Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Djelfa 41-43. Un camp d'internement en Algérie (histoire, témoignages et littérature)

Rose Duroux
Référence(s) :

Bernard Sicot, Djelfa 41-43. Un camp d'internement en Algérie (histoire, témoignages et littérature), Préface de Christian Phéline, Paris, Riveneuve éditions, 2015, 443 p., 22€. ISBN: 978-2-360136-271-3.

Texte intégral

1Bernard Sicot est spécialiste de littérature espagnole de l’exil et des camps. Sur le thème des camps, et faisant écho aux célébrations du « 70 años después », il a notamment édité, en 2009, une version bilingue du Diario de Djelfa/ Journal de Djelfa, de Max Aub et les Lettres des camps de concentration de Pere Vives i Clavé, un jeune intellectuel assassiné en 1941 à Mauthausen. De surcroît, il a coordonné les actes du colloque international qui s’est tenu, toujours en 2009, à l’Université Paris Ouest : La littérature espagnole et les camps français d’internement (de 1939 à nos jours). Depuis il n’a cessé de creuser ce sillon.

2Si tout n’a pas été dit sur les camps d’internement de la France métropolitaine, c’est bien plus vrai encore pour ceux d’Afrique du Nord, et notamment d’Algérie, pourtant territoire français dans la période choisie. Or, de 1939 à 1943, plusieurs milliers de Français, d’Algériens, de Juifs, d’« indésirables » de diverses nationalités (principalement espagnols, polonais, russes, allemands, anciens de la guerre d’Espagne et des Brigades internationales) y ont été reclus. À Djelfa, à 300 kilomètres au sud d’Alger, dans une région de hauts plateaux, c’est quelque mille d’entre eux qui, de mars 1941 à juin 1943, ont subi les épreuves d’un internement féroce. Certains y sont morts, victimes des dures conditions de vie, des soins insuffisants lorsqu’ils étaient malades et de violences diverses à leur égard. Environ 35 hommes moururent durant les quelque deux années de fonctionnement du « Centre de séjour surveillé » (css) – euphémisme administratif pour ce qui apparaît dans l’ouvrage comme un bagne.

3Pas moins de vingt-six nationalités furent représentées au camp de Djelfa mais les Espagnols constituèrent en permanence le plus gros contingent d'environ 500 hommes, sur une population totale de 1000 prisonniers environ. Cela allait de personnalités connues, comme Max Aub ou Roger Garaudy, à des individus presque anonymes comme Antonio Atarés (qui entretint une correspondance avec Simone Weil). Archives, témoignages, textes et images, dûment croisés (comme l’annonce la parenthèse du titre, histoire, témoignages et littérature), offrent une sorte de radiographie de « ce site de relégation, le plus emblématique d'Afrique du Nord, sous Vichy », selon l’auteur.

4Chaque fois qu’il le peut, l’auteur privilégie les documents inédits ainsi que les documents iconiques. Il porte à ces derniers un intérêt manifeste, à tel point que, dans la foulée de l’ouvrage qui nous occupe, et quelques semaines à peine après sa parution, il a fait paraître dans la présente revue, un addenda à l’ouvrage de référence, à savoir : « Djelfa 41-43. Un camp d’internement en Algérie : addenda iconographique » (Printemps 2015, http://ccec.revues.org/​5693). Cet additif tardif, fruit de découvertes iconographiques récentes, témoigne de la curiosité et de la ténacité du chercheur. Le lecteur ne peut que s’en réjouir.

5Outre les archives institutionnelles – nationales, départementales, locales –, diverses archives privées ou publiques sont mises à contribution : fonds d’amicalistes (Le Vernet), archives assistancielles (Cimade par ex.), archives d’écrivains, témoignages (ceux d’Atarès, Zolberg ou Blanca entre autres), presse, essais historiens, documentaires, etc. Chacune de ces archives a, immanquablement, ses biais de lecture. L’un des documents les plus largement descriptifs qu’analyse Djelfa 41-43. Un camp d’internement en Algérie est un rapport, conservé aux Archives nationales, rédigé par André Jean-Faure, préfet, inspecteur des camps d’internement pour le compte de Vichy, après une mission d’inspection en Afrique du Nord au printemps 1942.

6Ne pouvaient manquer à cette étude les œuvres littéraires. Et l’on ne peut s’étonner que soit souvent convoqué Diario de Djelfa (Mexico, 1944), que B. Sicot a traduit, comme on sait, en 2009. On pourrait même aller jusqu’à dire que cette recherche est aussi une quête détectivesque de la présence de Max Aub, lequel est cité du début à la fin du livre – de la note 1 à l’Annexe finale (Journal de Djelfa, « Choix de poèmes traduits », 391-405). D’ailleurs, c’est par l’écriture de Max Aub que Bernard Sicot est arrivé à Djelfa. Aub apparaît, selon les passages, comme un éclaireur, un confirmateur, un interrogateur, voire un troubleur, mais surtout un remarquable eaufortiste : c’est souvent par le truchement de Max Aub que le lecteur sonde, au plus profond, l’ignominie internementale.

7Je reprends, en gros, le résumé des conditions de vie au camp que Bernard Sicot donne dans l’addenda susdit. Ni les plans, particulièrement soignés et qui peuvent donner l’impression, nous dit-il, d’une organisation relativement rationnelle du camp, ni les photos, ne permettent de se faire une juste idée des conditions de vie difficiles des internés. D’abord, il faut rappeler que tout ce qui existait au camp était le fruit de leur travail, piètrement rémunéré d’un quignon de pain quotidien de 100 ou 150 gr, le fameux « casse-croûte » des « travailleurs », par opposition à ceux qui n’étaient pas admis à travailler (les Juifs et les ex-brigadistes) et qui n’y avaient pas droit. Tous les corps de métiers eurent, bon gré mal gré, à exercer leurs talents, notamment les maçons à qui il revint, avec les moyens du bord, de construire la totalité des baraquements. Même si ces constructions supposaient une amélioration de « l’habitat » par rapport aux tentes, surtout en hiver, elles étaient rudimentaires, mal chauffées, sombres et exiguës. Sur des châlits en bois à deux étages les hommes devaient se serrer dans la plus grande promiscuité, ce que l’inspecteur, expert en litotes, appelle « un peu de resserrement » (p. 321). L’existence de locaux dénommés boulangerie, boucherie et cuisine ne doit pas faire illusion : la nourriture était très insuffisante, la viande rare et peu comestible. Quant à l’infirmerie, impeccable sur le plan, elle manquait de tout ; l’un des détenus du « CSS » de Djelfa, Alexandre Roubakine, qui était médecin, la décrit ainsi :

L’infirmerie comportant 28 lits a été installée par les internés dans une baraque en bois, plusieurs mois après l’installation du camp. Au début, on logeait les malades dans des tentes, par terre. On y avait des lits en fer, mais les malades apportaient leurs paillasses et leurs couvertures. Il n’y avait aucun linge de literie. On ne donnait pas de bois pour se chauffer […] En janvier 1943 on en a accordé 20 kgs, deux fois par semaine. Cela permettait de chauffer un petit poêle en fer pendant quelques heures le soir. Il n’y avait pas de plafond – le toit était constitué par des tuiles. Le vent y sifflait comme dehors et la pluie et la neige tombaient. Il n’y avait rien pour se laver (p. 358).

8Vu l’infirmerie, le lecteur imagine sans mal les conditions générales d’hygiène (miasmes, poux, eau douteuse, épidémies).

9Quant à la violence directe, elle était bien réelle : coups, incarcération hors du camp dans les cachots de la caserne Caffarelli ou, à l’intérieur du camp, dans le « camp spécial » entouré de barbelés. Orchestrant l’infamie, il y a les tortionnaires : en tête le commandant Jules Caboche, le militaire à la cravache flanqué d’un chien, qu’Aub baptise Argus dans l’un de ses poèmes (Journal de Djelfa, 133), ou l’adjudant Gravelle. Et d’autres. Nous renvoyons le lecteur à cette eau-forte qu’est Diario de Djelfa.

10Le cynisme des appellations officielles des camps français – ici « centre de séjour surveillé », ailleurs « centre d’hébergement » – ne peut que sidérer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Duroux, « Djelfa 41-43. Un camp d'internement en Algérie (histoire, témoignages et littérature) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 25 juin 2016. URL : http://ccec.revues.org/6070

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

Professeur émérite, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand-ii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org