Navigation – Plan du site
Histoire politique

Les communistes espagnols : les années difficiles (1947-1956)

Los comunistas españoles en tiempos difíciles (1947-1956)
Serge Buj

Résumés

À travers quelques documents relatifs aux années de clandestinité du pce, en particulier à travers un certain nombre de rapports rédigés à l’occasion d’assemblées de militants, de congrès ou de conférences, nous tenterons de comprendre l’image que le parti souhaitait donner de lui-même, de sa force, de son organisation, de ses progrès et de son action, avec une préoccupation essentielle : exister et se renouveler. Le Parti Communiste d'Espagne ne comptait qu’un petit nombre de militants au moment de sa fondation, et il n’est devenu un parti de masses que dans des circonstances bien particulières pendant la guerre civile. Il s’est donc formé comme parti militarisé, disposant d’une maigre expérience politique et d’une organisation sans grande histoire. Le passage à la construction d’un parti démocratique ne se fera qu’à partir de la toute fin des années soixante. Entretemps, il fut soumis à l’épreuve de la clandestinité, à une intense répression, mais l’ennemi le plus féroce était le temps, le long temps de l’usure des enthousiasmes.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du xxe siècle, en Europe et en Amérique, la crise provoquée par la révolution industrielle, les ravages de la misère prolétarienne, la sanctification du travail comme valeur suprême et l’enrichissement personnel comme récompense légitime de l'activité humaine, mais aussi l'épuisement des espaces libres conduisirent à un nouveau type de conflit, international, fondé sur la conquête et la destruction. Nous entrions dans l'ère de la guerre civile permanente, lutte de tous contre tous, qui prit sa forme la plus achevée pendant la première guerre mondiale, guerre génocidaire ainsi qu’elle fut qualifiée plus tard. La violence à l'échelle continentale avait donné naissance, non pas à un homme nouveau ni à une société plus juste, mais à une nouvelle forme de philosophie pratique, le communisme du xxe siècle.

2Ce fut le temps fort de la combinaison de la propagande, qui utilisait tous les moyens possibles de diffusion, du tract au journal, pour apporter aux masses, en l’adaptant très souvent, un autre discours, éminemment doctrinaire, conçu comme organisateur de l’action politique et reposait sur trois moments : l’analyse d’étape, les propositions de programme et d’action et l’examen des forces qui allaient les porter et les mener à bien. Il s’agissait d’un discours oral, qui avait besoin d’être entendu et approuvé, d’où les formes diverses que prirent très tôt les rituels de parti : réunions, assemblées, congrès. Les Partis communistes n'eurent, à cet égard, aucune originalité ; ils étaient eux aussi les héritiers de formes antérieures, héritées de la longue expérience de l’église dans les deux domaines de la prédication (lettres encycliques, lettres pastorales, homélies) et de la gestion du corps collectif (la structure paroissiale et le discours à usage à la fois interne et externe), héritage qui se fit au travers des expériences cumulées de la première internationale. Il était accepté, par exemple que le discours de bilan de l’action passée fut confié aux équipes sortantes, que le discours programmatique soit dévolu aux équipes qui allaient le mettre en œuvre (dans les périodes de continuité, les mêmes). Le discours sur l’organisation, en général autocritique, était confié à des hommes qui connaissaient bien le détail de cette dernière, sortes de super drh qui, assez vite, prirent une place de choix dans l’organigramme des partis, j’entends par là, les secrétaires à l’organisation.

3A travers quelques exemples, non conclusifs car il s’agit d’un travail en cours, et en prenant en écharpe quelques années de l’histoire du pce, mon souhait est de tenter de comprendre les effets induits par ces rapports sur « le Parti », l’image qu’ils souhaitaient donner de sa force et de ses faiblesses, de son organisation, de ses progrès et de ses crises, de la place faite aux nouvelles générations de militants, en d’autres termes, sur ce qui devint, pendant la longue période de clandestinité une préoccupation de premier ordre des communistes espagnols : exister et se renouveler. Le Parti Communiste d'Espagne ne comptait qu’un petit nombre de militants au moment de sa fondation, il n’est devenu un parti de masses que lorsque la guerre civile européenne toucha l’Espagne, en 1936. Il s’est donc formé comme parti militarisé, disposant d’une maigre expérience politique et d’une organisation sans grand passé. Cette brève période de la guerre a vu l’émergence au côté de la première génération de militants d’une autre, plus jeune, qui prendra toute son importance quelques années plus tard.

4Comme le temps imparti est court, j’ai choisi d’évoquer trois moments de son histoire et trois discours : celui de Dolores Ibarruri au cours du ive Congrès du pce de 1947, celui qu’elle prononça en 1954 devant le congrès suivant et le discours de Josep Roman devant le ier congrès du psuc d’octobre 1956.

1947

  • 1 “Cuando llegamos a Francia, empezaron de nuevo los líos políticos. Yo no digo que en el campo desap (...)
  • 2 Carme Cebrián, Estimat psuc, Barcelona, Empuriès, 1997, 452 p.

5Après la période noire des premières années de l'exil, l'absence d'un réseau minimal de coordination parmi les communistes espagnol dispersés dans toute l'Espagne et dans le monde entier (Mexique, Argentine, Moscou et les camps Français) a conduit à des épisodes conçus aujourd’hui comme de pures manifestations staliniennes, qu’il s’agisse de l'échec du groupe Quiñones-Monzón et son élimination, de la mise hors du parti de ceux qui revenaient des camps de concentration allemands1 et de la chasse aux titistes du début des années cinquante. En fait, il s’agissait d’une série de mesures de type militaire (gérées par la direction du parti), qui visaient à une mise en ordre d'un parti très affaibli, ayant subi de lourdes pertes, et qui ne pourrait pas développer dans le pays la tâche primordiale d'un parti politique au sens traditionnel, autrement dit exister par la propagande. Ces sacrifices, qui peuvent apparaître comme autant d’actes ignominieux ne peuvent être compris si on oublie quel rôle décisif jouait, au sein d'une organisation communiste, la propagande écrite. Installer dans le pays des moyens de duplication efficace, leur trouver des caches sûres, éditer des tracts, des journaux, tel fut le premier effort engagé pour reconstituer une structure humaine organisée autour de diffusion écrite d'idées, de propositions et d'initiatives. Ce n’est pas par hasard, si, dans le coup de filet qui démantela une bonne partie de l’organisation clandestine du psuc en Catalogne, le leader du groupe décimé, sa figure principale, qui fut fusillé, ait été Joaquín Puig Pidemunt, directeur de Treball, organe du psuc2.

6Par conséquent, entre 1945 et 1950, période d’une relative liberté de manœuvre en France, fut mis sur pied un appareil de propagande dont le principal objectif était d’exister, d’être visible régulièrement, de mettre en place de réseaux de diffuseurs et de porter un message encourageant à la lutte contre la dictature. Ce message était relayé par tous les niveaux de l’organisation, aussi petits fussent-ils comme en atteste l’exemple de ce brouillon d’affiche rédigé sur le dos d’une circulaire de la Mairie d’Agde (le papier était rare) destinée à appeler à un meeting organisé à Montpellier le 17 février 1946 et qui laisse apparaître bien clairement l’existence de groupes organisés, disposant d’un appareil et de responsables bien définis et connus publiquement :

7

  • 3 Nuestra Bandera, n°16 (n° spécial), 1947, p. 203-205.
  • 4 Ibidem, p. 272.

8Ce qui alimentait le discours de propagande c’était le discours du parti, en particulier celui que développait sa direction au cours des actes solennels qui rythmaient sa vie, ses congrès. En mars 1947 le plenum du pce fut l’occasion pour la secrétaire générale du pce, Dolores Ibárruri, de livrer un long exposé de données politiques, sociales, culturelles, économiques et historiques, en particulier dans un chapitre de son discours au titre sans équivoque, « Situación de España : el franquismo se desmorona ». Le régime y est présenté comme « blessé à mort ». La Pasionaria prend pour preuve le fait que « las organizaciones obreras, que Franco disolvió brutalmente, se reconstruyen en la clandestinidad », que « se producen huelgas y manifestaciones de protesta contra el hambre » que « se publican decenas de periódicos ilegales… »3. La thèse est complétée par un autre : si Franco est maintenu au pouvoir c’est parce que l’impérialisme agresse le peuple espagnol (le rapport dénonce avec virulence la politique des États-Unis et du Royaume-Uni engagés également dans une guerre interventionniste qu’on a tendance à oublier souvent : celle qui vise à écrases les maquis communistes de Grèce). Leur intérêt est de maintenir une Espagne « réactionnaire » pour servir « leurs fins antipopulaires, réactionnaires et agressives… »4. Autrement dit, ne sont pas évaluées les freins intérieurs, objectifs ou subjectifs, l’Espagne est présentée comme prête pour le changement. Si ce changement ne se produit pas, c'est parce qu’il y a un complot international, que la solidarité des peuples du monde peuvent aider à surmonter. L'optimisme du rapport correspond parfaitement à l'urgente nécessité de mobiliser les communistes en leur proposant des objectifs d’action à leur portée : faire tout ce qui est possible pour que les actes de solidarité se multiplient de par le monde.

  • 5 Ibidem, p. 272.

9Dans le rapport sur l'organisation du parti que lit Francisco Antón devant la même assemblée, l’optimisme est identique, l’idée est la même : le parti se renforce. Pour ce qui concerne l'application du slogan à la situation intérieure, ne sont pas fournis de chiffres, éventuellement pour des raisons de sécurité, mais aussi parce qu'ils ne permettent pas de vraiment étayer la thèse des dirigeants. Ne sont égrenées que des affirmations positives : « …el año transcurrido presenta un importante balance en la capacidad del partido para ligarse con las masas, dentro y fuera del país… »5.

10Les seuls chiffres évoqués concernent le parti hors d’Espagne (France et Afrique du Nord). Le parti a enregistré 1247 adhésions et de nombreuses réadmissions, élément que nous avons déjà mentionné tout à l’heure. Il est intéressant de voir comment Antón, au sujet des adhésions réalisées en France, peut indiquer quelques tendances dans cette longue et complexe démarche que constitue l’adhésion au pce : « 819 demandes d’adhésion examinées (c'est-à-dire soumises à examen biographique), 65 correspondant à d’anciens militants socialistes, 172 de membres de l'ugt, 104 provenant de l'anarcho-syndicalisme ». Une façon de souligner la concrétisation d’une position hégémonique du pce au sein des forces de gauche en exil.

11Sans m'attarder plus dans l’examen de ce moment, il est nécessaire d’indiquer qu'il est essentiel de comprendre comment les dirigeants de cette époque ont élaboré une technique de lecture symptomatique de la réalité pour définir des lignes d'action pour l'avenir. Si peu de données sont présentées, si certaines sont inventées et d’autres surestimées, ce que l'on ressent dans ces discours, c’est qu’il était vital de forcer la réalité, en exagérant les aspects positifs et en taisant les problèmes, dans un but : celui de ne pas décourager les militants et d’assurer la relève des générations. Le pce à ce moment là ressemble au personnage imaginé par Jerek Becker, Jakob der lugner, Jacob le menteur.

  • 6 Les documents présentés relèvent d’archives personnelles.

12L’autre aspect de l’activité du parti et de ses organisations de jeunes relevait plus de l’action au jour le jour, à la mise en place d’actions concrètes, le plus souvent destinées à collecter des fonds. Ces actes quotidiens, où l’emphase politique était presque absente, représentaient pourtant la condition du maintien du lien actif entre tous les communistes. Au niveau local, le besoin de fédérer les communistes, de leur donner des objectifs concrets, de mener des actions de terrain pouvait également donner l’alerte et révéler une certaine lassitude ou certains symptômes d’éloignement. C’est l’exemple de cette tombola, destinée à collecter des fonds pour les jsue de l’Hérault et, selon le principe de la répartition des fonds collectés entre les différents niveaux, pour la direction des jsu en France dans le cadre d’une campagne dite pro Juventud6.

Montpellier, 8/4/47
Camarada C.
En nuestra reunión de S.G. ofrecimos una bicicleta para el club que quisiera hacer una Tómbola. Ningún camarada la pidió y nos encontramos con la bicicleta en las manos.

El objeto de la presente es solo para proponerte que estudiéis organizar la Tómbola entre los clubs de Agde, Vias y Marseillan. Ya me dirás algo y ten en cuenta que debéis sacar de ella un mínimo de 20 000 frs. Y PARA ANTES DEL PLENO. ¿De acuerdo ? Ya me contestarás rápidamente.
Te saluda,
B.

13Nous sommes au printemps 1947 c’est-à-dire au moment où la Jeunesse Socialiste Unifiée en exil (qui n’était pas le Parti mais adoptait l’essentiel de ses critères organisationnels et dont les cadres étaient assez souvent interchangeables), tenait son premier Plenum en juin 1947. Les choses n’allaient pas de soi. Le moindre problème pouvait indiquer, outre quelques embarras financiers et matériels, la menace d’une perte d’influence. Il fallait donc, à l’échelle moyenne des directions départementales, avoir recours à la fois à une rhétorique ferme mais cependant assez souple pour conserver le lien et donner assez d’enthousiasme pour continuer, même si on était loin des envolées des grands discours des dirigeants :

Montpellier, 15 junio 1947
Camarada C.,
A mi regreso de París me he encontrado con la « agradable sorpresa » de no encontrar ninguna carta tuya. Quizá creíste que estando en París no tenías necesidad de escribir y si así hiciste, mal hecho ha sido.

El camarada R. ha asegurado la marcha del Dept. durante nuestra ausencia.

No he tenido tiempo de charlar con R. más que de cosas de trámite pero no me ha hablado de vuestra Tómbola y la « bici » parece « descansar » aquí.

No quisiera volverte a escribir pidiéndote señales a la Dirección Dptal. [de] como van las cosas de la Tómbola pues creo que ya debe estar avanzada y así en la campaña pro « JUVENTUD » de un MILLION para el 19 de julio vuestros clubs harán buen papel.

Nada más, espero que escribas,
Te saluda fraternalmente,
B.

14Nous ne saurons jamais si cette bicyclette a finalement été gagnée et si la tombola a apporté les fonds recherchés…

1954

  • 7 Par exemple, on peut lire au chapitre 4  de cette Histoire du pce : “En el informe presentado al Pl (...)

15À l'occasion du cinquième congrès du parti, qui s'est tenu en novembre 1954, Dolores Ibárruri commence son rapport en présentant le parti comme « la seule force politique démocratique espagnole qui a été constamment à l'avant-garde de la lutte contre le franquisme » (p. 5). Parti de type nouveau, selon la formule habituelle, elle affirme qu’il a grandi et a renforcé sa personnalité. Elle n'insiste pas beaucoup sur cette question, puisque le sujet du moment c’est la signature du Pacte économico-militaire avec les États-Unis. Après une profusion de notes économiques et une attaque très détaillée contre le traité, il est temps pour la Pasionaria de parler de son parti. Tout d'abord, elle propose une évocation des débuts du parti et une célébration de la nécessité pour les communistes d’avoir des connaissances historiques. Cet intérêt marqué pour la connaissance historique, « es necesario [para que] que cada comunista conozca la historia del partido, que conozca el camino seguido por el Partido en su desarrollo. » n’était pas une simple vue de l’esprit, mais bien un objectif léniniste, celui de donner aux communistes une culture propre, et « d’élever leur niveau de conscience ». En fait, nous avons sous les yeux le thème et presque le titre du livre de mémoires politiques que la Pasionaria publiera quelques années plus tard, ouvrage d’édification destiné aussi bien aux militants qu’aux cercles plus larges de l’antifranquisme : El único camino (1960), en même temps que l’Histoire officielle du pce, publiée par les Editions Sociales, tous deux destinés à mettre en conformité avec le présent des discours passés devenus assez encombrants7.

16Ensuite, dans l’examen du passé, le ton n'est plus enthousiaste ou encourageant mais pédagogique pour évoquer les moments de la difficile reconstruction du PC pendant et après la seconde guerre mondiale : « El Único Camino », La primera preocupación de la Dirección del Partido al salir de España después de la derrota de la República fue reagrupar nuestras filas. » (p. 77).

  • 8 Je voudrais signaler à ce propos les travaux d'Aurélie Denoyer (dont sa thèse, L’exil comme patrie, (...)

17Evoquant les difficultés occasionnées par la guerre mondiale, à cette époque, la préoccupation majeure de la direction du Parti était d’aider à « mantener la organización en el interior y a desarrollar la lucha contra el régimen. » (Ibidem). Enfin, un autre point apparaît dans la configuration de l'organisation du pce qui va dominer au cours des années à venir : la distinction entre organisation intérieure et extérieure, cette dernière soumise, elle aussi, à une certaine forme de clandestinité, en particulier en France à la suite de l'opération Bolero-Paprika8.

18Cette formulation reprend tout d'abord l’idée que l'organisation du pce de l’intérieur était le fait de militants venus « desde la emigración », ceux qui rejoignirent entre 1942 et 1947 les groupes restés dans le pays (ce sont les dates que Dolorès mentionne). Peu de chiffres, ou tout cas une vague mention faite à des « milliers » de communistes « dormants » qui rejoignirent cet embryon d’organisation. Au passage, est rendu un hommage en forme de requiem pour les guérillas qui est pour le moins allusif : « […] el trabajo de los guerrilleros elevo la conciencia política de los campesinos, les dio fe y confianza en la victoria de la causa de la democracia y de la República… »

19Cependant ajoute-t-elle de façon cryptée : « este trabajo no estuvo exento de graves defectos y debilidades » (p. 79). Il ne s'agit pas de s'étendre sur ces critiques, mais plutôt de relever ce qui est positif pour ne pas créer de hiatus avec les militants, assez nombreux, qui avaient participé au mouvement des guérillas.

  • 9 Carta a las organizaciones y militantes del Partido, Madrid, julio de 1952, 29 p.

20Les dernières pages du rapport sont celles que la Secrétaire Générale consacre au parti, à son rôle, « guía de las masas, vanguardia dirigente de la clase obrera… ». Dans ces dernières pages, les congressistes auront droit à une longue digression sur les déviations, et sur l'aptitude à se livrer à la critique et à l'autocritique, chose qui n’est pas nouvelle puisqu’on retrouvait la substance dans un folio adressé aux organisations et militants du parti en juillet 19529. Elle revient sur la période des premières années cinquante et la lutte interne contre le « practicismo », attaque contre l’activisme, défense et promotion de la formation théorique des cadres, de leur apprentissage de la discussion et de la mise en garde à la fois contre « las concepciones y procedimientos caciquiles » qui éloigne certains communistes du parti et contre les effets possibles de l’élargissement de la base sociale de son recrutement, à partir de critères relevant d’une forme de déterminisme social absolu :

Al partido no vienen solo proletarios, sino campesinos, empleados, intelectuales, pequeños burgueses, que aportan al Partido junto con su adhesión y su disposición a la lucha, los sentimientos y los prejuicios de la clase a que pertenecen (p. 109).

21Entre les lignes, même si ces attaques semblent correspondre aux critiques faites à Joan Comorera, les jalons sont placés de la postérieure critique faite aux dirigeants intellectuels :

A veces algunos… se conducen respecto a los camaradas de la base de una forma arbitraria y aristocrática, como grandes señores. » (p. 110) ; « …en las condiciones de crisis del franquismo, el mayor error que podríamos cometer los comunistas seria la excesiva valoración de la fuerza del enemigo, guiándonos por lo superficial y lo externo, y el menosprecio de la capacidad del Partido para dirigir la lucha. (Ibidem)

22Les éléments constitutifs de la rupture qui se produira dix ans plus tard sont présents dans ce rapport : l'appréciation négative de rapports des forces et le subjectivisme de l’analyse concrète, tous deux conduisant à l'inaction. Il s’agit là des deux critiques de fond qui seront faites au groupe Claudín au début des années soixante et seront retournées par ce dernier dans sa critique générale des analyses et positions de la direction de son parti.

1956

  • 10 El Partit Socialista Unificat de Catalunya, Tesis aprovadas pel Ier Congrès del psuc, celebrat a pr (...)

23Un autre moment important dans l'histoire de la pce-psuc est l'année 56. En octobre, a lieu le premier Congrès de la psuc. C’est une époque de basses eaux car elle coïncide avec le 20e Congrès du PCUS et le congrès cherche à sortir de l’ornière en revenant sur les faits ayant conduit à l'expulsion du premier secrétaire général, Joan Comorera. Dans le bilan proposé sur le cas Comorera, le psuc tente de se présenter comme un parti communiste déstalinisé avant-la-lettre. Les thèses soumises au vote des congressistes dénoncent ceux qui avaient rejoint le parti pendant la guerre et qui, poursuivant par la suite une politique sectaire avaient exclu ou écarté de nombreux militants pour avoir exprimé des doutes au lieu de « hacer los esfuerzos necesarios para que comprendieran el caracter erróneo de sus planteamientos o actitudes »10.

  • 11 Informe sobre els Estatuts del Partit i sobre els problemes d’orgaitzacio presenat al I Congrès del (...)

24Le rapport de Roman (Josep Serradell) qui justifie et explique les nouveaux statuts proposés, consacre quelques pages à l'affaire Comorera. Il valide l'anticipation présumée de son parti dans la lutte contre le culte de la personnalité dénoncée au xxe Congrès du pcus, montrant que, depuis 1951, le pce comme le psuc critiquaient les « métodos extraños que se habían transformado en ley del Partido »11. Román affirme que depuis la fondation du psuc jusqu’à son expulsion en 1949, Joan Comorera avait imposé le culte de sa propre personnalité. Il ajoute qu'il considérait le parti comme sa propriété personnelle, s’attribuant tous les mérites et qu'il a empêché l'intégration de cadres plus jeunes (la génération issue des jsu). De façon symétrique, il souligne que Dolores Ibárruri avait été victime de cette tendance et non son initiatrice. Ces actes ne s’opposaient à sa grande modestie ni à l’aversion qu’elle manifestait envers les éloges personnels et les célébrations permanentes, affirme-t-il. Roman stigmatise le non-respect par le psuc de ces années-là du principe léniniste de direction collective aussi bien pendant la guerre qu’après. Il souligne aussi que le Comité Central n’avait pas été réuni depuis le plénum d'Anvers, juste après la guerre. Le pouvoir était concentré entre les mains du Secrétariat (de trois personnes en particulier). La violation des droits des militants, l'usage systématique du dirigisme avait éloigné de nombreux communistes honnêtes.

25La caractéristique du rapport de Roman, authentique et véritable organisateur du parti catalan, homme d'appareil, repose sur le fait qu’il n’évoque plus un Franquisme sur le point de s'effondrer. La formule « décomposition du régime » ne vient que pour justifier la nécessité d'utiliser les possibilités légales et de les combiner avec l'action clandestine. Dans la nouvelle stratégie, ce qui devient essentiel c’est la propagande et l'arme décisive, l'organe du parti, Treball. Elle vise également il définit comme cible prioritaire dans cette stratégie combinée la conquête de positions lors des élections de « vocales de empresa ». Dans l'avant-dernier chapitre de son long discours, Roman évoque la création des premières commissions ouvrières à Barcelone (La Maquinista, enasa) et à Tarrasa. Il insiste aussi sur le fait que dans ces premières commissions se retrouvent des militants proches de la cnt, des communistes, républicains et catholiques, qui exercent une pression constante sur les dirigeants de la cns. Dans l'analyse qu’il propose des actions dans le cadre légal des syndicats verticaux, il insiste également sur le fait que ces aspects positifs sont à nuancer, en particulier l’incapacité pour ces commissions de devenir permanentes. Il indique que la tâche de son parti consiste à accepter les formes d’unité que les travailleurs ont choisi et que sa fonction est d'aider à consolider et à étendre ces formes d'organisation pour déboucher sur d’autres formes de lutte ou sur la grève mais sans prendre ses désirs pour la réalité. Le ton de son discours annonce ce que sera la politique de la grève nationale dans les années suivantes et tempère, par l’emploi de formules prudentes, le surgissement possible d’un sentiment de bataille ultime en évoquant seulement de possibles « passos seriosos en el cumpliment de la nostra missió. »

Conclusion

26Il est temps de conclure, nous savons qu’une analyse plus complète de tous les rapports que le pce comme le psuc proposèrent à la réflexion de leurs militants s'impose comme l’étude d’archives reflétant la vie quotidienne des militants de base.

27Ce qui est clair c’est que l’inflexion que montrent ces trois moments (1947-1954 et 1956) préfigure à la fois les succès indéniables de la politique de ce parti, au cours de la décennie suivante, mais également ses crises, à commencer par celle de 1964, aux aspects multiples assez souvent ignorés : par exemple, le cas Claudín-Semprún cache souvent une autre crise, celle de la dissidence maoïste, qui concernera un bon nombre de cadres moyens.

28Il fallait donc ne pas désespérer les militants, leur faire accepter les changements de perspectives (passer du temps court des années d’après-guerre à celle du temps long de la fin des années cinquante), masquer les faiblesses de son analyse de la réalité espagnole et tenter de renouveler ses cadres en tentant de limiter les effets possibles de la résignation et de l’éloignement des militants issus des années de guerre. L’arrivée massive d’une immigration économique importante, à partir de la fin des années cinquante constituera une bouffée d’oxygène pour les communistes. Le Parti Communiste perçut assez vite l’importance du phénomène et engagea alors toutes ses forces dans une action de propagande et d’intégration de cette nouvelle génération de l’immigration, ce que confirme Natacha Lillo dans un article publié en 2013 :

  • 12 Natacha Lillo, “Vicisitudes de la vida militante en el pce durante el exilio en Francia”, in Aurora (...)

A diferencia de los militantes libertarios de la Confederación Nacional del Trabajo (CNT) que consideraban a ese conjunto de emigrantes como secuaces del régimen, el pce se dirigió hacia ellos para concienciarlos…12

29Quelques années plus tard, en Espagne même, il appliquera la même politique d’assimilation des nouvelles générations en tentant d’engager une politique d’amalgame qui, au cours des années soixante constituera une incontestable réussite. On peut, à ce propos, renvoyer au rapport que fit Josep Roman devant le vie plenum du cc du psuc en janvier 1963, rapport dans lequel ce dirigeant faisait état de cette priorité :

  • 13 Intervenció de Josep Roman, membre del Comitè Executiu, IV Ple del Comitè Central, Edité par le Par (...)

En tenir en compte la quantitat important de militants joves que caracteritza el Partit i, en conseqüència, la composició que tenen una gran part dels Comitès i que haurien de tenir els que anem a formar, el viratge en el treball d’oganització imprimeix a l’activitat dels nostres quadres, especialment als més veterans i experimentats, un caràcter quelcom particular13.

Haut de page

Notes

1 “Cuando llegamos a Francia, empezaron de nuevo los líos políticos. Yo no digo que en el campo desaparecieran todos los antagonismos políticos, pero los que tenían un comportamiento antifascista honrado no eran enemigos: el verdadero enemigo era el nazismo.

“Al llegar a Toulouse, a mí me pareció normal que a cada uno de nosotros nos hicieran, caso por caso, un examen de lo sucedido y de las causas de nuestra deportación, a pesar de que si habíamos sido deportados era por haber combatido. Pero cuando en una reunión presidida por Dolores en persona, celebrada en Toulouse, se nos acusó de sospechosos por no haber muerto matando..., me pareció un tanto lamentable.” Testimonio de Joan Martorell, en Antonio Soriano, Éxodos, Historia oral del exilio republicano en Francia, Barcelona, Crítica, 1989, p. 130-131. Consultable aussi sur http://bteysses.free.fr/espagne/martorell.htm.

2 Carme Cebrián, Estimat psuc, Barcelona, Empuriès, 1997, 452 p.

3 Nuestra Bandera, n°16 (n° spécial), 1947, p. 203-205.

4 Ibidem, p. 272.

5 Ibidem, p. 272.

6 Les documents présentés relèvent d’archives personnelles.

7 Par exemple, on peut lire au chapitre 4  de cette Histoire du pce : “En el informe presentado al Pleno de Toulouse, la camarada Dolores Ibárruri salía al paso de las ilusiones, alimentadas en amplios sectores, de que el régimen franquista se iba a hundir «automáticamente». On peut en consulter une version électronique sur le site : http://www.filosofia.org/his/1960hpce.htm

8 Je voudrais signaler à ce propos les travaux d'Aurélie Denoyer (dont sa thèse, L’exil comme patrie, Les réfugiés communistes espagnols en RDA (1950-1989), Trajectoires individuelles, histoire collective, thèse en cotutelle dirigée par Fabienne Bock et Thomas Lindenberger) qui éclairent un aspect spécifique, celui des communistes installés en RDA:

A. Denoyer, « L’exil communiste espagnol en RDA : accueil, intégration, retour », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, en ligne, n°9, 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012. URL : http://ccec.revues.org/4229 ; DOI : 10.4000/ccec.4229

9 Carta a las organizaciones y militantes del Partido, Madrid, julio de 1952, 29 p.

10 El Partit Socialista Unificat de Catalunya, Tesis aprovadas pel Ier Congrès del psuc, celebrat a primers d’octubre del 1956, s.l., Ed. Treball, 7 p.

11 Informe sobre els Estatuts del Partit i sobre els problemes d’orgaitzacio presenat al I Congrès del psuc pel camarada Josep Roman, folleto, Limoges, Imprimerie Tivet, sans date.

12 Natacha Lillo, “Vicisitudes de la vida militante en el pce durante el exilio en Francia”, in Aurora Bosch, Teresa Carnero, Sergio Valero (eds.), Entre la reforma y la revolución, la construcción de la democracia desde la izquierda, Granada, Comares Historia, 2013, p. 239-250.

13 Intervenció de Josep Roman, membre del Comitè Executiu, IV Ple del Comitè Central, Edité par le Parti Communiste Français, Paris, janvier 1963, p. 66.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/5433/img-1.png
Fichier image/png, 830k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Les communistes espagnols : les années difficiles (1947-1956) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5433 ; DOI : 10.4000/ccec.5433

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org