ceux de La Nueve, luttèrent, selon l’endroit où ils se trouvaient, pour libérer l’Europe, aussi bien dans les rangs des Forces Françaises libres que dans ceux de l’armée soviétique, aussi bien dans l’action de réseau que dans les maquis. Ils furent des dizaines de milliers à s’engager parce que cette lutte était la leur et parce que leur objectif final c’était de la terminer en Espagne. Ils en furent empêchés et leur action fut longtemps minorée pour des raisons d’opportunité politique. La dette de la France à leur égard n’est pas encore soldée.

Haut de page

Notes

1 Jacinto Luís Guereña, Corazón de miedo y de sueños (Antología 1946-2001), Séville, Renacimiento, 436 p.

2 Vicens Vives, La La crisis del siglo XX (1919-1945) –édition de M.A. Marín Gelabert, Barcelona, Acantilado, 2013, 379 p.

3 Josep Fontana, Por el bien del Imperio, una historia del mundo desde 1945, Barcelona, Pasado & Presente, 2011, 1022 p.

4 Aurélie Denoyer, L’opération Boléro-Paprika : origines et conséquences: Les réfugiés politiques espagnols : de l’expulsion à leur installation en RDA, Résonances françaises de la guerre d’Espagne, Nérac, éditions d’Albret, p.295-312, 2011. Consultable sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00778032/document

5 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), Badajoz, Departamento de Publicaciones de la diputación de Badajoz, 2014, p. 12.

6 Une malencontreuse erreur typographique attribue le chiffre VI au cinquième chapitre dans l’édition consultée.

7 Sur la question de l’attitude des intellectuels européens, à titre d’exemples et sans prétention d’exhaustivité, on lira avec profit une série d’articles publiés par le Monde Diplomatique  à l’occasion des anniversaires du déclenchement de la guerre: le dossier préparé par Ignacio Ramonet publié en février 1996 Il y a soixante ans, l’aube de la guerre d’Espagne, l’article de René Bayssière, Quand les intellectuels s’enflammaient pour une cause... , publié en juillet 1986 à l’occasion du cinquantième anniversaire et celui d’Emilio Sanz de Soto, Les intellectuels et la guerre d’Espagne, avril 1997,

https://www.monde-diplomatique.fr/1997/04/SANZ_DE_SOTO/4705).

Enfin, dans le n° 11 des Cahiers de Civilisation espagnole contemporaine, l’article d’Allison Taillot publié en 2013, « Les intellectuelles européennes et la Guerre d’Espagne : de l’engagement personnel à la défense de la République espagnole, http://ccec.revues.org/4760. On pourra également se référer à l’admirable (et indépassable) ouvrage du très regretté Jean Michel Palmier, Weimar en exil, Paris, Payot, 1988, 1007 p., et plus particulièrement à son chapitre III.

8 Egalement scénariste puis réalisateur de longs-métrages à contenu sociétal (Nous sommes tous des assassins, 1952, Les risques du métier, 1967, Mourir d’aimer, 1971).

9 L’un des artisans de la politique d’aménagement du territoire,  président de la Compagnie nationale d'aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc et, à ce titre, promoteur du canal du même nom.

10 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), op. cit., p. 150.

11 Catherine Valenti et Jean-Yves Le Naour, Histoire de l'avortement (XIXe-XXe siècle), Paris, Seuil, 2003.

12 Citation reprise page 262 de l’ouvrage de Claude Bourdet, L’aventure incertaine.

13 L’ouvrage de D.W. Pike (Jours de gloire, jours de honte, paris, SEDES, 1984) a été considéré comme peu fiable par certains historiens spécialistes de l’histoire du PCE. Nous pouvons citer Enrique Líster López, qui le considère comme un « procès d'intention monté de toutes pièces » sur la base de sources policières et de témoignages inconsistants, afin d’étayer le présupposé que le PCE en France durant les années de l’après-guerre constituait une nouvelle « cinquième colonne » au service de la puissance étrangère ennemie de ce contexte de guerre froide, l’URSS (L'interdiction du parti communiste espagnol en France en septembre 1950, otrarepublica.free.fr).

14 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), op. cit., p. 276.

15 Martín Gijón fait référence à l’ouvrage que lui a consacré Manuel Martorell, Jesús Monzón, el líder comunista olvidado por la historia (Pampelune, Pamiela, 2000, 284 p.) Ce fils de grand bourgeois, qui était passé au communisme “avec armes et bagages” sera victime de l’ostracisme de son propre parti, selon la conception étroite du centralisme démocratique qui régnait dans les partis stalinisés des années quarante.

16 Olivier Todd : « Malraux n'a jamais sauvé Madrid avec sa dizaine d'avions ! Et si la guerre d'Espagne a duré presque quatre ans, il ne l'a faite que sept mois… », http://www.gallimard.fr/catalog/Entretiens/01034395.htm

17 Les premiers gestes de résistance armée seront ceux du futur Colonel Fabien et de Pierre Rebière qui, le premier en août, le second en octobre 1941, commirent les premières exécutions d’officiers allemands. Tous deux étaient des anciens volontaires des Brigades Internationales.

18 Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), p. 289.

19 Idem, p. 373.

20 Ibid., p. 274/275.

21 Il est longuement fait mention aux deux publications de soutien, publiées respectivement à Toulouse et Rodez, Le Patriote du Sud-Ouest et l’Union, défendant l’idée qu’il fallait aider les guérilleros espagnols qui avaient tant donné pour la France, à reconquérir leur patrie. Comme le fait remarquer Martín Gijón, on retrouvait dans les rédacteurs des deux publications « l’inévitable » et infatigable Jean Cassou, l’hispaniste Pierre Darmangeat, la sœur de Jean Cassou, Louise Mamiac et son mari, le journaliste André Wurmser. Mario Martín Gijón, La resistencia española (1936-1950), op. cit., p. 432 et sq.

22 En collaboration avec Claude Le Bigot, Jean-Louis Guereña, son fils, a publié en 2013 une anthologie de ses poèmes : Corazón de miedo y de sueños (Antología 1946-2001), Séville, Renacimiento, 436 p. Jean-Louis Guereña évoque la création de cette revue éphémère (il n’en sera publié que quatre numéros). Outre de multiples collaborations à de nombreuses publications républicaines, il assurera une chronique littéraire dans l’Union, des articles pour l’Espagne Républicaine, en collaboration avec d’autres intellectuels espagnols ou français hispanophiles dont Jean Cassou.

23 1. Sur les bords des fleuves de Babylone, Nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion.

2. Aux saules de la contrée Nous avions suspendu nos harpes.

3. Là, nos vainqueurs nous demandaient des chants, Et nos oppresseurs de la joie: Chantez-nous quelques-uns des cantiques de Sion!

4. Comment chanterions-nous les cantiques de l'Eternel Sur une terre étrangère? 5. Si je t'oublie, Jérusalem, Que ma droite m'oublie!

6. Que ma langue s'attache à mon palais, Si je ne me souviens de toi, Si je ne fais de Jérusalem Le principal sujet de ma joie!

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Guerre d’Espagne et résistance française, histoire croisée », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/6165

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Professeur émérite, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org