Navigation – Plan du site
Histoire culturelle

Anarchisme et sexualité en Espagne jusqu’en 1939

Anarquismo y sexualidad en España antes de 1939
Jean-Louis Guereña

Résumés

Cette contribution examine l’espace occupé par la sexualité au sein de la « culture anarchiste » espagnole, en abordant rapidement divers points qui montrent la présence et l’importance d’une véritable « culture sexuelle » dans la mouvance anarchiste : l’éducation sexuelle et la divulgation de la sexualité, l’eugénisme, le néomalthusianisme et le contrôle de la natalité, la lutte contre la prostitution réglementée et les « maladies vénériennes », comme l’on disait alors, et finalement l’homosexualité.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

anarchisme, sexualité

Palabras claves :

anarquismo, sexualidad

Keywords :

anarchism, sexuality
Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

  • 1 Jacques Maurice, qui collabora assidûment à ces « colloques de Pau », écrivit à deux reprises sur l (...)

1Qu’il me soit permis de rappeler très rapidement tout ce que je dois à Jacques Maurice dans ma propre formation intellectuelle. J’avais fait sa connaissance à Pau au début des années 70 du siècle passé lors des célèbres colloques d’histoire d’Espagne contemporaine organisés dans la capitale du Béarn par Manuel Tuñón de Lara (1915-1997) et sur l’importance desquels (tant pour les hispanistes français que pour les historiens espagnols) il est inutile de revenir1.

  • 2 Jean-Louis Guereña, « Hacia una historia socio-cultural de las clases populares en España (1840-192 (...)

2Peu de temps après ma nomination à l’Université de Tours en septembre 1973 en qualité d’assistant, Jacques Maurice m’avait invité à participer aux activités de l’équipe de recherche qu’il venait de mettre en place à l’Université de Vincennes (où il fut Maître-assistant de 1970 à 1988) sur l’histoire sociale de l’Espagne contemporaine. Alors que je débutais dans la recherche (je n’ai soutenu ma thèse de troisième cycle qu’en 1977), ces stimulantes et fécondes séances périodiques de réflexion, au côté d’autres chercheurs, jeunes ou moins jeunes, ont représenté durant de nombreuses années une extraordinaire expérience d’enrichissement collectif que je ne peux oublier et qui ont joué un grand rôle dans mon apprentissage d’historien et dans l’orientation de mes recherches2.

Jacques Maurice et l’histoire de l’anarchisme : vers une histoire socio-culturelle

  • 3 Voir Jean-François Botrel, « Jacques Maurice (1934-2013) », Bulletin Hispanique, Bordeaux, n° 115-2 (...)

3Comme on le sait, que ce soit dans ses travaux individuels ou collectifs (ceux qu’il a animés dans le cadre du « Séminaire de Vincennes » à l’Université de Paris-viii), la recherche historique de Jacques Maurice a porté principalement, mais pas uniquement bien entendu, sur l’histoire de l’anarchisme en Espagne aux xixe-xxe siècles et pour l’essentiel l’anarchisme andalou, et ce en combinant diverses perspectives de l’histoire sociale3.

  • 4 Juan Díaz del Moral, Historia de las agitaciones campesinas andaluzas. Córdoba (Antecedentes para u (...)
  • 5 J. Maurice, « À propos d’une réédition récente : remarques sur l’anarchisme andalou », Bulletin His (...)

4Comme il l’a lui-même souligné à de nombreuses reprises, une de ses sources d’inspiration (et aussi de débat) a été l’ouvrage publié en 1929 par Juan Díaz del Moral (1870-1948), Historia de las agitaciones campesinas andaluzas. Córdoba (Antecedentes para una reforma agraria), qui fut longtemps pour lui un de ses livres de chevet4. En 1969, dans son compte-rendu de la réédition de l’ouvrage pour le Bulletin Hispanique, Jacques Maurice insistait entre autres sur les pages que l’auteur de cette Historia de las agitaciones campesinas andaluzas consacrait aux « efforts tenaces des militants ouvriers pour ouvrir ici et là des écoles où leurs compagnons d’infortune pussent satisfaire leur soif d’apprendre » ainsi qu’à « la ferveur pour la lecture [...] parmi les masses andalouses », manifestée notamment par des lectures collectives à haute voix5.

5Par ailleurs, Jacques Maurice a noté que l’intérêt des chercheurs sur l’« âge d’or » de l’anarchisme espagnol (à la fin du xixe siècle et au début du xxe, avant la fondation de la cnt en 1910) a porté davantage sur le « discours anarchiste » à l’œuvre dans de multiples revues et brochures, ajoutant que

  • 6 J. Maurice, « Principios y realidad en el discurso de los Congresos de la cnt », dans Bert Hofmann, (...)

dans la plupart des travaux sur l’anarcho-syndicalisme, on porte davantage d’attention aux grandes figures qu’aux collectifs de travailleurs, davantage aux écrits qu’aux autres expressions culturelles, davantage aux discours sur la culture qu’aux comportements, pratiques et réalisations culturelles6.

  • 7 J. Maurice, Brigitte Magnien et Danièle Bussy Genevois (éd.), Peuple, mouvement ouvrier, culture da (...)

6Ces quelques références, que l'on complètera par les publications collectives de l'erecec (Équipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine), démontrent totalement l’investissement de Jacques Maurice dans l’histoire sociale et culturelle des classes populaires, qu’il contribua très largement à mettre sur pied au sein de l’hispanisme français – et au-delà – avec les deux colloques majeurs organisés à quelques années de distance à l’Université de Paris viii puis à celle de Paris-x (où il avait été nommé Professeur en 1988) et publiés respectivement en 1990 (Peuple, mouvement ouvrier, culture dans lEspagne contemporaine. Cultures populaires, cultures ouvrières en Espagne de 1840 à 1936) et en 1993 (LHistoire sociale en débat)7.

  • 8 D. Bussy Genevois, « Histoire des femmes, histoire sociale », dans LHistoire sociale en débat…, op (...)
  • 9 Rose Duroux citait l’ouvrage de Martha Ackelsberg dans sa version castillane (Mujeres libres. El an (...)

7Et, même si dans ce dernier colloque, Danièle Bussy Genevois, qui succéda à Jacques Maurice à la tête de l’erecec, rebaptisée erescec (Équipe de Recherche sur les Sociétés et les Cultures de l’Espagne Contemporaine), se référait bien à l’histoire des femmes, démontrant que celles-ci n’étaient pas absentes des préoccupations de Jacques Maurice8, nous voudrions partir d’une remarque – ou plutôt d’une question suivie d’une invitation – lancée par Rose Duroux en conclusion de son long compte-rendu de El anarquismo andaluz, una vez más publié dans le n° 2 (printemps 2008) des Cahiers de civilisation de espagnole contemporaine, une autre entreprise collective de Jacques Maurice, à savoir « le rôle des femmes » qui « manquent au tableau de cette Andalousie anarchiste » dressée par l’auteur : « Faut-il en conclure que dans les milieux anarchistes andalous les femmes sont restées les éternelles “mineures” alors qu’à Madrid ou Barcelone leurs “sœurs”, elles, se revendiquent “majeures” ? »9. Invitation restée malheureusement sans réponse.

  • 10 Geraldine M. Scanlon, La polémica feminista en la España contemporánea (1868-1974), Madrid, Siglo x (...)
  • 11 Pour une perspective plus large, voir Jesse Battan, Thomas Bouchet et Tania Regin (éd.), Meetings e (...)

8Dans le cadre de l’histoire des femmes (et notamment dans les travaux des pionnières en Espagne, Geraldine Scanlon et Mary Nash notamment), l’histoire de la sexualité, envisagée comme une pratique sociale et culturelle, a constitué un chantier de recherche émergent à partir des années soixante-dix10. Nous voudrions juste rappeler ici, rapidement, l’importance, le caractère alors novateur (face à une culture catholique dominante qui prétendait dicter l’ensemble des valeurs morales et des comportements, en particulier par rapport à la sexualité) et la diversité des contributions réalisées dans le champ de la sexualité au sein du mouvement anarchiste (dans toute sa diversité) en Espagne, du sexenio revolucionario (les années 1868-1874) jusqu’à la Guerre dite « civile », que ce soit dans le cadre des discours bien sûr (notamment au sein des multiples revues dont put disposer le mouvement) mais aussi au niveau des pratiques, autrement dit de tous les éléments constituant ce que l’on peut qualifier de « culture anarchiste », qui va donc au-delà du mouvement lui-même et surtout des organisations qui s’en réclament ou qui peuvent lui être rattachées à un moment ou à un autre11.

La « culture anarchiste » et la sexualité

  • 12 Miguel Iñíguez, Esbozo de una Enciclopedia histórica del anarquismo español, prologue de Juan Gómez (...)

9Lorsque nous pensons à l’espace occupé historiquement en Espagne par la sexualité dans les cultures politiques révolutionnaires ou progressistes – celles qui avaient un projet politico-social frontalement opposé aux structures politiques et sociales et aux modèles idéologiques et culturels dominants, notamment quant au rôle (et à la visibilité sociale) des femmes, même si « émancipation féminine » et « émancipation sexuelle » ne coïncident pas totalement –, quelques thèmes viennent immédiatement à l’esprit (eugénisme, néomalthusianisme, contraception, avortement, liberté sexuelle, nudisme...), ainsi que quelques titres de revues significatives, voire même emblématiques à ce sujet (Generación Consciente. Revista Ecléctica, Estudios, Mujeres Libres, Pentalfa) et quelques noms importants (comme ceux de Félix Martí Ibáñez, Amparo Posch y Gascón ou la jeune et célèbre Hildegart), l’ensemble se rapportant presque exclusivement à la mouvance anarchiste12.

  • 13 José Álvarez Junco, La ideología política del anarquismo español (1868-1910), Madrid, Siglo xxi, 19 (...)
  • 14 Ibidem, p. 281. Voir aussi Gloria Espigado Tocino, « Las mujeres en el anarquismo español (1869-193 (...)
  • 15 Richard Cleminson, Anarquismo y sexualidad (España, 1900-1939), Cádiz, Universidad de Cádiz, 2008, (...)
  • 16 Parmi les synthèses récentes sur l’histoire de l’anarchisme espagnol au xixe siècle, voir Xavier Di (...)

10Dès 1976 (avec une seconde édition en 1991), dans le cadre du chapitre consacré à « Féminisme, famille, amour libre » de sa vaste synthèse relative au discours anarchiste de 1868 à 191013, José Álvarez Junco relevait l’importance de la sexualité dans la culture anarchiste, notant d’emblée que « l’intérêt que les anarchistes montrent pour la question est exceptionnel, si l’on en juge par l’importance de l’espace qu’ils lui consacrent et par la précocité de son apparition »14. Et même si, comme le souligne Richard Cleminson, « la grande période de production philosophique, idéologique et culturelle de l’anarchisme des années vingt et trente n’est pas traitée dans ce livre puisque son parcours chronologique s’achève en 1910 »15, José Alvarez Junco avait le mérite d’introduire la thématique de la sexualité dans les études portant sur un mouvement social fondamental dans l’histoire de l’Espagne contemporaine16.

  • 17 X. Diez, Utopia sexual a la premsa anarquista de Catalunya. La revista Ètica-Iniciales (1927-1934), (...)

11Nous pouvons en effet nous référer à l’existence d’un véritable discours anarchiste sur la sexualité, naturellement différencié selon les moments historiques et les « tendances » idéologiques internes, comme par exemple les thèses défendues par les anarchistes « individualistes », responsables des revues Ética et Iniciales, que l’on peut considérer comme un peu plus « en avance » que d’autres en ce domaine.17 L'on peut même en conclure à la forte présence d’une « culture sexuelle » au sein du vaste et complexe mouvement anarchiste (qui légitime totalement la sexualité), ce que nous ne pouvons pas observer dans le cadre d’autres mouvements sociaux, davantage centrés sur la question politique et sociale « immédiate ».

  • 18 Joël Delhom, « Una década de publicaciones sobre el anarquismo español: 2000-2011 », Cahiers de civ (...)

12Le thème « sexuel » dans la culture anarchiste espagnole a déjà fait l’objet de nombreux travaux, dont Joël Delhom a rendu compte, pour la période 2000-2011, dans sa bibliographie relative à l’histoire de l’anarchisme espagnol, publiée dans le numéro hors série des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine de 2012. Il y fait état de onze publications récentes relatives à l’« anarcho-féminisme » et à la sexualité, ce qui montre bien que les deux aspects sont liés, comme nous le signalions plus haut18.

  • 19 R. Cleminson, Anarquismo y sexualidad, op.cit.; voir en particulier le chapitre introductif sur « L (...)
  • 20 Certaines des interventions de cette table-ronde (parfois présentées seulement sous forme de résumé (...)
  • 21 Teresa Abelló Güell, « Cientifisme i anarquisme a principis del segle xx : la difusió del neomaltus (...)
  • 22 Pierre Conard, « Sexualité et anticléricalisme (Madrid, 1910) », Hispania, Madrid, Vol. xxxi-3, nº (...)

13Citons notamment les contributions de l’hispaniste anglais Richard Cleminson, qui a réuni divers articles parus antérieurement dans un ouvrage publié en 2008 (Anarquismo y sexualidad (España, 1900-1936)19, et qui a organisé à l’université de Leeds en octobre 2010 une table ronde (dans le cadre du réseau Socialism and Sexuality) relative à Anarquismo y Sexualidad en países hispanohablantes y lusófonos20. L’on peut également se référer aux travaux de Teresa Abelló Güell – dont le mémoire de maîtrise de 1979 portait sur Luis Bulffi –, Josep Lluís Barona, Xavier Díez, Eduard Masjuan, Mary Nash, Francisco Javier Navarro, Veronica Raffaelli et bien d’autres encore que nous ne pouvons citer ici21. Signalons toutefois que dès 1971 la revue espagnole d’histoire du CSIC, Hispania, publiait l’article de Pierre Malerbe – hispaniste français, collaborateur assidu des « colloques de Pau » de Manuel Tuñón de Lara – sur « Sexualité et anticléricalisme (Madrid, 1910) », avec des références concrètes à la revue de Luis Bulffi Salud y Fuerza et à la divulgation de méthodes et procédés contraceptifs au sein des milieux anarchistes espagnols22.

  • 23 Voir Ignacio C. Soriano et Francisco Madrid, Bibliografía del anarquismo en España (1868-1939), 6e (...)

14Les travaux de ces auteur(e)s (situés principalement dans le champ de l’histoire sociale) ont tenté de mettre en lumière l’importance prise par la sexualité dans l’ensemble des discours tenus par le mouvement anarchiste espagnol (au moyen de la presse, de brochures et de livres, voire de collections comme la « Biblioteca de Estudios » ou les « Cuadernos de Cultura »)23. Mais toujours dans une perspective de critique sociale à l’ordre existant – par exemple en ce qui concerne la prostitution féminine – et de « libération sexuelle », en intégrant en particulier le contrôle des naissances (ou ce que l’on dénommait alors la « génération consciente »), face aux politiques natalistes défendues par tous les gouvernements espagnols (jusqu’à la Seconde République) et aux modèles catholiques alors dominants.

  • 24 Manuel Llanas, Història de ledició a Catalunya. Ledició a Catalunya: el segle XX (fins a 1939), B (...)

15La volonté de contribuer à la divulgation de la sexualité et donc à l’éducation sexuelle était évidente dans le secteur anarchiste, qui n’hésitait pas à diffuser des publications et des collections de « sexologie populaire » qui ne provenaient pas toujours de la mouvance anarchiste elle-même. Ce fut ainsi le cas avec la série « Connaissances pour la vie privée » de Vicente Suárez Casañ, dont la première édition remontait à 1894, et qui était encore annoncée dans les colonnes de Tierra y Libertad en 1937, en pleine guerre24.

  • 25 La Reforma eugénica del aborto, Présentation de P. Herrera, Barcelona, Consejería de Sanidad de la (...)
  • 26 Félix Martí Ibánez, Consultorio psíquico-sexual, Sélection y prologue d’Ignacio Vidal, Barcelona, T (...)

16Mais, au-delà, ou en liaison avec les discours, il convient de tenir compte des pratiques, comme en ce qui concerne la divulgation et la diffusion concrète de moyens contraceptifs (par l’intermédiaire, par exemple dès le début du xxe siècle, de la revue néomalthusienne et de nette inspiration libertaire Salud y Fuerza). Citons également le décret du 25 décembre 1937 légalisant l’avortement signé par le médecin et militant anarchiste Félix Martí Ibáñez (1911-1972), alors Directeur Général de la Santé de la Generalitat catalane25. Ce dernier avait animé auparavant un « cabinet de consultation psychique et sexuelle » dans le cadre de la revue Estudios, comme le fit connaître en 1975 Diego Vidal26.

  • 27 M. Nash (ed.), “Mujeres libres”, op. cit., p. 73. Voir également Martha A. Ackelsberg, Mujeres libr (...)
  • 28 M. Nash (ed.), “Mujeres libres”, op. cit., p. 183-185.

17L’année suivante, dans cette même collection, l’historienne catalane d’origine irlandaise Mary Nash présentait l’activité de l’association « Mujeres Libres » (en quelque sorte l’organisation « féminine » de la c.n.t.-f.a.i.), fondée en avril 1936 pour créer « une force féminine consciente et responsable qui agisse comme avant-garde dans le mouvement révolutionnaire »27. Parmi ses initiatives, figuraient les établissements « Libérateurs de la prostitution » (Liberatorios de la prostitución) afin de tenter de résoudre le vieux problème de la prostitution, mais qui étaient voués à l’échec et sur lesquels nous reviendrons28.

  • 29 A. G. Llaurado, "La marcha triunfal del sexo", Estudios, Valencia, nº 119, juillet 1933, p. 19-20.
  • 30 F. J. Navarro, “El Paraíso de la Razón”. La revista Estudios y el mundo cultural anarquista, Valenc (...)

18Le champ couvert par la question « Anarchisme et sexualité » est fort vaste et a à voir avec de multiples aspects, de la politique à la morale en passant par la médecine et l’éducation. Bien entendu, la présence et la réception de la « question sexuelle » dans la société espagnole n’est pas la même dans le dernier quart du xixe siècle que dans les années vingt et trente du xxe siècle, et en particulier durant la Seconde République et la Guerre. En 1933, un article de la revue Estudios, signé par A. G. Llauradó, se référait ainsi à « La marche triomphale du sexe », notant la baisse des publications érotiques et la progression parallèle des ouvrages scientifiques et pédagogiques sur la sexualité sur le marché éditorial espagnol29. Il convient de souligner à cet égard le rôle de vulgarisateur qu’assuma alors le médecin et historien Gregorio Marañón (1887-1960), qui popularisa la thématique sexuelle bien au-delà des milieux médicaux, publiant d’ailleurs dans des collections liées à l’anarchisme comme la « Biblioteca de Estudios ». Il convient de noter par ailleurs que la critique du modèle de famille « bourgeoise » (reposant sur une stratégie patrimoniale) est déjà présente dans les années de la Première Internationale (concrètement dans les pages de La Emancipación)30.

19En 2003, dans leur tentative de cerner la « culture militante » dans les années de la Seconde République et de la Guerre Civile, Francisco De Luis Martín et Luis Arias González se référaient bien à la thématique de la « morale sexuelle » dans le chapitre portant sur « Éthique et comportement ouvrier », signalant qu’

  • 31 Francisco de Luis Martín et Luis Arias González, « Realidades y supuestos en torno a la cultura mil (...)

avec les normes de comportement qui lui sont associées, elle représente un indice important pour mesurer le changement de mentalité qui se produisit alors et la lutte qui eut lieu entre les conceptions traditionnelles d’origine catholique et les nouvelles mœurs laïques introduites de manière très diverse et avec un succès inégal de la part des diverses cultures militantes31.

20Il convient en effet de tenir compte dans toutes ces cultures, et tout particulièrement dans la mouvance anarchiste, de la perspective anticléricale, avec ses composantes sexuelles évidentes. Selon José Álvarez Junco,

  • 32 J. Álvarez Junco, « El anticlericalismo en el movimiento obrero », dans Octubre 1934 Cincuenta años (...)

si l’on effectuait un décompte du plus grand nombre possible de nouvelles, articles satiriques, poèmes, histoires drôles ou gravures anticléricales espagnoles au cours du siècle antérieur à la Guerre Civile, peut-être que plus de 50 % de l’ensemble se rapporterait directement ou indirectement à l’activité sexuelle de curés, moines et religieuses32.

  • 33 Christiane Demeulenaere-Douyère, Paul Robin (1837-1912). Un militant de la liberté et du bonheur, P (...)

21Il faut également tenir compte des influences reçues et des contacts internationaux (France, Italie...) qui contribuèrent à l’affirmation de discours sur la sexualité dans les mouvements sociaux espagnols qui sont ainsi à replacer dans une perspective plus large. Par exemple, pour ce qui se réfère au néomalthusianisme et au contrôle des naissances, on ne faire l’impasse sur l’influence en Espagne des Français Paul Robin (1837-1912) et Eugène Humbert (1870-1944) et sa compagne Jeanne Rigaudin-Humbert (1890-1986)33. De même, l’on peut noter les contacts avec Ernest Armand (1872-1963), à l’origine de LEn-dehors, revue dans laquelle collabora, par exemple, Mariano Gallardo, que nous aurons l’occasion de retrouver plus loin.

Quelques points concrets : de l’éducation sexuelle à l’homosexualité

22Parmi les divers aspects (clairement reliés entre eux) ayant à voir avec la question qui nous occupe et qui ont été abordés un tant soit peu par les historien(ne)s de l’anarchisme, l’on peut signaler l’éducation sexuelle et la divulgation de la sexualité, l’eugénisme, le néomalthusianisme et le contrôle de la natalité, la lutte contre la prostitution et les « maladies vénériennes » (comme l’on disait alors) et finalement l’homosexualité.

  • 34 M. Nash, « La reforma sexual en el anarquismo español », dans Bert Hofmann, Pere Joan i Tous, Manfr (...)

23La thématique de l’éducation sexuelle ou de la divulgation de la sexualité apparaît ainsi comme centrale dans le discours anarchiste. Face à l’Église catholique qui assimile « pureté » et « innocence » (de l’enfance) à « virginité » (anatomique et culturelle, autrement dit ignorance totale de la sexualité, en commençant par la conformation, la fonction et le fonctionnement des organes génitaux masculins et féminins) et qui a contrario fait de la connaissance (ici limitée au terrain de la sexualité, mais on pourrait l’élargir à d’autres sphères de la vie humaine) un « vice », les anarchistes espagnols vont développer un important travail de divulgation autour de la sexualité. Celui-ci commence à la fin du xixe siècle et trouve son point culminant dans les années vingt et trente du xxe siècle, quand la « question sexuelle » est à l’ordre du jour et que l’on parle ouvertement de « réforme sexuelle »34.

  • 35 Franck Sutor, Generación consciente. Anatomía, Fisiología, Preservación científica y racional de la (...)

24Pour les anarchistes, il s’agissait de légitimer la (libre) sexualité dans l’ensemble des activités humaines, une sexualité libérée des préjugés traditionnels et des vieilles craintes (face aux conséquences d’une grossesse non désirée, surtout au sein de familles déjà nombreuses, comme c’était souvent le cas dans les familles populaires). En dehors de l’utilisation de la collection de Suárez Casañ déjà signalée, je ne citerai qu’un seul exemple de cet investissement des anarchistes dans la divulgation de la sexualité : la publication du petit ouvrage de Frank Sutor sur la « génération consciente » dont la première édition parut en 1907 dans la « Biblioteca de Estudios » – toute la collection serait d’ailleurs à citer à ce titre, tout comme celle des « Cuadernos de Cultura » – et dont l’ensemble de la page de titre est significatif, à la fois de la volonté divulgatrice et des obstacles rencontrés35.

  • 36 Raquel Alvarez Peláez, « Origen y desarrollo de la eugenesia en España », dans José Manuel Sánchez (...)
  • 37 Voir, par exemple, Luis Huerta Naves, Natalidad controlada (birth control), Valencia, Cuadernos de (...)

25L’eugénisme, dont la réception en Espagne, et en particulier dans le mouvement anarchiste, est bien connue grâce en particulier aux travaux de Raquel Álvarez36, prend évidemment une toute autre signification dans la culture anarchiste que dans les mouvements fascistes qui promurent également l’eugénisme mais avec des finalités très particulières (programmes de stérilisation forcée, « pureté raciale », etc.). Fondé au xixe siècle comme l’une des « sciences du sexe » par le Britannique Francis Galton (1822-1911), l’eugénisme était compris comme l’amélioration de la reproduction humaine en surmontant le processus de « dégénérescence » par l’orientation médicale et l’éducation sexuelle. L’interruption volontaire des grossesses faisait également partie des mesures sociales, éducatives et sanitaires destinées à la protection de la mère et de l’enfant37.

  • 38 Paul Robin, Generación voluntaria, traduction d’A. Lorenzo, Valencia, Biblioteca de Estudios, s.d. (...)

26La question du « néomalthusianisme » anarchiste dès le début du xxe siècle est sans doute l’un des thèmes qui a été le mieux traité par l’historiographie. Le terme de néomalthusianisme fait bien sûr allusion à la doctrine de l’économiste britannique Thomas Malthus (1766-1834) et est utilisé pour la première fois par le philosophe français Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) en 1849. Les postulats néomalthusiens et la problématique autour de la procréation limitée furent introduits dans le mouvement ouvrier par le pédagogue anarchiste français Paul Robin, traduit en castillan par Anselmo Lorenzo (1841-1914) pour la « Biblioteca de La Huelga General » (1903) puis pour la « Biblioteca de Estudios »38. En 1896, Robin fonde en France la première « Ligue de la Régénération Humaine », qui contribue à l’organisation d’un premier Congrès Néomalthusien International, tenu à Paris en 1900 clandestinement, les autorités françaises l’ayant interdit. L’un des participants à ces réunions fut le pédagogue catalan Francesc Ferrer i Guardia (1859-1909), principal introducteur des idées de Robin en Espagne (dans les pages de son journal La Huelga General), à son retour à Barcelone en 1901 après un séjour parisien de quinze années.

  • 39 Real Decreto-Ley de 8 de Septiembre de 1928 publicando el Código penal. Segunda edición oficial con (...)

27Cette propagande anticonceptionnelle allait se heurter aux dispositions pénales adoptées à la fin du régime dictatorial de Miguel Primo de Rivera. La seconde partie de l’article 617 du nouveau Code Pénal proclamé en septembre 1928 condamnait en effet à une forte amende (de 1 000 à 10 000 pesetas) tous ceux qui, « en dehors de publications purement scientifiques ou de manifestations de Corporations professionnelles, propagent des théories ou pratiques contraceptives »39. Mais il semble que cette disposition, relativement vague au demeurant, soit demeurée plus ou moins lettre morte. Elle révélait en tout cas que cette propagande néomalthusienne commençait, par sa vitalité et son importance, à inquiéter les partisans d’une politique nataliste.

  • 40 E. Masjuan, La ecología humana…, op. cit., p. 331.

28Antérieurement, plusieurs procès, intentés par des ligues de vertu contre la revue anarchiste néomalthusienne Santé et Force, pour délits supposés de « scandale public » et de « pornographie », débouchèrent certes sur des acquittements accordés sans trop difficultés par les tribunaux, respectivement en mars et en juin 1906, mais attestent toutefois de la vigueur des réactions des détracteurs de la limitation des naissances, et en général d’une sexualité découplée de la maternité, qui ne cessaient sans cesse de revenir à la charge40.

  • 41 Luis Bulffi, ¡Huelga de vientres! Medios prácticos para evitar las familias numerosas, Clot, Biblio (...)
  • 42 Salud y Fuerza, Barcelona, nº 14, 1908, p. 159 et 167-168; nº 22, p. 281-283; nº 23, p. 297-298. Vo (...)

29Ainsi, en juillet 1908, la même publication fut dénoncée aux autorités pour divulgation de divers procédés contraceptifs via la publication d’extraits de l’ouvrage Generación consciente de Frank Sutor auquel nous avons fait précédemment allusion. Ce fut d’ailleurs à l’occasion de la publication dans le numéro 13 de la revue Santé et Force du chapitre consacré au préservatif que la revue fut saisie et que son directeur Luis Bulffi (1867-191 ?), l’auteur de la brochure néomalthusienne Grève des ventres, constamment rééditée depuis 1905, y compris durant la Guerre, fut inculpé pour infraction aux lois sur la presse41. Mais, encore une fois, ses adversaires en furent pour leurs frais, Luis Bullfi et ses avocats n’ayant aucun problème pour démontrer devant les tribunaux les qualités du préservatif masculin face aux maladies de transmission sexuelle tout en évitant soigneusement d’évoquer sa fonction contraceptive, pourtant essentielle bien entendu pour le mouvement néomalthusien42.

  • 43 Voir, entre autres, l’étude de F.J. Navarro (« Anarquismo y Neomalthusianismo : la revista Generaci (...)

30Tout particulièrement, le mouvement « Génération Consciente » né à Alcoy (dans le sud-est de l’Espagne) autour de la revue du même nom, à l’imitation du groupe et de la revue qu’Eugène Humbert fonda en France au début du xxe siècle,43 se fit le vigoureux et enthousiaste porte-parole des doctrines néomalthusiennes, comme l’atteste, par exemple, cette expressive feuille volante non datée :

« Guerre à la misère ! »

31 Engendrer des enfants quand on ne dispose pas des moyens nécessaires pour les nourrir et les éduquer comme il se doit, n’est pas seulement une imprudence et une honte, c’est aussi une infamie, un crime que seules l’ignorance et la stupidité humaine peuvent excuser.

  • 44 ¡Guerra a la miseria!, s.l. [Valence], s.d. [c. 1930].

Il ne faut pas attendre de la Chance, déesse vénérée par l’imbécillité, le crétinisme et l’impuissance, qu’elle fasse le bonheur de toute cette misère humaine, ce tas horrible d’enfants non désirés, nés contre la volonté de leurs parents, et dont l’existence est une souffrance permanente [...]44.

  • 45 Antonio Prado, Matrimonio, Familia y Estado: Escritoras anarco-feministas en La Revista Blanca (189 (...)
  • 46 Gerardo Liguda, Vasectomía (amor sin consecuencias), Valencia, Solidaridad Obrera, s.d. [1930], 31 (...)

32Si la majeure partie de l’anarchisme espagnol soutint les thèses du néomalthusianisme, il y eut aussi en son sein quelques auteurs – en particulier dans les colonnes de La Revista Blanca, la revue fondée à Barcelone en 1898 par Teresa Mañé (Soledad Gustavo) (1865-1939) et Joan Montseny (Federico Urales) (1864-1942) – qui s’opposèrent au néomalthusianisme parce qu’il pensaient que la diminution du nombre de travailleurs pouvait retarder la venue de la Révolution tant désirée45. Mais certains tentèrent également d’aller plus loin en propageant la stérilisation masculine volontaire par vasectomie, consistant à sectionner ou bloquer chirurgicalement les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes46.

33Par ailleurs, la question de la prostitution – ou plutôt de sa réglementation, et donc de sa « tolérance » par les autorités municipales et provinciales –ne pouvait laisser indifférents les anarchistes. La critique de la prostitution réglementée, comme tare de la société bourgeoise condamnant au « vice » les filles de familles populaires, put aller jusqu’à l’inscription dans le courant abolitionniste avec quelques actions concrètes à la fin du xixe siècle (surtout de la part de quelques républicains, francs-maçons et protestants) qui allaient déboucher sur un décret abolitionniste sous la République (en juin 1935).

  • 47 Gérard Brey, « La prostitution dans la presse anarchiste espagnole (1881-1907) », dans Raphaël Carr (...)

34Le discours anarchiste avait dénoncé l’exploitation de la prostituée dès la fin du xixe siècle, non sans quelques aspects moralisateurs. Il s’agissait d’une dénonciation globale de la prostitution (tout particulièrement de la prostitution réglementée) et d’une solidarité envers les prostituées, mais sans remettre en cause la fréquentation (relativement habituelle) des bordels par les ouvriers. L’argumentation développée reflétait en même temps un certain puritanisme et l’affirmation d’en finir au plus tôt avec les injustices sociales47.

  • 48 M. Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, Madrid, Taurus, 1999, p. 220.

35La lutte pour l’abolition de la réglementation de la prostitution, que le féminisme organisé allait inscrire dans son programme, fut traditionnellement liée aux campagnes « antivénériennes ». Dans les années trente, avec l’ensemble des réformes mises en œuvre par la jeune République (en particulier en faveur de l’émancipation féminine), et l’essor du mouvement eugénique, la question des maladies de transmission sexuelle devint un point majeur de la « réforme médico-sociale »48. Le lien entre prostitution, maladies « vénériennes » et « dégénérescence de la race » était clair. Anarchistes, socialistes, communistes et républicains allaient coïncider dans la nécessité de venir à bout de ces maladies.

  • 49 M. Nash, « La reforma sexual en el anarquismo español », art. cit. ; Yannick Ripa, « Le genre dans (...)
  • 50 Marie-Aline Barrachina, Femmes et démocratie : Les Espagnoles dans lespace public (1868-1978), Par (...)
  • 51 Mika Etchebéhère, Ma guerre dEspagne à moi, Paris, Denoël, 1976, p. 175.
  • 52 M. Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil…, op. cit., p. 221.

36Pendant la Guerre, tant dans la zone républicaine que dans la zone franquiste, le bordel et la prostitution (le sexe vénal sous toutes ses formes) occupèrent de nouveau leur espace antérieur (et peut-être avec davantage d’intensité et une visibilité accrue), avec des caractéristiques spécifiques dues à la conjoncture de guerre (comme la forte concentration de militaires ou la perte du mari et l’absence de ressources économiques pour la veuve). Intervinrent également d’autres facteurs comme le sens de la fragilité de la vie, la recherche de plaisirs immédiats, mais aussi la conquête de nouveaux espaces de liberté – parmi lesquels figurait naturellement la liberté sexuelle –49, en particulier pour les femmes, qui avaient obtenu en 1932 le droit de divorcer, et en 1933 celui de voter50. La loi de la guerre favorisait une licence auparavant inconnue. « On n’a jamais fait autant l’amour ici », rapportait par exemple avec franchise Mika Etchebéhère dans son précieux témoignage51. Mais, comme le remarque Mary Nash, le fait qu’augmente la conscience des dangers des maladies « vénériennes » ne signifie pas nécessairement une croissance substantielle des activités prostitutionnelles52.

  • 53 Selon les réponses données par Federica Montseny aux questions posées par Kaminsky H.-E., Ceux de B (...)

37Le combat antivénérien, qui avait déjà fait son apparition pendant la Seconde République, a été une constante de l’époque de la Guerre, et ce dans les deux camps, (comme en témoignent les nombreuses affiches et cartes postales, essentiellement chez les républicains), face à la recrudescence notable des maladies, malgré les progrès thérapeutiques d’alors. Dans certaines petites localités, on en vint même à fermer les maisons closes locales, suite à une campagne « moralisatrice » défendue par des organisations anarchistes53.

  • 54 Décret du 2-vi-1938, art. 1, Diari Oficial de la Generalitat de Catalunya, Barcelona, vie année, vo (...)

38De son côté, la Generalitat de Catalogne, à travers la Direction Générale de la Santé et de l’Assistance sociale et du Conseil de la Santé de Guerre, s’associa au mouvement avec sa propre propagande et ses propres consignes, telles que « Le fléau vénérien affecte cruellement la mère et l’enfant. Soignez-vous ! » ou « Garde-toi des maux vénériens comme des balles ». Par une circulaire d’octobre 1936, Félix Martí Ibáñez, Directeur Général de la Santé et de l’Assistance Sociale, avait déjà procédé à une réorganisation du combat antivénérien en Catalogne. Afin de « corriger la situation créée par les circonstances actuelles », le décret de juin 1938 prétendait en outre réglementer la prostitution, ses espaces et ses acteurs, en empêchant sous peine d’amende « le stationnement sur la voie publique ou dans des lieux d’accès facile et l’exhibition des personnes qui exercent la prostitution ou y incitent »54. Mais il paraissait impossible de pouvoir appliquer ce décret dans une ville comme Barcelone, où la prostitution avait une tradition bien ancrée et où affluaient alors toujours plus de réfugiés.

  • 55 Concepción Gómez Cadenas, « Ética, anarquismo y sexualidad en Amparo Poch y Gascón », Debática. Rev (...)
  • 56 M. Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, op. cit., p. 219-233.

39Les années de guerre ont donc connu un renouveau d’intérêt pour tenter d’en finir avec la prostitution ou pour le moins la réduire, car elle continuait d’être considérée comme le foyer principal des maladies « vénériennes ». En particulier, dirigée par Lucía Sánchez Saornil (1895-1970), Mercedes Comaposada (1901-1994) – fille du dirigeant socialiste José Comaposada – et Amparo Poch y Gascón, alias Doctor Salud Alegre (1902-1968)55, l’organisation anarchiste « Mujeres Libres », qui se proposait d’éduquer et de former la femme, posa le problème social de la prostitution à partir de la perspective de femmes acculées à la prostitution par manque de moyens économiques56.

40Il nous paraît utile de revenir sur son initiative, légèrement utopique, d’ouvrir des établissements appelés « Liberatorios de Prostitución », asiles où les femmes qui souhaitaient abandonner la prostitution pourraient recevoir aide et formation, et qui a complètement échoué malgré l’appui reçu de la part de Félix Martí Ibáñez. Ce n’était pas seulement une question de moyens.

  • 57 Dr. F. Martí Ibáñez, Obra. Diez meses de labor en Sanidad y asistencia social, s.l. [Barcelona], Ed (...)

Nous avons conçu les “liberatorios” [...] en partant de l’idée que la prostituée représente le stade final d’un processus de désadaptation à trois niveaux, social, amoureux et biologique. [...] Après avoir recensé les prostituées, […] nous pensions instaurer des “liberatorios” d’environ 200 places ayant l’apparence accueillante d’un foyer, et en aucun cas celle d’une prison57.

  • 58 Dr. F. Martí Ibáñez, « Sanidad, Asistencia social y Eugenesia en la Revolución social española », E (...)
  • 59 Julio R. Barcos, Libertad sexual de las mujeres, Madrid, Ediciones de la Comisión de Propaganda Con (...)
  • 60 F.J. Navarro, « Estudios, discurso anarquista y prostitución », Historiar, Barcelona, nº 2, juillet (...)

41Ces « liberatorios » devaient être en principe « des foyers collectifs où se mettrait en place une rééducation de la mercenaire, avec un examen psychologique et psychotechnique, afin de rechercher les motivations spirituelles qui l’ont amenée à cette profession ( ?) et les causes de son échec social »58. Les anarchistes, qui continuaient à défendre la « liberté sexuelle des femmes »59, considéraient la prostitution comme n’étant rien de plus qu’une forme de l’exploitation sociale60. Selon eux, « le marteau piqueur révolutionnaire » devait « déchirer les entrailles douloureuses enracinées dans notre société » et détruire « les bas-fonds », simple et nécessaire « mesure prophylactique » :

  • 61 « La ciudad de Barcelona. Los barrios bajos », Solidaridad Obrera, Barcelona, 16-viii-1936, p. 14. (...)

La bourgeoisie installe ses quartiers de plaisir. Les jeunes messieurs et les propriétaires des usines et des grands établissements financiers, se repaissent de la chair des maisons de passe et des music-halls. Le Ve District est le réceptacle des jeunes filles et des invertis qui sont au service, pour raison économique, des exploiteurs de chair humaine61.

  • 62 Sur le discours anarchiste relatif à “l’amour libre”, voir José Alvarez Junco, La ideología polític (...)
  • 63 Federica Montseny, Mi experiencia en el Ministerio de Sanidad y Asistencia Social.. Conferencia pro (...)

42Dans la future société dont rêvaient les anarchistes, avec l’instauration souhaitée de « l’amour libre », qui n’a rien à voir avec une espèce de « communisme sexuel », et d’une sexualité en principe « libérée » de toute entrave sociale (il faudrait également faire état ici de l’intérêt de certains secteurs anarchistes pour le naturisme et le nudisme), la prostitution et le sexe vénal n’avaient plus de sens.62 La militante anarchiste Federica Montseny Mañé (1905-1994), Ministre de la Santé de novembre 1936 à la mi-mai 1937, considérait, avec à la fois une dose de réalisme et d’utopie, que la prostitution ne pouvait être abolie par simple décret car « elle représente un problème à caractère moral, économique et social difficile à éradiquer », et elle ne sera « abolie que lorsque les relations sexuelles se libéreront »63.

  • 64 Claude Langlois, Le Crime dOnan. Le discours catholique sur la limitation des naissances (1816-193 (...)

43Pour finir, il nous reste à aborder le thème de l’homosexualité et de toutes les conduites sexuelles quelque peu « hétérodoxes », qualifiées en leur temps de « perversions sexuelles ». En effet, pour l’Église catholique, certaines pratiques sexuelles (comme la masturbation réciproque, la sexualité orale, etc.), même dans le cadre conjugal, étaient qualifiées de perversion ou de vice, puisque la finalité de la sexualité « normale » ne devait pas rechercher le plaisir (et encore moins celui de la femme), mais la procréation. Les théologiens catholiques ont précisément inventé la formule d’ « onanisme conjugal » pour désigner chez les couples mariés la sexualité qui ne cherchait pas la reproduction64. Dans un tel cadre, l’homosexualité était condamnée.

  • 65 R. Cleminson, Anarquismo y homosexualidad. Antología de artículos de La Revista Blanca, Generación (...)

44Quelles ont été les réactions de la gauche espagnole, et en particulier des anarchistes, à ce sujet ? Ceux-ci ont souvent tenu des discours régulateurs, distinguant entre ce qui est « normal » et ce qui constitue une « déviation ». Comme l’a fait remarquer Richard Clemison (qui a examiné les articles consacrés à l’homosexualité parus de 1924 à 1935 dans les périodiques La Revista Blanca, Generación Consciente, Estudios et Iniciales), la politique sexuelle anarchiste s’est caractérisée par une forte tension entre « rupture » et « tradition »65. Même si les relations homosexuelles ont été considérées d’un point de vue médical, elles ont été, par contre, niées comme « anomalies » dangereuses pour l’individu et pour la société :

  • 66 R. Cleminson, Anarquismo y sexualidad…, op. cit., p. 176-177.

Tandis que quelques secteurs de l’anarchisme réfléchissaient à la question féminine à la fin du xixe siècle, au thème des contraceptifs au début du xxe, et à l’eugénisme à partir des années 20, l’attention portée à l’homosexualité était rare et tardive66.

Conclusion

  • 67 La sexualidad en la España contemporánea (1800-1950), section monographique d’Hispania, Madrid, Vol (...)

45Même si l’histoire de la sexualité a commencé à acquérir en Espagne une certaine visibilité et reconnaissance dans les études historiques relatives à l’époque contemporaine – ce que démontre, entre autres exemples, la publication en 2004 d’une section monographique de la revue Hispania sur la sexualité dans l’Espagne contemporaine67 –, il reste encore beaucoup à faire vers une histoire sociale et culturelle de la sexualité dans l’Espagne des xixe et xxe siècles. Comme pour de nombreux autres cas, l’historien se trouve conditionné par les sources disponibles, mais il peut poser de nouvelles questions à des sources existantes (qui à priori ne fournissent pas ce type de réponses), en les lisant d’une autre façon, ou « inventer » (dans le sens scientifique et non matériel du terme bien entendu) de nouvelles sources, laissées auparavant de côté parce que considérées comme non fiables, comme l’ensemble de la production littéraire fictionnelle ou les témoignages.

  • 68 Eulàlia Vega, Pioneras y revolucionarias. Mujeres libertarias durante la República, la Guerra Civil (...)
  • 69 F.J. Navarro, « El “perfil moral” del militante en el anarquismo español (1931-1939) », Spagna Cont (...)

46Sur la base de sources orales – comme le fit, par exemple, Eulàlia Vega en 2010 pour les femmes libertaires pendant la République, la Guerre et le Franquisme68 –, d’autobiographies et de souvenirs personnels – le « discours de l’intime » sous toutes ses formes, relativement peu pratiqué, il est vrai, en Espagne, et pas toujours disposé à révéler les facettes les plus intimes de l’individu –, en lisant parfois entre les lignes et en tenant compte des silences et des omissions, il faudrait continuer la ligne de recherche lancée par Javier Navarro dans son article sur « Le “profil moral” du militant anarchiste » pour tenter d’explorer la « réception » personnelle des idées relatives à la sexualité (par exemple, à propos du néomalthusianisme) et de leur mise en pratique (le contrôle des naissances)69. La question des influences et des contacts (nationaux et internationaux), déjà relevée, devrait également faire l’objet de nouvelles explorations afin de comprendre la genèse et l’évolution de certains discours sur la sexualité et leur intégration (ou pas) dans telle ou telle culture, l’anarchiste dans le cas présent. La voie de la biographie individuelle et collective pourrait bien évidemment fournir des pistes sur ces points.

  • 70 Marisa Siguán Boehmer, Literatura popular libertaria. Trece años de «La Novela Ideal» (1925-1938), (...)
  • 71 Mariano Gallardo, Mujeres libres (Novela sexual), Barcelona, Publicaciones de La Revista Blanca (La (...)

47Parmi ces quelques suggestions, ajoutons l’approche des représentations de la sexualité, tant littéraires qu’artistiques, qui pose d’indéniables problèmes de lecture et d’interprétation (qu’il s’agisse de textes ou d’images, le nouveau « matériel » de l’historien). Rappelons simplement les nombreuses collections de « romans brefs » produites et diffusées au sein de la « culture anarchiste », comme « La Novela Libre » ou « La Novela Ideal », présentée par Marisa Siguán Boehmer comme toujours didactique et moralisante, ce qui serait sans doute à nuancer70. Notons ainsi que dans le fascicule de Mariano Gallardo publié dans le cadre de « La Novela Libre » et au titre attirant l’attention (Mujeres libres. Novela sexual), l’un des chapitres porte sur les « Connaissances requises pour une véritable union sexuelle » et l’on y trouve les affirmations suivantes : « Le fondement du couple se trouve dans le fait sexuel. S’il n’y a pas d’affinité sur ce point, l’union terminera par se briser, sinon publiquement, mais virtuellement »71.

  • 72 José Antonio Cerezo, Literatura erótica en España. Repertorio de obras 1519-1936, Madrid, Ollero y (...)
  • 73 Voir Thomas Bouchet, Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, Par (...)

48À propos des pratiques culturelles des classes populaires et de leurs lectures concrètes, sur lesquelles, nous l’avons vu, Jacques Maurice à la suite de Joaquín Díaz del Moral attirait l’attention, l’on pourrait enfin s’intéresser à la « consommation » populaire de productions érotiques et pornographiques (souvent dans le cadre de collections de petits romans vendus bon marché en kiosque), dont l’approche et l’inventaire viennent à peine de commencer72. De même, seraient à analyser les réactions à ce propos de certaines organisations et mouvements militants, parfois très puritains. Une chose était les « modèles » promus, une autre, les réalités observables dans le champ des « cultures progressistes », surtout dans leurs marges73.

49Il est temps, pour conclure ce rapide survol, de redonner la parole à Jacques Maurice lorsque celui-ci écrivait, dans l’introduction du colloque organisé en 1988 à l’Université de Paris viii sur la culture « en milieu populaire », qu’

  • 74 J. Maurice, « Présentation : Un nouveau regard », dans Peuple…, op. cit., p. 6.

une [...] définition, ouverte et globalisante, de la culture conduit à jeter un regard nouveau sur les groupes sociaux dominés de l’Espagne contemporaine que l’historiographie envisageait surtout à travers les organisations et les idéologies du mouvement ouvrier74.

50Bien sûr, Jacques Maurice ne se référait pas explicitement à la sexualité dans ce qu’il qualifiait d’ « approche anthropologique de la culture en milieu populaire », mais l’on me permettra de l’y inclure et j’ose espérer que Jacques ne m’aurait pas désavoué.

Haut de page

Notes

1 Jacques Maurice, qui collabora assidûment à ces « colloques de Pau », écrivit à deux reprises sur la vie et l’œuvre de Manuel Tuñón de Lara : « Manuel Tuñón de Lara y la historia social » (en introduction à une sélection de quelques textes de Tuñón de Lara portant sur l’histoire sociale), Bulletin dHistoire Contemporaine de lEspagne, n° 26, décembre 1997, p. 163-166 ; « Manuel Tuñón de Lara en París (1946-1965) : de las “violencias de la historia” a la España del diálogo », dans J. Maurice et Marie-Claire Zimmermann (éds.), París y el mundo ibérico e iberoamericano. Actas del xxviiiº Congreso de la Sociedad de Hispanistas Franceses (s.h.f.) (París, 21, 22 y 23 de marzo de 1997), Paris, Université Paris-x Nanterre, 1998, p. 413-417. N’oublions pas non plus son long compte-rendu de l’ouvrage édité sous la responsabilité de José Luis de La Granja, Alberto Reig Tapia et Ricardo Miralles, Tuñón de Lara y la historiografía española, Madrid, Siglo xxi, 1999, 375 p. (« El legado de Tuñón de Lara », Bulletin dHistoire Contemporaine de lEspagne, n° 28-29, décembre 1998-juin 1999, p. 427-435).

2 Jean-Louis Guereña, « Hacia una historia socio-cultural de las clases populares en España (1840-1920)”, Historia Social, Valencia, nº 11, automne 1991, p. 147-164 et « Entre Francia y España. Vivencias y reflexiones sobre un itinerario », dans Ricardo García Cárcel et Eliseo Serrano Martín (eds.), Exilio, memoria personal y memoria histórica. El hispanismo francés de raíz española en el siglo xx, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2009, p. 177-201. Fort logiquement, aux côtés de Jean-René Aymes, Jean-François Botrel, Antoine Casanova et Albert Dérozier (mon directeur de recherche, comme il le fut de J. Maurice après le décès de Noël Salomon), J. Maurice fit partie du jury de ma thèse de doctorat d’État, Pour une Histoire de lÉducation populaire en Espagne (1840-1920), soutenue le 18 novembre 1989 à l’Université de Franche-Comté (Besançon).

3 Voir Jean-François Botrel, « Jacques Maurice (1934-2013) », Bulletin Hispanique, Bordeaux, n° 115-2, 2013, p. 397-402. Nous renvoyons à la bibliographie publiée dans ce même numéro des Cahiers. Nous avions rendu compte de la synthèse de J. Maurice sur l'anarchisme en Espagne publiée en 1973, au côté de quelques autres publications de la série hispanique de la « Collection Études » de Bordas, dans « Sur l’histoire contemporaine de l’Espagne », Les Langues Moder­nes, Paris, 68e année, 1974, nº 5-6, p. 529-538. Notons aussi que le premier compte-rendu de Jacques Maurice porta en 1967 sur l’ouvrage d’Eric J. Hobsbawm, qui venait d’être traduit en français, Les Primitifs de la révolte dans lEurope moderne, Paris, Fayard, 1966, 222 p. (Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. lxix, 1967, p. 513-515).

4 Juan Díaz del Moral, Historia de las agitaciones campesinas andaluzas. Córdoba (Antecedentes para una reforma agraria), Madrid, Revista de Derecho Privado, 1929, L-585 p. (il existe diverses rééditions). Voir J. Maurice, « À propos d’une réédition récente : remarques sur l’anarchisme andalou », Bulletin Hispanique, Bordeaux, t. lxxi, 1969, p. 318-334, « El anarquismo en el campo andaluz : una interpretación », Revista de Estudios Regionales, Málaga, n° 24, 1989, p. 79-95 (repris dans El Anarquismo andaluz, Una vez más, Granada, Universidad, 2007, p. 13-39) et « Juan Díaz del Moral : historia social y reforma agraria (1870-1948) », Historia agraria, Murcia, n° 50, 2010, p. 43-63. Pour sa part, M. Tuñón de Lara se référa en 1980 à Díaz del Moral comme à un précurseur de l’histoire sociale (« Un adelantado de la historia social : Juan Díaz del Moral », El País, Madrid, 13 avril 1980, p. 11).

5 J. Maurice, « À propos d’une réédition récente : remarques sur l’anarchisme andalou », Bulletin Hispanique, op.cit., p. 320-321.

6 J. Maurice, « Principios y realidad en el discurso de los Congresos de la cnt », dans Bert Hofmann, Pere Joan i Tous, Manfred Tietz (éd.), El anarquismo español y sus tradiciones culturales, Frankfurt-Madrid, Vervuert-Iberoamericana, 1995, p. 261.

7 J. Maurice, Brigitte Magnien et Danièle Bussy Genevois (éd.), Peuple, mouvement ouvrier, culture dans lEspagne contemporaine. Cultures populaires, cultures ouvrières en Espagne de 1840 à 1936, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 1990, 315 p. ; LHistoire sociale en débat, Bulletin dHistoire Contemporaine de lEspagne, n° 17-18, juin-décembre 1993, p. 63-247 et LHistoire sociale en débat/La historia social a debate. Actes du Colloque des 12-13 février 1993, J. Maurice (éd.), Paris, Université Paris-X (Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines), 1994, 185 p. Voir J.-F. Botrel et J. Maurice, « El hispanismo francés : de la historia social a la historia cultural », Historia Contemporánea, Bilbao, n° 20, 2000, p. 31-52 et Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, en ligne, n°1, 2007, mis en ligne le 25 janvier 2007, URL : http://ccec.revues.org/87 ; DOI : 10.4000/ccec.87.

8 D. Bussy Genevois, « Histoire des femmes, histoire sociale », dans LHistoire sociale en débat…, op. cit., p. 206-217 (nous citons d’après la première publication des actes du colloque dans le Bulletin dHistoire Contemporaine de lEspagne, juin-décembre 1993).

9 Rose Duroux citait l’ouvrage de Martha Ackelsberg dans sa version castillane (Mujeres libres. El anarquismo y la lucha por la emancipación de las mujeres, Barcelona, Virus, 1999, 320 p.), ajoutant que « seraient à consulter, depuis le coup d’envoi par Mary Nash (1975), les publications de la Fondation Salvador Seguí de Valence et de la Fondation Anselmo Lorenzo de Madrid, ainsi que les travaux de la aeihm (Asociación Española de Investigación de la Historia de las Mujeres) »,

10 Geraldine M. Scanlon, La polémica feminista en la España contemporánea (1868-1974), Madrid, Siglo xxi, 1976, 391 p. (il existe une seconde édition en 1986), voir, par exemple, p. 180-193 ; M. Nash (ed.), "Mujeres libres": España 1936-1939, Barcelona, Tusquets, 2e éd., 1976, 236 p. (voir, en particulier, p. 163-187, « Actitud ante la cuestión sexual »). Sur l’historiographie de la sexualité, voir quelques indications dans J.-L. Guereña, Les Espagnols et le sexe xixe-xxe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 12-26.

11 Pour une perspective plus large, voir Jesse Battan, Thomas Bouchet et Tania Regin (éd.), Meetings et alcôves. Gauches et sexualités en Europe et aux États-Unis depuis 1850, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2004, 174 p.

12 Miguel Iñíguez, Esbozo de una Enciclopedia histórica del anarquismo español, prologue de Juan Gómez Perín, Madrid, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, 2001, 645 p. ; il existe une édition complétée en 2008.

13 José Álvarez Junco, La ideología política del anarquismo español (1868-1910), Madrid, Siglo xxi, 1976, p. 281-308.

14 Ibidem, p. 281. Voir aussi Gloria Espigado Tocino, « Las mujeres en el anarquismo español (1869-1939) », Ayer, Madrid, n° 45 (El anarquismo español), 2002, p. 56-59.

15 Richard Cleminson, Anarquismo y sexualidad (España, 1900-1939), Cádiz, Universidad de Cádiz, 2008, p. 20.

16 Parmi les synthèses récentes sur l’histoire de l’anarchisme espagnol au xixe siècle, voir Xavier Diez, « El pensamiento del anarquismo decimonónico », dans Manuel Menéndez Alzamora et Antonio Robles Egea (eds.), Pensamiento político en la España contemporánea, Madrid, Trotta, 2013, p. 199-246.

17 X. Diez, Utopia sexual a la premsa anarquista de Catalunya. La revista Ètica-Iniciales (1927-1934), Lleida, Pagès, 2001, 190 p.

18 Joël Delhom, « Una década de publicaciones sobre el anarquismo español: 2000-2011 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine en ligne, n°1, 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, URL : http://ccec.revues.org/3958 ; DOI : 10.4000/ccec.3958.

19 R. Cleminson, Anarquismo y sexualidad, op.cit.; voir en particulier le chapitre introductif sur « La historiografía del género y de la sexualidad en el anarquismo español », p. 30-37. Citons également quelques-unes de ses nombreuses études sur la question : Anarquismo y homosexualidad. Antología de artículos de La Revista Blanca, Generación consciente, Estudios e Iniciales (1924-1935), Madrid, Huerga y Fierro, 1995, 155 p. ; Anarchism, Science and Sex. Eugenics in Eastern Spain, 1900-1937, Berna, Peter Lang, 2000, 287 p.

20 Certaines des interventions de cette table-ronde (parfois présentées seulement sous forme de résumés) sont disponibles sur le site de l’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam.

21 Teresa Abelló Güell, « Cientifisme i anarquisme a principis del segle xx : la difusió del neomaltusianisme », Cercles, Barcelona, nº 9, janvier 2006, p. 10-20 ; Josep Lluís Barona, « La ciencia y el movimiento obrero en España (1875-1939) », dans Historia de las Ciencias y de las Técnicas. Actas del viii Congreso de la Sociedad Española de Historia de las Ciencias y de las Técnicas, Logroño, Universidad de la Rioja, 2004, vol. 1, p. 3-20 ; Xavier Diez, El anarquismo individualista en España (1923-1938), Barcelona, Virus, 2007, p. 247-289 (« El amor libre como metáfora de la liberación individual: el discurso sexual del anarquismo individualista ») ; José Vicente Martí Boscà, « Estudios: Educación sexual, arte, ciencia y cultura general », étude préliminaire à l’édition en facsimil de Estudios. Revista ecléctica, Valencia, 1928-1937, Valencia, Biblioteca Valenciana, 2007 ; Eduard Masjuan, La ecología humana en el anarquismo ibérico. Urbanismo "orgánico" o ecológico, neomalthusianismo y naturismo social, Barcelona-Madrid, Icaria-Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, 2000, 504 p.; M. Nash, « El neomalthusianismo anarquista y los conocimientos populares sobre el control de la natalidad en España », dans M. Nash (ed.), Presencia y protagonismo. Aspectos de la historia de la mujer, Barcelona, El Serbal, 1984, p. 307-340 ; Francisco Javier Navarro Navarro, « Neomalhusianismo y clase obrera en la cultura anarquista española », dans Georgina Blanes i Nadal et Lluís Garrigós i Ultra (eds.), Actes de les IV trobades dHistòria de la ciència i de la técnica, Alcoi-Barcelona, Societat Catalana d’Història de la ciència i de la tècnica, 1997, p. 317-327 : Veronica Raffaelli, « Neomalthusianismo y anarquismo en España (1890-1939). Algunas perspectivas historiográficas », Actas del VIII Coloquio Internacional de Historiografía Europea y V Jornadas de Estudio sobre la Modernidad clásica, Mar del Plata, 26 y 27 de Noviembre de 2009, Buenos Aires, Universidad de Mar del Plata, 2011.

22 Pierre Conard, « Sexualité et anticléricalisme (Madrid, 1910) », Hispania, Madrid, Vol. xxxi-3, nº 117, janvier-avril 1971, p. 103-131.

23 Voir Ignacio C. Soriano et Francisco Madrid, Bibliografía del anarquismo en España (1868-1939), 6e édition, 2013 (en ligne).

24 Manuel Llanas, Història de ledició a Catalunya. Ledició a Catalunya: el segle XX (fins a 1939), Barcelona, Gremi d’Editors de Catalunya, 2005, p. 114. Sur la collection « Connaissances pour la vie privée » de Vicente Suárez Casañ, voir J.-L. Guereña, Les Espagnols et le sexe xixe-xxe siècles…, op. cit., p. 52-57.

25 La Reforma eugénica del aborto, Présentation de P. Herrera, Barcelona, Consejería de Sanidad de la Generalitat, 1937, 24 p. (« En torno a la reforma eugénica del aborto », par Félix Martí Ibáñez, p. 5-8; « Decreto de Presidencia », p. 9-13; « Normas para la regulación de la interrupción artificial del embarazo », p. 14-17; « Aborto y maternidad en la revolución social », p. 18-22, par Félix Martí Ibánez; « Servicios de interrupción artificial del embarazo en Cataluña », p. 23-24).

26 Félix Martí Ibánez, Consultorio psíquico-sexual, Sélection y prologue d’Ignacio Vidal, Barcelona, Tusquets, 1975, 173 p.

27 M. Nash (ed.), “Mujeres libres”, op. cit., p. 73. Voir également Martha A. Ackelsberg, Mujeres libres. El anarquismo y la lucha por la emancipación de las mujeres, op. cit.

28 M. Nash (ed.), “Mujeres libres”, op. cit., p. 183-185.

29 A. G. Llaurado, "La marcha triunfal del sexo", Estudios, Valencia, nº 119, juillet 1933, p. 19-20.

30 F. J. Navarro, “El Paraíso de la Razón”. La revista Estudios y el mundo cultural anarquista, Valencia, Alfons el Magnànim, 1997, p. 85-136 ; J.-L. Guereña, Les Espagnols et le sexe…op.cit., p. 404-415. Gloria Espigado Tocino, « Las mujeres en el anarquismo español (1869-1939) », art. cit., p. 46-47.

31 Francisco de Luis Martín et Luis Arias González, « Realidades y supuestos en torno a la cultura militante. Segunda República y Guerra Civil », dans Jorge Uría (ed.), La cultura popular en la España contemporánea. Doce estudios, Madrid, Biblioteca Nueva, 2003, p. 207.

32 J. Álvarez Junco, « El anticlericalismo en el movimiento obrero », dans Octubre 1934 Cincuenta años para la reflexión, Madrid, Siglo xxi, 1985, p. 295.

33 Christiane Demeulenaere-Douyère, Paul Robin (1837-1912). Un militant de la liberté et du bonheur, Paris, Publisud, 1994, 478 p.; Roger-Henri Guerrand et Francis Ronsin, Le sexe apprivoisé: Jeanne Humbert et la lutte pour le contrôle des naissances, Paris, La Découverte, 1990, 191 p. ; Anne Cova, Féminismes et néo-malthusianismes sous la IIIe République. “La liberté de la maternité”, Paris, L’Harmattan, 2011, 293 p.

34 M. Nash, « La reforma sexual en el anarquismo español », dans Bert Hofmann, Pere Joan i Tous, Manfred Tietz (éds.), El anarquismo español…, op. cit., p. 281-296.

35 Franck Sutor, Generación consciente. Anatomía, Fisiología, Preservación científica y racional de la fecundación no deseada, Obra ilustrada con 19 grabados en el texto, trabajos publicados por luis bulffi en la Revista salud y fuerza, que fueron denunciados en mayo de 1907, y cuya publicación no se consideró delictiva en el Juicio por Jurados celebrado en la Sección de lo Criminal de la Audiencia de Barcelona el día 2 de Julio de 1908, resoluciones judiciales "La publicación de los medios preventivos de la fecundación, no produce escándalo público", Valencia, Biblioteca de Estudios, s.d., 64 p.

36 Raquel Alvarez Peláez, « Origen y desarrollo de la eugenesia en España », dans José Manuel Sánchez Ron (ed.), Ciencia y Sociedad en España, Madrid, El Arquero y c.s.i.c., 1988, p. 179-204 et « Eugenesia y darwinismo social en el pensamiento anarquista », dans B. Hofmann, P. Joan i Tous, M. Tietz (eds.), El anarquismo español…, op. cit., p. 29-40.

37 Voir, par exemple, Luis Huerta Naves, Natalidad controlada (birth control), Valencia, Cuadernos de Cultura, n° 67, 1933, 47 p. et La Reforma eugénica del aborto…, op. cit.

38 Paul Robin, Generación voluntaria, traduction d’A. Lorenzo, Valencia, Biblioteca de Estudios, s.d. [1931], 24 p.

39 Real Decreto-Ley de 8 de Septiembre de 1928 publicando el Código penal. Segunda edición oficial conforme a las variantes del Real Decreto-Ley de 10 de Diciembre de 1928, Madrid, Reus (Biblioteca Oficial Legislativa, vol. XC), 1929, art. 617, p. 103.

40 E. Masjuan, La ecología humana…, op. cit., p. 331.

41 Luis Bulffi, ¡Huelga de vientres! Medios prácticos para evitar las familias numerosas, Clot, Biblioteca de Salud y Fuerza, 1923 (1e éd., 1905), 32 p ; E. Masjuan, La ecología humana…, op. cit., p. 270.

42 Salud y Fuerza, Barcelona, nº 14, 1908, p. 159 et 167-168; nº 22, p. 281-283; nº 23, p. 297-298. Voir J.-L. Guereña, Les Espagnols et le sexe…op.cit., p. 127-128.

43 Voir, entre autres, l’étude de F.J. Navarro (« Anarquismo y Neomalthusianismo : la revista Generación Consciente (1923-1928) », Arbor, Madrid, t. CLVI, 1997, nº615, p. 9-32) et celle de Eduard Masjuan (« Procreación consciente y discurso ambientalista : anarquismo y neo-malthusianismo en España e Italia, 1900-1936 », Ayer, Madrid, nº 46, 2002, p. 63-92). Sur le mouvement d' Eugène Humbert, voir Francis Ronsin, La Grève des ventres. Propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité française (XIXe-XXe siècle), Paris, Aubier Montaigne, 1980, p. 74-84.

44 ¡Guerra a la miseria!, s.l. [Valence], s.d. [c. 1930].

45 Antonio Prado, Matrimonio, Familia y Estado: Escritoras anarco-feministas en La Revista Blanca (1898-1936), Madrid, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, 2011, p. 70-79.

46 Gerardo Liguda, Vasectomía (amor sin consecuencias), Valencia, Solidaridad Obrera, s.d. [1930], 31 p.

47 Gérard Brey, « La prostitution dans la presse anarchiste espagnole (1881-1907) », dans Raphaël Carrasco (éd.), La Prostitution en Espagne de lépoque des Rois Catholiques à la IIe République, Besançon, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1994, p. 345-357 ; María Ángeles García Maroto, La mujer en la prensa anarquista. España 1900-1936, Madrid, Fundación de Estudios libertarios Anselmo Lorenzo, 1996, p. 159-172 ; Lucienne Domergue, « Le féminisme dans La Revista Blanca (1898-1905). La femme, vue par les anarchistes », dans La Femme dans la pensée espagnole, Paris, Editions du CNRS (Centre régional de publications de Toulouse), 1983, p. 89-91.

48 M. Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, Madrid, Taurus, 1999, p. 220.

49 M. Nash, « La reforma sexual en el anarquismo español », art. cit. ; Yannick Ripa, « Le genre dans l’anarcho-syndicalisme espagnol (1910-1939) », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, Toulouse, nº 3, 1996, p. 196-203.

50 Marie-Aline Barrachina, Femmes et démocratie : Les Espagnoles dans lespace public (1868-1978), Paris, Sedes-CNED, 2007, p. 79-89.

51 Mika Etchebéhère, Ma guerre dEspagne à moi, Paris, Denoël, 1976, p. 175.

52 M. Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil…, op. cit., p. 221.

53 Selon les réponses données par Federica Montseny aux questions posées par Kaminsky H.-E., Ceux de Barcelone, Paris, Denoël, p. 75.

54 Décret du 2-vi-1938, art. 1, Diari Oficial de la Generalitat de Catalunya, Barcelona, vie année, vol. II, nº 175, 24-VI-1938, p. 1058.

55 Concepción Gómez Cadenas, « Ética, anarquismo y sexualidad en Amparo Poch y Gascón », Debática. Revista de la Sociedad Andaluza de Bioética, vol. 1, n° 2, 2012 (en ligne).

56 M. Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, op. cit., p. 219-233.

57 Dr. F. Martí Ibáñez, Obra. Diez meses de labor en Sanidad y asistencia social, s.l. [Barcelona], Ed. Tierra y libertad, 1937, p. 76.

58 Dr. F. Martí Ibáñez, « Sanidad, Asistencia social y Eugenesia en la Revolución social española », Estudios, Valencia, nº 160, janvier 1937, p. 38.

59 Julio R. Barcos, Libertad sexual de las mujeres, Madrid, Ediciones de la Comisión de Propaganda Confederal y Anarquista, 1938, p. 144-156 (« La ramera »).

60 F.J. Navarro, « Estudios, discurso anarquista y prostitución », Historiar, Barcelona, nº 2, juillet 1999 (Dossier La prostitución en la España contemporánea), p. 84-91.

61 « La ciudad de Barcelona. Los barrios bajos », Solidaridad Obrera, Barcelona, 16-viii-1936, p. 14. Le « Ve District (ou quartier populaire du Raval) était plutôt connu comme « Quartier chinois » (Barrio chino), caractérisé par sa forte densité prostitutionnelle.

62 Sur le discours anarchiste relatif à “l’amour libre”, voir José Alvarez Junco, La ideología política del anarquismo español, op. cit., p. 294-302. Sur le plan des pratiques conjugales, G. Brey a relevé à La Corogne des cas d'union libre sans doute destinées à légitimer socialement un concubinage qui semble s'être multiplié (Economie et mouvement syndical en Galice (1840-1911), Thèse de doctorat d'Etat, Lille, Atelier National de Reprographie des Thèses, 1990, vol. iii, p. 852). Sur le naturisme et le nudisme, voir F.J. Navarro, A la Revolución por la cultura. Prácticas culturales y sociabilidad libertarias en el País valenciano, 1931-1939, Valencia, Universitat de València, 2004, p. 362-370; Isabelo Herreros, La conquista del cuerpo, Barcelona, Planeta, 2012, p. 108-113.

63 Federica Montseny, Mi experiencia en el Ministerio de Sanidad y Asistencia Social.. Conferencia pronunciada el 6 de junio de 1937, en el Teatro Apolo, Valencia, Valencia, Ediciones de la Comisión de Propaganda y Prensa del Comité Nacional de la c.n.t., 1937, p. 27.

64 Claude Langlois, Le Crime dOnan. Le discours catholique sur la limitation des naissances (1816-1930), Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 473-476 (« Les décisions romaines sur l’onanisme conjugal (1816-1929) ») ; Alain Corbin, LHarmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à lavènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2008, p. 267-274.

65 R. Cleminson, Anarquismo y homosexualidad. Antología de artículos de La Revista Blanca, Generación consciente, Estudios e Iniciales (1924-1935), Madrid, Huerga y Fierro, 1995, 155 p.

66 R. Cleminson, Anarquismo y sexualidad…, op. cit., p. 176-177.

67 La sexualidad en la España contemporánea (1800-1950), section monographique d’Hispania, Madrid, Vol. LXIV/3, nº 218, septembre-décembre 2004, p. 823-1042, rééditée avec corrections et ajouts comme monographie en 2011 : J.-L. Guereña (éd.), La sexualidad en la España contemporánea (1800-1950), Cádiz, Publicaciones de la Universidad, 2011, 273 p. Voir aussi Francisco Vázquez García et Andrés Moreno Mengíbar, Sexo y razón. Una genealogía de la moral sexual en España (Siglos XVI-XX), Madrid, Akal, 1997, 474 p.

68 Eulàlia Vega, Pioneras y revolucionarias. Mujeres libertarias durante la República, la Guerra Civil y el Franquismo, Barcelona, Icaria, 2010, 389 p.

69 F.J. Navarro, « El “perfil moral” del militante en el anarquismo español (1931-1939) », Spagna Contemporanea, Torino, n° 25, 2004, p. 39-68.

70 Marisa Siguán Boehmer, Literatura popular libertaria. Trece años de «La Novela Ideal» (1925-1938), prólogo de Joaquín Marco, Barcelona, Península, 1981, 197 p. Voir aussi B. Magnien, « Le discours amoureux dans La Novela Ideal. Tristes topiques », Cahiers de lU.F.R. détudes ibériques et latino-américaines, n° 5, Le discours des groupes dominés (domaine Ibérique et Latino-Américain), 1986, p. 101-109 et J. Maurice, « Un auteur de La Novela Ideal : Vicente Ballester », dans Peuple, mouvement ouvrier,…, op. cit., p. 79-87.

71 Mariano Gallardo, Mujeres libres (Novela sexual), Barcelona, Publicaciones de La Revista Blanca (La Novela Libre, 44), s.d. p. 32.

72 José Antonio Cerezo, Literatura erótica en España. Repertorio de obras 1519-1936, Madrid, Ollero y Ramos, 2001, 390 p. ; J.-L. Guereña, Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españolas clandestinas (1812-1939), Madrid, Libris, 2011, 382 p. et Les Espagnols et le sexe…op.cit., p. 353-362

73 Voir Thomas Bouchet, Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, Paris, Stock, 2014, p. 137-156.

74 J. Maurice, « Présentation : Un nouveau regard », dans Peuple…, op. cit., p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Guereña, « Anarchisme et sexualité en Espagne jusqu’en 1939 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 04 mars 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5591 ; DOI : 10.4000/ccec.5591

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Guereña

Professeur émérite, ICD-EA 6297, Université François Rabelais, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org