Navigation – Plan du site
Études

L’enseignement professionnel féminin à l’époque de la modernisation espagnole (1875-1930)

Vocational training of the woman in the schools of arts and crafts and the business schools during the Spanish Restoration (1875-1930)
La enseñanza profesional femenina durante la modernización española (1875-1930)
Maria Luisa Rico Gómez

Résumés

Cet article présente l'histoire de la formation professionnelle des femmes dans les écoles des Arts et Métiers et du commerce au cours de la période de la Restauration espagnole (1875-1930). La présente recherche tente de produire une analyse du système de formation professionnelle compris comme une demande de la part des femmes, qui entendent être considérées par la société comme des professionnelles et des citoyennes. Les particularités de la modernisation et de l'industrialisation de la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle ont ouvert de nouvelles possibilités d'emploi pour les femmes, dans des univers jusqu'à présent considérées comme exclusivement masculins. Dans ce contexte, la femme de la classe moyenne est devenue un étudiante de l'École des Arts et Métiers et de Commerce, parce qu'elle était convaincue qu'un titre dans ces domaines d'étude devait changer les relations politiques et socio-économiques imposées par le discours traditionnel sur les femmes comme anges du foyer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce thème de travail s’inscrit dans le projet I+D « Movimientos sociales, corporativismo y políticas (...)

1L’étude de l’enseignement commercial pour les femmes à l’époque de la Restauration espagnole (1875-1930) fait l’objet du présent travail. Nous découvrirons alors comment la femme trouve sa place au sein d’un nouveau modèle de société organisé en corporations professionnelles et en groupes d’intérêts, conformément à la politique d’enseignement public fomentée par l’État1. Parmi les nombreuses études déjà engagées dans le domaine de l’histoire des genres, l’accès de la femme au monde professionnel, dans le processus de modernisation du premier tiers du xxe siècle, n’a pas fait l’objet d’une attention suffisante de la part de l’historiographie contemporaine espagnole et, plus particulièrement, dans le secteur industriel et commercial, où les études sont rares, datées et où elles s’intègrent, en fait, dans des travaux plus généraux.

Enseignement, modernisation et profession : précisions conceptuelles et historiographiques

  • 2 Erik Olin Wright, Clase, crisis y estado, Madrid, Siglo xxi, 1983, p. 175-188 ; et Claude Dubar et (...)
  • 3 Max Weber, Economía y sociedad, México, FCE, 1964, p. 111.

2Dans le cadre de l’enseignement, il faut mettre en valeur les catégories enseignement et profession, par rapport à la façon dont sont conçues les discriminations de pouvoir quant au sexe. Toutes deux permettent d’étudier l'incorporation de la femme dans le monde du travail et établissent les processus de capillarité sociale : le capital d’apprentissage acquis améliore le statut social et économique de chaque individu, dans le domaine du travail, de l’offre et de la demande, de technification industrielle et de rationalisation bureaucratique2. De façon plus ponctuelle, il convient de différencier la profession de la signification de travail. Comme l’affirme Max Weber, on entend par profession la spécification particulière, la spécialisation et la coordination que montrent les services prêtés par une personne3.

  • 4 Gino Germani, Política y sociedad en una época de transición. De la sociedad tradicional a la socie (...)
  • 5 Consuelo Flecha Garcia, « El papel humanizador desempeñado por las mujeres« , in Humanismo y Trabaj (...)
  • 6 Geraldine Scalon, La polémica feminista en la España contemporánea 1868-1974, Madrid, Akal, 1986, p (...)

3Dans le cas espagnol, la relation entre femme et profession s’établissait en fonction des besoins du marché national : il importait de privilégier les richesses du pays afin de s’incorporer à la vague de modernisation et de progrès déjà constatée dans les autres pays européens4. Cela supposait dès lors, pour la femme, un nouveau cadre d’opportunités de travail qui devait élargir et améliorer sa position, tout en la libérant comme sujet social5. Comme l’a écrit Geraldine M. Scanlon, même si l’industrialisation a produit un plus grand effet dans la vie des femmes de la classe modeste, elle a aussi contribué à ce que l’on modifie les programmes d’éducation pour les adapter à la femme de classe moyenne6. Accepter ou permettre que les femmes puissent accéder à un « petit » secteur du monde du travail impliquait une scolarisation nécessaire pour les niveaux d’enseignement élémentaires, mais surtout pour ceux de l’enseignement supérieur. Lui était proposée une opportunité professionnelle censée élargir et améliorer sa position, tout en la libéralisant.

  • 7 Gino Germani, « Secularización modernización y desarrollo económico », in Teresa Carnero (éd.), Mod (...)

4Dans le contexte de la croissante bureaucratisation professionnelle et de la construction de l’État moderne, l’exercice d’une profession facilitait le processus de modernisation de la nation par la rentabilité d’un capital économique et intellectuel. Il était alors nécessaire que l’État canalise les politiques éducatives dans le but de former la société à des connaissances plus techniques et rationnelles. Moderniser et redresser la société et l’économie ont été les mécanismes dont le but avoué était d’enrichir la Nation7.

  • 8 Mónica Burguera, « El ámbito de los discursos : reformismo social y surgimiento de la mujer trabaja (...)

5L'organisation de la société à partir de la mécanisation du travail a facilité la participation féminine au monde du travail qualifié. L'industrialisation lui donnait de nouvelles opportunités de travail et pouvait la libérer en tant que citoyenne8. Ainsi obtenait-elle une position sociale et économique grâce à l’apparition de programmes d’enseignement supérieur adressés à la femme de la classe moyenne.

  • 9 Voir l'article « La enseñanza industrial en España », in El Trabajo Nacional, VII (1898-1899), p. 2 (...)
  • 10 Cristina Borderías, « El trabajo de las mujeres : discursos y prácticas », in Historia de las mujer (...)

6Au début du xxe siècle, tant l’importance des études supérieures pour la modernisation industrielle que la demande de personnes qualifiées par le monde industriel et du secteur des services ont obligé à éduquer la femme conformément aux paramètres modernes de l’industrialisation propre de la seconde révolution industrielle9. Cette formation devenait la voie de la promotion sociale pour les niveaux les plus élevés de la classe ouvrière, tout comme elle permettait à la femme de la classe moyenne de s'intégrer dans les travails dits « séculiers » de la classe ouvrière. De même, elles faisaient partie du monde du travail considéré comme étant le propre des hommes, ce qui leur a permis d’entreprendre un combat public contre les considérations traditionnelles à propos des femmes en tant que « femme au foyer »10. L'éducation professionnelle a été la clef de voûte de la configuration des identités de genre et de la mobilisation sociale et professionnelle de la femme.

  • 11 Mª Cruz del Olmo del Amo, « La educación de las mujeres : de la amiga a la Universidad », in Revist (...)

7À mesure qu’augmentaient les expériences scolaires féminines, la femme sollicitait son inscription à des études secondaires puis supérieures, grâce à la nouvelle identité sociale apparue à partir de sa condition professionnelle. De fait, le nombre d’inscriptions féminines à ces niveaux d'études a dès lors commencé à augmenter, tout particulièrement dans les régions urbaines et industrielles11.

  • 12 Rosa María Capel Martinez, « Mujer y educación en el reinado de Alfonso XIII », in Cuadernos de his (...)

8Prendre la décision de commencer des études supérieures, dans un monde profondément masculin, traduisait le désir intérieur de la femme de pouvoir redéfinir un nouveau stéréotype féminin loin de sa fonction d’enseignante ou de mère de famille. Ainsi, il devenait nécessaire de modifier la législation éducative de l’enseignement secondaire et universitaire, dans le but de réduire les difficultés empêchant la promotion des femmes dans l’espace éducatif et dans celui du travail12.

  • 1

9Cette affirmation nuance les thèses d’une historiographie qui fait une interprétation unilatérale de l’influence qu’a eue l’industrialisation dans l’évolution du statut social de la femme. Certains historiens sont catégoriques et avancent que cette évolution était censée, à l’origine, alléger l’économie du foyer dans le cas des classes populaires et ouvrières et assurer l’avenir pour les classes moyennes. La réalité va plus loin. Il est, semble-t-il, erroné de considérer uniquement la pression des besoins matériels personnels comme l’impulsion primaire qui a obligé les membres des classes intermédiaires à chercher un emploi rémunéré12.

  • 1 4 Anthony Giddens, La estructura de clases en las sociedades avanzadas : postfacio 1979, Madrid, Al (...)

10Cette vocation professionnelle aurait été conditionnée par les rapports de pouvoir établis en raison de leur sexe, puisque toute femme pouvait intégrer n’importe quelle école professionnelle à condition qu’elle soit conforme aux limites que lui impose le fait d’être une femme. Néanmoins, il y a des cas où cette vocation et ce désir d’intégration dépassent les limites qui leur sont imposées, comme par exemple, les premières femmes inscrites en Médecine ou en Droit. Il s’agit, en fin de compte, de modifier les attitudes sociales imposées au travail de la femme et la conception du rôle social qui lui est attribué14. C’est cette hypothèse de départ qu’il s’agira de démontrer dans les pages qui suivent.

  • 1 5 Patricia Delgado Granados, « La formación profesional de la mujer : 1900-1928 », in Consuelo Flec (...)

11Cette hypothèse peut être, a priori, justifiée par la confrontation entre les niveaux d’inscription des différentes écoles professionnelles officielles. Il existe en effet deux groupes d’écoles. D’une part, les écoles des Arts et Métiers, celles de commerce et celles des langues et, d’autre part, celles de musique et de déclamation, celles du foyer et professionnelle de la femme et celles de peinture, de sculpture et de gravure. Il convient toutefois de préciser que ces formations se distinguent les unes des autres sur le point suivant : la seconde série d’établissements mentionnés, où l’apprentissage se révèle plus traditionnel et où sont offertes peu de possibilités d’exercer une activité rémunérée, voient baisser le nombre d’élèves inscrites durant cette période. En revanche les premiers établissements cités15, lesquels orientent leur enseignement vers les nouveaux métiers de la femme, lui donnant accès à la promotion sociale conformément aux spécificités de son sexe, présentent une évolution positive de leurs effectifs, en particulier les écoles des Arts et Métiers et de commerce, dont le comportement est en constant progrès.

L’enseignement artistique-industriel et commercial espagnol

  • 13 Discurso leído en la solemne inauguración de la Escuela Superior de Comercio de Madrid el día 1 de (...)

12L'enseignement industriel et l'enseignement commercial sont les deux formations qui pouvaient fixer une application adéquate à la vie sociale, une éducation technique et complète propre aux mécanismes productifs de l’usine, une régénération morale de la jeunesse et un bien commun pour le pays13.

13Tant l’école de commerce que l'école des Arts et Métiers sont les deux endroits où s’est établie une forte relation entre l'enseignement professionnel, le progrès de l'économie nationale et les nouvelles opportunités de travail pour la femme. Les deux écoles montraient des programmes éducatifs similaires, dans le cadre de la nouvelle politique sociale de l’État en matière de démocratisation de l’enseignement : centralisation, modernisation économique et formation professionnelle des classes ouvrières, afin d’obtenir la paix publique.

  • 14 Décret royal du 5 mai 1871, Gaceta de Madrid, 8 mai 1871 ; Décret royal du 5 novembre 1886, Gaceta (...)
  • 15 Décret royal du 16 avril 1915, Gaceta de Madrid, 18 avril 1915. Les cours des femmes sont appelés c (...)

À la suite de la création des études artistiques et industrielles par Décret royal en 1871 pour Madrid, puis, par un Décret royal en 1886 qui prévoit la création de sept écoles régionales, a eu lieu, en 1895, la première réorganisation officielle de l’enseignement féminin des arts et métiers14. Apparaissent alors quatre sections d’étude nouvelles à l'École centrale de Madrid, dont l’une était consacrée à l’enseignement artistique des femmes et proposait des cours spécifiques à celles-ci. Enfin, l’année 1887 fait date dans l’histoire de la formation commerciale en Espagne, après une sombre époque de l’histoire de l’éducation commerciale, lorsqu’est publié un décret royal par lequel le Ministère des Services Publics prévoit la réorganisation de l’enseignement commercial et la création d’écoles de commerce. Quelques années plus tard, en 1915, une réforme est mise en place pour faciliter l’inscription des femmes dans les sections de « vulgarisation »15.

14Avant ces deux dates, les études commerciales et industrielles étaient, le plus souvent, dirigées par des institutions privées, sous la supervision des Chambres de Commerce, comme ce fut le cas de celle de Santander ou d’autres organismes économiques privés, comme à Valence où l’école était dirigée par les sociétés « Ateneo » et « Dependencia mercantil ». Ces écoles pouvaient, également, être dirigées par les corporations municipales et provinciales, surtout par ces dernières d’ailleurs, qui géraient les fonds économiques et structurels des écoles, la plupart d’entre elles se procurant un bâtiment grâce à la concession de l’organisme régional. Le problème posé par ce genre de cursus tenait à ce qu’ils ne sanctionnaient pas un niveau d’études concret et qu’ils ne délivraient aucun diplôme officiel, dans la mesure où, d’après le Décret royal du 8 septembre 1850, ces cours devaient être dispensés dans une section spécifique des Lycées. Par la suite, quelques villes ont décidé de s’organiser, pour pallier l’incapacité de l’État, non pas dans des lycées, mais dans des collèges techniques, où sont archivés plusieurs cursus professionnels, comme à Málaga en 1881, par exemple, et, plus tard, à Tarragone en 1903.

15Pour quelle raison l’État s’est-il soucié de ce genre de formation professionnelle ? L’enseignement professionnel, particulièrement l’enseignement commercial et industriel, commença à être conçu, pas seulement par les institutions et entreprises privées comme une source d’enrichissement pour le pays, mais comme une source de modernisation économique et de progrès. Pour atteindre cet objectif, il fallait un capital humain, non plus fondé sur la routine et l’empirisme fournis par la répétition du métier, mais davantage sur un savoir technique, scientifique et rationnel, qui unirait, dans une même chair, connaissance scientifique et réalité économique d’une part et, d’autre part, dimension sociale et expérience du domaine commercial et industriel, dans le but d’élever l’Espagne au niveau des autres pays européens.

  • 1 8 Décret royal du 11 août 1887, Gaceta de Madrid, 17 août 1887.
  • 1 9 Décret royal du 22 juillet 1903, Gaceta de Madrid, 24 juillet 1903.

16Le groupe social touché par cet engouement fut la jeunesse de la classe moyenne. La jeunesse de la classe moyenne fut le groupe social qui manifesta le plus d’engouement pour ces réformes. Cette classe moyenne devait être formée à un nouveau savoir, dans la mesure où il était question de revaloriser ce savoir par rapport à celui dispensé par l’instruction secondaire. Il fallait montrer à cette catégorie sociale que le travail manuel offrait non seulement un diplôme officiel pour rentrer dans les Grandes écoles de l’État, mais qu’il était également destiné à former à la compréhension et à la maîtrise d’une profession rémunérée et importante pour la richesse du pays. Les conditions d’entrée étaient l’un des outils de sélection des élèves parmi ce collectif social. Il était nécessaire d’avoir un minimum de notions élémentaires, telles que la lecture, l’écriture, l’arithmétique. Il fallait, de surcroît, posséder des notions d’histoire universelle et d’histoire de l’Espagne, ainsi que de géographie18. Au fur et à mesure que l’enseignement s’est établi de façon unifiée, cyclique et centralisée, les conditions d’entrée, outre la maîtrise de ces connaissances, requièrent la réussite d’une période préparatoire et un âge minimum d’accès. Si initialement l’inscription était gratuite, l’inscription devint obligatoire à partir de 192219.

17C’est-à-dire que ce type de formation ne pouvait être dirigé par des corporations privées appartenant au monde de la production, mais seulement par l’État dans le but de former un ensemble humain qui travaillerait aux intérêts économiques de l’État, et non pas à ceux des particuliers. La gratuité de l'inscription, les cours du soir, l’orientation des programmes d'études, les sections de formation professionnelle de la femme et la politique de bourses et de prix sont les caractéristiques principales qui montrent l’objectif social de ce programme d'études : la classe moyenne féminine.

L'organisation des programmes d'études

18Bien que l’enseignement professionnel féminin n’ait été officiellement organisé qu’entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, la formation commerciale, industrielle et artistique fut assurée grâce aux intérêts des particuliers et surtout grâce à la aem (Asociación para la enseñanza de la mujer), sous l’impulsion des krausistes. Cet organisme avait pour objectif de promouvoir la formation professionnelle de la femme, non seulement dans le domaine des tâches domestiques, mais aussi dans celui du commerce et de l’artisanat.

  • 16 Isabel Grana Gil, « La enseñanza superior y especial femenina a través de la Asociación para la ens (...)

19Contrairement à ce qui se passait dans d’autres pays européens, comme en Hollande, en Norvège, en Russie, en Italie, en France, en Belgique, en Allemagne ou encore en Suisse, où les corporations municipales et provinciales se chargeaient de la direction de ces centres de formation féminine, et ceci avec l’appui de l’État et sous sa tutelle, les institutions officielles espagnoles, et en particulier l’État, se contentèrent de créer une École centrale d’institutrices, une École modèle de jardin d’enfants et des écoles normales de province, etc.16.

  • 17 Gloria Nielfa Cristobal, « Las mujeres en el comercio madrileño del primer tercio del siglo xx », i (...)

20La tâche des métiers du commerce et du monde artisanal était traditionnellement exercée par des femmes sans compétences professionnelles et ne bénéficiant pas d’un statut de salariées. Ainsi Gloria Nielfa envisagea-t-elle deux catégories de femmes se consacrant au secteur commercial : d’une part, celles issues de la bourgeoisie marchande, propriétaires d’un petit commerce, et, d’autre part, les ouvrières, employées dans le commerce non dans un centre de vente d’appareillage industriel, mais dans des magasins de vente de tissus, denrées, boissons, etc.17 La maigre reconnaissance de cette tâche en tant que travail salarié est reflétée dans le flou juridique du règlement du travail qui, jusqu’en 1919, ne contenait aucune loi relative au quota quotidien d’heures travaillées. Elle se traduit également par le manque de conscience de la femme comme membre d’un groupe professionnel apte à exiger des réformes face à une telle discrimination. Le célibat était, en outre, dans la plupart des cas l’état civil des vendeuses, tandis que la gestion du petit commerce revenait à des veuves, conformément aux impératifs fixés par le Code Civil.

  • 18 El trabajo y la educación de la mujer…, op. cit., p. 450.

21Le traité sur la femme, établie par Rosa Maria Capel, montre que les femmes du début du xxe siècle, et plus particulièrement dans les années 1910-1920, préféraient suivre leurs études dans des institutions privées, du fait du caractère mixte des écoles officielles, de la durée des études et de l’étendues des connaissances exigées pour l’obtention d’un diplôme et ce, en dépit de l’augmentation du nombre de femmes exerçant dans la branche industrielle et bien que, à cette époque, l’enseignement commercial et industriel soit déjà présent dans des centres officiels. Les futures élèves, ajoute Rosa María Capel, ne visaient pas tant le diplôme en lui-même pour exercer un métier que les connaissances qui les aideraient à diriger ou à seconder l’homme se trouvant à la tête de l’entreprise familiale18.

  • 19 Décret royal du 20 août 1895, Gaceta de Madrid, 23 septembre 1895.
  • 20 Décret royal du 1er septembre 1902, Gaceta de Madrid, 8 septembre 1902 ; et Décret royal du 23 sept (...)
  • 21 Décret royal du 4 janvier 1900, Gaceta de Madrid, 5 janvier 1900, Décret royal du 1 septembre 1902, (...)

22Toutefois, cette affirmation ne correspond pas aux données qui suivent/fournies par les dépouillements d’archives/par les documents officiels. C’est en effet à Madrid que les études des Arts et Métiers de la femme ont été organisées pour la première fois/ont été instituées. Cette école a été créée en 1824, lorsque le Conservatoire Royal d’Arts de Madrid a été fondée en 1824. Son but était de promouvoir les arts et les industries, surtout après l’apparition du programme d’études de 1832. Le décret de 1871 créait l’École des Arts et Métiers de Madrid et le plaçait sous la direction de l’État, dans le but de centraliser la direction des études professionnelles et de les moderniser pour les adapter aux exigences du marché. En 1895, à l’École centrale des Arts et Métiers de Madrid, les études de la femme étaient organisées au sein d’une section artistique-industrielle strictement féminine. Notons, toutefois, qu’au niveau local, dans des plus petites écoles, les enseignements destinés aux femmes restaient dépendants des programmes d’études généraux et mixtes19. Ainsi le Décret royal de 1902 de l’École supérieure d'arts et industries de Madrid a-t-il été la première loi posant les normes de l’inscription officielle des femmes. De surcroît, grâce à la loi de 1906, la section d’enseignement de la femme se modernisait et devenait adéquate au marché industriel20. De même, le Décret royal du 22 août 1910 permettait à la femme d’obtenir le titre d’expert en mécanique, d’électricien et de chimiste, ainsi que le droit d’exercer des professions en collaboration avec le Ministère d'instruction publique. Elles pouvaient, en outre, se présenter aux concours officiels de recrutement dans ces domaines21.

  • 22 Décret royal du 23 septembre 1906, Gaceta de Madrid, 25 septembre 1906.

23Comme la femme devait partager les heures d’études avec l'homme, les cours se déroulaient la journée, à des heures et dans des salles différentes. L’inscription dans la section féminine exigeait des connaissances de lecture et d’écriture. Les femmes devaient également attester qu’elles avaient suivi le cours préparatoire, qui était différent de celui réservé à la formation des experts masculins. De plus, jusqu’à la publication du Décret royal de 1906, la femme ne pouvait pas s’inscrire dans un cursus d’enseignement général commun aux trois sections d’art et métiers. À partir de cette date, elles venaient faire grossir les rangs des cours préparatoires communs22.

24En ce qui concerne les études commerciales, le Décret royal d’août 1887 a été le premier texte de loi établissant ce type d’études. Les suivants ont organisé la composition du programme scolaire. Il convient de mentionner ici les programmes d’études du 17 août 1901 et du 22 août 1903, ceux du 29 décembre 1910 (qui n’entra jamais en vigueur) et du 27 septembre 1912, ou encore ceux du 16 avril 1915, du 3 mars 1922 (qui, lui non plus, n’entra jamais en vigueur), du 31 août 1922, et du 28 novembre 1925 (annulé par la suite).

25Le point de départ fut établi par le Décret royal de 1887, qui divisa l’enseignement en deux degrés : l’élémentaire et le supérieur. Le premier, décernant le diplôme d’expert, devait être assuré dans les écoles élémentaires de commerce d’Alicante, de Bilbao, de La Corogne, de Málaga, de Séville, de Valladolid et de Saragosse - ces enseignements sont restés en vigueur dans la plupart des cas dans les lycées du secondaire -. Les cours d’enseignement supérieur, qui assuraient l’obtention du diplôme de Professeur commercial, n’étaient, quant à eux, dispensés qu’à Barcelone et à Madrid. À compter de ce moment-là, et ce afin de mettre au point une formation graduelle et par cycles, le ministère modifia les degrés des études de commerce. La réforme d’août 1903 établit que les études seraient divisées en trois degrés : préparatoire, élémentaire et supérieur. Cette division était appelée à durer pendant toute cette période, à l’exception de la modification introduite en 1912 qui établit un nouveau modèle d’école, la spécifique attribuée à celles de Barcelone et de Madrid, bien qu’elle ait été supprimée par la réforme de 1915 et remplacée par un cours de spécialisation.

  • 23 Déjà existants les sections à Valladolid, en 1907, José Ignacio Cuellas Casado, Cien años de la esc (...)

26Le Décret royal de 1915 a permis l’établissement, au sein des sections de « vulgarisation » des connaissances commerciales élémentaires, de cours du soir destinés aux deux sexes et ce, tant que les ressources et les budgets de l’État le permettaient23. Les sections masculines et féminines étaient ouvertes à Madrid, Barcelone et Málaga et les sections strictement féminines, à Séville, à Valence et à Saragosse. Leur fonction d’assurer les diffusions des connaissances pratiques de l’administration commerciale parmi les employés, parmi ceux qui aspiraient à devenir des employés de bureaux de commerce et parmi les personnes intéressées par l’exploitation de petites industries. En somme, il s’agissait d’organiser l’école et de la rendre compatible avec des études plus pratiques et plus utiles, d’application plus immédiate.

27La division des études commerciales en trois degrés, préparatoire et élémentaire, moyen puis supérieur (commercial, actuariel et consulaire), obligea les écoles d’expertise commerciale à ne dispenser que des cours du premier degré. Les écoles professionnelles assuraient, elles, les cours moyens et les écoles spéciales d’intendants commerciaux, enfin, se chargeaient de tous les cours ou d’un cours en particulier parmi ceux relevant de la spécialisation du troisième degré. Toutes avaient, en revanche, la possibilité de créer des sections de cours du soir destinés à la « vulgarisation » pour les adultes.

  • 24 Décret royal du 3 mars 1922, Gaceta de Madrid, 7 mars 1922.

28Avec cette dernière réforme naît la section élémentaire féminine organisée sous sa dénomination et sa propre disposition. Il est établi que les sections de « vulgarisation » se seraient maintenues dans les villes où elles étaient déjà implantées, afin d’assurer l’instruction commerciale des femmes. Cependant, ces unités dispensaient leur enseignement conformément aux normes et aux contenus suivants. L’offre et le niveau des cours destinés à former un personnel plus qualifié et plus spécialisé a été augmenté. Ces sections auraient la même fonction que les sections similaires déjà reconnues et ce, sous la tutelle du directeur de l’École des hautes études et de l’École professionnelle. Les cours étaient donnés à partir de 17 heures, c’est-à-dire comme des cours du soir24. On essayait de rapprocher, sur certains aspects, cette éducation de l’enseignement élémentaire offert au public masculin, bien qu’il ait eu des exceptions, dans la mesure où le directeur de l’école pouvait modifier le programme des matières enseignées, ainsi que l’orientation et les répercussions que pouvait avoir le fait d’acquérir des connaissances commerciales pour les étudiantes présentes dans ces sections.

  • 25 Guía ilustrada de las carreras y de la enseñanza en España, Madrid, Calpe, 1919, p. 127.

29Pour tous les niveaux les frais de dossier étaient gratuits25. À première vue, tenant compte des dispositions du Décret royal, l’intégration de la femme ne paraît viable que dans les sections élémentaires nocturnes. Ces cours étaient destinés aux employés et aux petits commerçants. Le principe de l'inscription mixte n’existait pas dans ces sections, puisque les élèves de sexe féminin ne pouvaient assister aux cours que dans les trois villes citées plus haut et auxquels les hommes avaient eux aussi accès. Etant donné la ségrégation sociale établie par le décret, ce n’est qu’en séparant hommes et femmes que les matières enseignées pouvaient être réorganisées pour offrir une formation mieux adaptée à chacun des deux sexes. Toutefois, le Décret royal n’établissait initialement aucune différence scolaire entre les deux sexes. Il prévoyait deux stages pratiques. Il y avait d’une part le premier cours, consacré aux opérations arithmétiques fondamentales, à l’arithmétique marchande, à la tenue des livres, aux notions de géographie générale, à la géographie spécifique de l’Espagne, à l’orthographe, à la calligraphie et la mécanographie. D’autre part, le deuxième cours était destiné à la mise en pratique des connaissances théoriques acquises, dans le but de pouvoir effectuer les opérations les plus courantes du service du commerce comme le calcul, la comptabilité, la correspondance, etc. On pourrait aussi élargir cet organigramme aux matières telles que la sténographie, le français, etc., dont les cours étaient dispensés en heures supplémentaires.

La modernisation des programmes d'études

  • 26  Juan Rodriguez Lopez, Nuestra enseñanza comercial. Hacia la reforma, Montevideo, La Facultad, 1930 (...)

30La modernisation et la centralisation seront les points essentiels de toutes les dispositions officielles de réorganisation de cet enseignement. Parmi les innovations qu’introduit toute nouvelle loi, il convient de souligner les composantes techniques et rationnelles des curriculums éducatifs. Les impératifs de la révolution technique et industrielle entraînent l’établissement d’un organigramme scolaire et éducatif plus rationnel, capable d’unir la réalité économique à la formation, non seulement dans le but de décerner des diplômes et de former des professionnels du commerce et de l'industrie, mais aussi des hommes qui puissent se consacrer à la recherche d’une nouvelle organisation commerciale et industrielle26. Cette modernisation dans les programmes d'études a incorporé des cours rationnels et pratiques orientés vers les métiers du secteur de services, de l'administration marchande, de la gestion des magasins et des industries, et également orientés vers les métiers libéraux. Cette nouvelle organisation ouvre la porte à un cursus honororum : il/elle met en place un long parcours, graduel et par cycles d’études commerciales et allonge la durée des cours, intensifie leur rigueur d’accès en imposant une âge limite d’accès, l’exigence des connaissances et des formations préalables et de l’examen d’entrée qui se spécialise dans la pratique commerciale par le biais de cours de travaux pratiques dès le degré préparatoire.

  • 27 Décret royal du 1 septembre 1902, Gaceta de Madrid, 8 septembre 1902 ; Décret royal du 14 septembre (...)

31Le principe est d’introduire de la rationalité dans le premier programme d’études de l’École centrale des Arts et Métiers de Madrid qui se compose de matières telles que le dessin, l’arithmétique et la géométrie, la poterie, la peinture, la confection de fleurs/bouquets floraux, de broderies et de dentelles, de tapisserie, etc. ; chacune de ces professions relevant du sexe féminin. Ainsi, le Décret royal du 18 septembre 1902 introduit les cours de comptabilité, de sténographie, de dactylographie, de langue, de géographie industrielle et d’économie industrielle. En 1906, un nouveau Décret royal donne une orientation plus moderne à la section de l’enseignement de la femme. Il s’avérait nécessaire de mettre au point un programme composé des mêmes matières introduites par la réforme précédente, auxquelles venaient s’ajouter de nouvelles disciplines comme la mécanique, le droit international, la direction industrielle, etc.27

32Pour ce qui est des études de commerce, c’est le plan d’études adopté en avril 1915 qui unifie le caractère de modernisation, que l’on essaye de donner à cet enseignement depuis 1887. La composante économique et technique prend un place de plus en plus importante dans l’organisation des programmes d’études et la formation se conclut par des cours spécialisés dans trois branches : commerciale, actuarielle et consulaire. De sorte que cette formation plus rationnelle, aussi bien au niveau de l’administration bureaucratique que des programmes d’études d’enseignement commercial, devient accessible à un public plus modeste issu de la classe ouvrière, aux employés de commerce, à ceux qui ne disposent pas de la possibilité de poursuivre de longues études. Une telle innovation permet l’ouverture des cours du soir de « vulgarisation » pour les deux sexes qui s’adaptent mieux aux possibilités socio-économiques et aux besoins de formation. Toutes ces matières (calcul commercial, formation de cartogrammes et diagrammes commerciaux, comptabilités spéculatives, technique commerciale, perfectionnement en langues, communication et transports, analyse et valorisation des produits commerciaux, stimulation de la production et du commerce du pays, banque, bourse et systèmes monétaires, etc.) sont encore, près de trente ans après, et avec d’autres introduites en 1912, celles qui visent à atteindre l’objectif énoncé dans le préambule du Décret royal de 1887, à savoir consolider un enseignement commercial en adéquation avec la réalité économique et scientifique. Il faut distinguer, d’une part, les matières donnant un sens plus pratique à la formation, comme celles du degré élémentaire et, d’autre part, celles visant une formation plus technique orientée vers l’organisation commerciale, c’est-à-dire, vers le travail de bureau.

33Le point culminant de la réforme de septembre 1922 consiste en la réorganisation de la création et du fonctionnement des Bureaux modules, Musées commerciaux, Laboratoires et Travaux de séminaires déjà existants. Ceux-ci sont intégrés à la formation commerciale de l’élève, avec les matières intitulées « rudiments de droit et économie politique », « éléments d’arithmétique commerciale », « ampliation de dessin », sténographie et mécanographie, etc.

  • 28 Javier Fernandez Aguado, Historia de la Escuela de Comercio de Madrid y su influencia en la formaci (...)

34Les écoles locales, quant à elle, ont dû s’adapter pour appliquer ces réformes non seulement en fonction des besoins de leurs élèves, mais aussi en fonction de leurs budgets. On peut ainsi mentionner les pénuries économiques dans lesquelles se sont trouvées ces écoles, ce qui explique pourquoi, aucune nouvelle chaire n’y a été créée dans certains établissements dans les années suivant la publication du Décret royal28.

  • 29 La même idée est montrée pour le monde français par : Sylvie Schweitzer et Marianne Thivend, État d (...)

35Quoi qu’il en soit, dans un cas comme dans l’autre, la femme pouvait, grâce à cette formation, accéder aux emplois domestiques, d’enseignante, de gouvernante, de couturière, etc. C’est en effet à partir de ce moment-là que se sont ouvertes aux femmes des professions telles que le secrétariat technique, le secrétariat des laboratoires de recherche scientifique, ou encore des emplois comme assistantes d’ingénieurs, employées de bureau, de banque ou d’administration publique29.

L’adaptation des écoles régionales

  • 30 Décret royale du 22 août 1903, Gaceta de Madrid, 3 septembre 1903.
  • 31 Décret royal du 3 février 1934, Gaceta de Madrid, 19 février 1934.
  • 32 Mémoire de l'École des Arts et Métiers d'Almería de l'année 1917-1918, p. 6-7, Archives historiques (...)

36Dans le cas des écoles régionales d’art et métiers, du fait que la législation n’oblige pas à ouvrir une section proprement réservée aux femmes, mais, au contraire, à étudier diverses matières et à créer des cours et des ateliers en relation avec l’activité économique de chaque région, on rencontre plusieurs cas de figure. Ainsi, l’École des arts et des industries de Cadix, conformément à l’article 4° du Décret royal de septembre 1903, était sommée d’ouvrir une section spéciale pour les femmes, dans laquelle celles-ci étaient censées pouvoir étudier l’arithmétique, la géométrie, le dessin géométrique et artistique, la composition florale, la broderie et la dentelle artistique, ainsi qu’apprendre à travailler le nacre et les coquillages30. On peut également mentionner le cas de l’École des Arts et Métiers de la femme de Grenade qui, selon le Décret royal du 17 avril 1920, devait divulguer les connaissances en industries domestiques, comme la broderie et la dentelle, dans la mesure où elle se proposait de faire évoluer la tradition artisanale des tissus de la femme en une profession rémunérée31. De cette façon, l’autonomie scolaire des écoles a servi à donner un caractère officiel aux sections d’études féminines qui existaient déjà avant la réforme de 1895, parce qu’il y avait un besoin de former un capital humain pouvant satisfaire les demandes locales32.

  • 33 Mémoire de l'École officielle d'arts et d'industries d'Almería de l'année 1904-1905 ; Mémoire de l' (...)

37À partir de cet objectif, les programmes d’études offerts par les écoles varient selon les niveaux de développement industriel de chaque région ou de chaque localité. On peut ainsi distinguer deux types d'écoles : celles qui créent une section propre aux femmes et celles qui incorporent les élèves de sexe féminin dans le programme d’études général. Cette distinction dépend de l’endroit où se situe l’école. Avant la réforme de 1895, c’est dans les régions disposant d’un important développement industriel et d’une haute spécialisation que l’on trouve des institutions chargées de la formation des femmes. A l’inverse, dans les villes de faible tradition industrielle et qui n’ont guère besoin de travailleurs spécialisés dans les activités productives, les programmes d’études se contentent de dispenser des cours d’études générales. On trouve dans le premier cas de figure les écoles d’Alcoy, d’Almería, de Béjar, de Bilbao, de El Ferrol, de Gijón, de Madrid, de Manresa, de Navarre, de Palma de Majorque, de San Sebastián, de Valladolid, de Villanueva i Geltrú, de Vitoria et de Saragosse. Dans le deuxième groupe, celles d’Almería, d’Ávila, d’Irún, de La Corogne, de Lérida, de Palencia, Saint-Jacques de Compostelle, de Tolède ou encore d’Úbeda33.

  • 34 Historia de la Escuela de Comercio de Madrid…, op. cit., p. 75.

38L’atteste le fait que, même dans la formation des écoles de commerce, soient apparus des centres soutenus par les sociétés économiques et patronales des villes les plus importantes comme Madrid et Barcelone. À Madrid, par exemple, vers les années 1880, fut créé le Centro de instrucción mercantil, une société de mont de piété qui comptait 800 élèves pour l’année scolaire 1889-1890. Davantage que l’obtention de diplômes, le secret de son succès résidait dans l’orientation de son programme d’études, qui prévoyait une meilleure préparation dans le domaine des connaissances pratiques. Aux alentours de 1892 fut mise en œuvre El Porvenir mercantil, une société de secours mutuels, d’instruction et de loisirs des employés de commerce. De même, à Barcelone, fut créée la Sociedad de la juventud mercantil, une société mutuelle. Et l’on pourrait, enfin, citer l’exemple de l’Université commerciale de Deusto. Ces organismes dispensent non seulement des cours d’instruction commerciale à leurs membres, mais ils couvrent aussi les besoins d’assistance et de mutualité34.

  • 35 Voir les mémoires des écoles citées aux Archives Générales de l'Administration de l'État (AGA), Min (...)
  • 36 Historia de la Escuela de Comercio de Madrid…, op. cit., p. 79 et 106.

39Plus de dix ans après la publication du Décret royal de 1887, cette réponse privée, concomitamment à l’émergence vers 1900 de pétitions destinées à élever au rang supérieur les écoles de commerce pour extraire les études des lycées et les intégrer dans des centres de formation (c’est le cas à Málaga en 1894, Cadix en 1897, Séville en 1900, Valence en 1901, Valladolid en 1902, Santander et Gijón en 1908, entre autres) et la parution continuelle de requêtes réclamant la reconnaissance officielle des diplômes obtenus dans les écoles de province (comme à Tarragone en 1903 ou Santander en 1911), montrent que la réalité économique du commerce est éloignée de la planification ministérielle35. Depuis 1881, Association de professeurs de commerce demandait l’orientation pratique des études de commerce et leur validité académique, et à partir de 1909 la « Asociación general española de empleados mercantiles« et sa publication « Revista científico-mercantil » formulaient ces pétitions. Plus tard, durant les années 1910, les grèves continuelles des élèves des écoles de toute l’Espagne se faisaient l’écho de plaintes face au manque de reconnaissance professionnelle de cette formation, un problème qui ne fut résolu qu’à moitié par la réforme de 1912. Cette situation témoigne des manques propres de cette formation et montre la pauvreté éducative des études de commerce36.

La réponse des étudiantes féminines

40Si l’on étudie le nombre d'inscriptions féminines dans les écoles, on constate que les dispositions législatives influent dans l’évolution du nombre d’étudiantes. La proportion des femmes qui s’inscrivent dans des cours des Arts et Métiers comme étudiantes officielles est plus grande que celles qui s’inscrivent en candidates libres et ce y compris dans les écoles soutenues par les mairies. Ce comportement montre que le collectif féminin s’inscrivait dans un programme d’études propre à la section féminine et que l’inscription libre n’a été une pratique normale qu’à la suite de la réforme de 1895 et tout particulièrement dans les écoles de Madrid, de Bilbao, de San Sebastián ou de El Ferrol.

  • 37 « El trabajo y la educación… op. cit., p. 435-436.
  • 38 Voir les tables des Annuaires statistiques de 1915, de 1921-1922 : Anuario Estadístico de España de (...)

41L'évolution des écoles soutenues par l'État est positive, tant dans le régime officiel que dans le non officiel, dans la mesure où le nombre d’inscriptions augmente à partir de la deuxième moitié des années 192037. Ce fait et l’absence d'étudiantes féminines dans les écoles régionales ou locales, s'explique par la politique menée par la dictature de Primo de Rivera qui a contribué à centraliser l’enseignement professionnel et à le placer sous la tutelle de l’État afin de pallier le manque d’études modernes et adéquates aux besoins du marché industriel. Les sections les plus sollicitées par le public féminin ont été celles d’expert en artistique et industrielle ainsi que les études propres à chaque école, créées pour satisfaire la spécialisation industrielle de chaque région38.

42Dès les premières années du xxe siècle les inscriptions étaient plus nombreuses dans les villes industrielles. Cette progression est plus évidente dans les années vingt, au moment où les nouvelles opportunités du travail ouvertes aux femmes à partir de la Première Guerre mondiale ont marqué la politique en faveur de l’enseignement professionnel féminin.

  • 39 Pour l'École des Arts et Métiers de Bilbao et de San Sebastián, voir Paulí Dávila Balsera, « Las Es (...)
  • 40 Voir les mémoires de l'École des années 1893-1894 à 1906-1907, trouvées dans les archives de l'Écol (...)
  • 41 Voir la mémoire de l'École de l'année 1902-1903, AGA, Ministère de l'éducation, Archive 32/16419 et (...)
  • 42 Voir la mémoire de l'École de l'année 1895, AGA, Ministère de l'éducation, Archive 32/16419 ; l'étu (...)

43L’étude de l’attitude des écoles privées fournit des données similaires aux chiffres que publient les annuaires statistiques officiels. Dans un premier temps, parmi les écoles qui créent une section proprement féminine, plusieurs exemples montrent que les inscriptions progressent39. C'est le cas, par exemple, de l’École centrale de Madrid où, au cours des années 1885-1886, on compte 213 inscriptions, alors qu’on en recense 540 pour l’année 1906-190740. De même, l’École des Arts et Métiers de El Ferrol ouvre l'inscription féminine à partir de l'année 1885-1886, mais uniquement dans les matières de confection, dessin artistique, broderies, dentelles, coloris, confection florales, etc. Le nombre d’inscriptions passe de 213 en 1885-1886 à 297 en 1890-1891, puis à 298 en 1900-1901, 266 en 1905-1906 et, enfin, à 304 en 1909-1910. L’engouement des femmes pour cette réorganisation des programmes d’études est massif tant dans le cas du régime d’inscription mixte que dans celui des sections réservées aux femmes41. L’École des Arts et Métiers d’Alcoy est un exemple où la femme oblige l’école à lui fournir un enseignement propre à son genre. Les effectifs augmentent de la façon suivante : pour l’année 1894-1895, on dénombre 61 étudiantes ; pour 1896-1897, 90 ; pour 1897-1898 85 ; pour 1898-1899, 101 ; pour 1899-1900, 112 ; et pour 1900-1901, 96. De plus, seulement pour l’année 1894-1895, elles pouvaient s’inscrire dans les matières d’arithmétique et de géométrie, de français, de dessin d'ornement et de forme et de dessin géométrique industriel. A partir de 1896-1897, elles avaient la possibilité de s’inscrire aux cours de physique, de chimie et de mécanique physique42.

  • 43 Voir les mémoires de l'école dès le cours de 1924-25 à 1933-34, AGA, Ministère de l'éducation, Arch (...)
  • 44 Antonio Sánchez Cañadas, « La enseñanza artístico-profesional de la mujer en la Almería de principi (...)

44Dans le deuxième groupe des écoles, elles pouvaient s’inscrire dans toutes les matières du programme général d’études. On pourra citer, entre autres, l’École des Arts et Métiers de Saint-Jacques de Compostelle, d’Almeria et de Tolède. Par exemple, dans la première, pour le cours de 1924-1925, il y avait 8 étudiantes, et pour le cours 1933-1934, 4243. Ou, pour la deuxième, pour le cours de 1903-1904 la chiffre est 146 et pour le cours de 1932-1933, 26544.

45Pour le cas des études de commerce, si l’on en croit le curriculum officiel de ce groupe de « vulgarisation » nocturne, nous ne pouvons pas considérer que les femmes s’orientent vers ces études. Elles ont plutôt tendance à s’engager dans des études élémentaires dont le diplôme d’expert leur permettait d’opter pour le corps auxiliaire de comptabilité de l’État et pour d’autres débouchés auxquels peuvent aspirer les bacheliers. L’attestent les statistiques que nous offrent les écoles, où, surtout à partir des années 1920, le nombre de femmes commence à augmenter de façon soutenue au niveau du degré élémentaire. Elles s’incorporent en nombre croissant aux professions libérales ou dans le secteur des employées de bureau, ce qui entraîne la baisse des effectifs dans les sections de « vulgarisation » féminine. Il faut considérer en effet que ces cours ne se tenaient que dans trois villes, alors que pour les études de degré élémentaire, supérieur ou spécial, suivant l’époque, de plus en plus de villes incorporaient cette collectivité, jusqu’à ce que cela se généralise dans toutes les écoles de province.

46Par conséquent, l’hypothèse défendue par Rosa María Capel, citée plus haut, n’est plus valable à partir du moment où le principe de l'éducation mixte, au regard du registre d’inscription, ne freine plus l’entrée des femmes, sauf dans le cas de certaines écoles qui appliquent la séparation des sexes, ce qui les oblige à s’inscrire plus massivement dans les sections générales que dans les cours de « vulgarisation » à proprement parler. Quant à la progression enregistrée dans les centres privés, il manque encore des données qui permettent de corroborer cette idée à laquelle l’auteur ne fait pas référence. Etant donné le nombre élevé d’étudiantes dans les écoles publiques, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle le but de ces femmes consistait à poursuivre des études officielles leur permettant d’être reconnues dans leur métier grâce à un diplôme commercial qui leur offrirait la possibilité d’avoir un travail rémunéré.

47Cependant, cette réforme ne fut pas appliquée et son texte fut annulé à l’occasion de la publication du Décret royal du mois de septembre de la même année, où l’on réglementa à nouveau une section pour adultes et une autre spécifique aux femmes à Madrid, à Barcelone, à Bilbao, à Málaga et à Séville. Une autre exclusivement féminine fut ouverte à Valence et à Saragosse, et enfin, une dernière pour adultes des deux sexes à Cadix, à Las Palmas et à Santa Cruz de Tenerife. Ces sections proposaient toutes les matières suivantes : grammaire espagnole, calligraphie, géographie commerciale de l’Espagne, arithmétique commerciale, tenue des livres, français, anglais, sténographie, mécanographie, cours pratiques d’administration commerciale. Toutes ces matières étaient plus spécialisées et destinées à assurer une formation pour exercer dans la gestion commerciale.

  • 45 El trabajo y la educación…, op. cit., p. 437.

48Pour l’année scolaire 1909-1910, selon les statistiques, les écoles de commerce comptent déjà 38 inscrites. Pour l’année 1914-1915, on trouve 70 élèves à l’école officielle et 118 à l’école non officielle. L’incorporation des femmes, en tant qu’élèves libres, était plus importante dans ces écoles que dans les officielles, du fait des conditions d’admission et du silence maintenu par la législation jusqu’en 1915. À partir de l’année scolaire 1915-1916, l’influence du Décret royal de 1915 sur les inscriptions se fait sentir, et bien que la section de « vulgarisation » ne soit pas présente, on recense toutefois plus d’élèves inscrites dans l’enseignement officiel. La différence entre les deux sortes d’enseignement s’atténue jusqu’à ce que l’on trouve, pour l’année 1922-1923, un nombre plus important de femmes inscrites, en tant qu’étudiantes libres. Ce comportement change en 1926, car l’écart entre les deux enseignements se réduit au minimum, cela s’expliquant sans doute par le fait qu’à partir de cette année scolaire, 809 jeunes filles se soient inscrites à la section de « vulgarisation »45.

  • 46 Décret royal du 31 août 1922, Gaceta de Madrid, 3 septembre 1922.

49La section uniquement féminine se trouve dans les écoles de Valence et de Saragosse, tandis que les sections masculines se trouvent uniquement à Cadix et à Las Palmas. L’École centrale de Madrid, avec ses 187 élèves, celle de Bilbao, avec ses 246 élèves, suivies de celle de Málaga avec ses 131, et enfin celle de Valence avec ses 101 élèves, rassemblent le plus grand nombre de jeunes filles, suivies de Séville avec 48 élèves, Barcelone et Saragosse avec leurs 47 élèves et, enfin, Santa Cruz de Tenerife avec ses seulement 2 élèves46.

50Pour ce qui est de l’année 1927-28, les chiffres des écoles de commerce n’apparaissent pas différenciés en fonction des sexes et l’on ne connaît que les registres des cours de « vulgarisation » qui comptent 977 étudiantes : 371 à Bilbao, 209 à Madrid, 11 à Valence, 98 à Malaga, 97 à Barcelone, 46 à Saragosse, 31 à Séville et 14 à Santa Cruz de Tenerife.

  • 47 El trabajo y la educación…, op. cit., p. 438.

51Les données relatives aux écoles de commerce pour l’année scolaire 1928-1929 paraissent dans l’annuaire de 1931. Ces chiffres ne font pas référence à la section de « vulgarisation ». En revanche, ces institutions spécifiques se présentent regroupées par les hautes études commerciales, où l’on compte 960 inscrites, 957 élèves aux écoles professionnelles et 230 à l’École d’experts de Madrid, disposant cette dernière d’une section de « vulgarisation » pour adultes des deux sexes47.

Conclusion

52Le progrès de l’industrialisation révélait le besoin de former techniquement les ouvriers, les agriculteurs, les ingénieurs, les commerçants depuis le xixe siècle. Dans le modèle espagnol, la modernisation de la formation professionnelle industrielle et commerciale a été principalement introduite par le Décret royal de 1906 (études d'art et métiers) et de 1915 (études commerciales) où les plans d’études visaient un profil plus technique. Le manque de planification de l’État pour appuyer cette formation serait la caractéristique de la planification de l’enseignement dans les écoles particulières.

53La formation professionnelle de la femme ne pouvait rester en marge du processus de modernisation de la nation. Ce développement devait tirer profit du capital économique et intellectuel et il s’insérait dans le cadre de l’intérêt de l’État pour soulager les individus de l’apprentissage insuffisant donné par des initiatives privées.

54L'intérêt de la femme pour acquérir une formation qualifiée dans le nouveau espace du travail, ouverte grâce à l'industrialisation, pour exercer un métier rémunéré, se traduit par le fait que les étudiantes s’inscrivent avant même que la formation ne soit incorporée dans la législation. Le problème étant que, jusqu’en 1902 pour les écoles industrielles et en 1915 pour les écoles de commerce, il n’existait pas de libellé qui régisse ce genre d’éducation féminine et quand ce fut le cas, elle fut insérée dans des sections alternées féminines ou de « vulgarisation », respectivement. Leur apparition précoce sur les registres d’inscription, dès la fin du xixe siècle, et le nombre important d’inscrites atteint au cours des années 1910, mais surtout dans les années 1920, (et plus encore dans les catégories générales que dans celles strictement féminines) montre qu’il existe, de la part de cette collectivité, une forte prise de conscience du fait que la formation professionnelle permet à la femme d’obtenir un travail rémunéré, une promotion sociale et économique. Le désir de libéralisation était plus grand que les entraves que pouvaient imposer les règles du jeu sexiste et de l'éducation mixte.

55Les curriculums éducatifs de chaque disposition ou l’incorporation de principes d’organisation tels que la discrimination et la difficulté dans l’accès qui augmentent avec le temps, sont la preuve du rapport existant entre l’enseignement professionnel et la condition féminine. Les matières enseignées s’adaptent peu à peu à ce plan de modernisation, qui permet à la communauté féminine de se diriger vers de nouveaux espaces dans le marché du travail : sténographe, comptable, employées aux bureaux de poste, etc.

56Il ne faut toutefois pas oublier que cet enseignement a été créé pour une femme de classe moyenne. Les conditions d’accès, l’âge et les connaissances requises qu’il était nécessaire de justifier, outre le paiement des diplômes correspondants à chaque degré, est la preuve qu’on dirigeait le regard vers ce groupe social.

57Ainsi, et tout en considérant la prééminence du genre dans l’organisation éducative et professionnelle féminine, la profession est l’outil qui forge une prise de conscience de classe. Ce cadre façonne un statut social et des règles communes de comportement qui vont plus loin que le simple exercice d’une profession. C’est par la profession que la femme améliore sa situation en tant que sujet social. Les chiffres de statistiques générales et la comparaison positive, entre les écoles qui offraient la possibilité de s’ouvrir un nouvel accès professionnel et socio-économique, face à celles qui étaient de simples écoles d'ornement, sont la preuve indiscutable de cette prise de conscience.

Haut de page

Notes

1 Ce thème de travail s’inscrit dans le projet I+D « Movimientos sociales, corporativismo y políticas públicas en España en el período de entreguerras (1918-1945) », dirigé par Francisco Villacorta Baños. Centre : CCHS, CSIC (Madrid), Institut d'Histoire. Référence HAR2011-27290, 2012-2014.

2 Erik Olin Wright, Clase, crisis y estado, Madrid, Siglo xxi, 1983, p. 175-188 ; et Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998, p. 113-115.

3 Max Weber, Economía y sociedad, México, FCE, 1964, p. 111.

4 Gino Germani, Política y sociedad en una época de transición. De la sociedad tradicional a la sociedad de masas, Buenos Aires, Paidós, 1968, p. 83.

5 Consuelo Flecha Garcia, « El papel humanizador desempeñado por las mujeres« , in Humanismo y Trabajo Social, nº3, 2004, p. 23-44 ; et Ana María Montero Pedrera, « Origen y desarrollo de las Escuelas de Artes y Oficios en España », in Historia de la Educación. Revista Interuniversitaria, n° 17, 1998, p. 320.

6 Geraldine Scalon, La polémica feminista en la España contemporánea 1868-1974, Madrid, Akal, 1986, p. 5 ; et Guadalupe Gómez-Ferrer-Morant, « El lento camino de las mujeres : de lo privado a lo público », in Antonio Morales Moya, La modernización social, Madrid, España-Nuevo Milenio, 2001, p. 244.

7 Gino Germani, « Secularización modernización y desarrollo económico », in Teresa Carnero (éd.), Modernización, desarrollo político y cambio social, Madrid, Alianza, 1992, p. 96-97.

8 Mónica Burguera, « El ámbito de los discursos : reformismo social y surgimiento de la mujer trabajadora », in Isabel Morant (dir.), Historia de las mujeres en España y América Latina del siglo xix a los umbrales del xx, Madrid, Cátedra, 2006, p. 293-307.

9 Voir l'article « La enseñanza industrial en España », in El Trabajo Nacional, VII (1898-1899), p. 257-258.

10 Cristina Borderías, « El trabajo de las mujeres : discursos y prácticas », in Historia de las mujeres…, op. cit., p. 370-376.

11 Mª Cruz del Olmo del Amo, « La educación de las mujeres : de la amiga a la Universidad », in Revista cuatrimestral del Consejo Escolar del Estado, 11, juillet 2009, p. 15 ; Antonio Fernández Valencia, « La educación de las niñas : ideas, proyectos y realidades », in Historia de las mujeres…, op. cit., p. 446-449.

12 Rosa María Capel Martinez, « Mujer y educación en el reinado de Alfonso XIII », in Cuadernos de historia moderna y contemporánea, n° 2, 1981, p. 337-341 ; Rosa María Capel Martinez, El trabajo y la educación de la mujer en España (1900-1930), Madrid, Ministerio de Cultura, Instituto de la Mujer, 1986, p. 322 ; et Anthony Giddens, El capitalismo y la moderna teoría social, Barcelona, Labor, 1992, p. 221.

1

1 4 Anthony Giddens, La estructura de clases en las sociedades avanzadas : postfacio 1979, Madrid, Alianza, 1983, p. 259.

1 5 Patricia Delgado Granados, « La formación profesional de la mujer : 1900-1928 », in Consuelo Flecha Garcia et Marina Nuñez Gil (éd.), La educación de las mujeres : nuevas perspectivas, Sevilla, Universidad de Sevilla, 2001, p. 67-71.

13 Discurso leído en la solemne inauguración de la Escuela Superior de Comercio de Madrid el día 1 de noviembre de 1887 por el profesor mercantil D. Ruperto Esteban San José, Madrid 1888, p. 29481.

14 Décret royal du 5 mai 1871, Gaceta de Madrid, 8 mai 1871 ; Décret royal du 5 novembre 1886, Gaceta de Madrid, 6 novembre 1886 ; et Décret royal du 20 août 1895, Gaceta de Madrid, 23 août 1895.

15 Décret royal du 16 avril 1915, Gaceta de Madrid, 18 avril 1915. Les cours des femmes sont appelés comme de « vulgarisation » dans la loi de 1915.

1 8 Décret royal du 11 août 1887, Gaceta de Madrid, 17 août 1887.

1 9 Décret royal du 22 juillet 1903, Gaceta de Madrid, 24 juillet 1903.

16 Isabel Grana Gil, « La enseñanza superior y especial femenina a través de la Asociación para la enseñanza de la Mujer (último tercio del siglo xx) », in María Dolores Ramos (ed.), Congreso Internacional el trabajo de las mujeres pasado y presente, Seminario de Estudios interdisciplinares de la Mujer, Málaga, Centro de Ediciones de la Diputación de Málaga, 1996, p. 71.

17 Gloria Nielfa Cristobal, « Las mujeres en el comercio madrileño del primer tercio del siglo xx », in Rosa María Capel Martinez et María Ángeles Duran (éd.), Mujer y Sociedad en España : 1700-1975, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, Instituto de la Mujer, 1986, p. 314.

18 El trabajo y la educación de la mujer…, op. cit., p. 450.

19 Décret royal du 20 août 1895, Gaceta de Madrid, 23 septembre 1895.

20 Décret royal du 1er septembre 1902, Gaceta de Madrid, 8 septembre 1902 ; et Décret royal du 23 septembre 1906, Gaceta de Madrid, 25 septembre 1906.

21 Décret royal du 4 janvier 1900, Gaceta de Madrid, 5 janvier 1900, Décret royal du 1 septembre 1902, Gaceta de Madrid, 8 septembre 1902, Décret royal du 14 septembre 1902, Gaceta de Madrid, 18 septembre 1902, et Décret royal du 23 septembre 1906, Gaceta de Madrid, 25 septembre 1906. Voire aussi l'étude de Antonio PUIG CAMPILLO, Joaquín Costa y sus doctrinas pedagógicas, Valencia, Ed. Sempere y Compañía, 1911, p. 80.

22 Décret royal du 23 septembre 1906, Gaceta de Madrid, 25 septembre 1906.

23 Déjà existants les sections à Valladolid, en 1907, José Ignacio Cuellas Casado, Cien años de la escuela de comercio y estudios empresariales de Valladolid, Valladolid, Ediciones Simancas, 1987, p. 159.

24 Décret royal du 3 mars 1922, Gaceta de Madrid, 7 mars 1922.

25 Guía ilustrada de las carreras y de la enseñanza en España, Madrid, Calpe, 1919, p. 127.

26  Juan Rodriguez Lopez, Nuestra enseñanza comercial. Hacia la reforma, Montevideo, La Facultad, 1930, p. 18.

27 Décret royal du 1 septembre 1902, Gaceta de Madrid, 8 septembre 1902 ; Décret royal du 14 septembre 1902, Gaceta de Madrid, 18 septembre 1902 ; et Décret royal 23 septembre 1906, Gaceta de Madrid, 25 septembre 1906.

28 Javier Fernandez Aguado, Historia de la Escuela de Comercio de Madrid y su influencia en la formación gerencial española (1850-1970), Madrid, Ortega Ediciones Gráficas, 1997, p. 104.

29 La même idée est montrée pour le monde français par : Sylvie Schweitzer et Marianne Thivend, État des lieux des formations techniques et professionnelles dans l'agglomération lyonnaise. xixe siècle-années 1960, Lyon, mars 2005 ; ou Delphine Gardey, La Dactylographe et l'expéditionnaire. Histoire des employés de bureau (1830-1930), Belin, Paris, 2001.

30 Décret royale du 22 août 1903, Gaceta de Madrid, 3 septembre 1903.

31 Décret royal du 3 février 1934, Gaceta de Madrid, 19 février 1934.

32 Mémoire de l'École des Arts et Métiers d'Almería de l'année 1917-1918, p. 6-7, Archives historiques et privées de l'École.

33 Mémoire de l'École officielle d'arts et d'industries d'Almería de l'année 1904-1905 ; Mémoire de l'École des Arts et Métiers de Bilbao de l'année 1896-1897 ; Mémoire de l'École des Arts et Métiers de Gijón des années 1887-1888 et 1894-1895 ; Juan José Diez Benito, Las escuelas estatales de artes y oficios y la educación del obrero en España (1871-1900), Villena, Madrid,1979, p. 277-278 et 285 ; Mémoire de l'École centrale des Arts et Métiers de Madrid de l'année 1897-1898 ; María Micaela Erviti Baraibar, « Primeros pasos de la formación profesional en Navarra (1828-1957) », in Estudios de Pedagogía y Psicología, 6, 1994, p. 44 ; Rosa Martín Vaquero, « La mujer como creadora : La Escuela de Artes y Oficios de Vitoria (1900-1990) », in Kobie-Bellas Artes, 7, 1990, p. 25-50 ; et Jordi Monés i Pujol, Formació professional i desenvolupament econòmic i social català (1714-1939), Societat d’Història de l’Educació dels PaÏsos de Llengua Catalana, Barcelona, 2005, p. 306-323, entre autres références. Toutes les mémoires sont trouvées dans les archives historiques de chaque école.

34 Historia de la Escuela de Comercio de Madrid…, op. cit., p. 75.

35 Voir les mémoires des écoles citées aux Archives Générales de l'Administration de l'État (AGA), Ministère de l'Éducation, dossiers 32/16439 et 32/16442.

36 Historia de la Escuela de Comercio de Madrid…, op. cit., p. 79 et 106.

37 « El trabajo y la educación… op. cit., p. 435-436.

38 Voir les tables des Annuaires statistiques de 1915, de 1921-1922 : Anuario Estadístico de España de 1915, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1916, p. 458-459 ; Anuario Estadístico de España de 1921-22, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1923 ; et voir l'étude de María Luisa Rico Gomez, « Mujer, enseñanza profesional y modernización en España (1880-1930) », in Historia Contemporánea, nº41, 2010(II), p. 447-479.

39 Pour l'École des Arts et Métiers de Bilbao et de San Sebastián, voir Paulí Dávila Balsera, « Las Escuelas de Artes y Oficios en el País Vasco, 1879-1929 », in Historia de la Educación: Revista Interuniversitaria, nº18, 1993, p. 153-160 ; pour l'École d'Arts et Métiers de Vitoria, voir « La Mujer como creadora…, op. cit. ; pour l'École des Arts et Métiers de Saragosse, voir Teresa PLAYÁN, « La enseñanza en la Escuela de Artes y Oficios de Zaragoza », in Escuela de Artes de Zaragoza, Centenario de la Escuela de Artes y Oficios de Zaragoza (1895-1995), Ministerio de Educación y Ciencia, Escuela de Artes de Zaragoza, 1995, p. 52-53 ; et pour l'École des Arts et Métiers de Béjar, voir la Mémoire de l'année 1919-20 et 1928-1929, (AGA, Ministère de l'éducation, Archive 32/16508).

40 Voir les mémoires de l'École des années 1893-1894 à 1906-1907, trouvées dans les archives de l'École d'art de la Palma de Madrid.

41 Voir la mémoire de l'École de l'année 1902-1903, AGA, Ministère de l'éducation, Archive 32/16419 et l'étude de Andrés Blanco Gómez et María Esperanza Piñeiro de San Miguel, Historia de la Escuela de Artes y Oficios de Ferrol (1881-1930), Ferrol, 1994, p. 72-81 et 134-191.

42 Voir la mémoire de l'École de l'année 1895, AGA, Ministère de l'éducation, Archive 32/16419 ; l'étude de Georgina Blanes et Lluís Garrigós, « Los inicios de la Escuela de Artes y Oficios de Alcoy (1887-1901). Análisis sociológico del alumnado », in Llull, Boletín de la Sociedad Española de Historia de las Ciencias y de las Técnicas, nº24, 2001, p. 22-24.

43 Voir les mémoires de l'école dès le cours de 1924-25 à 1933-34, AGA, Ministère de l'éducation, Archives 31/7499, 32//16544 et 31/7499 ; et l'étude de Fernando Pereira et José SOUSA, « El origen de las Escuelas de Artes y Oficios en Galicia. El caso compostelano », in Historia de la Educación: Revista Interuniversitaria, nº9, janvier 1990, p. 230.

44 Antonio Sánchez Cañadas, « La enseñanza artístico-profesional de la mujer en la Almería de principios del siglo xx », in Revista de Humanidades y Ciencias Sociales del IEA, 19, 2003- 2004, p. 256-258 ; et voir les mémoires entre les années 1917-1918 et 1932-1933, trouvées dans les Archives privées de l'école.

45 El trabajo y la educación…, op. cit., p. 437.

46 Décret royal du 31 août 1922, Gaceta de Madrid, 3 septembre 1922.

47 El trabajo y la educación…, op. cit., p. 438.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Luisa Rico Gómez, « L’enseignement professionnel féminin à l’époque de la modernisation espagnole (1875-1930) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 09 juillet 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/6107 ; DOI : 10.4000/ccec.6107

Haut de page

Auteur

Maria Luisa Rico Gómez

ATER, Université Savoie Mont Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org