Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

L’évacuation et l’accueil des enfants espagnols en France : cartographie d’une mobilisation transnationale (1936-1940)

La evacuación y acogida de los niños españoles en Francia: cartografía de una movilización transnacional (1936-1940)
Celia Keren

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat d’histoire réalisée sous la direction de Laura Lee Downs, Directrice d’études à l’ehess, Professeure à l’Institut universitaire de Florence (iue), au sein du Centre de recherches historiques (crh), membre de l’équipe ahmoc (Approches historiques du monde contemporain) puis de l’équipe esopp (Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé), soutenue le 8 décembre 2014 à l’ehess avec la mention très honorable et les félicitations du jury composé de MM. Les Professeurs Frédéric Monier, Université d’Avignon ; Isabelle Renaudet, Université d’Aix-Marseille ; Jean-François Chanet, Sciences-Po Paris ; Abdón Mateos, Université nationale d’éducation à distance (uned), Madrid ; M. Paul-André Rosental, Sciences-Po Paris (président du jury).

Texte intégral

1Cette thèse retrace l’histoire d’une cause antifasciste et humanitaire de la fin des années 1930 : celle de l’évacuation et de l’accueil d’enfants espagnols, déplacés de la zone républicaine de l’Espagne en guerre vers la France entre 1936 et 1939. Entre ces deux dates, plus de 10 000 filles et garçons quittent l’Espagne, généralement à la demande de leurs parents, pour être hébergés temporairement dans des familles françaises ou dans des colonies d’enfants spécialement créées à leur intention. Malgré le coût et la complexité de cette opération, son organisation est tout sauf centralisée. Elle engage au contraire une constellation d’acteurs publics et privés de part et d’autre de la frontière, dont la première caractéristique est l’hétérogénéité de nature, d’obédience religieuse et d’orientation politique.

2L’étude porte sur ces différents acteurs, les raisons de leur engagement, les ressources matérielles, politiques et symboliques qu’ils mobilisent pour le faire aboutir, ainsi que sur leurs réussites et leurs échecs. Par leur intérêt partagé – sinon coordonné – pour la cause des enfants espagnols évacués en France, des responsables politiques espagnols, des syndicalistes français de la Confédération générale du travail (cgt), des prêtres d’action catholique du Pays basque et de France, des intellectuels catholiques antifranquistes, mais aussi le Pape Pie xi et ses plus proches collaborateurs ou encore des féministes et des militants antifascistes de divers pays sont amenés à nouer des liens inédits de collaboration, d’émulation, de rivalité et parfois de franche opposition – liens qui traversent ainsi non seulement les frontières nationales, mais aussi les frontières politiques et idéologiques, les frontières religieuses et, parfois, les frontières de genre. C’est ce que traduit la métaphore de la « cartographie » : sous l’inspiration des travaux récents de Michel Dobry, d’Axelle Brodiez ou encore de Marie Chessel, cette thèse décrit l’espace de mobilisation transnational généré par la cause de l’évacuation et de l’accueil d’enfants espagnols en France ; elle analyse les rapports de force et de compétition qui le traversent, ainsi que ses reconfigurations successives entre 1936 et 1940. Si une attention aux échelles locale, nationale et internationale est nécessaire à cette appréhension, la catégorie du transnational s’est avérée particulièrement heuristique pour saisir les réseaux religieux, syndicaux et politiques qui traversent et structurent l’Europe de la fin des années 1930 ainsi que les idéologies qui les sous-tendent, de l’universalisme catholique à l’internationalisme ouvrier. Dans une optique transdisciplinaire, les outils et les concepts de la sociologie des mouvements sociaux et des politiques publiques sont venus appuyer une analyse historique fondée sur des fonds d’archives situés dans cinq pays différents (France, Espagne, Belgique, Italie, États-Unis) et combinant méthodes quantitatives et qualitatives.

3Sept chapitres suivent et entrecroisent les trajectoires de mobilisation des principales nébuleuses d’acteurs identifiées. Trois chapitres sont consacrés à la collaboration entre le Comité d’accueil aux enfants d’Espagne piloté par la cgt et les différents ministères successivement en charge de la politique publique d’évacuations d’enfants au sein du gouvernement de la République espagnole. La chronologie et les orientations successives du dispositif établi en commun apparaissent d’abord déterminées par les options idéologiques, les représentations de l’enfance, les stratégies politiques et les modalités variables de la collaboration entre ces différents acteurs. Néanmoins, comme le montre le chapitre situé au mitan de la thèse, les familles espagnoles et françaises et, à l’occasion, les enfants eux-mêmes, parviennent souvent à infléchir ces orientations, devenant par là-même des acteurs à part entière des politiques qui leur sont destinées. Les trois derniers chapitres sont consacrés aux excroissances, aux transformations et au délitement de l’espace transnational de collaboration créé par le programme d’évacuations enfantines. La mobilisation initiée, à partir du printemps 1937, par les dirigeants catholiques du Parti nationaliste basque et leurs alliés en France, afin de créer une filière spécifique d’évacuation pour les enfants catholiques basques, obtient des résultats limités. C’est aussi le cas de la campagne dirigée par le Saint-Siège, en accord avec le gouvernement franquiste, pour le rapatriement de ces mêmes enfants, quand bien même le dispositif d’accueil de la cgt et du gouvernement républicain s’en trouve indéniablement fragilisé. La thèse se clôt sur une mise à jour des causes et du processus de démobilisation des acteurs évoqués précédemment, qui aboutit à la disparition de la cause des enfants espagnols évacués en France au cours de l’année 1939. La comparaison construite au fur et à mesure des chapitres entre les différentes mobilisations étudiées permet dès lors de faire apparaître leurs ressorts et les conditions de leur succès et/ou de leurs échecs.

4Deux caractéristiques de la cause des enfants espagnols évacués en France expliquent l’importance, la diversité et les résultats variables des mobilisations qu’elle suscite. La première est sa nature polysémique, qui la fait apparaître tour à tour comme un problème purement humanitaire ou comme l’un des moyens de contribuer à la lutte de la République. Tous les acteurs étudiés sont conscients de cette polysémie, et ils en jouent. Mais les effets de cette labilité divergent selon les contextes. Elle est productrice de consensus au sein d’une gauche française divisée sur la priorité à donner à l’antifascisme ou au pacifisme, mais unanimement pro-républicaine. En revanche, elle nuit à la mobilisation catholique car, dans des milieux majoritairement acquis à la cause franquiste, le mélange des genres politique et humanitaire prend les apparences d’une contamination de la charité par des mobiles cachés et inavouables de soutien aux nationalistes basques, voire au Frente popular républicain. Une seconde explication de la popularité de la cause des enfants espagnols évacués en France réside dans son caractère mineur. En effet, le choix de s’engager dans cette action constitue souvent une échappatoire à ce problème majeur qu’est la non-intervention. L’hébergement (ou le rapatriement) des enfants espagnols constitue ainsi une « cause-refuge », tant pour les dirigeants ex-confédérés de la cgt, les catholiques minoritaires du Comité national catholique d’accueil aux Basques, que le Saint-Siège. Leur stratégie d’évitement ne consiste ainsi pas seulement à escamoter le politique par l’humanitaire, mais à investir à dessein des ressources dans une cause secondaire.

5Trois apports historiographiques peuvent être mis en avant. Tout d’abord, cette étude contribue à une histoire générale des réactions françaises à la guerre d’Espagne qui reste à écrire. En effet, la plupart des travaux sur ce thème s’attachent à étudier les effets du conflit espagnol sur un groupe social ou sur un acteur politique particuliers : il s’agit ainsi d’histoires des catholiques français et de la guerre d’Espagne, du Parti communiste et de la guerre d’Espagne, des socialistes et de la guerre d’Espagne, etc. Or, la question des enfants espagnols évacués en France permet de faire apparaître et interagir sur une même scène tous ces acteurs – ainsi que d’autres, moins connus et qui ne figurent pas dans les histoires habituelles des solidarités pro-républicaines. Ensuite et en conséquence, l’histoire des différents groupes étudiés s’en trouve enrichie. Non seulement l’engagement en faveur de l’enfance espagnole évacuée constitue un bon observatoire de divers espaces politiques – celui de l’État espagnol républicain, des catholiques français, du Saint-Siège ou encore de la gauche associative et syndicale de Front populaire ; mais cette mobilisation a des effets sur les différents acteurs concernés. Elle contribue à les définir, à modifier des rapports de force en leur sein ou entre eux, à infléchir ou à précipiter des trajectoires politiques. En effet, le caractère mineur du problème des enfants évacués autorise, par exemple, la mise en œuvre dès l’automne 1936 de stratégies de parade par la gauche non communiste face au Parti communiste, ou la discrète prise de libertés vis-à-vis des directives du Saint-Siège d’une certaine portion des catholiques français, y compris de certains clercs, mais aussi de certains laïques à l’orée de leur carrière comme Paul Vignaux. Enfin, la spécificité de la cause des enfants évacués permet de reprendre à nouveaux frais la distinction entre le politique et l’humanitaire en mettant en évidence, d’une part, que la frontière qui sépare ces deux dimensions est mouvante et, d’autre part, que ces dernières ne s’excluent pas dans la pratique. Dès lors, il devient possible d’écrire une nouvelle histoire de l’humanitaire, constituée non plus de monographies d’organisations ou de causes officiellement étiquetées « humanitaires », mais en travaillant sur les modes d’action qui sont qualifiés, à l’occasion, d’« humanitaires » par ceux qui les utilisent, et en examinant la circulation de ces modes d’action d’un univers sociopolitique à un autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Celia Keren, « L’évacuation et l’accueil des enfants espagnols en France : cartographie d’une mobilisation transnationale (1936-1940) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 12 juillet 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/5783 ; DOI : 10.4000/ccec.5783

Haut de page

Auteur

Celia Keren

Docteure, ehess

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org