Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Migraciones e identidades en la España plural. Estudios sobre los procesos migratorios

Alicia Fernandez Garcia
Référence(s) :

Marie-Claude Chaput, Géraldine Galeote, María Llombart Huesca, Mercè Pujol Berché, Bruno Tur (dir.), Migraciones e identidades en la España plural. Estudios sobre los procesos migratorios, Madrid, Biblioteca Nueva, 2015, 285 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une étude exhaustive des mouvements migratoires en Espagne et de leurs conséquences sur le processus de transformation de la société espagnole. Un angle d’approche nuancé par la réflexion sur l’impact de ces migrations, tantôt les conséquences d’une crise économique, tantôt le résultat d’exils politiques, sur l’identité espagnole. À travers cet ouvrage, le lecteur entre dans l’histoire sociale des Espagnols, de ceux qui ont dû émigrer pour des motifs économiques, idéologiques ou pour rejoindre une famille déjà partie. Ce livre montre bien comment, depuis la transition démocratique en 1975, l’Espagne a connu une grande transformation sociale en matière migratoire. Un pays qui, entre 1880 et 1930, avait déjà assisté à la fuite de trois millions de ressortissants vers le continent américain (Argentine, Mexique, Brésil, Vénézuela et Cuba) à la recherche de nouvelles opportunités. Une tendance qui s’est renforcée avec l’exil de nombreux républicain(e)s espagnol(e)s pendant les années de la guerre civile et à l’issue de la victoire des troupes nationales (1936-1939) sur les forces républicaines. Contrairement à la croissance et aux besoins de main d’œuvre que certains pays européens lors des Trente Glorieuses, les pénuries des années de dictature franquiste déclenchèrent une nouvelle vague migratoire entre 1950 et 1970. Plus d’un million d’Espagnols, sans compter ceux qui quittèrent le pays clandestinement comme le firent jadis leurs camarades républicains, prirent le cap de la Suisse, de la France, de l’Allemagne et des Pays-Bas notamment. Toutefois, en 1975, cette tendance s’inversa : la fin de la dictature supposa un appel au retour pour les exilés espagnols et pour la première fois depuis 1880, l’émigration diminua drastiquement.

2Depuis cette date, l’Espagne est devenue un pays d’accueil, récepteur de plus de six millions d’étrangers venus de partout dans le monde, un grand défi pour une société contrainte durant le franquiste de se construire et de s’identifier contre l’Autre, à savoir, l’étranger. En effet, tandis que les pays démocratiques européens connaissaient déjà la diversité et la pluralité sociale, culturelle et linguistique, l’Espagne de Franco établissait une ligne tranchante entre cette Espagne conçue comme la « nation authentique » et les autres nations, considérées comme non authentiques. La rapidité de cette transition vers une société pluriculturelle constitue sans doute un phénomène particulier en Espagne tel que le met en exergue Pilar Martinéz Vasseur dans son chapitre « Cinéma et migrations. Histoires de voyageurs sans nom ». Les auteurs de cet ouvrage sont de même sensibles à la nouvelle vague migratoire qui secoue le pays depuis la crise de 2008, une crise qui n’est pas seulement économique mais aussi sociale. Une conséquence majeure de l’impact de cette crise en matière migratoire est la diminution de la population de 310.000 personnes depuis l’année 2012 en raison certes, d’un ralentissement de la natalité, mais surtout d’une forte augmentation de l’émigration. Pour la seule année 2013, près de 555.000 latino-américains quittèrent l’Espagne pour rentrer dans leur pays d’origine. De plus, une partie de cette nouvelle émigration espagnole touche les jeunes diplômés au chômage qui ont repris, comme le firent jadis leur aïeux, les routes de l’Europe en direction de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni principalement. Les auteurs évoquent cette « nouvelle émigration espagnole » qui est le sujet d’étude de l’introduction proposée par Javier de Lucas « ¿Quelles politiques d’immigration en temps de crises ? Trois conditions et dix propositions ». Il dresse un bilan sur les types de politiques migratoires à appliquer dans un contexte de crise économique mais aussi sociopolitiques en prêtant un intérêt particulier à l’immigration sur les côtes de Ceuta et Melilla, enclaves espagnoles africaines et portes d’entrée européennes. S’il dénonce le déficit chronique de politiques publiques en matière d’immigration, il propose en même temps un antidote : « profiter » de cette crise pour créer une politique migratoire digne de ce nom. Pour y parvenir, il part de trois principes fondamentaux : l’égalité des droits, la perception de l’immigration comme un socle d’opportunités et l’inclusion de la dimension du genre.

3Les conséquences de ces migrations sur le sol espagnol sont traitées dans la première partie de l’ouvrage. Sous le titre « Exil, émigration et État », les différents auteurs s’intéressent à l’exil espagnol en France et au rôle joué par ces Espagnols dits « de l’étranger » dans la politique intérieure de l’Espagne. Evelyne Ribert dans son travail sur « La patrimonialisation des migrations espagnoles en France au sein de la FACEEF (Fédération des associations et centres d’Espagnols émigrés en France) », présente les stratégies utilisées par les associations et notamment par la FACEEF, dans la construction d’une mémoire collective. Elle avance que si l’intérêt de cette association pour la mémoire répond à une conjonction de facteurs nationaux (l’intérêt pour l’histoire des migrations apparu en France, la création du projet Cité nationale de l’histoire de l’immigration, le vieillissement des émigrés espagnols en France), il est avant tout la conséquence de l’engagement de certaines de ses personnalités fortement politisées. Il s’agit notamment des exilés antifranquistes dont la plus grande réussite fut l’élaboration d’un discours composite basé sur la mémoire des exils politiques et économiques de ces Espagnols arrivés durant les années 1950-1960. La gestion migratoire de ces Espagnols de l’étranger constitue la thématique par excellence du travail de María José Fernández Vicente : « La politique migratoire espagnole durant la Transition, 1975-1982 ». Selon elle, les politiques migratoires entamées durant les années de la transition démocratique se sont articulées autour de la notion clé de la dette : dette morale de l’Espagne envers les Espagnols exilés, mais aussi dette politique, dans la mesure où le retour de ces exilés est perçu comme le germe de la jeune démocratie espagnole. Malgré le capital symbolique des déclarations d’intention et la mise en place d’un article (article 42) dans la Constitution à l’égard de ces « travailleurs espagnols de l’étranger », la réalité politique fut bien plus amère. Ce ne fut qu’en 1987 que ces immigrants espagnols se virent octroyés une plus grande participation dans l’élaboration des politiques migratoires et de retour. De même, dans l’actualité, la participation électorale des Espagnols qui résident à l’étranger fait toujours l’objet d’intérêts et de pratiques électoralistes. Des obstacles bureaucratiques nombreux qui, selon l’auteur, ont fait émerger un sentiment de manipulation et d’injustice au sein de la communauté espagnole, qui est sans doute à l’origine de l’apathie électorale de ces immigrés espagnols.

4Sous un angle d’attaque plus local, Géraldine Galeote présente dans « La participation des Espagnols résidents à l’étranger dans la vie politique de l’Espagne des autonomies », le rôle joué par ces Espagnols de l’étranger dans la politique de chaque autonomie. Une preuve de leur dynamisme a sans doute été la signature du Manifeste du 6 janvier 2011 en faveur de la défense des droits constitutionnels des Espagnols habitant l’étranger. L’auteur étudie en détails les modalités de leur participation politique par le biais aussi bien du suffrage, dont le résultat peut avoir un impact décisif sur la vie politique locale et/ou espagnole, que des organes institutionnels créés au sein de chaque autonomie. Dans « De l’oubli à l’hommage. Exilés politiques et immigrants économiques dans les lois de la mémoire (2005-2007) », Bruno Tur analyse l’impact des lois mémorielles approuvées en Espagne entre 2005 et 2007 pour ces Espagnols de l’étranger. Parmi ce dispositif mémoriel, l’auteur met en avant le « statut de la citoyenneté espagnole à l’étranger » qui mettait fin à des années d’oubli et de silence. Toutefois, si une certaine reconnaissance fut rendue à tous ces hommes et ces femmes qui quittèrent l’Espagne pendant les années de guerre civile et de dictature, cette loi déboucha en fait sur des avancées juridiques assez limitées, par exemple en matière d’accès et de récupération de la nationalité, ce qui montra ses difficultés à « dépasser le caractère de loi d’hommage ».

5La deuxième partie de l’ouvrage consacrée à la thématique « Exils, migrations et autonomies » vise à préciser les conséquences du phénomène migratoire sur les personnes par le biais de trois cas d’étude : l’Andalousie, le Pays basque et la Catalogne. Marie-Claude Chaput dans le chapitre « Émigration, immigration et identité andalouse » s’appuie sur une analyse d’articles de presse parus dans deux journaux nationaux, El País et ABC, entre 1975 et 2008. Des textes qui véhiculent l’impact suscité par la vague de violence raciste qui frappa en 2000 la localité d’El Ejido (Alméria). La mobilisation déclenchée face à de tels événements et la criminalisation dont furent cibles les étrangers habitant El Ejido débouchèrent sur une révision de la Loi pour les étrangers et sur un débat tendu qui éclaboussa la sphère de l’identité andalouse. Une identité qui depuis les années 1970-1980, s’est construite autour de la figure du jornalero, du journalier. Ces événements chargés d’une haine bouleversante firent s’ouvrir à nouveau la plaie de l’immigration dans cette région du sud de l’Espagne qui, depuis les dernières décennies du xixe, le début du xxe siècle et durant toute la dictature franquiste, a toujours été une terre d’exil. Le besoin d’une régénération sociale face au problème migratoire s’imposa aussi bien dans l’agenda politique, par le bais d’une proposition de loi contre la discrimination au travail, que dans la presse, à travers la récupération du mythe d’Al-Andalus, modèle de cohabitation socioculturelle. Julio Pérez Serrano, dans son étude sur « Migrations, identité culturelle et citoyenneté dans la construction de la communauté autonome d’Andalousie (1981-2014) », réalise un parcours sur l’histoire de l’immigration dans cette région. Il montre comment les politiques migratoires appliquées cherchent à intégrer les étrangers aussi bien ceux habitant la région que les andalous résidant à l’étranger. Cette universalité octroyée au phénomène migratoire vise à consolider, dans l’imaginaire collectif régional, une communauté politique différenciée et universelle, qui trouve dans l’immigration un symbole identitaire fédérateur. Une autre grande réussite de l’action de la communauté autonome a été celle de briser le mythe du folklorisme et de l’asistencialismo, ou « assistanat », lié à l’être andalou, en les remplaçant par la reconnaissance juridique et l’égalité des droits de tous les Andalous.

6Dans l’article « ¿Símbolo u obstáculo ? El gobierno vasco del exilio y la lucha por la autonomía (1936-1980) », Ludger Med s’intéresse au Pays Basque et notamment au rôle joué par le gouvernement basque en exil en France, dans la sauvegarde de l’autonomie régionale. Il montre le rôle très limité joué par celui-ci, en dépit de son important capital symbolique, dans la lutte pour la récupération de l’autonomie de l’Euskadi. L’auteur montre comment ce capital symbolique nationaliste, incarné jadis par le gouvernement basque en exil, a été récupéré par les nationalistes du PNV (parti nationaliste basque) pour arriver au pouvoir. La Catalogne, considérée au même titre que le Pays Basque ou la Galice comme une nationalité historique, constitue le sujet privilégié de Maria Llombart Huesca. Son article « El exilio republicano en la Cataluña autónoma y la España monárquica », se veut un hommage à l’exil des Catalans et une étude de son legs dans cette région de l’Espagne. Un exil dont la représentation iconographique est celle de la résistance et de l’idée d’autogouvernement. À ce propos, l’image de Josep Tarradellas représente bien selon elle ce double visage de l’exil en Catalogne, car s’il incarne la défense de l’autonomie chez les nationalistes, il incarne, pour les démocrates espagnols, le rapprochement de la Catalogne à l’Espagne et par conséquent, à l’unité nationale. Et si, dans le reste de l’Espagne, le rétablissement de la monarchie parlementaire a contribué à la disparition de ces référents républicains et de ceux liés à l’exil, en Catalogne, en revanche, la mémoire de l’exil a participé à la construction du régime autonomique actuel.

7La troisième partie de l’ouvrage réalise une radiographie des réactions suscitées face aux processus migratoires survenus en Espagne depuis 1990, qui ont récemment été brisés voire inversés avec la crise économique de 2008. Pilar Martínez Vasseur évoque les représentations cinématographiques autour de l’immigration. Tout d’abord, par le biais de l’image de l’Espagnol incarné dans le personnage du fermier humble et digne (1950-1970), perdu dans un univers hostile de représentation de l’étranger. Puis, cette représentation disparaît peu à peu des écrans et à partir de 1996, on voit apparaître des films se faisant écho de l’immigration illégale et notamment de l’arrivée des jeunes subsahariens sur les plages de Ceuta, Melilla et des îles Canaries. Après cet inventaire sur la représentation de la figure du migrant dans les films, l’auteur entame ensuite une analyse des mécanismes de transmission des valeurs sur les immigrants. Les films parus sur le phénomène migratoire au cours des années 1996-2010 s’insèrent le plus souvent dans un moule bien précis prenant la forme d’un carnet de voyage où les immigrants racontent leurs vies et leurs souffrances. L’immigration est donc montrée sur les écrans espagnols comme un parcours du combattant et dans cette représentation, la société espagnole est mise en examen face au phénomène migratoire. Elle apparaît aussi retranchée dans ses propres contradictions : accueillante mais indifférente à la fois, solidaire avec l’étranger mais raciste envers lui. Cette ambivalence face au phénomène migratoire est de même traitée par Severiano Rojo dans « Nationalisme basque et immigration : entre refus et acceptation (xixe et xxe siècles) », où il réfléchit sur l’impact de l’immigration au Pays Basque. Suite à un parcours historique sur ce phénomène migratoire, il met en avant son ambiguïté dans une région qui est passée d’une situation de refus du migrant national, péninsulaire, venu des régions les plus pauvres de l’Espagne et surnommé péjorativement maketo, pour le considérer, à partir des années 1960, comme partie intégrante de la société basque et de la lutte contre l’Espagne. Conséquence de ce virage, le nationalisme basque d’aujourd’hui se définit comme étant hybride d’un point de vue ethnique et culturel, et s’est refondé sur une base plus civique, dans la mesure où il met en avant la volonté d’adhésion à un projet national commun.

8Dans cette perspective du rapport entre migrations et nationalisme, s’insère aussi le chapitre de Mercè Pujol Berché, « Lenguas y migraciones: políticas lingüísticas para la integración de los inmigrantes en Cataluña ». Ce travail nous présente le défi de l’intégration dans tous ses aspects en mettant notamment la focale sur une perspective sociolinguistique. L’auteur décline de façon détaillée l’ensemble des politiques linguistiques menées depuis 1980 en Catalogne en faveur de l’intégration des migrants. Des politiques conçues par les pouvoirs publics et qui visent deux objectifs : 1) parvenir à la normalisation linguistique en catalan et 2) faire de cette maîtrise linguistique un soutien social en faveur de la cohésion nationale. Le dernier chapitre de cette partie consacrée aux mécanismes d’acculturation est celui d’Angeles Solanes Corella : « La politique d’intégration en Espagne : un prétendu modèle en destruction ». Il dresse un constat quelque peu amer en montrant comment les politiques d’immigration restrictives appliquées en Espagne au nom d’une certaine protection nationaliste, entraînent une stigmatisation de l’immigrant qui débouche sur sa marginalisation sociale progressive. Dans un contexte espagnol miné par la crise économique, l’auteur tire la sonnette d’alarme sur le besoin de garantir l’égalité dans les conditions de travail, le salaire et l’accès aux services de base des étrangers qui résident en Espagne. Il met en avant le défi, dans une société multiculturelle et plurielle, de travailler en faveur d’une « laicización » des identités, afin de rendre laïques non seulement les institutions publiques du pays, mais aussi et surtout, la culture de la société.

9La quatrième partie est consacrée à l’impact de l’immigration sur la transformation de la société espagnole. Pour cela, Francisco Villatoro et Marcela Iglesias présentent un travail à cheval entre deux continents, l’Espagne et l’Afrique, dont le titre « Le processus de transition migratoire en Espagne et au Maroc », témoigne des échanges migratoires qui se succèdent entre ces deux côtes de la Méditerranée. Cette étude retrace l’ambivalence des migrations ainsi que leur caractère fluctuant. Elle présente les trajectoires de ces Marocains installés dans le sud de l’Espagne, en Andalousie, et plus précisément ceux habitant Cadix, et de ces Espagnols qui, frappés par la crise, recherchent un emploi dans un marché du travail marocain en effervescence, tandis que des milliers de Subsahariens perdent la vie dans les eaux qui séparent ces deux pays. Après avoir décliné les effets démographiques des flux migratoires dans la province de Cadix et l’impact de la crise économique actuelle sur le phénomène migratoire, les auteurs mettent ces deux voisins, l’Espagne et le Maroc, face au défi de devoir gérer leur propre transition migratoire.

10Sophie Blanchard et Paola Garcia s’intéressent de plus à une autre communauté d’étrangers très importante en Espagne, celle des latino-américains. Sophie Blanchard propose ainsi une étude de la communauté bolivienne installée à Barcelone (« La communauté bolivienne à Barcelone. Entre l’enracinement et le retour »). Une communauté qui connaît des trajectoires migratoires très différenciées en fonction du genre. Depuis les années 2000, le nombre d’hommes et de femmes originaires de la Bolivie et qui habitent aujourd’hui les quartiers de Barcelone a presque doublé. Il s’agit pour l’auteur d’analyser les modalités de leur établissement à travers deux perspectives d’étude : l’insertion professionnelle et les lieux de sociabilités. Cette étude approfondie de la migration bolivienne nous apprend que celle-ci est majoritairement féminine, des femmes considérées par l’auteur comme les pionnières de l’immigration en Espagne dans leur pays d’origine. De même, elle nous présente les lieux de socialisation des membres de cette communauté, notamment autour de la rue Llobregat. Le « boom » économique espagnol des années 2000, basé sur « l’économie de la brique », exigea une forte demande de main d’œuvre masculine, et entraîna ainsi une « masculinisation » de la population bolivienne de Barcelone. Toutefois, la crise de 2008 a inversé les tendances et aujourd’hui, les fondements de cette diaspora bolivienne s’affaiblissent à cause des départs de leurs ressortissants encouragés par les programmes d’aide au retour vers le pays d’origine. Pour sa part, Paola Garcia dans « De l’exil à l’immigration économique. Transformations de l’expérience migratoire des Argentins en Espagne », propose un parcours sur l’immigration argentine en Espagne afin de dégager les similitudes et les différences entre la première vague migratoire d’Argentins, arrivée de 1974 à 1980 pour fuir la dictature, et l’immigration du début des années 2000 déclenchée par une crise économique sans précédent. L’auteur montre le rôle joué par le contexte historique qui favorise ou nuit à l’intégration des étrangers. Ainsi, tandis que la société espagnole se solidarisa avec les premiers exilés politiques argentins, cette même société appréhenda plus négativement leurs migrations économiques au tournant des années 2000. Un mépris renforcé par des lois migratoires très restrictives comme celles qui sont appliquées en Espagne depuis le milieu des années 1980. Enfin, le retour de ces Argentins dans leur pays d’origine suite à la crise de 2008 constitue un sujet très controversé dans la société argentine contemporaine, où ils sont assez mal perçus.

11Finalement, David S. Reher, Miguel Requena et María Sánchez-Domínguez clôturent la thématique des migrations en Espagne en menant une analyse fine de l’impact du phénomène migratoire sur la transformation du modèle familial. La famille apparaît étudiée comme le noyau « social » où la décision d’émigrer est prise. Une décision qui bouleverse voire brise souvent l’unité familiale, tantôt temporairement dans l’attente d’un éventuel rapprochement familial des membres dans le pays d’accueil, tantôt définitivement, si ce regroupement n’arrive pas à se réaliser. Ce chapitre s’intéresse donc à la question de ces familles brisées en Espagne, en mettant la focale sur celles des migrants provenant d’Amérique latine et sur les différences existantes entre les ressortissants des différents pays. Si les Argentins ou les Vénézuéliens ont réussi leur intégration et jouissent de forts taux de regroupement familial, de telle sorte qu’ils présentent de faibles taux de familles divisées, en revanche, les latino-américains venus des régions andines, plus différents ethniquement et avec moins de tradition d’immigration réciproque, montrent une proportion bien plus supérieure de familles divisées. Enfin, c’est parmi les immigrants originaires de la République Dominicaine que les auteurs trouvent le plus grand nombre de familles divisées.

12Cet ouvrage, résultat d’une réflexion collective menée par une équipe de 20 chercheurs français et espagnols, spécialistes en civilisation espagnole, en sociologie, en linguistique, en droit et en histoire contemporaine, propose ainsi une approche interdisciplinaire et permet de donner une vision détaillée et synthétique à la fois de la complexité du phénomène migratoire en Espagne. Le choix de l’Espagne comme terrain d’enquête s’appuie sur sa tradition migratoire car le pays a évolué d’une terre d’exil depuis la fin du xixe siècle, pour devenir une terre d’accueil depuis la mort de Franco en 1975 jusqu’en 2008. La crise économique et sociale qui frappe le pays depuis lors a augmenté l’émigration, principalement des latino-américains et des nationaux de pays de l’Europe de l’est qui ont préféré retourner chez eux. De même, une partie de cette nouvelle émigration concerne de jeunes espagnols diplômés au chômage qui se trouvent dans l’obligation de quitter l’Espagne pour pouvoir travailler. Cette publication constitue donc un ouvrage de référence sur les évolutions sociales et politiques liées aux mouvements migratoires en Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alicia Fernandez Garcia, « Migraciones e identidades en la España plural. Estudios sobre los procesos migratorios », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 09 juillet 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/6159

Haut de page

Auteur

Alicia Fernandez Garcia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org