Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sexualités occidentales, xviiie-xxie siècles

Elvire Diaz
Référence(s) :

Jean-Louis Guereña (dir.), Sexualités occidentales, xviiie-xxie siècles, PUFR, coll. Civilisations étrangères, 2014, 540 p.

Texte intégral

1Jean-Louis Guereña, professeur émérite de civilisation espagnole à l’université François Rabelais de Tours et auteur récemment de l’ouvrage Les Espagnols et le sexe, xixe-xxe siècles (PUR, 2013), a réuni dans ce gros volume collectif, Sexualités occidentales, xviiie-xxie siècles, vingt-deux contributions pluridisciplinaires et pluriculturelles, qui interrogent le thème comme objet d’histoire à partir des discours, des pratiques et des représentations, et comme grille d’analyse des cultures et des sociétés occidentales actuelles.

2D’emblée, le pluriel du titre interpelle. Annonçant la diversité des perspectives de l’objet de recherche, il constitue aussi, comme le rappelle J. -L. Guereña dans sa présentation, un clin d’oeil à un numéro de la revue Communications de 1982, dont il reprend en partie le titre, Sexualités occidentales. Contributions à l’histoire et à la sociologie de la sexualité. De fait, il s’agit bien de cela, puisqu’il est issu d’un colloque tenu à Tours, en 2011, qui visait à « Penser les sexualités dans l’Histoire ». Dans ce but, le volume dresse un bilan des recherches portant sur les sexualités occidentales du xviiie au xxie siècle, dans une démarche qui reflète la diversité des approches et des sources, en convoquant les orientations actuelles de l’histoire sociale et culturelle, de l’histoire des femmes et des études de Genre, pour montrer que les identités et les pratiques sexuelles sont des constructions et des représentations sociales et culturelles.

3Les 22 articles, longs, qui abordent la sexualité, notamment dans l’aire hispanique (avec 11 articles) et en France (4 articles), mais aussi en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Afrique, à l’époque contemporaine (un seul article traite du xviiie siècle), s’organisent en quatre parties thématiques qui recoupent les pistes actuellement abordées par l’histoire de la sexualité contemporaine : la masculinité et la féminité, les territoires de l’homosexualité, l’écriture et l’iconographie « sexuelles », mais aussi le rapport entre sexe et identité raciale.

4Dans « L’identité sexuelle en question : normes de la masculinité et de la féminité », les cinq articles (4 espagnols et un allemand) interrogent les traits identitaires sexuels, au début du xixe et au début du xxe siècles. Ainsi est remise en question la masculinité par les procès pour nullité de mariage pour impuissance en Espagne, au début du xixe, qui ont une fonction sociale et politique car les autorités civiles et religieuses doivent dire la norme sexuelle, base du pouvoir, pour pouvoir condamner le déviant et écarter le danger social qu’il représente pour la structure matrimoniale stable socialement. Trois autres articles illustrent les débats sur la construction et l’image sexuelles dans la première moitié du xxe siècle en Espagne : pour les progressistes, la sexualité est associée à la certitude d’une morale naturelle et scientifique qui mène vers l’émancipation et le bonheur de l’homme ; est étudiée aussi comment se fait la construction intellectuelle de la masculinité chez les anarchistes ou acrates de la Revista blanca ; le débat entre maternité et féminité (M.-A. Barrachina), problème de société car lié à la natalité pour le franquisme, montre que les termes sont en contradiction tant pour l’idéologie conservatrice que progressiste, la maternité nuisant à l’épanouissement féminin pour les uns ou étant l’aboutissement de la féminité pour les autres, mais que toutes deux disent la réflexion et la reconnaissance de la sexualité féminine. Est étudiée aussi la figuration de la masculinité en crise dans deux romans allemands de 1929 et de 2006.

5Les six articles consacrés aux « territoires des homosexualités et des amours interdits » aux xixe-xxie siècles (dont 2 espagnols) ouvrent sur l’étude de cas d’incestes en France, initiatique ou réel, adelphique, avec mariage à la clé ou pas, qui met en relief l’aspect pénal et moral et pose les limites de la sexualité tolérée. On voit ensuite comment à Cadix, en 1898, une affaire de carnets de santé remis à des homosexuels, qui fit tomber un gouvernement, a pu contribuer à donner à la ville une image de ville ouverte à l’homosexualité. La terminologie de l’homosexualité (« le penchant », par exemple) est aussi étudiée chez des écrivains britanniques et français des années trente (Gide, Yourcenar) ; la taxinomie employée qui renvoie généralement au délit, au pénal, ou au religieux, au médical, au social, est liée à des concepts structurants. L’étude de la présence homosexuelle à Barcelone (dans le Barrio chino) sous le franquisme, à partir de 1000 dossiers judiciaires de personnes interpellés pour homosexualité ou délinquance, nuance l’image d’une prostitution masculine qu’on croyait inexistante, invisible ou réprimée pour montrer qu’elle est tolérée si ne crée pas de trouble à l’ordre public ou de dangerosité notamment envers les mineurs. Deux articles sur l’histoire et l’activisme des mouvements gays aux usa, le mainstream, la Gay Pride, la Gay Shame et le new queer, montrent que leur action depuis les événements de Stonewall de 1969 et surtout depuis la Gay Pride (années 1960), pour la visibilité et l’égalité, le mariage, l’adoption, a permis leur reconnaissance par les politiques mais aussi par le marché ; le mouvement queer à travers la vague du cinéma expérimental, de 1990 à aujourd’hui (S. Benning, B. Hammer, K. Anger), a rendu visibles les individus passés sous silence – les atteints du vih et du sida –, par le pouvoir dominant, mais rejette un assimilationnisme (une normalisation) et se positionne par rapport aux lesbiens, gays, etc., en se montrant plus radical et plus contestataire, face à une société dominante, normative.

6Dans « Le sexe par l’écrit et l’image : sexologie, érotisme et pornographie », sept articles (dont quatre sur l’aire hispanique) étudient des exemples de littérature érotique du xviiie au xxie siècles. Ainsi, en est-il de L’art des putains (1772), œuvre de quatre chants en vers de Fernández de Moratín, interdit par l’Inquisition, et publié au xixe seulement. Contrepoint matériel et obscène à l’ars amandi d'Ovide et sur la ligne de Sade, l’ouvrage destiné a priori aux jeunes gens qui fréquentent les maisons closes prône la liberté et de suivre les lois de la nature. Un « queerness au xixe siècle » est évoqué à l’occasion de l’étude de l’œuvre littéraire de l’Autrichien Sacher-Masoch, fondateur du masochisme, aux échos sadiens et freudiens ; il est réétudié par les sciences sexologiques et le queer, notamment pour ses personnages de femme fatale et de mère autoritaire et punitive, figures liées à psychanalyse et au féminisme. La représentation de la jalousie sexuelle dans la Recherche… de Proust (par des métaphores violentes, une violence sur soi, mais pas de violence réelle) montre que toutes les sexualités, bisexualité et homosexualité, s’y manifestent et renvoie au développement au tournant du xixe-xxe siècle de sexualités protéiformes, qui caractérise l’histoire des sexualités à l’époque moderne. L’érotisme littéraire est étudié dans quatre romans de l’Argentin Alan Pauls (notamment La pudeur du pornographe, 1984), comme valeur fondamentale de son écriture car la littérature est pour lui de l’ordre du désir et du plaisir ; l’écriture de l’érotisme se reflète à tous niveaux : dans la thématique et le contenu du texte d’abord (les rapports et jeux érotiques et pornographiques entre personnages), dans ses objectifs (le texte sur la séduction vise la séduction du lecteur) et dans le rapport amoureux entre l’auteur et son écriture, véritable jouissance de la création. Parallèlement à la littérature de fiction érotique, se développent les collections de vulgarisation d’éducation sexuelle populaires en Espagne au xixe-xxe (voir « Le sexe dévoilé », J.-L. Guereña) ; calquées sur le discours médical et didactique, mais avec des relents d’érotisme voire de pornographie, elles visent la divulgation de la sexualité, sorte de « catéchisme pour le couple », comporte des données physiologiques, d’hygiène sexuelle, mariage, sur la famille, la génération, grande variété de sujets ; très populaires (par le tirage, prix, lieux de diffusion) et constituant une énorme production, leur inventaire est difficile, d’autant qu’elles ne sont pas forcément conservée en bibliothèque mais dispersées (bouquinistes, particuliers, etc.). La sexualité, qui n’est plus cachée depuis la 2e république avec les travaux du scientifique Gregorio Marañon, est un thème qui se développe massivement au début du xxe et ces collections d’éducation sexuelle révèlent l’importance du discours et l’intérêt manifeste pour le sujet, au tournant du siècle. En ce qui concerne l’image érotique, la photographie notamment, l’article sur « l’industrie de l’obscénité » à Paris, au xixe-xxe siècles, montre comment se constitue le circuit commercial pour consommateurs de sexe. Tous les rouages sont évoqués : du recrutement des modèles (dans les maisons closes ou parfois des artistes, payées), en passant par les producteurs et les vendeurs, souvent des photographes contraints pas la concurrence à se tourner vers des sujets licencieux, liés aux libraires et aidés par des intermédiaires, aux clients, des hommes riches, des collectionneurs au début, puis de classes sociales plus larges. Ainsi la naissance de l’industrie pornographique est décrite comme un modèle économique inédit (clandestin) lié à la montée de la culture de masse. Le dernier article de cette partie (de A. G. Ferrandi) est d’ordre méthodologique et revient sur l’histoire de la recherche sur la question de la sexualité en Espagne sous le premier franquisme. L’auteur propose de l’étudier sous un jour original, en écartant comme seule clef ou grille de lecture l’idée courante de la sexualité comme répression morale, institutionnelle et politique par le régime ; nuançant cette hypothèse jugée restrictive, sans l’annuler totalement de l’explication, l’article révise l’état réel de la sexualité sous le franquisme. Il n’y aurait pas de « mutisme » sur la sexualité mais bien un discours sur le savoir sexuel à tous niveaux (médical, moral, juridique, hygiéniste, etc.), pédagogique (dominer l’instinct animal, connaître les interdits) et normatif (une sexualité saine, légale, chrétienne, procréatrice) afin de faire intérioriser une sexualité « normale » ; le franquisme ne serait pas spécifique mais continuateur des théories conservatrices et chrétiennes traditionnelles du xixe siècle et avant. Il conviendrait donc d’étudier la sexualité par tous les biais, ne pas se limiter aux discours (officiels) mais faire appel aux témoignages, archives judiciaires, enquêtes, presse, littérature autobiographique.

7La quatrième et dernière partie « Le sexe de l’autre : race et sexes » (4 articles, dont un sur le domaine latino-américain) aborde les plus récentes orientations de la recherche, avec la notion d’intersectionnalité qui étudie les phénomènes sociologiques en croisant les champs disciplinaires (race/sexe/classe). M. Zapata situe cette récente théorie (due à Kimberlé Williams, 1991) dans l’évolution des études de genre ; elle dépasse les travaux sur l’oppression des femmes, les théories féministes et les études de genre pour constituer une grille d’analyse sociologique des minorités et des dominés ; elle croise les axes des différentes répressions, exclusions, discriminations (sexuelles, raciales, sociales) subies par certains groupes ou individus, et vise à l’égalité, à la démocratie ; l’article l’applique à des exemples de littérature latino-américaine (M. Puig, P. Lemebel). Les trois autres exemples d’intersectionnalité concernent les Etats-Unis, mais aussi l’Afrique (bien que hors champ occidental). L’analyse d’un ouvrage médical, illustré de 900 clichés, sur l’action sanitaire de la France au Maroc dans les années 1930, dont certains sur la prostitution des femmes « indigènes », révèle la discrimination sexuelle et raciale des colonisateurs qui opposent à l’état sanitaire local faible, l’apport de l’hygiénisme ; notamment la « visite réglementaire » de contrôle médical des prostituées prend un caractère clairement répressif, racial et sexiste. L’intersectionnalité est aussi mise en évidence à partir d’autobiographies de militants de la cause noire américains des années 1960-70 (le Black Panthers Party, Seale, Cleaver, Newton, Angela Davis…), l’action et les motivations de ces acteurs révèlent des rapports complexes entre hommes, femmes, noirs, blancs, internes et externes au groupe. C. Ramat étudie les écritures scéniques contemporaines africaines, le « theatrum eroticum » (de K. Kwahulé, S. Labou, C. Makhélé), dans la lignée du Belge Jan Fabre, qui montrent le sexe cru et violent, d’une phallocratie ou d’une vaginocratie outrancières qui dominent tous les rapports, devenant grotesques et comiques, et visant à la subversion des systèmes (pouvoir, dictateurs, genres, etc.), à la lutte contre la superficialité et à la liberté des corps.

8L’ouvrage est complété par une bibliographie copieuse (38 p., avec plus de 400 références reprenant la majorité de celles citées dans les articles), qui constitue un appareil de référence pour l’étude de la sexualité, un index onomastique et une présentation biographique des contributeurs. Bien construit et soigné, Sexualités occidentales est riche par ses contributions diverses et de qualité qui interrogent la notion de sexualité et d’identité sexuelle, à travers l’histoire contemporaine, dans les discours, pratiques et représentations, en faisant appel aux diverses théories et méthodes récentes. Si « une histoire de la sexualité est en construction pour l’Espagne » (p. 303), à n’en pas douter ce volume en constitue une pièce importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elvire Diaz, « Sexualités occidentales, xviiie-xxie siècles  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 12 juillet 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5823

Haut de page

Auteur

Elvire Diaz

Professeur, Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org