Navigation – Plan du site
Historiographie

Compte rendu de Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne d’Eric J. Hobsbawm

Jacques Maurice
Référence(s) :

Eric J. Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Éd. Fayard, 1966, 222 p. (Collection « L’histoire sans frontières »)

Notes de la rédaction

Ce compte rendu, paru dans le Bulletin Hispanique (Bordeaux, 1967, numéro 69-3-4, p. 513-515) est réédité ici avec l’aimable autorisation de la revue et de sa directrice, Nadine Ly.

Texte intégral

1Voici un livre dont il faut louer les Éditions Fayard de nous avoir donné la traduction, sept ans après sa publication à Manchester (sous le titre : Primitive Rebels. Studies in archaic forms of social movement in the xixth and xxth centuries).

2Le projet en est ambitieux et nouveau : il consiste à rassembler en une vaste synthèse les formes « primitives » ou « archaïques » d’agitation sociale qui se sont manifestées en Europe à partir des années 1850, traduisant ainsi l’inadaptation d’individus ou de groupes à la civilisation moderne.

3L’étude porte surtout sur les mouvements agraires, sans négliger pour autant d’autres phénomènes comme le « bandit social », les émeutes urbaines ou les sectes ouvrières. C’est pourquoi elle est centrée sur deux pays où le nombre d’hommes vivant du travail de la terre est resté longtemps considérable et le poids des structures rurales très lourd : l’Italie et l’Espagne.

4L’Espagne figure en bonne place avec un chapitre de vingt pages sur les anarchistes andalous. Aux yeux de l’auteur, ces paysans illettrés, gagnés après la chute d’Isabelle II aux idées de Bakounine par le truchement de la propagande orale, ont une valeur exemplaire : victimes du libéralisme économique qui, avec les lois de désamortissement, introduit dans les campagnes des rapports de production capitalistes, ils reportent sur l’idéologie des nouveaux « apôtres » anarchistes leur aspiration millénariste à l’avènement d’une société plus juste.

5Reprenant sur ce point l’analyse faite par G. Brenan dans The Spanish Labyrinth utilisant également l’abondante documentation réunie par le notaire cordouan Díaz del Moral dans son Historia de las agitaciones campesinas andaluzas, M. Hobsbawm retrace succinctement les phases successives de cette agitation paysanne. Mieux – et bien qu’il s’en défende – il fait plus que d’en donner une description « impressionniste » : il s’efforce d’expliquer les raisons de l’enracinement de l’anarchisme dans cette « Sicile de l’Espagne » qu’est l’Andalousie, puis d’élucider celles de son échec, distinguant à cet effet ce qu’il convient d’attribuer aux contraintes imposées par une société hostile de ce qui est imputable aux lacunes d’une doctrine fondée sur les vertus de la spontanéité.

6La nouveauté de l’entreprise a, par ailleurs, obligé l’auteur à faire un choix. Ainsi a-t-il délibérément laissé de côté ce qu’il appelle « le déclin et la chute de l’anarchisme rural », se contentant d’en examiner l’« âge d’or ». L’accent est mis, en particulier, sur l’aspect moral, voire moralisant, de la prédication anarchiste. Cela ne manque pas, toutefois, de présenter certains inconvénients. En effet, en soixante-dix ans, de 1868 à 1936, les choses évoluent en Andalousie et dans le reste de l’Espagne : le nombre des hommes en premier lieu, mais aussi les rapports qui s’établissent entre eux du triple point de vue économique, politique et social, et de ce fait les idées qui en découlent ou influent sur ceux-ci. Aussi, à la lecture de ce chapitre, reste-t-on un peu sur sa faim, car le phénomène n’est pas appréhendé dans sa dynamique propre. On aurait souhaité, par exemple, que Hobsbawm tînt compte de l’émigration massive qui, à partir de 1880, devient une des caractéristiques du sud de l’Espagne, de la même façon qu’il fait intervenir cet élément dans le chapitre sur les « Fasci » siciliens.

7Mais pour l’hispaniste l’intérêt ne se borne pas à ce qui ne pourrait être qu’une monographie parmi d’autres. Le rapprochement avec les chapitres consacrés aux mouvements agraires de la Sicile (la Mafia, les Fasci) et de l’Italie méridionale (le Lazzarettisme) est des plus féconds par les analogies qu’il suggère et les différences qu’il révèle : aussi bien l’auteur y invite-t-il lui-même constamment son lecteur.

8Il en est ainsi du « transfert d’autorité » qui s’effectue en Sicile au profit des bourgeois des villes : ceux-ci font fructifier leurs capitaux en louant aux grands féodaux une partie de leurs domaines, puis en les affermant à prix d’or aux petits paysans. Ils constituent la « colonne vertébrale » de la Mafia, grâce à laquelle ils imposent leur volonté aux uns et aux autres. Comment ne pas reconnaître en eux ces « destajistas » andalous si souvent dénoncés par les journaux anarchistes ?

9Il en est de même s’agissant des couches sociales qui, dans la paysannerie des confins de la Toscane et de l’Ombrie, sont les plus réceptives à la foi lazzarettiste : petits propriétaires, métayers, artisans. En Andalousie également, ce sont les mêmes qui se firent les premiers les porteurs des idées anarchistes, si l’on en croit du moins Díaz del Moral.

10De la sorte, même si les résultats furent différents – car il n’est pas en histoire de causalité simpliste, comme le rappelle opportunément J. Le Goff dans sa présentation de l’ouvrage – les structures, elles, font apparaître des ressemblances frappantes.

11Au reste, c’est la situation spécifique du royaume des Deux-Siciles comme de l’Espagne du Sud qui permet d’entrevoir pourquoi les formes adoptées par le révolutionnarisme paysan divergèrent très tôt. Là, le terrain était préparé par les soulèvements politiques antérieurs à l’unité italienne pour que les courants du mouvement ouvrier moderne — socialisme, puis communisme — s’y implantassent. En Andalousie, au contraire, l’esprit révolutionnaire ne s’était guère manifesté avant la pénétration du « credo » bakouniniste, ce qui expliquerait le succès foudroyant de celui-ci auprès des masses paysannes.

12L’auteur procède d’ailleurs avec prudence, se gardant bien de trancher, proposant des explications provisoires, laissant la porte ouverte à des recherches ultérieures, tant il est vrai que le domaine où il s’aventure est encore à peine exploré. En outre, l’ensemble du livre incite continuellement à la réflexion, à preuve les aperçus ou remarques incidentes qu’on peut relever dans les trois derniers chapitres, où il n’est nullement question de l’Espagne.

13Les considérations sur la composition du « menu peuple » des villes, sur l’isolement des ouvriers récemment arrivés des campagnes, sur les « fraternités » et le rôle des sociétés secrètes éclairent d’un jour singulier le comportement des foules dans les émeutes, à caractère républicain ou révolutionnaire, qui à Madrid et à Barcelone jalonnent le xixe siècle et le début du xxe, ainsi que la technique du « pronunciamiento » devenu pour certains opposants le moyen habituel de contestation du pouvoir établi.

14Enfin, la documentation réunie est vaste. Elle est complétée par un appendice de vingt pages qui porte le titre suggestif de « la voix des rebelles » ; il est constitué de témoignages oraux (dont l’un a été recueilli directement par l’auteur au magnétophone ; on regrettera, soit dit en passant, qu’aucun n’ait pu être consacré aux paysans andalous).

15En définitive, rien ici d’un ouvrage désincarné, même si, par ses analyses et sa terminologie, l’auteur suggère que ces révoltes étaient pour la plupart vouées à l’échec. Il ne se départ à aucun instant d’une attitude de compréhension envers ces désespérés des temps modernes : aussi nous fait-il sentir, mieux que certains apologistes, car il sait allier la rigueur de la méthode à l’aisance du style, les raisons de ces hommes et de ces femmes qui ont façonné, dans une certaine mesure, la réalité espagnole contemporaine. De plus, il les arrache à l’oubli où les études récentes, davantage centrées sur le monde industriel de la Catalogne, les laissent : au vrai, ce n’est pas là le moindre paradoxe au moment où les écrivains d’aujourd’hui entreprennent, suivant l’exemple de leurs aînés de 98, do connaître et de révéler au public leurs compatriotes méconnus, en l’occurrence les paysans déshérités de l’Andalousie, cette autre Sicile...

16Le mérite de Hobsbawm est de ne pas les rejeter au ban de l’histoire, ni de les traiter avec la condescendance des « médecins des maladies sociales » justement critiqués par Díaz del Moral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Maurice, « Compte rendu de Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne d’Eric J. Hobsbawm », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/5453

Haut de page

Auteur

Jacques Maurice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org