Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

L’Équipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine, histoire d’une transmission

Brigitte Magnien, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta

Texte intégral

1En 1974 Jacques Maurice créait l’Équipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine (erecec) à l’Université de Paris-viii, qui s’appelait alors « Centre Universitaire Expérimental de Vincennes ». Le but était de réunir tous les chercheurs de l’université travaillant sur l’Espagne pour une réflexion collective sur un terrain commun : la littérature populaire, champ d’étude ignoré à l’époque, sinon méprisé, dans les recherches universitaires, tout au moins dans l’hispanisme. Il était proposé de réfléchir, non pas sur le degré et les raisons de la « qualité inférieure » de cette culture, rejetée par les hautes sphères de l’élite et reléguée aux couches subalternes de la société, mais sur les conditions sociales de sa production : projet qui associait chercheurs en histoire et chercheurs en littérature, ce qui fut un souci constant de Jacques Maurice.

2Aussitôt deux catégories sont dégagées : d’une part une littérature « de grande diffusion » où le peuple intervient comme consommateur d’écrits qui lui sont destinés – et sont produits le plus souvent par les appareils culturels dominants ; d’autre part une « littérature militante », où le peuple intervient comme émetteur et receveur de son propre message. Cela apparaît clairement dès la première publication de l’équipe, malencontreusement intitulée : L’infralittérature en Espagne. Du roman-feuilleton au romancero de la guerre d’Espagne (Presses Universitaires de Grenoble, 1976). Le livre était un assemblage, une juxtaposition de corpus, plus qu’un travail collectif, mais l’élan était donné, et surtout il apparaissait évident que, vu l’abondance des textes, un véritable travail d’équipe, une lecture collective étaient nécessaires.

3Deux chantiers ont été ouverts, deux équipes se sont créées, toujours sous l’égide de Paris-viii et de l’erecec, mais enrichies de la collaboration de chercheurs venus de l’extérieur. Le premier groupe travaille autour de Jacques Maurice sur les poèmes publiés dans les journaux anarchistes, plus spécialement ceux de la province de Cadix. L’ouvrage, Anarquismo y poesía en Cádiz bajo la Restauración (Cordoue, Publicaciones del Ayuntamiento, 1986, mention du jury du quatrième prix Díaz del Moral d'Histoire contemporaine d'Andalousie en 1984) combine analyse historique du mouvement ouvrier dans la région, inventaire et étude de la presse ouvrière dans la province, analyse thématique et formelle des poèmes et réflexion sur la spécificité du discours politique en vers. Le deuxième groupe se lance dans l’étude globale des 250 récits de la première collection de nouvelles, née en 1907, El Cuento Semanal. Ce type de brochure d’une trentaine de pages, distribuée dans les kiosques de presse, et qui proposait chaque semaine et pour quelques centimes, une nouvelle inédite, sera suivi d’une quantité de collections du même type, alimentant par leur grande diffusion et pendant près d’un demi-siècle le marché de la lecture populaire. L’ouvrage collectif, également publié en 1986, Ideología y texto en El Cuento Semanal (Madrid, Ediciones De la Torre, 1986) combine recherche sur les conditions de publication et de diffusion de ce type de produit culturel et repérage à travers les textes des stéréotypes, des codes idéologiques, moraux, esthétiques appliqués dans ces fictions.

4Du travail sur la poésie anarchiste il ressort que la littérature militante anarchiste hérite d’une tradition populaire où l’histoire n’est que permanence de l’exploitation, donnant une allure « millénariste » à tout affrontement contemporain et réactualisant des mythes anciens tels que l’apôtre laïque ou la grève ouvrière. C’est ce qui donne à l’équipe l’idée d’étudier un personnage historique devenu héros de légende dans la tradition libertaire et protagoniste d’un roman de Blasco Ibáñez : Un anarchiste entre la légende et l’histoire, Fermín Salvochea (Presses Universitaires de Vincennes – puv –, 1987, traduit et publié à Cadix en 2009). Dans l’introduction, Jacques Maurice soulignait : « L’avantage d’une recherche collective menée avec esprit de suite est d’apporter autre chose qu’une compilation de matériaux assemblés à la diable… C’est à ce prix que le détour par l’histoire éclaire mieux l’impact d’une légende ou l’imaginaire d’une collectivité. »

5C’est encore avec la collaboration d’historiens et de littéraires que l’erecec analysera la présence du feuilleton dans la presse espagnole au xixe siècle. Là aussi, le point de départ est un texte, un feuilleton original, Almas muertas, historia de una familia burguesa, publié en 1896 dans le journal de la section socialiste de Bilbao, La Lucha de clases. Dans ce feuilleton, inspiré du monde industriel de Bilbao et des luttes ouvrières qui agitent la région du Pays basque, un autre mythe est réactualisé : la grève ouvrière comme forme moderne de la révolte émancipatrice des travailleurs exploités. Chercheurs en histoire et en littérature associent leurs analyses sur le passage de la réalité à la fiction. Le livre est publié par Anthropos en 1995 sous le titre Hacia una literatura del pueblo : del folletín a la novela. El ejemplo de Timoteo Orbe.

6Mais, entre-temps l’erecec avait ouvert un nouveau chantier : sans nier le rôle social de la classe ouvrière et de ses organisations politiques ou syndicales dans la lutte contre une société sclérosée aux xixe et xxe siècles, les historiens constatent qu’on a sous-estimé le poids social et culturel des classes dites intermédiaires de l’artisanat, travailleurs indépendants et de service. S’appuyant sur les travaux des historiens français (M. Agulhon, J. Rancière), Jacques Maurice propose à l’équipe de réfléchir à la vitalité et aux multiples formes du phénomène associatif. Sont ainsi analysées la sociabilité en milieu ouvrier : sociedades de socorro mutuo, sociedades de recreo, de instrucción, casas de pueblo ; et la sociabilité en milieu bourgeois : liceos, ateneos y casinos, tertulias, teatros y cafés… Chaque chercheur apporte son exemple concret selon la région ou la période qui correspond à ses recherches propres. Sept collaborateurs de l’erecec participent au numéro spécial sur ce sujet de la revue madrilène Estudios de Historia Social publié en 1989.

7Il paraît nécessaire alors de faire le point et c’est l’objet du colloque qui réunit à Saint-Denis, en 1989, vingt-cinq chercheurs, autant d’historiens espagnols et anglo-saxons que d’hispanistes français. Les travaux de ce colloque paraissent dans le livre Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l’Espagne contemporaine (puv, 1990) ; dans la présentation et dans l’épilogue, Jacques Maurice fait la synthèse des contributions qui ont nourri les trois thèmes de réflexion : Culture pour le peuple, culture du peuple – Culture politique en milieu ouvrier – Attitudes et pratiques culturelles.

8Dès l’allocution d’ouverture du colloque, prononcée comme toujours au nom de l’équipe organisatrice, Jacques Maurice avait souligné le sens du titre choisi, laissant de côté l’expression de « culture populaire » trop connotée, et connotée de façon contradictoire, au profit de trois substantifs pour lesquels le terme de « culture » fait office de dénominateur commun. Il s’agit donc d’une histoire qui se distingue à la fois de l’histoire des idées et de l’histoire sociale même élargie à l’éducation populaire ; elle ne se modèle pas non plus sur les découpages de l’histoire politique, car « elle s’inscrit dans une autre perspective temporelle et fonde ainsi plus solidement son autonomie ».

9Du précieux matériau fait de courriers, de rapports et de convocations laissés par Jacques se dégagent la volonté jamais démentie de dresser l’état de la question et la profondeur des exposés théoriques. Dès 1986, des « considérations et références sur cultures populaires/cultures ouvrières » ; dès 1986 aussi, les premiers exposés sur les sociabilités andalouse et espagnole ; dès 1990, le projet, qu’il mettra en pratique à Paris-x Nanterre, d’appliquer à la période franquiste les enseignements du colloque sur l’autonomie de l’histoire culturelle. On retient de ces textes fondateurs et des interventions lors des débats en équipe auxquels ils donnent lieu certains traits de la construction de la pensée de leur auteur : d’abord, la distance critique ; à propos des sociabilités, il suit Maurice Agulhon, tout en s’interrogeant sur la possibilité de la transposition de ses thèses à l’Espagne et en nuançant la distinction entre sociabilité formelle et informelle que l’historien français tendait à établir dans ses premiers travaux ; la même volonté de réfléchir avec d’autres théoriciens – et d’autres disciplines – tout en ouvrant un chemin qui lui est propre, se retrouve à propos de l’anthropologie, qu’il juge certes indispensable à la compréhension des « pratiques culturelles des groupes sociaux dominés de l’Espagne contemporaine » (intitulé de l’axe de 1987 à 1990), mais à l’égard de laquelle il manifeste une certaine insatisfaction.

10Une seconde caractéristique de ce fonctionnement intellectuel, et ce quel que soit l’objet, quels que soient les participants, est la nécessité et la qualité de la synthèse et de la conceptualisation ; celle-ci s’applique aussi bien à un champ de recherche large qu’à des interrogations – les siennes ou celle de l’équipe – qu’il ne veut pas laisser sans réponse. Il examine les rapports entre sociabilité et vie militante ou bien entre littérature et militantisme, souligne les ruptures épistémologiques des travaux en cours (ainsi du passage de la poésie au roman en 1989), veut définir le projet romanesque de Timoteo Orbe, signe ou non d’une préoccupation socialiste nouvelle, et s’interroge de ce fait sur la spécificité de la fédération de Bilbao par rapport à Madrid.

11La personnalité transparaît toujours : l’exigence dans cette façon particulière d’éviter que l’on s’égare (« J’ai trouvé notre discussion… intéressante mais plutôt décousue ») et une façon parfois vive de le rappeler (« La discussion, si stimulante soit-elle, n’est pas une fin en soi. L’équipe doit être un lieu et un instrument d’élaboration collective ». Mais cette voix est aussi celle de l’humour (« un canevas établi à plusieurs permettrait d’avancer »), de l’ironie (élaborer des réflexions « à tête reposée pendant l’été ») et de l’autodérision de celui qui s’intitule le scribe et s’excuse d’envoyer un document de travail inachevé « donc moins long à lire ». Cet humour nuancé est à la mesure de son sourire, fin, ironique, bienveillant.

12Le questionnement de Jacques Maurice sur les discontinuités des sociabilités et de la vie publique, travail constant sur la révolution espagnole manquée, se poursuit à Paris-x, après sa mutation en 1988. Ce départ ne signifie ni l’interruption de l’équipe qu’il a fondée, ni la rupture des liens avec Paris-viii, où nombre des chantiers qu’il a ouverts se sont poursuivis en se diversifiant. La présence de Brigitte Magnien, cosignataire avec Jacques des projets de recherche depuis 1986, et la nomination de Danièle Bussy Genevois favorisent une continuité des intérêts, en dépit des regroupements administratifs imposés par le Ministère (fédération des équipes hispanistes suivie de la création en 1992 d’un Centre d’Études romanes, E.A.1570, erecec devenant un des axes de cette fédération).

13Deux types de recherches, parmi les travaux de l’équipe de Paris-viii devenue erescec (pour « Sociétés et Cultures »), restent dans la ligne des chantiers précédents, sans compter le Colloque à la fois scientifique et militant consacré à Ruedo Ibérico en 2003, en collaboration avec l’Institut Cervantes. L’étude du champ culturel s’oriente vers l’expression des classes moyennes à travers le roman et la presse ; d’une part, l’étude collective d’un roman de 1910, de José López Pinillos, Doña Mesalina, Violence ordinaire, Violence imaginaire en Espagne, PUV, 1994 ; d’autre part, le dépouillement systématique de la collection de Blanco y Negro, depuis sa création (Le projet national de Blanco y Negro, 1891-1917, Paris-viii, 2001).

14La recherche sur les sociabilités (objets de séminaires réguliers, de colloques internationaux et de publications) traduit encore l’empreinte de Jacques Maurice dans un premier temps ; ainsi des travaux menés en 1993 entre Paris-x, erescec et des collègues espagnols sur les Coros Clavé, dont l’étude avait été envisagée dès 1986 (Els origens de les Associacions corals a Espanya (s. xix-xx), Barcelona, 1998) et Les Sociabilités musicales et chantantes (Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, n° 20, décembre 1994) . Dans le numéro du même Bulletin intitulé Fêtes, sociabilités, politique dans l’Espagne contemporaine (n° 30-31, décembre 1999-juin 2000), c’est à la « Gloriosa » que Jacques consacre un article, pour réfléchir au concept de fête et montrer la difficulté de commémorer, en novembre 1868, un événement dont les premiers gouvernements postérieurs à la chute d’Isabel II trahissent le sens.

15Dans un second temps, les travaux de l’équipe de Paris-viii subissent un infléchissement plus net, puisque ce sont les pratiques de sociabilité des femmes des différentes classes sociales qui sont soumises à l’examen, à travers les séminaires mensuels, puis un colloque international en janvier 2000 et la publication ultérieure : Les Espagnoles dans l’histoire. Une sociabilité démocratique (xixe-xxe siècles), PUV, 2002. A partir de ces réflexions, c’est une première approche de la perception de la sexualité et des rapports entre les sexes par les médecins, les gouvernants, les romanciers et les femmes elles-mêmes qui devient l’objet des recherches croisées, justifiant, en janvier 2002 l’organisation d’un colloque consacré à « Gregorio Marañón et l’identité sexuelle, réflexions et influences ». Lors des années suivantes, l’équipe consacre ses études à la construction nationale de l’Espagne (2007-2009), avec l’apport pour la dernière année du professeur invité Ignacio Peiró Martín ; dès 2004, un aspect fondamental de cette difficile construction avait été abordé sous l’angle trop souvent négligé par la recherche de la laïcisation, son histoire, ses pratiques, ses représentations, de la fin du xixème siècle au post-franquisme. D’où, en octobre 2008, le colloque international « La laïcisation en débat : interprétations, pratiques, résistances », portant certes sur l’Espagne, mais aussi sur l’Amérique latine, l’Italie, la France, ainsi que sur les ambigüités de la Constitution européenne ; une Table ronde (« La laïcité, du concept à la loi ») réunissait juristes et hommes politiques. Une publication ultérieure (La laicización a debate. Interpretación, prácticas, resistencias, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2011) permettra de reprendre et compléter ces travaux, mais aussi de faire progresser le nécessaire travail de définition et de conceptualisation, retrouvant ainsi, sur des objets autres, le souhait exprimé par Jacques Maurice.

16Les générations se succèdent, mais l’erescec continue à observer, à travers les différentes thématiques et travaux développés par l'équipe, les principes transmis par Jacques Maurice depuis son origine : l’intérêt pour une histoire « vue d’en bas », celle des groupes dits aujourd’hui « subalternes » ; la préoccupation pour reconstruire des mentalités et des imaginaires à la jonction de l’histoire sociale et culturelle ; le souci du travail collectif et l’exigence de la réflexion méthodologique et conceptuelle. Depuis la nomination de Mercedes Yusta, le concept de « culture politique », cher à Jacques Maurice, s’est trouvé au centre de la réflexion de l’erescec pendant plusieurs années. Les membres de l’équipe ont été sensibles au renouvellement méthodologique opéré dans l’historiographie de l’Espagne contemporaine, marqué par un « tournant culturel » qui a remis les notions de « culture », de « récit » et de « langage » au centre de la réflexion historiographique. Dans l’héritage direct des travaux passés de l’erescec, l’intérêt de l’équipe s’est ainsi à nouveau tourné vers l’articulation entre l’histoire culturelle et l’histoire politique, domaines qui s’entrecroisent souvent dans les recherches des hispanistes, et en particulier vers la façon dont les outils de l'histoire culturelle peuvent être mis à profit lors de nouvelles interprétations et analyses du fait politique. Pendant deux ans, le séminaire annuel a ainsi été consacré à la réflexion sur ce qu'on appelle aujourd'hui l’« histoire culturelle du politique », et sur des concepts que nous sommes souvent amenés à utiliser lors de nos travaux de recherche, tels que le concept même de « culture », « identité », « expérience » ou « culture politique », entre autres. Cette exploration des liens entre culture et politique impliquait une redéfinition des deux concepts et, dans une pratique chère à Jacques Maurice, la collaboration entre des spécialistes de disciplines différentes : l’histoire, la littérature, la science politique, les cultural studies.

17Par la suite, les logiques de la restructuration du désormais Laboratoire d’Etudes Romanes (E.A. 4385) de Paris-viii ont amené à une réorganisation des axes et, en ce qui concerne l’erescec, à un regroupement avec les historiens du laboratoire spécialistes de l’Italie et du Portugal. Loin de noyer l’esprit de l’erescec ou de lui faire perdre sa spécificité, ce regroupement a réinstauré des pratiques de réflexion collective qui ne seraient pas pour déplaire à Jacques Maurice. Outre le travail spécifique sur l’Espagne contemporaine, toujours axé, dans la continuité des travaux précédents, sur l’étude des cultures politiques, sur l’histoire des femmes et du genre, des phénomènes de résistance à la dictature ou du révisionnisme historiographique, désormais sont organisées des séances d’histoire comparée autour de thématiques communes aux trois pays. Ainsi, l’histoire coloniale, les commémorations de la Nation, les figures de l’ennemi, les processus de construction nationale ou les exils politiques ont été l’objet de séances de réflexion commune. Trois grands colloques (sur les formes de l’engagement politique des femmes en janvier 2012, sur l’antifascisme en juin 2013 et sur mémoire et révisionnisme en octobre 2013) ont été organisés pour sceller cette entreprise comparatiste.

18Ainsi, au sein d’une entreprise comparatiste qui ouvre ses recherches aux préoccupations les plus actuelles de l‘historiographie, dans l’esprit de l’ « histoire transnationale », voire de l’« histoire globale » en vogue aujourd’hui, l’erescec maintient l’héritage de ses origines et la « marque de fabrique » de celui qui a été son inspirateur : la réflexion conceptuelle et méthodologique, l’intérêt pour les cultures politiques populaires, le goût de la réflexion collective et, pourquoi ne pas se l’avouer, un engagement politique et sociétal certain. Nous sommes fières d’avoir pu contribuer à maintenir cet héritage et à garder toujours vivante et présente, au sein de cette équipe, la pensée et l’œuvre de Jacques Maurice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Magnien, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta, « L’Équipe de Recherche sur les Cultures de l’Espagne Contemporaine, histoire d’une transmission », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5391 ; DOI : 10.4000/ccec.5391

Haut de page

Auteurs

Brigitte Magnien

Université de Paris-viii Saint-Denis

Articles du même auteur

Danièle Bussy Genevois

Université de Paris-viii Saint-Denis

Mercedes Yusta

Université de Paris-viii Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org