Navigation – Plan du site
Études
Miscellanées

L'image de la Guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936 et 1975-I

La bande dessinée espagnole du temps du conflit
La imagen de la Guerra Civil española en el comic entre 1936 y 1975
Michel Matly

Résumés

Ceci est le premier de deux articles qui présentent un bref panorama de la représentation de la guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936, soit le début du conflit, et 1975, année de la mort de Franco. Cet article se concentre sur l'édition espagnole de bandes dessinées pendant le conflit tandis le suivant explorera celles des autres pays à la même époque, puis la production tant espagnole qu'extérieure dans les années du franquisme. En Espagne durant le conflit, les deux camps ont utilisé en abondance la bande dessinée avec des intentions et des tonalités très différentes. Le camp franquiste s'en est servi à des fins de propagande principalement pour déprécier l'adversaire, avec un ton plus retenu dans le cas de l'extrême-droite phalangiste, plus combatif et chargé de haine dans le cas de l'Église catholique. Pour sa part le camp gouvernemental a utilisé la bande dessinée dans la presse de tranchées pour divertir et éduquer le combattant, dans la presse politique pour rejeter la responsabilité du conflit sur les puissances extérieures et dans les revues juvéniles pour réduire les angoisses du jeune public face au déroulement de la guerre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Maryse Bertrand de Muñoz, Bibliografía de la guerra civil española de 1936-1939, Madrid, CD Univer (...)
  • 2  La représentation est à prendre ici et tout au long du présent article dans son acception sociolog (...)

1Dans son impressionnante bibliographie consacrée à la Guerre civile1, Maryse Bertrand de Muñoz recense plus de 42 000 ouvrages entre 1936 et 2006, entre essais historiques ou politiques, romans, films, théâtre, musiques… et si la bande dessinée y occupe une place modeste (quelques dizaines d'œuvres), elle n'y est pas pour autant oubliée. Entre albums et histoires courtes, on peut estimer en fait la production depuis 1936 jusqu'à aujourd'hui à plus d'un demi-millier d’œuvres dessinées consacrées totalement ou partiellement au conflit, un chiffre suffisant pour qu'on prenne le temps d'analyser comment le média a représenté la guerre, qu'on ait le souci de mettre en évidence la diversité et les évolutions de ses représentations2. Ceci constitue un complément à d'autres travaux sur la mémoire de la Guerre civile espagnole, largement traitée à partir d'autres sources comme le roman, le cinéma, la parole politique.

2On présumera même que traiter de la représentation de la Guerre civile espagnole par la bande dessinée peut apporter des éclairages plus porteurs de sens, en raison des spécificités du média. Par la magie de la perspective, le dessin situe le lecteur en son sein, l'oblige à partager le point de vue de l'auteur. Sa simplification est en fait amplification. Il ne peut se protéger ni par les circonvolutions du langage ni par la fugacité de l'image animée, contraint l'auteur au raccourci et nous révèle ses intentions parfois au-delà de ce qu'il souhaiterait révéler.

3La production de bande dessinée traitant du conflit est significative pendant la guerre, minime durant les années du franquisme, puis à nouveau abondante après la mort du dictateur espagnol : près de 350 œuvres ont ainsi été publiées depuis 1975. Cette production moderne de bande dessinée, certes portée par l'essor du média et la diversification de ses thématiques, témoigne à elle seule de la persistance de l'intérêt pour le conflit espagnol, en Espagne évidemment mais aussi et à un niveau presque égal dans d'autres pays. À leur tour, la diversité des regards récents et contemporains sur la mémoire de la Guerre civile espagnole, les différences qui sont perceptibles entre pays et entre époques ne peuvent être complètement analysées et comprises sans référence à la bande dessinée plus ancienne des années de la guerre et du franquisme.

  • 3  On rappellera que bande dessinée a deux traductions espagnoles, marquées dans le temps : d'abord t (...)

4Deux articles seront consacrés à l'image de la Guerre civile dans la bande dessinée dans un temps où en Espagne celle-ci se dénomme « historieta » ou « tebeo », une époque qui part de la guerre et s'achève à la mort de Franco3. Le premier article – celui-ci – concerne la bande dessinée consacrée au conflit pendant le temps même de la Guerre civile entre 1936 et 1939 et le second article abordera les œuvres publiées dans d'autres pays durant la guerre et celles, tant espagnoles qu'extérieures, publiées lors des années franquistes soit de 1940 à 1975.

  • 4  Mirta Nuñez Díaz-Balart recense 453 titres plus 23 évoqués mais non retrouvés. Mirta Núñez Díaz-Ba (...)

5La bande dessinée espagnole du temps de la Guerre civile reste un monde à explorer. D'abord parce que l'époque a été marquée par le fleurissement de centaines de titres à la durée de vie généralement courte : du seul côté républicain la presse de guerre a compté plus de 450 titres dont une bonne part illustrés4. Ensuite parce que beaucoup de ces publications ont été dispersées et ne réapparaissent que difficilement lorsque par miracle elles ont été préservées. Si nombre d’œuvres traitant du conflit restent à identifier et à analyser, les travaux réalisés par des chercheurs comme en Espagne, Antonio Martín Martínez, Jorge Catalá et Manuel Barrero, en France Viviane Alary et Didier Corderot fournissent néanmoins des informations précieuses sur la production espagnole de l'époque.

6Lors de la période du conflit, la bande dessinée a été largement utilisée à des fins guerrières et politiques par les deux camps, tant en direction des adultes que du public juvénile. Chaque camp en fera usage à des titres divers dans la « presse de tranchée » au service de ses combattants, dans la presse généraliste ou politique et dans les revues pour la jeunesse, même si des conditions d'édition de plus en plus difficiles réduiront progressivement la place du dessin dans les publications.

La bande dessinée franquiste : la haine catholique envers la république

  • 5 José Millán Astray, fondateur de la légion, est passé à la postérité le 12 octobre 1936 lors du dis (...)

7D'abord prise d'assaut par la Phalange qui s'empare d'un nombre important de journaux et périodiques, la presse est vite reprise en main par le gouvernement de Burgos qui crée en janvier 1937 une délégation pour la presse et la propagande, la confie au moins pour un temps au général Millán Astray5, avec la charge de proposer un ensemble coordonné de revues favorables au régime et de calmer les tensions entre phalangistes et catholiques traditionalistes, les deux principaux piliers idéologiques du soulèvement.

Publications pour adultes

8Naîtront ainsi diverses publications dont l'hebdomadaire de photographies Fotos ou la revue satirique La ametralladora, On trouvera quelques bandes dessinées relatives au conflit dans Fotos, comme fin 1937 les « Aventuras milicianas del terrible Paco Lanas » (les aventures miliciennes du terrible Paco Lanas) illustrées par Maximo Ramos puis en 1938-39 « 5 minutos de buen humor - Zona roja » (5 minutes de bonne humeur - Zone rouge) de Sánchez-Vázquez, qui poursuivent un objectif commun de donner de l'adversaire l'image la plus méprisable et montrer la misère en zone gouvernementale.

9La ametralladora, la revue « de tranchée » destinée au combattant franquiste, utilisera quant à elle assez peu les bandes dessinées (on peut citer l'une d'elles qui raconte la vie et mort horrible d'une « milicienne immonde », emprisonnée par les siens pour avoir protesté contre les files d'attentes devant les magasins d'alimentation) et sa direction, après une vingtaine de numéros sous coupe phalangiste, passera à l'humoriste Miguel Mihura qui en améliorera la qualité au prix d'un humour relativement éloigné des tensions guerrières. Ce sera plutôt dans les revues juvéniles que la bande dessinée trouvera sa place et sa pugnacité.

Publications pour la jeunesse

  • 6  Antonio Martin dénombre à l'époque 15 éditeurs de bande dessinée à Barcelone. On en compte 9 à Mad (...)

10L'essentiel de l'édition se trouve alors concentrée dans la zone républicaine, à Barcelone surtout, à Madrid et à Valence ensuite6 et il faudra donc pour le camp franquiste créer de toutes pièces des revues destinées aux adolescents. Quelques initiatives limitées avaient surgi comme à Saragosse la revue dessinée carliste Flechas (novembre 1936, 20 numéros), mais c'est dans un Saint-Sébastien récemment conquis et qui dispose des meilleures conditions d'imprimerie que les principales revues de bandes dessinées franquistes destinées à la jeunesse verront le jour : Pelayos, Flecha, Chicos afficheront leur soutien au soulèvement militaire, même si seuls les deux premiers, plus politiques, l'exprimeront en bandes dessinées.

  • 7  La revue Pelayos ne doit sa survie pendant deux ans qu'à l'appui financier d'un industriel catalan (...)

11Pelayos naît juste après Noël 1936, Flecha un mois après, en janvier 1937. Le premier, dirigé par le chanoine Mariano Vilaseca, est l'émanation du mouvement traditionaliste carliste associé à la tentative initiale de coup d’État et le second, dirigé par un architecte et dessinateur, Avelino de Aróztegui, est associé à la Phalange, organisation d'extrême droite qui sans être associée initialement au soulèvement, a immédiatement rejoint les insurgés militaires. La presse, comme bien d'autres domaines, sera l'enjeu de luttes sourdes entre les deux mouvements, et la cohabitation difficile de ces deux revues juvéniles en est un exemple7.

12Les deux années de vie et les quelques 100 numéros hebdomadaires et almanachs de Flecha d'une part et Pelayos de l'autre, méritent donc une attention particulière. On peut y trouver des similitudes de thèmes, comme l'appel à la résurrection de l'Espagne, l'assimilation des partisans de la République à des agents de Moscou, les imprécations contre les séparatismes, l'amour professé pour les puissances de l'Axe. On y trouve aussi abondance de textes et de photos de propagande et la virulence générale n'est pas moindre dans chacune des revues. Mais peut-être parce que la première est dirigée par un idéologue et l'autre par un professionnel de la bande dessinée, le ton des œuvres dessinées y est assez différent.

  • 8 Didier Corderot, «Flecha, el semanario de las Juventudes falangistas (1937-1938)», in Jean-Michel (...)

13Dans les bandes dessinées de la revue Flecha en effet, l'adversaire républicain est plus ridiculisé que haï. Ce sera par exemple évident dans la série du directeur de la revue, Aróztegui « El Flecha llamado Edmundo vence siempre a todo el mundo » (Le Flèche – soit le jeune phalangiste – appelé Edmundo bat toujours tout le monde), où le jeune héros phalangiste tire parti de la bêtise ou l'ivrognerie des miliciens, symbolisés par « Paco el tuerto » (Paco le borgne) natif de Tomelloso, cité de la Manche symbolisant sans doute dans l'esprit de l'auteur à la fois éthylisme et révolution, puisqu'elle a subi une collectivisation ouvrière de ses caves8...(voir illustration 1). La mort y est présente mais elle a un caractère léger, parce que c'est le gentil Edmundo qui l'administre.

Illustration 1 : Le « flecha » Edmundo et son adversaire, Paco le borgne, dans un tank qui ne peut qu'être russe. Aróztegui, « Edmundo au front », Flecha nº1, p.4, 1, 22 janvier 1937.

14Un autre républicain, celui-ci dessiné par Plino, « Sandalio el miliciano », sous les ordres du chef de la cheka russe Patapof, n'est guère plus qu'un balourd et un ivrogne tandis qu'ailleurs le phalangiste Tiburcio effraie l'adversaire en se mettant un entonnoir sur le nez. Certes on trouvera dans Flecha quelques débordements antisémites signés Ito – « Cosas de judíos » ou « Samuelito el judío », (affaires de juifs, Samuelito le juif) – mais ils restent finalement modérés (le juif en tant que petit voleur) et datés (printemps 1938) et disparaissent rapidement de la revue.

Illustration 2 : « J'ai soif de voler et d'assassiner, Ce n'est pas pour rien que je suis rouge », Castanys, « Un milicien rouge », Pelayos nº25, p.10, 1-2, juin 1937.

Pelayosrequetés

Histoire du mouvement national

  • 9 L'origine de l'« aleluya » (« auque » ou « auca ») remonte au XVIe siècle. Il s'agit d'une successi (...)

15La grande œuvre de Pelayos, scénarisée par son directeur le chanoine Vilaseca et illustrée par divers dessinateurs au fil du temps, est « Historia du movimiento nacional » (Histoire du mouvement national) qui accompagne la revue sur deux pages pratiquement de son premier à son dernier numéro. Dans la tradition de l'« aleluya »9, à la limite de la bande dessinée, elle y participe cependant en faisant des deux camps de véritables personnages récurrents, en retraçant la continuité de leurs aventures guerrières et en y associant une forte charge émotionnelle. En 182 pages, la bande dessinée réinterprète à chaud la Guerre civile et ses circonstances du début jusqu'à la disparition de la revue, à trois mois de la fin du conflit.

16Lorsque naît « Historia du movimiento nacional », la Guerre civile a déjà cinq mois d'existence et les premières pages en reprennent les causes et les premiers événements. Dès la vignette 2 du premier numéro, la République, manipulée par le complot franc-maçonnique international, porte l'entière responsabilité du conflit : « Le 14 avril, un groupe de mauvais espagnols proclament dans notre patrie la République ». L'ennemi peut être catalan (« el rojoseparatista » le séparatiste rouge) ou basque (le mauvais catholique), socialiste, porter sur lui l'acronyme de la FAI (la fédération anarchiste), il est exclusivement et définitivement désigné comme communiste, et ses liens avec Moscou sont systématiquement déclinés.

Illustration 3 : « Les séparatistes et communistes, ivres d'enthousiasme, commencèrent à brûler des temples, à déterrer des cadavres de religieuses, à assassiner les personnes décentes et à s'enivrer ». Vilaseca, Mariano, « Historia del movimiento nacional » (1937), Pelayos nº11, 7 mars 1937, vignette 118 (les vignettes sont numérotées du début à la fin de l'histoire, au fil des numéros)

  • 10  On trouvera les combattants du soulèvement dessinés en quatrième page de couverture du nº5 du 30 j (...)
  • 11  Les musulmans maures sont bien accueillis par l’œuvre catholique, parce qu'ils viennent défendre c (...)

17La Russie est l'ennemi extérieur dont il faut libérer l'Espagne. L'hypocrisie de la France, accusée de ne pas respecter les principes de non-intervention, y est aussi fréquemment dénoncée mais une plus grande discrétion est observée vis à vis des appuis italien et allemand (autre différence avec le phalangiste Flecha, qui célèbre sans fard les amis italiens fascistes et allemands nazis). Les combattants de la bonne cause sont le requeté carliste évidemment, le légionnaire, le fasciste (sans qu'il soit précisé s'il est italien ou si le terme désigne le phalangiste, qui autrement serait absent10) et le regular marocain, seul étranger explicitement admis dans le cercle espagnol11. Et surtout, même si les malversations étrangères l'accompagnent et le pervertissent, l'ennemi est avant tout espagnol.

  • 12  Dans les 40 premiers épisodes de « El movimiento nacional », quand le contenu idéologique s'affirm (...)
  • 13  Si l'on trouve ainsi dans les publications illustrées phalangiste et carliste des allusions antisé (...)

18De tous les termes utilisés, il en est un qui revient avec une fréquence considérablement supérieure à tous les autres : « rojo », le rouge12. Il ne s'agit pas tant ici de défendre un point de vue ou un idéal que de jeter l'anathème sur l'autre, le tenant de la République, le politicien franc-maçon qui complote avec le juif apatride13 la déchéance de l'Espagne, le séparatiste qui veut la dépecer et la « chusma » (la populace) qui brûle les églises, brutalise et assassine hommes, femmes et enfants, et qui ne mérite plus le nom et la qualité d'Espagnol. Si l'auteur insiste parfois sur le fait qu'il existe « aussi » de bons ouvriers et paysans, c'est qu'il a besoin de le faire : sa critique n'est pas seulement politique mais sociale, vis à vis d'un peuple espagnol qui doit être dompté et soumis.

Illustration 4 : « Encore des incendies d´églises » (vignette 56) et « Le conte des bonbons » (vignette 57), Pelayos nº5, 24 janvier 1937.

1415
  • 16  On estime que 6832 prêtres et religieuses ont été assassinés pendant la Guerre civile. La propagan (...)
  • 17 La Garde civile est haïe par la gauche en raison de son usage dans les répressions passées. Elle es (...)
  • 18  Clara Campoamor raconte qu'envoyée aux Asturies, elle a été chargée d'enquêter sur un prêtre assas (...)
  • 19 Carlos Gil Andrés signale que pour que s'exerce la violence, il faut des directeurs qui l'autorisen (...)
  • 20 Avec la torture et l'exécution sommaire de centaines de personnes, la répression de l'insurrection (...)

19La violence du côté républicain est réelle16 et elle aura du mal à être réduite par un gouvernement réticent à utiliser ses forces de l'ordre17, mais les faits relatés, destinés à impressionner le lecteur juvénile, relèvent de la rumeur et de la légende18. Ces anecdotes ne sont en rien innocentes, elles entretiennent le climat d'hystérie, suscitent la haine et la peur. Elles montrent aussi combien a sauté le verrou de la morale chrétienne face à la violence19, lui rendent acceptable toute répression en marge de la légalité et autorisent l'application en Espagne de méthodes qui relèvent de la guerre coloniale20.

20Le destin des deux revues rejoint celui des organisations qui les soutiennent : elles fusionneront sous le titre Flechas y Pelayos en décembre 1938, un peu plus d'un an après que le carlisme et la Phalange aient été contraints par le pouvoir franquiste à l'union forcée dans la « Falange Española Tradicionalista y de las jons ». Si le ton de propagande reste présent, Flechas y Pelayos dirigé par un autre religieux, le bénédictin Justo Pérez de Urbel, n'utilisera plus la bande dessinée pour véhiculer ses messages guerriers ou politiques.

La bande dessinée du côté gouvernemental : l'ennemi est italien, les bidasses et les enfants s'amusent

21Comme et plus encore que dans l'autre camp, l'image a une importance considérable pour faire passer les messages : nous sommes dans une Espagne où le taux d’illettrisme est en moyenne de l'ordre de 30 % et beaucoup de ceux issus des classes populaires qui combattent dans le camp gouvernemental ne sont pas capables de lire un texte politique tant soit peu extensif. La propagande fait donc un large usage de l'image au profit des adultes : affiches, films, albums de dessins, cartes postales, dessins de presse, aleluyas et bandes dessinées, souvent en format ultracourt d'une seule bande ou en pleine page.

  • 21  Parmi les réquisitions d'ateliers de presse, on peut citer en Catalogne le cas de La Batalla et Av (...)

22A l'instar de celle dans les territoires acquis à l'insurrection militaire, la presse située dans la zone gouvernementale se voit affectée par les événements politiques : confiscation d'ateliers d'imprimerie ou réquisition partielle pour l'édition de titres militants, saisie de journaux et transfert à des rédactions anarchistes ou communistes21, naissance de nouveaux titres aux mains des forces politiques associées au pouvoir. Dans cette presse foisonnante, la caricature et la bande dessinée auront des fonctions assez différentes.

  • 22 La présente analyse de la presse républicaine pour adulte s'appuie largement sur les documents réun (...)
  • 23 On rappellera que le poum, (Partido Obrero de Unificación Marxista), parti d'obédience marxiste dis (...)
  • 24  Fernando Díaz-Plaja, La caricatura española en la Guerra Civil, Madrid, Tiempo de Historia n° 73, (...)

23La caricature, nous dit Jorge Catalá22, vise avant tout à ridiculiser l'ennemi franquiste et à dénigrer au sein du camp gouvernemental les factions opposées à celle de la publication. Le ridicule vise avant tout à déprécier les dirigeants de l'insurrection militaire, souligner leurs liens avec les dictatures européennes, et ne s'exprime que rarement sur le champ social. On y est aussi prompt à y étaler ses différends politiques, contrairement au camp franquiste qui muselle ses oppositions. Fernando Diaz-Plaja note qu'à Burgos ou à Séville, ne se publie aucun dessin satirique dénigrant les hédillistes (phalangistes minoritaires de souche populaire opposés à Franco) alors que dans le camp opposé ceux attaquant le poum23 ou les anarchistes prolifèrent à Barcelone ou Valence24.

24La bande dessinée va être utilisée à d'autres fins et sur d'autres registres : pour exprimer des liens de solidarité entre le front et l'arrière, éduquer et amuser le combattant dans la presse de tranchée, externaliser le conflit et en rejeter la faute sur les puissances étrangères dans la presse politique, alléger le poids de la guerre dans les revues infantiles. Le combattant républicain en est pour le meilleur et pour le pire le thème central, l'ennemi y est peu représenté et quand il l'est parfois, le ton est mesuré, loin des caricatures et des excès des bandes dessinées franquistes.

Presse politique et satirique

25La presse généraliste et politique fait en général un usage modéré de la bande dessinée. Qu'elle soit disséminée dans ses pages ou réservée à un supplément infantile, même lorsque elle fait allusion au conflit, la bande dessinée constitue en général une pause de détente au sein d'un contexte d'articles plus graves sur les événements de la guerre ou leur interprétation politique.

  • 25  Antonio Martín, Historia del comic..., op. cit.

26Ainsi certaines revues destinées à un public adulte publient quelques bandes dessinées en relation à l'actualité guerrière, telles Estampa, Mundo Gráfico et Crónica, mais celles-ci, destinées aux plus jeunes de leurs lecteurs (« La vuelta al mundo de Colás y Barullo » d'Emilio Ferrer en Mundo Gráfico, « Canito y su gata Peladilla » de Piti Bartolozzi en Crónica « Aventuras de Pipo y Pipa » de Salvador Bartolozzi en Estampa25) sont relativement infantiles et se bornent à souligner le bien-fondé de l'engagement contre le soulèvement militaire.

  • 26  jsu : Juventud Socialista Unificada, né de l'union des Jeunesses socialiste et communiste.

27De même l'organe de la jsu26, le journal La Hora, publié à Valence entre juin 1937 et mai 1938, a un supplément, Garabatos, qui vise un public de jeunes adultes qui va aborder à plusieurs reprises le conflit. On y trouvera ainsi une bande dessinée pleine page à épisodes comme « Las aventuras de Cornejo, un joven unificado que en la vida será viejo » (les aventures de Cornejo, un jeune unifié qui dans la vie sera vieux) de José Bardasano Baos, qui sans référence à l'ennemi vise à donner du combattant une image disciplinée qui tranche avec le désordre ambiant dans les milices, ainsi que des histoires courtes d'une seule bande, souvent sous la signature de « Ley » (José Soriano Izquierdo). Celui‑ci aborde des thèmes plus critiques, la non-intervention, les « planqués » ou la cinquième colonne, l'ennemi enfin, mais il le fait d'une façon généralement comique et débonnaire.

  • 27  No Veas, nº1, 22 mai 1937, p. 16
  • 28  Une vignette désignant les différents visages de l'ennemi atteste des contradictions qui vont mine (...)
  • 29  Le señorito désigne le jeune héritier oisif des grands domaines agricoles régnant d'une manière fé (...)

28Né en mai 1937, le madrilène No Veas est une arme de presse de circonstance destinée à attaquer le poum et défendre le communiste. Ses articles sont virulents, mais ses bandes dessinées, plus abondantes que dans les titres précédents, sont relativement bénignes : « Jarabato, para pasar un bien rato » (pour passer un bon moment) de Barabasano, où l'ennemi apparaît sans plus27 (l'officier, le garde civil28, le señorito29, le maure), « Aventuras de Colas », le bon soldat à l'étoile du même auteur ou « Don Matias », le planqué de Babiano, deux bandes dessinées où les histoires servent à brocarder ou dénoncer les conditions de l'arrière.

Revues satiriques

29La revue catalane L'Esquella de la Torratxa, créée en 1872, et la valencienne La Traca, apparue pour la première fois en 1884, comptent parmi les plus anciennes du genre satirique. Toutes deux ont connu une naissance chaotique et des problèmes répétés avec la censure au cours d'une longue existence qui s'achèvera pour l'une en janvier 1939 et pour l'autre deux mois plus tard, pratiquement à la fin du conflit. Elles concèdent un espace à la bande dessinée mais restent cependant plus connues (et leurs auteurs plus spécifiquement persécutés après-guerre) pour la pugnacité de leurs dessins de presse.

  • 30  Anthony Eden, au Foreign Office britannique jusqu'en février 1938, promoteur du pacte de non-inter (...)

30L'Esquella de la Torratxa, qui dépassera le numéro 3000 en 1937, est prise en main dès septembre 1936 par le Sindicat de Dibuixants Professionals de Barcelona (syndicat des dessinateurs professionnels de Barcelone), dont la volonté de militance est troublée par les luttes internes qui traversent la gauche catalane. Les bandes dessinées y sont de deux sortes : les unes sont engagées mais ne concernent que les aspects internationaux du conflit et on y retrouvera principalement les chefs d’État étrangers (Mussolini, Hitler, Eden30) sous des signatures comme celles de Bofarull, qui contribuent à donner une image avant tout externe du conflit ; les autres sont anodines et si parfois on y trouve trace des difficultés à l'arrière (tel cet homme qui s'achète une trottinette pour parcourir les queues), jamais on y montre le front. Un seul contre-exemple nous a été accessible, illustrant un conflit qui s'inscrit dans la durée : un combattant au fond de sa tranchée émonde sa barbe de plus en plus longue pour en faire du tabac…

Illustration 5 : L'Esquella de la Torratxa nº3043, p.10, décembre 1937.

  • 31  Gonzalo Queipo de Llano a été un général favorable à l'avènement de la République (il commencera l (...)
  • 32  L'expression est de Jorge Catalá. L'homosexualité présumée de Franco était une plaisanterie même a (...)

31Sortant d'une période d'interdiction sous la dictature de Primo de Rivera où il avait resurgi épisodiquement sous des noms divers (La Sombra en 1924, La Chala en 1926), la revue valencienne La Traca renaît avec la République et s'affirme une vocation nationale en se publiant en espagnol. L'extrême virulence et surtout l'anticléricalisme de la revue fera d'elle une cible privilégiée pour les représailles ultérieures du franquisme vainqueur. Comme dans le cas de la précédente, les bandes dessinées ne participent pourtant guère de cette violence. Si on peut noter quelques aleluyas contre Franco, Queipo de Llano31 ou les planqués de l'arrière, les bandes dessinées mettent comme dans L'Esquella l'accent sur la dénonciation des interventions étrangères (on pensera aux pages de Carnicero, dont un exemple est présenté en illustration 5). Seule différence, y apparaît parfois la figure « indolente et efféminée »32 de Franco, dédaignée par la revue catalane. On y trouvera aussi quelques bandes dessinées anodines, même sous des plumes aussi acérées que celle du dessinateur Carlos Gómez Carreras, alias Bluff, qui paiera de sa vie son humour anticlérical.

Illustration 6 : Carnicero, « Metralla », (la mitraille) La Traca nº1192, 23 juin 1937.

Presse de tranchée

32Avec des titres particulièrement nombreux et volatiles (beaucoup d'unités militaires se doteront de revue d'une courte vie), la presse de tranchée du côté républicain reste encore mal connue. Le matériel actuellement disponible permet toutefois de souligner quelques caractéristiques de cette presse en tant qu'outil pédagogique et de lien entre le front et l'arrière.

  • 33  Canuto s'appellera « Tartempion » en français et « Pechmann » (le malchanceux) en allemand dans ¡A (...)

33Les revues s'efforcent de lutter contre les mauvaises habitudes de combattants pour la plupart inexpérimentés, leur apprendre le respect de leurs armes, leur enseigner les mérites de la discipline, décourager leur manque d'hygiène ou leur alcoolisme. La presse de tranchée va pour cela s'exercer au comique troupier avec un personnage qui y sera souvent décliné, celui du héros négatif dont le prototype est le soldat Canuto33, troufion débraillé, mal rasé, sale, buveur et capable de toutes les bêtises.

34Canuto, créé par Tomás Porto y del Vado, naît en mars 1937 dans la revue La Voz del Combatiente avec une première histoire au titre évocateur « El alcohol es peor que los tanques » (l'alcool est pire que les tanks). D'autres suivront : « la saleté n'a jamais été glorieuse », « à moins de poil plus d'hygiène » (illustration 7), sur l'automutilation, l'analphabétisme, le soin des armes, la fraternité du combattant, etc. Canuto sera vite populaire parmi les combattants, ses histoires seront reprises par divers organes de tranchées et finalement rassemblées en trois recueils par le Sous-commissariat d'Agitation et de Propagande du Commissariat Général de Guerre sous le titre Hay que evitar ser tan bruto como el soldado Canuto - Peripecias y desdichas de un mal soldado (Il faut éviter d'être aussi crétin que le soldat Canuto - Péripéties et mésaventures d'un mauvais soldat ».

Illustration 7 : « A menos pelos, mas higiene », (À moins de poils, plus d'hygiène), Porto, Hay que evitar ser tan bruto como el soldado Canuto (Il faut éviter d'être aussi bête que le soldat Canuto), Subcomisariado de Agitación y Propaganda del Comisariado General de Guerra, 1937.

  • 34  Le souci des maladies vénériennes venait à la fois de la crainte de leur propagation volontaire pa (...)

35Ce héros négatif se déclinera dans d'autres personnages, comme celui né en 1938 dans Trincheras – Semanario del soldado, organe de la jsu de Barcelone dirigé par Soriano Izquierdo. Ici la bêtise du soldat Restituto, « Soldao más tonto que bruto » (soldat plus bête que méchant), sous la plume de Castillo Canedo, est plutôt utilisée pour la lutte contre les maladies vénériennes, une hantise du moment34. On citera encore dans Trincheras, Heliodoro, adepte un peu trop assidu du « bar rouge », qui blesse ses camarades en jouant avec son arme, dans Nuevo Ejército: Órgano de la 39 División les soldats Zenón, « tonto y travieso » (bête et farceur) et Mascarón « el eterno protestón » (le râleur permanent) ou encore dans Blindajes. Portavoz de las Fuerzas Blindadas del Ebro, Bautista, « el peor de los tanquistas » (le pire des tanquistes).

36L'ennemi n'est pas le sujet et apparaît pratiquement pas. Une autre œuvre dessinée de Trincheras, « Dos nuevos voluntarios » de Lorenzo Goñi, histoire d'un père (Tío Paco) et d'un fils (Chico Pepe) engagés dans le conflit nous montre cette fois-ci une armée gouvernementale professionnalisée luttant sur le front de l'Èbre. C'est semble-t-il une des rares bandes dessinées à nous montrer le camp opposé : celui-ci est simplement ridicule et surtout italien.

Presse juvénile

37Au sein des revues juvéniles de bande dessinée, on distinguera évidemment les publications commerciales établies de celles militantes surgies de l'effervescence du conflit. Si les premières ont plus tendance au divertissement et les autres à l'endoctrinement, la différence s'avère pourtant mince dès qu'il s'agit des bandes dessinées.

  • 35  Pulgarcito nº794, p. 1.
  • 36  Pulgarcito nº798, p. 1.

38Au début de la Guerre civile, les magazines commerciaux (TBO, Mickey, Pulgarcito, Pocholo, etc) continuent de paraître normalement. On y trouvera quelques bandes dessinées relatives au conflit : la plupart en font une traduction enfantine afin d'en dédramatiser le contexte : ainsi le petit Pulgarcito milite-t-il pour la paix (avec gâteaux et chocolats)35, les bombes franquistes servent à partager la pastèque du soldat de la République36, ailleurs des enfants organisent le désordre dans la maison pour reproduire celui de la guerre des adultes. Dans le même groupe éditorial « El Gato Negro » de Juan Brughera, Calderilla ironise sur un homme qui rate tous ses suicides mais se réfugie dans un abri à la première alerte aérienne. On y trouvera aussi des engagements militaires mais ils sont traités sur le mode comique. Le magazine (apolitique en dépit de son titre) Camaradas raconte les aventures militaires gentillettes de « Papa Matas y sus hijitos » (papa Matas et ses fistons), tandis que la revue ¡Ja ...Ja ! convoque sans complexe Stan Laurel, Oliver Hardy et Shirley Temple dans les rangs de la milice.

39Même si ce n'est que rarement, le ton n'est pas toujours aussi léger. Dans une histoire intitulée « Relato del frente » (histoire du front) datant d'avril 1937, le magazine enfantin Mirbal montre un enfant satisfait de voir fusiller un « factieux ». La même année, l'almanach « Pionero » (à ne pas confondre avec les titres militants évoqués ci-dessous) publié par Gato Negro nous livre une scène dont le traitement enfantin ne réduit pas la portée dramatique : des enfants jouent à fusiller à l'aide de lance-pierres, de frondes et de fusils à bouchon un des leurs, collé au mur avec l'étiquette de fasciste. On ne peut que penser aux murs qui présideront de part et d'autre à tant d'exécutions sommaires.

Illustration 8 : Almanach 1937, El Pionero, couverture.

40Comptant parmi les titres les plus récents (il est né en 1931), le magazine Pocholo tranche par son traitement réaliste de la guerre dans la série « El Pueblo en armas - Escenas de la revolución y la lucha antifascistas » (le peuple en armes - Scènes de la révolution et de la lutte antifascistes) dessiné par Sacha. La bande dessinée relève du genre aventure mais s'inspire de faits réels ; dans chaque épisode la victoire est acquise au camp gouvernemental, dont le soldat est évidemment grandiose et héroïque, mais dont l'ennemi est traité avec un relatif respect : il n'est insulté ni par le texte ni par le dessin.

Illustration 9 : Sacha (1937), « El pueblo en armas – Escenas de la revolución y la lucha antifascista » (Le peuple en armes – Scènes de la révolution et de la lutte antifasciste), Pocholo nº272, p.8, 1937.

41Parmi les revues juvéniles liées aux tendances politiques, on peut citer El Pionero à Bilbao, Mirbal (communiste), Porvenir (anarchiste), Pionero Rojo (du poum) à Barcelone et Pionerín à Valence. Ces revues ne durent pas longtemps en raison des vicissitudes politiques et guerrières : El Pionero, organe de l'organisation de jeunesse des Pionniers d'Euzkadi, naît en 1937 et compte 10 numéros, le temps que Bilbao et le Pays Basque tombent aux mains de Franco. On en retiendra la présence de Popeye venu lui aussi (sans aucun doute à l'insu de son créateur Elzie Crisler Segar) défendre l'Espagne contre les insurgés, sous la plume de Ugarte. Ce sera le premier, mais non le dernier héros américain de bande dessinée qui participera au conflit.

42El Pionero Rojo (le pionnier rouge), sous-intitulé l'« hebdomadaire des enfants ouvriers et paysans », est publié par la Jeunesse Communiste Ibérique proche du poum à partir d'avril 1937, pratiquement au moment où débutent à Barcelone les luttes qui aboutiront à la liquidation du parti. Lui aussi disparaîtra vite dans la tourmente en mai de la même année, au septième numéro. Ses histoires sont assez conventionnelles et plutôt de genre policier : les gangsters sont ici les fascistes et les policiers appartiennent à l'armée prolétarienne. Quant à Pionerín (Le petit pionnier), revue de la Fédération Nationale de Pionniers née en novembre 1937 à Valence, il ne semble pas possible encore de savoir quelle fut sa fin et combien de numéros ont été publiés. Qu'il soit « fait par et pour les enfants », comme l'indique sa couverture, en rendrait l'analyse sans doute intéressante. Dans la presse pour adulte ou celle juvénile, il y a sans aucun doute encore matière à recherche pour qui s'intéresse à l'image donné par la bande dessinée de la Guerre civile espagnole.

Conclusion

43Même s'il existe des exemples plus anciens de bandes dessinées de propagande guerrière et politique (telles quelques œuvres françaises en référence à la première guerre mondiale, par exemple), l'Espagne apparaît avoir été le premier pays à en faire un usage massif vis à vis du public tant juvénile qu'adulte. L'Espagne a certes de multiples raisons d'être considérée comme un grand pays de bande dessinée – la solidité des origines à la fin du xixe siècle, le dynamisme de la production nationale dans les années d'autarcie franquiste, l'effervescence des revues qui a présidé à l'avènement de la démocratie, la qualité de l'édition actuelle. Mais tout particulièrement, une histoire de la bande dessinée politique ne saurait faire abstraction des œuvres espagnoles du temps de la Guerre civile.

  • 37 Art Spiegelman, Maus, New York, Pantheon books, 1980-1991.
  • 38 « Tôt dans ma vie, j'ai remarqué qu'aucun événement n'avait jamais été relaté avec exactitude dans (...)

44Une œuvre comme « Historia du movimiento nacional », parfois évoquée, jamais analysée, constitue par exemple un monument de la bande dessinée politique, à classer très certainement à côté d'autres comme le Maus de Art Spiegelman37. Son caractère politiquement incorrect l'a sans doute poussé à un oubli immérité. C'est un reportage extrêmement détaillé sur les événements de la guerre, et si son traitement de ces événements souvent frise rétrospectivement le ridicule, il n'est probablement pas pire que celui dans la presse républicaine de l'époque38. L'œuvre en expose et en construit le discours qui sera exactement, après-guerre et pendant un quart de siècle celui du régime franquiste sur la Guerre civile.

45On peut distinguer des différences de ton et de propos entre les deux camps qui s'affrontent dans le conflit, mais aussi d'autres à l'intérieur du camp franquiste lui-même. La vision catholique apparaît ainsi la plus agressive, très antirépublicaine et semble-t-il la plus compacte, la moins prête à changer au fil du temps. Elle associe au discours politique un autre, celui de la critique sociale envers une populace qu'il n'est possible de tenir que par la domination.

46Le ton est considérablement différent selon les camps parce que le sujet principal est finalement le même : ceux du camp franquiste parlent des « autres », des ennemis qu'il s'agit de présenter sous le jour le plus noir (le plus « rouge ») ; ceux du camp gouvernemental parlent d'eux-mêmes, l'adversaire y apparaît rarement et alors dans ce cas il est « géopolitisé », externalisé, étranger.

47S'il y a différence de ton entre les camps, il y en a une autre significative entre d'une part les partis laïcs de tous bords depuis l'extrême gauche jusqu'à l'extrême droite (la Phalange) et d'autre part l'Église. Qu'elles soient commerciales ou militantes, les revues pour la jeunesse de la zone républicaine traitent la guerre d'une façon mesurée, pour en rire plus souvent que pour en pleurer ou en distribuer les responsabilités. Elles ont un rapport commun à l'enfance, un rapport probablement aussi assez comparable à celui adopté par Flecha la revue phalangiste mais opposé à celui de l'ultra-catholique Pelayos.

48Pour elles en effet, l'enfance est un domaine relativement protégé ; les méthodes d'endoctrinement de la jeunesse attribuables aux nouveaux régimes laïcs du xxe siècle, le fasciste, le nazi ou le communiste, rencontrent visiblement des limites dans la société et les partis laïcs espagnols, fussent-ils communistes, d'extrême gauche ou phalangistes d'extrême droite. Ils prennent les enfants pour des enfants, leur épargnent une part de douleur et de haine. Pelayos au contraire, fort probablement d'une expérience religieuse plus ancienne de catéchèse de la jeunesse, prend les enfants pour de petits adultes et ne leur épargne rien, leur présente sans fard les horreurs de la guerre et la vilenie de l'ennemi.

  • 39  Avec une apparition de moins de 5 %, le drapeau tricolore rouge-jaune-violet est quasi absent d'un (...)
  • 40  Drapeau rouge et or, utilisé à des variations d'écusson près depuis le milieu du xixe siècle et en (...)

49Tout comme au sein du foisonnement des affiches du temps du conflit39, la République et ses symboles sont presque toujours absents de la bande dessinée, tandis que le drapeau « rojigualdo »40 adopté par le soulèvement militaire est mis en avant par les œuvres franquistes. Le fait républicain n'est qu'un vague contexte, en aucune façon un enjeu de la Guerre civile. Seule fait exception, encore une fois, la vision de l'Église espagnole qui dénonce la république comme la source principale de ses maux et ceux de l'Espagne.

50Quelques autres aspects du rendu de la guerre par la bande dessinée espagnole de l'époque méritent d'être cités, dans la mesure où plus que d'autres ils portent les divergences des mémoires futures du conflit. La bande dessinée carliste, à travers l'Histoire du mouvement national, est ainsi un creuset fascinant où s'élabore le discours franquiste sur la Guerre civile, un discours qui se maintiendra intact pratiquement jusqu'à la fin des années 60, celui d'une victoire de l'Espagne éternelle et d'une libération du pays face au communisme international.

  • 41  Dans une enquête du cis (Centre de Recherches Sociologiques, institut public de sondage) de 2008, (...)

51La bande dessinée républicaine du temps de guerre tend à externaliser le conflit et masquer la condition espagnole de l'adversaire. Lorsque celui-ci apparaît, il est réifié en général sous la forme de dirigeants fantoches manipulés par les puissances de l'axe, et jamais n'apparaît le soldat franquiste ou le partisan civil du soulèvement. Elle construit un autre discours sur la Guerre civile, un conflit qui oppose le peuple espagnol à un appareil militaire, conservateur et religieux. Ce discours, encore très présent dans les visions extérieures du conflit (en France, aux États-Unis), n'est sans doute pas plus acceptable que le discours franquiste dans la mesure où il fait abstraction, qu'on le veuille ou non, d'une part importante de soutien populaire au soulèvement militaire41.

52Paradoxalement ce discours, séparant le peuple espagnol et l'appareil franquiste, rend aussi plus faciles des représentations collectives ultérieures où la guerre apparaît comme un simple désastre dans lequel chacun et tout le monde a perdu, où les causes du conflit ne pèsent plus que d'un poids minime face à ses conséquences, ses victimes, ses destructions. Ces aspects, qui tiennent à la légitimité de la guerre, seront évidemment d'importance après la mort du dictateur pour la reconstruction d'une société espagnole se voulant libérée des antagonismes issus du conflit. Ils vont introduire d'autres fractures dans la mémoire de la guerre et opposer dans une certaine mesure la vision espagnole et d'autres extérieures, plus unanimement attachées aux aspects militants du conflit et à sa symbolique pour la gauche.

Haut de page

Notes

1  Maryse Bertrand de Muñoz, Bibliografía de la guerra civil española de 1936-1939, Madrid, CD Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2007.

2  La représentation est à prendre ici et tout au long du présent article dans son acception sociologique (et non graphique) : représentation collective d'Émile Durkheim, représentation sociale de Serge Moscovici.

3  On rappellera que bande dessinée a deux traductions espagnoles, marquées dans le temps : d'abord tebeo en référence à un des premiers magazines, TBO., paru la première fois en 1917 puis cómic, terme actuel né avec les revues spécialisées apparues dans les années 70.

4  Mirta Nuñez Díaz-Balart recense 453 titres plus 23 évoqués mais non retrouvés. Mirta Núñez Díaz-Balart, La prensa de guerra en la zona republicana durante la guerra civil española (1936-1939), Madrid, Ediciones de la Torre, 1992. Voir aussi Manuel Barrero, « Viñetas republicanas en la guerra civil española » in Tebeosfera, Bilbao, Astiberri, 2006, p. 33-60.

5 José Millán Astray, fondateur de la légion, est passé à la postérité le 12 octobre 1936 lors du discours non moins fameux de Miguel Unamuno (« Vous vaincrez mais ne convaincrez pas »), qu'il interrompt en criant « A mort l'intelligence »

6  Antonio Martin dénombre à l'époque 15 éditeurs de bande dessinée à Barcelone. On en compte 9 à Madrid et 1 à Valence. Voir Antonio Martín, Historia del comic español: 1875-1939, Barcelone, Editorial Gustavo Gill S.A., 1978.

7  La revue Pelayos ne doit sa survie pendant deux ans qu'à l'appui financier d'un industriel catalan, Juan Baygual y Basi. En but à l'hostilité de la Phalange, l'hebdomadaire fut interdit le 23 octobre 1937 par le secrétariat de la Presse de fet y de las jons de Saint Sébastien, mais put continuer à paraître grâce à des interventions qui remonteront jusqu'au primat d'Espagne. Le harcèlement continuera jusqu'à sa fusion en Flechas y Pelayos fin 1938. Source : José Andrés-Gallego, ¿Fascismo o Estado católico? Política, religión y censura en la España de Franco,1937-1941, Madrid, Ediciones Encuentro, 1997.

8 Didier Corderot, «Flecha, el semanario de las Juventudes falangistas (1937-1938)», in Jean-Michel Desvois (coord.), Prensa, impresos, lectura en el mundo hispánico. Homenaje a Jean-François Botrel, Bordeaux: PILAR/Université Michel de Montaigne Bordeaux-iii, 2005, p. 387-403.

9 L'origine de l'« aleluya » (« auque » ou « auca ») remonte au XVIe siècle. Il s'agit d'une succession de dessins (le nom espagnol suggère une iconographie initialement religieuse tandis que le mot occitan auca rappelle son lien initial avec les illustrations du jeu de l'oie) accompagnés d'un texte explicatif (poésie ou autre), considérée selon les auteurs comme précurseur ou part de la bande dessinée.

10  On trouvera les combattants du soulèvement dessinés en quatrième page de couverture du nº5 du 30 janvier 1937. Le fasciste est doté d'un uniforme noir qui l'identifierait sans doute logiquement aux « chemises noires » italiennes, mais il n'est pas identifié.

11  Les musulmans maures sont bien accueillis par l’œuvre catholique, parce qu'ils viennent défendre ceux qui comme eux croient en un Dieu.

12  Dans les 40 premiers épisodes de « El movimiento nacional », quand le contenu idéologique s'affirme (origines de la Guerre civile, positionnement des camps) et l'issue du conflit est encore incertaine, « rojos » revient 154 fois (plus 39 fois « rojo ») alors que le second substantif le plus utilisé, « España », ne s'y trouve que 57 fois. Source : transcription et analyse lexicographique réalisée par l'auteur du présent article.

13  Si l'on trouve ainsi dans les publications illustrées phalangiste et carliste des allusions antisémites, l'antisémitisme y a été limité (les références au complot juif international vont rapidement disparaître de Historia del Movimiento Nacional), peut-être en raison de l'opinion bienveillante qu'avait Franco des juifs d'Afrique du nord. On peut citer l'action des consuls espagnols pour sauver les séfarades des Balkans, certes instrumentalisée a posteriori par le pouvoir franquiste pour se démarquer du nazisme, mais dont on peut douter qu'elle se soit effectuée à l'insu et sans le consentement de Madrid. Dans le camp de concentration espagnol de Miranda de Ebro, où ont abouti nombre d'israélites ayant traversé clandestinement les Pyrénées pour échapper à la répression en France, ceux-ci n'étaient nullement traités différemment par les gardiens, le rabbin avait un statut privilégié comparable à celui d'un aumônier et les seuls faits d'antisémitisme relevés ont été ceux d'autres prisonniers, des officiers français et belges. José Ángel Fernández López, Historia del campo de concentración de Miranda de Ebro: 1937-1947, Miranda de Ebro, autoedición, 2003.

14  Pelayos nº4, 17 janvier 1937, vignette 36

15  Pelayos nº27, 27 juin 1937, vignettes 409 et 415

16  On estime que 6832 prêtres et religieuses ont été assassinés pendant la Guerre civile. La propagande franquiste parlera de 400 000 ecclésiastiques exécutés, plus en fait que la population religieuse de l'époque. Lorsque la « Causa general » s'efforcera entre 1940 et 1943 de comptabiliser le nombre de personnes victimes de la violence rouge, le chiffre obtenu avec toute la bonne volonté du monde, d'un peu plus de 80 000 personnes, a paru ridiculement bas et le rapport ne sera pas publié. On supposera que les autorités franquistes se sont auto-intoxiqués par leur propre propagande en temps de guerre et ont été eux-mêmes authentiquement surpris. Les dernières estimations font état pour la violence rouge de 55 000 victimes et pour la violence franquiste, sur une période qui va largement au-delà du conflit, autour de 170 000 victimes. Source : Francisco Espinoza Maestre et al., Violencia roja y azul. España, 1936-1950, Barcelone, Crítica, 2010.

17 La Garde civile est haïe par la gauche en raison de son usage dans les répressions passées. Elle est ainsi en 1934 une des cibles majeures des révolutionnaires des Asturies. On notera que lors de l'autre principal fait de répression de la République avant-guerre, à Casas Viejas en Andalousie, elle s'efforce pourtant de jouer un rôle modérateur et de s'opposer sans succès aux meurtres de paysans par la nouvelle Garde d'Assaut créée par le gouvernement républicain. Au début du conflit, restée largement fidèle à la République et en capacité de maintenir l'ordre, elle sera consignée dans ses quartiers et partiellement désarmée, tandis que la rue est livrée à des violences qui terniront l'image du camp républicain.

18  Clara Campoamor raconte qu'envoyée aux Asturies, elle a été chargée d'enquêter sur un prêtre assassiné et proposé à la vente en quartiers sous une pancarte de boucher ainsi que sur une douzaine d'enfants de garde civils énucléés par les révolutionnaires. Il s'avérera que le prêtre avait été tué par une balle perdue puis enterré normalement et aucun enfant n'avait été traité de la sorte. Campoamor est connue pour avoir été la promotrice du vote des femmes lors de la constituante de 1931. Alors députée radicale (du centre), elle évoluera vers la gauche mais s'exilera au moment du conflit, en désaccord avec la radicalisation du gouvernement et les violences aux civils. Clara Campoamor, El voto feminino y yo. Mi pecado mortal, Madrid, horas y HORAS, 2010, p. 212.

19 Carlos Gil Andrés signale que pour que s'exerce la violence, il faut des directeurs qui l'autorisent et l'encouragent, des entrepreneurs politiques, qui activent localement les lignes de division et élaborent les listes noires, des spécialistes de la violence (souvent avec une expérience militaire ou policière) et des exécutants (quelques délinquants mais surtout des hommes du peuple, des villageois). Elle s'exercera plus ou moins fortement s'il existe des intercesseurs, dotés d'un certain prestige et liés aux pouvoirs locaux. Parmi ceux-ci les prêtres n'ont que trop rarement joué ce rôle modérateur pendant la Guerre civile, voire ont accompagné et encouragé les violences contre les civils de gauche. Carlos Gil Andrés, « También "hombres del pueblo". Colaboración ciudadana en la gran represión » in Miguel Ángel del Arco Blanco (et al.), No solo miedo. Actitudes políticas y opinión popular bajo la dictadura franquista (1936-1977), Grenade, Comares, 2013, p. 47-63

20 Avec la torture et l'exécution sommaire de centaines de personnes, la répression de l'insurrection asturienne, largement en marge de la légalité républicaine, a été en grande partie le fait de la troupe coloniale avec l'assentiment de ses officiers. La Guerre civile a elle-même beaucoup des traits d'une guerre coloniale qui déshumanise une partie de la population et fait de la violence généralisée un outil de conquête et de domination. Guernica trouve ses précédents dans les bombardements de populations civiles par les italiens en Abyssinie et les anglais en Libye (voir à ce titre Susan Sontag, Devant la douleur des autres, Paris, Christian Bourgois, 2003). Avec la loi rétrospective des « responsabilidades políticas » de 1939, le régime franquiste pratique ensuite une politique qu'on peut assimiler à un apartheid, avec une discrimination fondée sur la couleur politique et le passé.

21  Parmi les réquisitions d'ateliers de presse, on peut citer en Catalogne le cas de La Batalla et Avant, utilisant les ateliers de El Correo Catalán confisqué par le poum ; à Madrid, CNT se publie chez El Siglo Futuro, El Sindicalista chez La Época ; à Valence, Verdad (dans les ateliers de Diario de Valencia), Fragua Social (à la place de Las Provincias) et au pays basque Tierra Vasca, Euzkadi Roja y Unión. Ya dans les ateliers de El Pueblo Vasco. Au pays basque encore, les journaux El Nervión, El Noticiario Bilbaíno et La Gaceta del Norte sont saisis et leurs ateliers confiés à des rédactions anarchistes et des communistes. Les journaux de gauche comme à Barcelone La Vangardia ou Solidaridad obrera, à Madrid comme Heraldo de Madrid, Diario de la Noche, El Sol, La Voz, Diario madrileño de la tarde, El Liberal, La Libertad, etc, ou à Valence comme El Mercantil Valenciano ou El Pueblo, continueront quant à eux à paraître. Source : Jorge Catalá Carrasco, Vanguardia y humorismo gráfico en crisis: la guerra civil española (1936-1939) y la revolución cubana (1959-1961), Thèse, Université de Nottingham, 2011.

22 La présente analyse de la presse républicaine pour adulte s'appuie largement sur les documents réunis dans la partie de la thèse de Jorge Catalá consacrée à la Guerre civile.

23 On rappellera que le poum, (Partido Obrero de Unificación Marxista), parti d'obédience marxiste dissidente proche du trotskisme sans y adhérer explicitement, a été la cible des communistes orthodoxes staliniens, dans une crise ouverte à partir de mai 1937 qui se terminera par l'assassinat ou l'emprisonnement de ses principaux dirigeants.

24  Fernando Díaz-Plaja, La caricatura española en la Guerra Civil, Madrid, Tiempo de Historia n° 73, 1980.

25  Antonio Martín, Historia del comic..., op. cit.

26  jsu : Juventud Socialista Unificada, né de l'union des Jeunesses socialiste et communiste.

27  No Veas, nº1, 22 mai 1937, p. 16

28  Une vignette désignant les différents visages de l'ennemi atteste des contradictions qui vont miner le camp gouvernemental : méfiance du soldat contre son officier, haine de la garde civile restée pourtant largement fidèle dans le camp républicain.

29  Le señorito désigne le jeune héritier oisif des grands domaines agricoles régnant d'une manière féodale sur ses terres et ses sujets.

30  Anthony Eden, au Foreign Office britannique jusqu'en février 1938, promoteur du pacte de non-intervention.

31  Gonzalo Queipo de Llano a été un général favorable à l'avènement de la République (il commencera la Guerre civile au cri de « Vive l'Espagne républicaine ») mais il est surtout connu en tant qu'un des principaux chefs du soulèvement militaire pour ses débordements, ses actes de répression et ses incitations à la violence.

32  L'expression est de Jorge Catalá. L'homosexualité présumée de Franco était une plaisanterie même au sein de la rébellion : selon Paul Preston, Queipo de Llano le surnommait « Paca la culona » : Paul Preston, « Franco y sus generales », El País, 20 avril 2008. C'est aussi un thème récurrent dans la caricature des années 1930 (on pensera par exemple aux dessins de Josep Alloza) qui attendra jusqu'aux années 2010 pour revenir dans l'hebdomadaire El Jueves avec Pipo Loa.

33  Canuto s'appellera « Tartempion » en français et « Pechmann » (le malchanceux) en allemand dans ¡Adelante la 13!, organe de la 13e Brigade Mixte (Troisième Brigade Internationale).

34  Le souci des maladies vénériennes venait à la fois de la crainte de leur propagation volontaire par l'ennemi et des inquiétudes morales suscitées par la libération des mœurs. Il servira de prétexte pour désarmer et renvoyer promptement les miliciennes à l'arrière, dans des tâches de production ou mieux encore à leurs foyers.

35  Pulgarcito nº794, p. 1.

36  Pulgarcito nº798, p. 1.

37 Art Spiegelman, Maus, New York, Pantheon books, 1980-1991.

38 « Tôt dans ma vie, j'ai remarqué qu'aucun événement n'avait jamais été relaté avec exactitude dans les journaux ; mais en Espagne pour la première fois, j'ai lu des articles de journaux qui n'avaient aucun rapport avec les faits, ni même l'allure d'un mensonge ordinaire. J'ai vu l'histoire rédigée non pas conformément à ce qui s'était réellement passé, mais à ce qui était censé s'être passé selon les diverses "lignes de parti". Ce genre de chose me terrifie, parce qu'il me donne l'impression que la notion même de vérité objective est en train de disparaître de ce monde. » écrit George Orwell qui était venu combattre au côté du poum : George Orwell, Looking back on the Spanish War, Londres, New Road, 1943.

39  Avec une apparition de moins de 5 %, le drapeau tricolore rouge-jaune-violet est quasi absent d'une affiche républicaine où abondent les signes de partis et d'autonomies, alors que le drapeau jaune et rouge se retrouve dans pratiquement la moitié des affiches franquistes. Les affiches comportant le drapeau républicain proviennent principalement du parti Izquierda Republicana (le parti d'Azaña), qui tend ainsi à le détourner de sa mission nationale et à en faire ses couleurs, au côté du rouge ou du rouge et noir de ses turbulents partenaires. Analyse réalisée par l'auteur sur environ 1200 affiches de l'époque.

40  Drapeau rouge et or, utilisé à des variations d'écusson près depuis le milieu du xixe siècle et en usage encore aujourd'hui, un symbole avec lequel une partie de la population espagnole reste mal à l'aise.

41  Dans une enquête du cis (Centre de Recherches Sociologiques, institut public de sondage) de 2008, les répondants situent la part des familles (les leurs) favorables au soulèvement militaire entre 30 et 50 %. On notera que cette part diminue dans les souvenirs des tranches d'âge les plus jeunes, témoignant ainsi d'une reconstruction du passé familial. Voir Michel Matly, « Les mémoires historiques. Analyse par cohortes de l'enquête CIS-2008 sur la guerre civile espagnole », Les Cahiers de Framespa [En ligne], n°17, 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 06 janvier 2016. URL : http://framespa.revues.org/3109 ; DOI : 10.4000/framespa.3109.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Le « flecha » Edmundo et son adversaire, Paco le borgne, dans un tank qui ne peut qu'être russe. Aróztegui, « Edmundo au front », Flecha nº1, p.4, 1, 22 janvier 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Illustration 2 : « J'ai soif de voler et d'assassiner, Ce n'est pas pour rien que je suis rouge », Castanys, « Un milicien rouge », Pelayos nº25, p.10, 1-2, juin 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Illustration 3 : « Les séparatistes et communistes, ivres d'enthousiasme, commencèrent à brûler des temples, à déterrer des cadavres de religieuses, à assassiner les personnes décentes et à s'enivrer ». Vilaseca, Mariano, « Historia del movimiento nacional » (1937), Pelayos nº11, 7 mars 1937, vignette 118 (les vignettes sont numérotées du début à la fin de l'histoire, au fil des numéros)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Illustration 4 : « Encore des incendies d´églises » (vignette 56) et « Le conte des bonbons » (vignette 57), Pelayos nº5, 24 janvier 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Illustration 5 : L'Esquella de la Torratxa nº3043, p.10, décembre 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Illustration 6 : Carnicero, « Metralla », (la mitraille) La Traca nº1192, 23 juin 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Illustration 7 : « A menos pelos, mas higiene », (À moins de poils, plus d'hygiène), Porto, Hay que evitar ser tan bruto como el soldado Canuto (Il faut éviter d'être aussi bête que le soldat Canuto), Subcomisariado de Agitación y Propaganda del Comisariado General de Guerra, 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Illustration 8 : Almanach 1937, El Pionero, couverture.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Illustration 9 : Sacha (1937), « El pueblo en armas – Escenas de la revolución y la lucha antifascista » (Le peuple en armes – Scènes de la révolution et de la lutte antifasciste), Pocholo nº272, p.8, 1937.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5911/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Matly, « L'image de la Guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936 et 1975-I », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 janvier 2016, consulté le 26 août 2016. URL : http://ccec.revues.org/5911 ; DOI : 10.4000/ccec.5911

Haut de page

Auteur

Michel Matly

Doctorant au Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS), Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org