Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

La résistance armée contre le franquisme (1936-1952). Espaces, représentations, mémoires

La resistencia armada contra el franquismo (1936-1952). Espacios, representaciones, memorias
Virginie Gautier N'Dah-Sékou

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en Études Hispaniques réalisée sous la direction de Pilar Martínez-Vasseur et soutenue à l'Université de Nantes le 30 novembre 2012 devant un jury présidé par Marie-Claude Chaput (Université de Paris Ouest Nanterre), et composé de Mercedes Yusta Rodrigo (Université de Paris-viii, Pilar Martínez-Vasseur (Université de Nantes), et Manuel Aznar Soler (Université Autonome de Barcelone), Mention Très Honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité.

Texte intégral

1La mémoire de la résistance armée au franquisme, qui s'est déroulée de la fin de la Guerre civile au début des années 1950 sur tout le territoire espagnol, se fonde sur un paradoxe : il s'agit d'un fait historique encore largement méconnu, mais dont les représentations sont idéologiquement investies voire brandies comme des armes politiques. L'événement de la résistance armée semble échapper aux historiens ; il est plus souvent considéré comme un enjeu politique et moral que comme un objet d'histoire ou un « fait historique » indiscuté et indiscutable. La définition de la résistance armée contre le franquisme a été réécrite au gré des conjonctures intellectuelles et surtout politiques ; aujourd'hui encore, les simplifications, les déformations et les polémiques font écran à l'établissement d'une vérité historique acceptable par tous. Autrement dit, si cet événement pose encore problème plus de soixante ans après, c'est qu'il n'a pas trouvé sa « place » non seulement dans l'historiographie mais aussi et surtout dans l'espace public espagnol.

  • 1 Mercedes Yusta Rodrigo, Guerrilla y resistencia campesina: la resistencia armada contra el franquis (...)

2C'est à partir de cette hypothèse du manque de « place » accordée à la résistance armée et à sa mémoire que s'est construit ce travail. Contrairement aux nombreux historiens qui s'attachent à établir les faits historiques, et aux (rares) travaux comme ceux de Mercedes Yusta ou Jorge Marco1 qui en éclairent les processus, c'est essentiellement sur la dynamique des représentations et des interprétations a posteriori que j'ai voulu porter mon attention, afin d'expliquer le caractère demeuré marginal de cet événement conflictuel qui a pourtant mobilisé plusieurs milliers de personnes pendant près de quinze ans.

  • 2 Arlette Farge, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs (...)

3J'ai souhaité m'intéresser à la construction de l'événement (ou à sa « déconstruction » pour des motifs le plus souvent idéologiques) et aux différentes significations collectives qui lui ont été données, qui sont autant de manières de s'approprier l'événement. Cette approche évite de créer une rupture artificielle entre l'événement et sa mémoire ou plutôt ses mémoires, puisque comme l'explique Arlette Farge, « Un événement en histoire […] est appelé à prendre son devenir et son sens dans sa réception et dans les représentations qu’on a de lui »2.

4En plaçant la notion d'espace au cœur de la réflexion, et en abordant le phénomène dans un triple perspective (l'histoire, la mémoire, les représentations), cette thèse tente de définir la place accordée à la résistance armée et à sa mémoire. Le postulat de mon travail de recherche est que les lieux, à la fois dans leur matérialité et dans les dimensions symboliques dont ils sont parés, remplissent une fonction essentielle dans la genèse et la perpétuation de la mémoire collective. Or, cette idée inspirée des travaux de Maurice Halbwachs et de Paul Ricoeur s'avère problématique à plusieurs titres en ce qui concerne les lieux de la résistance antifranquiste, du fait de la clandestinité du mouvement, de la clandestinité de sa mémoire interdite sous le franquisme, et de la volonté manifeste d'en effacer les traces. Ce travail a pour ambition de comprendre tout d'abord comment se construit la mémoire des lieux, la mémoire par les lieux ; mais aussi ce que le traitement (entendu comme « action sur » et « représentation ») de ces lieux nous dit de la mémoire collective de la résistance armée antifranquiste, et de la place qu'occupe cette résistance dans les récits sur le passé récent en Espagne.

5Je me suis ainsi appuyée sur un corpus varié qui rassemble des articles de presse, des témoignages, des œuvres littéraires, des films de fiction et documentaires, ainsi que les lieux dans leur matérialité même, qui ne peuvent nous « dire » quelque chose du passé qu'à condition d'être « lus », soumis à un regard critique et « expliqués » en relation avec d'autres sources, à la manière d'une archive.

6Pour mettre en lumière les multiples dimensions de l'événement et de sa mémoire, le recours à différents outils d'analyse s'est avéré indispensable : de ce fait, l'interdisciplinarité (propre aux études de civilisation) est au cœur de ce travail qui convoque les sciences sociales (l'histoire en tout premier lieu, mais aussi la géographie sociale et politique, la sociologie de la mémoire et de l'action collective, l'anthropologie culturelle...), l'analyse littéraire, la réflexion sur le cinéma et son rapport à l'Histoire depuis les années 1980 (dans la lignée de Marc Ferro), enfin l'analyse du discours.

7La première partie est consacrée à une relecture géographique de la résistance armée à l'échelle de l'Espagne entière : le choix de cette large perspective permet d'offrir une vision d'ensemble dont l'historiographie de la résistance armée manque cruellement, tout en apportant des instruments d'analyse inspirés de la géographie et de la sociologie. Outre un travail de localisation précise des foyers de guérilla, il s'agissait de mettre en évidence les différences et les éventuelles similitudes du phénomène sur l'ensemble du territoire espagnol en s'appuyant sur des sources variées (témoignages, représentations cartographiques, presse, textes législatifs, écrits de propagande…). L'étude des acteurs, des pratiques spatiales et des représentations des résistants antifranquistes et de leurs adversaires (principalement la Garde civile) fait ressortir le caractère hétérogène et fragmenté des guérillas, favorisé par leur fort ancrage territorial, leur isolement intérieur et international, et surtout par la violence de la répression soucieuse de détruire jusqu'à la moindre trace de résistance.

8La deuxième partie propose une approche diachronique de l'inscription de la mémoire dans l'espace, afin de mettre en lumière, à travers les processus de marquage et de valorisation des traces, l'évolution des représentations de la guérilla et de sa mémoire. À la mémoire familiale et privée qui se cristallise autour de la tombe individuelle, succède à partir des années 1990 une « mémoire-témoignage » portée par les guérilleros survivants et matérialisée par des monolithes et des plaques commémoratives qui entendent rendre hommage à un collectif ; plus récemment, on assiste à l'éclosion d'une « mémoire-patrimoine » de la guérilla prise en charge par des associations et des pouvoirs publics à l'échelle locale, et dont les lieux symboliques sont les musées et les « chemins de la mémoire ». Cette « ré-appropriation » récente des lieux de la résistance (cimetières « reconquis » par les militants, hauts-lieux balisés par des monolithes ou des plaques commémoratives, etc.) ne va pas sans retombées culturelles, sociales et économiques sur les zones concernées, malgré la modestie des projets mis en œuvre.

9Enfin, la troisième partie analyse, à partir de la notion bakhtinienne de chronotope, les nombreuses représentations littéraires et filmiques de la résistance armée qui, depuis 1937, exploitent le potentiel dramatique de l'événement et se chargent d'interprétations idéologiques susceptibles de dialoguer les unes avec les autres. L'étude de ce large corpus d'œuvres dessine les contours d'une « géographie imaginaire », une géographie en perpétuelle évolution et réécriture, mais traversée par des topoi récurrents : la forêt et la montagne y sont présentés comme des espaces-temps radicalement autres, lieux de l'inhumanité mais aussi de l'utopie portée par les guérilleros. Les conclusions de cette partie remettent en question l'idée encore répandue du « silence » du régime franquiste sur la guérilla des années 1940 : des années 1950 jusqu'à la mort du dictateur, la résistance armée fait l'objet de plusieurs représentations variées (y compris dans leur positionnement idéologique), et qui trouvent un écho important dans le monde culturel (écrivains, acteurs et réalisateurs de renom, obtention de prix littéraires…). À partir de 1975, la production littéraire et cinématographique mettant en scène la guérilla n'est ni marginale, ni anecdotique ; si elles n'ont pas de retombées sociales et politiques immédiates, des œuvres comme celle de Julio Llamazares, Mario Camus ou Manuel Gutiérrez Aragón préparent en quelque sorte le terrain pour les débats ultérieurs et les mutations de la mémoire de la résistance armée de la fin du xxe siècle.

10Au carrefour de l'histoire politique, sociale et culturelle, la question centrale qui parcourt ce travail est celle de l'héritage. Quel est le contenu de cet héritage laissé par les acteurs de la résistance antifranquiste ? Qui sont les héritiers de cette mémoire ? Est-ce un héritage transmis par une filiation biologique, par la culture politique, par le territoire, ou encore un héritage culturel dont les valeurs peuvent être transmises à tous par le patrimoine in situ et par l'écriture littéraire et filmique ? Quels sont les liens, réels ou supposés, entre les luttes du passé et les revendications du présent ? Ces interrogations nous rappellent que l'étude du passé s'accompagne toujours d'une réflexion sur le présent. Car se pencher sur ce fragment d'histoire qu'est la résistance armée et sur sa mémoire, c'est aussi s'interroger sur l'identité politique de la société espagnole, une identité qui est constituée moins des faits historiques eux-mêmes que des récits et des représentations qui en sont transmis.

Haut de page

Notes

1 Mercedes Yusta Rodrigo, Guerrilla y resistencia campesina: la resistencia armada contra el franquismo en Aragón (1939-1952), Saragosse, Universidad de Zaragoza, 2003 ; Jorge Marco Carretero, Guerrilleros y vecinos en armas. Identidades y culturas de la resistencia antifranquista, Grenade, editorial Comares, 2012.

2 Arlette Farge, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », in Terrain, n° 38, 2002, p. 69-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Gautier N'Dah-Sékou, « La résistance armée contre le franquisme (1936-1952). Espaces, représentations, mémoires », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 12 juillet 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/5785 ; DOI : 10.4000/ccec.5785

Haut de page

Auteur

Virginie Gautier N'Dah-Sékou

CRINI EA 1162, Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org