Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

Jacques Maurice et le séminaire sur l’Espagne contemporaine de Paris-x Nanterre

Marie-Claude Chaput

Notes de l’auteur

Merci à Bénédicte Brémard, Zoraida Carandell, Jaime Céspedes, Jean-Michel Desvois, Thomas Gomez, Christine Lavail, Julio Pérez Serrano, Bernard Sicot, Allison Taillot pour leur relecture attentive et leurs suggestions.

Texte intégral

1Alors que j’étais assistante à l’université de Rennes-ii et que je préparais une thèse sur L’Espagne agraire dans la presse de 1930 à 1933, ma route a croisé celle de Jacques Maurice qui terminait alors son doctorat d’État sur l’anarchisme rural en Andalousie de 1868 à 1936. Les hasards des recrutements ont fait que j’ai été admise comme maître de conférences en 1989 à l’Université Paris-x Nanterre alors qu’il venait d’y être nommé professeur. À Paris-viii, il avait créé avec Brigitte Magnien l’erecec (Equipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine), qui avait réuni un groupe de chercheurs dans un projet collectif dans le prolongement des séminaires de Manuel Tuñón de Lara à Pau : Jean-François Botrel1, Gérard Brey, Jean-Louis Guereña, Carlos Serrano, Serge Salaün… devenus professeurs, ces derniers allaient créer et animer des Groupes de recherches dans leurs universités respectives. Les activités de l’erecec se sont poursuivies, d’abord avec Danièle Bussy Genevois puis avec Mercedes Yusta. Entre l’erecec et les Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine. De 1808 au temps présent, la revue électronique que Jacques Maurice fonda en 2006 (projet mis en place avec Manuelle Peloille), il y a eu dix années d’intense activité comme professeur à l’Université Paris-x entre 1988 et 1998, où tout était à faire sur le XXe siècle. Je retracerai les grandes lignes de cette période.

  • 2 La collection, d’une vingtaine d’ouvrages, a été dirigée par Jacques Maurice, Marie-Claude Chaput e (...)
  • 3 Elle a coordonné avec Bernard Sicot, Images d’exil : En el balcón vacío, film de Jomi García Ascot (...)

2Un an après son arrivée à Paris-x, Jacques Maurice ouvrait un nouveau chantier avec les activités du séminaire « L’Espagne au xxe siècle : État, culture, société ». En 1993, paraissait le premier volume de la collection « Regards sur le xxe siècle espagnol », Penser le xxe siècle avec les textes des premiers intervenants2. On y trouvait exposé le projet : « Sources et matériaux », et des contributions de Serge Salaün, Gérard Brey, Gracia Dorel-Ferré, Rose Duroux ; deux « États de la question » : l’un sur la presse comme enjeu de pouvoir en Espagne (1898-1936) par Jean-Michel Desvois, l’autre sur « Les intellectuels espagnols et le pouvoir (1906-1936) » de Paul Aubert. A côté de ces collaborateurs-amis, il avait tenu à inviter deux jeunes chercheuses sur « Franquisme et histoire des mentalités » : Nancy Berthier, qui allait ensuite donner une place importante au cinéma, sur Raza ; et Marie Franco, qui allait développer les recherches sur la culture de masse. Ce premier volume se terminait avec deux interventions sur « Écrire en Espagne aujourd’hui », signe de son intérêt pour la littérature qui lui semblait indispensable pour une approche hispaniste. Le deuxième volume, paru en 1995, était la mise en pratique du programme exposé précédemment avec des articles sur la lecture des aleluyas de Jean-François Botrel, la Enciclopedia universal… (Espasa-Calpe) de Philippe Castellano, Tapiès par Jordi Bonnells, deux nouveaux articles sur le cinéma de Pascale Thibaudeau (Víctor Erice) et Marie-Soledad Rodriguez (Jaime de Armiñán) ; la réflexion de Denis Rodrigues sur l’enseignement de la civilisation hispanique (1950-1985) et celle d’Hervé Poutet sur l’Exposition universelle de 1992. Sa volonté de promouvoir le cinéma fut à l’origine de ma première direction de thèse, celle de Bénédicte Brémard, aujourd’hui professeure à l’Université de Bourgogne ; il m’avait demandé de suivre son mémoire de maîtrise et elle a poursuivi ensuite en dea, doctorat (Le cinéma de Pedro Almodóvar : tissages et métissages, 2003, Lille, anrt) et hdr3.

  • 4 Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines (criia), Université Paris-x Nanterre (Actes du (...)
  • 5 París y el mundo ibérico e iberoamericano (Actes du 28e Congrès de la Société des Hispanistes Franç (...)

3Ces publications directement liées au séminaire de Paris-x ne rendent pas compte de l’ensemble de ses activités ; ont également été publiés dans cette université les actes de colloques que Jacques Maurice a organisés ou co-organisés : L’histoire sociale en débat en 1993 auquel ont participé des historiens espagnols et français4 ; le congrès de la Société des Hispanistes Français de 19975 ; ou encore « 1898 : entre historia y literatura », avec Thomas Gomez.

  • 6 Bernard Sicot (coord.), La littérature espagnole et les camps français d’internement (de 1939 à nos (...)
  • 7 Max Aub : enracinements et déracinements, Regards, n°6, Marie-Claude Chaput et Bernard Sicot (éds.) (...)

4Sur le xxe siècle, à Paris-x, nous étions dans un premier temps les seuls enseignants et nous avons assuré lui les cours magistraux, moi les td, en civilisation et en littérature notamment pour les questions de concours. Jacques Maurice tenait à la pluridisciplinarité de l’hispanisme dans l’enseignement et la recherche et cela n’est pas un hasard si la dernière rencontre qu’il a organisée a porté sur Le roman espagnol au xxe siècle (Regards n°4, 1998). On y retrouve les noms de collègues présents à l’hommage qui lui a été rendu le 24 janvier 2014 (Geneviève Champeau, Brigitte Magnien, Jacques Soubeyroux, Jean Tena et Georges Tyras). La collaboration s’est maintenue avec eux comme avec José-Carlos Mainer et Manuel Aznar Soler : les recherches mises en place avec Bernard Sicot sur l’exil dans le cadre du grex (Groupe de Recherche Résistances et Exils) coïncidant avec celles du gexel (Grupo de Estudios del Exilio Literario) à l’Université Autonome de Barcelone6. Les colloques sur Max Aub, organisé à l’occasion du centenaire de sa naissance par Marie-Claude Chaput et Bernard Sicot à l’initiative de Gérard Malgat – auteur de la première thèse en France sur cet écrivain sous la direction de Jacques Maurice – puis en 2014 par Zoraida Carandell (dans le cadre du séminaire sur l’Espagne contemporaine de Paris Ouest (lire 19-21, Littérature, Idéologie, Réception Espagne 19e-21e siècles et l’Institut Cervantès) sur les « Geografías literarias de Max Aub », montrent la continuité7.

  • 8 Regards sur le xxe siècle espagnol/4, Marie-Claude Chaput et Jacques Maurice (dir.), criia, Univers (...)
  • 9 Regards sur le-x Xe siècle espagnol/5, Marie-Claude Chaput et Thomas Gomez (dir.), Université Paris(...)

5Le volume 4 que nous avons coédité poursuivait l’axe défini lors du premier séminaire « Question ancienne, question actuelle : Histoire et Mémoire8 », juste avant que la vague mémorielle ne nous conduise à d’autres approches, même si celle-ci est restée présente en raison des axes. Lorsque nous avons organisé en 2001 avec Thomas Gomez le colloque sur Histoire et mémoire de la Seconde République espagnoleen hommage à son itinéraire et à ses travaux sur cette période, il a surveillé de près le colloque et la publication9. La mort de Carlos Serrano, la veille même du colloque, a été un coup rude et un manque terrible pour ce qui a été une rencontre scientifique et amicale publiée également dans la collection appelée simplement « Regards » après le changement de siècle. Il est ensuite intervenu aux différents colloques, de Max Aub aux Fronts populaires.

  • 10 Centros y periferia. Prensa, impresos y territorios en el mundo hispánico contemporáneo. Homenaje a (...)

6Je mentionnerai également sa participation au numéro 70 coordonné par Danielle Rozenberg, sociologue à Paris Ouest « Espagne : la mémoire retrouvée (1975-2002) » de Matériaux pour l’histoire de notre temps, revue des Amis de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, avec laquelle il a renforcé la collaboration en encourageant des mémoires d’étudiants sur ses fonds. Ses liens avec l’association pilar (Prensa, Impresos, Lectura en el Área mediterránea) ont maintenu la collaboration avec les « anciens » de Rennes à l’origine de sa création et dont Jean-Michel Desvois et moi avons été présidents. Il a participé aux trois colloques en hommage à Jean-François Botrel, Jean-Michel Desvois et bien sûr Jacqueline Covo-Maurice, instigatrice et co-fondatrice de pilar avec le même Jean-François Botrel10.

  • 11 « Apóstoles, publicistas, hombres de acción y sindicalistas en la historia del anarquismo español » (...)

7Le 9 novembre 2007, Jacques Maurice devait prononcer la conférence de clôture du vii Seminario Internacional «Nuestro Patrimonio Común» co-organisé à l’invitation de Julio Pérez Serrano entre le grex-grisor (Groupes Résistances et Exils et Idéologies, Société, Représentations, EA369) et le Grupo de Estudios de Historia Actual (geha) de l’Université de Cadix ; en son absence, son texte a été lu devant une salle pleine11.

  • 12 Études sur José María de Semprún Gurrea, Jorge Semprún et Carlos Semprún Maura, Jaime Céspedes et-x (...)

8Je souhaiterais terminer par l’encadrement de la recherche : mon hdr en 1997, résultat d’une collaboration de dix ans, qui portait sur La société espagnole contemporaine dans la presse et la fiction romanesque avec un inédit sur L'Andalousie de 1971 à 1982 dans Triunfo. Un an après sa retraite, en 1999, l’habilitation d’Aron Cohen – avec qui il partageait une même conception de l’Histoire transmise par Pierre Vilar – Dans les entrailles de la Terre et d'une recherche. Penser historiquement : l'Espagne, l'Andalousie, a certainement été un grand moment. Des thèses qu’il a dirigées, je citerai celles dont les auteurs ont gardé des liens avec le séminaire comme Carmen Destre De La noria à Tres días de julio, fiction et histoire dans l’œuvre de Luis Romero (2001) ; ou avec qui la collaboration n’a jamais cessé comme Gérard Malgat, auteur de Max Aub et la France ou l’espoir trahi ? (2002), et Jaime Céspedes L’autobiographie littéraire espagnole des années 1990 : Jorge Semprún, Carlos Castilla del Pino, Terenci Moix et Antonio Martínez Sarrión (2003), longtemps membre du séminaire ; il a coordonné avec Xavier Iturralde dans le numéro 19 de Regards un numéro spécial sur Semprun, montrant la continuité des axes mis en place12. La création, en cette année 2014-2015, d’un atelier de recherches sur les femmes qui s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire et une perspective de dialogue entre les disciplines (civilisation au centre, littérature, cinéma, image) par Christine Lavail, rédactrice des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, spécialiste de la Sección Femenina, et Allison Taillot, auteure d’une thèse intitulée Les intellectuelles européennes et la guerre d’Espagne : de l’engagement personnel à la défense de la République espagnole, aurait certainement plu à Jacques Maurice comme nouveau chantier de l’équipe qu’il a dirigée. La poursuite de la collaboration avec d’autres départements en France et en Espagne est la preuve du dynamisme d’une recherche de l’hispanisme qu’il avait voulu ouvert à la pluridisciplinarité.

9Cette brève évocation montre un incessant investissement de Jacques Maurice dans le travail collectif, jusqu’à la création et l’animation des Cahiers… qui lui rendent hommage aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 http://bulletinhispanique.revues.org/2595.

2 La collection, d’une vingtaine d’ouvrages, a été dirigée par Jacques Maurice, Marie-Claude Chaput et Bernard Sicot. Elle est intégrée aux Presses Universitaires de Paris Ouest depuis 2012 et dirigée par Zoraida Carandell. Le premier volume de cette nouvelle époque, sous presse, a été coordonné par Ivan López Cabello qui a soutenu une thèse, en 2012 (co-tutelle Marie-Claude Chaput et Julio Pérez Serrano, Université de Cadix) sur José Bergamín, una voz republicana y disidente en la España de la Transición, poursuivant ainsi la récupération d’intellectuels exilés commencée par Gérard Malgat.

3 Elle a coordonné avec Bernard Sicot, Images d’exil : En el balcón vacío, film de Jomi García Ascot (Mexico, 1962), Regards, n°10, Groupe Résistances et Exils grex-criia, Université Paris10, 2006.

4 Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines (criia), Université Paris-x Nanterre (Actes du Colloque international organisé à l’Université Paris-x en février 1993).

5 París y el mundo ibérico e iberoamericano (Actes du 28e Congrès de la Société des Hispanistes Français, 21-23 mars 1997), Jacques Maurice et Marie-Claire Zimmermann (dir.), Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-américaines, Université Paris-x, Nanterre, 1998.

6 Bernard Sicot (coord.), La littérature espagnole et les camps français d’internement (de 1939 à nos jours), Actes du colloque « 70 años después », Regards, n°15, criia, grex, 2010, est le résultat de la collaboration avec le gexel avec l’appui de Robert Coale, Lina Iglesias et Manuelle Peloille.

7 Max Aub : enracinements et déracinements, Regards, n°6, Marie-Claude Chaput et Bernard Sicot (éds.), criia, Université Paris-x Nanterre, 2004.

8 Regards sur le xxe siècle espagnol/4, Marie-Claude Chaput et Jacques Maurice (dir.), criia, Université Paris-x, 2001.

9 Regards sur le-x Xe siècle espagnol/5, Marie-Claude Chaput et Thomas Gomez (dir.), Université Paris-x, 2002.

10 Centros y periferia. Prensa, impresos y territorios en el mundo hispánico contemporáneo. Homenaje a Jacqueline Covo-Maurice ; Jean Michel Desvois (coord.), Prensa, impresos, lectura en el mundo hispánico contemporáneo. Homenaje a Jean-François Botrel ; La morfología de la prensa y del impreso: la función expresiva de las formas, Homenaje a Jean-Michel Desvois, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux-iii/ pilar, 2004, 2005, 2010 respectivement.

11 « Apóstoles, publicistas, hombres de acción y sindicalistas en la historia del anarquismo español », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, n°1, | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/3914 ; DOI : 10.4000/ccec.3914.

12 Études sur José María de Semprún Gurrea, Jorge Semprún et Carlos Semprún Maura, Jaime Céspedes et-x avier Iturralde (dir.), Regards, n°19, criia, Université Paris Ouest, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Chaput, « Jacques Maurice et le séminaire sur l’Espagne contemporaine de Paris-x Nanterre », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/5394 ; DOI : 10.4000/ccec.5394

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Chaput

Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre

Articles du même auteur

  • Regards [Texte intégral]
    Paru dans Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 1 | 2007
Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org