Navigation – Plan du site
Histoire sociale

Présence/absence du monde rural dans la presse libérale et républicaine andalouse (1880-1892)

Presencia/ausencia del mundo rural en la prensa liberal y republicana andaluza (1880-1992)
Danièle Bussy Genevois 

Résumés

À partir d’une observation de Jacques Maurice concernant l’ignorance du monde rural par la presse andalouse de la Restauration –exception faite de la presse ouvrière–, nous proposons d’analyser deux quotidiens (1880-1892) pour en étudier le contenu, les modalités discursives et les capacités éventuelles d’intervention politique. Les deux titres retenus (El Defensor de Granada, fondé en 1880 et El Manifiesto, lancé à Cadix en 1884) se définissent eux-mêmes respectivement comme « indépendant » et « républicain-progressiste », ce qui invite à interroger leur fonctionnement et leur approche du monde rural. Les deux journaux, préoccupés par la politique nationale, voire même internationale, s’efforcent d’ébaucher des stratégies susceptibles de se substituer aux politiques des gouvernements de Madrid. Totalement lucides en ce qui concerne les problèmes structuraux qui affectent les zones rurales, ils ne considèrent donc pas celles-ci comme « exotiques », comme J. Maurice le constatait dans la presse. Cependant la nécessité de développer des élites urbaines et de consolider les assises du Parti républicain, les entraîne à se montrer, soit insensibles, soit hostiles à l’anarchisme rural, pratiquement absent des collections étudiées.

Haut de page

Notes de l’auteur

Version très remaniée d’une conférence demeurée inédite prononcée à Cordoue dans le cadre du séminaire Fuentes y métodos para la historia rural (siglos xviii-xx) dirigé par María Dolores Muñoz Dueñas « Contar, representar, interpretar. Bases de datos y análisis histórico » 8-11 novembre 2000.

Texte intégral

  • 1 Jacques Maurice, « Jerez, 1892 : l’événement vu par El Imparcial », Danièle Bussy Genevois (éd.), É (...)

1Dans les nombreux travaux consacrés par Jacques Maurice au monde rural, à la question agraire et à l’anarchisme en Andalousie, la presse quotidienne nationale ou régionale a toujours toute sa place, qu’elle soit source ou commentaire ; les exemples les plus fameux sont fournis par les campagnes de presse de 1883 lors des procès de la Mano negra et de 1892 à propos des « incidents de Jerez » ; sur ce dernier point, Jacques Maurice a également étudié en profondeur la campagne de désinformation menée nationalement par El Imparcial dirigé par José Ortega Munilla en janvier et février 18911. Revenant en 2007 sur son engagement de chercheur, il insiste sur la méthode consistant à « décoder le discours de la presse et de ses collaborateurs issus de la société littéraire » :

  • 2 J. Maurice, El anarquismo andaluz, op. cit., p. 11.

Se trataba de poner en tela de juicio el discurso dominante, el del habitante de la ciudad, cuya cultura no le libra de prejuicios respecto de un pueblo mal conocido y a menudo percibido como un pueblo exótico2.

2Cette méfiance, justifiée, à l’égard d’une presse que le mouvement ouvrier aurait qualifiée de « bourgeoise », invite cependant à prolonger l’observation, voire en élargir le champ ; nous nous proposons donc d’effectuer des sondages dans des quotidiens andalous de longue ou moyenne durée, pour tenter d’appréhender la distance qu’ils établissent par rapport au monde rural et d’observer les modalités de leur intervention politique.

  • 3 Voir « Prensa consultada », Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicales 1868-19 (...)

3Décidant d’appuyer l’analyse sur deux journaux, l’un représentatif de l’Andalousie orientale et l’autre occidentale, tout en restant fidèle à la chronologie définie par J. Maurice pour l’histoire agraire et ouvrière, j’ai retenu deux titres non gouvernementaux : El Defensor de Granada, « politique indépendant » apparu en septembre 1880, et El Manifiesto de Cadix, « républicain progressiste » créé en septembre 1884. Le premier est numérisé sur le site de la Biblioteca Virtual de Andalucía pour l’ensemble de la période considérée ici ; le second est à l’Hémérothèque Municipale de Madrid qui en possède les années 1890-1893. Ces deux quotidiens, que Jacques Maurice ne semble pas avoir utilisés, l’ont été par d’autres historiens de l’Andalousie3.

L’ancrage urbain

  • 4 Jean-François Botrel, « La prensa en las provincias : propuestas metodológicas para su estudio », H (...)
  • 5 Juan Antonio García Galindo, Prensa y sociedad en Málaga 1875-1923, Málaga, Edinfor, 1995 ; La pren (...)

4L’intérêt représenté par les deux titres relève aussi de leurs dates de parution : El Defensor, qui se considère volontiers comme le « doyen » de la presse de Grenade, est antérieur à la Loi sur la presse du 14 juillet 1883 et, de même que son confrère, à la Loi sur les associations (17-vi-1887) et, il va sans dire, à la promulgation du suffrage universel masculin (9-vi-1890) ; l’organe gaditan précède même de trois ans son homologue national, le républicain El País (1887) et est antérieur à des journaux sévillans comme La Avalancha (1888) ou El Baluarte (1899) ; s’il n’est pas question ici de rappeler le foisonnement de la presse de province, en particulier dans la dernière décennie du siècle4, il est loisible de noter aussi l’antériorité de ces titres par rapport au développement tardif de la presse dans certaines provinces andalouses, notamment Málaga5.

5Si El Manifiesto est régi par un collectif non précisé, El Defensor a un directeur-administrateur, Luis Seco de Lucena (jusqu’à 1915), futur initiateur de l’Association de presse de Grenade et de l’Ateneo, l’ambition des fondateurs est la même : celle de rapprocher le monde et Madrid de Grenade et Cadix ; la ville-capitale est considérée comme le lieu et le centre d’un débat local et national ; les titres font d’ailleurs écho à une tradition héritée des Lumières et à une volonté de défense et d’affirmation, que la presse gaditane tente, avec des éclipses, de faire vivre depuis le xviiie siècle. Avec le même enthousiasme idéaliste, les quotidiens s’approprient le texte programmatique rédigé par Emilio Castelar en 1875, lors du lancement de El Globo, à l’adresse des journalistes dont il semble oublier la condition précaire :

  • 6 El Defensor de Granada, 27-x-1880, p. 1 ; El Manifiesto, 17/06/1891, p. 1.

Vuestros valores son como los hilos eléctricos que unen las regiones del planeta. Vuestras ideas son como los átomos de aire que respiran nuestras almas ; son como la atmósfera moral del globo…6

6Formellement ces journaux sont représentatifs de la presse de la Restauration ; sur deux ou quatre pages – le plus fréquemment – un enchaînement d’articles en colonnes : éditorial ou long article économique ou culturel (pour le quotidien de Grenade l’Immaculée Conception devient objet de culture, par exemple, au même titre que le passage de la comète Vénus), chroniques régulières, emprunts à d’autres journaux (recortes) qui autorisent des commentaires politiques indirects, publicité commerciale en quatrième page.

  • 7 « Desde París de Emilio Prieto » : « Ruiz Zorrilla y la amnistía », El Manifiesto, 11-xi-1890, p. 1
  • 8 « Hasta luego », El Defensor de Granada, 27-xi-1880, p. 1.
  • 9 « Por todo lo alto », El Manifiesto, 19-x-1890, p. 1.

7Dans El Defensor, le monde est convoqué à travers deux chroniques régulières (« Miscelánea », « Noticias extranjeras »), où faits-divers et vision politique démocratique se mêlent ; ainsi, dans un contexte colonial où le problème de l’esclavage n’est pas encore résolu, « un lynchage » au Tennessee est-il dénoncé dans le numéro 13. Le débat s’instaure essentiellement avec Madrid : une correspondance quotidienne, signée de différents pseudonymes, puis par J. Nombela) rend compte des séances du Parlement et du Sénat. El Manifiesto, certes étudié en période pré et post-électorale, n’a que peu de contacts avec l’étranger ; « El corresponsal de París » n’a d’autre justification que d’obtenir un entretien avec Manuel Ruiz Zorrilla et d’apporter un démenti cinglant à ses détracteurs qui l’accusent de contacts avec la Couronne7. Dans les deux cas, la relation avec Madrid est souvent tendue. El Defensor, dès sa première année de publication est interdit pendant un mois et accusé d’attaquer le gouvernement pour avoir non pas écrit mais reproduit un article de El Liberal : le directeur rappelle alors au public (« le peuple » selon ses mots) que le journal est caractérisé par « l’indépendance de son patriotisme »8. Dix ans plus tard, El Manifiesto s’en prend violemment au ministre-cacique d’Antequera Francisco Romero Robledo et au gouvernement devenu l’incarnation du mal (« El abuso asesino », 06/05/1891) ; d’où une condamnation de l’ensemble de la classe dirigeante, conservateurs autant que fusionistas de Sagasta dans cette énumération cruelle : « las saltimbanquerías de Romero Robledo, las frescuras de Martos, los espasmos de Sagasta y los pinitos de jefatura del Sr. Silvela »9.

Au service du peuple ou d’une élite ?

  • 10 Voir Danièle Bussy Genevois, « La prensa », José María Jover Zamora (dir.), Historia de España Mené (...)

8La « relation constante qui existe entre nous et nos chers lecteurs », comme le proclame El Defensor, se fonde sur des stratégies différentes. Le titre de Grenade fonctionne comme la tentative de formation d’un groupe uni par la lecture quotidienne et l’aspiration à remplir un rôle intellectuel n’excluant pas le politique10, dans une province où manquent les lieux de réunion ; ce n’est qu’en 1926 que Grenade aura un Ateneo, événement qui réjouira d’autant plus le journal (actif jusqu’à la guerre d’Espagne), que son ancien directeur, comme on le sait, en sera un des maîtres d’œuvre. Le quotidien met à disposition de son lectorat une « Bibliothèque scientifique littéraire » où dominent les productions de Herbert Spencer, John Stuart Mill, Edgar Quinet ou Théodore Ribot, autrement dit les textes libéraux indispensables à l’élaboration d’une pensée démocratique européenne au début des années 1880, portant sur des sujets aussi différents que les modes de gouvernement, la libre-pensée et la naissance de la psychologie ; l’attention du lecteur est également attirée vers l’ébauche d’une réflexion féministe à travers la présentation des revues La Guirnalda et Paris Charment (sic), celle-ci publiée par la démocrate en exil Faustina Sáez de Melgar.

9El Manifiesto construit sa relation avec le public dans l’ensemble de ses unités de rédaction mais aussi par l’intérêt porté aux annonces individuelles, créant des liens avec des cercles radicaux ; on relève ainsi des annonces de cours offerts par des enseignants éloignés par leurs idées du système officiel mais sans lien apparent non plus avec la Institución Libre de Enseñanza ; retenons ici l’annonce, rédigée sous forme épistolaire, de deux jeunes femmes libres-penseuses, au début d’une carrière de propagandistes, Josefa Rovira et Ana Carvia, ouvrant un cours pour jeunes filles pour « respecter toutes et chacune de ces intelligences enfantines » (17-iv-1891, p. 3), ou bien une autre proposition de cours pour enfants et adultes dont on signale le coût modique et la laïcité, fondé sur les méthodes de Pestalozzi :

  • 11 « Al público, Colegio pestalozziano », El Manifiesto, 2-iv-1891, p. 2.

Desarrolla los principios filosóficos que sustenta en la triple esfera moral-universal-religiosa, intelectual y física en armonía con las conquistas del progreso y de la civilización moderna11.

10Les feuilletons précisent les idéaux intellectuels et militants des deux journaux : Emile Zola ou Lord Byron pour le quotidien libéral qui annonce la publication des nouveaux romans de Benito Pérez Galdós et le 2 mai 1898 laisse la parole à Ángel Ganivet souhaitant que le gouvernement laisse Cuba aller vers son destin et déplorant que la Finlande où il est alors en poste traite l’Espagne de « Turquie numéro 2 » ; l’hostilité aux Etats-Unis est donc confortée par les « Confidences » de l’écrivain que l’on va bientôt publier ; El Manifiesto moins ouvert à la littérature que son confrère choisit de publier des contes de Victor Hugo ou d’Amalia Carvia, sœur de Ana et future propagandiste féministe et radicale.

  • 12 « Que les den… », El Defensor de Granada, 8-x-1880, p. 1.

11Chacun des deux quotidiens incarne en effet dans des modèles professionnels leur idéal social et politique. Pour El Defensor, qui prête une attention particulière aux problèmes de l’école (ainsi des comptes rendus réguliers sur l’état des écoles dans la province) et de l’université (il publie les leçons inaugurales et dénonce, en 1880, la présence de la Garde civile dans les locaux), le premier modèle est la figure du maître d’école, non payé durant plusieurs années :« ¿Qué desea el Gobierno? ¿Exterminar la raza de los profesores? Pues más humano que les den extrignina »12.

  • 13 « La vista de nuestra denuncia », El Defensor de Granada, 25-xi-1880.

12Autre modèle : celui de l’avocat qui ne peut être que « jeune, intelligent, éloquent », à l’image du premier défenseur du journal en 1880 : « De la palabra brotó la luz, los horizontes de justicia se delataron ; el convencimiento se posesionó de los espíritus y la atmósfera de la verdad nos envolvió dulcemente »13.

  • 14 En majuscules « Españoles ¡No olvidéis que Isaac Peral es el inventor de la navegación submarina! ¡ (...)

13Cependant ce sont les ingénieurs, inscrits dans une exigence de modernisation des provinces qui ont la faveur des deux publications ; à Grenade la longue construction de la ligne de chemin de fer de Menjíbar à la capitale permet d’encenser le rôle des ingénieurs. A Cadix, ville portuaire, en 1891-1892, on exalte à la fois les ouvriers (4000) et les administrateurs (200) de la Compagnie Transatlantique qui, grâce à eux, est présente à Cuba, aux Philippines, à Buenos Aires et en Grande-Bretagne mais surtout on porte aux nues l’ingénieur Isaac Peral, inventeur du sous- marin et en butte à une polémique qui mettrait en doute sa découverte et, de ce fait, insulterait le patriotisme gaditan14.

  • 15 «Adiós a nuestro diputado », El Manifiesto, 28-ii-1891, p. 1.
  • 16 Manuel Morales Muñoz, El republicanismo malagueño en el siglo xix. Propaganda doctrinal, prácticas (...)

14La recherche de modèles incarnés pourrait cantonner ces journaux à la recherche d’une élite circonscrite à des exemples urbains ; l’élan « patriotique » si souvent revendiqué rend le peuple nécessaire, plus clairement à Cadix mais aussi à Grenade où le journal s’ouvrira avec le temps à un socialisme modéré : dans la seconde décennie du XXème siècle, la rédaction exalte aussi bien Ossorio y Gallardo que Pérez de Ayala, puis le socialiste Fernando de los Ríos, à cette date exilé en Argentine. Le peuple (« Hoy el pueblo puede hablar » dit-on fièrement en décembre 1890, dix-sept ans après le coup d’Etat de Sagunto) ne peut être que républicain pour El Manifiesto qui y travaille avec enthousiasme en rendant compte des meetings électoraux et en attaquant avec virulence le même mois les manœuvres du gouvernement et du caciquisme et « les serpents qui se glissent dans les listes électorales »15. Ce travail trouve sa justification dans l’élection du député républicain José Marengo, que l’on accompagnera en triomphe à la gare, lui qui est l’homme intègre par excellence – « integérrimo » – et « l’espérance de notre province » : le journal verra d’ailleurs la confirmation de ce prélude dans l’échec dans de nombreuses circonscriptions de Romero Robledo en juin 1891. Rappelons que le Parti républicain trouve ses premiers résultats en Andalousie entre 1891 et 1893 : onze conseillers municipaux à Cordoue, un conseil municipal entièrement républicain à Ronda ; cinq sièges de députés (deux à Málaga, trois à Séville, un à Grenade, un à Cadix)16.

Quelle place pour le monde rural ?

  • 17 « Editorial », El Defensor de Granada, 6-x-1880, p. 2.

15L’étendue des préoccupations politiques des deux quotidiens les engage-elle à comprendre la population vivant en dehors de la ville et selon quelles modalités ? Percevront-ils les réalités du monde paysan ou seront-ils tentés de le considérer comme « exotique », selon les mots employés par Jacques Maurice dans le texte déjà cité ? Pour El Defensor, le programme initial interdit de se replier sur la capitale : « Ansiosa la Dirección del periódico de contribuir por cuantos medios estén a su alcance al desarrollo de los intereses granadinos, que tiene en la Agricultura y el Comercio su más firme fundamento, ha organizado en toda la provincia un grupo de corresponsales, hombres ilustrados…que alienten el patriótico espíritu de amor a la provincia que siente arder en sus venas El Defensor de Granada »17.

16Au-delà de propos fréquents chez les régénérationnistes et qui pourraient s’appliquer à n’importe quelle zone rurale en difficulté (pensons notamment à certains textes de Joaquín Costa contemporains), El Defensor ouvre une chronique, certes irrégulière, « De la provincia » et laisse un espace à des petites annonces en lien avec la ruralité, en particulier des propositions de métayage ; les annonces de nourrices ( qui ne peuvent être que fiables : « primeriza con leche fresca ») témoignent d’une autre situation sociale mais le quotidien fait émerger fréquemment des protagonistes non citadins, paysans ou mineurs.

  • 18 « La tempestad en Diezma », El Defensor de Granada, 3-x-1880, p. 1.

17Cependant, le regard du journal de Grenade se pose davantage sur les problèmes ruraux que sur les personnes. N’importe quel incident permet de faire apparaître un problème de fond : la diligence qui s’enfonce dans la boue est révélatrice de l’état calamiteux des routes ; ouragans et orages font s’effondrer les maisons, ruinent les oliveraies et causent des morts : un seul à Diezma (Cadix) par miracle. « Se presume que las pérdidas representarán 10.000 duros, cantidad exhorbitante si se considera el estado de postración en que se hallan los pueblos, por virtud de las exacciones del pico y de las abrumadoras cargas con que se les apesadumbra »18.

  • 19 « La salud pública en la provincia de Granada », El Defensor de Granada, 10-x-1880, p. 2.

18Le manque de connaissances techniques participe également au sous-développement chronique ; depuis Puebla de Don Fadrique, un représentant de la localité, Juan Montijano, dénonce l’archaïsme des modes de culture et la désastreuse habitude d’ensemencer trois ou quatre fois de suite, laissant la terre exsangue (« rasée », dit-il). Pour donner à ses lecteurs la possibilité d’analyser plus précisément la gravité et la multiplicité des problèmes, le journal transcrit les rapports officiels et répète les articles de fond, s’intéressant à la démographie, à la santé et aux dettes municipales. Si à Almería l’émigration fait des ravages, peut-on dire mieux de la situation de la campiña de Grenade, laissée à l’abandon par les propriétaires ? Et que dire des taux de mortalité ? Le Registro civil, certes de 1875, ne faisait-il pas état de 42.933 décès pour 29.620 naissances ? Les causes de mortalité et les maladies sont recensées méthodiquement, démontrant le retard sanitaire par l’énumération même : scarlatine, croup, choléra, paludisme, variole, fièvre puerpérale, coqueluche, typhus, phtisie…sans omettre la dysenterie et la rougeole de loin les plus mortelles19. Ces exemples extraits de la première année d’existence du journal permettent aussi de comprendre, au-delà de la volonté de faire de la publication un réseau d’intervention civique, les solutions préconisées par El Defensor : comparer la situation andalouse, non avec le reste de l’Espagne mais avec l’Europe ; et avant tout définir les problèmes : réformer la fiscalité pour diminuer les taxes ; face à l’isolement de Almería et de Málaga développer les communications ; pour pallier le retard éducatif jugé prioritaire, créer à l’image de Valence des « Ligues contre l’ignorance » et perpétuer les Sociétés d’Amis du Pays. Pendant les années 1880, les articles sur le retard du chemin de fer de Menjíbar ou sur la fameuse route de Salobreña, commencée en 1876, prévue pour 1882 et non terminée avant 1888, se répéteront.

  • 20 « ¡Cosas de Cádiz ! », El Manifiesto, 8-x-1890, p. 1.
  • 21 Ainsi « El crimen de la Calle de Justa », El Manifiesto, 22-x-1890 ; « La mujer descuartizada » dev (...)

19El Manifiesto exprime différemment sa capacité d’analyse et ses idées politiques face au monde rural ; les informations sur les catastrophes naturelles ne manquent pas, mais dans ce cas, comme en octobre 1890, il donne la liste des victimes leur conférant une identité qui ne se résume pas à l’énoncé de chiffres. Il est clair cependant que l’organe de Cadix connaît mal les campagnes environnantes et s’intéresse aux problèmes sociaux urbains : là où son confrère traite du bandolerismo, il dénonce le manque d’hygiène et la prostitution (07-x-1890) ; en accord avec l’anticléricalisme grandissant du républicanisme, il s’en prend à « la barbarie des écoles religieuses » et dénonce le scandale des enfants abandonnés à la Inclusa20 où l’on a trouvé des cadavres. Plus populaire, voire populiste que El Defensor, il reflète le goût croissant pour les faits-divers sanglants et fait des descriptions horrifiques de crimes, tous commis en ville21, quand la campagne aurait pu aussi lui fournir de beaux exemples.

  • 22 « Saludos al jefe », El País, Madrid, n° 1, 22 -vi-1887.

20Le journal gaditan a pourtant une chronique ouverte sur les zones rurales, « Ecos de los pueblos », mais sa fonction à cette date est nettement électoraliste, car il s’agit, tout en dénonçant un problème local, de donner la parole à des partisans et d’organiser des pétitions : les signatures des « républicains de conviction » s’affichent aussi fièrement que celles des opposants à Isabelle II en 1868. Pendant le mois d’octobre 1890, on organise la représentation électorale des villages et des bourgs et l’on envoie des circulaires aux « Comités de coalition républicaine de la province », démontrant la force de l’impact de la Loi sur le suffrage universel masculin. L’intérêt pour les campagnes passe donc par le champ de la politique de parti, relayant l’engagement de « lancer une machine de guerre » exprimé par El País au plan national lors de sa création : « conservar esa inmensa fuerza motriz de toda la política nacional es un deber22 ». Le succès aux élections garantit la solution de tous les problèmes.

  • 23 Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas 1868-1936, op. cit., p. 64-65.

21Dans l’analyse que les deux quotidiens observés font de l’Andalousie rurale, certaines tendances émergent : il est clair que leur lecture des problèmes, tout en leur interdisant d’en méconnaître la gravité, les détourne d’un engagement au plus près des paysans et des « braceros », mais non parce qu’ils les méprisent ou ignorent ce monde non urbain, qui en deviendrait « exotique ». Ce serait un mauvais procès à faire à ces deux publications, tout en détectant chez elles une tendance chez l’une à généraliser, chez l’autre à circonscrire la province à une partie de sa superficie : la barrière géographique qui sépare Cadix de « son avant-pays immédiat » et la dissocie des « régions de culture extensive de l’intérieur » se traduit comme dans d’autres cas en termes idéologiques23.

22Leur difficulté réside, non dans le rejet des problèmes agraires, mais dans leur rapport à l’anarchisme ; en décembre 1882, dans le quotidien de Grenade, il faut attendre quatre lignes en page 3 d’une chronique rédigée à Madrid pour évoquer une agitation inquiétante à Cadix et Jerez :

  • 24 F. « Correo de hoy. Cartas a El Defensor. Madrid, 3 de Diciembre », El Defensor de Granada, 5-xii-1 (...)

Da (sic) provincias el socialismo: me ha dicho un alto empleado que en Cádiz y en Jerez se han descubierto depósitos de armas y los hilos de una vasta conspiración. No garantizo la noticia24.

  • 25 « El Primero de Mayo », El Manifiesto, 9-iv-1892, p. 1.

23Et le journal ne revient pas sur ces questions, non plus qu’en 1892. El Manifiesto transforme le sujet en leçon d’éducation politique, des mois après les « incidents » de Jerez ; à propos du sens que peut prendre le Premier Mai, tout en ironisant sur le caractère terrifiant que lui attribuent certains, la rédaction refuse le principe de la grève, qui n’aurait aucun sens « dans une ville où malheureusement les classes laborieuses ou ceux qui pourraient en faire partie chôment toute l’année »25. On retranscrit même le 10 avril un article de El Liberal pour son hostilité à la grève (« La grève noire »).

  • 26 Ibidem.

¿Qué puede Cádiz pedir el Primero de Mayo ? Lo que pidamos para él los que lloramos lágrimas de sangre sobre toda desdicha…su regeneración por medio del santo trabajo26.

24Ce n’est pas une bataille d’idées mais de stratégies politiques qui se précise, clairement opposée aux attentats anarchistes mais aussi au socialisme dont on partage l’idéal sans en apprécier les méthodes « retorses » qui vont à l’encontre du but recherché : les républicains de Cadix accusent aussi violemment, à la même date, les agitateurs qui entraînent le peuple des campagnes à commettre des exactions, sans donner de nom et surtout pas celui de l’« apôtre » de Cadix, Fermín Salvochea, en désaccord alors avec la violence. Se disant « adversaire » de l’anarchisme comme du socialisme « mais loyal » à son égard, le quotidien républicain se pose en guide du peuple andalou :

  • 27 « ¿Vísperas sicilianas ? «, El Manifiesto, 17-iv-1892, p. 1. Sur ces relations, voir Jacques Mauric (...)

Desconfíen de los tribunos de última hora que les han salido…tengan un buen sentido, y evitarán lo que se prepara. Unas nuevas vísperas sicilianas27.

25Les deux quotidiens démontrent donc leur attention au monde rural et leur compréhension des problèmes sociaux et structurels de l’Andalousie ; mais la peur des mouvements révolutionnaires - ou leur ignorance, en ce qui concerne le journal de Grenade - provoque un effet de décalage par rapport au réel qui tend à les éloigner de leurs engagements politiques initiaux ou à tout le moins d’affaiblir les stratégies mises en place pour peser sur l’avenir du monde rural andalou.

Haut de page

Notes

1 Jacques Maurice, « Jerez, 1892 : l’événement vu par El Imparcial », Danièle Bussy Genevois (éd.), Études sur les Mondes hispanophones, n° 20 «Typologie de la presse hispanique», Rennes, pilar/Presses Universitaires de Rennes-ii, 1986, p. 29-37. Article repris dans El anarquismo andaluz, una vez más, Granada, Universidad, 2007, p. 85-103, trad. Jacqueline Covo-Maurice.

2 J. Maurice, El anarquismo andaluz, op. cit., p. 11.

3 Voir « Prensa consultada », Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicales 1868-1936, Barcelona, Crítica/Grijalbo, 1990, p. 412 ; Antonio María Calero Amor utilise El Defensor de Granada, Obras completas, Ayuntamiento de Pozoblanco/Diputación provincial de Córdoba, 1997, t. i, p. 195-198 ; Aron Cohen Amselem en tire une documentation précieuse pour El Marquesado del Zenete, tierra de minas. Transición al capitalismo y dinámica demográfica (1870-1925), Granada, Diputación Provincial, 1987.

4 Jean-François Botrel, « La prensa en las provincias : propuestas metodológicas para su estudio », Historia contemporánea, Universidad del País Vasco, Bilbao, n° 8, 1992, p. 202.

5 Juan Antonio García Galindo, Prensa y sociedad en Málaga 1875-1923, Málaga, Edinfor, 1995 ; La prensa malagueña 1900-1930.Estudio analítico y descriptivo, Málaga, Ayuntamiento, 1999.

6 El Defensor de Granada, 27-x-1880, p. 1 ; El Manifiesto, 17/06/1891, p. 1.

7 « Desde París de Emilio Prieto » : « Ruiz Zorrilla y la amnistía », El Manifiesto, 11-xi-1890, p. 1.

8 « Hasta luego », El Defensor de Granada, 27-xi-1880, p. 1.

9 « Por todo lo alto », El Manifiesto, 19-x-1890, p. 1.

10 Voir Danièle Bussy Genevois, « La prensa », José María Jover Zamora (dir.), Historia de España Menéndez Pidal (tome xxxvi, vol. 2, La época de la Restauración (1875-1902). Civilización y Cultura, Madrid, Espasa Calpe, 2002, p.  363-387.

11 « Al público, Colegio pestalozziano », El Manifiesto, 2-iv-1891, p. 2.

12 « Que les den… », El Defensor de Granada, 8-x-1880, p. 1.

13 « La vista de nuestra denuncia », El Defensor de Granada, 25-xi-1880.

14 En majuscules « Españoles ¡No olvidéis que Isaac Peral es el inventor de la navegación submarina! ¡Viva Peral! ¡Abajo la envidia! », El Manifiesto, repris tout au long de mars 1892.

15 «Adiós a nuestro diputado », El Manifiesto, 28-ii-1891, p. 1.

16 Manuel Morales Muñoz, El republicanismo malagueño en el siglo xix. Propaganda doctrinal, prácticas políticas y formas de socialización, Málaga, Asukaria Mediterránea, 1998, p. 168.

17 « Editorial », El Defensor de Granada, 6-x-1880, p. 2.

18 « La tempestad en Diezma », El Defensor de Granada, 3-x-1880, p. 1.

19 « La salud pública en la provincia de Granada », El Defensor de Granada, 10-x-1880, p. 2.

20 « ¡Cosas de Cádiz ! », El Manifiesto, 8-x-1890, p. 1.

21 Ainsi « El crimen de la Calle de Justa », El Manifiesto, 22-x-1890 ; « La mujer descuartizada » devient un feuilleton à partir du numéro 1939 et durant tout le mois de novembre1890.

22 « Saludos al jefe », El País, Madrid, n° 1, 22 -vi-1887.

23 Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas 1868-1936, op. cit., p. 64-65.

24 F. « Correo de hoy. Cartas a El Defensor. Madrid, 3 de Diciembre », El Defensor de Granada, 5-xii-1883, p. 3.

25 « El Primero de Mayo », El Manifiesto, 9-iv-1892, p. 1.

26 Ibidem.

27 « ¿Vísperas sicilianas ? «, El Manifiesto, 17-iv-1892, p. 1. Sur ces relations, voir Jacques Maurice, El Anarquismo andaluz.…op. cit., p.  161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Bussy Genevois , « Présence/absence du monde rural dans la presse libérale et républicaine andalouse (1880-1892) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/5485 ; DOI : 10.4000/ccec.5485

Haut de page

Auteur

Danièle Bussy Genevois 

Professeure émérite, EA4385 ERESCEC, Université de Paris-viii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org