Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

Le chercheur. Sources et matériaux

El investigador. Fuentes y materiales
Geneviève Dreyfus-Armand

Texte intégral

1Le chercheur vigilant qu’était Jacques Maurice accordait une importance primordiale aux sources primaires et documentaires ainsi qu’aux matériaux « bruts » de toutes sortes qui permettent inlassablement à l’historien d’approfondir ses connaissances, de revoir éventuellement ses analyses et, surtout, de découvrir de nouvelles pistes de recherche et de réflexion.

2C’était bien là la caractéristique de la démarche de chercheur scrupuleux, rigoureux et inventif de Jacques : repérer sans cesse les sources et matériaux disponibles, les explorer, les questionner encore et encore. Démarche finalement pas si commune qu’il y paraît car il peut arriver qu’à partir d’un certain moment de leur parcours certains chercheurs se cantonnent parfois à labourer des terres connues, sans partir en explorer d’autres. Rien de tel avec Jacques, toujours en éveil, désireux de débusquer de nouvelles sources.

3Je ne saurai dater avec précision la première fois où je rencontrai Jacques Maurice. Ce devait être en 1988 ou 1989, probablement ; il venait depuis peu, ce me semble, d’arriver à l’Université de Nanterre – dite alors Paris-x – et il venait prendre contact avec le secteur ibérique et latino-américain de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine et particulièrement avec le conservateur que j’en étais à l’époque. Là encore, la démarche de Jacques était empreinte de curiosité intellectuelle, mais elle prenait également la forme d’une démarche courtoise et amicale plutôt rare dans un monde universitaire cloisonné et souvent distant.

4À juste titre, Jacques Maurice mesurait le grand intérêt qu’il y aurait pour le département d’Espagnol de l’Université et pour son travail personnel de chercheur en histoire d’établir des liens réguliers de coopération avec la bdic. Il ne lui avait pas échappé que cette institution, presque centenaire aujourd’hui et implantée à Nanterre par les hasards d’une histoire mouvementée, pourrait être d’un grand apport et soutien pour les travaux des historiens mais aussi, de par la multiplicité et l’abondance de ses richesses documentaires, pour les travaux des hispanistes en général. Démarche novatrice, là encore, et j’expliquerai un peu plus en quoi la spécificité d’une institution comme la bdic pouvait intéresser Jacques.

5Tout de suite, après cette première prise de contact, s’établit, grâce à Jaques, une fructueuse collaboration entre le département d’espagnol de l’Université de Nanterre et la bdic. Une collaboration étroite et très riche, qui a duré pratiquement jusqu’à nos jours, soit une vingtaine d’années, entretenue par lui-même et par ses collègues et amis du département, ses successeurs, qui sont rassemblés dans cet hommage. Une collaboration si étroite qu’elle m’a parfois valu, dans les toutes dernières années de direction à la tête de la bdic, le soupçon que je privilégiais le domaine hispanique au détriment des autres parties du monde dont s’occupe également la bdic. Bien évidemment, je veillais à l’accroissement et à la valorisation des collections relatives à d’autres aires culturelles – germaniques, slaves, anglo-saxonnes ou proche-orientales – mais il était clair que mon implication personnelle de chercheur était située dans l’aire hispanique.

6Et cet engagement c’est en grande partie à Jacques, après Pierre Vilar, que je le dois. Personnellement, je lui dois beaucoup et j’espère le lui avoir suffisamment exprimé, même si sa grande modestie lui faisait minimiser l’importance de son rôle. C’est en effet grâce à lui et à l’environnement stimulant pour la recherche qu’il a su créer à Nanterre, que j’ai repris des recherches commencées antérieurement et que celles-ci ont pu aboutir à des premiers résultats.

  • 1 Jacques Maurice, « Un vaste et passionnant champ de recherche », in Bulletin d’histoire contempora (...)

7Dès ses premières prises de contact avec le secteur hispanique de la bdic, non content de trouver à son seul profit des documents pour ses travaux, il m’incita à participer au colloque qu’il organisait, en mai 1990, sur « La culture dans l’Espagne franquiste ». « Un vaste et passionnant champ de recherche », disait-il en introduction1. Quinze ans après la disparition de Franco, il constatait que si l’historiographie s’était développée sur les premières années du régime il n’en était pas de même « pour tout ce qui s’inscrit dans le champ de la culture, qu’il s’agisse des œuvres et des pratiques ». Et, dans la perspective d’une histoire totale qui était la sienne, se pencher sur la sphère culturelle s’imposait, que ce soit pour analyser la politique culturelle du franquisme ou examiner les « alternatives à la culture officielle, telles qu’elles se sont exprimées au dehors et au-dedans du pays ».

8Cela a été pour moi-même l’occasion de commencer à explorer les cultures d’exil au travers de la presse de l’exil espagnol en France et de débuter des travaux qui se poursuivent encore. Car Jacques Maurice avait compris d’emblée l’énorme potentiel de recherche que représentait cette masse de publications éditées pendant des décennies par les républicains espagnols en France et il m’a incitée fortement à l’étudier. Une grande partie de ces publications se trouvent d’ailleurs conservées à la bdic, où elles ont fait l’objet récemment, pour la plupart des titres, d’une numérisation et d’une mise en ligne.

  • 2 Geneviève Dreyfus-Armand, « La presse de l’exil espagnol », site Internet de la bdic, bibliothèque (...)

9Nombreux, comme on le sait, à s’être réfugiés en France à la fin de la guerre d’Espagne lors de l’instauration du régime franquiste, les républicains espagnols y ont déployé une intense activité éditoriale. Formant, jusqu'au début des années 1960, le contingent d’exilés politiques le plus considérable, ils ont édité plus de 650 titres de périodiques. Tous les titres n’eurent pas la même durée ni la même nature : si certains parurent régulièrement, beaucoup eurent une vie éphémère car, financés par les organisations de l’exil et leurs militants, ils vivaient de façon précaire. À plusieurs reprises, les publications espagnoles furent frappées d’interdiction : en 1945, 1950, 1953, 1960, 1961 et en 1963. Cette intense activité éditoriale était le reflet d'une forte structuration de l’exil républicain espagnol en de nombreuses organisations politiques, syndicales ou associatives, marquées par des dissensions anciennes et de nouveaux conflits. Cette presse était centrée sur l’Espagne et les stratégies de lutte contre le franquisme. Cependant, grâce à la place importante accordée à la mémoire historique et à la culture, elle fut également un vecteur privilégié de sauvegarde d’une identité culturelle. Les animateurs de cette presse, responsables politiques, intellectuels ou artistes, constituaient les porte-parole de l’exil2.

  • 3 Jacques Maurice, « Un vaste et passionnant champ de recherche  », art. cit., p. 15.

10Jacques Maurice avait ainsi perçu combien cette « autre Espagne », dans « sa fidélité sans faille aux traditions progressistes d’avant la défaite républicaine », avait contribué à son insu à « entretenir l’illusion d’une culture libératrice ». Mais, ajoutait-il, « puisque le vainqueur avait confisqué et falsifié à son profit le patrimoine national, la survie spirituelle des vaincus ne passait-elle pas par la sauvegarde de leur identité3 ? ». Tout en allant, au fil de l’exil, chercher des références culturelles ailleurs, notamment dans leur principal pays d’exil, la France, et en Amérique latine.

11Mais ce que Jacques Maurice appréciait beaucoup à la bdic, comme chercheur, c’était le fait qu’il pouvait y trouver bien d’autres sources que celles que les historiens ont coutume d’aller d’abord chercher, en toute logique, dans les centres d’archives publiques. Qu’ils soient nationaux, départementaux – ou régionaux dans la Péninsule ibérique –, ces centres ont pour mission première de collecter et conserver les archives produites par les organismes publics, même si, depuis un temps, ils s’ouvrent à d’autres types de documents ; mais leur tâche étant déjà immense cela reste nécessairement limité. Ces archives sont indispensables, primordiales, pour l’historien. Mais, leur nature même – reflet des activités des États - implique que d’autres sources soient explorées en complément ou en contrepoint de celles-ci : archives privées constituées par des acteurs ou des témoins de l’histoire, entretiens avec ces mêmes acteurs ou témoins – afin de donner chair aux archives administratives –, textes imprimés à diffusion restreinte et éphémère – brochures, tracts, bulletins innombrables –, ou images fixes et animées qui sont comme autant de miroirs de l’événement (photographies, peintures, dessins, films, etc.).

  • 4 Jacques Maurice, « L’histoire et ses mémoires. Histoire et mémoire de la Seconde République espagn (...)

12Et Jacques Maurice savait pouvoir trouver ces autres types de sources, ces matériaux, à la bdic. Il n’est d’ailleurs pas indifférent que la revue de celle-ci, consultable aussi en ligne – par le portail Persée et par Cairn –, s’intitule justement Matériaux pour l’histoire de notre temps. Revue à laquelle Jacques a participé à diverses reprises, notamment pour le numéro consacré à la mémoire retrouvée dans l’Espagne actuelle. Ces matériaux diversifiés dans leur forme et leur contenu dont la bdic s’est fait une spécialité depuis ses lointaines origines en 1914, Jacques Maurice savait pertinemment qu’ils permettent à l’historien non tant d’établir la matérialité des faits mais d’analyser les représentations collectives et le cheminement des mémoires. Bref, selon sa belle formule, d’intégrer à l’écriture de l’histoire « la diversité des apports mémoriels, ce qui permettrait d’avancer dans la voie, jusqu’ici peu empruntée, d’une histoire sociale du politique », type d’histoire qu’il appelait de ses vœux4.

13S’inspirant notamment du Paul Ricœur de La Mémoire, l’histoire, l’oubli, et de la nécessaire reviviscence des mémoires afin de fortifier l’histoire, Jacques Maurice plaidait ainsi pour la construction d’une histoire sociale du politique, qui « ne se réduirait pas aux formes explicites du politique ». Par certains côtés, suggérait-il, cette histoire « serait une histoire "d’en-bas" ». Alors, comment ne pas prendre en compte l’abondante presse de l’exil, les productions éditoriales les plus modestes des réfugiés, les témoignages des anciens internés espagnols des camps français et allemands et ceux des anciens résistants ou encore les dessins et peintures inspirés par l’événement ? Comment ne pas étudier les témoignages des anciens guérilleros antifranquistes du Léon et de Galice, rassemblés à la bdic par une excellente connaisseuse de la question, Odette Martinez-Maler, conservateur en chef à la bdic ? Comment ne pas prendre en compte ces matériaux abondants, collectés au fil des décennies, avec l’objectif de recueillir de multiples et diverses traces d’histoire ? Avec, bien évidemment, le souci de situer les mémoires individuelles et collectives dans le temps afin d’éviter de « tomber dans l’anachronisme ou le mythe », comme le souligne très justement Jacques Maurice dans sa contribution à l’ouvrage collectif consacré à la Seconde République, son histoire et sa mémoire.

14Ainsi, Jacques Maurice ne pouvait qu’être sensible et intéressé par le rassemblement de matériaux qu’il pouvait trouver notamment à la bdic si proche. Rassemblement effectué non par hasard ou passivement, mais au contraire en fonction de thèmes de recherches et de questionnements collectifs. Ce type de démarche, basé sur la réflexion et la coopération, fondé aussi sur l’interdisciplinarité, ne pouvait que rencontrer l’appui et l’intérêt de Jacques qui le faisait également sien, en chercheur impliqué et rigoureux. Afin d’interroger les mémoires plurielles, parfois antagonistes, de l’Espagne contemporaine, pour parvenir à faire l’histoire d’un « court XXe siècle » de ce pays.

Haut de page

Notes

1 Jacques Maurice, « Un vaste et passionnant champ de recherche », in Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques - Université Paris-x, n° 11-12, p. 12-16.

2 Geneviève Dreyfus-Armand, « La presse de l’exil espagnol », site Internet de la bdic, bibliothèque numérique (www.bdic.fr).

3 Jacques Maurice, « Un vaste et passionnant champ de recherche  », art. cit., p. 15.

4 Jacques Maurice, « L’histoire et ses mémoires. Histoire et mémoire de la Seconde République espagnole  » et « Reavivar las memorias, fortalecer la historia », in Histoire et mémoire de la Seconde République espagnole, Marie-Claude Chaput et Thomas Gomez (dir.), Nanterre, Université Paris-x, 2002, p. 15 et 485.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Dreyfus-Armand, « Le chercheur. Sources et matériaux », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5686 ; DOI : 10.4000/ccec.5686

Haut de page

Auteur

Geneviève Dreyfus-Armand

Conservateur général honoraire des bibliothèques.
Présidente du cermi (Centre d'études et de recherches sur les migrations ibériques)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org