Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

Une dette légère

Marie Franco

Texte intégral

1Ce texte est d'abord l'occasion de remercier à nouveau Manuelle Peloille qui, dès l'été 2013, au moment d'apprendre la disparition de Jacques Maurice, a évoqué la nécessité d'un hommage, que ce soit par un acte public ou un ouvrage. Il faut donc ici la remercier pour l'organisation complexe de la journée du 24 janvier 2014, en ce qu'elle dit de son investissement personnel et de sa loyauté.

2Prendre la parole pour rendre un hommage à Jacques Maurice lors de cette journée de janvier était un exercice à la fois un peu vain et difficile, quoiqu’il eût été plus difficile encore de le faire en sa présence. Je m'étais d'ailleurs interrogée sur la légitimité de ma parole, n'ayant été ni étudiante, ni doctorante, ni collègue de Jacques Maurice. Puis j'ai réalisé que, comme un certain nombre de collègues ayant achevé une thèse dans les années 90, j'avais eu la chance de croiser en divers moments de ma carrière Jacques Maurice et son sourire de mandarin chinois.

3Lors de l'annonce de son décès, je me suis immédiatement souvenue ‒ ce que m'a confirmé un ancien curriculum vitae ‒ , qu'une de mes premières prises de parole en public avait eu lieu dans le cadre de son séminaire de Nanterre, en janvier 1992. Au même moment, Manuelle Peloille a demandé à un certain nombre d'entre nous de réfléchir à ce que nous pourrions dire du rôle de Jacques Maurice dans notre propre parcours et dans notre vision de l'hispanisme. La conjonction des deux est à l'origine de ce texte.

4J'ai donc assisté à son séminaire de Nanterre au début des années 90, nous avons coïncidé dans le colloque organisé en 1995 par Carlos Serrano sur l'imaginaire du franquisme, il a accepté de siéger à mon jury de thèse le 19 décembre 1995 ‒ tandis que tout Paris défilait contre une réforme de la Sécurité Sociale ‒, jury où il ne fut pas tendre d'ailleurs mais démontra m'avoir lue avec le plus grand soin. J'ai ensuite appartenu pendant dix ans au département d'études ibériques de Paris-viii (anciennement Vincennes) et, dans ce cadre, participé aux travaux de l'équipe qu'il avait dirigée, l'erescec, et sur laquelle il avait laissé sa marque. Bien plus tard, je me souviens de sa présence dans le public, lors de ma soutenance d'hdr (corvée qu'il aurait pu s'éviter) et surtout du plaisir suscité par son intérêt pour mon inédit, dont il m'avait demandé un résumé pour la revue électronique qu'il venait de créer.

5Au-delà de ses coïncidences personnelles, spatiales et professionnelles, et de l'apport évident de sa recherche, qui a largement été évoquée lors de la rencontre du 24 janvier, Jacques Maurice a été un de ces professeurs qui ont fait « entrer », de ceux qui ont ouvert les portes aux jeunes chercheurs/chercheuses que nous étions. En 1991-1992, allocataire-monitrice, je commençais en effet à peine ma thèse, sur la culture de masse durant le franquisme, sujet fort vague et fort peu considéré, sur lequel je tâtonnais. Or, Jacques Maurice publia très vite dans Regards sur le xxe siècle espagnol mon texte, « Amour et repli dans la presse féminine sous le franquisme », une ébauche d'analyse dont le sujet n'a guère d'importance, mais qui me rappelle surtout qu'un jour d'une époque lointaine où n'existaient ni le mail ni le téléphone portable, Jacques Maurice m'a contactée, comme d'autres parmi nous, pour m'inviter à son séminaire puis m'a demandé d'y présenter « quelques chose ».

6Cette invitation signifiait intervenir hors du cadre rassurant de l'équipe de son directeur, de son université, exposer sa recherche à des inconnus, spécialistes d'autres domaines, à la demande d'un professeur reconnu et respecté. C'était surtout l'occasion d'exposer ce choix de me pencher sur des productions culturelles qui à l'époque ne suscitaient que fort peu d'intérêt, voire une certaine condescendance chez votre interlocuteur. Il est difficile d'imaginer aujourd'hui –je souhaite du moins l'imaginer –, que ce type de sujet laissait sceptiques pas mal de collègues plus classiques. Dès lors, j'interprète ce geste de Jacques Maurice comme la manifestation d'une ouverture croissante à l'histoire des représentations, des imaginaires, des constructions culturelles, comme le signe d'un intérêt pour cet indéfinissable magma des pratiques collectives les moins structurées et les moins légitimes aux yeux de la recherche, pratiques en apparence les moins politisées aussi et cependant tellement politiques, et qui font le mana quotidien, parfois si peu avouable, d'un groupe social.

7Il y a eu, me semble-t-il, de la part de Jacques Maurice, un intérêt, peut-être plus tardif que celui pour l'histoire sociale, pour l'histoire du quotidien, du populaire sans mouvements, des masses sans idéologies. A distance des travaux des années 70 et 80 sur l'anarchisme, et son héroïsme, sur les combattants pour les grands lendemains, les années 90 ont vu émerger des recherches qui mettaient en pleine lumière d'autres façons de vivre en tiempos revueltos, d'autres façons de faire sens, d'autres esthétiques : cinéma franquiste, presse populaire sous Franco, discours sur les femmes, écritures du fascisme, je ne citerai personne pour n'oublier aucun(e) collègue ou ami(e). Et il me semble que Jacques Maurice a senti aussi durant cette période qu'il fallait commencer à lire, à prospecter l'autre camp : celui des vainqueurs, avec les outils universitaires qui sont les nôtres, sans l'ombre d'un révisionnisme, mais avec la conscience qu'il était temps d'aller y mettre son nez. Cela, il l'a écrit dans divers textes et bilans de l'hispanisme qui lui furent demandés durant cette période. Être citée est toujours un plaisir, car nous sommes, nous chercheurs, de grands narcissiques, mais c'était aussi le signe d'une attention, d'une conscience de l'évolution du domaine contemporain, de sa diversité ; c'était, de sa part, la prise en compte d'un courant méthodologique amené à se développer : l'histoire culturelle, aspirant à examiner dans son fonctionnement le plus quotidien, dans les têtes, les corps et les rêves : le régime franquiste et plus largement l'Espagne contemporaine, dont il a été un scrutateur pointilleux.

8Voilà ce qui justifiait la présence de certains et certaines d'entre nous lors de l'hommage du 24 janvier et dans les pages de ce numéro des Cahiers… ; ce pourquoi il faut le remercier, et reconnaître sa place : pour ce rôle de légitimateur, d'encourageur discret, peu expansif et pourtant nécessaire, pour cette présence distante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Franco, « Une dette légère », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5396

Haut de page

Auteur

Marie Franco

Professeur des Universités, Université La Sorbonne Nouvelle Paris-iii, Sorbonne Paris Cité

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org