Navigation – Plan du site
Études
Dossier « La crise en Espagne : dimensions politique et économique »

Crise en Espagne et crise espagnole

Crisis en España y crisis española
Benoît Pellistrandi

Résumés

Depuis 2008, la récession économique mondiale s’est manifestée de manière spécifique en Espagne. À bien des égards, la crise – qui a été particulièrement sévère – n’y est pas seulement économique mais aussi politique et elle s’accompagne d’une perte de confiance dans la validité du « système espagnol » en vigueur depuis 1978.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le 22 février 2008, Manuel Jiménez titre dans El País : « Una oportunidad perdida para Pizarro ».
  • 2 Le chômage a augmenté de 106 674 personnes en 2007 selon les chiffres du Ministère espagnol de l’Em (...)

1En 2008, lors de la campagne électorale des élections générales, le Parti Populaire, alors dans l’opposition, avait axé son discours sur la naissance de la crise économique. Un débat télévisé avait opposé Manuel Pizarro, ancien président de la compagnie électrique endesa, au ministre socialiste de l’économie Pedro Solbes. Celui-ci, affecté ce soir-là par une infection oculaire, n’était pas télégénique. Mais commentateurs et sondages l’affirmèrent le lendemain : il avait gagné le débat1. Et au slogan « España no va bien » de Pizarro, Solbes avait opposé les chiffres macro-économiques qui faisaient de 2007 l’apogée de la croissance espagnole avec un chômage tombé à 10% – malgré une amorce de remontée en fin d’année2– de la population active et un excédent budgétaire proche des 2% du pib! Les socialistes purent se moquer de Rajoy qui, en allant chercher dans le monde de l’entreprise, une figure experte avait tenté de placer le débat électoral sur le plan économique. Sa manœuvre avait échoué et la politique l’avait emporté. D’ailleurs Manuel Pizarro ne resta pas longtemps député et se retira en 2010 du parlement espagnol.

2Pourtant, toutes les incertitudes pointées par Pizarro lors du débat allaient se révéler dans les mois suivants. Les chiffres du chômage deviennent vite catastrophiques : près de un million de personnes s’inscrivent sur les listes de l’inem (Instituto Nacional del Empleo) au cours de l’année 2008. Pedro Solbes, commentant mois après mois ces chiffres calamiteux, les nie et invente des périphrases technocratiques dont personne n’est dupe. Il dilapide là un précieux capital politique : en avril 2009, il quitte le gouvernement, sans doute soulagé de mettre un terme à ce calvaire. José Luis Rodríguez Zapatero dispose cependant d’un argument massue pour expliquer la crise et son intensité : la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 et l’ouragan financier qui s’en est suivi. La crise était donc un phénomène américain et c’est sa diffusion qui expliquait les turbulences de l’économie espagnole. Nous sommes donc dans le premier terme du titre de cet article : « la crise en Espagne ».

  • 3 « La tormenta pluscuamperfecta. Cuando toda España pensaba en un elefante llega el zarpazo del pero (...)
  • 4 Signalons l’excellent livre de Antonio Muñoz Molina, Todo lo que era sólido, Seix Barral, Barcelona (...)

3Que cette lecture et cette interprétation soient politiques : cela n’a échappé à personne. Mais la force explicative de cet argument s’est dramatiquement diluée tout au long de l’année 2009. En avril 2010, les mesures d’austérité annoncées en catastrophe par le gouvernement Zapatero ouvraient un nouveau chapitre : celui de la crise espagnole dont le périmètre n’allait cesser de croître. Au printemps 2012, Enric Juliana, directeur-adjoint du quotidien libéral catalan La Vanguardia, n’hésitait pas à parler de « tormenta pluscuamperfecta » et évoquait « aires del 98 »3. L’article se contente de pointer les signes du dérèglement espagnol : le roi hospitalisé après son accident de chasse au Bostwana, la prime de risque à 443 points et des taux à 10 ans à 6,07%, l’image négative du pays dans le monde (Poutine prend l’Espagne comme exemple de la crise!), les syndicats désorientés, le chômage explosé, les foyers de Caritas débordants, le système bancaire en sursis menacé par les inconnues que génère la création de Bankia, les communautés autonomes en grande difficulté financière et la Catalogne « en colère et souverainiste »… et pour terminer la nationalisation de Repsol en Argentine, signe évident de la perte de respect de l’Espagne et de ses entreprises à l’extérieur. Qu’on puisse au printemps 2012 rapprocher l’Espagne du début du xxie siècle de l’Espagne de la fin du xixe siècle traduit bien le désarroi qui a saisi l’ensemble des Espagnols face à l’intensité de la crise qui semble avoir miné les fondements de leur confiance retrouvée et les volontés souverainistes renouvelées de la Catalogne accentuent le parallélisme. C’est dans un même contexte de crise de conscience nationale que le catalanisme est devenu une option politique capable de gagner progressivement la reconnaissance de la singularité catalane, de la mise en place de la Mancomunidad en 1914 au statut d’autonomie de 1932. De 2012 à 2014, le pessimisme corrosif envahit toute la scène politique, sociale et culturelle4. La crise espagnole devient une impasse nationale.

4C’est le passage d’une crise à une autre, la translation d’une crise importée à une crise de conscience nationale qui est l’objet de mon propos que j’essayerai de construire en historien. Il s’agit dans un premier temps de rappeler les effets destructeurs de la récession économique pour comprendre comment cela a pu générer un doute global sur le « système espagnol ». Mais pour ne pas se laisser piéger aux seuls prismes des réalités péninsulaires, il faudra élargir le propos pour comprendre que se déroule en Espagne un des actes d’une crise plus profonde : la crise de la démocratie européenne.

La crise en Espagne : les effets destructeurs d’une récession économique

  • 5 Évolution du pib espagnol : 2009 : -3,2% ; 2010 : 0% ; 2011 : -0,6% ; 2012 : -2,1% ; 2013 : -1,2% : (...)

5Commençons par le rappel de quelques données macro-économiques indispensables à la mesure de la crise. Entre 2008 et fin 2013, le pib espagnol a reculé de 7,8%. Bien que la croissance soit revenue en 2014 après cinq ans de récession5, l’Espagne d’aujourd’hui reste plus pauvre que celle de 2008 et il faudrait au moins deux années de croissance à 3% pour rattraper, fin 2016, le niveau de 2008… autant dire, une décennie perdue… si le scénario de la reprise se confirme. La principale et plus visible conséquence a été l’explosion du chômage : + 1 million de personnes en 2008, + 794 000 en 2009, + 176 000 en 2010, + 322 000 en 2011 et + 426 000 en 2012. On a alors atteint le taux record de près de 27% de la population active au chômage. Les chiffres de 2013 et 2014 marquent une sensible inflexion : -147 000 et – 253 000 respectivement. Le début de 2015 est marqué par la poursuite de cette baisse : - 233 000 sur les cinq premiers mois de l’année.

6Le point bas du chômage avait été atteint au deuxième trimestre 2007 avec un taux de 7,94% de la population active. Du jamais vu dans la série historique compilée par l’Instituto Nacional de Estadísticas. Le pays va passer en cinq ans de 1,7 million de chômeurs à plus de 6 millions selon les calculs de l’Encuesta de Población Activa. À eux seuls ces chiffres illustrent les effets destructeurs de la récession économique.

  • 6 Les chiffres provisoires de 2014 signalent une amélioration : le déficit est de 3,5 milliards d’eur (...)
  • 7 « El déficit lima la fortaleza de la Seguridad Social », El País, 11 décembre 2011.

7La conséquence mécanique de cette explosion du chômage est la réduction des inscriptions à la Sécurité Sociale. L’un des handicaps structurels de l’économie espagnole était le faible taux d’occupation. Au début des années 1980, on comptait 13 millions d’actifs pour près de 40 millions d’habitants (moins d’un tiers!). L’un des succès du gouvernement Aznar avait été la forte hausse du nombre de ces cotisants : ils sont 17,7 millions à la fin du premier trimestre 2004 (40% de la population). Le record sera atteint au troisième trimestre 2007 avec 20,753 millions de cotisants. La chute sera brutale : on compte un peu moins de 17 millions de cotisants au premier trimestre 2014. L’effet sur les comptes est automatique : le système entre en déficit pour la première fois en 2011 (660 millions d’euros) et les chiffres de 2012 et 2013 sont sévères avec un déficit de près de 10 et 12 milliards d’euros respectivement6. Dans ces conditions, les réserves accumulées – presque 67 milliards d’euros fin 2011 – pour permettre de faire face à l’augmentation du nombre des retraites sont menacées. Pour le quotidien El País qui commentait les chiffres de 2011, « le dernier symbole de la prospérité économique est sur le point de tomber »7. En effet, entre 2012 et 2015, le gouvernement a prélevé 38% de ces réserves et le fonds n’accumulent plus que 41 milliards d’euros alors même que le système ne devait pas être touché avant la décennie 2030.

8L’affaissement de la production de richesses a eu des conséquences fiscales et budgétaires. Chantre de la rigueur maastrichienne, l’Espagne se vantait d’être le pays le plus solide budgétairement. Le gouvernement Aznar avait qualifié l’Espagne pour l’euro. En 1996, à son arrivée au pouvoir, les données ne permettent pas cette qualification : le déficit des administrations publiques approchent 7% du pib, la dette publique dépasse les 70% du pib et l’inflation reste supérieure à la moyenne des trois pays les moins inflationnistes augmentée d’un point et demi (en 1998, 3,5% alors que l’Espagne est à 4,5-5%). En 2004, la dette publique est inférieure à 40% du pib, le déficit contenu à moins de 1% et l’inflation est maîtrisée. Mais en 2010, avec un déficit budgétaire de près de 10% du pib et une dette qui explose, l’Espagne est un problème crucial pour la stabilité même du système européen. La question qui se pose est celle du « rescate », du « sauvetage financier ». La récession asséchait les caisses de l’État: l’impôt sur les bénéfices des sociétés ne rapportait plus en juin 2011 que 54% de ce qu’il avait rapporté au même moment de l’année en 2008!

9Au cours de l’année 2011, les Espagnols vont se familiariser avec la notion de « prime de risque », non sans exercer leur autodérision sur cette « cousine de Riesgo »! L’explosion du coût de financement de la dette complique l’équation budgétaire. Lorsque le gouvernement Rajoy, élu fin 2011, reprend le budget 2012, il doit trouver en urgence 28 milliards pour payer les intérêts de la dette sur un budget de 200 milliards. En 2013, il faut 38 milliards quand en 2008, il en suffisait de 16! Les journaux évoquent un « mur de la dette » : 120 milliards d’euros à refinancer en 2013, 80 en 2014, 60 en 2015 et 2016, 40 en 2017… et 160 en 2020… Mais aujourd’hui ces perspectives dramatiques en 2011 et 2012 à cause de la montée vertigineuse des taux espagnols à 10 ans – 7,62% le 24 juillet 2012 – sont rebattues puisque la politique de la BCE a changé totalement la donne. On oublie donc ces semaines dramatiques au cours desquelles la perspective d’un défaut global de l’Espagne viendrait faire éclater la zone euro. L’actualité avait mis les lumières sur la Grèce (2% du pib de la zone euro), sur l’Irlande (2% aussi), sur le Portugal (4%) : mais avec l’Espagne, on avait une économie qui pesait plus de 10% de la zone euro.

10Après ces données macro-économiques que l’on pourrait multiplier à l’envi et qui disent l’intensité de la récession, il faut compléter l’analyse par quelques autres données qui nous révèlent les effets sur les ménages. Fin juin 2012, on comptait près de 1,8 million de foyers totalement au chômage. Si en 2007, 12,4% des étrangers en Espagne sont au chômage, en 2012, ce chiffre est monté à 36,6%. De 2007 à 2013, le nombre de travailleurs immigrés cotisant à la Sécurité Sociale a baissé de 23% (de 1,9 million à 1,525). Quant au marché du travail, il reste dominé par l’extrême précarité des contrats. Une étude du Ministère de l’Emploi estimait qu’en 2009 la durée moyenne des contrats était de 78 jours et que sur les 6,05 millions de cdd 2,7 étaient des contrats inférieurs à 7 jours… que seuls 570 000 dépassaient les 6 mois!

11Dans ces conditions, nul étonnement à ce que les foyers espagnols aient subi la crise. La dépense moyenne par foyer a baissé de 14,5% de 2008 à 2013, soit une baisse de près de 4600 €. Pour la nourriture, la dépense moyenne annuelle a reculé de 4759 € en 2008 à 4269 € en 2013 soit 10,3%. L’approche régionale de cette statistique montre la violence de la rétraction des dépenses aux Canaries, en Cantabrie, aux Baléares et en Galice (plus de 15% de recul), en Andalousie, Navarre, Asturies (12%) et la résistance au Pays basque (-2%!).

12Endettés au temps de la croissance économique – la dette des ménages est passée de 541 milliards en 2004 à 862 milliards en 2012 –, appauvris par la récession, nombre de foyers sont devenus insolvables. Le taux de morosité des banques est passé de moins de 5% en 2007 à un record de 14% fin 2013… mettant en danger le système bancaire dans son ensemble qui chiffrait – officiellement – ses créances douteuses et vraisemblablement perdues à près de 200 milliards d’euros!

13Ne l’oublions pas, cette crise venait mettre à terre plusieurs années de croissance spectaculaire. Loin d’être une correction conjoncturelle ou cyclique, elle est apparue comme un tsunami. La consommation de ciment de 55,9 millions de tonnes en 2006 est tombée à 10,6 millions en 2012… son niveau de 1967! Et ce chiffre pointe précisément la question immobilière au centre de l’origine de la crise économique. Ainsi la crise en Espagne n’est pas qu’un phénomène d’importation : elle est aussi une production des excès espagnols. Le succès d’une vidéo postée sur You Tube montrant deux bergers d’un village de la province de Soria interrogés en 2007 et qui manifestaient avec une simplicité déconcertante leur incompréhension devant le système économique et les excès de l’endettement traduisait bien le désarroi d’une société qui découvrait – honteuse? – ses propres excès8.

La crise espagnole ou la manifestation des défauts du système ?

14Il fallait être doté d’une faible culture historique pour ne pas imaginer que la crise économique et sociale allait déboucher sur de profondes conséquences politiques.

15Une première alerte eut lieu en mai 2011 lorsque le mouvement des Indignés s’installa Puerta del Sol à Madrid. Quelques semaines après les printemps arabes, ce soulèvement spontané et bon enfant suscita l’étonnement de la presse européenne. Elle y voyait une sorte de contagion du Nord par le Sud… Les observateurs, bercés par une approche superficielle, se trompaient. Le phénomène ressortait de deux logiques très distinctes : la première était strictement militante. En occupant la place centrale de Madrid à une semaine du scrutin municipal et régional pour lesquels le pp était grandement favori, l’extrême-gauche tentait une manœuvre désespérée pour freiner la victoire de la candidate la plus ouvertement libérale du mouvement conservateur, Esperanza Aguirre. Une seconde logique, procédant cette fois-ci des lecteurs de Stéphane Hessel, s’agrégea et donna au mouvement ce caractère participatif et festif que tous les témoins ont souligné. Cependant l’articulation des deux logiques ne se fit pas et la revendication d’une démocratie participative et d’une démocratie réelle resta de peu de poids face à l’exercice du droit de vote en mai et en novembre 2011. La démocratie représentative l’avait emporté sur la démocratie participative.

  • 9  Alors que le chômage continue d’augmenter jusque fin 2012, les dépenses de l’État consacrées à l’i (...)

16Les victoires électorales du Parti Populaire en 2011 sont à interprétrer avec précision car elles sont peut-être les dernières à procéder de la logique de l’alternance. Le psoe de Zapatero est discrédité et le résultat des municipales et des régionales est tellement mauvais que le Parti force le président du gouvernement à annoncer qu’il ne sera pas candidat à un troisième mandat. En obtenant une majorité absolue de 186 sièges (contre 110 pour le psoe) et près de 45% des voix, le pp reçoit un énorme crédit de confiance de la part des électeurs. La campagne a mis en avant la baisse des impôts, la non-réduction des dépenses sociales, la rigueur de la gestion… Or, une fois au gouvernement, le pp a modifié de fond en comble son agenda et a commencé par une brutale hausse d’impôts. Il a ensuite réduit le rythme de progression des retraites – d’abord gelées puis la hausse fut limitée à 0,25%! –, suspendu les primes des fonctionnaires, réduit l’indemnisation du chômage9.

17Le choc entre les espoirs investis sur Mariano Rajoy et son équipe et la réalité de la thérapie appliquée explique le rapide décrochage en termes de popularité de l’exécutif et du parti. Aux élections européennes de 2014, le pp l’emporte peut-être… mais avec 26% des voix contre 23% au psoe. Les deux partis de gouvernement n’attirent plus qu’un électeur sur deux. L’irruption de Podemos qui, en trois mois de campagne, obtient 8% des voix et envoie 5 députés à Strasbourg révèle soudain que les conséquences des Indignés sont plus profondes qu’on ne l’a d’abord estimé.

18Aussi est-on passé en trois ans d’une situation où l’urgence du redressement économique était confié à un parti qui avait, dans le passé, démontré sa capacité à mener une politique de rigueur (le gouvernement Aznar entre 1996 et 2000) à une situation dans laquelle la critique du système semblait invalider le système en lui-même. Après les élections de mai 2014, l’évolution politique a été spectaculaire. Elle a commencé par l’abdication surprise mais contrainte du roi Juan Carlos. La question monarchique ne cessait d’enfler et les enquêtes d’opinion le démontraient. La fragilisation de Juan Carlos dont le comportement personnel était désormais l’objet de critiques explicites et dont l’entourage familial était objet de scandale, représentait un risque systémique. Les pressions sur le roi ont été telles qu’il n’a pas eu d’autres solutions que d’abdiquer. La manœuvre cependant a réussi puisque le débat sur la nature du régime a été suspendu malgré quelques manifestations républicaines. En outre, les débuts plus que satisfaisants du nouveau roi Philippe vi et sa forte cote de popularité font que le consensus s’est rétabli autour du chef de l’Etat. Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, a même récemment écarté le débat sur la forme de l’État.

19La deuxième grande évolution reste à démontrer. Actuellement, elle est anticipée par les sondages. À partir de l’automne 2014, la montée de Podemos a paru imparable. En décembre, les sondages de Metroscopia pour El País plaçaient Podemos à 28% des intentions de vote. Le jeune parti était devenu virtuellement le premier parti. Et voilà qu’entre janvier et mars 2015, un autre mouvement de centre-droit, Ciudadanos, dirigé par le catalan Albert Rivera, bouscule à son tour tous les schémas. En mars, El País a publié une enquête d’où il ressort que pp, psoe, Podemos et Ciudadanos se tiennent entre 18 et 23% des intentions de vote! Tout cela n’est qu’indications… Il n’empêche, les élections en Andalousie ont mis en avant la dynamique qui profite tant à Podemos qu’à Ciudadanos. Certes, elles ont aussi montré la résistance du psoe à l’appareil bien implanté. Mais les sondages anticipent une recomposition complète du jeu politique espagnol dans les semaines à venir.

Comment en est-on arrivé là ?

20Nous revenons à l’expression d’Enric Juliana : « la tormenta pluscuamperfecta ». C’est la conjonction de toute une série de phénomènes qui donne à ces années de crise, et peut-être précisément à la séquence 2012-2014, son aspect dramatique de fin de cycle. Aussi l’abdication de Juan Carlos loin d’être anecdotique est-elle au contraire le symbole de cet épuisement du régime né de la constitution de 1978.

21La constitution de 1978 c’est d’abord la démocratie. Tous les Espagnols en conviennent. Mais c’est une démocratie partitocratique. La réalité parlementaire s’est soumise à la discipline des deux grands partis de gouvernement qui eux-mêmes ont été soumis à la férule de dirigeants autoritaires. Felipe González pour le psoe, José María Aznar et Mariano Rajoy pour le pp ont été plus que des leaders. Ils étaient l’alfa et l’oméga de leur parti. Zapatero n’a pas joui de la même autorité et c’est son affaiblissement progressif qui a entraîné le psoe dans la crise de leadership et d’identité qu’il continue de traverser.

  • 10 ere : Expediente de Regulación de Empleo, un mécanisme comparable à un plan social dont les fonds o (...)

22Ces partis ont épuisé une partie du rêve démocratique quand leurs modes de financement (filesa pour le psoe ou les ere en Andalousie10, la « trama Gürtel » et les agissements du trésorier Barcenas pour le pp) se sont révélés être totalement en marge de la légalité.

23La stratégie de José María Aznar de rompre avec les points de consensus (notamment sur la politique étrangère) a eu pour effet de renforcer le clivage gauche-droite que la transition démocratique avait voilé sinon occulté. Zapatero aura recours à un socialisme sociétal pour masquer la faiblesse de ses projets économiques qui étaient tout sauf alternatifs et ce faisant il a accentué la crispation entre la gauche et la droite. Or, la culture politique de l’Espagne démocratique avait produit une attente de consensus dans l’opinion publique. Cela se manifesta de manière très sensible lors du décès d’Adolfo Suárez en mars 2014. L’émotion qui s’empara des Espagnols et que Juan Carlos sut capter traduisait ce regret de « la grande politique », c’est-à-dire la capacité de placer au-devant des intérêts partisans les intérêts généraux. Mais c’était une autre époque… et c’était une autre Espagne qui était à construire.

24L’autre acquis de la constitution de 1978 c’est la décentralisation, déclinaison de l’État espagnol en dix-sept communautés autonomes. La genèse des communautés autonomes dépend de dix-sept histoires locales distinctes et d’autant de pactes politiques qui les expliquent. La consolidation des communautés nous place face à des trajectoires distinctes mais qui ont fini par converger noyant la singularité politique de la Catalogne et du Pays basque dans ce que Jordi Pujol avait appelé « el café para todos ». D’où l’ouverture à partir de 1998 d’un nouveau cycle qui aboutit à la situation actuelle. Une situation de profonde incertitude.

  • 11 On l’a vu avec le Statut d’autonomie réformé de 2006, invalidé partiellement par le Tribunal Consti (...)

25La crispation autour de la Catalogne et de son articulation dans l’ensemble espagnol a pour effet de ne pas laisser voir les acquis positifs de la décentralisation et masque la disparition de ce qui était un véritable défi et danger pour la démocratie espagnole : le terrorisme de l’eta. Mais en politique ce qui compte est moins la réalité que la perception que l’opinion publique a des problèmes et des difficultés à traiter. Depuis 2006, la question catalane est au cœur du débat politique et elle s’envenime à coups de recours aux élections ou à coups de convocation de référendum à la légalité douteuse. En Catalogne, la notion et la pratique de la démocratie deviennent des slogans – ainsi de la fameuse notion du « droit à décider » – qui s’affranchissent des normes juridiques fondamentales11.

26Comme à cela s’ajoutait à partir de 2011-2012, la question du financement des autonomies qui ont été frappées de plein fouet par la crise financière espagnole, c’est tout le modèle de l’État des Autonomies qui était mis en question. Esperanza Aguirre, lorsqu’elle était encore présidente de la Communauté de Madrid, réclamait une mise à plat de la carte territoriale espagnole! Le sentiment que l’État avait été construit pour des temps de vaches grasses et non de vaches maigres s’installait… or comme les temps difficiles étaient partis pour durer, il fallait vite tout réformer.

27C’est donc bien tout le système imaginé en 1978 qui était frappé par la crise économique qui devenait non la cause des dysfonctionnements mais leur révélateur. Le système était mal pensé, surdimensionné, trop largement abandonné aux partis politiques et aux élites qui étaient responsables de tous les dérapages… La crise était une crise espagnole.

Une crise démocratique : de la crise espagnole à la crise européenne

28L’explication est trop belle pour être totalement vraie. Si une partie du diagnostic peut-être partagé, il convient de ne pas s’enfermer dans les seules coordonnées espagnoles. Au contraire, il faut élargir le propos et tenter de comprendre comment cette crise espagnole est une illustration d’une crise européenne.

29Les mutations du paysage électoral que les élections régionales et municipales du 24 mai 2015 ont commencé de dessiner avec plus de clarté que les seuls sondages sont le chapitre espagnol de toutes les autres transformations des scènes électorales en Europe. Au Royaume-Uni, la victoire des conservateurs de David Cameron en mai 2015 ne saurait masquer le bouleversement de la carte électorale de l’Écosse au profit des nationalistes du Scottish National Party ni non plus la vraie prégnance du mouvement anti-européen UKIP qui a réuni près de 14% des suffrages. En Italie, contrairement aux attentes, le mouvement cinq étoiles de Beppe Grillo a obtenu des résultats convenables lors des élections régionales de mai 2015 et la droite populiste monte. En France, le Front National a obtenu 25% des voix au premier tour des élections départementales (mars 2015). Bref, partout en Europe occidentale, la crise économique et sociale a des traductions politiques qui affectent le cadre traditionnel, ici le bipartisme, là le clivage gauche-droite, partout le rapport des citoyens à la chose publique. L’Espagne constitue donc une pièce du tableau européen.

  • 12 J’emprunte à Manuel Tuñón de Lara cette notion de « poderes fácticos ».

30La montée de Podemos et le succès de listes alternatives à Barcelone, Madrid, Saragosse, Cadix ou dans les communautés autonomes de Valence et d’Aragon ainsi que la poussée de Ciudadanos sont le signe d’une recomposition politique en cours. Si la corruption politique et économique est devenue le principal argument électoral, c’est qu’elle éclate partout et qu’elle met à jour des mécanismes du pouvoir et de la société espagnols. On retrouve alors une catégorie d’analyse qui s’était un peu dissipée : celles des pouvoirs de fait12. Catégorie d’origine marxiste, elle a été reprise, de manière simpliste et populiste, par Podemos et la gauche radicale sous le terme de « caste ». Pablo Iglesias, le leader de Podemos, maître de conférences en sciences politiques, dénonce, avec ce terme, ceux qui tiennent l’Espagne depuis… avant même 1975.

  • 13 Rodrigo Rato hérite des entreprises de son père, devient militant et député du Parti Populaire avan (...)

31La monarchie et ses liens avec le monde des affaires, la classe politique intimement liée à ce même monde – le parcours d’un Rodrigo Rato l’illustre admirablement13 –, la puissance de groupes comme Telefónica, Banco Santander, bbva, acs… dessinent un monde des élites très compact qui a su, non seulement défendre ses intérêts, mais les élargir au-delà du raisonnable. La gauche radicale dénonce cette mainmise de l’oligarchie sur la vie politique et économique espagnole et le centre (Ciudadanos) entend aussi mettre en place des mécanismes de consultation populaire qui permettrait d’échapper à cette tutelle.

  • 14 « Valoración de 30 años de España en la Unión Europea »,

32Deux autres thèmes espagnols renvoient à l’Europe. Le premier a trait à la construction européenne : en septembre 2011 une révision constitutionnelle a abouti à la modification de l’article 135 pour y introduire la « règle d’or » budgétaire. Là où il était écrit « le gouvernement devra être autorisé par une loi pour émettre de la Dette publique ou pour contracter un emprunt » (alinéa 1), il est désormais dit : « Toutes les administrations publiques conformeront leurs actions au principe de stabilité budgétaire ». Il est précisé que les limites du déficit sont fixées selon les critères de l’Union Européenne. Cette réforme constitutionnelle a été à peine discutée. Votée par les Cortes en septembre 2011 avant la dissolution, elle est confirmée par les Cortes élus en novembre 2011 comme le prévoient les mécanismes de révision. Il y a eu à peine de débat alors même qu’il s’agit d’une décision lourde de conséquences. L’euroscepticisme n’est pas encore là. Un sondage de Metroscopia diffusé par El País le prouve : 70% des personnes interrogées estime bénéfique l’appartenance de l’Espagne à l’ue et 63% des Espagnols se sentent citoyens européens14. Il n’empêche que le thème de l’articulation de la souveraineté nationale et de la souveraineté européenne est appelé à croître dans le débat public espagnol.

33Et on trouve le second thème : la question catalane. Depuis 2010, Artur Mas, le président de la Généralité de Catalogne et président du parti Convergencia i Unió, conduit une politique visant à permettre puis obtenir une déclaration d’indépendance de la Catalogne. La manifestation de juillet 2010 contre le Tribunal Constitutionnel, les célébrations multitudinaires des 11 septembre (2012, 2013, 2014) ont précédé la mise en scène d’une consultation populaire portant sur le désir de transformer la Catalogne en État et en État indépendant (9 novembre 2014). La prochaine étape sera les élections au parlement catalan, initialement prévues pour le 27 septembre 2015. On est là aussi au cœur d’une question politique qui est celle de la souveraineté avec une difficulté. Comment déterminer les contours du peuple appelé à exercer cette souveraineté? Sur quelles bases juridiques et démocratiques établir la liste des citoyens catalans?

34Le thème catalan, parce qu’il renvoit à des débats pluriséculaires, introduit dans le débat politique espagnol de grands dangers. La passion nationaliste se mobilise d’un côté et de l’autre… alors même que ce temps de la passion nationaliste semblait être d’un autre âge en Europe occidentale. La disqualification de l’adversaire ouvre la voie à tous les excès rhétoriques, politiques et culturels. Les conditions du débat se tendent effaçant les enjeux du débat. Et sur cette question, les quatre années de gouvernement de Mariano Rajoy (2011-2015) sont actuellement des années perdues qui ont vu se tendre le débat au lieu de le permettre.

35Les élections générales prévues pour la fin 2015 constitueront un moment clef et livreront bien des enseignements sur l’état actuel de l’Espagne. Il n’appartient pas à l’historien, même du très contemporain, de tenter un pronostic. Mais il peut à la lumière des dynamiques qui construisent l’avenir constater que les années 2008-2015 constitueront une inflexion forte dans l’histoire de l’Espagne et qu’elles marquent le passage d’un temps qu’on pourrait appeler celui des « trente glorieuses espagnoles » (1977-2007), à celui des incertitudes et de la recomposition d’une démocratie, certes jeune, mais déjà formée par quarante ans de pratiques militantes, électorales et constitutionnelles.

Haut de page

Notes

1 Le 22 février 2008, Manuel Jiménez titre dans El País : « Una oportunidad perdida para Pizarro ».

2 Le chômage a augmenté de 106 674 personnes en 2007 selon les chiffres du Ministère espagnol de l’Emploi.

3 « La tormenta pluscuamperfecta. Cuando toda España pensaba en un elefante llega el zarpazo del peronismo: el círculo vicioso se acelera », La Vanguardia, 17 avril 2012.

4 Signalons l’excellent livre de Antonio Muñoz Molina, Todo lo que era sólido, Seix Barral, Barcelona, 2013, comme traduction de ce sentiment de métamorphose de la réalité en illusion.

5 Évolution du pib espagnol : 2009 : -3,2% ; 2010 : 0% ; 2011 : -0,6% ; 2012 : -2,1% ; 2013 : -1,2% : 2014 : +1,4%. Estimation prévue pour 2015 : de +2,8% à +3,2% (prévisions du gouvernement, de l’ocde, du FMI et de la Commission européenne).

6 Les chiffres provisoires de 2014 signalent une amélioration : le déficit est de 3,5 milliards d’euros soit 0,32% du pib contre 1% en 2013.

7 « El déficit lima la fortaleza de la Seguridad Social », El País, 11 décembre 2011.

8 https://www.youtube.com/watch?v=t9CYOIl_EpY [2 avril 2015].

9  Alors que le chômage continue d’augmenter jusque fin 2012, les dépenses de l’État consacrées à l’indemnisation baissent de 31 milliards en 2010 à 27 milliards en 2013. Les aides pour la création d’emploi passent de 7,7 milliards en 2008 à 3,7 milliards en 2013. Les dépenses en infastructures tombent de 14 à 6 milliards entre 2010 et 2013. L’aide au logement est réduite de 50% (de 1,4 milliard à 700 millions).

10 ere : Expediente de Regulación de Empleo, un mécanisme comparable à un plan social dont les fonds ont été détournés pour le fonctionnement des syndicats et du parti socialiste.

11 On l’a vu avec le Statut d’autonomie réformé de 2006, invalidé partiellement par le Tribunal Constitutionnel en 2010. La Généralité de Catalogne a mobilisé l’opinion publique catalane pour dénoncer ce jugement de la cour constitutionnelle et opposer la souveraineté catalane à la légalité constitutionnelle espagnole. Or la souveraineté catalane n’est pas – encore? – une catégorie juridique et politique. Mais le problème vient aussi de ce que le Tribunal Constitutionnel a été largement instrumentalisé par le pp et le psoe et qu’il a entre 2004 et 2010 perdu de sa « qualité » démocratique comme institution reconnue et acceptée de tous.

12 J’emprunte à Manuel Tuñón de Lara cette notion de « poderes fácticos ».

13 Rodrigo Rato hérite des entreprises de son père, devient militant et député du Parti Populaire avant d’être l’emblématique ministre des Finances du gouvernement Aznar. Directeur général du FMI de 2004 à 2007, il revient en Espagne où il préside à la fusion des caisses d’épargne régionales (groupe Bankia). Le scandale de l’introduction en bourse de Bankia sur la base de comptes faux conduit à une mise en examen puis à une détention spectaculaire en avril 2015.

14 « Valoración de 30 años de España en la Unión Europea »,

http://elpais.com/elpais/2015/06/11/media/1434039739_565867.html, [13 juin 2015].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Pellistrandi, « Crise en Espagne et crise espagnole », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 16 janvier 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/5936 ; DOI : 10.4000/ccec.5936

Haut de page

Auteur

Benoît Pellistrandi

Professeur d’histoire au lycée Condorcet (classes préparatoires)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org