Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

Le goût de la transmission

Nancy Berthier

Texte intégral

1Lorsqu'à l'automne 1989, j'ai décidé d'entreprendre un doctorat sur le cinéma de l'Espagne franquiste, peu nombreux étaient ceux qui approuvaient un projet alors considéré comme peu digne d'une normalienne, dénué d'intérêt, futile, pour ne pas dire saugrenu. Outre Carlos Serrano, qui accepta de m'inscrire en dea puis en thèse à Paris-iv, Jacques Maurice a été de ceux qui ont immédiatement validé scientifiquement ce projet en m'invitant à participer à des manifestations scientifiques. Lorsque je regarde mon curriculum vitae, je constate qu’il a été associé dans ma carrière aux « toutes premières fois ».

2Mon premier colloque international, en mai 1990, sur « La culture dans l'Espagne franquiste », à l’université de Paris-x Nanterre, quelques mois à peine après mon inscription en doctorat, avec une communication sur « La représentation des femmes dans le cinéma espagnol des années quarante ».

3Ma première participation à un séminaire de recherche en janvier 1992 (séminaire du Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines de Paris-x Nanterre) sur « l'Espagne au xxe siècle », avec une intervention sur « La notion de famille dans Raza ».

4Ma première publication dans un numéro monographique de revue qu'il coordonnait en 1990 et qui correspondait aux actes du colloque, très rapidement publiés, chose rarissime à l’époque (« La représentation des femmes dans le cinéma espagnol des années quarante », Bulletin d'Histoire contemporaine de l'Espagne, n° 11-12, Bordeaux, cnrs-Maison des Pays Ibériques, 1990, p. 33-40).

5Mon premier chapitre dans un ouvrage collectif en 1993, celui qui réunissait les interventions de son séminaire (sur « La notion de famille dans Raza », dans Regards sur le xxe siècle espagnol, Paris, Université Paris-x Nanterre, 1993, p. 147-161).

6À une époque où la recherche commençait à peine à se structurer en équipes d'accueil au sein des universités, et où les occasions de présenter ses travaux étaient très limitées, ces invitations ont représenté, à titre personnel, un formidable aiguillon, mais aussi et surtout – je n'en ai pris conscience que plus tard – elles révélaient la marque chez lui d'un esprit ouvert tout autant que curieux. Car mon champ de recherche était loin de recouper le sien propre.

7Le goût de la transmission, c'est ainsi que, après quelques hésitations, j'ai intitulé ma modeste contribution à cet hommage. Non pas au sens traditionnel de transmission d'un savoir, car je n'ai jamais été son élève, hélas, et c'est précisément en cela que réside le caractère exceptionnel de sa démarche, mais eu égard à un souci de transmission générationnelle généreux et bienveillant.

8J'ai retrouvé plus tard cette même préoccupation lorsque, au moment de la création de la revue en ligne les Cahiers de Civilisation de l'Espagne contemporaine, un projet éminemment avant-gardiste à son époque, il m'a demandé de rejoindre un comité de rédaction dont la caractéristique était sa dimension clairement intergénérationnelle et pluridisciplinaire. Au sein de ce comité de rédaction, le goût de la transmission se traduisait alors par la volonté constante de mettre au service d'un collectif dont il savait qu'il lui survivrait à un moment donné le fruit d'une expérience scientifique longue et féconde. Sans chercher pour autant à imposer quoi que ce soit, et avec le souci constant d'écouter et d'échanger. L'expérience m'a été précieuse lorsque, à mon tour, un peu plus tard, j'ai créé des revues en ligne associées aux équipes de recherche auxquelles j'ai été rattachée.

9Je mesure à quel point aujourd'hui ma dette est très grande vis-à-vis de Jacques Maurice, qui a toujours agi avec nous sans qu'à aucun moment justement nous ne nous sentions redevables. Le pur goût de la transmission...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Berthier, « Le goût de la transmission », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5395

Haut de page

Auteur

Nancy Berthier

Professeur des universités, Université de Paris-iv Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org