Navigation – Plan du site
Historiographie

Jacques Maurice et l'Espagne des campagnes

Jacques Maurice y la España rural
Pablo F. Luna

Texte intégral

1L'un des aspects importants de l'ouvre de l'hispaniste Jacques Maurice est représenté par ses travaux successifs sur les problématiques agraires de l'Espagne contemporaine et tout spécifiquement sur la réforme agraire de la Seconde république. Dans cette courte communication, je voudrais mettre en relief cet aspect de sa contribution au savoir hispaniste. Lorsque nous relisons l'ensemble de ses travaux autour de ces questions, y compris ses toutes dernières réflexions publiées en 2012, il est possible de détecter au moins trois caractéristiques principales. Je souhaite les présenter ici.

2D'abord, sa volonté de prendre à bras-le-corps l'ensemble du programme réformateur des républicains espagnols de 1931, et leur programme agraire en particulier. Ensuite, ses réflexions sur la portée et la nature de la réforme agraire espagnole de 1932. Finalement, la méthode d'analyse choisie et utilisée pour approcher et pour comprendre les réalités agraires espagnoles contemporaines, sans oublier les préférences d'objet de recherche que chacun peut défendre et développer.

I

3La première de ces caractéristiques essentielles dans l'approche de J. Maurice, à propos de la « question agraire » espagnole, et de la réforme agraire républicaine, est le fait de prendre ces deux problématiques dans l'ensemble de la réalité espagnole, et pour ce qui concerne la réforme agraire elle-même, le fait de chercher à la comprendre à l'intérieur du programme réformateur des républicains espagnols, dans une conjoncture comme celle des années 1931-1932. Ces réformateurs républicains, en particulier, ne visaient pas seulement les problèmes dérivés de la grande concentration de la propriété de la terre, de la misère des masses rurales ou du retard technologique et productif des campagnes espagnoles (un retard sur lequel il faudrait par ailleurs nuancer). Ils prenaient eux aussi à bras-le-corps le pays qui était le leur, dans toute sa diversité.

4Ancré dans la réalité espagnole, le programme réformateur républicain articulait un ensemble de mesures concrètes, afin de satisfaire les revendications salariales et horaires des pauvres des campagnes. Nous pouvons parler de la sécurité de l'emploi rural et de son extension, de l'accès ou de la récupération des terres communales — longtemps usurpés par les classes dominantes —, de la mise en exploitation des terres incultes et susceptibles de donner du travail aux chômeurs des campagnes et d'augmenter la production.

5Mais il y avait aussi l'amélioration des conditions de vie dans le monde rural par le biais de l'augmentation des salaires, la réforme des contrats de travail, la baisse des loyers de la terre et l'interdiction des expulsions. Ces réformateurs voulaient par la même occasion donner un pouvoir de négociation renforcé aux groupes sociaux les plus fragiles dans les campagnes. Pour le dire d'une manière plus claire, le programme réformateur des républicains espagnols cherchait aussi à réguler la loi du plus fort régnant dans la ruralité espagnole, l'arbitraire des gros propriétaires et des notables locaux et régionaux, la puissance des potentats.

6Peut-on analyser cela, c'est-à-dire le programme réformateur et la réforme agraire, en termes d'efficacité économique et juger de son échec ou de son succès en termes de coût-bénéfice, ainsi qu'on le propose dernièrement — une façon de voir les choses qui était déjà en embryon au moment où J. Maurice réfléchissait et composait ses travaux ? Peut-on prétendre par ailleurs que l'économie rurale espagnole et le marché du travail avaient un comportement adapté et efficace (mais alors, efficace pour qui ?), et que les mesures approuvées par la Seconde République étaient venues perturber, voire ruiner, leur fonctionnement, pour ainsi dire « naturel » ? Peut-on enfin approcher les problèmes sociaux des sociétés contemporaines et les mouvements réformateurs avec l'idée de savoir s'ils ont été ou non « opportuns » (mais alors, opportuns pour qui ?) ?

7On peut faire tout cela, bien entendu – il y a une historiographie récente, pas seulement espagnole, qui ne se prive pas de le faire –, mais ce serait oublier que la Seconde République espagnole a été un mouvement qui visait avant tout le changement social, « changer la vie », et non pas l'amélioration de la gestion économique en vigueur. Et ceci avec toutes les erreurs, toutes les contradictions ou tous les renoncements de la pratique sociopolitique. Il est possible de dire que J. Maurice, lui, ne l'avait pas oublié.

II

8La seconde caractéristique de l'approche de J. Maurice que nous aimerions mettre en relief est sa prise en compte de la complexité du processus socioéconomique et sociopolitique qui a donné lieu à la proclamation de la Seconde République espagnole et à son évolution. Et ceci, en particulier, durant la période où les premières mesures (décrets et lois) ont été promulguées. Et dans ce cadre-là, la nature particulière de la loi de réforme agraire finalement approuvée par le parlement – après des discussions et des réactions qui n'étaient pas toutes favorables à la réforme, y compris au sein du gouvernement et de ses instances de direction politique.

9Si la victoire électorale républicaine avait été précédée par une mobilisation sociale, de salariés urbains, de journaliers et d'ouvriers agricoles, elle ne s'est pas caractérisée (comme dans d'autres processus comparables) par une large mobilisation des masses paysannes, des pauvres des campagnes ; pas non plus sur le plan électoral ou sur le plan de l'organisation. Les conditions subjectives pour une révolution agraire rapide et radicale n’existaient pas, à l’inverse de ce qui a pu caractériser d'autres mouvements sur d'autres territoires, y compris au XXe siècle. Tout en cherchant à mesurer la véritable portée de la réforme agraire qui a été possible dans l'Espagne de 1931-1932, on peut dire que J. Maurice a été parfaitement conscient de cela.

10Mais en fait c'est tout le bloc sociologique et politique républicain qui était également complexe et divers, contradictoire, voire fracturé. Si le gouvernement a été en mesure de proclamer rapidement des décrets (principalement en faveur du travail et du salaire), les modalités concrètes de la réforme agraire elle-même ont dû faire l'objet de nombreuses discussions et de négociations, de débats contradictoires, de plusieurs avant-projets préalables, modifiés ou rejetés par le jeu des intérêts en cours. Et ceci durant des mois, en face à des opposants à la réforme agraire placés en première ligne, à l'extérieur du parlement mais aussi à l'intérieur du régime lui-même.

11Pour saisir cela, J. Maurice a effectué la reconstitution des projets, des plaidoyers, des discours (publics et privés) et des alliances politiques. Hormis l'approche du personnel politique espagnol de l'époque, des partis et des courants, cela a permis d'éclairer la connaissance de la structure et de la conjoncture agraires espagnoles de 1931-1932. Et ceci grâce aux témoignages sur la défense concrète (hectare par hectare, exploitation par exploitation) des positions patrimoniales, contraires à l'idée et à la pratique d'une éventuelle réforme agraire.

12Mais cela a surtout permis de comprendre que le projet de loi finalement approuvé puis promulgué (un projet éclectique et de compromis) ne comportait pas de perspective de transformation radicale ou révolutionnaire du monde agraire espagnol, du moins dans le court terme prévu par la loi.

13Il n'est pas étonnant alors que l'application de la loi, freinée de plus par les astuces, les arguties des opposants et par les inerties de la bureaucratie étatique espagnole, n'ait enregistré que de résultats très modérés — par exemple, un an ou deux ans après son application. Et ceci, avant la « réforme de la réforme agraire » de juillet 1935 proclamée par les opposants au régime durant le Bienio Negro, qui signifiait l'annulation pure et simple de la loi elle-même, et la remise en cause de l'ensemble de la législation rurale approuvée par la première phase de la Seconde République.

14Est-ce pour autant qu'il faut parler d’un « échec » de la réforme agraire espagnole ? Peut-on admettre l'idée qu'une telle réforme n'avait que des buts politiciens — avec une approche toute contemporaine du fait politique —, et qu'elle ne répondait qu'à la volonté des forces gouvernementales d'empêcher l'alternance, c'est-à-dire, l'arrivée de la droite aux affaires ? Une telle approche, défendue par une certaine historiographie actuelle, conduirait à sacrifier la portée des processus historiques et sociaux, dans toutes leurs dimensions, sur l'autel de la banalité de l'action publique.

15La loi de la réforme agraire espagnole avait été discutée et promulguée, et dès lors elle existait, en dépit de carences inhérentes, et attention... approuvée sous un régime républicain, ce qui est loin d'être dépourvu d'intérêt dans l'Espagne contemporaine. De plus, elle s'insérait dans un ensemble législatif qui comportait une logique, celle de la défense de la justice pour les pauvres des campagnes, pour les laissés-pour-compte ; des intérêts qu'il fallait dès lors prendre en considération. D'autant plus que dans les mairies rurales l'équilibre politique avait été sensiblement modifié par la victoire municipale de 1931.

16Si nous ajoutons, de plus, la conscience progressive d'un rapport de forces qui avait changé (et qui pouvait encore changer), il est possible de comprendre qu'un telle loi allait plus loin que son propre contenu, qu'elle débordait sur les mots de son texte et qu'elle allait plus loin que ses propres limitations de classe. Il n'était pas impossible que des forces socioéconomiques rurales — en fonction des circonstances particulières — puissent s'en emparer le cas échéant, surtout si la pression revancharde des propriétaires et des notables locaux se faisait de plus en plus pesante.

17Comme dans d'autres processus comparables, une telle loi pouvait même devenir un instrument pour encourager et pour justifier l'occupation des terres, dans une perspective de réforme agraire « par en bas  ». C'est bien ce qui devait survenir par la suite, dès la victoire du Frente Popular, et tout au long de la période du conflit militaire. Même si c'était une autre forme de réforme agraire qui prenait la place de celle qui avait été préalablement considérée. C'est ainsi également que J. Maurice a examiné la question.

III

18La troisième caractéristique que nous souhaiterions mettre en relief, pour terminer notre intervention, c’est sa fidélité méthodologique à ce que Pierre Vilar aurait appelé penser historiquement la société espagnole. Nous le savons, J. Maurice aimait s'occuper de la sphère politique des questions et des processus qu'il abordait ; il a été un fin observateur du comportement des groupements et des partis, des clans et des milieux, des gouvernants et des opposants. On sentait le chercheur passionné et admiratif par la conviction et par la pratique de ceux qui avaient agi, de ceux qui avaient essayé, même s'ils avaient pu échouer dans leurs tentatives.

19Nous ne parlerons pas des sujets que d'autres collègues aborderont dans d'autres contributions : l'anarchisme espagnol et ses contradictions, le « populisme » des regeneracionistas de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle — et des traces qu'ils ont laissées dans la société espagnole —, ou la Mano negra dans le dernier tiers du XIXe siècle. Mais il est nécessaire, nous semble-t-il, de surligner plusieurs éléments permanents qui ont pu traverser l'ensemble de ses travaux.

20Si la politique et l'expression polémique et discursive des protagonistes attiraient son attention, il voyait bien les intérêts sociaux en jeu, que les confrontations politiques pouvaient traduire ou enregistrer. Le politique n'était ni un isolat, ni un lieu d'autonomie heuristique incontournable, ni le point culminant de la connaissance. Mais il n'était pas non plus un théâtre de marionnettes, dépossédé de singularité et incapable de surprendre. Sans magnifier son importance, J. Maurice situait ce politique dans la société qui l'avait produit, auprès des protagonistes sociaux qui l'avaient engendré.

21Dans son approche, le politique a été aussi examiné en lien étroit avec la production, l'économie, la propriété, la finance, les échanges, l'accumulation des richesses et la stratification sociale. C'est-à-dire, en rapport avec les « forces vives » de l'activité socio-économique, dans une complémentarité qui articulait et qui donnait sens et cohérence, qui aidait à comprendre et à penser, et qui n'excluait pas de segments de problématique, pour des raisons de choix personnel ou idéologique.

22Et puis — notamment autour de la réforme agraire et des questions rurales —, l'action concrète des protagonistes et des agents sociaux (ce que le post-social, après le postmoderne, appelle les « acteurs »), une telle action a été examinée dans ce qu'elle pouvait comporter de fractionnement, de dissidences, d'alliances et de rupture d'allégeance. Et on sent la finesse de l'analyste qui décortique le discours et le métalangage dans les formules, et qui dévoile ce que les contemporains ne pouvaient peut-être pas connaître ou saisir. Mais il n'a pas pour autant oublié que tout cela comportait des contreparties sur des questions concrètes, aussi diverses que le protectionnisme agricole, la fixation des prix des céréales ou l'octroi des crédits préférentiels.

IV

23En somme, et dans le segment spécifique de ses travaux que nous avons souhaité examiner – les questions agraires et rurales de l'Espagne contemporaine –, nous avons l'œuvre d'un hispaniste qui a voulu, avec conviction et honnêteté, que ses efforts puissent servir à mieux connaître cette Espagne qu'il a aimée. Nous souhaiterions évidemment que le sillon qu'il a tracé puisse être labouré et prolongé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo F. Luna, « Jacques Maurice et l'Espagne des campagnes », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/5442 ; DOI : 10.4000/ccec.5442

Haut de page

Auteur

Pablo F. Luna

Paris Sorbonne, EHESS-CRH-Erhimor

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org