Navigation – Plan du site
Historiographie

À propos de quelques décalages de l’historiographie de l’anarchisme espagnol

Acerca de algunos desfases de la historiografía del anarquismo español
Michel Ralle

Résumés

Les recherches sur l’anarchisme espagnol n’ont pas été affectées d’une manière univoque par leur premier accès aux départements des universités à partir de la fin des années 1960. L’histoire politique a bien éclairé débats idéologiques et tensions internes, mais les tentatives de cerner les rapports du courant libertaire avec les évolutions des composantes de la société espagnole ont souvent laissé de côté les modalités de son insertion sociale alors même que la discipline débattait du rapport entre expériences sociales et imaginaires. La capacité de Jacques Maurice à maintenir les exigences fortes qu’il a posées très tôt n’en apparaît que mieux. Elles impliquaient une connaissance extrêmement minutieuse, et sans cesse enrichie, des situations sociales des secteurs prolétaires et populaires, et pas seulement de ceux des campagnes andalouses, et une approche critique, élargie aux références politiques et, y compris, culturelles, de l’historiographie de l’anarchisme espagnol. Cet apport est décisif sur un grand nombre de ses points significatifs.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1960-1970 les travaux sur l’histoire de l’anarchisme espagnol semblaient construire une approche relativement partagée. Le récent statut universitaire de la plupart des auteurs annonçait, malgré la pauvreté des archives, une connaissance plus exacte des initiatives, des organisations et des élaborations politiques du courant libertaire. On en attendait aussi un rapport plus nettement établi entre les trajectoires de ses diverses formes et leurs contextes économiques et sociaux ; l’historiographie de l’Espagne contemporaine faisait alors grand cas de ceux-ci. Aussi bien sur l’anarchisme que sur les autres occurrences du mouvement ouvrier, devenues elles aussi matière d’études, les recherches allaient donc enrichir un champ de l’historiographie encore marginal en Espagne. A la différence des publications issues du champ militant, plus anciennes et plus rares, il ne s’agissait plus d’apporter la preuve de la pertinence d’une orientation politique à travers la reconstitution d’un moment de la lutte pour l’émancipation sociale.

2Cette phase de l’historiographie n’a pas débouché sur des analyses aussi structurées que le suggérait l’intention d’éclairer la vie des organisations ouvrières et leurs discours par les traits majeurs de la société espagnole pendant la période où a pris corps, parallèlement à la libéralisation des structures de propriété et à une industrialisation partielle du pays, ce qui est souvent qualifié de « crise de l’État libéral ». Les manques semblent plus prononcés en ce qui concerne la construction de la présence syndicale et politique du courant libertaire, entre 1870 et la première décennie du xxe siècle, que dans les travaux sur la phase postérieure et fréquemment centrés sur l’histoire politique d’un anarchisme qui avait acquis une importante visibilité publique. Dans les deux cas la relation entre les contextes et les orientations tend à être exposée de manière assez formelle. Les recherches qui échappent à cette faille, il y en a de notables, ne modifient pas une impression d’ensemble qui incite à quelques réflexions sur les manières d’écrire l’histoire de ce courant.

  • 1 C’était le sujet de la thèse d’État soutenue en 1985 à l’Université de Besançon et dont une version (...)

3La relecture des travaux de Jacques Maurice est à cet égard très suggestive. Alors qu’il pourrait sembler adopter le modèle que l’on vient d’évoquer son exigence est d’emblée plus forte : presqu’aucune autre recherche n’a sollicité autant de données économiques et sociales à propos des initiatives de défense ouvrière et des projets anarchistes de transformation sociale. Cette minutieuse reconstitution a voulu aussi cerner au plus près les relations entre la diversité des expériences sociales et de leurs représentations et les élaborations et les initiatives, politiques et syndicales, de tonalité anarchiste – leurs rapports avec les collectifs ruraux des campagnes andalouses dans lesquels elles s’insèrent entre les années de la Première Internationale et la Guerre civile ont été analysés sans relâche1. Jacques a été aussi exigeant dans les autres champs de recherche qu’il a parcourus. Parmi eux, il y en a pas mal d’autres, la réception en Espagne de la Première Internationale, les collectivisations agraires de la guerre civile et les productions culturelles, en particulier paralittéraires, issues du courant anarchiste.

  • 2 Il publie, dès sa sortie en France, un compte rendu du livre d’Eric. J. Hobsbawm, Les Primitifs de (...)
  • 3 Il y a plus qu’une coïncidence entre un ralentissement des travaux sur l’histoire du mouvement ouvr (...)

4Il n’est pas sûr que les historiens déjà évoqués se soient tous sentis confortés par une convergence, qui n’était qu’apparente, des axes interprétatifs car c’est d’abord la « complexité » des rapports entre les contextes et les trajectoires des organisations que Jacques Maurice a soulignée, revenant souvent revenu sur ce mot, notamment dans El anarquismo andaluz, una vez más. A côté des très abondantes données d’ordre économique et social qu’il a longuement réunies, il a interrogé avec d’autant plus de curiosité et de rigueur les constituants des cultures sociales et politiques qu’il a commencé tôt à réfléchir sur les interprétations renouvelées de l’anarchisme2. Cet apport inciterait à mener un bilan des travaux sur l’anarchisme espagnol. Je n’en serais pas capable. Je vais proposer seulement quelques réflexions sur la trajectoire d’une historiographie qui n’a pas été linéaire et qui a connu, à partir des années 1980, une éclipse presque aussi importante que la forte visibilité du début3. Une nouvelle voie n’a pas remplacé ce qui avait tendu à en devenir une, la tendance des travaux des années 1960-1970, et qui peut s’expliquer en partie par les conditions de formation de la « spécialité ». Il sera question dans un second moment des thèmes délaissés et des failles méthodologiques autant que des fortes suggestions qui n’ont pas été concrétisées. Les approches de Jacques, abordées ensuite, les feront mieux percevoir.

L’entrée dans la discipline historique

  • 4 Josep Termes, Historia del anarquismo en España (1870-1980), Madrid, RBA, 2011 ; éd. catalane, Hist (...)
  • 5 « […] contra lo que afirman las interpretaciones marxistas estilo Eric Hobsbawm y Pierre Vilar este (...)

5Si les auteurs de ces nouveaux travaux semblaient désormais partie prenante des échanges entre les analyses d’histoire sociale sur les pratiques des courants ouvriers et leurs élaborations politiques – ce qui relèverait de l’histoire culturelle est alors plus vague – c’est parce qu’ils ne se situaient plus dans la continuité des préoccupations des ouvrages militants qui les avaient précédés et dont quelques empreintes demeuraient. Preuve de la reconnaissance des exigences de la discipline historiographique elles se sont progressivement atténuées. Aujourd’hui, la plupart des travaux publiés par des institutions ou des centres de recherche mis en place par des partis, des syndicats ou des collectifs de militants prennent des distances avec les confrontations idéologiques qui ont opposé les diverses sensibilités du mouvement ouvrier. Il arrive pourtant que la tentation de politiser un thème affleure. Ainsi la récente et impressionnante mise au point du regretté Josep Termes, son dernier livre, y tombe à une occasion ; une seule, semble-t-il. Elle est d’autant plus paradoxale qu’elle n’affecte pas la portée de la synthèse la plus complète qui ait été publiée sur les élaborations idéologiques et politiques libertaires et sur les initiatives et les trajectoires de leurs acteurs en Espagne. L’ouvrage rend compte, de manière scrupuleuse et compréhensive tout autant des divers constituants du courant anarchiste – organisations, initiatives, espaces d’affinité, etc. – que de la plupart des interprétations dont il a été l’objet4. Il est donc étonnant que, dans quelques allusions, il reproche à P. Vilar et à E. Hobsbawm de n’avoir vu l’anarchisme espagnol qu’à partir des schémas, par nature figés, du marxisme5.

  • 6 Historia de las agitaciones campesinas andaluzas est réédité en 1967 (Madrid, Alianza) et J. Mauric (...)
  • 7 Un des livres les plus connus est celui de Maria Isaura Pereira de Queiroz, Réforme et révolution d (...)
  • 8 Pierre Vilar, notamment dans sa participation à la synthèse de Jacques Droz (dir), Histoire général (...)
  • 9 Une longue réflexion de P. Vilar sur la formation comparée des imaginaires sociaux et politiques na (...)
  • 10 E. J. Hobsbawm, Les Primitifs…op. cit., p. 106-108 ; P. Vilar, « Le socialisme espagnol des origine (...)
  • 11 J. Maurice, « Campesinos de Jerez », Estudios de Historia Social, Madrid, 1979-III-IV, n° 10-11, p. (...)

6Si les propos du second ont été tôt remarqués, notamment par Jacques Le Goff, auteur du prologue de la traduction française des Primitifs de la révolte, c’est pour leur souci de prendre en compte des données culturelles voire anthropologiques. Dans une perspective qui se voulait comparatiste E. Hobsbawm trouvait que la logique millénariste des libertaires des campagnes andalouses, telle qu’avait cru en rendre compte, pas toujours d’une façon désintéressée mais avec un souci évident de compréhension, l’ouvrage, alors oublié, de J. Díaz del Moral, était aussi décisive que les coordonnées économiques et politiques6. L’historien anglais avait été un des premiers à marquer un intérêt, qui allait devenir fréquent dans les années 1960-1970, pour les ruptures mises en œuvre par les mouvements sociaux de type « messianique »7. P. Vilar, de son côté, avait signalé que divers secteurs populaires espagnols contemporains semblaient avoir gardé la mémoire de formes anciennes de la révolte sociale. C’était une invitation à interroger non seulement les « bases sociales » et les influences idéologiques les plus apparentes mais aussi ce qui constitue, le concept n’était pas encore usuel, des cultures politiques. Comme E. Hobsbawm, il avait trouvé dans le Marx historien8 une incitation à prendre en compte les mouvements des sociétés et leurs imaginaires sociopolitiques9. Mais en attribuant un caractère archaïque aux formes de pensée et d’action de l’anarchisme espagnol, dans sa variante rurale en ce qui concerne E. Hobsbawm, ou en signalant, chez P. Vilar, que l’adhésion populaire recueillie avait débouché sur une impasse10, l’un et l’autre semblaient faire du modèle politique issu du léninisme le seul horizon de modernité pour les courants d’émancipation sociale. C’était une autre forme d’a priori. A cet égard, lorsqu’il a analysé la composante andalouse et agraire de l’anarchisme, Jacques Maurice a montré que les militants avaient adapté les objectifs des grèves à une relative modernisation des relations de travail11. Malgré leur souci d’élargir les analyses habituelles du mouvement ouvrier, la hiérarchisation des projets de transformation sociale affirmée par P. Vilar et E. Hobsbawm a finalement moins convaincu de l’infériorité des postures des libertaires qu’elle n’a contribué à ce que l’historiographie de l’anarchisme peine à mettre en discussion les diverses interprétations qu’il avait suscitées.

À propos d’une approche dominante de l’anarchisme

7La voie empruntée par la majorité des jeunes spécialistes d’histoire sociale et du mouvement ouvrier espagnol n’a donc pas vraiment incité à considérer de manière problématique les relations entre contextes socioéconomiques et constructions politiques. Ils regardaient pourtant avec beaucoup d’intérêt les interprétations critiques que les débats méthodologiques internationaux diffusaient sur ce thème. Il est possible que la conjoncture politique ait pesé sur eux plus que sur l’ensemble de la recherche concernant l’histoire contemporaine de l’Espagne. L’essor de la mobilisation antifranquiste a pu être un stimulant pour privilégier l’histoire des organisations ouvrières puisqu’elle avait été affectée, plus que d’autres thèmes, par le silence qu’avait imposé le régime et, donc, perçue comme un des espaces de liberté en formation. Elle en avait tiré une incontestable visibilité dans l’institution universitaire et sur les rayons des librairies – la grande initiative de M. Tuñón de Lara, les colloques de Pau, y avait fortement contribué.

8La redécouverte d’une trajectoire sociale et politique donnait ainsi lieu à un modèle d’exposé qui suggérait sa reproduction. Les jeunes historiens espagnols et quelques hispanistes étrangers, les premiers de loin les plus nombreux, étaient donc relativement incités à traiter de chacun des grands courants de la révolution sociale en reconstruisant la vie interne des organisations et des groupes, les formes de la propagande ainsi que les initiatives qui avaient conduit à une présence politique visible. La documentation la plus accessible – débats des congrès, journaux et bulletins de parti ou de syndicat, programmes, polémiques, rapports aux thèmes idéologiques venus de l’extérieur – poussait d’ailleurs dans ce sens et il arrivait que les auteurs retrouvent les faits et les articulations retenus par les travaux militants qui étaient republiés à partir de la fin des années 1960. Sources d’information et textes alternatifs, leur vision essentiellement morale des relations sociales et politiques n’était pas forcément reçue de manière critique. Les analyses tendaient ainsi à laisser de côté les rapports des projets libertaires avec l’ensemble des formes et des représentations des mouvements sociaux et politiques au milieu desquelles ils avaient émergé en Espagne de même qu’avec les significations des représentations sociales et culturelles des classes dominées et leur éventuel impact dans les pratiques et les discours des organisation ouvrières. Des historiens anglais, E. P. Thompson en particulier, avaient pourtant analysé les élaborations politiques et culturelles des classes subalternes sans s’en tenir à leur expression proprement politique et dans l’historiographie française la réticence était forte à l’égard d’analyses qui faisaient peu de cas des relations entre un courant politique radical et l’ensemble du mouvement social.

9Le schéma interprétatif assez simple dont il est question avait été diffusé dans une atmosphère relativement acritique. Elle est tout à fait visible dans la composition des études sur des objets localisés dans le temps et dans l’espace : les données sur l’industrialisation et la condition ouvrière dans la zone géographique concernée y précèdent la reconstitution des initiatives d’organisation et de leurs discours – elles sont souvent implicites dans les études centrées sur la vie de celle-ci et sur ses débats. C’est la dureté du vécu des prolétaires qui apparaît comme la cause principale des orientations alors que les perceptions du travail ne sont évoquées que de manière générale. Elles sont pourtant très différenciées dans une réalité sociale composée d’ouvriers des métiers, de salariés de l’industrie, de braceros, etc. La principale préoccupation est d’annoncer l’entrée des organisations ouvrières dans une voie alternative qui a préparé les grands changements politiques ultérieurs. Les informations sur l’action et sur les programmes, l’augmentation des effectifs des organisations, une presse propre, sont autant de preuves d’un progrès, dont les difficultés sont surtout attribuées à des crises internes. Les formes spécifiques que les courants et organisations ouvriers ont prises en Espagne sont finalement peu interrogées – les diverses options ne sont distingués qu’à partir de caractérisations globales. Qu’elles se trouvent dans le champ des affrontements idéologiques ou dans le champ syndical, les cultures politiques n’ont pas une grande part dans des analyses qui ont surtout recours au discours public des organisations ouvrières.

  • 12 P. Vilar souligne l’omniprésence précoce de ce thème qui « acquiert … une fréquence obsédante » dès (...)

10Le contexte économique et social d’une aire géographique donnée, tel qu’il était décrit dans le plupart de ces ouvrages et tel qu’il y précédait l’histoire interne des organisations, n’avait qu’un lien assez formel avec celle-ci puisqu’il signifiait d’abord que les processus d’accumulation avaient provoqué de grandes inégalités sociales. Souvent reconstitués de manière fragmentaire les états de salaires et les cadres de vie – prix des produits de première nécessité et conditions de logement pour l’essentiel – voulaient dire que c’est la misère ouvrière et la rébellion sociale qui avaient conduit vers un projet d’émancipation antipolitique. Le constat de l’injustice sociale, avec ses formes agressives de domination économique et politique, notamment celles de l’État, donnait ainsi lieu à des considérations de type moral – la reconstitution de la « vaste géographie de la faim » selon les mots d’un des plus connus de ces ouvrages. Ce ressort était bien plus mentionné que les transformations du travail, les changements des statuts des salariés ou les représentations diversifiées, voire contradictoires, du rapport au politique qui avait affecté l’Espagne, selon une chronologie particulière, depuis le deuxième tiers du xixe siècle. Le bilan que le consensus antifranquiste faisait de la situation espagnole a sans doute favorisé ce type d’approche de l’histoire des courants révolutionnaires. Mais le discours antipolitique du courant libertaire n’avait-il été alimenté que par l’indignation des collectifs ouvriers en formation ? Quel rôle avaient joué dans les opinions populaires les expressions plus anciennes de la défiance antiétatique et les projets de solidarité ou de coopération ? Pour reconstituer les « prises de conscience », ou les volontés de rupture, et situer ses références idéologiques la majorité des travaux faisait plus grand cas des influences extérieures, celles des projets et des personnalités connus (de Bakounine à Jean Grave), que des perceptions sociales et culturelles issues des rapports conflictuels des salariés urbains ou ruraux avec leurs interlocuteurs patronaux et avec l’État. Elles ont rendu pourtant plus crédible les modèles anarchistes à partir de la rencontre, la première, avec la thématique bakouniniste. Leurs formes de solidarité et les discours qui les mettaient en forme se sont combinés aux grands thèmes libertaires, en particulier celui de la capacité fondamentale de l’association, et donc de l’organisation, à constituer une voie décisive vers l’émancipation sociale12. Ce rapport qui touchait aux constituants de l’élaboration anarchiste et en particulier à la dualité de sa présence, la politique et la sociale – celle-ci d’ordre syndical pour l’essentiel –, n’était en rien secondaire.

D’autres questions

11Le courant libertaire venait cependant de susciter d’autres questions qui tranchaient avec les thèmes dominants des années 1960 et 1970. Parmi elles celles de P. Vilar et de E. Hobsbawm proposaient de fait un élargissement de l’analyse de l’anarchisme espagnol. Une éventuelle défiance d’ordre politique – mais jusqu’à quel point ? – ne peut expliquer à elle seule la rareté des commentaires à leur égard et notamment à propos des voies mentionnées par P. Vilar alors que son volume de la collection « Que sais-je ? » intitulé Histoire de l’Espagne avait été reçu comme une grande synthèse de l’essentiel des transformations et des mouvements de la société espagnole. La différence est étonnante entre l’écho limité de ses analyses sur le courant anarchiste – celles des chapitres qu’il écrit dans l’Histoire générale du socialisme amplifient les observations de Histoire de l’Espagne – et celui, considérable, de son interprétation du nationalisme catalan à partir de la longue et puissante préface de La Catalogne dans l'Espagne moderne : recherches sur les fondements économiques des structures nationales (Paris, sevpen, 1962). Si les travaux des années 1960-1970 sur l’histoire de l’anarchisme espagnol – faut-il redire que des élaborations significatives sur les représentations politiques libertaires ne peuvent y être ramenées ? – ont eu tendance à se sentir peu concernés par les hypothèses élaborées par E. Hobsbawm et P. Vilar, c’est que leur vision relativement univoque des rapports entre les contextes économiques et sociaux et les élaborations politiques a été pour beaucoup d’entre eux un modèle implicite.

  • 13 E. J. Hobsbawm Les Primitifs de la révolte…op. cit., p. 92.

12Le rapport de l’historien français avec l’histoire de l’Espagne était, bien sûr, plus étroit que celui de Hobsbawm qui s’interrogeait globalement sur les processus, des sociaux aux culturels, qui s’étaient déroulés dans les aires méditerranéennes, mais l’un comme l’autre soulignaient le caractère problématique du passage de l’ancien régime à la société capitaliste. Les hypothèses de Hobsbawm concernaient davantage les causes possibles de révoltes en partie millénaristes que les modalités d’implantation de l’anarchisme politique. L’accent mis sur la désindustrialisation d’un territoire qui a poussé l’agriculture vers l’exportation et ses hommes vers l’émigration ou encore sur la brutalité du passage à l’État moderne est significatif lorsqu’on connaît la continuité des mouvements sociaux et des motines antiétatiques dans l’Espagne du xixe siècle13. Pourtant cette observation n’a pas incité à mener une comparaison des occurrences de rébellion en fonction des territoires qui, en analysant le phénomène dans l’Espagne du Nord, aurait pu nuancer son attribution à l’Espagne du Sud.

  • 14 P. Vilar, « Le socialisme espagnol… », op. cit., p. 282
  • 15 Ibidem, p. 280-282.
  • 16 Ibidem, p. 282.
  • 17 Ibidem, p. 285.
  • 18 « Ces entrecroisements de luttes de classes déphasées créeront des personnels et des clans, structu (...)

13L’analyse de P. Vilar retenait à la fois les représentations des catégories populaires lorsqu’elles se mobilisaient, « le conflit social dans sa forme élémentaire », et les élaborations intellectuelles apparues pendant les conjonctures critiques du Siècle d’Or14. Il a particulièrement insisté sur la continuité des modalités d’agitation sociale dans l’État espagnol, « très vieille et très grande histoire », où apparaissent la « bonne conscience des révoltés » et la justification de l’insurrection15 – on ne peut pas ne pas penser aux collectifs paysans confrontés à l’appropriation des « communs » par les propriétaires à la suite du processus de desamortización. La « présence précoce de thèmes moraux » en même temps que celle de « schémas théoriques » lorsque les contemporains avaient voulu rendre compte des formes de crise économique et sociale du Siècle d’or donnait à voir, par ailleurs, des « germes socialisants chez les théoriciens espagnols – innombrables – des rapports entre société, politique et morale (autrefois théologie) »16. Que J. Costa et Díaz del Moral aient été des « découvreurs enthousiastes des plus vieux antécédents du socialisme » pour les intégrer à ce qui serait « une idée espagnole de la Révolution » était donc à prendre en considération pour suivre une trajectoire qui pourrait ne pas être seulement redevable qu’aux systèmes idéologiques de « Fourier, de Bakounine ou de Fanelli »17. Il s’agissait bien d’un appel à regarder du côté de l’évolution des cultures politiques dans leur double référence, celle du vécu des secteurs populaire et celle du rapport entre l’idéal démocratique et l’aspiration à la libération sociale18.

14Pour P. Vilar les rapports entre statut économique et initiatives politiques dans la rupture introduite par le courant libertaire étaient donc loin d’être directs. On ne fait pas ici état de son propos parce qu’il aurait établi des catégories incontournables mais parce que l’absence de débat à leur égard constitue tout un symptôme des choix méthodologiques de la majorité de l’historiographie. Des éléments pour mener une analyse plus articulée y étaient pourtant bien présents, en particulier des données locales sur les relations sociales, sur les conflits, sur le moment chronologique où émergeaient des projets et les organisations ouvrières qui les portaient. Elles auraient pu suggérer d’accorder plus d’attention aux modalités de rupture, sociale et politique, et de leurs discours, et aux caractères contradictoires du contexte.

  • 19 « […] seuls les artisans et les contrebandiers marchent avec ce port de tête qui est la marque indé (...)
  • 20 Sur les marges des rapports politiques et culturels, cf. Pere Gabriel, « El folletín militante en e (...)
  • 21 La plus récente et la plus nette est sans doute celle d’Antonio Elorza, Anarquismo y utopía. La rev (...)
  • 22 J. Maurice, El anarquismo andaluz, una vez más…, op. cit., p. 13-21. Sur la complexité des luttes a (...)

15Énumérer les recherches que suggèrent les deux historiens serait superficiel. Certaines approches de Hobsbawm, d’ordre anthropologique, pouvaient entraîner vers des thèmes dont l’hispanisme s’est méfié parce qu’ils pouvaient attribuer l’anarchisme au caractère national19. L’appel de P. Vilar à cerner les modalités des « interpénétrations » entre anarchisme andalou et anarchosyndicalisme catalan mettait, quant à lui, le doigt sur le manque d’études comparatives. Ce sont surtout les rapports entre anarchisme et républicanisme qui ont donné lieu à des analyses plus circonstanciées. Ils ont existé même hors de l’espace catalan (Valence, Séville, Madrid) qui a produit les cas les plus spectaculaires : Corominas, Ferrer ou Seguí20. Le passage du fédéralisme au bakouninisme des secteurs ouvriers de la capitale a été l’objet d’une mise au point précoce21. Dans son analyse des positions républicaines d'Antonio Díaz del Moral, J. Maurice a évoqué ces rapports significatifs à propos de la complexité des luttes sociales et politiques autour de la terre22.

16La dimension politique de la présence libertaire a été élargie par la diversification de ses initiatives. Aux sociales, plus nombreuses – celles de la solidarité de secours mutuel – dont le lien avec la défense syndicale était ancien mais intermittent se sont ajoutées, surtout à partir du tournant du siècle, celles d’éducation, de culture voire de loisirs populaires. Leurs formes sont connues : écoles laïques et cercles éducatifs avec bibliothèques, chorales, théâtres ou simples lieux de rencontres pour converser. Les aspects moins syndicaux de la présence libertaire ont été davantage soulignés parce qu’ils auraient pu signifier une ambition de rupture totale. Autour de certains se sont établis parfois des liens avec des intellectuels qui seraient à prendre en compte dans un bilan de la culture des Espagnols pendant la Restauration et bien sûr dans celui de la culture libertaire. Ils pourraient suggérer une tendance à adopter une logique plus politique lorsque l’anarchisme a gagné en visibilité.

  • 23 P. Vilar, « Le socialisme en Espagne (1917-1945)… », op. cit., p. 430-435 ; A. Elorza (ed), Artícul (...)

17Ce serait oublier qu’il a constamment exalté l’appartenance ouvrière. Il y a vu la plus forte garantie de l’émancipation du prolétariat précisément parce que son caractère « social » était la seule alternative aux projets qui n’échappaient pas au contenu bourgeois de la « politique ». Beaucoup plus que d’une forte attention à l’égard de l’activité syndicale, l’action de défense des collectifs ouvriers, il s’agissait d’une subordination de fait à ses objectifs, et même si la marge de manœuvre de l’imaginaire libertaire s’en trouvait réduite. Le refus du politique a été ainsi imprégné d’un ouvriérisme qui s’est traduit par de la défiance à l’égard des personnalités, même sympathisantes, venues du champ intellectuel, et qui a limité les apports idéologiques de l’anarchisme espagnol. J. Termes aussi bien que P. Vilar et A. Elorza l’ont signalé. C’est la raison de leur intérêt pour Salvador Seguí dont le considérable pouvoir de conviction sur les ouvriers catalans n’a pas empêché des contacts avec des personnalités que la sensibilité anarchiste considérait habituellement comme bourgeoises23.

  • 24 A titre d’exemple : « la Internacional ofrece bien exactamente el tipo de la sociedad del porvenir (...)
  • 25 A. Lorenzo, El proletariado militante, introduction et notes de José Álvarez Junco, Madrid, Alianza (...)
  • 26 Il est repris par l’ugt à partir de son congrès fondateur de 1888. Pendant assez longtemps il sert (...)
  • 27 P. Vilar, « Le socialisme espagnol des origines à… », op. cit., p. 291.

18Le concept de contre-société auquel l’extension de la présence anarchiste dans la société espagnole suggère d’avoir recours pourrait cependant signifier que l’investissement syndical des libertaires tendrait à se nuancer par l’occupation d’espaces sociaux qui n’était pas seulement ceux du travail. Mais n’était-il pas déjà présent dans la forme d’organisation mise en place par la première fédération nationale, la fre, qui voulait être à la fois un moyen et un but puisque son fonctionnement installait la société future dans le présent24 ? C’est pour préserver ce double aspect de l’organisation que les directions de la fédération ont maintenu avec rigueur, de 1870 à la fin de l’année 1873, le modèle de grève avec caisse de résistance, gérée de fait de manière centrale, qu’avait adopté le congrès de Barcelone en juillet 1870. C’était d’autant moins la brève et accidentelle erreur d’un congrès influencé par des étudiants radicaux – selon le récit de Lorenzo dans El proletariado militante25 – que la ftre, deuxième version d’une fédération nationale fondée en 1881, a repris ce modèle qui, bien que pratiquement disparu par son incapacité à apporter des aides réelles, a formellement résisté quelques années26. La perspective d’un espace strictement ouvrier a nourri le discours d’exaltation de l’organisation dans la droite ligne de celle de l’association dont P. Vilar a souligné l’ancienneté et la densité27.

  • 28 Ainsi A. Lorenzo, lors du congrès de Barcelone de 1870 : « La huelga general es indudablemente el a (...)

19De fait, c’est la nature même du rapport des collectifs ouvriers de défense avec la société, les obligations que le travail salarié leur impose pour subsister, qui oblige la « défense économique », ou l’instance syndicale, à fournir la preuve du caractère social, soit antipolitique ou antibourgeois, du projet. Même si le courant libertaire parvient à la faire attendre d’une action révolutionnaire de grand impact comme la grève générale celle-ci reste exposée aux aléas de la vie syndicale. Bien qu’évoquée de fait dès les débuts de la fre elle tarde à devenir la perspective décisive28. En établissant avec précision et imagination les rapports de la défense économique avec les modifications des conjonctures économiques, sociales et, aussi, politiques, Jacques Maurice a montré le poids incontournable de cette insertion dans le social sur les élaborations anarchistes et donc la nécessité d’en écrire l’histoire. Le cas de Jerez est, de ce point de vue, exemplaire. Il n’est pas insignifiant que les deux livres les plus ambitieux parmi ceux qui sont parus récemment sur l’histoire de l’anarchisme espagnol, celui de J. Termes et celui d'A. Elorza, montrent avec force la longue difficulté de combiner présence syndicale et projets d’émancipation.

Complexités

20Il y a donc dans les contributions de J. Maurice beaucoup plus qu’une information exceptionnellement riche sur les conditions économiques, sociales et politiques des aires rurales andalouses et sur les noyaux anarchistes qui s’y sont implantés à partir des luttes qu’ils ont orienté. D’abord parce qu’il a abordé d’autres territoires et d’autres aspects significatifs de la présence libertaire en Espagne. Ils sont très divers : les collectivisations du camp républicain pendant la guerre civile, le rapport aux sources idéologiques, les trajectoires politiques, et aussi humaines, de militants remarquables, les constructions symboliques ou les productions culturelles. Il n’a pas voulu, en effet, d’éluder la diversité des initiatives et des manifestations par lesquelles le courant anarchiste s’est donné à voir. La constance avec laquelle il a essayé de rendre compte du lien entre la capacité de « défense économique » des collectifs ouvriers –  selon le terme initial du courant antiautoritaire – et le projet de société qui oppose l’anarchisme aux autres occurrences politiques n’en est que plus significative. Le maintien de son influence apparaît ainsi globalement liée à la conservation d’une position préférentielle dans le champ syndical car c’est elle qui fournit la première preuve de l’appartenance ouvrière. C’est encore plus vrai dans le cadre rural où les objectifs d’ordre revendicatif sont moins définis par le montant des salaires et la durée de la journée de travail que dans les espaces urbains où la plupart des demandes ouvrières s’y ramènent – les refus de l’intensification du rythme de travail et d’éléments non monétaires dans la rémunération vont dans le sens de cette unification – alors que les changements de productions agricoles, parfois impulsés par d’autres types de propriétaires, affectent de manière plus inattendue les situations de travail des salariés et, aussi, les relations entre leurs diverses catégories.

  • 29 Noël Salomon est l’organisateur de ce colloque ; J. Maurice, « Le thème des « nuevos ricos » en And (...)
  • 30 J. Maurice, « Campesinos de Jerez… » op. cit., p. 81-82.

21Les militants anarchistes y ont répondu jusqu’à la seconde République même si cela a été difficile. D’un côté, les productions spéculatives, huile et vin, semblaient occuper davantage de place – l’activité des bodegas ou des expéditeurs de la ville augmentent. Cet essor, qui introduit la dénomination nuevos ricos suggère l’émergence d’une « bourgeoisie agraire ». Dès 1971 Jacques intervient sur ce thème et sur les perceptions qu’il suscite29. Apportent-ils dans le sud agraire une nouvelle version de l’entreprenariat, éventuellement moins paternaliste, ce qui modifierait les attitudes des paysans précaires ? Ceux de Jerez y trouvent une certaine possibilité d’étendre au long de l’année la période d’activité et de développer des revendications de salaires, la rémunération de l’activité intermittente d’hiver, qui peuvent rapprocher d’une condition ouvrière. Les succès ne sont pas négligeables. Il n’en demeure pas moins que les grands latifundios céréaliers dominent l’économie de plusieurs provinces. Ils sont entrés dans un processus de mécanisation contesté par les salariés alors que dans les conflits d’été persistent les confrontations aiguës entre segadores locaux et forasteros, recrutés pour casser la rémunération des premiers, qui affectent les modèles de la solidarité ouvrière. Il va s’y ajouter d’autres tensions dues à la concurrence syndicale – l’ugt est présente dans ces espaces ruraux à partir de la deuxième décennie du nouveau siècle et les lois dites de términos rurales votées à l’initiative de Largo Caballero, ministre du travail du bienio azañista, accentuent les difficultés des syndicalistes anarchistes à montrer que leurs attitudes sont les plus ouvrières30. Dans les mois de gouvernement de Front populaire, de mars à juillet 1936 et alors que la réforme agraire semble plus proche, les thèmes de l’exploitation sont compliqués par la tension entre collectivisation et division des grandes propriétés puisque le courant républicain, plus actif et plus implanté qu’on ne le dit souvent – A. Díaz del Moral en était –, appuie la deuxième option rejetée par principe par les composantes révolutionnaires. Ce ne sont que quelques-uns des grands traits des relations entre le courant libertaire et les paysans telles que Jacques Maurice les a reconstituées. Il était en tout cas loin d’une simple mise en regard d’un contexte général et d’une adhésion aux propositions et aux discours de révolution sociale du courant libertaire. Les failles de la résistance locale à l’offensive déclenchée par le soulèvement du 18 juillet 1936 pourraient en être éclairées.

  • 31 Une mise au point dans J. Maurice, El anarquismo andaluz . Campesinos…, op. cit., p. 317-347.
  • 32 Repris dans plusieurs articles de El anarquismo andaluz, una vez más. Casas Viejas avait fait l’obj (...)

22Dans tous les territoires espagnols où ils sont présents les anarchistes sont aux prises avec cette nécessaire dimension syndicale dont la « gestion des grèves » constitue l’essentiel. Elles affectent fortement le vécu et les mises en forme du projet de libération sociale et il n’est pas sans conséquence que leurs modalités changent jusqu’à échapper à leurs normes initiales et strictes qui semblaient incontournables. Ainsi le refus que des autorités ou des personnalités politiques interviennent dans la négociation doit s’adapter aux nouvelles conditions lorsque leur nombre crée une conjoncture politique qui empêche de ne recourir qu’à la répression31. Celle-ci a été aussi largement abordée, et non pas que comme une réalité générale. Plusieurs travaux de Jacques Maurice étudient précisément les épisodes de répression les plus significatifs (Mano Negra, Jerez 1892, Casas Viejas32) dans des circonstances aussi différentes que celles de la Restauration ou de la Seconde République.

23L’attention de Jacques aux évolutions des conjonctures, des formes du travail, des exemples venus d’ailleurs, et des moments décisifs de la politique nationale n’a pas été seulement constante. Il a aussi voulu regarder de près des thèmes vite admis et demeurés longtemps à l’abri de regards critiques. Un certain nombre n’ont pas résisté à une analyse soucieuse de dépasser sans aucun a priori les images figées – Jacques s’est aussi longuement interrogé sur les processus qui les avait construites. Pour convaincre de la violence des collectifs libertaires on leur a imputé, par exemple, des vagues d’incendies de récoltes ou de biens – il a été de tradition d’évoquer le feu, el petróleo, à propos de la révolution libertaire. L’analyse articulée des faits face à ce moyen de dramatisation montre qu’à partir du sexenio il a pratiquement disparu alors que les pratiques syndicales plus habituelles, et notamment la grève, finissent par l’emporter largement à partir des grands mouvements du début du xxe siècle.

  • 33 J. Maurice, « Problemática de las colectividades agrarias en la guerra civil », Agricultura y Socie (...)
  • 34 J. Maurice, « Problemática de las colectividades… » op. cit., p. 76.
  • 35 Ibidem, p. 78-80.

24Deux autres thèmes sur lesquels Jacques Maurice a voulu ouvrir un débat ont été cités au début de cette intervention. Une réflexion sur les collectivisations agraires – celles de l’Aragon ont été les plus chargées de signification libertaire – et une analyse de la mise en place de l’interprétation antiautoritaire de la Première internationale ont été publiées presqu’en même temps33. La première souligne la variété des initiatives dont certaines se sont appuyées sur les pratiques communautaires de petits propriétaires. Jacques a examiné de près les interprétations qui ont repéré dans les colectividades le « poder omnímodo de las cooperativas de venta y de sus comités directivos »34. Il a souligné que les relations concrètes entre les intervenants n’ont pas fait abstraction de ce qu’était devenu le marché dans les circonstances de la guerre – un certain nombre de collectivités se trouvaient dans des zones dont les produits étaient destinés à l’alimentation des villes proches ou à l’exportation. Seule une connaissance précise de la diversité des réalités et des motivations – et à partir de l’évaluation dans les initiatives de la part des situations d’urgences, de celle des formes de propriétés et de celle des projets – permettrait d’ouvrir un débat35.

  • 36 J. Maurice, « Majorité, minorités au congrès ouvrier de Barcelone (juin 1870) », dans Claude Dumas (...)
  • 37 Pablo Iglesias, « Apuntes falsos », El Obrero, Barcelone, 11-IV, 16-V, 18-VII, 25-VII, 29-VIII, 12- (...)
  • 38 Anselmo Lorenzo, El proletariado…, op. cit., p. 105-109.

25La vieille question des premiers rapports avec l’Association Internationale des Travailleurs a donné lieu à deux publications. Après celle que l’on vient mentionner, il y en a eu une seconde dix ans plus tard et, signe que Jacques Maurice la considérait toujours comme ouverte, elle a été republiée, en 2007, dans El anarquismo andaluz, una vez más36. Les témoignages – parcellaires ou intéressés – des anarchistes et des futurs socialistes sur le premier congrès ouvrier étaient convergents, les uns et les autres tenant à apparaître comme les meilleurs continuateurs de ce grand acte fondateur37. Le texte de 1979 remet en cause l’idée de l’accidentalité des écarts de la traduction en espagnol des statuts de la Première Internationale. Le second veut souligner que le congrès ouvrier de Barcelone de 1870, (« el primer congreso obrero »), a été préparé avec un sens aigu du fonctionnement d’une assemblée par le groupe d’orientation bakouniniste qui a su gagner la majorité. L’analyse à mener était ingrate car elle s’en prenait à une certitude partagée et elle cherchait dans ce qui était parfois apparemment ponctuel une démarche révélatrice du type de relations que des intellectuels libertaires voulaient imposer aux organisations de défense ouvrière de Barcelone. On comprend pourquoi Anselmo Lorenzo a mis en cause au début du xxe siècle, les gens instruits des « clases medias » pour avoir imposé, selon lui, de faire dépendre, d’une manière trop idéale, l’entrée dans les grèves de la décision d’un conseil qui examinerait la possibilité de l’aider38. Au lieu de les freiner cela les avait encouragées alors que la Fédération Régionale Espagnole de l’ait (fre) n’avait pas les moyens de les soutenir. Attribuer, comme Lorenzo, ce qui avait été admis par toutes les directions de la fédération à un groupe d’étudiants de Barcelone extérieurs aux sociedades obreras (parmi eux il y avait Farga Pellicer) occultait le poids de celles-ci dans le type de rapport à l’action qui s’était dégagé du congrès. Elles allaient aider à le transmettre à la Fédération suivante, la Fédération des Travailleurs de la Région Espagnole (ftre), constituée en 1881 et cela avait consolidé l’attitude d’exaltation de l’appartenance ouvrière.

26Tout au long de ses travaux sur l’anarchisme espagnol Jacques Maurice a commenté les données et les interprétations du livre irremplaçable de Díaz del Moral. A pris forme ainsi comme un long débat avec ce républicain qu’il n’avait, évidemment, pas pu rencontrer mais qu’il connaissait mieux que personne. Après lui avoir consacré en 1969 un article dans le Bulletin Hispanique, il a ouvert ses deux contributions majeures (El anarquismo andaluz de 1990 et El anarquismo andaluz, una vez más de 2007), en évoquant le notaire de Bujalance dont le livre l’a toujours incité à en utiliser les données et à en vérifier les sens. Il a constamment été stimulé par le regard curieux et compréhensif qu’il porté sur les paysans des campagnes de Cordoue. Il l’a aussi passionnément intéressé que ses préjugés politiques.

27Le contexte dans lequel Jacques Maurice a mené sa recherche n’a été facile qu’en apparences. Il a sans doute bénéficié de la visibilité que les années 1970 et les initiatives de Tuñón de Lara ont donné à l’histoire sociale de l’Espagne. Mais elle a été affectée par la forte diminution des travaux après la coupure du début des années 1980 et par la diffusion de beaucoup d’approches qui ne correspondaient pas à son souci de rendre compte du courant libertaire à partir de ce qu’il considérait comme ses déterminations fondamentales – celles que l’on vient de trop vite résumer. Cela ne l’a pas empêché de maintenir ni ses objectifs ni sa rigueur tout au long d’un rapport compréhensif et exigeant avec l’histoire de l’anarchisme en Espagne. L’intérêt pour les personnalités, dont les trajectoires parfois surprenantes étaient un défi, parmi elles celle de Salvochea, ne l’a pas détourné de l’analyse des élaborations où intervenaient l’économique, le social, le politique ou le culturel. Ils en devenaient au bout du compte plus humains. La « complexité » de la tâche l’a plus encouragé que rebuté.

Haut de page

Notes

1 C’était le sujet de la thèse d’État soutenue en 1985 à l’Université de Besançon et dont une version abrégée a été publiée en 1990 sous le titre, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas, 1868-1936, Barcelone, Crítica, 1990. Jacques Maurice a publié en 2007 une autre contribution ambitieuse sur le thème, El anarquismo andaluz, una vez más (Grenade, Université), où sont réunis treize de ses articles antérieurement édités.

2 Il publie, dès sa sortie en France, un compte rendu du livre d’Eric. J. Hobsbawm, Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1966 (Bulletin Hispanique, Bordeaux, lxix, n°1-2, p. 513-515.

3 Il y a plus qu’une coïncidence entre un ralentissement des travaux sur l’histoire du mouvement ouvrier espagnol et la publication, en 1982, de l’article connu de Manuel Pérez Ledesma et José Alvarez Junco, « Historia del movimiento obrero ¿ una segunda ruptura ? », Revista de Occidente, Madrid, 1982, n° 12, p. 19-42.

4 Josep Termes, Historia del anarquismo en España (1870-1980), Madrid, RBA, 2011 ; éd. catalane, Historia del moviment anarquista a Espanya (1870-1980), Barcelone, L’Avenç, 2011.

5 « […] contra lo que afirman las interpretaciones marxistas estilo Eric Hobsbawm y Pierre Vilar este movimiento obrero es fundamentalmente urbano e industrial », Josep Termes, Historia del anarquismoop. cit., p. 14. Il est douteux qu’un de leurs ouvrages ait introduit une définition aussi catégorique et aussi économico-sociale. En tout cas, J. Termes est très proche d’une position a priori puisque, selon lui, le marxisme ne sortirait pas d’une occurrence unique : « se muestra siempre monolítico, uniforme y repetitivo tanto cuando analiza los hechos y las realidades económicas, sociales y políticas como cuando interpreta el ámbito cultural, literario o artístico", écrit-il dans son Historia del anarquismo…op. cit., p. 176. Le livre ne s’étend pas sur l’attribution par Hobsbawm de « aspectos milenaristas » à l’anarchisme rural en Andalousie (p. 101-102). Il n’a pas relevé que J. Maurice a remarqué avec humour que les « activistas andaluces » du « Trienio bolchevique » n’ont pas eu le « cerveau de Lénine » (El anarquismo andaluz, una vez más…op. cit., p. 38).

6 Historia de las agitaciones campesinas andaluzas est réédité en 1967 (Madrid, Alianza) et J. Maurice en fait l’objet d’un article du Bulletin Hispanique, Bordeaux, 1969, vol. 71-1-2, p. 318-334).

7 Un des livres les plus connus est celui de Maria Isaura Pereira de Queiroz, Réforme et révolution dans les sociétés traditionnelles. Histoire et ethnologie des mouvements messianiques. Il est significatif que le premier à l’éditer ait été les éditons Anthropos (Paris, 1968).

8 Pierre Vilar, notamment dans sa participation à la synthèse de Jacques Droz (dir), Histoire générale du socialisme, Paris, PUF (« Le socialisme espagnol des origines à 1917 », vol 2, 1974, chap. VI, p. 279-320, et « Le socialisme en Espagne », vol. 3, 1979, chap. IX, p. 421-464) est souvent revenu sur les articles que Marx a publiés sur l’Espagne dans les journaux nord-américains. Il a sans doute contribué à la survie de la formule qui voulait souligner la division en deux de l’Espagne lors des Cortes de Cadix : « En la isla de León, ideas sin acción ; en el resto de España, acción sin ideas » (d’après la traduction de M. Sacristán dans Karl Marx, et Friedrich Engels, Revolución en España, ed. Ariel, Barcelone, 1960, p. 115).

9 Une longue réflexion de P. Vilar sur la formation comparée des imaginaires sociaux et politiques nationaux dans « Estado, nación, patria en España y en Francia, 1870-1874 », Estudios de Historia Social, Madrid, 1984-I-II, n° 28-29, p. 7-41. Elle revient bien sûr dans le livre d’entretiens avec Rosa Congost publiés sous le titre Pensar historicament: reflexions i records, Valence, Climent, 1995.

10 E. J. Hobsbawm, Les Primitifs…op. cit., p. 106-108 ; P. Vilar, « Le socialisme espagnol des origines à… », op. cit., p. 317-319.

11 J. Maurice, « Campesinos de Jerez », Estudios de Historia Social, Madrid, 1979-III-IV, n° 10-11, p. 84-87.

12 P. Vilar souligne l’omniprésence précoce de ce thème qui « acquiert … une fréquence obsédante » dès les années 1840 (« Le socialisme espagnol des origines à… », op. cit., p. 291).

13 E. J. Hobsbawm Les Primitifs de la révolte…op. cit., p. 92.

14 P. Vilar, « Le socialisme espagnol… », op. cit., p. 282

15 Ibidem, p. 280-282.

16 Ibidem, p. 282.

17 Ibidem, p. 285.

18 « Ces entrecroisements de luttes de classes déphasées créeront des personnels et des clans, structureront des mentalités capables de longues survies » (Ibidem, p. 286).

19 « […] seuls les artisans et les contrebandiers marchent avec ce port de tête qui est la marque indéfinissable de l’amour propre et du respect de soi-même », E. Hobsbawm, Les Primitifs de la révolte…, op. cit., p. 93.

20 Sur les marges des rapports politiques et culturels, cf. Pere Gabriel, « El folletín militante en el siglo xix y principios del xx : la imagen del dirigente » dans M. G. Besse et M. Ralle (coord.), Les grands récits : miroirs brisés, Paris, Indigo, 2010, p. 119-133 et « Iconografías y representación militante del conflicto obrero en España durante el siglo xix » dans J. Lanes Marsall, D. Marcilhacy, M. Ralle, M. Rodriguez (coord.), De los conflictos y de sus construcciones. Mundos ibéricos y latinoamericanos, Paris, Éditions Hispaniques, 2013, p. 321-344.

21 La plus récente et la plus nette est sans doute celle d’Antonio Elorza, Anarquismo y utopía. La revolución social en España (1868-1936), Madrid, Cinca, 2013, p. 25-37. Elle enrichit la contribution pionnière qu’il avait signée avec Luis Arranz, « El Boletín de las clases trabajadoras. La definición bakuninista de la clase obrera madrileña », Revista de Trabajo, Madrid, 1975-IV, p. 351-452.

22 J. Maurice, El anarquismo andaluz, una vez más…, op. cit., p. 13-21. Sur la complexité des luttes autour de la terre, cf. aussi J. Maurice, « Campesinos de Jerez…. » op. cit, p. 84-87, déjà mentionnées.

23 P. Vilar, « Le socialisme en Espagne (1917-1945)… », op. cit., p. 430-435 ; A. Elorza (ed), Artículos madrileños de Salvador Seguí, Madrid, Edicusa, 1976 et A. Elorza, Anarquismo y utopía…op. cit., p. 65-78 ; J. Termes, Historia del anarquismo… op. cit., p. 326-343.

24 A titre d’exemple : « la Internacional ofrece bien exactamente el tipo de la sociedad del porvenir y […] sus diversas instituciones, mediante las modificaciones que convengan formarán el orden social futuro », La Solidaridad, Madrid, 5 de marzo de 1870.

25 A. Lorenzo, El proletariado militante, introduction et notes de José Álvarez Junco, Madrid, Alianza, 1974, p. 105-109.

26 Il est repris par l’ugt à partir de son congrès fondateur de 1888. Pendant assez longtemps il sert surtout à dissuader d’entrer dans des conflits.

27 P. Vilar, « Le socialisme espagnol des origines à… », op. cit., p. 291.

28 Ainsi A. Lorenzo, lors du congrès de Barcelone de 1870 : « La huelga general es indudablemente el acto más grave, más importante y más trascendental que la clase obrera viene a realizar en el transcurso de la humanidad ; es el objeto de nuestros trabajos, de nuestros desvelos ». Cité dans V. M. Arbeloa (ed.), I Congreso obrero español, Madrid, ZYX, 1972, p. 179. Pour la réticence à l’égard de la grève générale cf. M. Ralle, « Entre « curso natural de la huelga » y huelga general. Un camino no tan despejado » dans J. Lanes Marsall et autres (coord.), De los conflictos…, op. cit., p. 103-118.

29 Noël Salomon est l’organisateur de ce colloque ; J. Maurice, « Le thème des « nuevos ricos » en Andalousie de la Restauration à la IIe République » dans Noël Salomon, La Question de la « bourgeoisie » dans le monde hispanique au xixe siècle, Bordeaux, Bière, 1973, p. 71-77.

30 J. Maurice, « Campesinos de Jerez… » op. cit., p. 81-82.

31 Une mise au point dans J. Maurice, El anarquismo andaluz . Campesinos…, op. cit., p. 317-347.

32 Repris dans plusieurs articles de El anarquismo andaluz, una vez más. Casas Viejas avait fait l’objet d’un article précoce avec Gérard Brey, « Casas Viejas : réformisme et anarchisme en Andalousie (1870-1933)”, Le Mouvement Social, Paris, 1973, avril-juin, p. 95-134.

33 J. Maurice, « Problemática de las colectividades agrarias en la guerra civil », Agricultura y Sociedad, Madrid, 1978, n° 7, p. 53-85 et « Sobre la penetración del marxismo en España », Estudios de historia social, Madrid, 1979, I-II, p. 65-73.

34 J. Maurice, « Problemática de las colectividades… » op. cit., p. 76.

35 Ibidem, p. 78-80.

36 J. Maurice, « Majorité, minorités au congrès ouvrier de Barcelone (juin 1870) », dans Claude Dumas et Jacqueline Covo, Minorités et marginalités en Espagne et Amérique latine au xix° siècle, Lille, Presses Universitaires, 1990, p. 82-91 ; traduction espagnole dans El anarquismo andaluz, una vez más…op. cit., p. 41-58.

37 Pablo Iglesias, « Apuntes falsos », El Obrero, Barcelone, 11-IV, 16-V, 18-VII, 25-VII, 29-VIII, 12-IX, 26-IX de l’année 1884.

38 Anselmo Lorenzo, El proletariado…, op. cit., p. 105-109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Ralle, « À propos de quelques décalages de l’historiographie de l’anarchisme espagnol », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5441 ; DOI : 10.4000/ccec.5441

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Université de Paris-iv Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org