Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

Jacques Maurice et le Comité des Sages de la Société des Hispanistes Français

Jacques Soubeyroux

Texte intégral

1Récemment élu à la présidence du Comité des Sages de la shf, je me dois, pour compléter l’exposé de Jean-François Botrel, d’ajouter quelques mots sur la relation qu’a entretenue Jacques Maurice avec ce Comité, qui est révélatrice de l’intérêt qu’il attachait à la formation des jeunes chercheurs. Cet intérêt, Jacques l’avait déjà manifesté lorsqu’avait été créé, dans les années 90, le concours du Meilleur Mémoire de Maîtrise, antécédent de nos Bourses actuelles, dans lequel il s’était beaucoup impliqué en sa qualité de membre du Comité de la shf Je ne reviendrai pas ici sur les difficultés qu’a connues ce concours, décrié à la fois par certains directeurs de recherche qui contestaient les expertises auxquelles étaient soumises les travaux de leurs étudiants et par les lauréats eux-mêmes qui ne parvenaient pas à publier le résumé de leur travail dans une revue spécialisée, comme on le leur avait promis à l’origine. Des difficultés qui aboutirent à l’abandon de ce concours et à son remplacement par un autre système, celui des Bourses, destiné cette fois aux doctorants et qui fonctionne depuis neuf ans à la satisfaction quasi générale.

2La part qu’il avait prise dans l’organisation du concours du Meilleur Mémoire de Maîtrise valut à Jacques de faire partie des premiers membres du Comité des Sages, désignés en 2005 par le Comité de la shf : la mission qui lui était confiée consistait à expertiser les dossiers portant sur la littérature et la civilisation espagnoles contemporaines. Une fonction que Jacques remplit jusqu’en 2010, date à laquelle il demanda à se retirer, parce qu’il estimait sans doute que ce genre de fonction devait tourner entre collègues et c’est à moi que le Comité de la shf fit appel pour le remplacer.

3Je n’ai donc pas siégé au Comité des Sages en même temps que Jacques Maurice, mais j’ai pu apprécier lors de la passation de pouvoirs amicale qui eut lieu entre nous ce « goût de la transmission » qui va être évoqué dans une intervention à venir : Jacques m’a remis ses dossiers, les rapports qu’il avait faits au cours des cinq années précédentes pour que je sois informé du fonctionnement du Comité et des candidatures qui y avaient été examinées et j’ai pu apprécier à cette occasion la qualité du travail qu’il avait accompli, la rigueur de ses analyses et le bien-fondé de ses jugements. La relecture de ces rapports m’a semblé intéressante à commenter parce que les conseils et les critiques de Jacques peuvent constituer un excellent guide à l’intention des futurs candidats à ces bourses. Les qualités que Jacques attendait étaient de nature différente, scientifique et épistémologique : Jacques était sensible d’abord au cv des candidats, à leur connaissance préalable à la thèse (que ce soit par leur master ou tout autre travail de recherche) du domaine qu’ils envisageaient d’explorer et, éventuellement, des sources ou des archives qu’ils auraient à exploiter, toutes choses qui laissaient bien augurer de leur capacité à mener à son terme le projet présenté ; s’il appréciait l’originalité d’un sujet, il ne manquait pas d’attirer l’attention des candidats sur les projets trop ambitieux dont la faisabilité lui paraissait problématique ; il soulignait aussi les risques que présentaient les sujets portant sur le présent trop immédiat, sur lequel il était difficile de porter un jugement objectif ; il attendait de la présentation des projets qu’elle soit suffisamment précise et qu’elle propose une ligne directrice claire, et pas seulement des pistes multiples, sans réelle articulation entre elles, comme c’est parfois le cas dans des dossiers insuffisamment mûris.

4Jacques m’avait même invité à aller le voir chez lui, si j’en ressentais le besoin, pour parler librement de ces bourses SHF. Ce n’était pas là seulement un effet de sa cordialité naturelle, cela correspondait aussi à l’importance qu’il accordait à la formation des jeunes chercheurs, que j’avais déjà eu l’occasion d’apprécier lorsqu’il m’avait invité à participer au jury d’une thèse qu’il avait lui-même dirigée avec une grande clairvoyance.

5Mais ce souci de préparer l’avenir était inséparable chez Jacques d’un profond attachement à la mémoire dont témoigne toute sa recherche et qu’atteste le projet d’un livre sur l’histoire de la shf qu’il avait proposé au cours des journées d’étude d’Avignon en juin 2012, année où l’on commémorait les 50 ans de la société. Un livre qui aurait été élaboré à partir des documents déposés aux Archives Nationales et de ceux que pourraient apporter les Présidents d’Honneur, les Secrétaires Généraux et tous les collègues ayant rempli des fonctions dans les différents Bureaux successifs. Ce projet, Jacques avait accepté de le « mettre en musique », selon sa propre expression, et je terminerai en citant la conclusion du texte qu’il avait envoyé à ceux qui étaient appelés à collaborer à la réalisation du projet parce que dans ce texte, qui est un des derniers qu’il ait rédigé pour la shf, on peut percevoir l’inquiétude qu’il éprouvait face à l’évolution de la situation présente et son attachement à une identité hispanique qu’il sentait menacée. Parlant du projet de livre qu’il proposait, Jacques se disait convaincu de son utilité pour les collègues, jeunes et moins jeunes, qui doutent, en ces temps de globalisation et de « mutualisation des moyens », de l‘avenir de ce qui était considéré jusqu’ici comme une discipline (en gras dans le texte) et qui apparaît aujourd’hui à beaucoup comme un simple champ d’étude noyé dans l’ensemble des Sciences Humaines et Sociales. Selon la formule bien connue, pour entrevoir où l’on va, il n’est pas mauvais de savoir d’où l’on vient. 

6Je terminerai avec cette formule qui me semble exprimer une des idées-force de la pensée de Jacques qu’il est bon que nous méditions tous en ces temps d’incertitude : l’importance de la transmission d’un héritage comme garant de l’identité des générations futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Soubeyroux, « Jacques Maurice et le Comité des Sages de la Société des Hispanistes Français », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5389 ; DOI : 10.4000/ccec.5389

Haut de page

Auteur

Jacques Soubeyroux

CELEC/GRIAS, Université de Saint-Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org