Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-américain

Marie-Catherine Chanfreau
Référence(s) :

Guereña, Jean-Louis et Zapata, Mónica, Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-américain, Tours, Presses universitaires François-Rabelais (coll. « Civilisations étrangères » dir. par Jean-Louis Guereña et Trevor Harris), 2013, 388 p.

Texte intégral

  • 1 Juan Carlos Garrot Zambrana, Jean-Louis Guereña, Mónica Zapata (dir. ), Figures de la censure dans (...)
  • 2 Marie-Aline Barrachina (dir. ), Censure(s) et identité(s), Poitiers, Les Cahiers Forrell n°11, 1999 (...)

1Intégré depuis 2011 dans l’équipe d’accueil de l’université François Rabelais de Tours ICD (Interactions culturelles et discursives), le Centre interuniversitaire de recherche sur l’éducation et la culture dans le monde ibérique et ibéro-américain (EA 2112) avait déjà édité un livre sur la censure1. Il constitua en quelque sorte les prémisses d’une réflexion que le CIREMIA poursuivit fructueusement lors de son séminaire périodique, ses journées d’étude, en particulier celles de février et avril 2008 organisées en collaboration avec le Centre de recherches latino-américaines de l’université de Poitiers sur « Mémoire et censure en Espagne et en Amérique latine », et son colloque international « Censure et déplacements : stratégies d’appropriation, d’évitement et de détournement » des 4 et 5-VI-2010. Afin de parvenir à un aboutissement cohérent de ces travaux, certaines des interventions sur cette thématique féconde en concepts et notions furent retenues par Jean-Louis Guereña et Mónica Zapata. Ils les coordonnèrent, autour de la problématique des stratégies d’adaptation ou de contournement de ceux qui subissent la censure, en un stimulant ouvrage collectif rendant hommage à la mémoire de notre collègue Marie-Aline Barrachina2.

2Ce volume broché à la couverture joliment illustrée s’ouvre sur une introduction présentant synthétiquement sa genèse et son propos, ainsi que l’organisation des dix-sept articles qui le composent, dont cinq en espagnol. Pour en faciliter l’accès et en favoriser la compréhension des non hispanophones, ils sont tous précédés d’un résumé en français et classés selon trois axes.

3Davantage politique, le premier axe, intitulé « Pouvoirs et censures de l’Ancien Régime au XXe siècle », ne regroupe que quatre contributions, mais embrasse l’étendue chronologique la plus vaste, puisqu’elle remonte jusqu’au XVe siècle dans « Affirmation du pouvoir royal et censure dans l’Aragon moderne » de Fausto Garasa (Tours). Généreux en données et informations, cet article copieusement annoté se subdivise en quatre sections (L’Aragon et la volonté du prince ; La Diputación General del Reino : contestation et bâillonnement ; Saragosse et la censure royale ; Victoire de l’absolutisme, censure et autocensure) afin d’analyser les rapports de force opposant monarchie centralisatrice et particularismes locaux. À travers « Las limitaciones de la libertad de expresión del anarquismo español a finales del siglo XIX y principios del XX », Antonio Robles Egea (Grenade) évoque, en quatre parties (Terrorismo anarquista y represión; Daños colaterales: la censura de las ideas; Un caso de elusión de la censura: Fernando Tarrida del Mármol; Un caso de cambios ideológicos y autocensuras: José Martínez Ruiz) et deux graphiques d’une précision éloquente, la révolte et les stratégies des libertaires vis-à-vis des excès des régimes autoritaires. Solidement documenté, « Censure et stratégies de contournement. Le cas des publications érotiques clandestines en Espagne (dernier quart du XIXe - début du XXe siècle )» de Jean-Louis Guereña (Tours) sonde, à travers trois prismes (Les circuits clandestins de diffusion et les risques encourus ; Les marques de la clandestinité ; Conclusion. Censeurs et pornographes), l’hypocrisie de l’ordre moral. Par « L’historien et la censure : La Historia de la Educación en Guatemala de Carlos González Orellana et le régime d’Estrada Cabrera (1898-1920) », Émilie Mendonça (Tours) s’interroge, en trois points (Rapide aperçu de l’histoire du Guatemala ; Estrada Cabrera, un censeur censuré ? Le cas de La Historia de la Educación en Guatemala de González Orellana ; Bilan historiographique : la période cabrériste dans l’oubli ?), sur l’apparent manque d’objectivité de l’historiographie libérale guatémaltèque.

4Plus culturel, le deuxième axe, « Les dictatures face aux productions littéraires et cinématographiques : franquisme, salazarisme, dictatures latino-américaines », rassemble six contributions, dont les deux premières traitant de l’après-guerre civile suscitent d’emblée l’intérêt du lecteur. Signée par José Reyes de la Rosa (Cordoue), « La revista cordobesa de poesía Cántico y la censura literaria en la España franquista de la posguerra » détaille, non sans finesse et en cinq chapitres (Represión y censura en los primeros años de la dictadura en Córdoba; El nacimiento de Cántico y la censura; Una labor de mediación cultural y difusión de poesía; La poesía francesa en Cántico; Las paradojas y los desafíos de la censura), le rôle d’une revue créée par un groupe de poètes et traducteurs homosexuels. À travers « Les paradoxes de la censure, entre le système et l’intime : Hombres (1943), le roman censuré d’Ana Mariscal », Laurence Karoubi (Dijon) explore, en trois perspectives convaincantes (Le roman d’une jeune fille d’après-guerre ; La censure morale d’un nouveau code social ; La censure machiste et la liberté), les limites imposées à une vedette qui osa transgresser les codes en vigueur. Avec « Aux limites du dicible et du visible. Notes sur le cinéma, le “ possibilisme ” et la culture de l’opposition sous le franquisme », Jorge Nieto Ferrando (Lérida) se penche, en quatre phases (Le discours “ possibiliste ” ; Le “ possibilisme ” institutionnel ; Trois exemples de films “ possibilistes ” ; “ Possibilisme ” et canon), sur l’influence de l’opinion internationale quant au relatif recul des entraves infligées au cinéma à la fin des années 1960. Celui-ci resta cependant victime de manipulations comme le rappelle à bon escient « La censura en el cine español del franquismo. El caso de Los jueves, milagro (1957) de Berlanga ». Kepa Sojo Gil (Vitoria) y examine, sous quatre angles (Contexto general del franquismo; El cine español de los años cincuenta: entre el continuismo y la disidencia; La censura cinematográfica en la España de los años cuarenta y cincuenta; Los jueves, milagro y el azote de la censura), comment la censure nationale-catholique adultéra un film de Luis García Berlanga en y greffant une seconde partie tournée par un réalisateur en rapport avec l’Opus Dei. Au moyen d’ « Issues de secours. Quand le théâtre portugais s’expatrie pour être vu du public. L’État nouveau de Salazar (1933-1974) », Graça Dos Santos (Nanterre) retrace, en sept étapes (La forteresse de la peur ; Un voyage jusqu’au no man’s land ; La menace imaginaire ; L’évasion physique pour seule issue ; Isolement et anachronisme ; Le rêve inassouvi ; Des destins contrariés), le déphasage de dramaturges déracinés du terreau de leurs spectateurs. À travers « Censura y movimientos teatrales de resistencia. La dimensión política del arte en tiempos de dictadura (Uruguay y Argentina) », Lucía Masci (Saint-Denis) décortique, en huit volets (La dimensión política del arte; Teatro y Dictadura: “Teatro Abierto” (Buenos Aires) y “Teatro Circular” (Montevideo); El rol de la censura; Inauguración de un nuevo lenguaje teatral; Función hermenéutica del público y comunicación teatral en un contexto dictatorial; Un espacio de comunicación contra-hegemónica; El arte como asamblea popular: censura negociada, teatro y espacio público; El Teatro como Comunicación Alternativa), les brèches censoriales ayant permis une communion vitale entre scènes militantes et auditoires complices.

5S’attachant plutôt aux pratiques textuelles, le troisième axe « Langue et littérature : autocensures, oublis, manipulations », fédère sept contributions. Présentant le mérite de sortir des sentiers battus, la première, « Norme et censure de la norme dans les grammaires de l’espagnol », observe, en deux moments (Norme et usage ; Étude de corpus) et trois subdivisions (Le métadiscours du grammairien ; Traitement de l’archaïsme ; Clarté pédagogique et réalité des systèmes), des cas de manipulations simplificatrices dans la didactique française de l’espagnol. Ne redoutant guère l’hypercorrection dans leurs conseils aux apprenants, selon Amélie Piel (Tours), les grammaires recommanderaient une norme plutôt que d’énumérer d’éventuels usages divergents ou contradictoires. Avec «Censura, auto-censura y traducción en los artículos políticos publicados por Miguel de Unamuno durante su exilio voluntario en Francia (1924-1930)», Stephen G. H. Roberts (Nottingham) montre, en cinq mouvements (Unamuno y la censura; Unamuno y su lucha contra Primo de Rivera (1923-1924); Unamuno deportado (Febrero a Julio de 1924); Unamuno en la prensa francesa: Le Quotidien; Unamuno en las hojas clandestinas: España con honra y Hojas Libres), qu’opposé à la dictature, Unamuno, bien que capable de manipuler les censeurs, s’expatria. Insatisfait toutefois outre-Pyrénées par la traduction en français de ses articles, il en expédia sous le manteau, dans sa langue maternelle, à ses compatriotes restés en Espagne, afin d’y exprimer, parfois vulgairement, sa colère. Dans « Censures et déplacements dans l’œuvre de Jorge Semprún. Le Grand Voyage et Autobiographie de Federico Sánchez », Émilie Rikir (Tours) résume, en sept paragraphes succints (Le grand voyage (1963) ; Autobiografía de Federico Sánchez (1977) ; L’expérience ministérielle ; L’exil forcé et le déplacement littéraire ; Les pseudonymes ; Semprún censeur ; Un engagement permanent), des aspects biographiques de l’auteur bilingue. En quatre parties (Préambule : le mot represión ; Censure, sélection, oubli ; Une écriture de l’oubli : les procédés ; Une littérature de témoignage), Christophe Dubois (Tours) présente à juste titre « L’oubli comme manifestation de la censure dans les “romans de la mémoire” ». Avec « Parole, silence et subversion dans La casa verde de Mario Vargas Llosa », Félix Terrones Saldana (Bordeaux) évalue, en trois paliers (Un conflit flagrant entre présence et prise de parole ; Ces hommes qui censurent ; La (secrète) subversion du silence), les conséquences du machisme. Celles du demi-siècle d’embargo étasunien contre le régime castriste sont questionnées par « Censure politique ou économique ? Le cas de Leonardo Padura Fuentes, écrivain cubain publiant en Espagne », où Paula María Martínez Michel (Tours) répond en cinq phases (L’auteur et son œuvre ; Histoire d’un désenchantement ; Écrire à Cuba ; Critique de la société cubaine ; Un portrait cruel et sans concessions). Sous la plume de Mónica Zapata (Tours), « Censure et mémoire. “La noche de los visones” de Pedro Lemebel » conclut, en trois étapes (Censure et mémoire selon Freud ; Mémoire et censure dans la fiction de Pedro Lemebel ; Hypothèses) sur le fonctionnement psychanalytique du rêve. La théorie freudienne éclaire ainsi l’étude d’une nouvelle chilienne remémorant, trente ans après, les ravages du sida parmi des homosexuels qui s’étaient réunis pour la dernière Saint-Sylvestre de l’Unité Populaire.

6Avant de se clore opportunément sur un commode index onomastique, ce livre à la densité appréciable propose une substantielle bibliographie générale. Elle réunit des sources historiques, journalistiques, épistolaires ou romanesques de première et de seconde main comme des références essentielles sur l’état de la question. On ne saurait donc lire cet ouvrage sans profit puisque, par la variété de leurs approches ‒ civilisationnistes, littéraires ou linguistique ‒ et des sujets qu’elles traitent monographiquement ‒ transportant le lecteur du XVe au XXIe siècle, depuis la France jusqu’au Chili, en passant par l’Espagne, le Portugal, Cuba, le Guatemala, le Pérou, l’Uruguay et l’Argentine ‒, les études de cas qui le constituent témoignent de la richesse de son champ d’investigation, d’ailleurs élargi par l’équipe ICD lors de son colloque international « Paradigmes de l’autorité » du 30-I au 1-II-2014.

Haut de page

Notes

1 Juan Carlos Garrot Zambrana, Jean-Louis Guereña, Mónica Zapata (dir. ), Figures de la censure dans les mondes hispanique et ibéro-américain, Paris, Indigo & Côté-femmes, 2009, 396 p.

2 Marie-Aline Barrachina (dir. ), Censure(s) et identité(s), Poitiers, Les Cahiers Forrell n°11, 1999, 120 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Catherine Chanfreau, « Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-américain », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 12 juillet 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/5820

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Chanfreau

Maître de conférences*, Université de Poitiers/CREC EA * Université Paris-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org